Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et action publique

Limites et effets de levier de la recherche en sciences humaines dans le combat contre le mal-logement

Christophe Robert
p. 165-175

Résumés

Pour mener un combat éclairé contre le fléau que constitue le mal-logement en France, l’apport des sciences sociales est à divers titres déterminant. Il permet d’identifier les mécanismes producteurs d’exclusion, de mener une véritable évaluation des politiques publiques et ainsi de dépasser une lecture parfois trop simpliste des enjeux. En donnant à voir la complexité des mécanismes sociaux, économiques et politiques en œuvre dans la crise du logement, les sciences sociales montrent que les questions posées par les personnes à la rue ou par « la crise des banlieues », sont étroitement liées à une inadaptation des politiques du logement menées depuis deux décennies. La rencontre entre recherche et combat associatif est donc salutaire et des passerelles doivent être développées dans cette optique. Mais cette rencontre n’en reste pas moins difficile à faire exister du fait de priorités et de temporalités d’intervention différentes, de confrontation entre la nécessité de vulgarisation des messages pour les uns et de risque de dénaturation de l’analyse pour les autres.

Haut de page

Texte intégral

1Je souscris pleinement à la pertinence du questionnement lancé par la revue Tracés et les organisateurs du cycle « À quoi servent les sciences humaines ». En effet, ce sujet est fondamental, non seulement pour nous à la Fondation Abbé Pierre, pour moi, en tant que sociologue, mais aussi, je crois, pour la recherche et l’avenir professionnel des chercheurs.

2Cela fait quatre ans que je suis directeur des études à la Fondation Abbé Pierre. Auparavant, j’avais passé une dizaine d’années dans un bureau d’études associatif parisien (FORS Recherche sociale) qui réalise des études qualitatives ou quantitatives, essentiellement pour la commande publique mais aussi pour le secteur associatif sur des sujets aussi variés que l’habitat, le logement, les jeunes ou la culture. Parallèlement, j’ai fait une thèse de socio-anthropologie à l’Université Paris Ouest Nanterre - La Défense, sur la question des populations tsiganes et des gens du voyage en France. Ces populations posent une question fondamentale : elles sont installées sur le territoire français depuis cinq siècles, et le rejet dont elles font l’objet, bien qu’ayant pris des traits différents d’une époque à l’autre, n’a cessé d’être extrêmement virulent depuis leur arrivée jusqu’à aujourd’hui. Je voulais tenter de comprendre l’origine de ces relations difficiles, sachant que ce type d’objet de recherche pose plus globalement la question de la diversité culturelle. Ce ne sont pas des populations venues de l’extérieur, de sorte que le concept d’assimilation n’est pas adapté, d’autant plus qu’elles continuent à valoriser un mode de vie propre qui interpelle la société majoritaire. Il me semblait donc intéressant de poser la question de la manière suivante : comment se fait-il que des populations, qui sont installées depuis si longtemps sur le territoire français et qui revendiquent haut et fort leur appartenance au pays, soient confrontées à un tel rejet, que celui-ci se traduise par des discriminations institutionnelles ou des discriminations quotidiennes ?

3Ma contribution portera sur le travail mené à la Fondation Abbé Pierre, en particulier le volet « études » de son action. Est-ce vraiment de la recherche ? Peut-être que la différence entre « étude » et « recherche » est une première ligne de fracture, néanmoins la Fondation bénéficie, à mes yeux, d’un positionnement tout à fait intéressant. Elle est tout d’abord totalement autonome puisqu’elle ne dépend d’aucun financement public et vit quasi exclusivement de la générosité publique. Son budget est pour une large partie consacré au financement d’associations qui interviennent dans le domaine de la lutte contre le mal-logement, qui contribuent à la construction de logements destinés aux publics les plus fragilisés, à la création de lieux d’accueil de jour pour les personnes à la rue, de lieux d’accès aux droits… Mais parallèlement, l’une de ses missions explicites concerne l’analyse des mécanismes qui produisent de l’exclusion, en particulier dans le domaine du logement. Je ne crois pas connaître d’autres organisations associatives en France dont l’une des missions fondamentales vise explicitement la connaissance des processus d’exclusion. Le fait que la mission de connaissance soit inscrite « dans nos gènes », pour ainsi dire, fait que nous pouvons (devons) y travailler toute l’année. Si le service « études » en tant que tel se limite à 1,5 équivalent temps plein, il existe une organisation identifiée et des moyens financiers qui sont expressément conférés à la connaissance des phénomènes d’exclusion du logement, ce qui est un point très important. Différents responsables associatifs sont venus me voir pour m’informer qu’ils envisageaient également de produire un rapport annuel sur l’état de leur problématique spécifique. Mais j’ai pu constater, en réfléchissant avec eux, qu’ils ne sont pas, pour le moment du moins, en capacité de le faire. Notamment parce que cette dimension n’est pas inscrite dans leur mission fondamentale et que l’étendue de leurs missions et les urgences qui les occupent ne leur permettent pas de s’engager dans la production d’un rapport annuel qui aille véritablement au-delà d’un rapport d’activité.

4Depuis quatorze ans, la Fondation produit un rapport annuel sur l’état du mal-logement en France. Ce document fait entre 220 et 280 pages, il est diffusé gratuitement, soit par courrier sur demande, soit par téléchargement en ligne (depuis deux ans). Voici quelques chiffres révélateurs de la visibilité de ce rapport : il est aujourd’hui tiré à 9 000 exemplaires (nombre en constante augmentation depuis sa première publication) et est téléchargé entre 5 000 et 8 000 fois par an. Avant 2005, il n’y avait pas de service « études » à la Fondation. Au fil des ans, ce rapport a pris de l’ampleur et une place relativement importante dans le débat public, finissant par constituer un réservoir d’arguments pour le secteur associatif et pour les militants de la lutte contre le mal-logement. À partir de ce constat, il a été décidé d’internaliser un service « études », et c’est à ce moment-là que je suis arrivé à la Fondation. Le travail que nous menons s’appuie sur des commandes d’études que nous confions à des chercheurs universitaires spécialisés sur la question de l’habitat, du logement, de la ville, de la politique de la ville, qu’ils soient sociologues, urbanistes, politologues ou économistes. Parmi les chercheurs qui travaillent tout au long de l’année à la production de ce rapport avec la direction de la Fondation, il y a un professeur de sciences politiques à Grenoble, un sociologue, directeur du bureau d’études FORS Recherche sociale, et de façon plus ponctuelle un professeur d’économie à l’Université de Nanterre. Nous formons donc une équipe qui mène un travail de fond dans la durée. Ce type de collaboration est important, selon moi, en ce sens qu’il constitue une passerelle entre la recherche universitaire et l’action d’une organisation comme la Fondation. Cette notion de passerelle me paraît essentielle et j’y reviendrai explicitement à la fin de mon intervention.

5Trois grandes orientations structurent le rapport. La première est appelée « Dévoilement ». Il s’agit de mener des études annuelles pour rendre compte de situations qui sont invisibles. Nous constatons régulièrement qu’un certain nombre de phénomènes sont méconnus des responsables politiques, de la société civile et de l’opinion. Il nous paraît donc important de les rendre visibles et d’aller au-devant de ces situations. Cette année, par exemple, nous savions, par le biais de nos équipes internes et du réseau associatif, que les personnes âgées, depuis environ trois ou quatre ans, sollicitent beaucoup plus les colis alimentaires et les accueils de jour pour SDF. Or, dans l’esprit commun, les personnes retraitées ont, depuis trente ans, rattrapé le retard en termes de ressources par rapport aux personnes actives. Ce constat fait par les associations nous a surpris, il fallait donc approfondir la question. Nous avons travaillé avec des sociologues et des économistes, spécialistes de l’exclusion, et nous nous sommes aperçus que cette période faste pour les personnes âgées et retraitées est révolue. Ces dernières sont entrées dans une période de fragilisation très forte dont les causes ne peuvent être ici développées. Voici un autre exemple de dévoilement : alors que le gouvernement prône une France de propriétaires, nous avons constaté que la propriété ne protège pas nécessairement de la précarité et du mal-logement. Ce qui va à l’encontre du discours qui se diffuse dans l’opinion, selon lequel l’accès à la propriété est la solution à toutes nos difficultés, comme s’il n’y avait pas d’idéologie et de projet de désengagement de l’État dans les politiques publiques derrière ce discours. Cette première partie du rapport relève d’enquêtes exclusives que nous décidons de mener pour dévoiler des situations qui nous semblent méconnues et insuffisamment traitées.

6La deuxième partie du rapport est constituée de données quantitatives. La Fondation Abbé Pierre est plus ou moins à l’origine du terme « mal-logement », et il a fallu justifier ce néologisme en expliquant, par exemple, que le mal-logement ne renvoie pas simplement à la question des personnes à la rue mais aussi au surpeuplement, aux mauvaises conditions de logement… Nous avons constitué une série d’indicateurs qui permettent, d’un côté, de qualifier les situations de « mal-logement », et d’un autre côté de regarder si les politiques publiques interviennent, ou non, pour enrayer ce phénomène. Le travail que nous menons sur ce volet du rapport renvoie à une démarche de compilation de données issues de la statistique publique dont nous pouvons disposer pour identifier le mal-logement. Quand il nous semble que des données manquent, nous le disons. D’ailleurs, dans l’annonce du cycle « À quoi servent les sciences humaines », il est fait allusion à une multiplication des lieux de connaissance statistique. Ce n’est pas le constat que nous faisons à la Fondation. Il y aurait même, selon nous, un risque d’appauvrissement de cette connaissance. Ainsi, l’année passée, nous avons eu l’occasion au Conseil national de l’information statistique (CNIS) de pointer ces failles et les risques qui pèsent sur la diminution des moyens conférés à la statistique publique. Par exemple une baisse des moyens attribués à l’INSEE (Institut national de la statistique et des études économiques) pour exploiter l’Enquête nationale logement (menée tous les quatre ans) est sensible ; ainsi, pour l’enquête 2006, on commence à avoir les premiers résultats seulement aujourd’hui. Un autre motif d’inquiétude est le renvoi aux observatoires locaux d’une partie des analyses. Or, comme il y a peu de coordination entre ces observatoires, on ne pourra que difficilement comparer, et relier les écarts constatés à des problèmes d’inégalités et de redistribution. Cet appauvrissement de la statistique publique pose problème : le risque est de ne pas savoir et de ne pas être en capacité de mesurer l’efficience des politiques publiques mises en œuvre. Compte tenu des moyens nécessaires pour réaliser de telles enquêtes, il est clair que si l’INSEE ou la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) ne le font pas, personne ne le fera. Nous sommes en quelque sorte tributaires des données produites par la statistique publique.

7Le troisième axe d’analyse du rapport, qui est très important et constitue un enjeu central de ce cycle, renvoie à l’évaluation des politiques publiques. Nous évaluons chaque année les politiques menées pour dire, à partir de notre grille de lecture et de nos critères (adéquation entre l’investissement financier de la collectivité publique et la destination sociale de ces fonds par exemple), si on s’oriente ou non dans la bonne direction. Dans le prolongement de ce travail, nous formulons des propositions pour donner à voir ce que serait, selon nous, une politique de logement adaptée.

8Nous présentons ce rapport le 1er février de chaque année, en mémoire de l’appel de l’abbé Pierre de 1954. L’idée n’est pas de remettre ce rapport au gouvernement (même si le ministre du Logement en place vient généralement clôturer la présentation) mais plutôt d’en faire une présentation publique. L’année dernière, nous étions 1 600 lors de la présentation à Paris, en présence de parlementaires, de maires, de représentants des Directions départementales de l’équipement, de personnes issues du secteur associatif, de chercheurs mais aussi de personnes mal-logées. Cette présentation publique permet de rassembler très largement les acteurs concernés par la question du mal-logement. Ensuite, ce rapport est présenté dans les principales villes de France (une vingtaine au total). Le rapport est national, mais depuis quelques temps, nous développons des éclairages locaux, pour obtenir à terme des rapports régionaux sur le mal-logement. Nous nous rendons compte que notre angle d’attaque est peut-être trop national, ce qui présente un certain nombre de limites dans un contexte de décentralisation des politiques du logement, de diversification des approches locales et des enjeux politiques. Il nous faut être au plus près des collectivités locales, qui ont aujourd’hui la maîtrise d’une partie significative des politiques du logement.

9Ce rapport renvoie donc à un travail collectif, qui croise des analyses universitaires ou issues de bureaux d’études, avec des éclairages du monde associatif. Mais je crois que la création d’un service interne des études permet de donner au rapport un ton plus proche de la « culture Fondation Abbé Pierre ». Ainsi, quand surviennent des désaccords avec les chercheurs, en dernier ressort, c’est nous qui arbitrons. Par exemple, lors d’une évaluation de la politique du logement, on peut rencontrer des chercheurs qui sont nostalgiques d’une époque passée. Ainsi, la loi Besson de 1990 sur le logement des personnes défavorisées a structuré l’action visant à lutter contre le mal-logement, qu’il s’agisse de l’intervention publique ou du rôle confié aux associations. Mais depuis, une décentralisation partielle de la politique du logement a eu pour effet, en partie, d’affaiblir les dispositifs existants. Un certain nombre de chercheurs, qui travaillent sur le logement depuis longtemps, ont analysé l’avant et l’après de la loi de 1990 et en viennent à condamner la décentralisation. De mon point de vue, il s’agit de ne pas systématiquement sombrer dans une logique nostalgique. Sans pour autant nier l’incidence de cette nouvelle orientation, il faut en diagnostiquer les effets sur l’évolution des politiques publiques et sur leur capacité à répondre aux besoins des personnes mal-logées, et signaler s’il y a délitement. Mais il s’agit de pouvoir dire aussi que dans ce nouveau contexte de décentralisation et de montée de l’intercommunalité, les agglomérations peuvent éventuellement présenter un certain nombre d’atouts intéressants, comme la proximité avec les problématiques locales et avec les publics. Quelles sont les conditions pour qu’une agglomération mène une bonne politique de l’habitat ? Comment réfléchir à des possibilités intermédiaires, à une meilleure articulation État/agglomérations ? Notre arbitrage consiste donc à ne pas écarter de l’analyse, dans le rapport, les leviers (si tel est le cas) que peuvent constituer les réformes des politiques publiques en cours. Ce n’est donc pas un arbitrage de type « censure » d’un résultat démontré par la recherche, mais un arbitrage qui porte plutôt sur une façon de dire, d’écrire et de présenter les choses.

10Il m’importe finalement de réfléchir sur le lien que l’on peut faire entre la connaissance (études, recherche…) et l’action visant la lutte contre le mal-logement. Je m’estime être un combattant contre le mal-logement, c’est ainsi que je vois ma fonction, mais, on y reviendra sans doute, ce n’est pas toujours simple de jouer sur ces deux registres. À mon niveau, j’ai pu m’apercevoir que les compétences du sociologue peuvent utilement servir le combat associatif, par exemple sur la question des gens du voyage. Je siège à la Commission nationale consultative des gens du voyage, autrement dit au cœur des débats publics sur cette question. Dans cette Commission, je siège en partenariat avec les associations qui se sont donné pour mission la défense des droits des gens du voyage. Le recul du sociologue permet, par exemple, d’aider ces associations à considérer que les discriminations dont ces deniers sont victimes leur sont, pour une part peut-être, spécifiques, mais pour une autre, se recoupent avec d’autres problématiques. Ainsi, on peut pointer le fait que le refus par les communes de construire des aires d’accueil (même s’il reste totalement illégal et inacceptable) est assez proche du refus de construire du logement social ou du refus de construire un lieu d’accueil pour toxicomanes ou pour prostituées. Cette connaissance permet alors de mener un combat plus renseigné.

11L’analyse des mécanismes en œuvre dans les phénomènes d’exclusion peut aussi aider le secteur associatif à orienter les actions de son combat. Ainsi, depuis un an et demi, je travaille régulièrement avec Augustin Legrand, leader de l’association Les Enfants de Don Quichotte. Quand il a monté ses tentes sur le canal Saint-Martin, à l’automne-hiver 2006, il parlait essentiellement des SDF, du scandale des personnes qui vivent ou meurent à la rue. Depuis un an et demi, il a élargi son propos, en expliquant que ce que vivent les personnes à la rue, « les grands exclus », est dû à une politique du logement qui est inadaptée depuis vingt-cinq ans, qui touche aussi bien les classes moyennes inférieures que les catégories modestes, et qui éloigne les plus pauvres et les plus désinsérés socialement et économiquement d’une solution digne. Des vases communicants, des effets dominos, un processus commun font que la problématique des SDF ne peut pas être isolée du décalage qui existe entre les politiques du logement et la réalité des besoins présents dans notre société. Il y a ainsi un décalage conséquent entre la capacité financière des personnes qui travaillent et le niveau moyen des loyers, ainsi qu’une insuffisance des aides au logement pour compenser cet écart. Ce genre de prise de recul conduit à mener un combat très différent.

12En ce qui concerne les gens du voyage, j’ai mené un travail de recherche sur les préjugés et les stéréotypes qui pèsent grandement dans les relations au quotidien entre eux et les gadjé (c’est ainsi que les gens du voyage désignent « les autres »). On peut considérer que le combat à mener doit porter sur la question de l’accès aux droits, ce qui est évidemment très important : il existe une loi qui n’est pas appliquée, il faut le contester, de la même manière qu’il faut favoriser l’accès à l’offre scolaire. Mais un combat sur les représentations est aussi à mener. Si on ne travaille pas sur ces représentations négatives, on n’arrivera pas à faire avancer cette question difficile, et c’est l’analyse sociologique diachronique qui le montre. Le faire comprendre aux associations est difficile mais possible, et cela peut favoriser un certain nombre d’actions qui vont dans ce sens. Par exemple, il faudrait promouvoir une image différente du quotidien des populations tsiganes, qui sont piégées entre une lecture misérabiliste et une lecture culturaliste. Entre les deux, c’est l’histoire d’une rencontre impossible entre « eux » et « nous », étant donné les représentations actuelles qui nous habitent tous. Le poids déterminant de ces représentations dans les relations au quotidien et dans les dispositifs d’action publique doit être intégré dans la stratégie des actions associatives et militantes. Ce n’est pas facile, mais c’est selon moi incontournable si on veut un changement. Car tel est mon objectif, tenter de contribuer à changer les choses. Je reprends ainsi totalement à mon compte la célèbre phrase de Durkheim, au début de la Division du travail social :

  • 1 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1967 [1893], p. 42-43.

De ce que nous proposons avant tout d’étudier la réalité, il ne s’ensuit pas que nous renoncions à l’améliorer […]. Nous estimons que nos recherches ne méritent pas une heure de peine si elles ne devaient avoir qu’un intérêt spéculatif. Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces devoirs : c’est au contraire pour nous mettre en état de mieux les résoudre.1

13Par ailleurs, la connaissance des institutions, des rouages politiques, des mécanismes de domination et du fonctionnement du politique peut aider le secteur associatif. C’est ici un autre type de connaissance sociologique que celle des personnes mal-logées, des mécanismes qui conduisent à l’exclusion, des politiques publiques plus ou moins bien adaptées. Il s’agit plutôt de saisir comment fonctionne, par exemple, la communication publique. On pourrait prendre différents exemples pour montrer le caractère déterminant de la connaissance institutionnelle pour appuyer l’action associative. Les associations se laissent souvent happer par la communication politique bouillonnante. Certains se souviennent peut-être que M. Sarkozy avait dit en 2007 que plus personne ne serait tenu de vivre à la rue. Il avait aussi dit : la solution au problème du logement, c’est d’ouvrir nos prêts aux subprimes, les institutions bancaires étant présentées comme encore trop prudentes et timorées sur cette question. Pour que tout le monde accède à la propriété, il fallait donc faire sauter les verrous et ouvrir les crédits aux subprimes. Heureusement que nos institutions bancaires ont résisté, et heureusement que la crise aux États-Unis a eu du moins cet avantage de rendre le projet caduc. Mais il est intéressant de reprendre ce discours, et de s’interroger sur le projet politique et idéologique qui se trouvait derrière cette politique du logement qui, aujourd’hui, nous anime.

14La connaissance sociologique peut donc aider à structurer l’action associative. Ainsi, j’ai publié ma thèse en 2007. Et, sans fausse modestie, je ne voulais pas le faire. Je me disais : un livre sur les gens du voyage devra être plutôt destiné au grand public, puisque ceux qui s’intéressent à la question n’apprendront rien. Mais on m’avait plutôt conseillé de publier un ouvrage de recherche. De fait, je me suis aperçu qu’il répondait à un vrai besoin des acteurs de l’action sociale. Ces derniers ont « la tête dans le guidon » et doivent répondre souvent dans l’urgence à des situations plutôt difficiles. Le fait que quelqu’un ait pris le temps de livrer une perspective diachronique, de donner une vision plus globale en comparant avec la prise en charge d’autres populations, de repérer des mécanismes d’exclusion analogues mais ayant trait à d’autres situations que les gens du voyage à proprement parler, permet de prendre du recul sur la pratique au quotidien. Et finalement, j’ai eu énormément de retours. Ainsi, des acteurs associatifs m’ont dit : « En vous lisant, j’ai compris que notre association n’allait pas forcément dans le bon sens, que l’on réduisait les perspectives d’accès au droit commun en ne permettant pas aux familles d’aller au conseil général, parce que c’est nous-mêmes qui assurions l’instruction RMI. » J’ai pu constater que des associations de défense qui ont 600 dossiers d’instruction RMI, uniquement pour les gens du voyage, ne s’interrogent pas toujours sur ce que leur action peut signifier vis-à-vis du jeu institutionnel.

15J’aborderai enfin la question de la posture du « sociologue ». Je me souviens de l’expression de Pierre Bourdieu, dévalorisant les « ingénieurs sociaux ». J’en fais sans aucun doute partie. Mais cela ne m’empêche pas pour autant de réfléchir, de pointer des questions de recherche, de dialoguer avec les chercheurs. J’avoue, certes, avoir du mal à me qualifier, aujourd’hui, de sociologue. Je ne suis plus trop lié à la recherche, je ne suis plus tellement dans la production intellectuelle en tant que telle. En fait, je ne sais pas trop ce que je suis, il faudrait que les autres me le disent. La posture de directeur des études à la Fondation Abbé Pierre implique par exemple des négociations avec le politique, elle implique donc d’autres compétences que celles demandées par la recherche. En particulier, la question de la vulgarisation me pose problème en permanence. Si on ne vulgarise pas, on n’est pas compris. Mais vulgariser est nécessairement réducteur. Pour vulgariser les enjeux de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) par exemple, il faut beaucoup d’efforts. Mais la vulgarisation reste incontournable, non pas pour la recherche, mais pour le combat. Ainsi, nous avons réussi à rendre visibles des problèmes qui n’étaient pas perçus dans l’opinion. Nous avons réussi à faire prendre conscience aux acteurs politiques qu’il existe manifestement un grave problème. Une question qui se pose alors quotidiennement est : jusqu’à quand la vulgarisation peut s’exercer sans dénaturer le discours scientifique ? Quand je suis arrivé à la Fondation, tout le monde disait que le rapport était trop compliqué, qu’il fallait le rendre plus accessible. Mon choix a été de dire : au contraire, il faut continuer de décrypter les problèmes avec les outils, la terminologie, les méthodes des sciences sociales, et destiner ce rapport à un certain public spécialisé. Mais parallèlement, il faut vulgariser nos analyses, nos travaux et propositions pour les destiner à un public plus large. Comment alors relier les deux ? Est-ce qu’on parle des mêmes choses quand on mène une analyse spécialisée et quand on vulgarise ? Je n’en suis pas si sûr. Pour le sociologue lui-même, vulgariser, c’est renoncer. J’ai compris, dès que je suis entré à la Fondation, que j’étais dans une forme de renoncement personnel par rapport à la recherche. Je continue à collaborer avec des chercheurs, mais ce sont essentiellement eux qui produisent de la connaissance. Il m’arrive de regretter de ne pas avoir le temps d’écrire ce que j’entends, ce que je vois et qui mériterait d’être partagé. C’est donc une sorte de renoncement dont il me paraît difficile de sortir.

16Une autre question se pose concernant la vulgarisation : comment présenter les sujets « compliqués » et fondamentaux à la fois ? Si on ne les traite pas, on est à côté des vrais problèmes. En même temps, ils ont une portée à très long terme. Par exemple, je crois que la RGPP va avoir un impact considérable sur les sujets qui nous préoccupent. Mais il est très difficile d’en faire un sujet d’interpellation. Il faut donc commencer à réfléchir à des pistes dont on publiera les résultats dans, peut-être, deux ou trois ans. Or, notre rapport étant annuel, le temps est compté, et le risque est de laisser de côté tout ce qui ne peut pas faire ressortir des éléments intéressants sur une année.

17Après ces quelques années d’expérience, je crois finalement qu’il faut veiller à ne pas mélanger les rôles. À un moment donné, sans doute en raison d’une certaine naïveté, j’ai pensé que recherche, vulgarisation et grand public pouvaient se mêler. Mais je crois qu’en fait, le mieux est que chacun reste à sa place, et qu’on fasse émerger des rôles qui constituent cette fonction de « passerelle ». Il faut continuer à laisser se produire la recherche de façon déconnectée. Et c’est ce que l’on va commencer à demander à ceux qui collaborent à la rédaction du rapport de la Fondation : de réfléchir à ce qui leur paraît intéressant, au-delà de la commande annuelle que nous leur passons, dans une perspective de plus long terme (sur trois ans, par exemple). Parallèlement, il faut continuer à travailler sur la vulgarisation et les terminologies permettant de rendre plus accessibles les questions de mal-logement. Il faut donc prolonger le rapprochement avec le monde de la recherche académique. Par exemple, à la Fondation, nous faisons le constat étonnant qu’il n’existe aujourd’hui en France aucune évaluation du coût économique, social et sanitaire du mal-logement. Comment une mauvaise politique peut-elle avoir un impact économique sur la société ? Aujourd’hui, personne n’est capable de dire, ne serait-ce qu’à grands traits, ce que le mal-logement produit comme dépenses indirectes. On a quelques éléments sur le saturnisme, sur les conséquences sanitaires sur les enfants. On a également quelques éléments sur le coût économique de l’hébergement en hôtel : on paye, à coups de millions d’euros par jour, des nuitées d’hôtels sans pour autant que les conditions de vie soient satisfaisantes pour les familles. Voilà, selon moi, un sujet de recherche intéressant, notamment pour l’économiste, qui pourrait donner de l’ampleur à notre combat, qui pourrait en même temps alerter l’opinion. Un certain nombre de sujets permettent donc le croisement entre la recherche fondamentale, l’interpellation politique et la sensibilisation de l’opinion publique.

18Pour conclure sur cette question de la posture du sociologue, je ferai juste quelques remarques sur la typologie proposée dans l’argumentaire de ce cycle de conférences. Les expressions « ouvreur de questions », « modificateur de regard sur un problème », « débloqueur de communication » me conviennent toutes. Par exemple, « ouvreur de questions » correspond à la notion de « dévoilement ». « Modificateur de regard sur un problème » s’applique tout à fait au mal-logement qui est un sujet peu considéré, et par la recherche, et par le politique. Une négligence étonnante, étant donné le fléau qu’il constitue et les millions de personnes qu’il concerne. À titre d’exemple, dans les circonstances actuelles d’une crise financière, économique et désormais sociale, il serait opportun – historiquement l’expérience a déjà été faite – de relancer fortement le bâtiment en ciblant les besoins sociaux en logement. Or, aujourd’hui, les solutions ne vont globalement pas dans ce sens, comme si mener une politique adaptée pour le logement n’était pas nécessaire à la société. « Débloqueur de communication » définit vraiment la fonction du sociologue, ne serait-ce que par la capacité qu’a le chercheur à synthétiser, à faire ressortir les enjeux fondamentaux. Il est étonnant de voir à quel point le milieu associatif a du mal à structurer des analyses sur ce qui se passe, sur ce qu’il fait. Mais cela est un véritable métier, de parvenir à faire cela, qui doit s’apprendre. L’enjeu de ma communication, on l’aura compris, a été de montrer qu’on peut ajouter une catégorie à cette typologie : la fonction de passerelle, passerelle entre la recherche et la société civile, entre l’opinion et le politique.

19La question posée dans ce hors-série m’interpelle donc au quotidien. C’est la raison pour laquelle nous commençons à initier des partenariats avec les universités. L’enjeu est de créer des passerelles, afin que davantage de chercheurs se positionnent sur la problématique du mal-logement, que nous puissions apporter des éléments de connaissance à ces jeunes chercheurs, voire parfois des financements via des conventions. L’idée est de pousser à la production de recherches, de créer des espaces de rencontres entre jeunes chercheurs travaillant sur l’habitat et le mal-logement, et peut-être même d’encourager les publications, par le biais d’un prix par exemple. Cette perspective se comprend parfaitement, quand on saisit que nous sommes, à la Fondation, quotidiennement confrontés à une absence de travaux conséquents et pertinents sur la question qui nous préoccupe. Il faut donc bien inciter les chercheurs à faire ces travaux, à alimenter notre réflexion et à nous aider à mener de façon plus efficace ce combat juste contre le mal-logement.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, PUF, 1967 [1893], p. 42-43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Robert, « Limites et effets de levier de la recherche en sciences humaines dans le combat contre le mal-logement », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/4431 ; DOI : 10.4000/traces.4431

Haut de page

Auteur

Christophe Robert

Sociologue, directeur des études et de l’animation territoriale à la Fondation Abbé Pierre

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page