Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

L’improvisation dans les interventions d’urgence : les relations entre cognition, comportement et interactions sociales

David Mendonça, Gary Webb et Carter Butts
Traduction de Cassia Blondelot et Marc Lenormand
p. 69-86

Résumés

Après une catastrophe, les services de secours sont souvent confrontés à des situations de vie ou de mort, et sont obligés de penser, communiquer et agir rapidement. S’il est communément admis que les actions des individus, groupes et organisations qui travaillent dans de telles conditions vont du conventionnel à l’improvisé, les processus réflexifs et communicationnels qui sous-tendent ces actions n’ont commencé à être examinés que récemment. Ce travail nécessite parallèlement la constitution de séries de données accessibles à tous. Naturellement, l’étape suivante est l’élaboration et l’évaluation de supports qui facilitent la formation et la formulation de politiques publiques concernant les réponses improvisées aux catastrophes. Cet article fait le point sur les travaux existants – ainsi que sur les questions qui n’ont pas encore été abordées  – afin de comprendre l’improvisation (par la théorisation et la collecte de données) et de la soutenir (par la formation) dans le contexte d’interventions d’urgence. Divers exemples, tirés d’études antérieures ou en cours portant sur l’improvisation lors d’interventions d’urgence, illustrent les arguments de cet article, et permettent d’ancrer ce travail dans la réalité concrète des recherches de terrain sur ce phénomène tout à fait remarquable mais particulièrement fugitif.

Haut de page

Texte intégral

L’improvisation entre cognition, comportement et interaction sociale

1Les catastrophes à grande échelle (que leur cause soit humaine, technologique ou naturelle) demandent à la société de prévoir et d’être prête à réagir à des crises importantes. Parce qu’elles causent des changements parfois profonds, les catastrophes exigent une préparation intégrée, et une capacité de réaction à plusieurs niveaux ; sur le plan social, leur complexité exige de se coordonner grâce aux moyens de communication ; sur le plan comportemental, l’urgence nécessite une prise de décision rapide concernant les interventions ; sur le plan cognitif, le caractère incertain et inhabituel des situations sollicite notre créativité. La recherche sur l’organisation des interventions lors de catastrophes a révélé l’importance conjointe de la préparation (Drabek, 1985 ; Perry, 1991) et de la mise en œuvre de politiques efficaces (Boin et al., 2005) à chacun de ces niveaux. Cependant, elle a aussi montré que la flexibilité et une certaine capacité d’improvisation demeurent cruciales afin de réduire au minimum les pertes subies au cours d’interventions (Kreps, 1991 ; Turner, 1995). On trouve d’ailleurs, dans les travaux sur les interventions d’urgence, de nombreux exemples de situations où les services de secours ont improvisé dans le domaine des interactions sociales (Butts 2007 ; Wachtendorf, 2004), des comportements (Webb, 2004 ; Weick, 1993) et de la cognition (Mendonça et Wallace, 2007a ; Vidaillet, 2001), afin d’atteindre les objectifs poursuivis par cette intervention.

  • 1  N.d.t. La grounded theory est une méthode de recherche qualitative en sciences sociales. Contraire (...)

2Le présent article rend compte de l’état de la recherche – ainsi que d’un certain nombre de questions qui n’ont pas été abordées  – dans le but de comprendre et d’améliorer les pratiques de prise de décision improvisée au cours des interventions lors de catastrophes à grande échelle. Dans la continuité de travaux précédents (Hall, 1992 ; Kamoche et al., 2001 ; Mendonça et Wallace, 2004), l’approche générale de cette recherche est d’étudier l’improvisation en tant que produit commun de phénomènes cognitifs, comportementaux et interactionnels. Étant donné l’ampleur considérable de ces phénomènes, les outils de mesure et les méthodes d’analyse employés sont variés, allant de l’analyse statistique des variations à la modélisation informatique de la cognition, en passant par l’analyse des réseaux sociaux. L’application de ces outils et méthodes à un ensemble commun de données brutes est l’un des traits distinctifs de notre approche, qui permet l’étude détaillée de l’improvisation à partir d’une base commune. Par exemple, nos méthodes visent généralement à expliquer la variation des données. Cependant, vu l’ampleur considérable des données étudiées, d’autres méthodes, telles la grounded theory1 (Martin et Turner, 1986), peuvent aussi être appliquées à la matière source.

3L’article se divise en trois sections principales, chacune étant associée à un objectif de recherche particulier : expliquer les dynamiques d’improvisation dans les interventions d’urgence ; formaliser et rendre accessibles au public des données consultables électroniquement, et des outils associés à l’intervention dans les catastrophes de grande échelle ; élaborer et évaluer des supports pour l’entraînement et la formulation de politiques concernant la réaction improvisée aux catastrophes. Nous fournirons d’abord une vue d’ensemble de l’avancement des recherches du point de vue de ces trois objectifs, puis une présentation et une discussion plus détaillée autour de ces questions.

4Notre premier objectif est d’expliquer les dynamiques d’improvisation dans les interventions d’urgence. Nous avons adopté à cet effet une approche empirique : nous cherchons à comprendre les dynamiques d’improvisation en nous appuyant sur les données liées à l’intervention humaine dans les catastrophes réelles ou simulées, et en regroupant les données cognitives, comportementales et interactionnelles. Un des avantages évidents de ce travail est la richesse des données analysées. Celles-ci peuvent être issues d’expériences impliquant les services de secours de différents pays, ou concerner des interventions lors de catastrophes réelles, par exemple l’attentat à la bombe contre l’immeuble fédéral Alfred P.Murrah à Oklahoma City en 1995, ou encore l’attaque du World Trade Center à New York en 2001.

5Du fait de la richesse de ces données, nous pouvons analyser l’improvisation de façon beaucoup plus précise que n’avaient pu le faire les recherches jusqu’à présent. Nous reconnaissons que le comportement, qu’il soit adopté dans des circonstances ordinaires ou dans une situation de crise, implique toujours un mélange d’éléments improvisés et conventionnels. Dans l’environnement ambigu et constamment changeant créé par la catastrophe, on peut s’attendre à ce que le besoin d’improvisation augmente. Par conséquent, la recherche doit viser à développer une approche qui rende compte du degré d’improvisation des individus dans l’exécution de leur rôle d’intervenant au cours d’une catastrophe.

6Lorsque l’on examine l’exécution des rôles, il est important de signaler que le comportement de chaque acteur n’est pas une Gestalt unique. Au contraire, les individus adoptent un large éventail de comportements, en fonction des moments, des différents lieux où ils se trouvent et des objectifs divers qu’ils poursuivent. Afin d’identifier des phases de l’improvisation, nous isolons d’abord, dans les récits de chaque acteur, les actions diverses et variées que chacun exécute au cours de l’intervention. Parmi celles-ci, toutes ne sont pas orientées vers les objectifs de l’intervention. Dans un second temps, nous identifions donc des enchaînements spécifiques de comportements, qui reflètent un effort cohérent dans l’exécution des actions liées à leurs rôles. Nous appellerons ici ces enchaînements « des comportements associés à un rôle ».

7À des fins d’analyse, chaque comportement associé à un rôle peut être étudié selon au moins quatre dimensions, dont chacune peut impliquer convention ou improvisation : la procédure, le statut, l’équipement et la localisation. Dans les organisations officielles, en particulier celles dont les missions concernent l’intervention d’urgence (par exemple la police et les pompiers), il existe des règles et des procédures qui prescrivent la manière dont doivent être exécutées les tâches. Face à une catastrophe, ces procédures peuvent être court-circuitées ou contournées : c’est ce que nous appelons des improvisations procédurales. Par exemple, il arrive que les services de secours réquisitionnent des ressources sans remplir les formulaires appropriés ni faire de demande écrite. Ces organisations possèdent aussi généralement des hiérarchies établies qui définissent la position de certains individus comme supérieure et celle d’autres comme subordonnée, et délimitent les frontières entre ces postes. Après une catastrophe, il se peut que cette hiérarchie soit altérée si bien que les intervenants individuels assument des tâches qu’on n’attendrait ordinairement pas d’eux, ou exercent une autorité qu’ils ne posséderaient habituellement pas, par exemple lorsqu’un subalterne donne des directives ou des ordres à ceux qui étaient ses supérieurs avant la catastrophe. Nous appelons de tels changements, dans l’autorité et les structures de commandement habituelles, des improvisations de statut. De même qu’ils sont soumis à des habitudes et à des structures d’autorité conventionnelles, les membres de nombreuses organisations disposent d’un ensemble de supports matériels (outils, véhicules, produits, etc.) qu’ils utilisent dans des conditions normales pour exécuter leur rôle. Il est parfois nécessaire, suite à une catastrophe, de leur substituer de nouveaux outils du fait de l’inadaptation ou de l’indisponibilité de l’équipement habituel. Ainsi, plusieurs intervenants dans l’attentat d’Oklahoma ont utilisé des portes trouvées dans les décombres, plutôt que des brancards ou des panneaux, pour dégager les victimes du bâtiment. Ces types d’écarts seront appelés improvisations de l’équipement. Enfin, les rôles sociaux sont souvent ancrés dans des milieux physiques particuliers, milieux qui sont susceptibles de changer après une catastrophe. Par exemple, il faut souvent créer des morgues temporaires pour conserver les corps des victimes. À Oklahoma City, un tel espace a été aménagé dans une église des environs, ce qui a permis aux médecins légistes et aux coroners de procéder à leur travail habituel. Nous appelons de tels cas, où des tâches sont exécutées dans des sites inhabituels, improvisations de la localisation.

8Les catastrophes d’Oklahoma City et du World Trade Center révèlent à la fois l’apport que représentent les données de terrain pour la compréhension des dynamiques d’improvisation dans l’intervention d’urgence, et les difficultés inhérentes à leur utilisation. Ces deux événements illustrent la crise soudaine et imprévue que provoque aujourd’hui une attaque terroriste, mais ils ont également des points communs avec d’autres cataclysmes difficiles à prévoir, tels que les tremblements de terre. Aussi, ils servent tous deux de laboratoires en milieu naturel, qui permettent l’étude de l’improvisation dans les interventions qui suivent une crise imprévue. Les données sur lesquelles nous appuyons notre travail actuel ont été collectées pendant les événements, ou peu de temps après leur commencement, réduisant ainsi certains risques qui menacent la validité interne de nombreuses autres études sur les catastrophes (Stallings, 2002). Notre recherche fait appel à des méthodes analytiques pour identifier les continuités et les discontinuités dans les résultats produits par l’analyse de chaque événement, ce qui permet d’évaluer la validité externe de ces résultats. En effet, parce que les sources primaires associées à cette étude sont accessibles au public, les données que nous employons peuvent être facilement vérifiées et complétées par d’autres, contrairement aux données issues d’entretiens confidentiels, sur lesquelles les chercheurs s’intéressant aux catastrophes doivent souvent s’appuyer. Le type de source que nous employons a été sous-utilisé dans les travaux antérieurs, parce que, à quelques exceptions près, il n’était pas disponible sous une forme qui se prête facilement à l’analyse (Quarantelli, 1997). La richesse et la qualité de ce matériau (et les séries de données qui en sont issues), ainsi que leur importance historique, en font un excellent objet pour une analyse approfondie qui dépasserait le travail proposé. En conséquence, le deuxième objectif de notre recherche actuelle est de formaliser et de rendre accessibles au public des données consultables électroniquement, et les outilsassociés à l’intervention dans les catastrophes de grande échelle.

9Les résultats de cette recherche sont destinés à informer la connaissance scientifique et l’ingénierie, mais aussi la pratique, notamment l’éducation et la formation (Sniezek et al., 2002), ainsi que les politiques publiques (Boin et al., 2005). Pour la formation comme pour les politiques publiques, une question clé est de savoir comment il est possible de se préparer à improviser : autrement dit, comment s’entraîner à l’improvisation (Mendonça et Friedrich, 2006) et comment en tirer des leçons (Miner et al., 2001) pour améliorer de futures interventions. Un grand nombre de technologies de pointe (telles que les réseaux de senseurs) et de possibilités technologiques (telles que les flux de données en temps réel) – combinées à l’amélioration du traitement des données et des capacités de visualisation  – visent à améliorer le niveau de préparation (Mendonça, 2007 ; Mendonça et al., à paraître ; National Research Council, 2007). Afin d’illustrer le potentiel – et les écueils éventuels  – de ces capacités, le troisième et dernier objectif de notre recherche est d’élaborer et d’évaluer des supports pour l’entraînement et la formulation de politiques portant sur la réaction improvisée aux catastrophes.

10Ce programme de recherche s’inspire de travaux antérieurs portant sur les phénomènes cognitifs, comportementaux et interactionnels, ayant trait notamment à l’improvisation, au cours d’interventions après des catastrophes. Afin d’inscrire notre projet dans la continuité des études précédentes et de préciser les objets de notre programme, nous élaborons un ensemble de problématiques liées à ces phénomènes, dans le contexte de notre premier objectif de recherche. La discussion autour de notre deuxième objectif de recherche nous permet d’évoquer certaines des questions que nous avons rencontrées dans la recherche et la collecte de données en vue d’appuyer un large éventail de recherches sur les interventions humaines lors de catastrophes. Enfin, pour répondre au troisième objectif, nous synthétisons les recherches existantes sur la formation et la formulation de politiques visant à développer les compétences et les structures adéquates pour encourager l’improvisation, lorsque celle-ci est nécessaire, et de l’interdire, si elle ne l’est pas. L’article se conclut par une présentation rapide des questions laissées en suspens par la recherche dans chacun de ces trois domaines.

Les recherches sur le terrain, en laboratoire et dans les archives au service de l’explication des dynamiques

11Comme nous l’avons dit, le champ disciplinaire dont proviennent les études sur la dimension humaine des catastrophes ne cesse de s’étendre. Des contributions de qualité ont été produites récemment par des chercheurs provenant de disciplines aussi variées que les sciences politiques, les sciences informatiques, l’ergonomie et l’ingénierie civile (National Research Council, 2006). Cette variété semble appropriée et naturelle, étant donné toutes les étapes par lesquelles passe une situation d’urgence : le contrôle des opérations en temps normal, la sélection des procédures adéquates face à des crises anticipées, et la réévaluation du caractère adéquat de ces procédures lorsque d’autres événements potentiellement perturbateurs surviennent (Beroggi et Wallace, 1994 ; Beroggi et Wallace, 2000). Gérer ces événements demande à la fois une capacité de contrôle, c’est-à-dire se rendre compte que l’événement a eu lieu, et une capacité de réaction, c’est-à-dire développer et déployer de nouvelles procédures une fois que leur nécessité a été reconnue.

12Un des axes de ce travail concerne la façon dont les individus et les organisations détectent des événements hautement inhabituels et y réagissent (Mendonça, 2007 ; Mendonça et Wallace, 2004). Ces deux tâches peuvent être décrites brièvement dans le but d’illustrer le caractère déterminant de la théorie de la cognition pour la compréhension des réactions humaines aux catastrophes, et de préciser les contours des travaux actuels qui reposent sur elle (Mendonça et Wallace, 2007a).

13La première étape est la reconnaissance, par les organisations d’intervention, soit qu’aucune des procédures prévues ne s’applique à la situation actuelle, soit que les procédures prévues adéquates ne peuvent être mises en œuvre. Dans le processus d’intervention, « [l]es erreurs peuvent venir d’une adhésion trop rigide au plan établi par quelqu’un d’autre, aussi bien que d’un écart inopportun par rapport au plan » (Klein, 1993). Au niveau cognitif, la question du quand improviser peut être conceptualisée sous la forme d’un problème de catégorisation qui peut être influencé par un certain nombre de facteurs. L’urgence (Marsden et al., 2002 ; Moorman et Miner, 1998) et les risques, par exemple, peuvent influencer la façon dont le choix est effectué (Smart et Vertinsky, 1977), en réduisant notamment la propension à improviser, alors même que cela s’avère nécessaire (Weick, 1993).

14Une fois que le besoin d’improviser est reconnu, la deuxième étape consiste à développer et déployer de nouvelles procédures en temps réel. L’action improvisée peut aller de la substitution (comme l’utilisation d’un bus scolaire pour transporter des blessés) à la construction de nouvelles procédures (comme l’utilisation de camions de pompiers pour fournir des douches mobiles après une exposition à des produits chimiques). À côté de ces actions, le rôle des services de secours peut aussi être improvisé (Kreps et Bosworth, 1993). Sur le plan cognitif, la question de comment improviser peut être alors conceptualisée comme un problème de recherche et d’assemblage (Newell et al., 1962), qui peut être influencé par des facteurs tels que le temps disponible au développement et au déploiement des nouvelles procédures, les risques immédiats et le résultat de décisions antérieures.

15Pour surmonter les difficultés qui font obstacle à une recherche scientifique rigoureuse dans ces domaines, nous adoptons une approche qui repose sur des méthodes multiples – comprenant des méthodes qualitatives, statistiques et informatiques  – et s’appuie sur des études de cas, des expériences en laboratoire et un travail de terrain. Les études de cas, tirées d’événements historiques, servent à dégager un certain nombre d’hypothèses théoriques et à les mettre en relation. Elles permettent aussi d’améliorer la validité écologique des expériences en laboratoire dans lesquelles des groupes de personnels d’intervention font face à des événements simulés sur ordinateur (Mendonça et al., 2006). Dans un cadre expérimental, il est possible de contrôler en temps réel les décisions et les communications, en utilisant des méthodes et des technologies d’observations déjà établies (Weick, 1985), ainsi que d’autres développées dans le cadre de ce programme de recherche. Ces données sont complétées par le résultat des questionnaires soumis aux participants à l’étude (Mendonça, 2007), qui fournissent un élément de continuité avec des études antérieures (Moorman et Miner, 1998). Les données collectées en laboratoire informent la modélisation informatique des comportements individuels, qui tentent d’expliquer comment les décideurs humains détectent les situations inhabituelles, et y réagissent.

16Les études de terrain dans lesquelles les données sont rassemblées pendant l’intervention, ou juste après celle-ci, continuent d’offrir de riches aperçus des schémas de pensée, d’action et de communication suivis par les personnels d’intervention. Notre travail actuel s’appuie sur des récits personnels – généralement appelés comptes rendus individuels  – rédigés par des policiers ou des pompiers. Assez souvent, ces comptes rendus, particulièrement ceux des policiers, sont accessibles au grand public. Ainsi, des affirmations étayées par ces sources devraient être plus faciles à contester que celles qui se fondent sur des sources privées. La méthodologie employée pour rassembler ces données est en revanche plus discutable. Pour dire les choses simplement, nous sommes dans l’impossibilité d’identifier une quelconque méthodologie appliquée de manière cohérente à la collecte des données sur la cognition, le comportement et la communication pendant les opérations d’intervention. En conséquence, les chercheurs qui travaillent à partir de données collectées grâce à la panoplie de méthodes dont nous disposons actuellement sont obligés de recourir à d’autres méthodes, postérieures à la collecte, pour garantir une plus grande validité interne (Carmines et Zeller, 1979). Dans la section qui suit, nous abordons ce problème en plaidant pour le développement et la diffusion de bases de données communes afin d’améliorer les chances de conférer une plus grande validité externe à l’étude des opérations qui suivent les catastrophes.

Créer des séries de données et des méthodes pour étayer le travail d’élaboration théorique

17La recherche sur l’improvisation au cours d’interventions humaines lors de catastrophes s’inscrit dans une longue tradition, qui puise ses racines dans des disciplines qui vont des sciences sociales (Kreps, 1984 ; Quarantelli et Dynes, 1977 ; Tierney, 2007) au commerce (Webb et al., 2000) et aux sciences de l’ingénieur (DeBalogh et Wallace, 1985). Ce travail recouvre pareillement un ensemble de sujets vaste – quoique disparate  –, qui incluent des études portant sur des individus, des groupes, des organisations et même des nations. Les avancées probablement les plus récentes dans ce domaine sont liées aux études de terrain menées des années 1960 aux années 1980 aux États-Unis par les sociologues du Disaster Research Centre (DRC), le centre de recherche sur les catastrophes, implanté initialement à l’université d’État de l’Ohio, puis à l’université du Delaware (Quarantelli, 1997). Ces enquêtes, qui nécessitent le recours à une forte main-d’œuvre – et se révèlent parfois éprouvantes  –, sont finalement devenues la méthode dominante dans l’étude des situations extrêmes aux États-Unis : la National Science Foundation (Fondation nationale pour les sciences) et, à travers elle, l’université du Colorado à Boulder et l’Earthquake Engineering Research Institute (Institut de recherche sur l’ingénierie sismique, EERI), ont continué de financer des recherches de terrain dans ce domaine.

18Parallèlement, l’accessibilité et la qualité des outils de collecte, d’analyse et de gestion des données récoltées sur le terrain se sont améliorées. Les technologies dont nous disposons aujourd’hui pour enregistrer ce qui se passe sur le terrain au cours d’interventions sont à des années-lumière de ce qu’elles étaient à l’âge d’or du DRC. Nous utilisons désormais des senseurs qui suivent les agents biologiques (comme les humains) et mécaniques (comme les infrastructures publiques), des caméras et des appareils photographiques numériques, des ordinateurs portables qui permettent de procéder à des analyses rapides sur le terrain, et des technologies de communication qui permettent l’observation en temps réel, la collecte, le stockage et l’analyse rapides des données, et la dissémination des résultats même pendant la phase la plus intense de la catastrophe. Notre capacité à observer, mesurer et explorer des données, de manière prolongée et précise, est donc largement supérieure à ce qu’elle était lors de la dernière tentative majeure pour élaborer une théorie des catastrophes. Par exemple, les méthodes algorithmiques d’analyse de la parole et des textes, et les méthodes qui permettent d’associer des événements (comme les communications interpersonnelles) à des lieux et des moments précis, font désormais partie de nos habitudes de travail. Il en résulte des données d’une richesse et d’une objectivité fascinantes.

19Sans surprise, les défis en matière d’accès aux données persistent et se sont peut-être même intensifiés, si bien que très peu de chercheurs peuvent présenter des programmes de recherche impliquant des périodes prolongées de travail sur le terrain. Encore moins nombreux sont ceux qui peuvent affirmer avoir pu participer aux opérations quotidiennes des organisations d’intervention d’urgence, et publier les résultats de ces expériences. Si les études menées par le DRC se poursuivent, le centre n’est tout simplement plus en mesure de rassembler le volume et la quantité de données qu’il recueillait à une époque – et aucune autre organisation n’a essayé de combler ce manque, aux États-Unis ou ailleurs. Sans un soutien ciblé et durable à l’égard d’un groupe de chercheurs préoccupés par les dimensions sociales des catastrophes (Drabek, 1996), les avancées dans ce domaine ne pourront être que fragmentaires, dispersées et susceptibles d’être perdues.

20La matière première de la recherche sur les catastrophes a toujours été – et continuera d’être  – les observations recueillies sur le terrain, dans des archives et en laboratoires au sujet d’humains et d’organisations humaines pendant que ceux-ci se préparent à des événements extrêmes, y réagissent ou en tirent les leçons. Pour obtenir des mesures utilisables sur ces activités, il doit exister un groupe suffisamment large de chercheurs qualifiés, disponibles, et disposés à être envoyés sur le lieu de la catastrophe, immédiatement. Parmi les compétences requises, ils doivent apprendre à entrer en contact sur place avec les décideurs et à gagner leur confiance. Cette tâche est rendue plus facile par les nouvelles technologies à notre disposition, comme les outils de mesure de l’environnement, et l’habitude qu’ont les organisations d’enregistrer les communications et les décisions. Cependant, on ne peut pas espérer s’appuyer sur de telles technologies n’importe où et n’importe quand. Il faudra toujours des hommes pour placer les senseurs, pour commencer l’enregistrement, et surtout pour recueillir les données dont ils n’avaient pas anticipé l’utilité. On pourrait dire la même chose des méthodes qui guident l’enquête une fois les phénomènes mesurés. Le caractère unique, grave, spontané, complexe et potentiellement sensible des catastrophes pose des défis majeurs en termes de rigueur à la méthodologie des enquêtes portant sur la prise de décision, la communication et les technologies mobilisées en cas de crise (Drabek, 1970 ; Stallings, 2002 ; Weick, 1985).

21Des approches variées ont été choisies pour relever ce défi, depuis l’étude de terrain jusqu’à l’analyse statistique des données et des techniques moins conventionnelles comme la simulation sur ordinateur, en passant par les recherches en laboratoire ou en archive. Dans de nombreux cas, les travaux se sont fortement appuyés sur des études de cas uniques, suscitant des questions quant à la possibilité de généraliser ou de réutiliser leurs résultats ; c’est un aspect de l’histoire des recherches sur le terrain qu’il est nécessaire d’interroger. Il reste des défis considérables à surmonter pour développer une théorie valable concernant la prise de décision humaine et le rôle des outils utilisés dans la gestion de l’urgence.

22En dehors des archives du DRC, qui recèlent une mine d’entretiens, entre autres documents, il n’existe aucune base de données ouverte à tous et capable de répondre aux besoins des différentes perspectives disciplinaires qu’il est nécessaire de mobiliser pour étudier les opérations d’intervention d’urgence improvisées. Par ailleurs, les données brutes des archives du DRC ne se présentent pas sous une forme qui permettrait leur diffusion électronique, en dépit de leur importance historique considérable. Le principal obstacle à leur diffusion électronique est tout simplement le volume des documents, et le coût induit par la numérisation d’une telle quantité d’informations. Par conséquent, nous sommes fortement limités quant aux études comparatives que nous pouvons mener, tant sur un même site – concernant par exemple la résilience de communautés dans le temps – que sur plusieurs – concernant par exemple la résilience relative de communautés comparables face aux mêmes événements catastrophiques. Les chercheurs en sciences sociales – auxquels on fait fréquemment appel pour construire des instruments permettant de mesurer des phénomènes humains – sont en excellente position pour contribuer à l’élaboration de telles séries de données. De fait, les exemples sont nombreux d’instruments qui, élaborés en dehors du champ de la recherche sur les catastrophes, ont été transférés avec succès dans ce domaine (voir par exemple Anderson et Nilsson, 1964 ; Goodhue, 1998).

23Le besoin de réfléchir à l’élaboration d’instruments se fait particulièrement sentir lorsque les phénomènes ne sont pas clairement compris. Pourtant, hormis quelques exceptions frappantes comme les instruments d’enquête, l’élaboration des instruments est rarement un objet de réflexion, et les instruments eux-mêmes – tels ceux qui mesurent les performances ou la satisfaction, réelles ou perçues, des utilisateurs – font l’objet d’un grave manque d’intérêt. Sans des informations précises et adéquates sur l’élaboration et la validation des instruments, les résultats que ceux-ci fournissent risquent de se révéler rapidement trop pointus ou trop vagues, ce qui mène à une perspective soit inutilement resserrée, soit excessivement large.

Élaborer et évaluer des outils d’entraînement

24Si nous mettons provisoirement de côté les problèmes liés à la compilation de données précises nécessaires à la réalisation d’un large ensemble d’études sur l’improvisation, les résultats dont nous disposons déjà suggèrent un certain nombre d’outils possibles pour faciliter la gestion de l’improvisation. Dans le domaine artistique (et dans une moindre mesure dans le monde des affaires), on accorde un grand crédit à la thèse selon laquelle la connaissance d’enchaînements préétablis, et des situations dans lesquelles ils sont adaptés, peut améliorer les capacités d’improvisation. De fait, comme le suggère Gary Kreps (1991), une condition importante d’une improvisation réussie est l’habitude de suivre un plan. Dans le cadre d’un entraînement à l’improvisation dans les situations d’urgence, il est donc nécessaire d’apporter un complément à l’entraînement à suivre un plan. Ce dernier suppose la mise en contact avec un large éventail de situations, et l’apprentissage d’enchaînements adaptés à ces situations. L’entraînement à l’improvisation suppose d’apprendre à reconnaître des événements imprévus et à y réagir, en s’appuyant sur la connaissance des interventions prévues comme d’une base sur laquelle improviser. Le contact avec des situations très variées peut aussi améliorer la capacité à improviser.

25Deux mises en garde sont nécessaires avant de convertir les résultats de la recherche sur l’improvisation en outils et en instructions d’entraînement. Tout d’abord, les organisateurs et les formateurs doivent reconnaître qu’il est impossible d’anticiper tous les événements susceptibles de se produire pendant une catastrophe. En effet, c’est précisément le caractère ambigu et imprévisible des catastrophes et des crises qui les différencie des opérations habituelles. Par ailleurs, si les services d’intervention pouvaient anticiper tous les événements imprévus et savaient exactement comment y faire face, l’improvisation ne serait pas nécessaire. L’objectif de l’entraînement doit donc être d’améliorer la capacité des personnels d’intervention à reconnaître les situations où les procédures établies sont pertinentes et adaptées, et à les modifier si elles ne le sont pas. Il faut donc aussi mettre en garde quant au fait que l’improvisation – c’est-à-dire, la modification des procédures habituelles  – peut certes être fonctionnelle et adaptée, mais qu’elle peut aussi être non fonctionnelle et inadaptée.

26À partir des recherches sur l’improvisation dans le jazz (Berliner, 1994), nous avons établi dans des travaux antérieurs (Mendonça, 2007 ; Mendonça et Friedrich, 2006) qu’il est nécessaire dans quatre domaines généraux de s’entraîner pour améliorer des compétences en matière d’improvisation : reconnaître quand il est approprié de s’écarter des procédures prévus ; apprendre comment élaborer et déployer de nouvelles procédures en série et en temps limité ; communiquer entre de multiples décideurs ; et faire des inférences quant aux états présents et futurs de systèmes complexes tels des infrastructures physiques ou publiques (Mendonça et Wallace, 2007b ; Rinaldi et al., 2001). À la lumière des arguments présentés plus haut, il est possible d’aller plus loin dans la description des techniques d’entraînement associées aux deux premiers domaines dans lesquels il est nécessaire de s’entraîner.

  • 2  N.d.t. La notion de shadowing renvoie à un paradigme d’expériences en psychologie cognitive, utili (...)

27Concernant la capacité à reconnaître quand improviser, le cognitive shadowing 2fait référence à une écoute active des performances des autres membres du groupe, visant à déterminer leurs intentions musicales et la nature de leur improvisation. Dans le contexte d’une intervention d’urgence, des entraînements semblables sont possibles, en donnant aux stagiaires la possibilité d’observer les communications et les prises de décision des autres stagiaires. Ils peuvent également passer par la lecture de rapports rétrospectifs sur les événements, en particulier ceux qui ont conservé une trace suffisamment complète des décisions et des communications en rapport avec l’événement, par exemple grâce aux enregistrements des communications.

28Dans le contexte du jazz, une technique complémentaire consiste pour le formateur à interrompre un musicien au milieu d’un solo, et lui demander de répéter ce qui vient d’être joué (Berliner, 1994). Cette technique de stop and repeat améliore la capacité des improvisateurs à prêter attention aux détails de la performance en cours. Suivant une technique semblable, le formateur commence un solo, l’arrête à un moment arbitraire, et demande à l’étudiant de le finir. S’arrêter et demander de répéter est une ,technique souvent utilisée dans le contexte des chaînes de commandement pour s’assurer que les directives sont comprises, mais elle peut aussi être mise à profit dans un contexte d’enseignement. Par exemple, un formateur peut proposer un programme d’action qui mélange et recompose des procédures opérationnelles permanentes de façon inédite, puis demander que ce programme d’action soit répété verbalement.

29Pour apprendre comment improviser, on peut identifier deux techniques, toutes liées à l’improvisation fondée sur un référent (Mendonça et Wallace, 2007a ; Pressing, 1984, 1988 et 1998). Dans ce type d’improvisation, une structure élémentaire ou « point de départ » fournit une base pour l’improvisation. Une fois que le référent a été retrouvé, une ou plusieurs nouvelles procédures en sont dérivées, ce que Jeff Pressing (1988) décrit comme un processus de satisfaction de l’exigence. Une des techniques fondées sur un référent, la répétition des solos des autres, vise à développer la capacité à encoder efficacement un éventail de référents. Dans une situation d’entraînement à une intervention d’urgence, un stagiaire peut avoir à mettre en œuvre un programme d’action inédit qui a été précédemment testé et inscrit dans le système. En fonction de la nature de la simulation, il est possible d’ajuster le rythme du simulateur pour rendre le travail de répétition plus facile ou plus dur.

30Une seconde technique qui s’appuie sur un référent est l’exercice du sauvetage. Celui-ci fait référence en jazz au processus qui consiste à s’adapter à des erreurs, ou plutôt, pour être exact, à des schémas musicaux qui diffèrent fortement de ceux attendus. Paul Berliner (1994) donne l’exemple de musiciens qui, lorsqu’ils s’exercent ou jouent en concert, introduisent délibérément des erreurs dans leur jeu afin de lancer de nouveaux défis ou de créer des occasions d’apprendre et d’explorer. Dans une situation d’entraînement à une intervention d’urgence, il est possible de réaliser des exercices de sauvetage en permettant au stagiaire de prendre des décisions erronées, à la suite desquelles il doit tenter de se rétablir. Cela permet au stagiaire de développer un répertoire de procédés heuristiques et d’habitudes grâce auxquels il peut retrouver et reproduire les référents, et construire des schémas comportementaux spécifiques afin de faire face à des événements imprévus semblables à ceux rencontrés lors des entraînements.

  • 3  Pour une synthèse critique, voir Pina e Cunha et al. (1990).
  • 4  L’article de David Mendonça et William Wallace (2007a) est une exception.

31L’emploi, parmi d’autres, de ces procédés heuristiques et de ces techniques pointe un paradoxe de l’improvisation, à savoir qu’il est possible de s’entraîner à être créatif le moment voulu. Peut-être parce que la recherche sur l’improvisation s’est majoritairement limitée à quelques domaines, notamment le théâtre, la musique ou la danse, ce phénomène continue d’être entouré par une certaine mystique. Par ailleurs, il existe au sein même de ces domaines des différences considérables dans les définitions de l’improvisation, et donc aussi dans les schémas cognitifs et les comportements qui sont censés constituer la véritable improvisation. Dans le jazz, par exemple, les visions très pragmatiques de Paul Berliner (1994), Philip Johnson-Laird (1991) et Jeff Pressing (1998) contrastent fortement avec celles de Stephen Nachmanovitch (1990), de David Rothenberg (2002), et de nombreux musiciens interrogés par Derek Bailey (1992). En dehors des arts, les théories structurelles prédominent3 et les théories qui se placent au niveau des processus sont rares4. Nous pensons que les études sur l’improvisation en dehors du champ artistique n’ont jamais été aussi proches qu’elles le sont aujourd’hui du type d’avancées qui ont permis une réflexion approfondie et globale sur les arts. En ce qui concerne le jazz, par exemple, les débats sur l’« informatisation » de l’improvisation ont dépassé la question de la capacité des algorithmes à produire de l’improvisation – ils en produisent, et continueront de le faire  –, et tournent désormais autour de l’amélioration de cette production musicale – peut-être même selon des procédés semblables à ceux employés par les humains. Nous espérons donc qu’hors du champ artistique, les théories de l’improvisation suivront un développement semblable, et feront avancer la réflexion quant à la meilleure façon dont les humains peuvent apprendre l’improvisation, et la pratiquer dans des domaines variés.

Conclusions et perspectives

32Les progrès des théories qui portent sur le moment et la façon dont les humains reconnaissent des événements imprévus et y réagissent éclaire d’un jour nouveau l’ingéniosité et la créativité humaines, particulièrement telles qu’elles sont pratiquées dans des situations graves. L’essentiel des travaux présentés ici se concentrent sur la modélisation de la cognition dans les deux phases de ce processus. Ces travaux nécessitent des techniques variées, parmi lesquelles les méthodes de l’étude de cas, la modélisation des données statistiques et la modélisation informatique – c’est-à-dire fondée sur des règles  –, et utilisent des données obtenues aussi bien sur le terrain qu’en laboratoire. Notre recherche se fonde sur l’hypothèse de travail selon laquelle des méthodes multiples – appliquées à l’ensemble du processus d’improvisation et depuis le niveau individuel jusqu’à celui de l’organisation  – peuvent permettre des avancées qu’il ne serait pas possible d’obtenir par des études qui s’appuieraient sur une seule méthode et/ou une seule unité d’analyse. Ce travail s’inscrit dans la continuité de l’exploration des thèmes de l’adaptation, de l’innovation et de l’improvisation, présentés brillamment dans les travaux de Russel Dynes (1970). Un des défis pour la recherche contemporaine réside dans le développement d’explications de l’improvisation au niveau des processus, et la mise à disposition de données qui permettraient à d’autres chercheurs de tenter de les falsifier.

Haut de page

Bibliographie

Andersson Bengt-Erik et Nilsson Stig-Göran, 1964, « Studies of the reliability and validity of the critical incident technique », Journal of Applied Psychology, vol. 48, n6, p. 398-403.

Bailey Derek, 1992, Improvisation. Its Nature and Practice in Music, New York, Da Capo Press.

Berliner Paul F., 1994, Thinking in Jazz, Chicago, University of Chicago Press.

Beroggi Giampiero E. G. et Wallace William A., 1994, « Operational risk management. A new paradigm for decision making », IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics, vol. 24, n10, p. 1450-1457.

 — 2000, « Multi-expert operational risk management », IEEE Transactions on Systems, Man and Cybernetics Part C, vol. 30, n1, p. 32-44.

Boin Arjen, ‘t Hart Paul, Stern Eric et Sundelius Bengt, 2005, The Politics of Crisis Management. Understanding Public Leadership When It Matters Most, Cambridge, Cambridge University Press.

Butts Carter, 2007, « Responder communication networks in the World Trade Center disaster. Implications for modeling of communication within emergency settings », Journal of Mathematical Sociology, vol. 31, n2, p. 121-147.

Carmines Edward G. et Zeller Richard A., 1979, Reliability and Validity Assessment, Newbury Park, Sage.

DeBalogh Frank et Wallace William A., 1985, « Decision support systems for disaster management », Public Administration Review, vol. 45, p. 134-146.

Drabek Thomas E., 1970, « Methodology of studying disasters. Past patterns and future possibilities », American Behavioral Scientist, vol. 13, n3, p. 331-343.

 — 1985, « Managing the emergency response », Public Administration Review, vol. 45, p. 85-92.

 — 1996, Social Dimensions of Disaster. A FEMA Higher Education Course (Instructor Guide), Emmitsburg, National Emergency Training Center.

Dynes Russell R., 1970, Organized Behavior in Disaster, Lexington, Heath.

Goodhue Dale L., 1998, « Development and measurement validity of a task-technology fit instrument for user evaluations of information systems », Decision Sciences, vol. 29, n1, p. 105-138.

Hall Edward T., 1992, « Improvisation as an acquired, multilevel process », Ethnomusicology, vol. 36, n2, p. 223-235.

Johnson-Laird Philip N., 1991, « Jazz improvisation. A theory at the computational level », Representing Musical Structure, P. Howell, R. West et I. Cross éd., New York, Academic Press, p. 291-325.

Kamoche Ken, Pina E Cunha Miguel et Vieira Da Cunha João, 2001, Organizational Improvisation, New York, Routledge.

Klein Gary A., 1993, « A Recognition-Primed Decision (RPD) model of rapid decision making », Decision Making in Action. Models and Methods, G. A. Klein, J. Orasanu, R. Calderwood et C. E. Zsambok éd., Norwood, Ablex, p. 138-147.

Kreps Gary A., 1984, « Sociological inquiry and disaster research », Annual Review of Sociology, vol. 10, p. 309-330.

 — 1991, « Organizing for emergency management », Emergency Management. Principles and Practice for Local Governments, T. E. Drabek et G. J. Hoetmer éd., Washington, International City Management Association, p. 30-54.

Kreps Gary A. et Bosworth Susan L., 1993, « Disaster, organizing and role enactment : A structural approach », American Journal of Sociology, vol. 99, n2, p. 428-463.

Marsden James R., Pakath Ramakrishnan et Wibowo Kustim, 2002, « Decision making under time pressure with different information sources and performance-based financial incentives – Part 1 », Decision Support Systems, vol. 34, n1, p. 75-97.

Martin Patricia Y. et Turner Barry A., 1986, « Grounded theory and organizational research », Journal of Applied Behavioral Science, vol. 22, n2, p. 141-157.

Mendonça David, 2007, « Decision support for improvisation in response to extreme events », Decision Support Systems, vol. 43, n3, p. 952-967.

Mendonça David, Beroggi Giampiero E. G., van Gent Daan et Wallace William A., 2006, « Assessing group decision support systems for emergency response using gaming simulation », Safety Science, vol. 44, n6, p. 523-535.

Mendonça David et Fiedrich Frank, 2006, « Training for improvisation in emergency management. Opportunities and limits for information technology », International Journal of Emergency Management, vol. 3, n4, p. 348-363.

Mendonça David, Jefferson Theresa et Harrald John, à paraître, « Emergent interoperability : collaborative adhocracies and mix and match technologies in emergency management », Communications of the ACM.

Mendonça David et Wallace William A., 2004, « Studying organizationally-situated improvisation in response to extreme events », International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 22, n2, p. 5-29.

 — 2007a, « A cognitive model of improvisation in emergency management », IEEE Transactions on Systems, Man, and Cybernetics Part A, vol. 37, n4, p. 547-561.

 — 2007b, « Impacts of the 2001 World Trade Center attack on New York City critical infrastructures », Journal of Infrastructure Systems, vol. 12, n4, p. 260-270.

Miner Anne S., Bassoff Paula et Moorman Christine, 2001, « Organizational improvisation and learning. Field study », Administrative Science Quarterly, vol. 46, n2, p. 304-337.

Moorman Christine et Miner Anne S., 1998, « The convergence of planning and execution. Improvisation in new product development », Journal of Marketing, vol. 62, n3, p. 1-20.

Nachmanovitch Stephen, 1990, Free Play. Improvisation in Life and Art, Los Angeles, Jeremy P. Tarcher Inc.

National Research Council, 2006, Facing Hazards and Disasters. Understanding Human Dimensions, Washington, National Academies Press.

National Research Council, 2007, Improving Disaster Management. The Role of IT in Mitigation, Preparedness, Response and Recovery, Washington, National Academies Press.

Newell Allen, Shaw J. C. et Simon Herbert A., 1962, « The processes of creative thinking », Contemporary Approaches to Creative Thinking, H. E. Gruber, G. Terrel et M. Wertheimer éd., New York, Atherton Press, p. 63-119.

Perry Ronald, 1991, « Managing disaster response operations », Emergency Management : Principles and Practice for Local Government, T. Drabek et G. Hoetmer éd., Washington, International City Management Association, p. 201-224.

Pina e Cunha Miguel, Vieira da Cunha João et Kamoche Ken, 1999, « Organizational improvisation. What, when, how and why », International Journal of Management Reviews, vol. 1, n3, p. 299-341.

Pressing Jeff, 1984, « Cognitive processes in improvisation », Cognitive Processes in the Perception of Art, W. R. Crozier et A. J. Chapman éd., Amsterdam, North Holland, p. 345-363.

 — 1988, « Improvisation. Methods and models », Generative Processes in Music, J. A. Sloboda éd., Oxford, Clarendon Press, p. 129-178.

 — 1998, « Psychological constraints on improvisational expertise and skill », In the Course of Performance. Studies in the World of Musical Improvisation, B. Nettl et M. Russell éd., Chicago, University of Chicago Press, p. 47-67.

Quarantelli Enrico L., 1997, « The Disaster Research Center field studies of organizational behavior in the crisis time period of disasters », International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 15, n1, p. 47-69.

Quarantelli Enrico L. et Dynes Russell R., 1977, « Response to social crisis and disaster », Annual Review of Sociology, vol. 3, p. 23-49.

Rinaldi Steven, Peerenboom James et Kelly Terry, 2001, « Complexities in identifying, understanding, and analyzing critical infrastructure interdependencies », IEEE Control Systems Magazine, décembre, p. 11-25.

Rothenberg David, 2002, Sudden Music. Improvisation, Sound, Nature, Athens, University of Georgia Press.

Smart Carolyne et Vertinsky Ilah, 1977, « Designs for crisis decision units », Administrative Science Quarterly, vol. 22, n4, p. 640-657.

Sniezek Janet A., Wilkins David C., Wadlington Patrick L. et Baumann Michael R., 2002, « Training for crisis decision-making. Psychological issues and computer-based solutions », Journal of Management Information Systems, vol. 18, n4, p. 147-168.

Stallings Robert A., 2002, Methods of Disaster Research, Philadelphie, Xlibris Corporation.

Tierney Kathleen J., 2007, « From the margins to the mainstream ? Disaster research at the crossroads », Annual Review of Sociology, vol. 33, p. 503-525.

Turner B. A., 1995, « The role of flexibility and improvisation in emergency response », Natural Risk and Civil Protection, T. Horlick-Jones, A. Amendola et R. Casale éd., Londres, E. et F. Spon, p. 463-475.

Vidaillet Bénédicte, 2001, « Cognitive processes and decision making in a crisis situation : A case study », Organizational Cognition. Computation and Interpretation, T. K. Lant et Z. Shapira éd., Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates, p. 241-263.

Wachtendorf Tricia, 2004, Improvising 9/11. Organizational Improvisation in the World Trade Center Disaster, PhD, University of Delaware (Newark).

Webb Gary R., 2004, « Role improvising during crisis situations », International Journal of Emergency Management, vol. 2, n1-2, p. 47-61.

Webb Gary R., Tierney Kathleen J. et Dahlhamer James M., 2000, « Business and disasters. Empirical patterns and unanswered questions », Natural Hazards Review, vol. 1, n2, p. 83-90.

Weick Karl E., 1985, « Systematic observational methods », Handbook of Social Psychology, G. Lindzey et E. Aronson éd., New York, Random House, p. 567-634.

 — 1993, « The collapse of sensemaking in organizations. The Mann Gulch disaster », Administrative Science Quarterly, vol. 38, n4, p. 628-652.

Haut de page

Notes

1  N.d.t. La grounded theory est une méthode de recherche qualitative en sciences sociales. Contrairement à la méthode hypothético-déductive consistant à formuler une hypothèse théorique avant d’aller chercher des données pour la mettre à l’épreuve, la grounded theory commence par rassembler des données suivant diverses méthodes, puis utilise des procédures systématiques pour générer, de façon inductive, une théorie à partir des données observées. Sur la méthodologie de la grounded theory, voir notamment Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss (The Discovery of Grounded Theory. Strategies for Qualitative Research, New Brunswick - Londres, Aldline Transaction, 2006 [1967]).

2  N.d.t. La notion de shadowing renvoie à un paradigme d’expériences en psychologie cognitive, utilisé notamment dans l’étude de l’attention. Une tâche typique de shadowing consiste à faire écouter simultanément deux histoires différentes à un sujet – une histoire à chaque oreille. On lui demande de répéter au fur et à mesure les mots qu’il entend dans l’une de ses deux oreilles. Plus généralement on parle de shadowing lorsqu’il s’agit pour un sujet de suivre une opération et éventuellement de la répéter immédiatement après.

3  Pour une synthèse critique, voir Pina e Cunha et al. (1990).

4  L’article de David Mendonça et William Wallace (2007a) est une exception.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Mendonça, Gary Webb et Carter Butts, « L’improvisation dans les interventions d’urgence : les relations entre cognition, comportement et interactions sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 18 | 2010, mis en ligne le 01 mai 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/4541 ; DOI : 10.4000/traces.4541

Haut de page

Auteurs

David Mendonça

Professeur associé en théorie des systèmes d’information au New Jersey Institute of Technology (États-Unis)

Gary Webb

Professeur associé de sociologie à l’Université d’État de l’Oklahoma à Stillwater (États-Unis)

Carter Butts

Professeur associé de sociologie au Département de sociologie et à l’Institute of Mathematical Behavioral Sciences de l’Université de Californie à Irvine (Etats-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page