Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et action publique

Étudier la prostitution au sein de l’association Cabiria. Retour réflexif sur une expérience de recherche

Lilian Mathieu
p. 145-155

Résumés

L’article revient sur les conditions de réalisation d’une série de recherches ethnographiques consacrées, dans les années 1990, à la fois au monde de la prostitution et aux formes associatives de la prévention du sida auprès des prostituées. Ces recherches ont été menées au sein de l’association lyonnaise Cabiria, via une forme de partenariat impliquant un appui du sociologue à une forme d’intervention alors contestée. Les conditions d’entretien mais aussi de délitement de ce partenariat sont abordées, par l’analyse de ce qu’elles doivent aux différences de logiques et d’enjeux qui distinguent analyse sociologique et intervention associative.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, issu de ma thèse, Mathieu (2001) et, plus spécialement consacré à la pratique des association (...)
  • 2 Les principaux articles issus de ce travail ont été réunis dans Mathieu (2007).

1L’objet de cette contribution est d’opérer, dix années après son achèvement, un retour sur les conditions de réalisation d’un travail sociologique mené à la fois sur et avec un organisme de santé publique, en l’occurrence l’association lyonnaise Cabiria. Cabiria, qui se définit comme une « association de santé communautaire avec les personnes prostituées », a constitué mon principal terrain d’enquête de 1994 à 1999, et j’y ai acquis, grâce à de longues plages d’observation ethnographique, une part majeure de ma connaissance du monde de la prostitution. Plus précisément, j’ai par son intermédiaire pu investir deux enjeux de recherche distincts : d’une part les conditions de mobilisation d’une population stigmatisée et largement dépourvue en ressources1 – il s’agissait alors, en partie, du travail sur Cabiria –, et d’autre part les logiques et structurations du monde de la prostitution2 – dont relève le travail avec Cabiria, l’association me fournissant un accès direct à la population prostituée lyonnaise. Mes rapports avec Cabiria, cependant, ne furent pas seulement de l’ordre de ceux qui lient, classiquement, un chercheur à son terrain. De fait, j’ai été d’une certaine manière partie prenante de la genèse et du développement de l’association puisque j’ai participé à la recherche-action dont la création de Cabiria a été l’aboutissement, et mon accès à ses activités l’a en partie été au titre d’une évaluation menée pour un de ses financeurs. Par ce biais, j’ai été associé à la défense d’une démarche de santé publique objet de vives polémiques, ce qui a tendu à doter mon investissement sociologique d’une dimension « militante ». C’est sur les ambiguïtés et les difficultés nées de la connotation « militante » attribuée au sociologue que s’achèvera le récit de cette expérience d’enquête qui, pour être singulière, est loin d’être totalement originale.

De l’apport de la sociologie au bien-être des prostitué(e)s

  • 3 Les ordonnances de 1960 ont vu la ratification par la France de la convention de l’ONU pour la répr (...)

2La prostitution n’était pas pour moi un terrain particulièrement attractif, mais plutôt indifférent, lorsque j’ai été sollicité courant 1991, alors que je terminais ma maîtrise d’ethnologie, pour intégrer l’équipe de recherche qu’entreprenait alors de constituer Daniel Welzer-Lang pour la réalisation d’une enquête sur les « nouveaux territoires de la prostitution lyonnaise ». À l’origine de cette enquête se trouvait l’Amicale du Nid (ADN), association de travail social à destination spécifique des personnes prostituées, et notamment en charge, conformément aux ordonnances de 1960 fondatrices de la politique française en matière de prostitution, de leur proposer une réinsertion3. Constatant que ses travailleurs sociaux rencontraient des difficultés à s’adresser à une population prostituée soumise à des transformations rapides – et tout particulièrement à l’apparition d’un nombre important de jeunes travestis venant concurrencer des effectifs prostitués auparavant essentiellement féminins –, l’ADN sollicita le département de sociologie de Lyon 2 pour envisager la possibilité d’une enquête auprès de sa population cible. La demande fut communiquée à Welzer-Lang, alors chargé de cours à Lyon 2 et spécialiste de l’étude des rapports sociaux de sexe. Il transforma la demande de l’ADN en un projet de recherche sociologique, qu’il présenta pour financement à l’Agence française de lutte contre le sida (AFLS). Celle-ci, de création récente et destinée à afficher une prise en charge publique du sida pour le moins tardive, disposait d’un budget conséquent, notamment destiné à financer des enquêtes consacrées à des groupes que leurs pratiques exposaient à l’épidémie VIH mais mal connus et auprès desquels la prévention était embryonnaire voire inexistante – parmi lesquels les prostitué(e)s (Pinell, 2002, chap. 5).

  • 4 Le SPRS, Service de prévention et de réadaptation sociale, était un organisme de travail social à d (...)
  • 5 Issu de l’action catholique et composé de bénévoles, le Mouvement du Nid apporte un soutien avant t (...)
  • 6 La recherche nous a permis de vivre en direct la fin du quartier « historique » de la prostitution (...)

3Le fait que ce soit l’AFLS, et non l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida, créée au même moment afin de soutenir la recherche sur le sida dans différents domaines scientifiques, dont les sciences sociales), qui ait été sollicitée témoigne de l’enjeu pratique – en l’occurrence déboucher à court terme sur des actions de prévention adaptées – plutôt que proprement scientifique de l’entreprise. En d’autres termes, c’est l’intégration au projet d’une visée de prévention du sida, absente des premières préoccupations de l’ADN, qui permit d’obtenir un financement pour une recherche d’un an, et je fus embauché avec Odette Barbosa, elle aussi étudiante en sociologie à Lyon 2, comme chargé d’étude. La conduite de l’enquête fut placée sous la responsabilité d’un comité de pilotage composé de représentants des différents organismes locaux de lutte contre le sida ou intervenant auprès des prostitué(e)s (ADN, SPRS4, Mouvement du Nid5) ainsi que de la DDASS. L’accès au terrain fut facilité par les travailleurs sociaux, qui nous présentèrent à des prostitué(e)s soit lors de leurs tournées sur les zones de prostitution diurnes ou nocturnes6, soit à leur local, et à qui nous pouvions alors proposer la réalisation d’un entretien individuel. Les limites de ce dispositif (qui ne permettait d’accéder qu’aux personnes déjà connues des services sociaux, alors que la recherche visait à identifier celles qui leur étaient inconnues) nous encouragèrent à solliciter, principalement au cours de tournées nocturnes, des prostitué(e)s avec lesquel(le)s les travailleurs sociaux nous disaient ne pas parvenir à établir de contact (Mathieu, 2009). Si la démarche permit de réaliser quelques entretiens, plusieurs prostitué(e)s refusèrent au motif, spécialement, qu’il s’agirait d’une « perte de temps » et que « ça ne leur servirait à rien ». D’autres opportunités (réseaux interpersonnels, ébauche d’une mobilisation de prostitué(e)s qui acceptèrent notre présence à leurs réunions, petites annonces…) permirent de compléter l’enquête.

  • 7 Les résultats firent aussi l’objet d’une valorisation académique, via la parution de l’ouvrage Pros (...)

4La recherche menée pour l’AFLS était conçue comme une recherche-action, ce qui signifiait que le rapport final se devait de faire des propositions concrètes en matière de prévention du sida7. En s’inspirant directement du Bus des femmes qui venait d’être lancé à Paris, et en prenant en compte la dispersion géographique des zones de prostitution nocturne, proposition fut faite qu’une structure mobile aille à la rencontre des prostitué(e)s sur leur lieu d’activité afin de leur fournir du matériel de prévention et de leur proposer la prise en charge de leurs éventuelles difficultés. C’est également en s’inspirant du Bus des femmes que fut proposée l’embauche d’animatrices de prévention prostituées, considérées comme les mieux à même d’entrer en contact avec leurs pairs et d’identifier leurs besoins (Mathieu 2000). La conduite de la recherche avait permis, par une certaine régularité des contacts, de tisser des liens avec un petit groupe de prostituées, relativement bien intégrées socialement, parmi lesquelles certaines se déclarèrent intéressées par un tel poste et vinrent compléter un personnel composé de deux infirmières (l’une issue de la psychiatrie en position de chef de projet, l’autre spécialisée en toxicologie). Principalement financée par l’AFLS, et baptisée Cabiria, la structure vit le jour à l’automne 1993 en tant que composante de l’ADN.

5Je pense pouvoir dire que le lancement de Cabiria fut unanimement apprécié des femmes et hommes prostitués : « pour une fois », « on » semblait avoir pris en compte leurs besoins, et leur situation faisait l’objet d’une attention immédiatement palpable. La démonstration avait en outre été faite que le travail accompli les mois précédents par l’équipe des « chercheurs », quoique obscur, n’avait pas été vain, puisqu’il avait débouché sur Cabiria – ainsi qu’en convenaient même celles et ceux qui nous avaient refusé un entretien. Je touchai le bénéfice de cette reconnaissance lorsqu’en 1994 je commençai ma thèse et retrouvai le terrain prostitutionnel lyonnais.

De l’apport de la sociologie à une démarche innovante

  • 8 Prostitution et sociétés, no 103, 1993 ; l’article demande aux pouvoirs publics « l’arrêt de tels p (...)

6Si le lancement de Cabiria fit l’objet d’une valorisation publique et médiatique, force est de reconnaître qu’il ne fit pas l’unanimité. Avant même qu’un seul préservatif ait été distribué, le Mouvement du Nid dénonçait Cabiria dans un article de sa revue Prostitution et société intitulé « À Lyon l’organisation de la prostitution roule en bus »8 – la violence de l’attaque se comprend mieux lorsqu’on sait qu’en termes juridiques l’organisation de la prostitution relève du proxénétisme. Moins brutales et plus discrètes, les réserves et les critiques du travail social ne tardèrent pas à, elles aussi, remettre en cause les principes et l’action de Cabiria. Ces attaques et réserves s’expliquent par l’état de l’offre associative adressée aux prostitué(e)s. Travail social et militantisme abolitionniste bénéficiaient depuis les ordonnances de 1960 d’un monopole dans l’encadrement et le traitement de la prostitution, appuyé sur sa définition sociale comme inadaptation. C’est ce monopole que les associations de lutte contre le sida sont venues leur contester au début des années 1990, au nom d’une appréhension sanitaire de la prostitution. Non seulement Cabiria et les associations similaires incarnaient le retour d’une question sanitaire contre laquelle l’abolitionnisme s’était historiquement construit, mais elles le faisaient en s’appuyant sur une représentation positive de l’expérience prostitutionnelle – en dotant les personnes d’aptitudes particulières et irremplaçables, et qui étaient prises en compte dans leur rémunération –, ce que ne pouvaient bien évidemment pas accepter ceux dont l’intervention se fonde sur une définition négative de cette activité (comme inadaptation ou esclavage devant lesquels la seule solution à terme reste la réinsertion).

  • 9 Cabiria devint association indépendante en 1995.

7À la multiplication des rumeurs quant aux activités réelles de l’association s’ajoutèrent les inévitables tensions, compte tenu de leurs différences d’approche, entre Cabiria et l’ADN qui restait son association de tutelle9, au point d’inquiéter les financeurs publics (DDASS et AFLS principalement) qui demandèrent plusieurs évaluations de l’association. Celle qui, étalée dans la durée, fut commandée par la DDASS à l’association de recherche de Welzer-Lang m’échut comme naturellement : je connaissais le terrain et l’histoire du projet mais n’en étais pas directement partie prenante, et ma participation à la recherche-action initiale me faisait passer pour digne de confiance auprès de l’équipe de Cabiria. Dans le même temps, la réalisation de l’évaluation me permettait d’intégrer les associations de santé communautaire, présentées comme autant de mobilisations des prostitué(e)s contre le sida, aux actions collectives que je comptais aborder dans ma thèse. Une forme implicite de transaction m’a permis de mener un travail d’observation ethnographique de l’association et de son public : l’accès au terrain m’était accordé en échange d’une évaluation bienveillante. Cette bienveillance était certes garantie par les liens de sympathie que j’avais tissés avec l’équipe de Cabiria, et par mon adhésion à son projet ; elle était aussi liée à mon intérêt de ne pas voir disparaître prématurément ce qui constituait un de mes principaux objets d’étude. Mais je crois pouvoir dire qu’elle découlait surtout d’une étude attentive des pratiques, dont je présentai une description détaillée dans un rapport remis à la DDASS à la fin de 1995, et qui permit de savoir enfin ce qui se passait dans le « bus » devenu objet de fantasmes : oui, les personnes prostituées pouvaient y boire un café et s’équiper en préservatifs ; non, elles n’y réalisaient pas leurs passes ; oui, elles pouvaient y prendre rendez-vous pour un accompagnement sanitaire ou social ; non, le bus ne servait pas à conduire des transsexuels à la table d’opération.

8Légitimé par mon support à l’association et connu de son public, j’ai pu pendant ma thèse effectuer au sein de Cabiria plusieurs séjours d’observation ethnographique, tant en journée pendant les permanences d’accueil que lors des tournées nocturnes en camping-car sur les zones de prostitution. J’occupais alors, aux yeux de la plupart des prostitué(e)s, le rôle d’un membre de l’équipe moins compétent que les autres – à la limite capable de distribuer des préservatifs, de servir le café et (au risque de quelques rayures sur la carrosserie) de conduire le camping-car, mais qui réorientait toutes les demandes sanitaires ou sociales vers le personnel réellement qualifié. Étalées sur plusieurs semaines, ces phases d’observation ont été d’un apport décisif pour ma compréhension de l’espace de la prostitution, puisque j’avais directement accès aux conversations des prostitué(e)s entre elles, riches d’information sur leurs conditions d’existence, leurs difficultés, leurs loisirs, leur sociabilité, leur vie familiale ou sentimentale, etc. ; des conversations informelles me permettaient de recueillir des données extrêmement riches sur leurs parcours individuels, que je n’aurais certainement pas pu obtenir par un entretien formel (Mathieu, 2009). Le récit du déroulement de chaque après-midi ou nuit d’observation était consigné dans un journal de bord – la prise de notes en situation m’était interdite, car elle aurait suscité une défiance immédiate, et compromis la suite de la recherche en instillant un doute sur mon statut. Cabiria pouvait de son côté compter sur mon apport en ressources intellectuelles, puisque j’acceptais de bon gré de rédiger certaines notes ou de présenter des exposés à l’occasion des réunions nationales des associations de santé communautaires. Le risque, ce faisant, était que je devienne une sorte d’intellectuel organique de Cabiria et, plus largement, de la lutte contre le sida auprès des prostitué(e)s, à même de produire un discours de légitimation d’une pratique sanitaire innovante mais toujours contestée. Je dois à la vigilance critique de mon directeur de thèse d’avoir évité ce péril, auquel n’avaient pas échappé certaines premières rédactions de la thèse.

Le sociologue démasqué

9La soutenance de ma thèse, en 1998, fut saluée par l’équipe de Cabiria, qui voyait son action légitimée par un travail universitaire de relative ampleur, et qui entreprit (peut-être avant même de la lire) de la reproduire et de la diffuser. Lorsque la même année j’obtins un financement de la Mission de la recherche (MiRe) pour réaliser une nouvelle enquête sur la pratique de la santé communautaire, je fus de nouveau accueilli sans réserve au sein de Cabiria et de son pendant marseillais, l’association Autres regards. Les relations, cependant, allaient progressivement se distendre et laisser place à ce que j’ai ressenti comme une méfiance ou une déception de la part de l’équipe de Cabiria.

10Il n’y a pas grand-chose d’original dans cette situation d’un groupe qui ne se reconnaît pas – ou parfois se reconnaît trop bien – dans le miroir que lui tend le sociologue, et la plupart de ceux qui ont assuré une restitution de leur enquête auprès de la population qu’ils ont étudiée ont vécu cette expérience d’une gêne ou d’une froideur nouvelles dans leurs rapports. La célèbre postface de William Foote Whyte à Street Corner Society (Whyte, 1995), dans laquelle il rend compte des reproches, pas toujours explicitement ou directement formulés, qu’il a essuyés après la publication de son travail de la part de certains habitants de « Cornerville », constitue l’expression paradigmatique de ce type d’expérience. La déception ou l’impression de trahison ressenties par les enquêtés lorsqu’ils découvrent le traitement sociologique auquel les a soumis le chercheur est bien souvent la contrepartie douloureuse et paradoxale de la réussite de sa démarche d’enquête : c’est parce qu’il est parvenu à s’intégrer dans le groupe qu’il étudie que ses membres ont fini par le considérer comme un pair et par oublier qu’il était en réalité un observateur extérieur. L’expérience est encore plus négative lorsque l’enquête porte sur des individus ou groupes qui ont un rapport distant à l’analyse sociologique, et qui tendent à accueillir les constats factuels comme autant de jugements de valeur.

11Dans le cas particulier de mon travail, plusieurs facteurs ont, me semble-t-il, présidé à cette dégradation progressive des relations. Ces facteurs tiennent en large part à l’explicitation des différences entre analyse sociologique et intervention médicosociale ou revendicative. L’observation ethnographique réalisée au sein de Cabiria m’avait permis d’accéder à une réalité du monde de la prostitution particulièrement dégradée, et marquée par une très grande précarité sociale (dénuement économique, absence de logement stable, de couverture sociale), sanitaire (maladies chroniques, troubles psychiques, toxicodépendances), administrative (séjour irrégulier, discordances entre le genre et l’identité « officielle »), ainsi que par une grande vulnérabilité et insécurité dont avait témoigné, pendant la recherche, le nombre élevé des agressions et des viols rapportés, ainsi que le meurtre d’un travesti. Mes analyses entendaient rendre compte du caractère contrasté du monde prostitutionnel, où coexistaient des personnes autonomes, à même de gérer rationnellement des revenus relativement importants, et d’autres cumulant les handicaps, démunies et dépendantes (de drogues ou de proxénètes, spécialement), tandis que la plupart essayaient tant bien que mal de s’organiser une existence à peu près « normale », au moins en façade. Une analyse de cet univers en termes d’espace (dans une inspiration bourdieusienne) et de désaffiliation (au sens de Castel, 1995) m’a semblé permettre de rendre compte au mieux de cette dimension différenciée mais surtout éminemment vulnérable de la condition prostituée (Mathieu, 2007).

  • 10 Il n’est pas anodin que ce soient des interviews dans la presse grand public – le contenu d’un entr (...)
  • 11 Une telle représentation favorable, « populiste » au sens de Grignon et Passeron (1989), peut avoir (...)

12Ce faisant, c’est une représentation considérée, et dénoncée, comme misérabiliste de la prostitution que l’équipe de Cabiria n’a pas tardé à me reprocher, lorsque mes analyses ont commencé à être diffusées10. De fait, porter l’accent sur les handicaps et vulnérabilités de la population prostituée contredisait le discours public de l’association qui, à l’inverse, promeut ce qu’on pourrait appeler une normalisation symbolique de cette activité. Celle-ci consiste à présenter les prostitué(e)s comme autant de citoyen(ne)s responsables – spécialement en matière de santé publique – et exigeant leur pleine et entière reconnaissance. Dans cette optique, leurs difficultés ne sont pas inhérentes à ce qu’ils ou elles font, ou sont, mais bien davantage aux pratiques stigmatisantes et répressives qui les fragilisent et dont se rendent spécialement coupables policiers, abolitionnistes ou politiciens démagogues11. De manière significative, il me fut reproché de renforcer la stigmatisation, et l’oppression, des prostitué(e)s par mon insistance sur les expressions empiriquement constatées de leur condition défavorable. Ce qui était alors mis en cause n’était pas tant la pertinence de l’observation que ses effets putatifs. Si l’on suit ce raisonnement, le sociologue aurait pour tâche de livrer une représentation moins défavorable (mais de fait tronquée) de la réalité observée, afin d’améliorer (si possible) le sort de celles et ceux qu’il étudie, et à l’égard desquels il se devrait de se montrer solidaire.

  • 12 Une défense qui consiste en un simple rappel de la réalité factuelle : je n’ai jamais, au cours de (...)

13Un tel reproche pose la question, qui n’est pas sans importance, de la responsabilité du sociologue, et des effets de ses productions liés aux usages qui peuvent en être faits. Mais il la pose dans des termes qui sont inacceptables d’un point de vue scientifique, puisqu’il aboutit à une injonction de renoncer à dire le réel pour agir sur lui, en d’autres termes de ne plus être un scientifique mais un militant. Et de fait ce sont bien les effets d’une confusion des rôles, sans doute plus ou moins consciemment entretenue de part et d’autre pendant le terrain, qui se révèlent dans le sentiment de trahison ressenti par Cabiria à la lecture de mes travaux (et sans doute de manière grandissante à mesure que je prenais de la distance à l’égard de mon objet) : j’étais certes sociologue, mais je devais aussi être militant (et je me devais de le rester) puisque j’avais contribué à légitimer l’association face à ses critiques. S’y ajoutent les effets de la dissociation entre mes deux enjeux de recherche : si la pratique de Cabiria telle que j’ai pu l’étudier m’a toujours semblé opportune et pertinente en regard de la détresse constatée de la majorité des prostitué(e)s (et je continue à la défendre contre les soupçons de proxénétisme que les abolitionnistes n’ont eu de cesse de distiller)12, en revanche le discours sur lequel elle s’appuie me semble en décalage avec la réalité du trottoir et de son fonctionnement.

  • 13 D’où l’importance de veiller aux équivoques : lutter contre la stigmatisation d’un groupe et renfor (...)
  • 14 Ce qui n’interdit pas au sociologue de prendre position dans le débat public, mais exige qu’il sign (...)

14Non seulement ce décalage ne me semble pas scandaleux, mais il me paraît inévitable : le discours de justification publique de ses pratiques que tient une organisation (et ce d’autant plus qu’elle est violemment attaquée) ne vise pas à une quelconque véridicité scientifique, mais s’inscrit dans un autre registre, tendu vers des enjeux pratiques, et qui obéit à d’autres règles que celles de la rigueur scientifique13. Une nouvelle fois, il est vain de juger de la pertinence d’un tel discours pratique à l’aune de critères scientifiques – et réciproquement : les constats du sociologue ne sont pas (ne devraient pas être, et ne devraient pas être interprétés comme) des jugements de valeur14. En l’occurrence, je n’ai jamais conçu les constats que j’ai pu faire sur le fonctionnement de Cabiria comme des critiques d’une intervention associative qui relève d’un registre – l’action sanitaire ou sociale – qui m’est étranger, et cela d’autant plus que ceux et celles qui la mènent sont parfaitement à même de produire la théorie de leur pratique. Si l’on sait que la neutralité axiologique est davantage un horizon régulateur qu’un objectif immédiatement et aisément atteignable, cela n’induit pas que le sociologue soit nécessairement le jouet plus ou moins conscient de ses préférences éthiques ou politiques.

15En refusant finalement d’asservir l’analyse sociologique aux besoins et aux enjeux de la pratique associative, si légitimes soient-ils, je n’ai rien fait d’autre que d’exprimer mon attachement à l’autonomie d’un champ scientifique au sein duquel j’entendais et entends toujours m’inscrire. Refuser de contribuer à la normalisation symbolique de la condition prostituée qu’attendait de moi Cabiria pour plutôt en dresser un portrait que j’estime davantage conforme à la réalité, c’est aussi, comme le disait Althusser pour définir le matérialisme, « ne pas se raconter d’histoires » – en l’occurrence ne pas se bercer d’illusions quant aux capacités d’action autonome des prostitué(e)s. C’est en fin de compte affirmer la conviction que c’est lorsqu’elle est la plus rigoureuse et objective possible – en d’autres termes la plus autonome des enjeux ou intérêts extrascientifiques – que la production scientifique est la plus utile pour l’action.

Haut de page

Bibliographie

Attac, 2008, Mondialisation de la prostitution, Paris, Mille et une nuits.

Castel Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

Corbin Alain, 1978, Les filles de noce, Paris, Aubier.

Grignon Claude et Passeron Jean-Claude, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, EHESS / Gallimard / Le Seuil.

Mathieu Lilian, 2000, Prostitution et sida. Sociologie d’une épidémie et de sa prévention, Paris, L’Harmattan.

— 2001, Mobilisations de prostituées, Paris, Belin.

— 2007, La condition prostituée, Paris, Textuel.

— 2008, « Ce que le mélange entre expertise et militantisme peut produire de pire », [en ligne] [URL : http://contretemps.eu/socio-flashs/ce-que-melange-entre-expertise-militantisme-peut-produire-pire], consulté le 28 septembre 2009.

— 2009 (à paraître), « Usages et pertinences de l’ethnographie pour la sociologie de la prostitution », « Cachez ce travail que je ne saurais voir ». Ethnographies du travail du sexe, M. Lieber, J. Dahinden et E. Hertz éd., Lausanne, Antipodes, 2009.

Pinell Patrice éd., 2002, Une épidémie politique. La lutte contre le sida en France 1981-1996, Paris, PUF.

Welzer-Lang Daniel, Barbosa Odette, Mathieu Lilian, 1994, Prostitution : les uns, les unes et les autres, Paris, Métailié.

Whyte William Foote, 1995 [1943], Street Corner Society. La structure sociale d’un quartier italo-américain, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Voir, issu de ma thèse, Mathieu (2001) et, plus spécialement consacré à la pratique des associations de santé communautaire, Mathieu (2000).

2 Les principaux articles issus de ce travail ont été réunis dans Mathieu (2007).

3 Les ordonnances de 1960 ont vu la ratification par la France de la convention de l’ONU pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui ; texte de référence du droit français en la matière, celle-ci considère la prostitution comme une inadaptation sociale, et promeut la réinsertion des personnes qui s’y livrent. L’ADN, qui bénéficie de financements publics, propose dans cette inspiration ateliers d’insertion professionnelle, foyers d’hébergement et assistance spécialisée (spécialement par ses services de milieu ouvert).

4 Le SPRS, Service de prévention et de réadaptation sociale, était un organisme de travail social à destination des personnes prostituées dépendant de la DDASS ; prévus par les ordonnances de 1960 pour être présents dans tous les départements, les SPRS, en réalité peu nombreux, ont été progressivement fermés dans les années 1990.

5 Issu de l’action catholique et composé de bénévoles, le Mouvement du Nid apporte un soutien avant tout moral aux prostitué(e)s et mène des actions de sensibilisation de l’opinion publique sur la prostitution. Il est le principal représentant français de l’abolitionnisme, mouvance militante née au xixe siècle pour exiger l’abolition de la réglementation contraignante à laquelle devaient alors se soumettre les prostituées (Corbin, 1978) ; ce n’est que depuis la fin du xxe siècle que le terme réfère à l’objectif d’abolition de la prostitution elle-même. L’Amicale du Nid est issue du Mouvement du Nid en 1971, au moment de la scission de ses travailleurs sociaux salariés.

6 La recherche nous a permis de vivre en direct la fin du quartier « historique » de la prostitution lyonnaise, dans les environs de l’église Saint-Nizier.

7 Les résultats firent aussi l’objet d’une valorisation académique, via la parution de l’ouvrage Prostitution : les uns, les unes et les autres (Welzer-Lang, Barbosa, Mathieu, 1994), version remaniée du rapport remis à l’AFLS en décembre 1992, lequel s’appuyait sur le mémoire de DEA commun qu’Odette Barbosa et moi avons soutenu à l’Université Lyon 2 en juin 1992.

8 Prostitution et sociétés, no 103, 1993 ; l’article demande aux pouvoirs publics « l’arrêt de tels projets ».

9 Cabiria devint association indépendante en 1995.

10 Il n’est pas anodin que ce soient des interviews dans la presse grand public – le contenu d’un entretien à Marie-Claire me valut de me faire traiter de « Judas » par une animatrice de Cabiria – plus que les publications scientifiques qui aient suscité l’ire de certain(e)s membres de l’association.

11 Une telle représentation favorable, « populiste » au sens de Grignon et Passeron (1989), peut avoir une efficacité proprement militante, c’est-à-dire être pertinente dans un registre de pratique, celui de l’action politique, différent de celui de la recherche sociologique.

12 Une défense qui consiste en un simple rappel de la réalité factuelle : je n’ai jamais, au cours de mes séjours d’observation, rien vu qui puisse s’apparenter à de la complaisance à l’égard du proxénétisme de la part des associations de santé communautaire, et assimiler l’attitude des animatrices de prévention à celle des tenancières de maisons closes, comme n’a pas hésité à le faire Attac (2008), relève de la diffamation (Mathieu, 2008).

13 D’où l’importance de veiller aux équivoques : lutter contre la stigmatisation d’un groupe et renforcer sa cohésion interne peuvent être désignés dans une optique médico-sociale comme des objectifs de santé communautaire ; cela n’autorise pas, du point de vue sociologique, à considérer que la prostitution forme une communauté au sens de Tönnies ou Weber, tant cet univers est concurrentiel et segmenté.

14 Ce qui n’interdit pas au sociologue de prendre position dans le débat public, mais exige qu’il signale le changement de registre qu’il opère, et explicite les appuis normatifs (les conceptions du bien commun, par exemple) et scientifiques (les sources et l’étendue de sa connaissance) qui le fondent. Il faut cependant reconnaître que la distinction entre analyse sociologique et prise de position militante est particulièrement difficile à opérer dans le cas d’un thème aussi passionnel, et où les positions sont aussi polarisées, que la prostitution. Les sociologues patentés mais dépourvus de terrain comme de méthode qui servent d’intellectuels organiques à l’abolitionnisme (mais on pourrait trouver des cas similaires dans le camp adverse) se sont fait une spécialité de ce double jeu qui consiste à se targuer d’un statut de scientifique pour mieux faire passer des arguments militants et à invoquer la légitimité de la cause pour masquer les faiblesses de l’analyse. La réception de La condition prostituée au travers de critères plus partisans que sociologiques (se posant la question du « camp » dans lequel l’ouvrage se situerait) témoigne également de ce brouillage ; voir, par exemple, le compte rendu des Cahiers du genre (no 44, 2008, p. 246-250).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Étudier la prostitution au sein de l’association Cabiria. Retour réflexif sur une expérience de recherche », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://traces.revues.org/4409 ; DOI : 10.4000/traces.4409

Haut de page

Auteur

Lilian Mathieu

Chargé de recherche CNRS au CRPS (Centre de recherche politique de la Sorbonne, CNRS, Université Paris 1)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page