Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

Les entreprises comme potentiels d’action, au cœur des sciences sociales

Patrick Fridenson
p. 45-53

Résumés

Depuis les années 1960, en France comme ailleurs, les différentes sciences sociales ont parcouru beaucoup de chemin dans l’étude des entreprises. Celles-ci apparaissent comme un thème central pour la compréhension et la transformation du monde social. En effet la création, l’exploitation ou la régénération des potentiels d’action collective constitués par les hommes et femmes des entreprises sont essentielles, de même que les coûts sociaux engendrés par les entreprises. Les chercheurs ont le choix entre plusieurs positions pour surmonter les tensions inhérentes à une telle recherche et ont à penser le quadruple rapport au temps dans lequel s’inscrivent les entreprises.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis le moment où j’ai été étudiant, j’ai consacré mes recherches à la fois à l’histoire des entreprises et à celle du travail aux xixe et xxe siècles. J’ai créé en 1992 la revue trimestrielle Entreprises et histoire dont les numéros récents portent souvent sur des thèmes très forts dans la relation entre entreprises, société et politique, ainsi le déploiement du numérique, le développement durable ou encore la gestion de l’eau (Lorrain éd., 2008), et je dirige également une revue d’histoire sociale et culturelle, Le Mouvement social, qui vient de sortir un numéro intitulé « Organisations publiques, organisations marchandes : cultures, évolutions, contestations » (Fridenson éd., 2009). Cela m’amène à mettre en valeur le chemin parcouru dans l’étude des entreprises, à en souligner trois principes clés, à relever les tensions inhérentes à une telle recherche, et à évoquer le quadruple rapport au temps des chercheurs qui déchiffrent la gestion des entreprises et leur rôle à l’échelle du monde comme du territoire.

Réfléchir sur le chemin parcouru dans l’étude des entreprises

2En France une partie des universitaires, chercheurs et étudiants méconnaissent les connaissances que différentes sciences sociales ont apportées sur le monde des entreprises depuis les années 1950. On voit encore fleurir des propos, des enseignements, des publications qui ne cherchent pas à tenir compte de l’état des recherches françaises et étrangères et sont insoucieux des controverses de fond réelles. Je donnerai trois exemples illustrant l’écart que l’on peut constater entre un discours intemporel ou purement idéologique et les avancées réalisées.

3Des sciences sociales, comme le droit, travaillent depuis très longtemps avec les entreprises. Tout juriste, quels que soient son statut (précaire ou professeur d’université) et sa branche, peut avoir l’occasion, dans sa vie professionnelle, d’être en liaison avec une ou des entreprises. Il ne s’agit pas seulement de la livraison de techniques juridiques, il peut y avoir là aussi résolution de problèmes, élaboration de jurisprudence, bref création de savoirs, et en même temps positionnement de ces juristes par rapport aux entreprises. Inversement, les sciences sociales autres que le droit devraient reconnaître la multiplicité des cadres juridiques qui enserrent les entreprises et sont appréhendés par les diverses parties prenantes, s’interroger sur l’absence de l’entreprise en droit et sur les schémas juridiques dont on dispose pour appréhender l’entreprise et les représentations qu’ils véhiculent (Segrestin éd. 2009).

4Des livres très lisibles, facilement accessibles et pluralistes dans leur approche, rendent compte du chemin qui a été parcouru tant du côté d’une partie des entreprises que du côté des chercheurs de bien des sciences sociales. Ce sont par exemple celui qu’Hélène Meynaud a dirigé sur le cas EDF il y a une quinzaine d’années (Meynaud éd., 1996), ou celui d’Anne-Sophie Perriaux sur Renault, issu d’une thèse qui répondait à une demande de l’entreprise et que j’ai eu la chance de diriger (Perriaux, 1999). Ces livres ont une portée générale ; je précise qu’on les trouve dans beaucoup de bibliothèques, ils ont fait l’objet de comptes rendus critiques dans différentes revues qui sont aujourd’hui en ligne et indexées par les moteurs de recherche. Je pense également, dans le domaine propre de la sociologie, au livre récent de Gwenaële Rot, Sociologie de l’atelier, dans la première partie duquel elle analyse l’émergence de l’école française de sociologie du travail, si différente des écoles contemporaines dans les autres pays industriels, puis celle d’une sociologie de l’entreprise. Elle montre très bien comment les sociologues ont évolué par rapport à cet objet (Rot, 2006).

5Enfin, le discours savant qui méconnaît l’importance des recherches menées sur les entreprises (et dans certains cas avec elles) est le plus souvent, dans ses références comme dans ses horizons, totalement franco-français. Or ici aussi les sciences sociales sont internationales, et d’assez longue date, si bien qu’en Suède ou en Hollande, au Canada ou au Japon, tout le monde rirait à la vue de ce genre d’analyses. Comment peut-on à ce point être franco-français ? Que nous soyons ingénieurs-chercheurs en entreprise, comme Hélène Meynaud, ou universitaires comme Éric Godelier et moi-même, nous appartenons à une communauté de recherche internationale. En pensant différemment, on risque de retomber dans l’isolationnisme ou le nombrilisme qui ont pu avoir cours dans une partie de la France universitaire au printemps 2009.

6J’entre maintenant dans le vif du sujet. Je ne parlerai pas ici d’histoire des entreprises, puisque les organisateurs ont choisi un créneau spécifique pour l’histoire dans le cadre de la journée d’étude du 15 octobre 2009, mais aussi parce que j’ai la conviction que l’étude des entreprises est meilleure quand elle réunit au moins deux disciplines. Je reviendrai donc sur des points sur lesquels j’ai envie de « tenir ferme », puis sur les questions du temps et de la mémoire dans les entreprises que l’on se pose beaucoup actuellement, que l’on soit ou non historien.

Trois positions de principe

7Le terme d’entreprise ne doit désormais plus être compris dans un sens restreint. Le modèle de la grande entreprise industrielle à l’américaine n’est plus l’étalon de mesure de toute chose (Daumas éd., 2003). Les petites et moyennes entreprises ou le rôle du capitalisme familial ont repris place dans l’intelligence des processus économiques, et les entreprises de services ou de l’agriculture ont davantage droit de cité dans l’analyse. Les sciences sociales ne considèrent plus seulement les firmes individuelles, elles prennent aussi en compte les coopérations et les réseaux de toute sorte, ainsi que les institutions représentatives auxquelles les entreprises participent. Elles les insèrent à tout moment dans des circulations internationales, d’hommes, d’objets, de capitaux et d’idées. Elles envisagent leurs coûts sociaux et environnementaux. La responsabilité sociale des entreprises n’est donc pas un simple thème à la mode, elle est une vraie question pour les chercheurs. C’est cet élargissement de la perspective qui autorise à formuler trois positions de principe.

8Premier point sur lequel je tiens ferme : les entreprises sont un champ essentiel à comprendre pour les sciences sociales. D’abord, elles sont le lieu où les femmes et les hommes de la majorité de la population active passent la majeure partie de leur vie active, même si ce temps peut être en partie un temps de précarité, de chômage, d’exclusion. Les entreprises sont en effet, en elles-mêmes et par elles-mêmes, des agents doubles : d’inclusion (par l’emploi, la carrière, les commandes qu’elles passent, etc.), mais également d’exclusion (par leur capacité à licencier, fermer des sites ou à délocaliser, par les discriminations éventuelles à l’embauche ou en cours de carrière ; par certaines relations avec une partie des pays du Sud). Elles sont aussi un terrain essentiel parce qu’elles constituent, à l’échelle locale, un acteur de premier plan dans la société, la politique, la vie associative. Elles sont en outre un lieu à part entière de création, de connaissance, d’innovation, donc d’activité intellectuelle. Une jeune historienne, Claire Lemercier (2003), a d’ailleurs montré que la science économique, pôle important des sciences sociales, avait d’abord eu comme lieu d’expression privilégié, dans la France des années 1800-1830, non pas les universités (qui la rejetaient), mais la chambre de commerce de Paris. Enfin, comme les historiens américains Louis Galambos et Joseph Pratt l’ont souligné il y a vingt ans (Galambos et Pratt, 1989), les entreprises sont un espace du politique, au sens le plus large du terme, à la fois lieu politique (de conflits, de tensions) et acteur politique à l’échelle locale, nationale et internationale. Il suffit de voir le poids de leurs interventions auprès de la Commission européenne ou du Parlement européen.

9Deuxième point : les entreprises sont un objet social comme les autres, comme les casernes, les prisons et les asiles, pour reprendre les objets de Foucault, mais aussi comme le tourisme, la culture, les associations, etc. Par conséquent, il existe la possibilité, pour toutes les sciences sociales (sociologie, gestion, histoire, anthropologie, droit, science politique, mais aussi sciences économiques, psychanalyse, psychologie), de les prendre pour terrain d’enquête. Les firmes recourent également aux sciences dures : les neurosciences sont sollicitées par les entreprises, en matière d’analyse de la consommation notamment ; sans parler des mathématiques appliquées aux sciences sociales, dans le cas des assurances. Mais il n’existe pas encore, à ma connaissance, d’études de fond sur les usages de sciences dures par les entreprises dans des domaines économiques et sociaux.

10Troisième point : la question n’est pas tant de savoir quelle est la « position » du chercheur vis-à-vis d’elles, mais de savoir s’il a quelque chose à dire. Je rejoins la vieille exhortation lancée par l’historien Lucien Febvre : l’essentiel est de partir d’un problème. Qu’il soit posé par la société, la politique, les entreprises ou par la communauté scientifique n’est en aucune façon une question négligeable. Mais, fondamentalement, il faut cesser de faire la fine bouche, parce que cela reviendrait à avoir une position d’intellectuel paresseux. Nous autres chercheurs sommes là pour ouvrir un dossier, et ne sommes en réalité jamais seuls quand nous le traitons sur une ou des entreprises (des corpus de travaux, des débats de fond peuvent traverser de nombreux pays).

Les tensions inhérentes à une telle recherche

11Je reviens néanmoins sur la question de la position du chercheur, subordonnée, selon moi, à celle de sa capacité à problématiser. Ne croyons pas que d’un côté, il y ait la recherche en entreprise, risquée, difficile, voire dangereuse, et, de l’autre, la recherche d’État et des organismes publics, irréprochable. Dans le numéro 11 de la revue Entreprises et histoire, paru en 1996, nous avions publié un article passionnant de Robert Fraisse, qui a longtemps travaillé au Commissariat général du Plan pour lancer des appels à projets de recherche sur l’économie et la société (Fraisse, 1996). Il expliquait que l’État y avait consacré beaucoup d’argent, mais ne le donnait pas prioritairement aux chercheurs connus comme susceptibles de conforter sa politique, comme on pourrait facilement le croire. Au contraire, il s’intéressait surtout aux chercheurs qui ne pensaient pas comme la « noblesse d’État », et souhaitait, en accordant ces contrats de recherche, connaître les tendances nouvelles de la société, bien évidemment pour en tenir compte ou y faire face. De la même manière, ne croyez pas que la recherche faite en entreprise soit menée uniquement par les chantres du Grand Capital. Ce serait même plutôt le contraire, dans beaucoup de pays, beaucoup de disciplines, selon des proportions variables bien entendu.

12La position du chercheur en sciences sociales me fait penser à cette tension qui a longtemps existé entre science et technologie. Bien des mathématiciens français dignes de ce nom ont regardé avec la plus grande commisération les êtres étranges qui faisaient des mathématiques appliquées, ou, pis, des statistiques. La France s’est donc appauvrie par rapport au débat international des idées dans ce secteur de la science, qui ne relayait pas ces positions tranchées et ces relations de pouvoir. En réalité, ceux qui travaillent sur les technologies peuvent faire des travaux tout aussi importants que ceux qui travaillent sur les sciences. Ils apportent leurs références et leurs théories à la communauté scientifique à laquelle ils appartiennent sur les problèmes qu’ils se posent, et qui peuvent être issus de la pratique. Pour nous autres, dans les sciences sociales non plus, il ne devrait pas exister de hiérarchie. Les problèmes qui nous sont posés, par les entreprises, les syndicats, les associations de consommateurs, les associations écologistes, les associations de malades et les mouvements de chômeurs, ou, pour les historiens qui travaillent sur les périodes plus anciennes, les problèmes posés par d’autres chercheurs, ont une valeur égale. Les chercheurs ne peuvent être dans une tour d’ivoire, car le présent les hante en permanence. Pierre Bourdieu, avec qui j’ai longtemps eu la chance de dialoguer, a lui-même passé des contrats avec des entreprises (Fridenson, 2005). L’un de ses derniers livres, Les structures sociales de l’économie, est issu d’un contrat avec une entreprise de l’immobilier (Bourdieu, 2000). L’essentiel n’est pas l’argent – même s’il est toujours bon de savoir d’où vient l’argent –, mais bien les questions que l’on pose au monde social.

13Pour autant, les projections qui ont été faites il y a quinze ans sur l’évolution des positions des chercheurs par rapport aux entreprises ont-elles été concrétisées ? Dans un numéro hors série de Sociologie du travail, un article éblouissant de Jean-Claude Moisdon, professeur de gestion à l’École des mines de Paris, explique que la position des chercheurs est en train de changer (Moisdon, 1994). Le chercheur, qu’il travaille en interne ou soit extérieur à l’entreprise et opère dans une université ou un organisme public de recherche, devient, selon lui, un acteur à part entière des mutations que connaît l’entreprise. Depuis, du chemin a été fait dans cette direction, et l’idée que les chercheurs peuvent être des composantes autonomes et actives des transformations profondes ou des crises énormes que traversent les entreprises a progressé. Certaines entreprises ont associé sur une longue période des chercheurs à leurs réflexions et à leurs projets, ou ont créé des chaires de recherche ou de formation à et par la recherche dans des établissements d’enseignement supérieur. Une fraction des bénéficiaires de bourses CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche) pour la réalisation de thèses de sciences sociales en entreprise a été embauchée à l’issue de leur recherche. L’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT), fondée en 1973 et opérationnelle depuis 1974, a permis une utilisation des sciences sociales par certaines PME. Mais cette idée du chercheur indispensable n’a pas encore rallié tous les interlocuteurs. Surtout, dans ce domaine aussi, la concurrence entre plusieurs monnaies demeure : il y a de bons et de mauvais chercheurs ; des chercheurs qui tendent un miroir, d’autres qui sont critiques ; certains qui sont des clones de leurs patrons académiques, d’autres qui sont originaux.

14En outre, il y a toujours deux communautés : celle des chercheurs académiques, celle de ceux qui sont en entreprise. « Communauté » est d’ailleurs un terme extraordinaire : est-ce que l’université est une communauté, est-ce que l’entreprise est une communauté ? Comment vivre le fait que le chercheur en sciences sociales qui œuvre à de telles recherches soit « bi-appartenant », intégré à deux communautés différentes ? Il vit avec des exigences différentes, des systèmes d’incitation différents, des modes de communication différents, des conceptions du secret qui sont différentes, des temporalités différentes, dans deux mondes qui ne sont pas homogènes. Pour compliquer le tout, on trouve deux types de situations dans les entreprises : d’un côté, celles qui sont extrêmement demandeuses (pour répondre, par exemple, aux morcellements territoriaux, ou au problème du vieillissement du personnel) ; de l’autre, celles qui sont très fermées aux chercheurs extérieurs, ou bien le sont devenues, après avoir été ouvertes pendant plusieurs décennies. L’évolution de la concurrence, les transformations des marchés (de produits, du travail, de capitaux), les changements d’actionnaires ou de dirigeants, les fusions et acquisitions expliquent ces situations et ces évolutions. À l’inverse, ce sont parfois les chercheurs qui témoignent de réticences très fortes.

15Un de mes collègues, aujourd’hui décédé, Gérard Althabe, avait lancé un grand programme d’anthropologie des entreprises. Il a travaillé avec EDF, mais aussi avec d’autres entreprises comme la Sodexho, dans l’alimentation. Ses élèves et lui ont réalisé d’importantes publications, et les revues scientifiques des anthropologues s’en sont fait l’écho. Nicolas Flamant a ainsi étudié les comités de direction d’une entreprise française de l’industrie spatiale, et montré qu’il n’est pas toujours évident que les cadres dirigeants y dirigent, négocient, prennent des décisions. Il a mis en lumière plusieurs processus par lesquels se fabrique le pouvoir dans les instances de direction et les multiples formes qu’il est susceptible de prendre aujourd’hui (Flamant, 2002). Mais, contrairement à l’élan observable dans la plus grande partie des nations, la greffe n’a jamais pris en France : la majorité des anthropologues de notre pays ne se sont pas reconnus dans l’idée que l’entreprise est un terrain comme les autres. Dans le milieu universitaire lui-même, il apparaît donc la possibilité de retours en arrière, opérés par des personnes qui considèrent que l’entreprise est un lieu sale, maudit, impur. Or l’ignorance ne saurait borner un avenir scientifique.

16Je compléterai et nuancerai ce que je viens de dire de plusieurs manières. En soulignant d’abord que, pour les chercheurs dans ce domaine, il n’y a désormais plus seulement deux mondes en présence, avec leurs séductions, leurs différences, leurs contradictions, mais plutôt trois si l’on prend au sérieux le monde associatif et militant. Les mouvements associatifs sur la santé (les hémophiles, Act up, etc.), les mouvements environnementalistes ou écologistes sont des demandeurs massifs à l’égard des recherches de sciences sociales sur les entreprises. Ensuite, aucune position n’est « atteinte pour toujours » en matière de relations entre recherche et entreprises. Tout est à reconstruire en permanence, en raison de l’incertitude, des asymétries d’informations, des risques, de la précarité qui sont le lot courant au sein des entreprises, et ces éléments se renforcent actuellement. L’idée reçue qui veut que l’entreprise soit un organisme stable au milieu des perturbations est totalement fausse. Il existe des doutes, des troubles, des luttes sanglantes, entre actionnaires et direction, direction et salariés, etc. Le monde des entreprises est plus que jamais un monde de précarité, d’instabilité. Quant au monde des chercheurs, il n’a plus la stabilité dans l’expansion des années 1960. J’entendais récemment le sociologue Jean-Claude Thoenig raconter à un colloque comment, arrivant de Suisse, il avait vu des sociologues français de cette période se demander parfois comment ils allaient pouvoir dépenser tout l’argent qu’ils avaient reçu… De telles époques sont partout révolues. Mais constater le changement des conjonctures budgétaires ne signifie pas, à mon avis, que la place des sciences sociales pour comprendre les entreprises serait devenue moindre.

Un quadruple rapport au temps

17Dans leurs recherches sur les entreprises, les chercheurs sont sans cesse confrontés au quadruple rapport au temps de celles-ci. Les entreprises sont en apparence dans le présent et le futur, mais elles sont aussi dans le registre de l’évaluation, des audits, des bilans, des rapports d’activité. En outre, pour beaucoup d’entre elles, qu’elles soient opérationnelles, qu’elles aient été absorbées ou aient disparu, le patrimoine et la mémoire sont devenus des enjeux massifs. En effet, une partie des salariés, des chômeurs, des exclus considèrent qu’au moins une entreprise a fait partie de leur vie. Des associations de retraités des entreprises font beaucoup pour préserver et entretenir le patrimoine architectural et technique des entreprises, tout comme ces institutions politiques que sont les villes, les départements, les régions, voire l’État. Et l’ensemble des spécialistes de la culture ont intégré la culture technique dans la liste de leurs chantiers de recherche. Quant à la mémoire, elle aussi est préservée par des associations de salariés, voire par les entreprises elles-mêmes, de diverses façons. La mémoire devient, dans cette phase de restructurations très importantes, de communication intense (« Carrefour, 50 ans je positive », « Citroën, 90 ans d’activité »), à la fois un ressort possible d’attraction des consommateurs et un enjeu majeur pour la cohésion sociale des firmes. On peut penser à France Télécom qui évoque maintenant dans sa publicité à la fois la mémoire d’autrefois et celle d’aujourd’hui. Chacun invoque le long terme du passé et entretient la mémoire du moment. Ainsi, l’entreprise n’est plus seulement le lieu de l’immédiat, elle est aussi une organisation qui se situe dans plusieurs types de temporalités. Or le temps peut se cristalliser : ce sont les images de marque, les traditions que les acteurs réinterprètent ou remodèlent sans cesse, les patrimoines de toute sorte qui se constituent ou se dévaluent et disparaissent, les différents usages sociaux de la mémoire. Mais il peut aussi s’arrêter : toutes les entreprises sont mortelles. Bref, si les sciences sociales se différencient à la fois des perceptions immédiates des différents acteurs et de leurs mémoires, c’est d’abord en dévoilant l’entrelacement des différents types de temps vécus ou cristallisés, les portes qu’il ferme et les espaces qu’il ouvre.

18L’histoire des entreprises a fait de ce thème du temps aux multiples facettes un de ses atouts, mais elle n’en a pas le monopole (Jones et Zeitlin, 2008). Certains de ses praticiens peuvent aller plus loin et partager avec d’autres l’idée qu’il n’y a pas de lois invariables de l’activité économique, mais bien des logiques d’action collective qui se renouvellent périodiquement et qui conquièrent ou perdent leur légitimité. Que l’on partage ou non cette position, il est clair que comprendre la création, l’exploitation ou la régénération des potentiels d’action collective constitués par les hommes et femmes des entreprises dans un monde régulé et cyclique est une question de taille pour toutes les sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 2000, Les structures sociales de l’économie, Paris, Le Seuil.

Daumas Jean-Claude éd., 2003, Le capitalisme familial. Logiques et trajectoires, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Flamant Nicolas, 2002, Une anthropologie des managers, Paris, PUF.

Fraisse Robert, 1996, « Sciences humaines et sociales, État et entreprise dans les années 1970 », Entreprises et histoire, no 11, mars, p. 109-112.

Fridenson Patrick, 2005 [2003], « Le monde incertain des entreprises », Travailler avec Bourdieu,P. Encrevé et R.- M. Lagrave éd., Paris, Flammarion, p. 163-173.

Fridenson Patrick éd., 2009, numéro thématique « Organisations publiques, organisations marchandes, cultures, évolutions, contestations », Le Mouvement social, no 228, juillet-septembre.

Galambos Louis et Pratt Joseph, 1989, The Rise of the Corporate Commonwealth. United States Business and Public Policy in the twentieth Century, New York, Basic Books.

Jones Geoffrey et Zeitlin Jonathan éd., 2008, The Oxford Handbook of Business History,Oxford, Oxford University Press.

Lemercier Claire, 2003, « La chambre de commerce de Paris, acteur indispensable de la construction des normes économiques (première moitié du xixe siècle) », Genèses, no 50, mars, p. 50-70.

Lorrain Dominique éd., 2008, numéro thématique « Gestion de l’eau : conflits ou coopérations ? », Entreprises et histoire, no 50, avril.

Meynaud Hélène-Yvonne éd., 1996, Les sciences sociales et l’entreprise. Cinquante ans de recherche à EDF, Paris, La Découverte.

Moisdon Jean-Claude, 1994, « Appareils gestionnaires et travail ou de la lacune comme opportunité », Sociologie du travail, hors-série, p. 11-19.

Perriaux Anne-Sophie, 1999, Renault et les sciences sociales, 1948-1990, Paris, Seli Arslan.

Rot Gwenaële, 2006, Sociologie de l’atelier. Renault, le travail ouvrier et le sociologue, Toulouse, Octarès.

Segrestin Blanche éd., 2009, numéro thématique « Quelles normes pour l’entreprise ? », Entreprises et histoire,no 57, décembre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fridenson, « Les entreprises comme potentiels d’action, au cœur des sciences sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4676 ; DOI : 10.4000/traces.4676

Haut de page

Auteur

Patrick Fridenson

Directeur d’études à l’EHESS et chercheur au CRH (Centre de recherches historiques, CNRS, EHESS).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page