Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

Sciences sociales et entreprises : liaisons dangereuses ?

Hélène-Yvonne Meynaud
p. 31-44

Résumés

Ce texte trace un panorama de l’exercice des sciences humaines et sociales en entreprise, et plus particulièrement des chercheurs et chercheuses qui y sont salarié(e)s. Si des groupes de recherches existent au sein de grandes entreprises, leurs activités et leur importance sont contrastées. L’auteure pose la question de l’implication citoyenne du chercheur par rapport aux grands enjeux de société qui traversent le monde du travail. Franchissant d’importantes modifications structurelles, les entreprises et leurs dirigeants en appellent de plus en plus aux acquis et à la valeur ajoutée des sciences humaines et sociales (la recherche est désormais considérée comme un avantage concurrentiel), dans l’idée, parfois, de se réapproprier les outils des sciences sociales à des fins de communication et de marketing (avec, par exemple, le storytelling). Elle conclut sur l’enjeu de créer un espace public de discussion au sein des entreprises, afin que recherche, production, distribution, création et innovation puissent se métisser en prenant en compte les intérêts de l’humain.

Haut de page

Texte intégral

1Les sciences humaines et sociales apparaissent fréquemment en contrepoint de questions sociales qui se posent à des groupes dirigeants, à des mouvements sociaux et politiques, aux entreprises et aux diverses organisations. Si au sein de ces institutions, quelques préjugés persistent concernant leur exercice et leur utilité, l’usage n’en a vraisemblablement jamais été aussi fort, mais peut-être de manière différente des années 1970-1990, plus discrète ou plus instrumentalisée. L’exercice des sciences humaines et sociales, en particulier dans le domaine de la recherche et de l’expertise sociologique en entreprise, comporte des spécificités qui tiennent, entre autres, au statut salarié des chercheurs, au lien de subordination qui les lie aux entreprises qu’ils étudient. Elles tiennent également au statut de leurs recherches dont les résultats sont désormais considérés comme des avantages concurrentiels, et devant être protégés comme tels.

Ni entrepreneurs ni scientifiques ?

2La trame de réflexion rédigée par les organisateurs de la journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » du 15 octobre 2009révèle une vision très distanciée du rapport des chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociales à l’entreprise. Elle s’interroge sur l’indépendance des recherches menées par et pour l’entreprise :

Les relations entre sciences sociales et entreprises peuvent sembler condamnées d’avance. Les études de sciences sociales, qu’elles soient réalisées en interne, ou commandées à des chercheurs extérieurs, ne sont-elles pas destinées à être tronquées, déformées ou instrumentalisées ? Quant aux recherches indépendantes sur les entreprises, leurs problématiques, leur langage ne les rendent-elles pas inutilisables pour les acteurs du monde professionnel ?

3Les questions posées ci-dessus évoquent celles des universitaires et chercheurs qui, après Mai 1968, considéraient que c’était trahir que d’aller enquêter en entreprise. Pourtant dans les années 1930, Simone Weil, philosophe normalienne s’étant « établie », remplissait ses Carnets ouvriers (1964), un document remarquable d’observation du travail ouvrier. Juste après la Seconde Guerre mondiale, Pierre Naville, Jacques Dofny, Alain Touraine produisaient sur l’entreprise des travaux majeurs (Rot et Vatin, 2008 ; Touraine et Vérey, 1949 ; Touraine, 1955). J’ai créé avec Jacques Dofny un cursus obligatoire de sociologie à l’École polytechnique de Montréal dès 1972… Peut-être cette approche compréhensive de l’entreprise, devenue classique chez les universitaires et les chercheurs du CNRS, est-elle nouvelle pour les jeunes chercheurs du troisième millénaire, ce qui justifie a posteriori la démarche originale de la revue Tracés. Peut-être aussi ces derniers rejoignent-ils les psychosociologues des années 1950 qui refusaient le lien salarial et considéraient que multiplier les contrats et les lieux d’observation leur garantissait la distance critique nécessaire à la liberté de parole (Palmade et Dubost, 1996). La partition entre le monde académique et le reste du monde est classique. Lors du premier colloque de l’Association française de sociologie, j’ai eu l’honneur de prononcer la première conférence, intitulée « La sociologie hors l’Université » (Meynaud, 2003). Parler de l’entreprise et d’autres institutions n’était possible qu’en référence à l’Université, comme s’il y avait là un centre de gravité autour duquel tournait le reste de l’univers.

4Les organisateurs de la journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » semblent craindre l’instrumentalisation, voire la récupération des travaux des scientifiques par les entrepreneurs ou les dirigeants. David Courpasson, chercheur en gestion, intervenait à ce sujet dans un débat de la revue Sociologie du travail autour de l’engagement du sociologue, établissant une distinction nette entre la production de la connaissance et son usage :

Le management est en effet d’abord un système de rapports sociaux et de régimes politiques plus ou moins légitimes qu’il revient au sociologue d’analyser, éventuellement de juger, mais pas de transformer. Transformer le management suppose à mon avis d’être manager. (Courpasson, 1999, p. 303)

5Le décideur politique, industriel « mettra en musique » les préconisations inspirées par les rapports préétablis. Il procédera peut-être même à une récupération de la « critique artiste » pour refonder son organisation contemporaine, multipliant chartes éthiques, prise en compte de la diversité, et position pilote sur les sujets d’actualité, comme l’expliquent avec brio Luc Boltanski et Ève Chiapello (1999). L’historienne Anne-Sophie Perriaux (1996) explique que le fait même de poser une question dans l’espace public de l’organisation et d’en débattre, plus que la prise en compte de recommandations éventuelles d’un rapport, ne laisse pas ce milieu indemne. Quand on interroge un cercle important de personnes sur certaines questions, même si les préconisations des chercheurs ne sont pas suivies d’effets, le débat est ouvert. Par le nombre d’entretiens, par les discussions que cela suscite, les lignes de pensée et les positions des organisateurs ou des entrepreneurs bougent. Anne-Sophie Perriaux démontre ainsi que les sciences sociales ont un réel effet sur les entreprises françaises. Je partage pleinement ce point de vue.

  • 1  Réaffirmée par un arrêt récent de la Cour de cassation sociale (18 décembre 2009, no 08-17.191, PB (...)

6Celles et ceux qui sont chercheurs ou experts dans l’entreprise, avec un statut de salarié, exercent leur métier avec conscience professionnelle à l’instar des chercheurs du milieu académique. Le problème de l’usage ultérieur des inventions et théories n’est pas nouveau, si on se rappelle tous les débats autour du rôle des scientifiques dans l’utilisation de la bombe atomique, et les réactions diverses que cet usage a suscitées dans le monde des savants (moratoires sur certaines recherches, en particulier dans le domaine du génie génétique). Les éventuels mésusages de la science ne se limitent pas aux sciences sociales, c’est un phénomène extrêmement général. Il faut simplement veiller à rester le plus autonome et impartial possible face aux injonctions contradictoires des différentes parties prenantes d’une organisation à établir telle ou telle conclusion de recherche. La question de la liberté de conscience, de parole et d’écriture1, de l’exercice de la pensée critique, qui fonde la démocratie, ne concerne pas uniquement l’exercice des sciences humaines et sociales en entreprise, loin s’en faut. Elle touche également l’enseignement, le journalisme, la magistrature, la littérature, le syndicalisme…, en bref, toute la société.

7Dans les entreprises françaises, une part importante des chercheurs en sciences humaines et sociales enquêtent et interviennent, les buts étant, au-delà de la possibilité de rééquilibrer les maigres finances de leur laboratoire, d’y acquérir une connaissance, de produire des analyses, de renouveler leurs concepts et de lever le voile sur les modes de fonctionnement de l’entreprise ou sur leurs conséquences. C’est une fonction sociale essentielle. En miroir, les sociologues salariés d’entreprise sont fréquemment enseignants, maîtres de conférences associés, chercheurs associés dans des laboratoires universitaires. Ils publient de nombreux travaux, passent des thèses et des habilitations à diriger des recherches. Michel Crozier leur affecte le qualificatif de « marginal-sécant » (Crozier et Friedberg, 1977, p. 73) pour signifier qu’ils sont en équilibre à la frontière des deux univers.

8Dans les faits, l’exercice des sciences sociales en entreprise est pluriel et concerne tout un milieu de recherches. Par exemple, à EDF, à l’occasion du cinquantenaire du service public de l’électricité et du gaz, des chercheurs ont mis en perspective ce qu’ils avaient pensé et écrit un jour donné, et en avaient conclu cinq, dix, quinze, voire cinquante ans après en ce qui concerne les psychosociologues Guy Palmade et Jean Dubost (Meynaud, 1996 ; Meynaud et Marc, 2002 ; Palmade et Dubost, 1996). Ils et elles démontrent combien les sciences sociales sont des disciplines vivantes, dont les acquis, conclusions et méthodologies sont perfectibles. Se côtoient psychosociologues, historiens, sociologues des organisations, sociologues du travail... De son côté, la revue Entreprises et histoire a publié en 1994 un numéro spécial sur « Le recours aux sciences sociales » où Véronique Beillan présente un panorama très intéressant de l’utilisation et de l’intégration des sciences sociales dans quelques entreprises françaises (Beillan, 1994).

  • 2  Voir la thèse de science politique d’Elsa Rambaud sur La construction identitaire de Médecins sans (...)
  • 3  Rony Brauman, membre du CRASH, après avoir été fondateur de MSF, le rappelle dans le cadre de l’ai (...)
  • 4  SENSE : Sociology and Economics of Networks and Services, laboratoire de sociologie et d’économie (...)

9En effet, les équipes de sciences sociales sont nombreuses dans les entreprises et les organisations de taille et de fonction variable. Je n’en citerai ici que quelques-unes. Au sein de Médecins sans frontières, le CRASH (Centre de réflexion sur l’action et les savoirs humanitaires) est une équipe de sociologues qui définit la doctrine de l’organisation humanitaire : ne jamais, par exemple, se substituer à un État, ou intervenir dans l’urgence2. Le CRASH est un maillon central de cette organisation non gouvernementale3. Au Centre scientifique et technique du bâtiment, les sciences humaines sont pratiquées depuis des dizaines d’années ; trois nouveaux postes en sociologie ont été ouverts en 2009. Ils doivent répondre à de nombreuses questions : comment modifier l’habitat vers le durable ? Comment réagissent les différents groupes sociaux à l’évolution des modes de vie, des usages, et des pratiques ? Comment imaginer un habitat vivable et autonome ? À la direction de la recherche de France Télécom, l’équipe SENSE4 d’Orange Labs comporte un nombre important de sociologues et poursuit des travaux sur les nouveaux usages des moyens de communication, les réseaux sociaux, etc. Quant au GRETS, il a été créé au début des années 1980 au sein de l’état-major de la Direction des études et recherches d’EDF-GDF, dans le cadre d’une réflexion sur la mise en marche du programme nucléaire. Au début, les questions posées au chercheur étaient les suivantes : Comment peut-on implanter les centrales nucléaires ? Où ? Avec qui ? Qu’en pense l’opinion publique dans ses différents segments ? Qui est crédible pour en parler ? Quelles sont les représentations symboliques de l’énergie, de l’atome, et des risques industriels ?

  • 5  Voir les travaux d’Agoramérie décrits par Morlat et Pagès (1996). Georges Morlat, homme de grande (...)

10Georges Morlat, conseiller scientifique à EDF, en association avec Jean-Pierre Pagès et Éric Stemmelen du Commissariat à l’énergie atomique, a élaboré, à la fin des années 1970, une réflexion très originale sur les structures de l’opinion publique5. Puis il a proposé de monter une petite équipe de sciences humaines, dont j’ai été la première recrue, plutôt grâce à mon diplôme d’ingénieur d’ailleurs – le doctorat de sciences politiques étant alors moyennement considéré. Parmi les premières études, celles sur l’acceptabilité de sites pressentis pour la construction de centrales soulignaient les intérêts déjà divergents des citoyens voisins d’une future usine. Ceux qui habitaient là en permanence considéraient qu’une usine nucléaire procurait du développement, du travail, de l’argent pour la commune, etc. Mais ceux qui y possédaient une résidence secondaire étaient contre ce projet, considérant une telle implantation comme une atteinte à leur cadre de vie de loisirs. Il s’agissait d’établir le rapport des forces en présence. Aujourd’hui, on parle couramment d’effet NIMBY (not in my backyard, que l’on peut traduire par « pas dans ma cour »).

  • 6  Pour qu’un service client soit accessible à des personnes non entendantes, non voyantes, ou à mobi (...)

11Le GRETS a traversé en trente ans diverses réformes de structure, bien des formes de changement. Par l’excellence de ses chercheurs et de ses multiples façons d’intervenir, par son utilité sociale constante, il a continué à exister et à prospérer. Il s’est enrichi de l’apport de nombreux doctorants et chercheurs/chercheuses de passage, d’associations et de coopérations avec divers organismes français et internationaux, de partenariats avec des laboratoires universitaires. Les sujets sur lesquels il a travaillé ont été très divers : de la question de l’implantation des centrales nucléaires à celle de la gestion de la relation à la clientèle, en passant par l’application de la loi Roudy sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. Le caractère licite d’un sujet d’étude varie d’une époque à l’autre. Le GRETS est un des groupes de recherche de EDF Recherche et Développement (R&D), direction qui comporte actuellement environ 1 300 chercheurs statutaires. Il appartient au département ICAME (Innovation commerciale, analyse des marchés et de leur environnement) et regroupe 25 personnes (sociologues, politologues, anthropologues, ergonomes...). EDF R&D travaille sur un éventail important de sujets, qui vont de la recherche sur de nouveaux matériaux nucléaires aux interfaces communicantes de demain6. Mais les chercheurs du GRETS ne sont pas les seuls spécialistes de sciences humaines et sociales d’EDF R&D, puisqu’une autre équipe travaille sur les facteurs humains dans la production nucléaire, et d’autres encore sont composées d’économistes ou d’innovateurs.

12Les sujets de recherche du GRETS ont évolué, il travaille tout autant sur le développement durable que sur le débat public, l’acceptabilité des ouvrages industriels, la maîtrise de l’énergie, la précarité énergétique, la nouvelle relation clientèle, ou les nouveaux modes de vie. Il est devenu un centre majeur de la sociologie de l’énergie. Les chercheurs dirigent ou s’insèrent dans des projets qui trouvent ou qui sont suscités par des commanditaires des directions opérationnelles. Ces équipes, parmi d’autres plus ou moins pérennes, sont créées à des moments précis d’interrogation sur les situations sociales mouvantes, sur des usages naissants. Au moment de l’invention du Minitel par les PTT (Postes télécommunications et télédiffusion) en 1980, le GRETS réfléchissait à la manière dont EDF pourrait être présent dans ce nouveau média. Notons que l’existence de structures de recherche en sciences humaines et sociales, internes aux entreprises, est facilitée lorsqu’elle est créée par une personne légitime, qui obtient la confiance de l’organisation pour mettre en œuvre des savoirs et des techniques qui, parfois, peuvent inquiéter.

13En outre, des réseaux de sociologues d’entreprise ont été organisés : « Rencontres sciences sociales » dans les années 1980 (Duclos, 1985), « Ulysse » dans les années 1990, et plus récemment le réseau RESEO (Réseau des praticiens de recherche en SHS en entreprise et en organisation). Dans ce dernier, les praticiens et chercheurs de sciences humaines et sociales organisent des échanges pour comparer leurs méthodologies, leurs outils théoriques, leurs modes collaboratifs, leurs manières de procéder à des recherches, d’arriver à maintenir une parole ouverte, indispensable à une entreprise qui veut comprendre tel ou tel phénomène social la concernant. Par ailleurs, des séminaires réguliers interentreprises de doctorants permettent à un jeune milieu de s’affirmer (Douzou et Meynaud éd., 2008 ; Gorgeon et Laudier éd., 2009). On citera la spécificité de l’exercice des thèses en entreprise à travers le système des bourses CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche), créées il y a plus de vingt-cinq ans par l’ANRT (Association nationale pour la recherche et la technologie). Les titulaires de ces bourses sont dans l’entreprise en tant que salariés pendant trois ans, et alternent leur présence ici et dans leur laboratoire de recherche. Dans cette fécondation réciproque, l’entreprise bénéficie de la jeunesse, de l’inventivité, des lectures du doctorant qui, lui, se voit ouvrir un terrain, des moyens de recherche, d’existence, et se trouve parfois embauché en fin de thèse. Le fait d’être doctorant en entreprise, par ce dispositif ou lorsqu’un contrat de thèse est signé directement avec un laboratoire, ouvre sur un autre monde, sur d’autres réalités, et donne des moyens.

14À ce propos, il faut avoir conscience que, depuis un certain nombre d’années, les grandes entreprises, qui sont les plus promptes à abriter des équipes de sciences humaines et sociales, ont complètement changé. Par exemple, contrairement à l’idée communément admise, la SNCF n’est plus exactement un grand service public intégré du transport ferroviaire de passagers et de fret. Des pans entiers de son activité ont été externalisés (Réseau ferré de France), ont été sous-traités (maintenance, alimentation des passagers, gardiennage, etc.) ou confiés à d’autres transporteurs, puisque la SNCF est l’entreprise qui, par ses filiales, possède la plus grande flotte de camions en France. L’image du sens commun est donc distincte de la réalité. Cela ne veut pas dire que l’entreprise métamorphosée ait moins besoin de sciences sociales, bien au contraire, étant donné l’énorme bouleversement qu’elle provoque en son sein. D’ailleurs, outre la sociologie, d’autres disciplines s’invitent : l’ergonomie, l’histoire, l’anthropologie, l’ethnologie, la psychodynamique du travail, etc.

Spécificités de la fonction de recherche et d’expertise en entreprise : pour quel savoir ?

  • 7  Cette appréciation n’est pas un comptage exact, mais procède d’une observation participante sur un (...)

15Les sociologues d’entreprises, majoritairement des femmes7, peuvent exercer plusieurs fonctions qui les amènent, à divers degrés, à mettre en œuvre des savoirs scientifiques : expert, formateur, consultant, gestionnaire, communicant, chef d’entreprise, chargé d’étude, responsable santé-sécurité. Pour reprendre une terminologie plus ancienne, ils sont les « clercs » du système managérial. Max Weber avait une vision de l’apport des lettrés fort intéressante. Il suffirait, aujourd’hui, de remplacer le mot prince par celui de manager :

Le Prince, pour lutter contre les États, s’appuie sur des clercs – personnel administratif sachant écrire, pas tenté de prétendre obtenir un pouvoir politique propre pour ses descendants […]. Les lettrés, dotés d’une formation humaniste, ont [quant à eux] constitué une deuxième couche de ce type. (Weber, 2003, p. 144-145)

16Le sociologue, comme le clerc, n’est pas censé se mettre en concurrence avec sa hiérarchie pour obtenir le pouvoir. Mais auparavant, l’aboutissement d’une telle carrière, atypique par rapport à la norme en entreprise, c’est-à-dire la direction d’une unité opérationnelle, trouvait éventuellement, pour les meilleurs d’entre eux, un aboutissement dans une fonction prestigieuse comme celle de conseiller du président, ou celle d’inspecteur général. La reconnaissance de l’apport individuel du penseur valait un « bâton de maréchal ». Cette pratique est presque tombée en désuétude. Coachs et conseillers en communication ont la plupart du temps remplacé ces figures tutélaires auprès des dirigeants. Plusieurs sont devenus professeurs d’université (en particulier à France Télécom) et ont, comme Norbert Alter, raconté l’histoire de ce mariage temporaire (Alter et Dubonnet, 1994).

  • 8  La sociologie qualitative comme quantitative est une « industrie de main-d’œuvre ». Les coûts des (...)

17L’idée d’assimiler le métier de sociologue d’entreprise, en particulier sa composante de recherche et d’expertise, au mythe de Sisyphe surgit parce que sa présence, son travail et la diffusion de ses résultats ne sont jamais stabilisés. Il doit convaincre chaque nouvel interlocuteur de l’intérêt de sa démarche, de la nécessité du recours à l’artisanat dans un univers hautement technicisé8, ou encore de l’utilité de maintenir une mémoire de ce lieu partagé. Je parle d’« artisanat » parce que les entretiens qualitatifs sont réalisés par des personnes et ne peuvent être remplacés par des dispositifs techniques comme l’automate vocal, et parce que la méthodologie doit être sans cesse repensée à chaque entrée sur un nouveau terrain. Avec le commanditaire, tout le travail d’explication est à refaire, infiniment, indéfiniment : pourquoi ces méthodes ? Qu’est-ce qu’un échantillon ? Combien de temps la recherche nécessite-t-elle ? Quelle forme et quelle publicité donner aux résultats ? Quelle déontologie mettre en place pour préserver l’anonymat des sources ? La sociologie en entreprise doit être perçue comme une « industrie de main-d’œuvre », fondée sur la nécessaire présentation des résultats et non sur la démonstration d’une vérité a priori. Parfois, le responsable de l’entreprise confondra les variations de la température sociale avec celles d’un thermomètre ; il ira jusqu’à attribuer les désordres sociaux analysés par le sociologue à sa présence sur le terrain. Il pourra également objecter au chercheur en sciences humaines et sociales l’inadéquation de son langage, ce qui sera une façon d’exprimer le refus du contenu de son analyse. Mais tous les experts s’expriment avec leur idiome, leurs concepts, les chimistes comme les managers. Odile Piriou a consacré plusieurs travaux à ce métier difficile mais passionnant de celles et ceux qu’elle nomme les « sociologues professionnels » (1999, 2006).

18Les mots pour dire la fonction de recherche et de production de connaissances en entreprise ont évolué avec le temps. Au début du xxe siècle, Weber opposait les figures du savant et du politique (Weber, 2003). Il décrivait les conditions extérieures de fonctionnement de ces deux métiers (entrée dans le métier, conditions de recrutement, salaires), ainsi que les conditions intérieures (choix de la profession, vocation). Ce qui caractérise le savant, dans la définition de la langue par les dictionnaires, c’est son rapport à la production d’un savoir, alors que le chercheur est défini par son emploi et sa méthode de travail. Le savoir de l’expert, lui, est issu de sa pratique. Bien d’autres mots seraient à définir qui caractérisent tout ou partie du métier de sociologue d’entreprise et les rapports sociaux dans lesquels il ou elle est inséré(e).

19L’ethnologue Patrick Gaboriau interroge, lui aussi, les relations entre le chercheur et la politique. Selon lui, le rapport à l’objectivation constitue un enjeu social important (Gaboriau, 2008). Il cherche à comprendre les rapports entre les dynamiques sociales et les processus de connaissance que les recherches expriment et impliquent. Selon lui, « le souci scientifique pourrait être d’historiciser et de spatialiser le processus de lucidité à l’œuvre, c’est-à-dire de clarifier et problématiser les questions » (ibid., p. 174). Qui pose ces questions, à qui, où, sous quelle forme et pourquoi ? Gaboriau définit la politique comme l’ensemble des rapports de force dans une société. Les sciences sociales, elles, étudient les rapports de force, les enjeux et les questions politiques. Mais cette compréhension sociologique objectivante dérange (ibid., p. 29). Selon lui, les chercheurs sont un corps social dont le métier consiste à produire une réflexion sur la politique, c’est-à-dire sur les rapports de force dans une société donnée.

  • 9  Pour des questions de règlements de sécurité Vigipirate, on ne peut tenir une réunion « ouverte » (...)

20Le sociologue d’entreprise ne permet-il pas d’ouvrir ou de maintenir un espace public dans un lieu clos ? C’est pour cette raison que le GRETS a créé le séminaire « Énergie et société » en 1981. Les séances du désormais « Séminaire du GRETS » se tiennent une fois par mois, à la Maison des sciences de l’homme de Paris, grâce à la médiation de l’Agence nationale de valorisation interdisciplinaire des sciences humaines et sociales auprès des entreprises (ANVIE)9. Dans un contexte de bouleversement social permanent, les sciences sociales ont un rôle très important d’interface entre le monde de la recherche, le monde de l’entreprise, pour faire connaître de part et d’autre les recherches et expérimentations sociales nouvelles et innovantes.

21Parmi les sociologues d’entreprise, la perception du rôle exercé est parfois plus modeste. L’intellectuel « organique » serait, selon une praticienne des sciences humaines et sociales d’une grande entreprise du secteur du transport, celui qui est très proche du sommet de la pyramide décisionnelle, qui aurait une réelle influence sur les décisions et dont les recherches imprégneraient véritablement la pensée des autres :

On a quelqu’un qui remplit cette fonction-là dans l’entreprise, qui a complètement ce rôle, qui est vraiment tout près de la direction et qui, par ses réflexions, ses lectures, lance des recherches. Pas par le biais de la direction de la recherche, mais c’est quand même de la recherche, de façon très confidentielle. Nous, on a du mal à voir ses rapports. Et il nourrit comme ça les dirigeants, jusqu’au plus haut niveau, le président, avec plein de résultats, d’idées, de concepts. Vraiment, il joue ce rôle. Ce qu’on peut lui reprocher, c’est qu’il n’invite que les grands cadres dirigeants, le gratin. Nous, quand on essaye de valoriser des recherches, on essaye d’inviter jusqu’à l’agent de base. On essaye de viser large, mais on ne peut pas toujours non plus mettre tous les niveaux ensemble. On peut en faire plusieurs éventuellement, mais on ne réserve pas ça à l’élite entre guillemets. Mais lui il fonctionne comme ça, mais c’est aussi parce que ceux qu’il veut toucher, ce sont les décideurs.

22Les autres, comme elle, ont moins le droit à la parole :

L’autre problème qui se pose quand tu es en interne, c’est vraiment pour le coup la légitimité. Quand tu restitues des résultats au commanditaire, sur n’importe lequel des sujets qu’on a traités, t’es grillée dans la foulée, immédiatement ! C’est-à-dire que tu ne peux pas dire en interne ce que les chercheurs ont dit, ou alors tu le dis, mais tu es sûre que les gens ne feront plus appel à toi. Alors que, quand ce sont des chercheurs externes, ça fait réagir différemment. Le statut de professeur d’université, ou ayant déjà une grande expérience dans d’autres entreprises, fait que c’est davantage pris au sérieux. Mais c’est évident que si c’est moi qui arrive aux mêmes conclusions, on va me dire : « Mais c’est quoi cette étude ? »

23Qu’est-ce alors qu’un citoyen-chercheur en entreprise ? Pour Alain Caillé (1994, p. 7), les « clercs » sont ceux qui savent, pourraient ou devraient savoir. Ils ont rôle d’éclaireurs et d’évaluateurs de la conscience collective, ayant charge de dire le possible et le souhaitable. Dans son livre La démission des clercs, qui demeure très actuel, Caillé plaide pour une implication du chercheur dans le politique, une réhabilitation du politique et du sens que la société se donne à elle-même : il se demande « comment placer les sciences sociales en position d’alimenter un débat politique constant de la société avec elle-même » (ibid., p. 19). C’est aussi le sens du travail de Jacques Rancière (1995 ; 2009). Didier Lapeyronnie, se distanciant de la « neutralité axiologique », considère que son travail est « nécessairement partiel, limité et partial » (Lapeyronnie et Courtois, 2008, p. 34) :

Le sociologue n’a pas un point de vue transcendant et universel sur la vie sociale. Il n’est pas en dehors de la caverne pour reprendre une image célèbre ; il est à l’intérieur. (Ibid., p. 33)

24Cette intériorité est double pour le sociologue salarié d’entreprise. Les chercheurs (internes comme externes aux organisations) sont mis en concurrence avec les managers et les communicants. Cela vient du souhait d’autodéfinition et d’autolégitimation des entrepreneurs. Les managers d’entreprise se réapproprient les sciences sociales, ou plus exactement leur valeur ajoutée. Julien Tassel (2008), dans une thèse sur l’histoire du management à la Caisse d’épargne, interroge la pratique de l’histoire en entreprise, et analyse ce qui se joue dans l’attention portée, par les managers, au passé et à la durée. Sa recherche questionne la dimension paradoxale d’une histoire produite par des managers à partir d’une définition pragmatique qui pose comme histoire ce que les acteurs étudiés, dans leurs pratiques, nomment comme telle. Il montre que l’histoire relève de logiques contradictoires et conflictuelles entre l’établissement d’un savoir véritable et les enjeux managériaux qui sous-tendent sa production. Tentant de cerner ce qui se passe lorsque le management se saisit de l’histoire, Tassel décrit et analyse les relations qui se nouent, à travers cette pratique, entre monde de l’entreprise et monde de la recherche. Il questionne l’ambition managériale de faire de l’histoire un outil au service de la stratégie d’entreprise, du gouvernement des hommes et du changement organisationnel. Selon lui, l’histoire produite en entreprise (business history) reste en contradiction avec la pratique académique, même si elle y trouve son fondement. L’histoire devient un levier d’action. Elle tente de réinterpréter le cadre, mais pour rassurer l’agent concerné quant à son avenir.

25Dans la même veine, le storytelling décortiqué par Christian Salmon (2008), décrit la manière dont l’entreprise se saisit des sciences sociales pour construire une histoire cohérente, avec des objectifs financiers à court terme, ce qui, dans le cas d’entreprises comme Enron, qui ne savait plus d’elle que son histoire officielle, a eu les effets délétères que l’on a connus.

26Les multinationales ont aujourd’hui des organisations de recherche balkanisées, maintenant parfois les structures de recherche existantes des entreprises qu’elles acquièrent, et ouvrant des succursales de recherche au sein de leurs filiales. Cela crée des problèmes de maintien des compétences, du patrimoine scientifique, des savoirs et des projets de recherche, en cas de vente. On peut néanmoins imaginer que le chercheur chinois comme la chercheuse polonaise restent toujours un chercheur et une chercheuse, et qu’il y a toujours moyen de s’entendre entre chercheurs. Cela complexifie et enrichit grandement le travail, en particulier en sciences humaines et sociales.

27L’entreprise est une partie intégrante de la société. Cette idée est déjà un enjeu : il est crucial pour les citoyens de savoir ce qui se passe dans le monde de l’entreprise, et il est très important également pour les entrepreneurs de se métisser avec les chercheurs. Traditionnellement, les grandes directions de la recherche, en particulier dans les grandes institutions publiques, fécondaient ces entreprises par l’apport de cadres différents. Les maintenir est donc une opportunité pour les entreprises. Parmi les membres du nouveau Comité exécutif d’une grande entreprise privée, en plus des diplômés de grandes écoles de commerce ou de grandes écoles d’ingénieurs, on compte quatre diplômés de l’Institut d’études politiques, un licencié d’histoire, deux titulaires de thèses d’État (en droit et économie), un DEUG de philosophie. Ces experts se retrouvent au carrefour des logiques gestionnaires et politiques.

28C’est donc un beau défi d’aller travailler dans les entreprises pour pratiquer les sciences humaines et sociales. La sociologue n’a pas à craindre « de vendre son âme au diable » ou de rentrer dans le cercle étriqué des connaissances justifiées « seulement par leur utilité sociale auprès d’une catégorie d’acteurs qui en plus est parfois suspectée d’idéologie » (Courpasson, 1999, p. 304). Je conclurai avec un propos du sociologue américain Richard Sennett, interrogé par Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement :

À mon avis, l’important est que les individus puissent travailler en ayant le sentiment qu’ils sont respectés et qu’ils peuvent se respecter eux-mêmes. Il existe des formes d’organisation qui le permettent, notamment parce qu’elles assurent la reconnaissance des capacités d’expertise de chacun. Cette voie me semble plus intéressante que celle qui consiste à chercher un modèle de travail idéal. (Sennett, 2009, p. 20)

Haut de page

Bibliographie

Alter Norbert et Dubonnet Christian, 1994, Le manager et le sociologue. Correspondance à propos de l’évolution de France Télécom de 1978 à 1992, Paris, L’Harmattan.

Beillan Véronique, 1994, « Utilisation et intégration des sciences sociales dans quelques entreprises françaises », Entreprises et histoire, no 7, p. 105-119.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Caillé Alain, 1994, La démission des clercs. La crise des sciences sociales et l’oubli du politique, Paris, La Découverte.

Courpasson David, 1999, « Entre fascination et dénonciation : sociologie et management des organisations », Sociologie du travail, n41, p. 295-305.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, 1977, L’acteur et le système, Paris, Le Seuil.

Douzou Sylvie et Meynaud Hélène-Yvonne éd., 2008, Changement technique, changement social. Annales RESEO 1, Paris, L’Harmattan.

Duclos Denis éd., 1985, Les sciences sociales dans le changement socio-politique, Paris, Economica.

Gaboriau Philippe, 2008, Le chercheur et le politique. L’ombre de nouveaux inquisiteurs, La Courneuve, Aux Lieux d’être.

Lapeyronnie Didier et Courtois Laurent, 2008, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont.

Gorgeon Catherine et Laudier Isabelle éd., 2009, Territoires et identités en mutation. Annales de RESEO 2, Paris, L’Harmattan.

Meynaud Hélène-Yvonne, 2003, « La sociologie hors l’Université », colloque de l’Association française de sociologie, table ronde « L’état de la sociologie aujourd’hui », ENS de Cachan, 13-14 mars.

Meynaud Hélène-Yvonne éd., 1996, Les sciences sociales et l’entreprise. Cinquante ans de recherche à EDF, Paris, La Découverte.

Meynaud Hélène-Yvonne et Marc Xavier, 2002, Entreprise et société. Dialogues de chercheurs, Paris, L’Harmattan.

Morlat Georges et Pagès Jean-Pierre, 1996, « Le ciel et la terre : une approche structuraliste des opinions », Les sciences sociales et l’entreprise. Cinquante ans de recherche à EDF, H.-Y. Meynaud éd., Paris, La Découverte, p. 314-331.

Perriaux Anne-Sophie, 1996, Renault et les sciences sociales, 1948-1991, Paris, Seli Arslan.

Palmade Guy et Dubost Jean, 1996, « Création de la mission et premières applications de la psychotechnique », entretien réalisé par H.-Y. Meynaud et P. Oger, Les sciences sociales et l’entreprise. Cinquante ans de recherche à EDF, H.-Y. Meynaud éd., Paris, La Découverte, p. 73-98.

Piriou Odile, 1999, La sociologie des sociologues. Formation, identité, profession, Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions.

— 2006, La face cachée de la sociologie. À la découverte des sociologues praticiens, Paris, Belin.

Rambaud Elsa, 2009, « L’organisation sociale de la critique à Médecins sans frontières », Revue française de sciences politiques, vol. 59, no 4, p. 723-756.

Rancière Jacques, 1995, La mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée.

— 2009, Pensées pour le nouveau siècle, Paris, Fayard.

Rot Gwenaële et Vatin François, 2008, « L’enquête des Gaston ou les sociologues au travail : Jacques Dofny et Bernard Mottez à la tôlerie de Mont-Saint-Martin en 1955 », Actes de la recherche en sciences sociales, n175, décembre, p. 62-81.

Salmon Christian, 2008, Storytelling, la machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, Paris, La Découverte.

Sennett Richard, 2009, « Nouveau capitalisme et expertise quotidienne : entretien avec Isabelle Berrebi-Hoffmann et Michel Lallement », Cahiers internationaux de sociologie, n126, avril-mai, p. 13-20.

Tassel Julien, 2008, L’histoire saisie par le management. Entre pratiques du passé et exercice du pouvoir managérial. L’exemple du groupe Caisse d’épargne, thèse de doctorat d’histoire, CELSA - Université Paris 4.

Touraine Alain et Vérey Étienne, 1949, « Enquête française de sociologie industrielle », Cahiers internationaux de sociologie, n7, p. 118-119.

Touraine Alain, 1955, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, CNRS.

Weber Max, 2003 [1919], Le savant et le politique, trad. C. Colliot-Thélène, Paris, La Découverte.

Weil Simone, 1964 [1951], La condition ouvrière, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Réaffirmée par un arrêt récent de la Cour de cassation sociale (18 décembre 2009, no 08-17.191, PBRI).

2  Voir la thèse de science politique d’Elsa Rambaud sur La construction identitaire de Médecins sans frontières, soutenue à l’Université Paris 1 et un article qu’elle en a tiré (Rambaud, 2009).

3  Rony Brauman, membre du CRASH, après avoir été fondateur de MSF, le rappelle dans le cadre de l’aide humanitaire à Haïti. Il déclare au Monde, dès le 18 janvier 2010, qu’« on voit déjà les premiers signes de retour de l’État, qu’il nous faut encourager, par exemple en ne cherchant pas à se substituer à ses prérogatives », [en ligne], [URL : http://www.lemonde.fr/ameriques/chat/2010/01/18/comment-gerer-la-crise-humanitaire-en-haiti_1293288_3222.html], consulté le 25 février 2010.

4  SENSE : Sociology and Economics of Networks and Services, laboratoire de sociologie et d’économie du Centre de recherche de France Télécom.

5  Voir les travaux d’Agoramérie décrits par Morlat et Pagès (1996). Georges Morlat, homme de grande ouverture intellectuelle, un des fondateurs de « la maison EDF-GDF », proche de Marcel Boiteux, alors président d’EDF, était l’une des personnes qui « suivaient » le Centre de sociologie urbaine. C’est ainsi que Monique Pinçon-Charlot, qui était membre de l’équipe travaillant sur l’implantation et l’usage des équipements collectifs en Région parisienne, et qui m’avait accueillie pour mon stage de DESS, me signala que s’ouvrait un poste de « psychosociologie de l’énergie », pour quelqu’un qui serait à la fois ingénieur et sociologue. Cet intitulé de poste m’était d’ailleurs parfaitement sibyllin.

6  Pour qu’un service client soit accessible à des personnes non entendantes, non voyantes, ou à mobilité limitée, on invente des interfaces qui permettent de communiquer à distance. Dans un univers plus sensoriel, une écharpe peut quasi être une interface communicante discrète, si elle contient un écran tactile, un téléphone, une caméra, etc.

7  Cette appréciation n’est pas un comptage exact, mais procède d’une observation participante sur une durée de trente ans.

8  La sociologie qualitative comme quantitative est une « industrie de main-d’œuvre ». Les coûts des salaires des personnels représentent une part importante des budgets, concurrencés dans le quantitatif, par le coût du traitement informatique (temps d’ordinateur).

9  Pour des questions de règlements de sécurité Vigipirate, on ne peut tenir une réunion « ouverte » en entreprise. Il faut donc une liste fermée de participants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène-Yvonne Meynaud, « Sciences sociales et entreprises : liaisons dangereuses ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/4664 ; DOI : 10.4000/traces.4664

Haut de page

Auteur

Hélène-Yvonne Meynaud

Ingénieure senior de recherches (EDF Recherche et développement, département ICAME, groupe de recherche GRETS).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page