Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et action publique

Les vicissitudes de la fonction recherche dans une direction de synthèse

Vincent Viet
p. 177-186

Résumés

Cette contribution aborde les difficultés que rencontre la recherche en sciences sociales au sein d’organismes comme la DREES (Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques), à partir de la posture hybride d’animateur de recherche à la MiRe et d’historien. Les directions de synthèse comme la DREES ont vocation à produire des savoirs auxquels doivent s’adosser les politiques publiques impulsées par l’État, mais aussi à produire des évaluations sur ces politiques. Il s’agit donc d’un observatoire privilégié pour saisir les rapports entre recherche et expertise. À partir du récit d’une expérience située, cette contribution a vocation à analyser les implications du recul de la fonction recherche – au profit de grandes enquêtes statistiques commanditées par les cabinets ministériels – au sein d’une grande direction de synthèse.

Haut de page

Texte intégral

1Il est toujours périlleux de remplacer au dernier moment un contributeur, surtout quand celui-ci exerce les fonctions de directeur d’administration centrale. Mais j’ai évidemment accepté de bonne grâce, puisque j’ai obtenu en échange l’autorisation d’aborder librement des choses que ma directrice, Anne-Marie Brocas, n’aurait sans doute pas pu exprimer en sa qualité de responsable en chef de la Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques (DREES). N’ayant pas sa position surplombante, je partirai de ma double expérience d’animateur de la recherche au sein de la MiRe-DREES et de chercheur en histoire sociale.

Une posture hybride

2Afin de préciser cette posture hybride, j’aimerais rappeler que mes recherches ont porté et portent toujours sur les politiques publiques dans leur interrelation avec les structures administratives. C’est au travers de plusieurs objets historiques que je me suis penché incidemment sur les liens qui existent entre les experts et les décideurs publics : l’Inspection du travail, objet de ma thèse ; les structures administratives de la politique française de l’immigration ; la prévention des risques professionnels ; l’histoire des assurances sociales en France et, enfin, l’histoire des ministères sociaux français. Aujourd’hui, je travaille sur la genèse contrariée de la politique de la santé publique en France, en partant de l’expérience menée par un parlementaire radical socialiste, Justin Godart, à la tête du Service de santé militaire (SSM) pendant la Première Guerre mondiale. Le SSM était une énorme machine qui « actionnait » 165 000 hommes et femmes non combattants. Il a procédé à l’évacuation de quelque 15 millions de blessés et de malades pendant les quatre années de guerre. Pour la première fois dans l’histoire des politiques sanitaires et sociales, les pouvoirs publics ont eu autorité sur le corps médical, ce qui suffit, me semble-t-il, à justifier une étude à part entière. Or, cette expérience probante, qui a permis d’instituer un système de santé publique très performant (le taux de « récupération » des blessés et des malades s’est élevé jusqu’à 92 %), dont les caractéristiques étaient étonnamment modernes, n’a pas perduré au sortir de la Première Guerre mondiale. Comment cette énorme machine a-t-elle fonctionné ? Pourquoi cette expérience inédite a-t-elle avorté ? Voilà les questions qui me préoccupent en ce moment.

3À force de m’intéresser aux structures administratives, aux politiques publiques qui sont bien sûr un angle un peu réducteur de l’action publique, j’ai fini par me rapprocher des administrations au point d’échouer à la Mission de la recherche (MiRe) ! Il s’agit d’une toute petite structure, créée en 1982 dans le cadre des grandes réformes impulsées par le septennat mitterrandien, avec ce pari que la recherche en sciences humaines et sociales pouvait directement contribuer à éclairer l’action publique. La MiRe était alors une structure interministérielle, dont le champ d’investigation potentiel ne coïncidait rien de moins qu’avec les domaines de compétence de tous les ministères sociaux (Travail - Emploi - Formation professionnelle, Affaires sociales, Action sanitaire et sociale, Santé, Population et Migrations). Son rattachement à la DREES (créée par la même occasion) lui a fait perdre son caractère interministériel qui l’incitait pourtant à soulever des questions de recherche transversales.

4S’il fallait définir ma position, dans cet entre-deux, entre le monde de la recherche et celui de la décision publique, le curseur serait assurément plus proche du premier que de la seconde. Pourquoi ? D’abord, parce que la MiRe n’inscrit pas son action dans le temps très court des études qui est celui des directions ministérielles opérationnelles ; mais plutôt dans la temporalité nécessairement plus longue de la recherche. Il faut savoir qu’entre la conception d’un programme de recherche et sa valorisation, il peut s’écouler entre deux et cinq années, ce qui laisse le temps à la recherche de mûrir et d’être fécondée par d’autres travaux réalisés en d’autres lieux. J’ai entendu dire que nombre de travaux de recherche échouaient parfois dans des tiroirs, sans que les pouvoirs publics et l’administration y prêtent attention. La MiRe s’en préoccupe puisqu’elle s’attache à suivre de bout en bout ses programmes de recherche depuis leur conception jusqu’à leur valorisation en passant par leur animation et leur évaluation. C’est du reste, dans le paysage actuel de la recherche, une des rares structures à assurer un tel suivi.

Le poids des configurations structurelles et le rééquilibrage des fonctions internes

5La deuxième raison pour laquelle je me sens plus proche de la recherche tient au mode de fonctionnement qui a longtemps caractérisé la MiRe. Jusqu’à fort récemment, cette petite structure, comprenant des chercheurs issus de disciplines différentes (sociologie, sciences politiques, droit, médecine, histoire, économie), fonctionnait comme une véritable mission. Dans son acception administrative, une mission est une organisation en « peigne », avec des chargés de mission qui développent, en lien étroit avec le directeur d’administration centrale (si elle est rattachée à une direction), des programmes ou des actions menés de bout en bout. Le « peigne » est « coiffé » par un chef de mission qui est en fait ou devrait être un primus inter pares dont le rôle consiste à coordonner et à catalyser l’activité des chargés de mission. Ce modèle a, par exemple, été expérimenté avec un certain succès par la Direction de la population et des migrations (DPM) au début des années 1970, quand Pierre Fournier – dont les Mémoires ont récemment été publiés aux Presses universitaires de Rennes – était à sa tête. Actuellement, la MiRe ne fonctionne plus sur ce mode ; elle s’apparente bien davantage à un bureau d’administration, avec une hiérarchie qui, en l’absence de réunions d’équipe, fait écran entre les chargés de mission et la directrice. Ce qui favorise la rétention d’informations, stérilise sa force de proposition et l’éloigne encore davantage de la décision publique. Il est, à mon avis, essentiel que les chargés de mission soient directement et collégialement associés aux décisions, et que leur force de proposition soit stimulée et valorisée. Sinon, la médiation qu’ils sont censés exercer entre le monde de la recherche et les décideurs publics finit par s’émousser ou tourner à vide.

  • 1 Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques, rattachée au ministère du (...)
  • 2 Comme elle l’a d’ailleurs fait à travers la thématique Santé et travail qui a permis de lancer et d (...)

6L’impression d’être dans une enclave consacrée au suivi scientifique est d’autant plus forte que la MiRe est rattachée à une direction qui, par essence ou vocation, n’est pas opérationnelle. La DREES est, pour reprendre son intitulé, une direction de recherche, de synthèse, d’étude et d’évaluation ; mais comme toute direction ministérielle dont l’intitulé évoque plusieurs fonctions, elle peut décider de (ou être amenée à) modifier les termes de l’équilibre entre celles-ci. C’est, me semble-t-il, aujourd’hui le cas : la « recherche » qui figurait en première place dans son intitulé a cédé du terrain devant les trois autres fonctions, et notamment devant l’évaluation qui accusait, il est vrai, un net retard. Or, ce recul, attesté par la mise en veilleuse du conseil scientifique de la MiRe, se traduit de manière quasi mécanique par une plus grande « opérationnalité » de la DREES (mais on pourrait aussi citer l’exemple de la DARES1) qui tend de plus en plus à répondre aux commandes et aux attentes des cabinets ministériels. Tout se passe au fond comme si ces directions de synthèse éprouvaient de sérieuses difficultés à développer des synergies fécondes entre leurs différentes fonctions. Il est vrai qu’il n’est jamais simple d’arbitrer entre le court terme et le long terme ou, plus exactement, de concilier un pilotage par la recherche, qui peut contribuer à définir, problématiser et promouvoir de nouvelles thématiques2, et une gestion au fil de l’eau qui colle davantage aux attentes du politique.

  • 3 La révision générale des politiques publiques constitue une réforme de l’État récente : 374 décisio (...)
  • 4 Créé en 1891 et rattaché au ministère du Travail et de la Prévoyance sociale en 1906, l’OT comporta (...)

7Le recul de la fonction recherche se traduit aussi par une grande prudence à l’égard des projets qui peuvent soulever des questions embarrassantes, rétablir ou infirmer des faits, contredire des effets d’annonce politique ou récuser des vérités assénées sans preuve. C’est, à mon avis, surestimer la portée « subversive » des travaux en sciences humaines et sociales, mais aussi sous-estimer l’influence heureuse qu’ils peuvent avoir sur les débats autour des enjeux sanitaires et sociaux. N’oublions pas que les directions de synthèse contribuent, en raison même de leur production normative – largement relayée par la presse, fût-elle ou non spécialisée –, à structurer les débats dans l’opinion publique. Reste qu’elles ont aujourd’hui du mal à se saisir par elles-mêmes de questions épineuses qui pourraient éclairer la décision publique, voire, dans une optique régulatrice, prévenir certains mouvements sociaux. Je citerai un exemple : j’ai proposé, devant le conseil scientifique de la DARES, que soit conjointement organisée (DREES et DARES) une veille scientifique sur la réforme des services déconcentrés des ministères sociaux organisée dans le cadre de la RGPP3. L’enjeu est de taille, si l’on songe qu’il faut remonter à 1964 pour rencontrer une réforme d’une telle ampleur ; je pense même que la RGPP va, à certains égards, beaucoup plus loin. Cette proposition a certes été enregistrée, mais je sais pertinemment qu’aucune suite ne lui sera donnée. C’est bien dommage, car les ministères du Travail et de la Santé se privent ainsi de la possibilité de suivre, d’analyser et de comprendre (à travers les grilles d’analyse des sciences humaines et sociales qui ne sont pas celles de l’Inspection générale des affaires sociales, de l’Inspection générale de l’administration ou de la Cour des comptes) ce qui se passe dans leurs propres services extérieurs. Comment des agents issus de corps et de culture différents, dont la structure mentale et le profil sont dissemblables, vont-ils devoir travailler ensemble ? Patrice Duran a parlé dans sa communication des corps « durs » ou des corps « forts », ce qui n’est évidemment pas le cas de l’Inspection du travail qui est un corps « faible », mais jaloux de son « indépendance ». J’ajoute que le nombre des corps est si important dans l’administration sanitaire et sociale (près de 200 !) qu’aucun ne peut prétendre à l’hégémonie ou au leadership. Il faut ici se rendre à l’évidence, les ministères sociaux n’ont pas été dominés par les corps durs, par les ingénieurs des Ponts et Chaussées ou des Mines, dont Patrice Duran a vanté les mérites prométhéens. D’une part, l’entrée des énarques y est tardive ; d’autre part, les ministères sociaux, sauf à de rares exceptions, n’ont jamais vraiment attiré les énarques les « plus durs » qui ont préféré briller sous d’autres cieux. Bien sûr, il est possible de dénicher des exceptions comme Arthur Fontaine, ingénieur des Mines, qui fut le premier directeur de l’Office du travail4, le premier directeur du travail et le premier président du conseil d’administration du Bureau international du travail. Mais ces exceptions se comptaient, avant l’arrivée des énarques, sur les doigts de la main.

  • 5 L’appel à projets de recherche, lancé par la MiRe-DREES et la DARES, comportait une annexe qui prés (...)

8Toujours est-il qu’on assiste, depuis deux années, à une mise en veilleuse de la recherche dans des directions comme la DARES (qui avait pris depuis plus longtemps ce pli) ou la DREES, qui ont pourtant vocation à impulser de nouveaux programmes. En revanche, il est évident que les études ponctuelles et les grandes enquêtes statistiques, qu’elles soient ou non commandées par les cabinets ministériels, ont le vent en poupe. Ce sont elles qui s’imposent, au point que les programmes de recherche impulsés par la MiRe sont souvent adossés à des enquêtes statistiques5. La primauté donnée aux études (surtout économétriques ou économiques) et aux statistiques sur la recherche est préoccupante, car elle s’accompagne souvent d’un déni de reconnaissance de la spécificité de la recherche en sciences humaines et sociales. Les auteurs d’étude pensent très souvent faire de la recherche, ils pensent très souvent innover, alors qu’ils sont imprégnés de résultats de recherches antérieures. On pourrait, à cet égard, citer l’exemple des liens entre obésité et pauvreté, mis en évidence au début des années 1980 dans des recherches approfondies commanditées par la MiRe. Beaucoup d’études ont suivi, alors que le lien avait été fait depuis longtemps.

Du bon et du mauvais usage des sciences humaines et sociales par l’administration

9Ma position institutionnelle ne me permet pas d’aborder concrètement des liens éventuels entre la recherche et la décision publique. Mais je peux préciser la manière dont l’administration convoque et instrumentalise les sciences humaines et sociales. Je ferai à cet égard plusieurs observations. En premier lieu, je n’ai pas l’impression que la commande publique en matière de recherche en sciences humaines et sociales soit dictée par des considérations politiques ou par des considérations de politique publique. Depuis 2000, j’ai vu passer par la MiRe un grand nombre d’appels à projets de recherche, sans que les chargés de mission connaissent clairement les raisons de leur lancement. C’est en tout cas rarement sur injonction des cabinets ; il s’y mêle plusieurs facteurs, beaucoup d’échanges verbaux entre chargés de mission, d’imprégnation par veille scientifique, d’idées induites par l’activité de recherche des chargés de mission, de conseils donnés par le conseil scientifique de la MiRe, de consultations des autres directions ministérielles, etc. Bref, il est très difficile de démêler la manière dont émerge précisément une question. Il n’en reste pas moins que la commande politique est très souvent secondaire, sans doute parce que la temporalité de la recherche ne répond pas aux attentes immédiates du politique.

10En deuxième lieu, l’administration cherche beaucoup moins à s’appuyer sur les sciences humaines et sociales pour préparer des décisions, qu’à obtenir la caution scientifique des chercheurs ou des universitaires sur ses propres orientations. Ce recours instrumentalisé et personnifié à l’expertise est un phénomène ancien que l’on peut faire remonter à la création même des ministères sociaux quand ceux-ci sollicitaient des universitaires dont les travaux pouvaient éclairer la décision publique. Il ne faut pas oublier que le ministère du Travail s’est structuré autour de plusieurs organes d’observation : l’Office du travail, la Statistique générale de la France et, un organe d’observation et de contrôle, l’Inspection du travail. C’était véritablement un ministère de l’observation sociale. Or, l’organisation de cette fonction d’observation ne pouvait que séduire les sociologues, les économistes, les historiens, les juristes et les réformateurs sociaux qui s’intéressaient au mouvement social. On pourrait ainsi citer les noms des juristes Paul Pic et Georges Scelle, tous les deux très favorables à l’intervention de l’État dans la protection légale des travailleurs ou dans la protection sociale ; de l’économiste François Simiand ; du sociologue Pierre de Maroussem ; du psychiatre Édouard Toulouse… Toutes ces personnalités ont été sollicitées pour leurs compétences par le ministère du Travail ou se sont rapprochées de celui-ci pour monter des projets, développer des programmes avec l’aide financière du ministère. Il faudrait aussi souligner le poids des médecins, dont l’expertise est devenue incontournable – elle existait auparavant mais dans une bien moindre mesure – depuis la Première Guerre mondiale. À la tête du sous-secrétariat d’État à la santé militaire et du Service de santé militaire, Justin Godart a su notamment organiser une régulation de l’expertise médicale (ce qui n’était pas une mince affaire), au moment où le traitement massif de blessés requérait impérieusement de « bonnes pratiques ou procédures médico-chirurgicales », c’est-à-dire uniformes et efficaces.

11En troisième lieu, l’instrumentalisation est également endogène, car des directions comme la DARES ou la DREES recourent de plus en plus à des collaborateurs scientifiques qui ont un pied dans l’administration et un autre dans la recherche. Là encore, le fait d’employer des docteurs en sciences humaines n’est pas nouveau. Le ministère du Travail, par exemple, a toujours compté dans ses effectifs des docteurs en droit. On pourrait également citer les noms des laboratoires qui gravitent autour des ministères sociaux, qu’il s’agisse du Centre d’études de l’emploi (CEE) ou du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ). Il existe, d’une certaine façon, des chercheurs « officiels » au sein des administrations à vocation sociale, comme il existait autrefois, au Conseil supérieur du travail, des « prolétaires officiels » (Auguste Keufer, Edmond Briat). Par exemple, cet adjectif n’étant pas à prendre dans un sens péjoratif, Serge Volkoff, qui s’en est lui-même expliqué dans son mémoire d’habilitation à diriger des recherches, est un « chercheur officiel ».

12Quatrième observation, cette instrumentalisation n’est pas unilatérale. Les chercheurs ont parfaitement compris le parti qu’ils pouvaient tirer d’une grande proximité avec les administrations. L’expertise est, en effet, un facteur de notoriété ; or, la réponse à un appel à projet de recherche constitue très souvent un marchepied ou un passage obligé vers l’expertise. Certes, le ticket d’entrée est souvent très lourd, et la moisson tardive. Mais les chercheurs savent bien qu’ils pourront tirer de leur rapport final – qui est souvent brut de décoffrage – des publications scientifiques plus abouties. Par conséquent, l’investissement finit par porter ses fruits.

  • 6 Comme à l’occasion du centenaire du ministère du Travail et de la Prévoyance sociale qui a permis d (...)
  • 7 Admis au Conseil d’État en 1929, Pierre Laroque (1907-1997) doit à son entrée en 1931 au cabinet d’ (...)
  • 8 Nicole Questiaux, née le 19 décembre 1930 à Nantes (Loire-Atlantique), est un haut fonctionnaire et (...)

13Cinquième observation : le recours à l’expertise est de plus en plus ciblé sur certains sujets, disciplines, et même personnalités. À la DARES comme à la DREES, les approches quantitatives sont souvent privilégiées aux dépens des approches qualitatives. Si l’on raisonne par disciplines, le recul des juristes, peu portés il est vrai à faire de la recherche dans leur domaine, est particulièrement frappant, alors même que le droit social et le droit du travail innervent les champs de compétence des ministères sociaux et constituent bien souvent un billet d’entrée très onéreux pour les chercheurs non juristes. Ce recul est d’autant plus singulier que les juristes ont joué un rôle historique dans la genèse des politiques sociales et sanitaires. Ils restent néanmoins très présents et même prépondérants sur le terrain récent des discriminations. Quant à l’approche historique, elle est de moins en moins présente (l’administration la sollicite très rarement, alors que les historiens répondent de plus en plus aux appels à projets de recherche, qui comportent des signaux à leur adresse), sauf dans les rares moments de commémoration6, alors qu’elle structurait autrefois l’approche classique des politiques publiques. Il suffit de se reporter aux ouvrages de Pierre Laroque7, de Nicole Questiaux8 et, dans une moindre mesure, de Marie-Thérèse Join-Lambert pour constater la place importante dévolue à l’histoire dans la présentation des politiques sanitaires et sociales. L’histoire était naguère un passage obligé qui débouchait généralement sur des analyses plus socio-institutionnelles. Aujourd’hui, l’approche historique recule au profit d’une appréhension plus sociologique, mais surtout plus directement économique des questions sociales. C’est en fait l’approche sociologique qualitative qui résiste le mieux au « bulldozer » des statistiques et de l’économie. Il faut dire que l’INSEE a joué un rôle très important dans la promotion des statistiques et de l’économétrie. En relevant significativement le niveau scientifique de la production administrative, en défendant l’indépendance de la statistique par rapport au pouvoir politique, mais aussi en « colonisant » certaines niches dans l’administration : le corps des administrateurs de l’INSEE est très présent à la DARES et à la DREES. Or, on constate que ses agents sont très peu ou mal formés aux sciences humaines et sociales. Ce n’est pas un hasard si les articles scientifiques des publications de l’INSEE se réfèrent en général… à des articles publiés par l’INSEE. Les agents de cet organisme connaissent en fait très peu les travaux qui ne relèvent pas de la statistique ou de l’économie, même s’il existe des exceptions remarquables comme Olivier Marchand, Claude Thélot ou Alain Desrosières. Toutefois, si on assiste à un imperium des statistiques et de l’économie, c’est aussi parce que les sciences humaines et sociales se sont détournées depuis longtemps de leurs fondements quantitativistes.

14Cette absence de culture commune ou plutôt de ponts entre des cultures différentes ne facilite pas le dialogue entre les sciences quantitatives et les approches qualitatives. À la « fluidité » entre l’épidémiologie, l’économie et la statistique correspond une certaine osmose entre l’histoire, la sociologie, le droit et les sciences politiques, mais entre ces deux pôles le dialogue est particulièrement complexe à organiser.

15Pour terminer, je ferai deux observations qui ressemblent à des mises en garde. Il ne faudrait pas surestimer l’instrumentalisation des sciences humaines et sociales par l’administration. On voit en effet, depuis les années 1980, émerger des contre-pouvoirs, tels que les associations de malades ou de victimes, qui exercent une réelle médiation entre les sciences humaines et sociales et les décideurs publics. Ces derniers sont bien obligés de composer avec l’expertise de ces associations qui sont souvent très affûtées dans leur propre champ de compétences. Deuxième mise en garde : il ne faudrait pas sous-estimer, cette fois, les mouvements qui s’opèrent entre les disciplines et en leur sein. On assiste à des phénomènes d’hybridation qui sont à mon avis très fructueux : par exemple, les sociologues se rapprochent des historiens, allant même jusqu’à utiliser leurs méthodes (consultation et croisement des archives, contextualisation), tandis que les historiens se nourrissent, en retour, de travaux sociologiques. Entre les sociologues et les politistes les frontières sont aussi de plus en plus ténues (Viet, 2008). De là sans doute un certain nivellement dans la manière d’appréhender les politiques publiques, qui fait écho, dans une certaine mesure, au nivellement d’une autre nature, induit par les grandes enquêtes économiques et statistiques.

16À l’inverse, certaines disciplines me paraissent pêcher par excès d’académisme en restant crispées sur leurs méthodes ou sur leurs standards. C’est notamment le cas de l’économie (mais on pourrait aussi citer l’épidémiologie) qui a pourtant considérablement diversifié son champ d’investigation. On voit bien que ses tenants, soumis à la pression et aux critères de sélection de leur milieu académique, hésitent à « braconner » sur d’autres territoires, parce qu’ils visent exclusivement des publications reconnues par leurs pairs – même si, là encore, les exceptions sont nombreuses parmi les économistes des conventions ou de l’économie sociale. Dans le cadre du programme « Production et traitement des discriminations : nouvelles approches », lancé par la MiRe, les économistes, qui ont travaillé sur la ségrégation scolaire ou sur les effets de quartier, n’ont pas pris la peine, en dépit de nos observations, de prendre connaissance des recherches faites sur des objets similaires dans d’autres disciplines. Une telle posture gêne et même contrarie la confrontation scientifique, cependant qu’elle conduit les chercheurs à redémontrer des résultats acquis depuis longtemps dans d’autres disciplines.

Haut de page

Bibliographie

Chatriot Alain, Join-Lambert Odile et Viet Vincent éd., 2006, Les politiques du Travail (1906-2006), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Fournier Pierre, 2006, Quarante ans, place de Fontenoy, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Viet Vincent, 2008, « Histoire sociale », Encyclopædia universalis, Paris, Encyclopædia universalis, vol. 11, p. 837-839.

Haut de page

Notes

1 Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques, rattachée au ministère du Travail, alors que la DREES est rattachée au ministère de la Santé.

2 Comme elle l’a d’ailleurs fait à travers la thématique Santé et travail qui a permis de lancer et de structurer plusieurs grosses opérations (appel à projets de recherche lancé avec la DARES et l’ANR, enquête Santé itinéraires professionnels, etc.).

3 La révision générale des politiques publiques constitue une réforme de l’État récente : 374 décisions, organisées autour de 6 axes de modernisation, ont été adoptées lors des 3 conseils de modernisation des politiques publiques qui ont eu lieu entre décembre 2007 et juin 2008 [en ligne] [URL : http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr/], consulté le 24 juin 2009.

4 Créé en 1891 et rattaché au ministère du Travail et de la Prévoyance sociale en 1906, l’OT comportait un service d’enquêtes extérieures et un service central de dépouillement et de statistiques.

5 L’appel à projets de recherche, lancé par la MiRe-DREES et la DARES, comportait une annexe qui présentait succinctement 150 enquêtes statistiques se rapportant aux liens entre santé et travail (travail préparatoire mené par le Centre d’études de l’emploi sous la direction de Serge Volkoff et de Marie-France Cristofari).

6 Comme à l’occasion du centenaire du ministère du Travail et de la Prévoyance sociale qui a permis d’impulser un programme de recherche et d’organiser un colloque scientifique international. Voir Chatriot, Join-Lambert et Viet éd. (2006).

7 Admis au Conseil d’État en 1929, Pierre Laroque (1907-1997) doit à son entrée en 1931 au cabinet d’Adolphe Landry, ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, de devenir un spécialiste des assurances sociales. Remplacé par Jacques Doublet, il retourne au Conseil d’État en octobre 1951. Président de la Caisse nationale de Sécurité sociale, il constitue et préside la « Commission d’étude des problèmes de la vieillesse » qui aboutit en janvier 1962 au célèbre « rapport Laroque ». En août 1964, il est enfin nommé président de la section sociale du Conseil d’État, fonction qu’il exerce jusqu’à sa retraite en 1980. Longtemps titulaire de la chaire de Droit social à l’Institut d’études politiques de Paris, il a formé des générations de fonctionnaires et de syndicalistes et a publié des mémoires : Au service de l’homme et du droit. Souvenirs et réflexions, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1 place Fontenoy, Paris.

8 Nicole Questiaux, née le 19 décembre 1930 à Nantes (Loire-Atlantique), est un haut fonctionnaire et une personnalité politique française. Entrée au Conseil d'État comme auditeur en 1955, elle est la première femme nommée maître des requêtes en 1962. Elle accède au grade de conseiller d'État en 1980 et préside la section des travaux publics de 1988 à 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Viet, « Les vicissitudes de la fonction recherche dans une direction de synthèse », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 30 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/4443 ; DOI : 10.4000/traces.4443

Haut de page

Auteur

Vincent Viet

Chargé de mission MiRe-DREES (Mission de la Recherche, Direction de la recherche, des études et de l’évaluation des statistiques)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page