Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La conversation comme phénomène d’émergence collaborative

R. Keith Sawyer
Traduction de Yaël Kreplak
p. 45-67

Résumés

Pour explorer la créativité de l’improvisation à l’œuvre dans la conversation ordinaire, j’ai réalisé une étude empirique approfondie d’un genre de discours hautement improvisé : les représentations données par des troupes de théâtre d’improvisation à Chicago. Pour pleinement comprendre et expliquer ces dialogues, j’ai jugé nécessaire de développer un nouveau cadre théorique, que j’appelle « émergence collaborative » : celui-ci postule que le cadre interactionnel partagé émerge de la créativité de la conversation, et exerce ensuite un pouvoir causal sur les individus participants. Ce cadre théorique diverge ainsi des approches de la conversation les plus influentes, y compris l’analyse conversationnelle (en sociologie) et l’ethnographie de la parole (en anthropologie).

Haut de page

Texte intégral

1Mes recherches portent sur les éléments improvisationnels de la conversation ordinaire. Pour explorer la créativité de l’improvisation à l’œuvre dans la conversation, j’ai réalisé une étude empirique approfondie d’un genre de discours hautement improvisé : les représentations données par des troupes de théâtre d’improvisation à Chicago (Sawyer, 2003). Durant deux ans, j’ai mené une enquête ethnographique qui a abouti à plus de cinquante heures d’enregistrements vidéo de représentations publiques. J’avais le statut d’observateur participant ; j’accompagnais au piano un grand nombre des groupes que j’ai filmés, et j’assistais ainsi aux répétitions aussi bien qu’aux représentations. J’ai interviewé des acteurs, des metteurs en scène et des professeurs de jeu, et j’ai suivi des cours d’improvisation.

2Les dialogues improvisés que jouent sur scène les compagnies de théâtre d’improvisation de Chicago sont issus de la collaboration du groupe dans son ensemble. Ce n’est pas un acteur seul qui crée la représentation ; elle émerge de la dynamique processuelle de la conversation. À l’instar des rencontres conversationnelles, le dialogue improvisé résulte de la création d’un cadre interactionnel (Bateson, 1972 ; Goffman, 1974), d’une définition de la situation qui permet à des actions socialement cohérentes de se produire.

3Parce que ces représentations sont jouées sur scène, j’appelle le cadre interactionnel qui y est créé le cadre dramatique. Celui-ci inclut tous les aspects de la représentation : les personnages joués par les acteurs, leurs motivations, leurs relations, l’activité conjointe dans laquelle ils sont engagés, la localisation de l’action, la période historique à laquelle elle se déroule et le genre d’interaction qu’elle suscite, l’intrigue générale, la relation de l’activité conjointe des personnages avec cette intrigue. Le cadre dramatique est construit tour après tour : un acteur propose un nouveau développement du cadre et les autres acteurs y répondent en modifiant ou en améliorant cette proposition. Chaque nouvelle proposition de développement dans le cadre est le fruit de l’inspiration créative d’un acteur, mais elle n’est intégrée à la pièce qu’après avoir été évaluée par les autres acteurs. Dans le dialogue qui suit la proposition, le groupe collabore pour déterminer s’il l’accepte ou non et comment il peut l’intégrer à la trame de la pièce qui a déjà été établie, et pour savoir ensuite comment continuer à élaborer à partir d’elle.

4Ce processus interactionnel est tout à fait semblable à la dynamique conversationnelle qu’ont étudiée les analystes de conversation (Sacks, Schegloff et Jefferson, 1974 ; Schegloff et Sacks, 1973). Dans les rencontres sociales de la vie ordinaire, la plupart des propriétés du cadre interactionnel sont déjà relativement fixées. Nous jouons notre propre rôle, nous identifions tous à quel endroit nous nous trouvons et quels genres d’interactions y sont appropriés, et, si nous avons des antécédents avec nos co-interactants en tant qu’amis ou collègues, nous ravivons les souvenirs de nos rencontres précédentes avec ces derniers. En dépit de ces éléments fixes, dans toute rencontre conversationnelle, des éléments du cadre interactionnel restent disponibles pour une négociation entre les participants. Erving Goffman (1974) était particulièrement intéressé par les rencontres qui nécessitaient que les participants fassent preuve de flexibilité et de jeu dans leur négociation d’une compréhension mutuellement partagée.

5Dans les dialogues improvisés, ce processus de création collaborative est poussé à l’extrême, étant donné qu’aucun élément du cadre dramatique n’est prédéterminé. J’appelle ce processus émergence collaborative parce que le cadre dramatique émerge de l’activité de collaboration créative de l’ensemble des participants. Dans la partie suivante, je démontrerai les propriétés de l’émergence collaborative en présentant un exemple de dialogue improvisé. Je ferai ensuite une présentation de la façon dont les chercheurs dans le domaine de la conversation ont par le passé théorisé ces mêmes processus. Les analystes de conversation comme les anthropologues ont très souvent employé les termes « cadre », « contexte » et « émergence », mais j’avancerai l’idée qu’il y a une tension théorique non résolue dans ces usages : cette tension irrésolue concerne le statut ontologique du cadre interactionnel émergent. J’élaborerai ensuite une théorie de l’émergence collaborative qui propose une nouvelle approche de cette tension. Je conclurai par la présentation d’une étude de cas démontrant la valeur de ce cadre théorique et apportant des preuves de l’existence d’un pouvoir causal du cadre dramatique émergent.

Un exemple

6Pour démontrer quelques-unes des caractéristiques majeures de l’émergence collaborative, je commencerai par un exemple de dialogue tiré d’une performance réalisée en 1993 par la compagnie théâtrale chicagoane Off-Off Campus (exemple 1). Il s’agit des premières secondes de dialogue d’une scène, dont les acteurs savaient qu’elle durerait environ cinq minutes. Il avait été demandé au public de suggérer un proverbe, et la suggestion faite était : « À cheval donné, on ne regarde pas les dents. »

Exemple 1 :
Lumière allumée. Dave est à droite de la scène, Ellen à gauche. Dave commence à gesticuler, se parlant à lui-même.

1

Dave

Toutes ces figurines en verre dans ma ménagerie, la boutique de mes rêves, il  y en a partout, des centaines de milliers !

Tourne la tête pour admirer

2

Ellen

Marche doucement vers Dave

3

Dave



Oui, je peux vous aider ?

Se retourne et remarque Ellen

4

Ellen

Oui, euh, je cherche un cadeau.

Ellen regarde vers le bas, comme un enfant, les doigts dans la bouche

5

Dave

Un cadeau ?

6

Ellen

Ouais.

7

Dave

J’ai un petit singe ?

Dave mime l’action de prendre un petit singe sur l’étagère et de le donner à Ellen

8

Ellen

Ah, c’est que je cherchais quelque chose d’un peu plus gros…

9

Dave

Oh.

Repose l’objet sur l’étagère

10

Ellen

C’est pour mon papa.

7Au tour 10, des éléments du cadre commencent à émerger. Nous savons que Dave tient un magasin, et qu’Ellen est une petite fille. Nous savons qu’Ellen est en train d’acheter un cadeau pour son père, et que, étant jeune, elle a probablement besoin de l’aide du gérant du magasin. Ces éléments dramatiques ont émergé des contributions créatives des deux acteurs. Bien que l’on puisse identifier l’incrémentation de chaque contribution, aucun des tours ne détermine pleinement la suite du dialogue, et le cadre dramatique émergent n’est choisi, décidé ou imposé ni par Ellen ni par Dave.

8Abordant les choses à la manière d’un psychologue cognitif, un analyste pourrait expliquer que de tels dialogues émergent des états mentaux des acteurs dans chaque tour singulier, autorisant ainsi un traitement réductionniste où chaque tour serait analysé en termes d’états mentaux tels que des intentions (ce que l’acteur avait l’intention de signifier par son action) et des attentes (ce qu’il s’attendait à voir se produire). Le cadre émergent lui-même pourrait être expliqué de manière réductionniste comme les représentations mentales qu’en auraient Dave et Ellen. Pourtant, l’approche individualiste et réductionniste est difficile à appliquer à des dialogues improvisés tels que ceux de l’exemple 1. Les intentions individuelles ne sont pas utiles pour l’explication parce que, dans la plupart des cas, un acteur ne peut connaître la signification de son propre tour tant que d’autres acteurs n’y ont pas répondu. Au tour 2, lorsqu’Ellen se dirige vers Dave, son action a de nombreuses significations potentielles ; par exemple, elle pourrait être une collègue arrivant en retard au travail. Son action ne signifie l’entrée d’une cliente dans le magasin qu’à partir de la requête de Dave au tour 3. Ce type d’interprétation rétrospective est très commun dans le dialogue improvisé, et c’est l’une des raisons pour lesquelles le cadre dramatique est analytiquement irréductible aux intentions ou aux actions des participants dans leurs tours du dialogue.

L’émergence du cadre

9Dans les dialogues improvisés, le cadre contraint et rend possible l’action collective. Ces deux processus sont toujours simultanés et inséparables. Chaque tour nourrit un processus continu d’émergence collaborative qui est simultanément contraint par le cadre émergent que partagent les acteurs au moment où ce tour est pris. Tant que le rideau n’est pas tombé et que la représentation n’est pas finie, personne ne peut arrêter celle-ci à un moment précis et identifier avec certitude la structure du cadre. Elle est continûment soumise à la négociation et, du fait de cette ambiguïté irréductible, il y aura toujours une intersubjectivité irrésolue, les différents participants ayant différentes interprétations du cadre.

  • 1  N.d.t. Nous traduisons conversation analysis par « analyse conversationnelle », qui fait préciséme (...)
  • 2  N.d.t. Nous traduisons : « Performance here is seen as a creative and emergent accomplishment […].(...)
  • 3  N.d.t. Nous traduisons : « […] the deepest problem in the social disciplines [is to understand] th (...)

10J’étudie l’émergence collaborative dans le dialogue improvisé en combinant deux axes de recherche distincts. Le premier est emprunté à des domaines tels que l’analyse conversationnelle1 et l’ethnographie de la parole, dont les recherches empiriques se focalisent très étroitement sur la conversation. Ces approches se distinguent par la rigueur méthodologique de leurs analyses des mécanismes de tour-à-tour qui animent l’interaction conversationnelle. Ces chercheurs ont soutenu que la parole ne pouvait être comprise comme une transcription statique, mais devait être considérée comme fondamentalement mise en jeu dans l’interaction (Gumperz, 1982 ; Schegloff, 1990 ; Schegloff et Sacks, 1973). Plusieurs études en ethnographie de la parole ont souligné la créativité naturelle inhérente à la performance verbale (Bauman et Briggs, 1990 ; Bauman et Sherzer, 1974 ; Hymes, 1962). Comme l’ont noté Richard Bauman et Joel Sherzer, « la performance est considérée ici comme un accomplissement créatif et émergent » (Bauman et Sherzer, 1989, p. xviii)2. « Le problème de fond dans les disciplines sociales [est de comprendre] l’interaction dynamique entre le social, le conventionnel, le “déjà-là” dans la vie sociale et les qualités individuelles, créatives et émergentes de l’existence humaine » (ibid., p. xix)3.

11De toutes les approches de l’action sociale humaine (les autres seraient la pragmatique, la psychologie cognitive et autres théories macrosociologiques), ces deux-là sont les plus pertinentes pour mon étude empirique des dialogues improvisés. Pourtant, elles n’ont pas suffisamment théorisé la nature collective et partagée du cadre interactionnel. Pour combler cette lacune, je dépasse ces traditions empiriques en théorisant explicitement le cadre interactionnel comme un phénomène social collectif. En m’appuyant sur l’émergentisme sociologique (Sawyer, 2005), j’avance l’idée que le cadre interactionnel partagé est analytiquement irréductible aux actions, intentions ou états mentaux des individus participants. Bien que créé par ces derniers via leur action collective, le cadre est analytiquement indépendant des individus, et exerce un pouvoir causal sur eux. Cette approche rejette donc quelques-unes des hypothèses au fondement de l’analyse conversationnelle, telles que la position d’Emmanuel Schegloff selon laquelle toutes les influences causales du « contexte externe » sur le dialogue constitueraient un « contexte discursif » parce que le contexte n’est important que dans la mesure où il est manifestement pertinent pour les participants (Schegloff, 1992, p. 215).

12Je soutiens que, dans les dialogues improvisés comme celui de l’exemple 1, le cadre émergent ne peut être réduit à une analyse des représentations qu’en ont les individus, ni aux contributions de ces individus dans leurs tours (comme un psychologue cognitif pourrait le faire) ; il ne peut pas non plus être réduit à des notions d’analyse conversationnelle telles que la pertinence manifeste du cadre sur un tour individuel, l’orientation vers le cadre, ou encore la façon dont les participants traitent ce cadre dans un tour individuel. Je présente une théorie de l’interaction conversationnelle qui montre pourquoi ces cadres émergents doivent être traités comme des totalités analytiquement irréductibles. Du fait de l’émergence collaborative, les dialogues improvisés ne peuvent être expliqués dans leur intégralité ni par l’analyse des actions ou des états mentaux des participants, ni par l’analyse des interactions de ces individus (bien qu’elle prétende fournir une explication du cadre interactionnel émergent). Ce type d’analyse peut partiellement expliquer l’émergence collaborative des cadres interactionnels, mais ne peut pas représenter adéquatement l’indépendance analytique du cadre émergent, ni la façon dont, causalement, il contraint et permet les actions des participants.

13Les chercheurs en analyse conversationnelle rejettent généralement l’individualisme méthodologique et se focalisent sur l’ordre de l’interaction comme niveau d’analyse distinct (Rawls, 1987). En même temps, la plupart des conversationnalistes croient que le cadre émergent ne peut être expliqué qu’en termes d’actions stratégiques accomplies par les individus et d’interprétations manifestes qu’ils en font dans les tours successifs de leur rencontre. Cette position est une variante de ce à quoi je fais généralement référence comme relevant de l’interprétativisme. Par ce mot, j’entends un ensemble assez large de théories qui ont pour croyance commune le fait que la réalité sociale ne peut être étudiée qu’en termes de représentations individuelles. Cette définition large de l’interprétativisme inclut de nombreux chercheurs rejetant le positivisme et l’objectivisme, y compris les chercheurs en sciences sociales adoptant des approches phénoménologiques et subjectivistes. Les interprétativistes ne croient pas que les forces macrostructurales contraignent les individus, ils pensent plutôt qu’elles sont médiatisées par les interprétations qu’en ont ces individus. Ainsi, les interprétativistes, comme d’ailleurs les individualistes méthodologiques, rejettent les lois causales sociales (voir par exemple Giddens, 1984).

  • 4  N.d.t. « […] human group life [as] an ongoing process ».
  • 5  N.d.t. « […] the fitting together of of the lines of behavior of the separate participants ».

14L’analyse conversationnelle est fondée sur une conception de la conversation comme élaboration commune dans l’interaction, par un processus d’improvisation collaborative, de significations partagées. Pour cela, les conversationnalistes s’appuient sur des conceptions, mises en avant par les interactionnistes symboliques, de « la vie d’un groupe humain [comme] processus en cours » (Blumer, 1966, p. 538)4 et de l’action conjointe comme « ajustement des lignes de conduite de participants distincts » (ibid., p. 540)5. Dans l’une des publications canoniques des débuts de l’analyse conversationnelle, Harvey Sacks, Emmanuel Schegloff et Gail Jefferson (1974, p. 700-701 et p. 729-731) ont défini la conversation en termes d’improvisationnalité collective du tour de parole. Les orientations partagées vers le cadre interactionnel émergent de l’interaction signifiante et incluent les compréhensions mutuelles des rôles joués par les participants et des règles en fonction desquelles ils interagissent.

15Un groupe quelque peu distinct de chercheurs en anthropologie, les ethnographes de la parole, ont travaillé sur des problèmes théoriques comparables, et se sont intéressés de manière privilégiée à l’art verbal et aux performances verbales rituelles réalisées en public. Ces chercheurs s’appuient aussi bien sur les études folkloriques que sur l’anthropologie linguistique. La plus grande part de ces recherches met en évidence les éléments émergents et créés collaborativement de la culture orale, à la différence des études du folklore traditionnel qui mettent souvent l’accent sur la dimension textuelle de la performance. Ce rejet d’une approche textuellement orientée a constitué un développement important dans l’analyse de l’art verbal, mais n’a pas apporté de réponse à la question du statut ontologique et épistémologique du texte de la performance et de ce qui, à proprement parler, « émerge » dans la performance. Quel est le texte ou le cadre émergent ? Et comment pouvons-nous l’étudier ? Dans cette approche, la nature de ce qui reste stable d’une performance à l’autre est problématique et a continué à constituer un champ actif de recherche dans les développements ultérieurs de la théorie (Bauman et Briggs, 1990 ; Silverstein et Urban, 1996). Les ethnographes de la parole ne s’intéressent habituellement pas à la façon dont les textes exercent une contrainte sur les individus, et préfèrent se focaliser sur les possibilités pour les acteurs de la performance d’exercer leur créativité. Comme les analystes de la conversation, la plupart des ethnographes de la parole font occasionnellement appel au langage émergentiste pour décrire la façon dont les participants collaborent pour créer une nouvelle performance improvisée, mais, dans leur pratique empirique, ils n’attribuent pas un statut indépendant au cadre émergent, et leurs analyses restent focalisées sur les individus et leurs interprétations (par exemple, voir Basso, 1992 ; Duranti, 1992).

  • 6  N.d.t. « […] only describe what men do in generalized terms. »

16Les conversationnalistes, de même que les ethnographes de la parole, n’explicitent pas leurs théories du cadre interactionnel. Ils rejettent les conceptions selon lesquelles le monde social aurait une structure objective irréductible qui contraindrait les individus dans l’interaction, conceptions que l’on trouve notamment représentées dans le paradigme dominant en sociologie après la guerre, le structuro-fonctionnalisme de Talcott Parsons. Des concepts de niveau macro, tels que la structure sociale et la culture, sont tenus pour des abstractions qui ne font que « décrire ce que les hommes font dans des termes généraux », mais qui n’existent pas, pas plus qu’ils n’ont une quelconque force causale sur les individus (Shibutani, 1961, p. 175)6.

17Bien que cette hypothèse soit rarement explicitée, la plupart des conversationnalistes et des ethnographes de la parole estiment que le cadre n’existe pas indépendamment des individus et des tours de l’interaction, et le définissent en termes d’orientations ou d’alignements observables des individus par rapport à lui. L’hypothèse de la « structure-en-action » produit une ambiguïté irrésolue dans les conceptions existantes du cadre interactionnel, car des termes comme « cadre » ou « travail des cadres » ont de fortes connotations structurales. Mon objectif sera ici de poser cette question restée sans réponse : quel est le statut ontologique du cadre interactionnel ?

L’émergentisme

18J’affirme que le cadre est un phénomène social émergent qui ne peut être expliqué dans sa totalité par les intentions, les représentations internes ou les orientations manifestes des acteurs individuels, pas plus que par l’étude des actions discursives accomplies isolément par les tours singuliers. Le cadre est composé de propriétés collectives irréductiblement émergentes, et j’avance que ces propriétés peuvent avoir un pouvoir causal sur l’action individuelle. Jusqu’à présent, les recherches sur la conversation ont relevé soit de l’individualisme méthodologique, soit de l’interprétativisme, et ont nié le fait que le cadre est irréductiblement collectif ou qu’il peut avoir un pouvoir causal.

19Les théories de l’émergence sont apparues au cours du xxe siècle, et ont influencé un large ensemble de disciplines, dont la philosophie, la biologie évolutionniste, la psychologie et la sociologie (Sawyer, 2005). Les émergentistes ont commencé par observer que, dans certains systèmes, des structures complexes et différenciées de niveau supérieur émergent de l’organisation et de l’interaction de composants plus simples de niveau inférieur. L’émergentisme soutient que, dans ces systèmes complexes, il n’existe rien d’autre que les composants et leurs interactions. Pourtant, il maintient aussi que certaines propriétés émergentes de niveau supérieur ne peuvent être étudiées avec des méthodes réductionnistes.

20En sociologie, l’émergentisme est une position qui s’occupe de la relation entre l’individuel et le collectif (Sawyer, 2005), et qui participe d’un intérêt durable pour le lien entre micro et macro, entre des phénomènes individuels – actions des individus, interprétations des phénomènes sociaux et significations subjectives attribuées aux phénomènes sociaux (la tradition wébérienne) – et des phénomènes macrosociaux, tels que les institutions, les classes sociales et l’économie (la tradition durkheimienne). Dans l’émergentisme sociologique, les seules entités réelles dans un collectif sont les individualités qui y participent. Pourtant, l’émergentisme sociologique rejette l’individualisme méthodologique, en soutenant que certains collectifs sont des systèmes dynamiques complexes qui ne peuvent être réduits à l’analyse des composants individuels et de leurs interactions. Si tel est le cas, la sociologie devrait nécessairement être une science des lois par lesquelles les termes élémentaires renvoient aux propriétés des collectifs.

21Mon approche entretient de subtiles différences avec les formes antérieures d’émergentisme sociologique. D’une part, mon intérêt se porte principalement sur les mécanismes micro-interactionnels par lesquels émerge le phénomène social partagé, tandis que la macrosociologie, globalement plus réaliste, part du fait que les forces macrosociales existent déjà, au lieu de théoriser et d’examiner empiriquement comment elles en viennent à exister. D’autre part, la macrosociologie étudie la force causale associée à des émergents qui précèdent le début de la rencontre. Par exemple, dans la plupart des travaux en sociolinguistique, les variables indépendantes sont des propriétés macrosociales dérivées, comme la classe, la race, le genre, la localisation institutionnelle et la position dans un réseau. Au lieu de cela, j’étudie ici les forces causales qui s’originent dans un émergent créé par les participants. Cela me permet ainsi d’éviter un grand nombre des objections individualistes et interprétativistes formulées à l’encontre de ces approches macrosociales, et notamment l’idée, très répandue en sociologie, selon laquelle les facteurs macrosociaux exercent leur force causale sur les rencontres, ou plus exactement, que la force causale des facteurs macrosociaux serait toujours déjà médiatisée par les orientations que les participants ont internalisées au cours de rencontres antérieures.

22La conversation est d’autant plus disposée à manifester une émergence collaborative lorsqu’elle possède les quatre caractéristiques suivantes : 1) imprédictibilité ; 2) intersubjectivité processuelle ; 3) causalité sociale ; et 4) recours à des stratégies de communication implicitement métapragmatiques. Les conversations ayant ces propriétés ressembleront plus à des dialogues improvisés, et seront moins sujettes à des méthodes d’analyse individualistes ou interprétativistes. Je me focaliserai ici sur la quatrième propriété : les stratégies métapragmatiques implicites.

Quand le cadre est-il émergent ? La métapragmatique implicite

23La plupart des chercheurs travaillant sur la complexité ont suggéré que deux variables au moins contribuent à l’émergence : le nombre des entités dans le système, et la complexité de la communication entre ces entités (Sawyer, 1999, 2001). Les simulations par ordinateur de systèmes complexes ont traditionnellement contenu un grand nombre d’entités, combinées avec des règles de communication plutôt simples, comme c’est le cas aussi bien dans les recherches sur le connexionisme que sur la vie artificielle. Néanmoins, ces chercheurs reconnaissent que l’émergence est fonction à la fois du nombre d’entités et de la complexité des règles de la communication. En tant que telle, l’émergence pourrait être trouvée dans des systèmes ayant un petit nombre d’entités, pour autant que la communication y soit suffisamment complexe. C’est la situation qu’on trouve dans le dialogue improvisé en groupe.

24Je soutiens que l’émergence collaborative résulte de la fonction métapragmatique du dialogue. Dans une représentation improvisée, l’émergent est un cadre interactionnel constamment changeant, qui émerge des tours des acteurs individuels et qui contraint ensuite les actions ultérieures de ces acteurs. Les exigences de l’interaction intersubjective ont pour effet d’introduire du jeu entre les modèles mentaux des acteurs. Par conséquent, pour qu’une interaction cohérente émerge, les acteurs doivent être capables de soumettre leurs représentations distinctes à une négociation. Pourtant, les acteurs ne sortent pas de leur rôle pour discuter de la façon dont la scène va se développer ; cela briserait l’illusion dramatique et ferait perdre la continuité de la scène. À la place, les acteurs doivent négocier leur intersubjectivité tout en jouant la scène en cours. Ainsi, dans le dialogue, à chaque tour, un acteur joue son personnage au sein du cadre interactionnel et, au même moment, négocie implicitement cette intersubjectivité en proposant une élaboration supplémentaire ou une transformation de ce cadre. Cette fonction communicative est implicitement métapragmatique, au sens où son effet pragmatique indirect contribue à définir la nature de l’interaction en cours. Les communications improvisées  – comme tous les discours humains – ont ainsi des effets à deux niveaux : un niveau joué, ou dénotatif, et un niveau métapragmatique, ou pragmatique négocié (Silverstein, 1993).

25Rendre compte totalement de l’émergence collaborative implique d’élaborer un mécanisme processuel du tour-à-tour, par lequel le cadre interactionnel émerge du dialogue improvisé. On attend de chaque acteur qu’il contribue de manière originale, dans chaque tour, à la représentation par une offre, une proposition pour ajouter quelque chose au cadre. Chaque offre doit répondre à l’offre faite par le locuteur précédent, et chacune doit être cohérente avec le cadre, faute de quoi le dialogue se désintègre et ne peut se poursuivre. Ainsi, en formant une offre, les acteurs sont contraints à la fois par le cadre et par l’offre du locuteur précédent. Sont ainsi impliqués les trois processus suivants : les relations métapragmatiques entre les tours consécutifs, l’émergence du cadre interactionnel, et la causalité descendante exercée par ce cadre émergent.

  • 7  N.d.l.r. La notion d’implicature, introduite par le philosophe Paul Grice (1975), désigne ce qui d (...)

26Les offres sont métapragmatiques (Silverstein, 1993), au sens où elles contribuent indirectement à définir la nature de l’interaction en cours. Par exemple, l’offre faite par le personnage joué par un acteur est métapragmatique, car elle propose de définir le cadre dans lequel ses actions pragmatiques vont être comprises. Les thématiques canoniques de la pragmatique, comme les actes de langage et les implicatures conversationnelles7, n’ont aucune pertinence sans l’établissement préalable d’un cadre ; le cadre lui-même est métapragmatique parce que les fonctions pragmatiques ne peuvent être comprises qu’au sein d’un cadre.

27En même temps qu’ils jouent des personnages, les acteurs ont recours à la métapragmatique pour négocier le cadre émergent. La métapragmatique exerce un effet du même ordre que la voix du narrateur ou du metteur en scène ; elle est produite simultanément au dialogue des personnages dans la pièce.

28Chaque tour a deux composants métapragmatiques : une offre et une réponse.

L’offre

29Une offre est un ajout incrémental et créatif au cadre émergent. Elle peut faire référence à n’importe quel élément du cadre dramatique, tel que le personnage, la relation, la localisation ou l’activité conjointe. Dans l’exemple 1, l’offre de Dave au tour 1 consiste à dire qu’il gère un magasin, et que l’action se situe dans sa boutique ; au tour 4, Ellen offre une activité conjointe, à savoir acheter un cadeau. De telles offres indexent une propriété du cadre qui n’existe pas encore, et sont donc créatives indexicalement (Silverstein, 1976). Le plus souvent, on ne remarque pas la part de créativité indexicale de la métapragmatique dans la conversation ordinaire, parce que la plupart des propriétés du cadre sont fixées avant que nous ne commencions à parler. Habituellement, nous connaissons le rôle qui nous est assigné dans le cadre de participation et nous parlons à des gens avec lesquels nous avons déjà établi au préalable des relations. Nous parlons au sein d’un espace symboliquement signifiant et culturellement évident pour tous les participants, comme un magasin de vente au détail ou une salle de conférences. Nous savons quand nous avons conversé pour la dernière fois avec cette personne, et de quoi nous avons parlé.

  • 8  N.d.t. Dans la perspective sociolinguistique de Dell Hymes, on entend par keying la variation et l (...)

30Il est particulièrement difficile pour les locuteurs d’acquérir la pleine conscience de ces stratégies métapragmatiques implicites. Or, la plus grande part de la créativité indexicale dans le dialogue improvisé est implicitement métapragmatique, car le locuteur, sans statuer directement sur son intention métapragmatique, parvient néanmoins à communiquer un message métapragmatique. Les stratégies métapragmatiques implicites étudiées par le passé incluent le keying 8 (Hymes, 1972 ; Goffman, 1974), les changements de registre et autres indices de contextualisation (Gumperz, 1982), la sélection des pronoms (Brown et Gilman, 1960 ; Freidrich, 1971), les variables stylistiques telles que le manque de clarté ou l’ambiguïté d’un énoncé (Errington, 1985, sur le javanais ; Inoue, 1979, sur le japonais), les indices non référentiels (Ochs, 1992, p. 338-339), et la gestion implicite des structures de participation (Goodwin et Goodwin, 1992). La présence de stratégies métapragmatiques implicites – dont les locuteurs sont rarement conscients – est l’une des raisons pour lesquelles les dialogues improvisés ont des effets non intentionnels dont résultent des propriétés émergentes.

31Les offres initiales dans une scène improvisée sont indéniablement créatives d’un point de vue indexical, car à ce moment, il n’existe encore aucun cadre. Cela permet à l’analyste de pallier un problème majeur pour l’étude de la créativité indexicale dans le langage ordinaire : il peut ainsi distinguer la créativité indexicale de la simple présupposition indexicale, et corrélativement, détacher les éléments du contexte qui sont créés à chaque tour des éléments inhérents au cadre qui ne sont que présupposés indexicalement.

La réponse

32La réponse détermine le statut de l’offre qui la précède. Une offre n’entre pas dans le cadre tant qu’elle n’a pas été acceptée par les coparticipants à la représentation. Ils ont collectivement la possibilité d’accepter l’offre (en travaillant à partir d’elle et en construisant sur sa base), de rejeter l’offre (en continuant la performance comme si elle ne s’était jamais produite), ou de l’accepter partiellement (en sélectionnant un aspect à partir duquel la développer, et en ignorant le reste). Cette décision évaluative est un travail de groupe, et le dialogue peut se poursuivre quelques temps avant que n’apparaisse clairement ce qui a été ou non accepté.

33Les réponses combinent souvent une acceptation avec une modification ou une élaboration de l’offre précédente. Par exemple, le tour 3 de l’exemple 1 – quand Dave définit l’entrée d’Ellen comme celle d’un client – est une offre redéfinie. Du fait de telles redéfinitions, la signification créative du tour d’un acteur ne dérive pas seulement du tour en lui-même, mais émerge plutôt du dialogue qui s’ensuit.

Relations causales dans le dialogue improvisé : métapragmatique, émergence collaborative, et causalité descendante

34La théorie de l’émergence collaborative est composée de trois types de relations causales dans le dialogue improvisé. Dans les régularités de type 1, un locuteur est causalement influencé par le tour qui le précède immédiatement ; dans les régularités de type 2, le cadre émergent est causalement influencé par le dialogue ; et dans les régularités de type 3, le tour d’un locuteur est causalement influencé par le cadre émergent. Des prédictions spécifiques découlent de la théorisation de ces relations. Évaluer ces prédictions requiert des mesures quantitatives ; à partir de cas multiples, j’ai identifié des schémas réguliers et universels qui ne sont réductibles ni aux propriétés des individus, ni à leurs interprétations subjectives.

35Dans ce qui suit, j’exposerai brièvement une théorie des relations entre type 2 et type 3, et je dériverai un certain nombre de prédictions empiriques de cette théorie. Mes recherches empiriques, telles qu’elles sont présentées dans mon ouvrage de 2003, Improvised Dialogues (Sawyer, 2003), apportent des preuves en faveur de ces prédictions, par le recours, le plus souvent, à des mesures quantitatives de ces variables.

Régularités de type 2 : l’émergence collaborative du cadre interactionnel

36La théorie de l’émergence collaborative soutient que la conversation produit l’émergence d’un cadre qui doit être considéré comme un niveau distinct de l’analyse ; le cadre est un phénomène social non intentionné, émergent et analytiquement irréductible. Les relations de type 2 lient deux niveaux d’analyse : la micro-interaction et le cadre émergent.

37L’émergence collaborative résulte de la métapragmatique implicite du dialogue, plutôt que de sa fonction dénotative et référentielle. Le cadre émerge en partie des actions dénotatives, par exemple, lorsqu’un acteur emploie une stratégie métapragmatique explicitement dénotative pour proposer un composant du cadre interactionnel. Mais la plupart des offres sont implicitement métapragmatiques : l’offre est formulée comme si l’état de choses proposé était déjà un fait. De telles offres sont créatives indexicalement, et ne peuvent être expliquées qu’en référence aux stratégies métapragmatiques utilisées dans les tours successifs du dialogue et au contenu dénotatif proposé dans ces tours.

38Les deux prédictions suivantes découlent des théories de la métapragmatique et de l’émergence collaborative décrites ci-dessus.

39 1. Au cours de la représentation, l’émergence collaborative résultera de l’accroissement de la collaboration et de la complexité du cadre interactionnel.

40L’élaboration et la complexité croissent d’autant plus vite au début de la performance que les éléments les plus basiques du cadre interactionnel sont proposés et établis. Une fois ces éléments fixés, l’accroissement de la complexité du cadre est moins rapide : les éléments qui émergent alors ne tendent qu’à améliorer et développer le cadre interactionnel de base.

41Pour le dire grossièrement, la complexité du cadre mesure la part d’information du cadre dramatique contenue dans le cadre émergent, et la façon dont elle y est intégrée de manière cohérente. Par exemple, un cadre dans lequel les personnages ont des missions spécifiques, des relations et des activités conjointes, est plus complexe qu’un cadre dans lequel les personnages n’ont qu’une activité conjointe et aucune mission. En outre, les cadres continuent à croître en complexité après que toute l’information de base a émergé ; les éléments du cadre se développent dans le temps, alors que les personnages atteignent leurs buts, que leurs relations évoluent et se développent, et que les intrigues progressent vers leur conclusion.

422. Le cadre émerge du niveau métapragmatique de l’interaction. Ainsi, de l’usage répété de différentes stratégies métapragmatiques au cours d’une performance peut résulter différents types de cadres.

43Des différences dans les stratégies métapragmatiques peuvent produire différents cadres qui viendraient s’ajouter au contenu dénotatif des offres proposées dans les tours individuels. Cette prédiction constituerait une preuve relativement forte en faveur de l’affirmation que les cadres émergent d’échanges métapragmatiques et ne sont pas réductibles au contenu dénotatif des tours individuels. L’étude de cas ci-dessous compare deux formats d’improvisation différents dans lesquels les acteurs utilisent différentes stratégies métapragmatiques. De ces formats résultent des cadres avec des caractéristiques différentes, et bien que ces différences ne soient pas intentionnellement produites par les acteurs, elles découlent de manière prédictible des stratégies métapragmatiques utilisées.

Régularité de type 3 : le pouvoir causal du cadre interactionnel

44J’ai soutenu que de nombreux conversationnalistes ont utilisé la notion de cadre interactionnel, mais ont rarement théorisé explicitement en quoi il consiste. En m’appuyant sur l’émergentisme sociologique, j’affirme que le cadre est une entité analytiquement indépendante. Dans ce qui constitue peut-être la rupture la plus radicale avec la théorie conversationnelle antérieure, j’affirme que l’analyste est justifié dans son choix de traiter le cadre comme s’il avait son propre pouvoir interactionnel, soit un pouvoir causal sur les tours des individus. La plupart des recherches sur la conversation, dans l’attention fine qu’elles portent aux paires adjacentes dans la conversation, ne prennent en compte que le pouvoir du tour précédent et ne théorisent pas explicitement le pouvoir interactionnel du cadre émergent sur les participants. Je prédis qu’une fois que le cadre dramatique a émergé, il commence alors à jouer un rôle dans les relations causales entre les participants à l’interaction, et que ces relations causales ne peuvent être analytiquement réduites ni à des propriétés des individus, ni à leurs perceptions, ni à leurs orientations vers un cadre subjectivement interprété, contrairement à l’hypothèse qu’en font les conversationnalistes et autres chercheurs interprétativistes. Je fais référence à cette force dans les termes d’une causalité descendante, et je postule qu’il existe plusieurs régularités causales entre le cadre émergent et l’action individuelle.

45Les dialogues improvisés nous fournissent une opportunité unique d’étudier la façon dont les cadres contraignent les participants dans l’interaction, parce qu’ils suppriment un problème rencontré dans l’analyse de la conversation ordinaire : dans les rencontres de la vie ordinaire, il est plus facile de conceptualiser cette contrainte d’une manière individualiste. Un cas classique serait celui de la théorie du script de Roger Schank et Robert Abelson (1977) ; par exemple, lorsqu’on entre dans un restaurant, la rencontre avec le personnel se déroule de manière très fluide, car tout le monde a internalisé le même « script du restaurant ». Ainsi, les effets contraignants du contexte sont conceptualisés comme s’ils étaient une structure représentationnelle interne et préexistante partagée par tous les membres d’une même culture. Une approche similaire est implicite dans le fondement ethnométhodologique de l’analyse conversationnelle ; la race, la classe ou les relations asymétriques entre les rôles sont des propriétés du contexte qui opèrent vraisemblablement à travers les orientations interprétatives des participants, dues à des processus individuels antérieurs au début de la rencontre.

46Par contraste, dans les dialogues improvisés, le cadre interactionnel n’existe pas avant la rencontre. Cela rend extrêmement difficile la théorisation du cadre comme une structure mentale préexistante, comme une structure cognitive représentationnelle (comme dans le cas du script de Schank), ou encore comme un ensemble de significations interprétatives subjectives appliquées par les individus sur la base de leurs orientations vers certains types de rencontres. Pour cette raison, l’improvisation est un cas idéal pour l’étude de la causalité indépendante du cadre interactionnel, conceptualisé comme un phénomène social émergent irréductible.

47Dans une représentation de théâtre d’improvisation, à chaque minute qui s’écoule, le cadre dramatique devient plus complexe (comme prédit dans la section précédente), et le cadre interactionnel exerce un pouvoir causal croissant. Ce pouvoir causal est à la fois contraignant et créateur. Un cadre dramatique plus complexe est plus contraignant parce que chaque tour du dialogue doit être cohérent avec tous les éléments d’information contenus dans le cadre : plus les informations qui entrent dans le cadre sont nombreuses, plus le nombre de choses avec lesquelles les acteurs doivent être cohérents augmente, et cela réduit le champ des actions dramatiques possibles. Une fois que tous les personnages ont été définis et que leurs relations ont été déterminées, tous les acteurs doivent accepter ces éléments du cadre dramatique, ce qui restreint leurs possibilités de proposer des relations ou des personnages alternatifs.

48En même temps, cette complexité supplémentaire du cadre rend possibles des stratégies métapragmatiques implicites. Un cadre plus complexe, une fois qu’il a émergé, commence à fournir de lui-même une partie du pouvoir nécessaire pour maintenir la cohérence tout le long de l’interaction ; par conséquent, les acteurs n’ont pas à investir autant de pouvoir métapragmatique pour maintenir cette cohérence. Cela leur permet de conserver leur pouvoir interactionnel pour proposer des élaborations et des raffinements du cadre émergent. Si de telles relations causales de contrainte et de créativité peuvent être empiriquement identifiées dans ces dialogues improvisés, cela constituerait une preuve en faveur de l’affirmation sociologique plus générale selon laquelle les émergents peuvent avoir des effets causaux sur les individus (Sawyer, 2005). J’en apporte les preuves dans l’étude de cas exposée plus bas.

491. Plus le cadre se complexifie, plus le pouvoir interactionnel du cadre émergent augmente, réduisant ainsi le champ des actes possibles pour le locuteur suivant.
Les options de créativité disponibles pour un individu déclinent au fur et à mesure que le cadre émergent devient plus complexe, mais les individus disposent toujours d’une certaine marge de liberté créative – de telles notions sont présentes dans la plupart des théories sociologiques de la structure et de l’action, y compris celle de Bourdieu (1972) et celle de Giddens (1984).

502. Un cadre plus complexe offre de nouvelles possibilités de créativité.
Dès qu’un personnage est assigné à un acteur, celui-ci peut alors s’engager dans des actions appropriées à ce personnage, alors que ces actions n’auraient pas fait sens avant que l’acteur endosse ce rôle. Je prédis qu’un cadre plus complexe, alors même qu’il contraint les acteurs, rend aussi possibles certains types de changements interactionnels – et notamment certaines stratégies métapragmatiques – et que, par conséquent, leur fréquence augmentera.

51Les changements interactionnels ainsi rendus possibles peuvent être d’un autre ordre logique ou d’un autre type métapragmatique que les changements contraints. Par exemple, la contrainte d’un cadre interactionnel opère à un niveau dénotatif, à l’échelle des actions qu’il fait sens d’accomplir pour un personnage, alors que l’ouverture du cadre interactionnel opère en changeant l’effet probable des différentes stratégies métapragmatiques. C’est sur ce contraste que je me focaliserai dans l’étude de cas suivante.

Étude de cas

52Au cours d’une étude approfondie de la métapragmatique et de l’émergence sociale, j’ai comparé les processus d’émergence dans deux pièces improvisées différentes d’une durée de soixante minutes, toutes deux jouées par des groupes professionnels à Chicago au début des années 1990 (Sawyer, 2003). J’ai enregistré de multiples représentations de ces deux groupes au cours de mes deux années d’étude ethnographique sur le théâtre improvisé à Chicago. Le premier groupe, appelé La Famille, utilisait un format appelé « Le film » : dans celui-ci, les acteurs étaient autorisés à sortir de leur personnage et à se livrer explicitement à des considérations métacommunicatives sur la pièce en cours, en utilisant le « langage du metteur en scène », comme s’ils étaient le metteur en scène ou l’auteur de la pièce. Le second groupe, nommé Jazz Freddy, n’autorisait absolument pas les acteurs à sortir de leur personnage. Par conséquent, toutes leurs négociations métapragmatiques devaient être accomplies pendant qu’ils parlaient en tant que personnages. Les deux groupes créaient leur pièce de soixante minutes à partir d’une combinaison de scènes d’une durée de deux à quatre minutes. Les scripts de ces petites scènes n’étaient pas calculés ou planifiés à l’avance ; ils étaient émergents et accomplis collaborativement par les acteurs. Les deux groupes commençaient par créer plusieurs intrigues distinctes, chacune ayant ses propres personnages et sa propre trajectoire dramatique, et essayaient ensuite de tisser ensemble les différentes intrigues à la fin de la représentation. J’ai observé que, dans « Le film », tous les montages entre les scènes étaient réalisés avec le langage du metteur en scène, tandis que, bien sûr, dans Jazz Freddy, ils étaient accomplis par le jeu des acteurs eux-mêmes.

53J’ai poursuivi cette comparaison pour déterminer si le niveau métapragmatique de l’interaction exerçait un pouvoir causal sur l’émergence sociale. En partant de l’analyse de deux cadres émergents, j’ai découvert des différences cruciales. Le cadre de Jazz Freddy, qui avait émergé au cours de l’heure de représentation, avait mis l’accent sur le développement des personnages et de leurs relations. Les acteurs jouaient des personnages avec des personnalités plus développées et élaborées, et onze relations entre les personnages se développèrent au fil de la représentation. Par contre, l’intrigue n’était pas très complexe. La représentation reposait sur seulement deux intrigues distinctes, qui, à la fin, n’avaient pas véritablement convergé. À l’inverse, le cadre émergent dans « Le film »déroulait des fils d’intrigues multiples et entremêlés : à la fin, quatre intrigues distinctes étaient efficacement nouées. Par contre, il en résulta une faiblesse dans le développement des personnages et de leurs relations. Seuls quatre personnages se virent attribuer un nom, et seule une relation se prolongea d’une scène à une autre.

54La différence des cadres qui émergent socialement dans ces deux types d’improvisation peut-elle être attribuée au fait que les deux groupes emploient des stratégies métapragmatiques différentes ? Pour répondre à cette question, j’ai utilisé, dans mon ouvrage (Sawyer, 2003), les méthodes de l’analyse conversationnelle et ai identifié étape par étape les processus de cette émergence. Cette analyse est trop longue pour être reproduite ici, mais, en résumé, je suis arrivé au résultat suivant : les différences métapragmatiques sont responsables de la différence entre les résultats émergeant, et ce en grande partie à cause des exigences dramatiques associées aux scripts des scènes. L’acteur initiant une scène devait métacommuniquer quels autres acteurs devaient le rejoindre sur scène pour commencer une nouvelle scène.

55Dans « Le film », les acteurs n’avaient qu’à énoncer explicitement quels acteurs devaient participer à la scène suivante, comme dans cet exemple hypothétique :

Exemple 2 :
« Nous voyons maintenant John et Mary, assis dans un café, parlant de ce qui vient de se passer. »
(Pendant cet énoncé, les acteurs qui étaient sur scène en train de jouer la scène précédente quitteraient le plateau calmement. Après cet énoncé, les acteurs jouant John et Mary monteraient sur scène, prendraient des chaises, et mimeraient l’action de boire un café, tandis que l’acteur ayant initié ce script quitterait le plateau et permettrait à la scène de commencer.)

56Par contraste, les acteurs de Jazz Freddy devaient exécuter leur script tout en restant dans leur personnage. À la différence du format « Le film », l’acteur initiant un script devait figurer dans la nouvelle scène, sans quoi il n’y aurait eu aucune raison dramatiquement plausible au fait qu’il soit déjà sur scène. Le moyen le plus efficace pour un acteur de métacommuniquer implicitement qui devait le rejoindre sur scène était de s’adresser à un autre personnage (celui attendu sur scène) en l’appelant par son nom. Pour accomplir le même script que celui de l’exemple hypothétique 2, l’acteur jouant le personnage de John devait faire quelque chose comme dans l’exemple 3 :

Exemple 3 :
John marche sur la scène, prend une chaise et s’assoit, puis se retourne pour demander d’une voix forte : « Mary, pourrais-tu apporter un pot de crème, en plus de nos cafés ? »
(Pendant cet énoncé, les acteurs sur scène en train de jouer la scène précédente quitteraient calmement le plateau. Après cet énoncé, l’actrice jouant le personnage de Mary entrerait sur scène, prendrait une chaise et s’assiérait près de John.)

57Mes analyses de conversation ont montré que, parce que les acteurs de l’équipe Jazz Freddy devaient accomplir ces scripts en continuant à jouer leur personnage, ils avaient tendance à utiliser des stratégies métapragmatiques telles que ces annonces de relations entre personnages, ce qui avait l’effet non intentionnel de causer l’émergence d’un cadre riche en informations sur les personnages et leurs relations. Ces données démontrent que la communication n’est pas d’ordre épiphénoménal, mais qu’elle a une influence causale sur les processus micro et macro de l’émergence sociale.

58J’ai également découvert qu’une fois que ces cadres avaient émergé – à peu près au premier tiers de la représentation –, ils commençaient alors à exercer une influence causale descendante sur les stratégies de communication que les acteurs employaient dans les scripts. Cette influence causale devenait progressivement plus forte à mesure que les cadres s’élaboraient et se complexifiaient. Par exemple, tandis que les intrigues du format « Le film » devenaient de plus en plus complexes, les acteurs utilisaient des scripts fondés sur ces intrigues, et tandis que les personnages et relations du groupe Jazz Freddy se développaient, les acteurs employaient des scripts faisant référence à ces personnages et à ces relations. Pour le dire autrement, un script tel que celui de l’exemple 3 devenait plus facile, et par conséquent plus commun après l’émergence d’un large panel de relations. Cette causalité sociale se produisait même lorsque aucun des acteurs n’avait conscience qu’elle était en train de se produire. Ces données démontrent ainsi que les analystes de conversation doivent prendre en considération les effets non intentionnels dans leurs travaux.

59Il est rare qu’il y ait une conscience effective de tels processus d’émergence dans des petits groupes, en partie parce que les échanges dialogiques se produisent très rapidement. Par exemple, les acteurs de La Famille et de Jazz Freddy n’étaient pas conscients des contrastes entre leurs performances (comme le révélèrent les entretiens que j’ai faits par la suite avec des membres du groupe). Comme Sacks a été peut-être le premier à le montrer, au cours d’une conversation, les gens répondent si rapidement qu’on ne peut pas concevoir qu’ils aient en toute conscience planifié et décidé leur action. Dans le dialogue improvisé, on agit sans conscience effective ou réflexion.

60De plus, des recherches antérieures ont montré que les locuteurs éprouvent de grandes difficultés à prendre conscience de la fonction métapragmatique de leurs propres énoncés, même lorsqu’ils réexaminent l’interaction a posteriori (Silverstein, 1979, 1981). C’est pourquoi la plus grande part de l’émergence sociale résulte de la métapragmatique implicite du dialogue. Dans les dialogues improvisés, la plupart des nouvelles idées dramatiques sont introduites en employant la métapragmatique implicite : un acteur parle comme si l’état de choses proposé était déjà un fait (comme aux tours 2 et 3 de l’exemple 1). Ces dialogues ne peuvent être expliqués qu’en référence aux stratégies métapragmatiques utilisées dans les tours successifs.

61La plupart des chercheurs travaillant sur la conversation ont observé que les participants co-créent le cadre tandis que, simultanément, le cadre contraint et rend possible leur interaction. J’ai soutenu que la portée exacte de telles affirmations demeure incertaine, car ces chercheurs n’ont pas fourni une théorie explicite du cadre interactionnel ou de la nature des régularités qu’on obtient entre le cadre et les tours individuels dans une rencontre. Ce problème non résolu est celui du statut ontologique du cadre : s’agit-il d’une entité collective sociale distincte et émergente ? Ou n’est-il rien de plus que les représentations mentales qu’en possèdent les participants ? Ou encore n’est-il rien de plus que les orientations manifestes des participants vis-à-vis de lui ? Ce problème non résolu a rendu la position des analystes de conversation (et autres interprétativistes) peu claire vis-à-vis à la fois de l’individualisme méthodologique et du réalisme sociologique. Je m’appuie sur l’émergentisme sociologique pour fournir un fondement philosophique à ma thèse, selon laquelle le cadre est analytiquement distinct et peut être analysé comme s’il avait un pouvoir causal sur les tours individuels dans l’interaction. J’affirme que cette approche émergente permet une explication plus complète des dialogues improvisés.

62J’ai proposé ici une théorie de la dialectique entre émergence collaborative et causalité descendante. Je m’appuie sur les théories de la métapragmatique pour proposer des mécanismes micro-interactionnels spécifiques qui résultent de l’émergence collaborative et de la causalité descendante, et j’ai identifié trois types de relations causales. J’ai fait un certain nombre de prédictions spécifiques qui découlent de cette théorie, et ai présenté une étude de cas qui apporte des preuves empiriques en faveur de ces prédictions.

63Cette approche est inspirée par les théories sociologiques de l’émergence, qui ont rarement eu un impact empirique sur les recherches dans le domaine de la conversation. En combinant la rigueur empirique de la méthodologie de l’analyse interactionnelle avec le raffinement théorique de l’émergence sociale, nous pouvons atteindre quelques buts importants : 1) poser la question des tensions théoriques irrésolues au fondement de l’analyse conversationnelle ; 2) mieux comprendre les forces causales agissant sur les participants pendant une rencontre ; 3) combler le fossé entre les études de la micro-interaction et les études des forces macrosociales en sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Basso Ellen, 1992, « Contextualization in Kalapalo narratives », Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, A. Duranti et C. Goodwin éd., New York, Cambridge University Press, p. 253-269.

Bateson Gregory, 1972, « A theory of play and fantasy », Steps to an Ecology of Mind, New York, Chandler, p. 177-193 (« Une théorie du jeu et du fantasme », Vers une écologie de l’esprit, t. 1, Paris, Le Seuil, 2008 [1977], p. 247-264).

Bauman Richard et Briggs Charles Lloyd, 1990, « Poetics and performance as critical perspectives on language and social life », Annual Review of Anthropology, n19, p. 59-88.

Bauman Richard et Sherzer Joel éd., 1974, Explorations in the Ethnography of Speaking, New York, Cambridge University Press.

— 1989 [1974], « Introduction to the second edition », Explorations in the Ethnography of Speaking, R. Bauman et J. Sherzer éd., New York, Cambridge University Press, p. ix-xxvii.

Blumer Herbert, 1966, « Sociological implications of the thought of George Herbert Mead », American Journal of Sociology, vol. 71, n5, p. 535-544.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz.

Brown Roger et Gilman Albert, 1960, « The pronouns of power and solidarity », Style in Language, T. A. Sebeok éd., Cambridge, MIT Press, p. 253-276.

Duranti Alessandro, 1992, « Language in context and language as context : the Samoan respect vocabulary », Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, A. Duranti et C. Goodwin éd.,New York, Cambridge University Press, p. 77-99.

Errington James, 1985, « On the nature of the sociolinguistic sign. Describing the Javanese speech levels », Semiotic Mediation. Sociocultural and Psychological Perspectives, E. Mertz et R. J. Parmentieréd., Orlando, Academic Press, p. 287-310.

Friedrich Paul, 1971, « Structural implications of Russian pronominal usage », Proceedings of the UCLA Sociolinguistics Conference, 1964, W. Bright éd.,Los Angeles, Center for Research in Languages and Linguistics, p. 214-259.

Giddens Anthony, 1984, The Constitution of Society. Outline of the Theory of Structuration, Berkeley, University of California Press.

Goffman Erving, 1974, Frame Analysis. An Essay on the Organization of Experience, New York, Harper & Row (Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit, 1991).

Goodwin Charles et Goodwin Marjorie, 1992, « Context, activity, and participation », The Contextualization of Language, P. Auer et A. Di Luzio éd.,Amsterdam, Benjamins, p. 77-99.

Grice Herbert Paul, 1975, « Logic and conversation », Syntax and semantics, t. 3, P. Cole et J. Morgan éd., New York, Academic Press.

Gumperz John, 1982, Discourse Strategies, New York, Cambridge University Press.

Hymes Dell, 1962, « The ethnography of speaking », Anthropology and Human Behaviour, T. Gladwin et W. C. Sturtevant éd., Washington, Anthropological Society of Washington, p. 13-53.

— 1972, « Models of the interaction of language and social life », Directions in Sociolinguistics. The Ethnography of Communication, J. J. Gumperz et D. Hymes éd., New York, Blackwell, p. 35-71.

Inoue Kazuko, 1979, « Japanese. A story of language and people », Languages and their Speakers, T. Shopen éd., Cambridge, Winthrop Publishers, p. 241-300.

Ochs Elinor, 1992, « Indexing gender », Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, A. Duranti et C. Goodwin éd., New York, Cambridge University Press, p. 335-358.

Rawls Anne, 1987, « The interaction order sui generis. Goffman’s contribution to social theory », Sociological Theory, n5, p. 136-149.

Sacks Harvey, 1992, Lectures on conversation, t. 1, Cambridge, Blackwell.

Sacks Harvey, Schegloff Emmanuel et Jefferson Gail, 1974, « A simplest systematics for the organization of turn-taking in conversation », Language, vol. 50, n4, p. 696-735.

Sawyer R. Keith, 1999, « The emergence of creativity », Philosophical Psychology, vol. 12, n4, p. 447-469.

— 2001, « Emergence in sociology. Contemporary philosophy of mind and some implications for sociological theory », American Journal of Sociology, vol. 107, n3, p. 551-585.

— 2003, Improvised Dialogues. Emergence and Creativity in Conversation, Westport, Greenwood.

— 2005, Social Emergence. Societies as Complex Systems, New York, Cambridge University Press.

Schank Roger et Abelson Robert, 1977, « Scripts, plans, and knowledge », Thinking : Readings in Cognitive Science, P. N. Johnson-Laird et P. C. Wason éd., New York, Cambridge University Press, p. 421-432.

Schegloff Emmanuel, 1990, « On the organization of sequences as a source of “coherence” in talk-in-interaction », Conversational Organization and its Development, B. Dorval éd.,Norwood, Ablex, p. 51-77.

— 1992, « In another context », Rethinking Context. Language as an Interactive Phenomenon, A. Duranti et C. Goodwin éd., New York, Cambridge University Press, p. 191-227.

Schegloff Emmanuel et Sacks Harvey, 1973, « Opening up closings », Semiotica, vol. 8, n4, p. 289-327.

Shibutani Tamotsu, 1961, Society and Personality : An Interactionist Approach to Social Psychology, Engelwood Cliffs, Prentice-Hall.

Silverstein Michael, 1976, « Shifters, linguistic categories, and cultural description », Meaning in Anthropology, K. Basso et H. Selby éd., Albuquerque, University of New Mexico Press, p. 11-55.

— 1979, « Language structure and linguistic ideology », The Elements. A Parasession on Linguistic Units and Levels, P. R. Clyne éd., Chicago, Chicago Linguistic Society, p. 193-247.

— 1981, The limits of Awareness, Austin, Southwest Educational Development Laboratory.

— 1993, « Metapragmatic discourse and metapragmatic function », Reflexive Language, J. A. Lucy éd., New York, Cambridge University Press, p. 33-58.

Silverstein Michael et Urban Greg, 1996, Natural Histories of Discourse, Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1  N.d.t. Nous traduisons conversation analysis par « analyse conversationnelle », qui fait précisément référence à un courant spécifique, dont la conversation est l’objet central et qui se caractérise par une « mentalité analytique » et des méthodes spécifiques, tandis que les termes « analyse de conversation » ou « analyse des conversations » renvoient plus à un objet général (la conversation, l’interaction) qu’à une méthodologie propre.

2  N.d.t. Nous traduisons : « Performance here is seen as a creative and emergent accomplishment […]. »

3  N.d.t. Nous traduisons : « […] the deepest problem in the social disciplines [is to understand] the dynamic interplay between the social, conventional, ready-made in social life and the individual, creative, and emergent qualities of human existence. »

4  N.d.t. « […] human group life [as] an ongoing process ».

5  N.d.t. « […] the fitting together of of the lines of behavior of the separate participants ».

6  N.d.t. « […] only describe what men do in generalized terms. »

7  N.d.l.r. La notion d’implicature, introduite par le philosophe Paul Grice (1975), désigne ce qui dans un énoncé est suggéré sans être explicitement dit. On parle d’implicature conversationnelle lorsque ce qui est suggéré dépend du contexte de la conversation. Par exemple, dans l’échange : « Vas-tu à la fête, ce soir ? — Je travaille », la réponse à la question posée est simplement suggérée par ce que dit le second locuteur ; c’est une implicature conversationnelle.

8  N.d.t. Dans la perspective sociolinguistique de Dell Hymes, on entend par keying la variation et l’ajustement des différentes tonalités dans l’interaction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

R. Keith Sawyer, « La conversation comme phénomène d’émergence collaborative », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4643 ; DOI : 10.4000/traces.4643

Haut de page

Auteur

R. Keith Sawyer

Professeur associé de psychologie et de sciences de l’éducation à l’Université de Washington à Saint-Louis (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page