Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

Introduction. Fortune et infortunes des sciences sociales en entreprise

Charles de Froment
p. 21-30

Texte intégral

  • 1  N.d.l.r. La journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » a été organisée par Cha (...)

1Faut-il accepter d’emblée la distinction entre savoirs académiques et savoirs pratiques, entre univers des chercheurs et monde des praticiens ? Le pari de la journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » est de tenter de déplacer ce débat sur un terrain pratique. Il s’agit de reposer cette question à partir des usages constatés, bien réels, des sciences humaines au-delà du monde de l’Université. Les textes réunis dans cette partie du hors-série ont fait l’objet d’une première présentation le 15 octobre 2009 à l’ENS de Lyon, par des chercheurs issus du monde universitaire, de l’entreprise, mais aussi des experts et des praticiens auxquels il avait été demandé de réfléchir, très concrètement, aux formes que pouvaient prendre les relations entre sciences sociales et monde de l’entreprise1.

2Cette journée avait été intitulée, de manière un peu provocante : « Sciences sociales et monde de l’entreprise : un dialogue impossible ? » Cette formulation a donné lieu à certains débats, dont les textes ici publiés se font parfois l’écho, quant à l’ampleur du divorce entre sciences sociales et entreprises. En réalité, les différentes contributions s’accordent toutes pour distinguer deux niveaux d’analyse : il est parfois difficile, le plus souvent pour de mauvaises raisons, d’intéresser les entreprises aux sciences sociales, et les chercheurs les plus « orthodoxes » aux entreprises ; néanmoins, en dépit de ces obstacles, il existe aujourd’hui une très longue histoire d’échanges croisés entre monde de l’entreprise et sciences sociales, échanges qui ont largement contribué à faire évoluer ces deux univers.

Conflits

3La gestion et les questions relatives à l’entreprise ont fait tardivement leur entrée à l’Université française, très en retard sur ce point par rapport à d’autres pays. Aujourd’hui encore, la gestion n’a « pas bonne presse », et Éric Godelier, membre du Centre de recherche en gestion de l’École polytechnique, s’estime parfois considéré, en tant que professeur de gestion, comme une sorte de « plombier », vendu au « Grand Capital » si l’on en croit une certaine doxa. Hélène Meynaud, ingénieure de recherche au GRETS (Groupe de recherche énergie technologie et société) chez EDF, doit aussi constater que, pour la majorité des sociologues, la sociologie ne peut se concevoir qu’en lien avec l’Université, et non pas au sein des entreprises. Le discours d’ouverture prononcé par Olivier Faron, directeur de l’ENS de Lyon, au début de la journée d’étude, révélait également la méfiance de certains étudiants et enseignants de son institution dès que l’idée d’un partenariat avec des entreprises ou d’un financement privé était évoquée.

4Si les sciences sociales se méfient souvent des entreprises, ces dernières le lui rendent bien : « Il faut être honnête et constater qu’il est souvent difficile d’entrer dans une entreprise quand on se présente en tant que chercheur en sciences sociales traditionnelles (sociologie, histoire, anthropologie par exemple) », selon Godelier. Dès lors, les débats de cette journée s’inscrivent nécessairement dans une « réflexion sur la perte de prestige des élites intellectuelles en France ». C’est en effet aujourd’hui parmi les disciplines des sciences humaines et sociales qu’on constate les plus fortes baisses d’effectifs en premier cycle universitaire (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, 2009). Cette crise d’image conditionne aussi une crise des carrières dont on peut craindre qu’elle engendre bientôt une crise des vocations : non seulement les débouchés universitaires deviennent plus rares, mais la valeur d’un doctorat en sciences humaines et sociales, loin d’atteindre celle d’un diplôme de grande école, ne garantit pas une insertion facile sur le marché de l’emploi. La situation des jeunes docteurs français apparaît de ce point de vue bien plus difficile que celle de leurs homologues allemands ou anglo-saxons.

5Du strict point de vue du prestige social, il semble bien que les sciences sociales traversent donc aujourd’hui une zone de fortes turbulences. Elles souffrent en effet, par rapport à la situation qui fut la leur dans les années 1960-1980, d’un déficit d’image et de légitimité. Patrick Fridenson évoque dans son texte cette période, « partout révolue », où « des sociologues se demand[aient] parfois comment ils allaient pouvoir dépenser tout l’argent qu’ils avaient reçu ». Ce qui n’est pas sans rappeler les propos aujourd’hui tout aussi étonnants d’une ancienne membre du CERFI (Centre d’études, de recherches et de formation institutionnelles), groupe de recherche formé autour de Deleuze et Guattari dans les années 1970 :

À cette époque, deux ans après 1968, le gouvernement recherchait une explication de ce qui était apparu comme une contestation radicale de la politique suivie depuis trente ans. Tous les groupes intellectuels de gauche ont été appelés à contribuer à des appels d’offre de recherche organisés par le gouvernement. […] On nous demanda juste de dire ce que nous pensions. […] A posteriori, l’ouverture de ces questions semble incroyable. On nous demandait juste d’être nous-mêmes. […] Certains amis ne pouvaient croire qu’une telle opportunité soit réelle. […] En fait il n’y avait pas de réelle commande, mais des questions qu’on nous demandait de reformuler à notre manière. Pour nos « donneurs d’ordre », poser les bonnes questions était ce qu’ils ne savaient pas faire et pour quoi ils demandaient de l’aide ; les solutions étaient de leur responsabilité. Les années 1971-1974 furent une réelle idylle entre nous. (Querrien, 2002, p. 3)

6La multiplication actuelle d’initiatives pour promouvoir l’emploi des jeunes chercheurs en sciences humaines en entreprise (opération Phénix du Medef, association Bernard Grégory, La Manu…) traduit autant un salutaire changement de mentalité que la gravité du problème.

Les entreprises au cœur des sciences sociales

7Une vision aussi sombre est pourtant trompeuse. Elle suppose qu’on accepte comme un donné la séparation, certes productrice d’effets puissants, entre le monde des chercheurs et des praticiens. Or, non seulement les entreprises figurent depuis longtemps parmi les champs essentiels des sciences sociales, mais il existe différents signes d’une prise en considération accrue des problématiques et des outils des sciences sociales par les entreprises. Il faut néanmoins, pour les détecter, renoncer à une certaine vision figée de la recherche et des entreprises.

8Les textes de Patrick Fridenson, Hélène-Yvonne Meynaud, Éric Godelier et de Nicolas Marty illustrent chacun l’histoire longue des recherches sur, dans et avec des entreprises. Alain Touraine, au milieu des années 1950, a rapproché la sociologie du monde industriel (Touraine, 1955). Pierre Bourdieu a également passé des contrats avec des entreprises, sans même parler de la sociologie des organisations (de Crozier et Friedberg notamment), qui occupe depuis longtemps une place importante aussi bien dans les formations de sociologie que de management. L’histoire des entreprises, longtemps marginale en France, rattrape aussi depuis les années 1980 une partie de son retard, sous l’impulsion notamment de la revue Entreprises et histoire, fondée en 1992.

9Comment d’ailleurs pourrait-il en être autrement, dans une société où, comme le rappelle  Fridenson, la plupart des individus adultes passent la majorité de leur vie active en entreprise, et dans un monde où les entreprises sont un élément clé du changement social ? Si les entreprises sont sans conteste un lieu de domination et d’exploitation, elles sont aussi des lieux d’innovations essentielles. Microsoft a contribué à révolutionner nos pratiques quotidiennes de vie et de travail : imaginerait-on une histoire politique, sociale, économique contemporaine qui fasse l’impasse sur le rôle des bouleversements induits par l’informatique ? De la même manière, nous montrons dans notre article qu’il est impossible de comprendre le fonctionnement actuel du marché du travail, l’architecture du droit social français, sans se pencher sur les initiatives des entreprises de travail temporaire.

  • 2  Avant les travaux déjà anciens de R. Coase, O. Williamson, H. Simon, l’entreprise n’était en effet (...)

10Il est dès lors étonnant de constater que « pour beaucoup d’intellectuels français, l’entreprise soit [encore] transparente », comme l’a constaté Godelier lors de sa recherche sur l’histoire d’Usinor. Autrement dit, certains chercheurs continuent d’adopter sur l’entreprise le point de vue d’une pensée libérale depuis longtemps dépassée par les néoclassiques eux-mêmes, auquel s’ajoutent les éléments d’une « vulgate marxiste »2.

11Fort heureusement, cette position tend à régresser, même si, comme le regrette Fridenson en évoquant le désintérêt affiché de l’anthropologie pour les entreprises, des retours en arrière sont toujours possibles.

Un besoin très fort de sciences sociales

12Les entreprises, quant à elles, adoptent vis-à-vis des chercheurs et des savoirs académiques des positions extrêmement variables.

  • 3  Le nombre d’offres de contrat CIFRE en sciences humaines et sociales ne nous semble pas de nature (...)

13Il existe d’abord des entreprises qui mobilisent directement des chercheurs en sciences sociales, soit en les embauchant, soit sur contrat. Meynaud fait ainsi partie du GRETS, un laboratoire de sciences sociales né au début des années 1980 au sein de la direction des Études et recherche d’EDF-GDF. La diversité des missions effectuées par cette équipe de recherche (libre, pour une part, de définir son programme de travail) témoigne de la multiplicité des usages possibles des sciences sociales par une entreprise : études sur l’acceptabilité sociale du nucléaire lors de l’installation de centrales, sur l’égalité hommes-femmes, la précarité énergétique, la maîtrise de l’énergie, les nouveaux modes de vie… L’ouvrage d’Anne-Sophie Perriaux sur Renault et les sciences sociales (Perriaux, 1996), référence majeure d’un certain nombre de contributions de ce hors-série, expose également une impressionnante palette d’usages des sciences sociales chez Renault. Par ailleurs, même si le phénomène reste assez marginal en sciences sociales, des doctorants effectuent parfois leur thèse en entreprise grâce à des contrats CIFRE (Conventions industrielles de formation par la recherche)3.

14En s’en tenant à ces formes officielles de collaboration, on pourrait croire, à tort, que seules les très grandes entreprises (qui sont, il est vrai, les plus grosses « consommatrices » de chercheurs), et celles qui rémunèrent de temps à autre des chercheurs, font aujourd’hui usage des sciences sociales. On laisserait ainsi de côté le processus complexe d’appropriation des sciences sociales par les managers eux-mêmes, sans qu’ils aient nécessairement recours à des universitaires.

15Revenons sur un malentendu dans l’organisation de cette journée. Nous avions estimé pouvoir dire que « les sciences sociales n’avaient aujourd’hui plus la cote ». Nous faisions principalement référence à la « valeur » sur le marché du travail des études en histoire, sociologie, anthropologie… Cette affirmation polémique fut vivement combattue par les chercheurs les plus aguerris (Meynaud et  Fridenson en particulier), qui, forts de leur longue expérience, penchaient plutôt pour la proposition inverse : les sciences sociales n’ont peut-être jamais été aussi omniprésentes qu’aujourd’hui. En réalité, ces propos contradictoires, tenus par deux générations de chercheurs différentes, forment un paradoxe qu’il est facile de dépasser.

16Il est exact d’affirmer que les entreprises ne peuvent se passer des sciences sociales, ou au moins de leurs outils. Leur besoin en sciences sociales ne fait aucun doute. Godelier rappelle ainsi le lien organique entre sociologie et marketing, à travers l’exemple de l’école de Chicago. Cette dernière fut en partie fondée à partir d’une commande qu’avait passée une grande entreprise de distribution cherchant à mieux comprendre le comportement de ses clients.

17La nécessité pour les entreprises de se pencher sur leur histoire, à la croisée d’enjeux mémoriaux, de communication, et de stratégie de développement, est tout aussi incontestable.

18Le texte de Rodolphe Vidal met par exemple l’accent sur le développement rapide des problématiques de « responsabilité sociale des entreprises » (RSE), dans lequel il ne faut pas voir qu’un phénomène de mode : la RSE est certes un outil de communication, mais elle traduit aussi un souci croissant de la part des entreprises de comprendre leur environnement et la manière dont elles peuvent agir sur lui. Vidal illustre à partir de trois exemples le rôle central joué aujourd’hui par les sciences humaines et sociales dans ces politiques de RSE (le développement des approches Base of the Pyramid, la politique de gestion des risques et les innovations dans le secteur financier). L’illustration de ces deux objectifs de la RSE (communication et image d’un côté, responsabilité sociale proprement dite de l’autre) nous est donnée de manière très explicite par le cas, remarquablement complexe, de la politique de lutte contre les discriminations d’Adecco, dont rendent compte Emmanuel Maillet (responsable de la RSE au sein du groupe Adecco) et Éric Cédiey, chargé d’études chez ISM-Corum et statisticien économiste de formation.

19Enfin, il n’est pas impossible que la violence et la récurrence des crises ne fassent évoluer les entreprises dans le rapport qu’elles entretiennent au temps, à leurs rythmes et à leur histoire : les outils des sciences sociales peuvent plus facilement s’imposer dans une organisation qui n’est pas pilotée à très court terme, ainsi que nous l’affirmons dans la conclusion de notre contribution.

Des sciences sociales omniprésentes, mais des chercheurs peu nombreux

20Néanmoins, cette omniprésence des sciences sociales dans un sens très large ne se traduit pas automatiquement par une présence accrue des chercheurs dans les entreprises. Elle n’a pas non plus encore bouleversé l’enseignement très utilitariste des écoles de gestion. En réalité, comme l’explique Godelier, la frilosité des chercheurs, dès qu’il s’agit d’entrer en contact avec des praticiens et de tenir à ces « indigènes » un langage à la fois compréhensible et séduisant, laisse souvent le terrain libre à des experts non universitaires et à des cabinets de consultants, dont la légitimité est souvent douteuse (malgré le prix de leurs prestations).

21Il y a néanmoins d’autres explications plus profondes. Tout d’abord les sciences sociales sont pour ainsi dire victimes de leur succès. Elles ont souvent été intégrées à des enseignements et des domaines qui ne portent pas leur nom mais en sont très proches (le marketing par exemple). Le découpage disciplinaire dans l’enseignement supérieur ne doit pas nous conduire à réifier des disciplines qui ont le plus souvent de nombreuses racines communes (d’où l’importance d’une histoire des outils de gestion et de la pensée managériale). Plus généralement, la plupart des praticiens ont une connaissance au moins passive des sciences sociales et n’ont pas besoin de sociologues pour comprendre qu’il existe dans l’entreprise des enjeux de pouvoir et de domination.

22Enfin, le contact avec ces praticiens invite à renouer avec une forme de « pragmatisme », comme le souligne l’avant-propos de ce hors-série. Face à des acteurs nourris de sciences sociales, connaisseurs intimes, cela va sans dire, de leur terrain, qui détient les clés du savoir ? Quel équilibre trouver entre chercheurs et praticiens dans la définition des objets et des objectifs de recherche ? Les praticiens peuvent-ils se passer des chercheurs ?

23Voilà pourquoi les sciences sociales peuvent à la fois occuper une place inédite dans les entreprises, sans que ces dernières se tournent nécessairement vers les chercheurs, surtout si ceux-ci ne tentent pas de démontrer leur utilité.

Savoir poser le « bon problème »

24Les textes de cette partie du hors-série convergent vers la nécessité de faire évoluer la posture du chercheur parfaitement neutre, extérieur à l’objet qu’il étudie, si ce dernier veut trouver un terrain d’intérêts communs avec l’entreprise. Didier Lapeyronnie et Laurent Courtois, cités par Meynaud, estiment ainsi que « le sociologue n’a pas un point de vue transcendant et universel sur la vie sociale. Il n’est pas en dehors de la caverne pour reprendre une image célèbre ; il est à l’intérieur. » (Lapeyronnie, 2008, p. 33) La recherche-action fournit un premier exemple d’une telle fonction du chercheur. Cette dernière consiste d’après Godelier en une sorte d’« herméneutique de la pensée » dans laquelle le chercheur tentera de faire « accoucher » ses patients en les aidant à formuler les problèmes qu’ils rencontrent. Le chercheur apporte certes ses outils du dehors, mais il les confronte aux interrogations des praticiens, dans une démarche de co-construction des thématiques de recherche. Depuis les années 1970 par ailleurs, de nombreuses recherches sur et dans les entreprises s’effectuent grâce à des comités de pilotage. Les différentes parties prenantes de la recherche se rencontrent dans la durée au sein de ces comités, cadre qui permet la résolution de nombreuses difficultés.

25Au-delà de cette réponse méthodologique et épistémologique, il reste une interrogation fondamentale : comment un chercheur peut-il parvenir à intéresser des femmes et des hommes d’entreprise ? Comment peut-il faire émerger des besoins et des problèmes nouveaux ? Quelle est sa valeur ajoutée ? Le chercheur, en effet, n’a pas vocation à répondre à des demandes très précises, techniques, et à mettre ses outils à disposition d’un projet scientifique dont il ne maîtriserait pas les tenants et les aboutissants. Nicolas Marty explique ainsi qu’il a toujours refusé de faire partie de l’association de défense de la Source Perrier. Nous avons aussi refusé plusieurs sollicitations d’entreprises de travail temporaire dès lors qu’il semblait que nos interlocuteurs tentaient d’imposer leurs problématiques. Fridenson le rappelle :

[...] la question n’est pas tant de savoir quelle est la « position » du chercheur vis-à-vis des entreprises, mais de savoir s’il a quelque chose à dire. Je rejoins la vieille exhortation lancée par l’historien Lucien Febvre : l’essentiel est de partir d’un problème.

26Il n’existe évidemment aucune « méthode » pour mettre au jour un problème pertinent. Mais le chercheur aura sans doute besoin pour cela d’un savant mélange de culture générale, de maîtrise d’outils techniques courants dans sa ou ses disciplines, de distance et d’humilité face aux discours et pratiques de ses interlocuteurs, souvent plus riches qu’on ne le croit au premier abord.

Des bons et des mauvais usages des sciences sociales

27Nous aimerions conclure en évoquant brièvement l’article de Cédiey et Maillet sur la politique de RSE d’Adecco en matière de discrimination. Il s’agit certainement de l’illustration la plus problématique et la plus détaillée de ce hors-série concernant les relations entre sciences sociales et entreprises.

28Adecco fut condamnée en 2006 pour discrimination à l’embauche à l’issue d’un long procès très médiatisé. Les retombées en termes d’image furent évidemment catastrophiques. Par ailleurs, les populations d’origine immigrée sont habituellement surreprésentées parmi les intérimaires. Enfin, la nature triangulaire de la relation entre intérimaires, agence et entreprise cliente est particulièrement propice à l’émergence de discriminations – la politique de discrimination étant parfois confiée au responsable d’agence qui se trouve dans un état de dépendance économique vis-à-vis du donneur d’ordre.

  • 4  Les fonds de cette recherche proviennent également de l’Europe (programme Equal), contrôle supplém (...)

29Les entreprises d’intérim forment donc un terrain très propice aux discriminations mais aussi aux études sur et à la lutte contre les discriminations. Ces questions figurent aujourd’hui au cœur des thématiques de recherche en sciences sociales. Il est tentant de voir dans la démarche de lutte contre les discriminations d’Adecco, effectuée en partenariat avec un cabinet d’experts très compétents sur ces questions, un modèle de coopération et de co-construction d’un objet de recherche particulièrement intéressant4. Avec le lancement d’une vaste opération de testing précédée d’une phase d’enquêtes et de négociation (menées grâce au soutien logistique et technique d’ISM Corum), il semble ainsi possible, par ce terrain, d’aborder de front un problème connu mais pour lequel les données sont très difficiles à rassembler.

30Pourtant, lors de la discussion, ni Cédiey, ni Maillet n’ont apporté de réponses susceptibles de satisfaire la curiosité du chercheur quant à l’ampleur des discriminations, ou aux formes qu’elles prenaient. L’image donnée par le responsable de la RSE d’Adecco fut celle d’une négociation et d’une sensibilisation réussies des acteurs de l’entreprise aux problèmes des discriminations, problèmes aujourd’hui en voie de résorption. Du reste, la phase de testing des discriminations, irréprochable sur le plan de la méthode, n’a été lancée qu’après cette vaste de campagne d’informations et de formation auprès des employés, ce qui change évidemment la nature des résultats et limite le risque pris par l’entreprise…

31Nous avons là un cas exemplaire des conflits possibles entre les logiques de recherche des sciences sociales et l’usage que les entreprises peuvent faire de cette dernière. La politique de lutte contre les discriminations d’Adecco ne peut avoir lieu sans le concours de spécialistes du droit, du marché du travail, de la place des minorités dans la société française. Ces derniers ne peuvent réunir des données de qualité sans étudier ce type d’entreprises (avec leur bénédiction). Mais ils pourront difficilement exploiter librement leurs résultats sans rompre le contrat moral qui les unit à leurs partenaires et les progrès scientifiques à attendre de ce type de collaboration risquent d’être décevants.

32Néanmoins, dans ce cas comme dans beaucoup d’autres évoqués dans ce hors-série, la rencontre entre les deux univers a bien eu lieu et a produit des effets bénéfiques pour l’ensemble des parties prenantes. Dès lors que le chercheur adopte vis-à-vis de l’entreprise une démarche critique, le plus grand risque auquel il s’expose est de ne pas pouvoir diffuser comme il l’entendrait ses résultats. Mais comme le souligne si justement Anne-Sophie Perriaux dans son ouvrage (Perriaux, 1996), le simple fait pour un chercheur de poser une question pertinente produit déjà des effets et contribuera à informer, d’une manière ou d’une autre, les pratiques dans l’entreprise.

Haut de page

Bibliographie

Coriat Benjamin et Weinstein Olivier, 1995, Les nouvelles théories de l’entreprise, Paris, LGF.

Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, 2009, RERS 2009 – Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, ministère de l’Éducation nationale.

Lapeyronnie Didier, 2008, Ghetto urbain, Paris, Robert Laffont.

Perriaux Anne-Sophie, 1996, Renault et les sciences sociales, 1948-1991, Paris, Seli Arslan.

Querrien Anne, 2002, « CERFI, 1965-1987 » [en ligne], criticalsecret.com, no 8-9, [URL : ttp://www.criticalsecret.com/n8/quer/1fr/], consulté le 18 avril 2010.

Touraine Alain, 1955, L’évolution du travail ouvrier aux usines Renault, Paris, CNRS.

Haut de page

Notes

1  N.d.l.r. La journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » a été organisée par Charles de Froment, doctorant en histoire contemporaine au CRH (Centre de recherches historiques, CNRS, EHESS) et au CENJ-Yan Thomas (Centre d’étude des normes juridiques - Yan Thomas, EHESS). La revue Tracés lui a donc tout naturellement confié le soin d’introduire cette partie du hors-série 2010. Nous le remercions pour son investissement indéfectible tout au long de la préparation de ce numéro.

2  Avant les travaux déjà anciens de R. Coase, O. Williamson, H. Simon, l’entreprise n’était en effet jamais étudiée pour elle-même, comme organisation complexe susceptible d’agir sur son environnement, capable d’inventer des produits diversifiés et innovants et dont le mode de fonctionnement influait sur ses performances : il s’agissait d’une « boîte noire » ou d’une « firme-point » dénuée de toute épaisseur (voir l’introduction de Coriat et Weinstein, 1995).

3  Le nombre d’offres de contrat CIFRE en sciences humaines et sociales ne nous semble pas de nature à bouleverser pour l’instant le paysage universitaire. Voir [URL : http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/offres.jsp ?idDoc =3293], consulté le 17 avril 2010.

4  Les fonds de cette recherche proviennent également de l’Europe (programme Equal), contrôle supplémentaire qui semble garantir le sérieux de l’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles de Froment, « Introduction. Fortune et infortunes des sciences sociales en entreprise », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4662 ; DOI : 10.4000/traces.4662

Haut de page

Auteur

Charles de Froment

Doctorant en histoire contemporaine au CRH (Centre de recherches historiques, CNRS, EHESS) et au CENJ-Yan Thomas (Centre d’études des normes juridiques – Yan Thomas, EHESS), et chargé de recherche à l’ESSEC.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page