Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et action publique

Introduction. Problèmes publics, évaluation et militantisme

Édouard Gardella et Cécile Lavergne
p. 135-144

Texte intégral

  • 1 Il faut cependant préciser que l’anthropologie, par son passé colonial, et la sociologie, via la tr (...)

1L’initiation universitaire aux sciences sociales (économie, sociologie, sciences politiques, histoire et anthropologie) s’efforce de promouvoir des sciences objectives, fondées sur des méthodes bien établies et un contrôle des préjugés. Les chercheurs en sciences sociales occuperaient ainsi une position d’extériorité vis-à-vis de leur « objet », et donc, en tant que chercheurs, vis-à-vis de la société1. Cette vision a assurément une vertu pédagogique : elle fait comprendre aux étudiants que pratiquer les sciences sociales est un véritable métier, avec des normes et des valeurs spécifiques. Elle n’explicite pas pour autant, de façon aussi systématique, les conditions concrètes du déroulement de la recherche et donc la position effective que les chercheurs occupent dans l’espace public, en particulier lorsqu’ils traitent de questions que d’autres acteurs cherchent à résoudre. Ainsi en est-il des quartiers où se cumulent des difficultés socio-économiques, du statut des prostituées, ou des personnes sans logement ou habitant dans des logements insalubres. Dans ces cas-là, les chercheurs sont en prise avec l’action publique, définie comme l’ensemble des dispositifs, matériels, humains ou financiers, mis en œuvre pour résoudre un « problème public ».

2Ces problèmes – le mal-logement, le chômage, les inégalités territoriales, etc. – dont sont en charge les pouvoirs publics, mais aussi certaines associations, certaines fondations, ne se donnent pas pour autant dans une forme d’évidence appelant l’action des responsables politiques. Les problèmes publics résultent bien plutôt d’actions, individuelles ou collectives, de lobbying, d’expertise, de contestations qui permettent dans un premier temps de les rendre visibles ; ils sont donc « construits » (Spector et Kitsuse, 2008). Cette construction, qui justifie et appelle « un traitement », dans sa configuration même, induit des acteurs, des modalités d’intervention et d’expertise, qui sont plurielles et que nous avons souhaité identifier.

3La question qu’aborde cette deuxième partie porte donc sur le rôle que jouent les sciences sociales dans la construction et la résolution de ces problèmes publics ; autrement dit, dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évolution de l’action publique. En filigrane, c’est le rapport à la dynamique de nos démocraties qui est en jeu : quels sont les problèmes qui doivent être pris en charge par les représentants des citoyens ? Quelles définitions en donner ? Quels modes de résolutions promouvoir ? Qui doit s’en charger (en termes de financement et de responsabilité) ? Ces questions sont censées relever de la décision politique, les sciences sociales, telles des sciences cliniques, ne servant qu’à diagnostiquer les causes du « mal ». Mais, dans le cadre de cette deuxième partie, nous interrogeons la place et le rôle concrets que jouent dans ces questions les divers acteurs (personnes, organisations, institutions) revendiquant l’usage des sciences sociales. Se dégagent des contributions qui suivent deux problématiques transversales : celle de l’évaluation de l’action publique d’une part et d’autre part celle de l’action militante pour la reconnaissance de certains problèmes comme « problèmes publics ». À partir de là, en prenant parfois quelques libertés avec les propos des auteurs, nous proposerons des pistes d’analyse sur les questions de l’autonomie et de l’instrumentalisation des divers usages des sciences sociales dans le champ de l’action publique.

Évaluer l’action publique

  • 2 L’intervention de François Ménard, chargé de mission au DGALN/PUCA (Direction générale de l’aménage (...)

4Une très vaste littérature existe sur le rapport entre sciences sociales et pouvoirs publics. Rappelons simplement que, traditionnellement, les politistes font remonter la science politique moderne aux années 1950, la localisant aux États-Unis, à partir de l’ouvrage The Policy Sciences (Lerner et Lasswell éd., 1951). Cet ouvrage est le résultat d’un tournant opéré lors de la crise des années 1930, quand l’État fédéral dirigé par le président Franklin D. Roosevelt lança pour la première fois de vastes politiques économiques et sociales interventionnistes. Comme l’a montré Patrice Duran dans sa communication (malheureusement non publiée dans ce hors-série2), cette conjoncture a produit les premières collaborations entre décideurs politiques et chercheurs en sciences sociales (sociologues et économistes en particulier) et a notamment impulsé les études en policy analysis, arrivées très tardivement en France (dans les années 1970). Depuis ce moment fondateur, les sciences sociales peuvent être perçues par les décideurs politiques, les commanditaires divers, et même par le grand public, comme devant avoir un rôle de rationalisation des politiques publiques (en termes d’effectivité, d’efficacité et d’efficience). Comme le résume clairement Patrick Hassenteufel : « Elles sont à la fois des sciences de l’action publique et pour l’action publique » (2008, p. 19, nous soulignons). L’évaluation des politiques publiques constitue ainsi une activité privilégiée pour interroger ce rôle.

5La tendance qui se dessine depuis la fin des années 1980 dans l’action publique en France est à une valorisation de l’évaluation, à tel point qu’elle est devenue, depuis la LOLF (loi organique des lois de finance, votée en août 2001 par le Parlement), une condition légale de tout financement public. On peut dire qu’elle est devenue une des dimensions centrales de la « culture publique » (Gusfield, 2009) de l’action publique actuelle, et qu’elle a fait émerger un véritable marché de l’évaluation, rendu visible par l’explosion des activités de conseil. Les contributions publiées ici en portent l’empreinte : plusieurs intervenants ont effectué, dans le cadre de leurs recherches, des évaluations, ou sont passés par des cabinets de consultants dont la mission est d’évaluer les politiques publiques, ou d’émettre eux-mêmes des appels d’offres, au nom d’organismes ministériels, pour évaluer une politique.

6Comment comprendre cette valorisation ? L’expertise, au sein de l’action publique étatique, n’est pas nouvelle. L’intervention de Patrice Duran a montré que c’est plutôt la nature de cette expertise qui a évolué avec les mutations des problèmes dont se chargent les pouvoirs publics. Quand ceux-ci, et en particulier l’État, visaient la production de biens publics, comme des logements sociaux, des écoles, des hôpitaux, et les considéraient comme la réponse à des besoins individuels, l’ingénieur constituait la figure pertinente de l’expert. Mais quand l’État cherche à résoudre des problèmes publics dont l’appréhension n’est pas réductible à un corps déterminé de professions, comme le chômage ou la pollution de l’environnement, l’expertise devient plus complexe. Car il s’agit d’intervenir sur des facteurs multiples et dont la compréhension appelle de nouvelles compétences. Les sciences sociales ont alors deux rôles majeurs : établir des données précises pour caractériser le milieu (social, économique, politique) dans lequel les acteurs publics cherchent à intervenir ; évaluer les résultats, mais surtout les conséquences de l’action publique menée, en espérant une amélioration des contributions à venir. Ce sont ces missions que doivent remplir les directions d’études et de recherche des divers ministères. Est-ce là la reconnaissance des sciences sociales comme sciences de gouvernement ?

  • 3 Le travail d’animateur de recherche consiste à coordonner divers travaux de recherches, répondre à (...)
  • 4 Cette relation distendue ne semble pas nouvelle. Michel Chauvière, sociologue, qui a été membre de (...)
  • 5 Les relations entre statistique publique et pouvoirs publics sont parfois conflictuelles. Dernier e (...)

7La question mérite d’être posée, surtout au vu des problèmes soulevés par diverses contributions sur le rapport entre la recherche (experte, évaluative) et la décision politique. Dans la relation entre l’administrateur et l’expert, on s’intéresse souvent à l’expert, mais finalement assez peu à l’administrateur (Wolton, 2002, p. 486). Son rôle est pourtant essentiel dans les relations entre recherche et décision politique. Ces relations, bien sûr, mettent en jeu de nombreux acteurs, mais un point d’entrée pourrait être d’examiner les conditions dans lesquelles elles ont lieu, et en induire si elles favorisent, ou défavorisent, les rapports entre le travail en sciences sociales et l’administration. L’administrateur comprend-il l’ensemble des enjeux de la recherche qu’il a commandée ? Voit-il même un intérêt à faire appel à des travaux de sciences sociales ? Ces questions renvoient à des enjeux concrets de formation en sciences sociales des élites administratives. Surtout, les administrations sont-elles organisées pour permettre une relation directe et féconde entre travaux de sciences sociales et décision politique ? Ces liens ne sont pas évidents. Ainsi, quand la recherche publique s’est structurée autour des divers ministères (des années 1960 à la fin des années 1980), pour effectuer la médiation entre administrations publiques et recherche, il a fallu des « entrepreneurs de recherche » (Bézès et al. éd., 2005, p. 13), c’est-à-dire des personnes capables de faire comprendre l’intérêt de la recherche en sciences sociales aux administrations publiques. Or ces personnes ont été, pour reprendre un terme technique forgé par la sociologie des organisations, des « marginaux-sécants » (ibid.) ; autrement dit, des personnes appartenant, en même temps, à deux mondes sociaux, avec une « posture hybride », comme le formule Vincent Viet dans ce numéro. Ce dernier est en même temps animateur de recherche3 à la MiRe (Mission de la recherche, rattachée à la DREES, Direction de la recherche, des études, des évaluations et des statistiques) et chercheur en histoire sociale. Il se situe donc à l’interface entre l’administration et la recherche. Il reconnaît cependant que la relation est distendue entre cet organisme ministériel de recherche et la décision politique4, pour une double raison : d’une part, il constate un recul de la recherche fondamentale, notamment en histoire, au profit de commandes d’études statistiques qui doivent répondre à une temporalité de court terme, la possibilité de faire référence à des « chiffres » constituant un support privilégié pour les acteurs politiques dans les débats publics5. D’autre part, l’administration manque de structures pour organiser les rencontres, effectives et en face à face, entre chercheurs et décideurs. Renaud Epstein dresse un constat analogue, à partir du récit d’un rendez-vous manqué entre les chercheurs et la décision politique autour de la politique de la ville. Pourtant, des signes favorables étaient perceptibles dès le départ, la politique de la ville s’étant construite sur une évaluation positive. Mais la relation s’est distendue, au point de donner aujourd’hui une configuration pour le moins étrange : la déconnexion entre les outils d’observation et d’évaluation des quartiers visés par cette politique (par la création et le financement de l’ONZUS, l’Observatoire national des zones urbaines sensibles), et l’évolution de la politique de la ville recentrée sur la seule « rénovation urbaine ».

  • 6 Cette question fait écho à celles qui sont posées à la fin de l’introduction dans la première parti (...)

8Les usages d’expertise qui sont faits des sciences sociales peuvent donc souffrir d’un déficit de légitimité, la temporalité plus grande qu’elles nécessitent pouvant jouer en leur défaveur. Mais c’est avant tout la question de la traduction qui permet de saisir le degré d’efficience des sciences sociales dans leurs relations aux sphères de pouvoir. Elle se pose à différents niveaux : celui d’abord de la traduction d’une commande en problématique de recherche ; celui ensuite de la remise du rapport. Dans ce dernier cas, il s’agit pour le chercheur de communiquer ses résultats, parfois dans un idiome qui ne lui est pas familier. Christophe Robert évoque à cet égard les compétences – en termes de communication notamment – qu’il faut mettre en œuvre lors de la présentation du rapport annuel sur le mal-logement. Or, les enjeux autour de la réussite de cette traduction sont importants dans la mesure où elle engage la possibilité d’évaluer, voire critiquer, la politique menée6.

Défendre une cause

9L’expertise et l’évaluation ne sont cependant pas des compétences monopolisées par les chercheurs académiques et les pouvoirs publics. Un acteur émerge ainsi fortement depuis les années 1980 dans l’organisation de l’action publique elle-même : les associations. On peut même en décrire une conséquence profonde : la montée de l’expertise associative (Lochard et Simonet-Cusset, 2003), appuyée en partie sur les sciences sociales. Or, ce sont les acteurs des sphères associatives et militantes qui contribuent simultanément par leurs actions de terrain et leurs revendications politiques à la reconnaissance publique de nouveaux problèmes sociaux, et parfois même à leur reformulation.

10Florence Garcia, directrice de l’association Cabiria, association de santé communautaire à destination des personnes prostituées, défend la complémentarité entre la recherche en sciences sociales et l’action associative. Elle raconte comment l’association est née d’une collaboration entre associatifs et chercheurs, et comment le lancement d’enquêtes, avec les méthodes des sciences sociales, leur permet de mieux comprendre la diversité des profils et donc des besoins de la « communauté » des prostitué(e)s. L’association Cabiria est née du constat, établi par des chercheurs, de la stigmatisation des personnes prostituées par les travailleurs sociaux, qui les considéraient comme des victimes morales, dépourvues de capacité d’action ou même de résistance. Cette stigmatisation a été identifiée comme l’une des raisons de la distance, voire de la méfiance, entre les personnes prostituées et les dispositifs d’aide existants. L’action de l’association, comme sa recherche, part alors du constat selon lequel les personnes prostituées ne sont pas seulement des victimes. L’enjeu est de documenter ce constat le plus rigoureusement possible, en utilisant les sciences sociales, pour améliorer la prise en charge. Les matériaux de recherche entrent ainsi dans une circularité avec le travail associatif, puisque ceux-ci sont réinvestis dans le travail d’intervention sociale, ce dernier alimentant en retour de nouvelles perspectives de recherche. Les intervenants de Cabiria, en contact quotidien avec les évolutions du monde de la prostitution lyonnaise, sont ainsi force de propositions pour définir de nouveaux horizons de recherche.

11Cette relation circulaire entre recherche et action associative se retrouve dans la contribution de Christophe Robert, directeur des études à la Fondation Abbé Pierre. Elle y apparaît même comme court-circuitée, puisque le résultat de la recherche lui-même constitue le support principal de la mobilisation et de l’interpellation des décideurs politiques. Cette association lutte contre ce qu’elle a dénommé, produisant ainsi un néologisme, « le mal-logement ». Cette expression désigne non seulement les situations d’absence de logement (concernant les personnes sans domicile fixe), mais aussi les situations de logement insalubre et d’endettement des ménages (Robert et Vanoni, 2007). Pour imposer ce problème public sur les agendas médiatique et politique, la Fondation produit un rapport annuel, fruit de la collaboration de plusieurs chercheurs académiques, coordonnés par Christophe Robert. Ce rapport s’inscrit clairement dans une commande associative, porté et vitalisé par divers moyens dans l’espace public : présentation publique lors de sa parution, conférences de presse, mise à disposition sur Internet, « tour de France » du rapporteur.

12La séparation entre « évaluation » et « défense d’une cause » vaut surtout pour les distinctions qu’elle permet d’opérer. Il est clair qu’il existe des relations entre ces deux usages des sciences sociales. On peut voir cette relation dans quelques-unes des contributions présentées ici : l’évaluation peut aider à la constitution ou à la pérennisation de causes défendues. Dans le cas de la Fondation Abbé Pierre, l’évaluation des politiques publiques du logement constitue un axe d’analyse du rapport annuel, qui est le support essentiel de la lutte contre le mal-logement aujourd’hui en France. Dans le cas de l’association Cabiria, sa pérennité est liée à un travail d’évaluation effectué par le sociologue Lilian Mathieu, pour le compte de son financeur, le ministère de la Santé (via la MiRe). La poursuite de la définition du « problème public » de la prostitution par l’association Cabiria a ainsi été rendue possible par une évaluation sociologique.

Autonomisations et instrumentalisations

13Les contributions qui suivent mettent en lumière des rapports plus ou moins directs entre recherche en sciences sociales et action publique. Afin de proposer une première analyse de ces récits d’expériences, nous exposons ici deux types de relations ; le lecteur pourra en identifier sans doute bien d’autres.

14Le premier type renvoie à l’influence des résultats d’une recherche sur une action effectivement menée. Les cas rassemblés ici illustrent ce qu’Anthony Giddens (2005) appelle la « double herméneutique » : les chercheurs interprètent ce que font et disent les acteurs, qui interprètent ce que produisent les chercheurs, dans une boucle interprétative potentiellement infinie. Toute la question est de parvenir à en décrire les médiations concrètes. La diversité des cas rassemblés ici permet de faire émerger, par une première comparaison rapide, certaines entraves à cette « double herméneutique ». En effet, on peut questionner l’impact réel des savoirs produits par le chercheur sur les décisions du commanditaire. Renaud Epstein souligne la quantité de rapports sur la politique de la ville qui n’ont eu absolument aucune incidence sur les décisions récentes en la matière. De ce point de vue, on pourrait faire l’hypothèse d’une plus grande efficience des études menées dans la sphère associative, comme le montrent les exemples de Cabiria et de la Fondation Abbé Pierre – rappelons que chacune de ces deux structures possède son propre pôle recherche intégré. La commande publique, à l’inverse, semble impliquer une certaine rupture entre les programmes de recherche réellement menés et la décision politique – comme le souligne Vincent Viet au sujet de la DREES et de la DARES (Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques). Mais comment rendre compte de cet « échec » de la recherche à s’imposer comme support légitime de la décision politique ? Différentes variables peuvent être prises en compte comme la taille de l’organisation, la provenance des financements, mais aussi la légitimité des savoirs qui préconisent telle ou telle action. À cet égard, de nombreux intervenants sont revenus sur les échelles de légitimité dans lesquelles s’inscrivent les sciences sociales vis-à-vis de la commande publique, l’économie occupant aujourd’hui une place privilégiée. Concernant la variable du financement, on pourrait faire l’hypothèse d’une plus grande autonomie du chercheur lorsque celui-ci fait partie d’une structure reposant sur des fonds privés – c’est en tout cas l’avis de Christophe Robert dont la fondation n’est dépendante d’aucune subvention publique. Sans doute qu’il faudrait alors réfléchir à la structuration de ce financement, car dépendre d’un « guichet unique » peut réduire les marges de manœuvre.

15Le second type de relation recouvre l’articulation entre le travail de commande et le travail de recherche ; autrement dit, la difficile et épineuse question de « l’autonomie » du chercheur. Pour cela, il paraît intéressant de partir des cas où une tension est exprimée. Le lecteur pourra lire les contributions de Lilian Mathieu et de Florence Garcia comme une sorte de controverse, non pas entre le sociologue et ses enquêtés, mais entre deux types de travaux concernant les personnes prostituées et faisant usage des sciences sociales. Ces deux travaux ne parviennent pas à la même conclusion : l’association Cabiria valorise les marges de manœuvre des personnes prostituées, Lilian Mathieu insiste sur la grande précarité et les trajectoires de désaffiliation dans lesquelles elles sont prises. Ce que montre cette controverse, pour la question qui nous intéresse ici, c’est la possibilité, pour le chercheur, de contribuer à l’émergence et à la pérennisation d’une démarche de recherche-action, tout en bénéficiant de conditions institutionnelles lui permettant de ne pas être en accord avec celle-ci et de revendiquer l’autonomie de la recherche. Cette autonomie est également présente dans la contribution de Didier Fassin. Celui-ci insiste sur l’engagement critique du chercheur en sciences sociales. Mais cette critique ne doit pas prendre la forme d’une critique externe, elle doit se faire par un travail d’enquête méticuleux, elle doit expliciter, et donc interroger, les contradictions internes à ce que font les organisations ou les institutions.

16C’est donc l’articulation entre le travail de commande et la possibilité du travail théorique, et donc potentiellement de la critique, qui est en jeu. Il nous semble que les parcours des chercheurs, dont les contributions vont suivre, montrent clairement la possibilité d’une importation des acquis du travail de commande dans la recherche fondamentale. Lilian Mathieu, qui raconte avoir commencé son enquête sur la prostitution par l’étude fondant l’association Cabiria, mène depuis un travail de fond sur les conditions de mobilisation des groupes faiblement dotés en ressources ; Didier Fassin a publié de nombreux articles sur « la raison humanitaire », à partir de ses expériences d’expertise ; Renaud Epstein, qui a soutenu une thèse de doctorat en sociologie et en sciences politiques en 2008, propose une théorie du pouvoir étatique, le « gouvernement à distance », à partir de ses travaux de consultant. Il nous faut donc réfléchir, peut-être moins à un principe d’autonomie, qu’à des conditions d’autonomisation de la recherche en sciences humaines et sociales. La réflexion sur les rapports entre parcours universitaire, travaux théoriques et rôles d’experts pourrait s’orienter vers les conditions autorisant le passage d’un monde, ou d’un rôle, à un autre. Répondre à la « demande sociale » ne devrait donc pas être assimilé, et a fortiori correspondre statutairement, à une impossibilité de mener un travail théorique ou critique.

Haut de page

Bibliographie

Bézès Philippe, Chauvière Michel, Chevallier Jacques, Montricher Nicole (de) et Ocqueteau Frédéric éd., 2005, L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte.

Chauvière Michel, 2005, « L’enracinement de la recherche au ministère des Affaires sociales », L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, P. Bézès et al. éd., Paris, La Découverte, p. 143-176.

Lerner Daniel et Lasswell Harold éd., 1951, The Policy Sciences, Stanford, Stanford University Press.

Lochard Yves et Simonet-Cusset Maud éd., 2003, L’expert associatif, le savant et le politique, Paris, Syllepse.

Lorraine Data, 2009, Le grand truquage : comment le gouvernement manipule les statistiques, Paris, La Découverte.

Giddens Anthony, 2005 [1984], La constitution de la société. Éléments de la théorie de la structuration, Paris, PUF.

Gusfield Joseph, 2009 [1981], La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, trad. D. Cefaï, Paris, Economica.

Hassenteufel Patrick, 2008, Sociologie politique : l’action publique, Paris, Armand Colin.

Robert Christophe et Vanoni Didier, 2007, Logement et cohésion sociale. Le mal-logement au cœur des inégalités, Paris, La Découverte.

Spector Malcolm et Kitsuse John, 2008 [1977], Constructing Social Problems, New Brunswick, Londres, Transaction Publishers.

Wolton Dominique, 2002, « L’administrateur et l’expert. Conclusions », Revue française d’administration publique, no 103, p. 483-486.

Haut de page

Notes

1 Il faut cependant préciser que l’anthropologie, par son passé colonial, et la sociologie, via la tradition dite « de Chicago », problématisent plus clairement les relations complexes que le chercheur peut nouer sur son terrain avec les personnes et institutions enquêtées.

2 L’intervention de François Ménard, chargé de mission au DGALN/PUCA (Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature / Plan urbanisme construction architecture), n’a pas pu être reproduite non plus dans ce hors-série. Nous le remercions d’être venu pour intervenir en dialogue avec Renaud Epstein (dont la contribution est reproduite dans ce hors-série).

3 Le travail d’animateur de recherche consiste à coordonner divers travaux de recherches, répondre à des appels d’offres, proposer de nouveaux programmes.

4 Cette relation distendue ne semble pas nouvelle. Michel Chauvière, sociologue, qui a été membre de la MiRe entre 1982 et 1986, dresse un bilan très mitigé des effets de ces études et recherches sur les politiques sociales (Chauvière, 2005, p. 170-175).

5 Les relations entre statistique publique et pouvoirs publics sont parfois conflictuelles. Dernier exemple en date : un collectif de statisticiens dénonce avec virulence les modifications, ou même la rétention, par le gouvernement actuel, de rapports produits par les institutions de statistique publique dont ils font partie (Lorraine Data, 2009).

6 Cette question fait écho à celles qui sont posées à la fin de l’introduction dans la première partie de ce hors-série, concernant les rapports entre administration pénitentiaire et sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella et Cécile Lavergne, « Introduction. Problèmes publics, évaluation et militantisme », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/4408 ; DOI : 10.4000/traces.4408

Haut de page

Auteurs

Édouard Gardella

Doctorant en sociologie à l’ISP (Institut des sciences sociales du politique, CNRS, Paris 10-Nanterre, ENS Cachan) et AMN à l’ENS Cachan

Articles du même auteur

Cécile Lavergne

Doctorante en philosophie au SOPHIAPOL (Sociologie, philosophie, anthropologie, politique, Paris 10-Nanterre) et AMN à l’Université Paris10-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page