Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Mémoires, justice et sciences sociales

L’asocialité des sciences sociales expertes

Christophe Adam
p. 111-121

Résumés

L’article propose une réflexion critique quant à la position d’expertise adoptée par les chercheurs en sciences sociales et marquée par le positivisme. Sous couvert de neutralité et d’objectivité, apparaît en effet une étanchéité entre le chercheur et son objet qui sera mise en perspective au regard des principes d’une démarche « clinique » de recherche où sujet connaissant et objet de connaissance interfèrent. Par le choix d’un ouvrage paradigmatique dans le domaine de la sociologie de la prison, témoignant de l’effritement de ladite étanchéité, nous mettons en évidence le fait que le chercheur en sciences sociales s’absente subjectivement de la relation sociale étudiée, tout en affirmant que sa subjectivité doit être prise en compte pour saisir la construction d’objet. Cette « absence » sera mise en contraste avec l’un des rares ouvrages d’obédience clinique ayant mené jusqu’au bout le projet d’implication de la subjectivité du sujet connaissant, jusqu’à le rendre présent dans la relation étudiée.

Haut de page

Texte intégral

Le parti de la neutralité qu’embrassent le plus souvent les princes irrésolus, qu’effraient les dangers présents, le plus souvent aussi les conduit à leur ruine.
Nicolas Machiavel, Le Prince

1À travers ce titre provocateur, nous entendons esquisser un questionnement quant à la position d’expertise froide et distante adoptée par certains chercheurs en sciences sociales, position soumise à l’empire de l’objectivité et de la neutralité scientifiques. Par le terme « asocialité », nous désignons le fait que, sous couvert d’une position d’expertise, de la distance convenue qu’il s’agit de prendre à l’égard du phénomène, de la froideur qu’il faut incarner, le chercheur en sciences sociales se désengage de son objet d’étude, se coupant ainsi de lui-même et de l’autre comme être vivant, parlant, sentant, pensant… alors même qu’il prétend étudier ceux qui vivent, parlent, sentent, pensent… Le chercheur se veut neutre : ni acide ni basique, pour s’en référer de manière ironique au vocabulaire de la chimie, lieu où la mesure de la neutralité est possible. Lorsqu’il touche à la matière humaine, ce chercheur s’efface, n’existe plus, sauf à voir en lui un personnage de science-fiction scientifique.

  • 1 Comme l’affirme Ian Hacking, cette référence au « constructivisme » permet à certains de se « senti (...)

2Nous aborderons la question de la position d’expertise en nous situant dans le domaine des sciences sociales pénitentiaires, recouvrant largement ce qu’il est convenu d’appeler une « sociologie de la prison » (Combessie, 2001). À partir de travaux portant sur la relation pénitentiaire, nous montrerons qu’in fine le sociologue s’absente subjectivement du lien social étudié, alors qu’il revendique en même temps que sa subjectivité soit intégrée dans la construction de son objet de recherche. Cette tension entre le principe et son application nous paraît heuristique et témoigne d’un renforcement du positivisme qui continue, selon nous, de structurer le rapport des chercheurs aux objets sociologiques, même s’ils s’en défendent, se croyant ainsi mis à l’abri par une simple référence au « constructivisme » social1. Nous entendrons par « noyau dur » du positivisme, l’étanchéité absolue entre le chercheur et son objet, considéré comme l’un des principaux invariants de l’épistémologie des sciences sociales. La prise de position en faveur d’une « vérité neutre et objective » entraîne bien souvent le chercheur aux antipodes de son objet – qui n’est plus le « sien », mais celui du monde scientifique pris dans l’orbite de Sirius. Cette distance contraste avec les principes de la démarche clinique, selon laquelle sujet connaissant et objet de connaissance interfèrent (Legrand, 1993).

  • 2 À cet égard, nous pensons utile de devoir distinguer un « “moi je” méthodologique » d’un « je métho (...)
  • 3 Pour une intégration, discutée, de la subjectivité du chercheur dans les dispositifs de recherche, (...)

3De notre point de vue, circonscrit aux sciences sociales s’intéressant à la prison et au milieu pénitentiaire, nous poserons le problème de l’extériorité mutuelle et exclusive entre le chercheur et son objet. Si l’on suit la définition que donnent Ilya Prigogine et Isabelle Stengers du positivisme (1986), on affirmera qu’il mène purement et simplement à l’élimination de l’« observateur », tandis que les sciences humaines cliniques plaident pour son rapatriement dans l’acte de connaissance (Lévy, 1997). Le dialogue entre sujet connaissant et objet de connaissance fait renaître la notion d’« intersubjectivité », ou celle, plus méthodologique, de « co-construction des savoirs », ces notions tendant à s’imposer sur la scène savante comme les signes d’un retour du sujet en sciences. Cela étant, nous partageons le sentiment de Gilles Houle (1997), suivant lequel le sujet n’a jamais réellement disparu, mais a juste été formellement et théoriquement déblayé. Du reste, il convient d’observer qu’on dispose de fort peu de commentaires critiques quant au nouveau surcroît d’attention pour la subjectivité, notamment pour celle, parfois suspectée, du chercheur, que Jean-Pierre Olivier de Sardan nomme, non sans exprimer certaines réserves, le « “je” méthodologique »2 (Olivier de Sardan, 2000). Il est désormais de bon ton dans les ouvrages scientifiques de voir les chercheurs exprimer leur subjectivité3, et souligner son rôle dans la construction des connaissances en sciences sociales. Or, ce que l’on entend par « subjectivité du chercheur » peut recouvrir des sens assez différents selon les uns et les autres.

  • 4 Position que Jeanne Favret-Saada nommait « atopie du sujet théoricien » (1985), dénonçant ainsi, no (...)

4À quoi répond le projet de cette mobilisation de la subjectivité dans l’entreprise des savoirs ? Que vient-elle servir comme intérêt pour la construction d’objet ? Quelles sont les tensions existant entre les principes professés et leur mise en œuvre ? Voilà les questions qu’il nous sera donné de soulever au départ d’un ouvrage exemplaire, celui de Corinne Rostaing (1997). Nous le tenons pour révélateur d’une étanchéité entre chercheur et objet qui tend à s’effriter, faisant place à une prise en compte embryonnaire de la subjectivité du chercheur. Il s’agit d’examiner en quoi cette démarche permettrait de penser un renouvellement possible d’un modèle plus classique où le chercheur fait toute la place aux acteurs sociaux jusqu’à ne pas se considérer comme acteur lui aussi, comme s’il était au-dessus de la « grande mêlée sociale »4. Dans le même temps, les propositions tenues en restent à un niveau déclaratif et non interrogatif.

5Notre propos se structure en deux temps : nous problématiserons d’abord la façon dont le chercheur en science sociale peut artificiellement s’absenter de la typologie qu’il fabrique, alors qu’il affirme être impliqué dans son objet d’étude ; ensuite nous mettrons cette absence en perspective, en évoquant une étude clinique qui rend au contraire le chercheur présent jusqu’à l’inclure dans le lien social étudié.

Quand le chercheur s’absente

6Dans son introduction, Rostaing pose la question des rapports du chercheur à « son » objet d’étude. Selon elle, contrairement à d’autres démarches qui produisent du savoir et alimentent des représentations, l’approche du chercheur vise spécifiquement à « expliciter son rapport à l’objet, en précisant ses appuis théoriques, en donnant une définition de l’objet, en expliquant sa méthode » (Rostaing, 1997, p. 3). L’auteur produit une typologie des relations entre détenues et personnels pénitentiaires se déclinant en quatre types : 1) relation normée ; 2) relation négociée ; 3) relation personnalisée ; et enfin, 4) relation conflictuelle. Il est remarquable, selon nous, de constater qu’elle-même reste extérieure à la typologie qu’elle expose finement. Elle s’en absente totalement, alors que ces modalités relationnelles prennent sens dès que la chercheuse rend compte de ses affects. Elle est en effet fortement impliquée dans de telles modalités relationnelles.

7Dans la perspective qu’elle défend, l’objet d’étude se donne d’emblée comme un « terrain », celui de la « prison-institution » dont elle décrit quelques caractéristiques qui procèdent, en quelque sorte, de l’effet « imaginaire » de la prison et de sa prégnance sur le chercheur. Cela l’amène à en évoquer la nature « particulièrement enveloppante » :

Même à l’extérieur, les murs continuent de vous cerner, le bruit des clés vous obsède. Malgré l’austérité que de prime abord la prison dégage, le chercheur s’habitue à « son » terrain d’enquête, il s’attache aux personnes côtoyées, et il faut reprendre une certaine distance pour l’analyse et l’écriture. (Rostaing, 1997, p. 20-21)

8En référence à sa position d’observatrice, sa recherche se situe, selon elle, à la limite de la « compromission éthique », dans la mesure où ce terrain particulier constituerait une menace à l’objectivité et à la neutralité scientifiquement attendues.

L’observateur ressent une gêne immense à assister à certaines pratiques discriminatoires ou dépréciatives pour l’individu […], il ne dit mot, par souci de préserver sa neutralité de chercheur. Or, le fait de ne rien dire, voire de cacher ses sentiments, ne peut-il pas ressembler à une forme de complicité, d’acceptation tacite ? En dépit de la situation embarrassante, le sociologue peut-il se voiler la face devant des pratiques souvent routinières ? Elles choquent l’œil non averti mais paraissent « naturelles » à l’acteur qui les effectue depuis des années. Il a fallu adopter un comportement hypocrite devant certaines observations, cacher son désarroi ou son désaccord. En prison, le travail du chercheur, et la neutralité scientifique que je souhaitais lui voir associée, est souvent entré en contradiction avec certains de mes engagements personnels. (Ibid., 1997, p. 21)

  • 5 Par opposition au « réel interne », qui renvoie à la scène intrapsychique.

9Le terme de « compromission » indique bien dans une certaine mesure le « voisinage dangereux », risquant de contaminer le chercheur. De façon classique dans le domaine des sciences humaines, ce sont les impératifs de contrôle et de maîtrise qui se dessinent dans pareil dispositif et qui déterminent la relation à l’objet. Ce dernier apparaît souvent comme un objet quasi tangible et saisissable du « réel externe »5. C’est là une conception positiviste dominante : l’objet est coupé de ses dimensions endogènes, intrapsychiques, mais aussi de ses interférences avec l’observateur, du moins du point de vue de la conceptualisation qui tente d’en rendre compte. S’y montre un certain idéal de « pureté » qui nous paraît plus proche d’une manœuvre de neutralisation que de l’idéal atteint de neutralité.

10Ce problème (s’absenter de sa typologie) aurait pu être périphérique ou de second plan si l’objet d’étude de l’auteur n’avait pas été, justement, les relations sociales dont elle est, qu’elle le veuille ou non, en sa qualité d’observateur scientifique, « partie prenante et prise à partie », ainsi qu’elle l’affirme par ailleurs. Le chercheur est ici le grand absent, et emboîte le pas à toute une tradition de recherche en sciences humaines.

  • 6 Adoptant un point de vue autobiographique, en annexe de son ouvrage, Philippe Combessie raconte com (...)
  • 7 Dans une série d’encarts mis en regard du texte scientifique, Anne-Marie Marchetti témoigne de sa s (...)

11La place accordée aux développements concernant le rapport que le chercheur entretient à son objet, en introduction, en annexe6, « à côté » du texte7, est elle aussi révélatrice, en creux, d’un style de scientificité qui fait souvent peu de cas de telles préoccupations, sous prétexte qu’elles gêneraient l’objectivité ou mettraient par trop en avant la variable « chercheur ». Comme l’affirme Jeanne Favret-Saada à propos du texte ethnographique – mais le propos nous semble transposable au texte scientifique en général : « C’est une propriété remarquable du texte ethnographique qu’y soit régulièrement occulté le sujet de l’énonciation, lequel s’efface devant ce qu’il énonce de son objet » (Favret-Saada, 1985, p. 53). Au-delà, cet exemple illustre bien qu’un modèle classique fondé sur l’extériorité pure et simple du chercheur par rapport à son objet ne correspond pas ou plus aux réalités empiriques vécues et construites par certains chercheurs d’aujourd’hui. Il y a là, nous semble-t-il, une tension essentielle à saisir qui peut trouver différentes voies d’explicitation, lesquelles, selon nous, ne doivent pas seulement être pensées du côté du « supplément de subjectivité » que l’on ajouterait au texte. Le problème est ailleurs et se situerait davantage dans les attentes d’objectivité sous-jacentes à un modèle de scientificité. Là où la subjectivité tend à occuper la place de supplément ou de complément par rapport au roc de la construction prétendue objective, il s’agirait de lui donner la place qui lui revient et, surtout, de nous donner des notions qui permettraient d’analyser cette subjectivité et la part du chercheur dans l’objet, afin d’articuler expérience subjective et construction d’objet. Il ne s’agit pas pour autant de récuser toute forme d’extériorité, tombant ainsi dans le piège du « subjectivisme », qui reste l’envers d’un certain objectivisme ou neutralisme que nous dénonçons.

12Le problème n’est pas que cette extériorité figée ne permettrait pas de produire des résultats pertinents ; nombre de données ainsi présentées sont en fait intéressantes à plus d’un titre. Mais elles tendent à se déshumaniser progressivement derrière les techniques, et contribuent à alimenter le fantasme d’une science humaine qui se passerait bien de l’humain en fin de compte, une science humaine experte et asociale. En ce sens, les tentatives avortées d’humanisation du propos, par l’implication du chercheur comme sujet lui-même, semblent enrichir le positivisme plus qu’elles ne rompent avec lui.

  • 8 Pour une reconfiguration des rapports entre observateur et observé et une mise en évidence de leurs (...)

13Les limites de ces productions de connaissances inaugurent un problème fondamental d’épistémologie : on peut, à partir d’elles, reformuler une définition du positivisme. Nous pensons que le principe fondamental positiviste n’est pas seulement de présupposer un objet tangible, présent dans le réel externe, que le savoir sociologique et ses techniques pourraient « enregistrer » tel quel, mais bien davantage de reposer sur l’idée plus radicale d’extériorité absolue entre « observateur » et « observé », d’où découle la conception de l’objet comme réalité perceptible. Le positivisme, calqué sur l’objectivité des sciences exactes, est ici une conséquence de l’extériorité conçue comme préalable logique. Ce recentrage sur la division manichéenne « observateur-observé » n’est certes pas neuve, et elle se perpétue dans les travaux sous différentes figures8.

14Dans une optique gouvernée par le positivisme, face à laquelle les tentatives d’implication de la subjectivité opposent une résistance appréciable, il nous faudrait ramener au cœur même de la réflexion cette place périphérique qui est allouée à ladite subjectivité du chercheur. Il ne pourra s’agir que d’un moment qui demande lui-même à être dépassé, sous peine de s’y arrêter et de verser ainsi dans un nombrilisme savant qui n’aurait plus rien d’éclairant et pourrait conduire à la destruction de l’objet lui-même. L’idée est de se donner les moyens de penser cette opération, et les moyens conceptuels pour y parvenir.

15Notre but vise à identifier la tension existant entre ce que le chercheur veut en principe faire, et ce qu’en fin de compte il fait. Ce grand écart entre le principe et sa traduction nous laisse apprécier les résistances au positivisme. De telles résistances ne sont pas à mettre au compte des auteurs lorsqu’ils tentent tant bien que mal d’y développer leur démarche, mais participent de l’écriture scientifique et de ses contraintes internes – difficulté d’engager sa subjectivité sans qu’elle prenne toute la place dans la construction – et externes – relevant de la communicabilité d’un texte selon des normes rédactionnelles et des exigences démonstratives.

16Pour comprendre l’abord frileux de la subjectivité du chercheur, il ne faut sans doute pas trop sous-estimer les contraintes rédactionnelles pesant sur l’écriture et la réécriture scientifiques : il est vrai que les péroraisons méthodologiques n’ont pas bonne presse chez les éditeurs. En outre, quiconque a pour projet de rendre compte analytiquement de la place de la subjectivité dans la construction réflexive de l’objet de connaissance, bute sur la linéarité de l’écriture qui est loin d’être un problème d’arrière-garde ; en effet, la rythmicité de l’écriture et ses ressorts imposent une certaine forme au témoignage de sa propre condition de sujet. La logique linéaire suppose un début et une fin identifiables ; la mise en chapitres tend alors à refermer les problèmes sur eux-mêmes comme s’ils disparaissaient du même coup et cessaient d’infléchir le propos.

17La plupart des travaux prétendus cliniques n’échappent pas à cette tendance. En un sens, la situation est ici pire encore, car les prétentions à la construction d’un savoir intersubjectif font partie intégrante des préceptes de la démarche clinique où sujet et objet s’interpénètrent et se construisent dialectiquement. Les promesses d’intégration théorico-empirique échouent bien souvent car, si les chercheurs reconnaissent que le lien social est à la fois objet et méthode, que la rencontre intersubjective est unité d’analyse, rares sont ceux qui passent à l’acte ; d’aucuns se limitant à des déclarations abstraites dont les conséquences empiriques restent lettre morte. Le jugement est sévère, mais les promesses ne doivent-elles pas être tenues sous peine de voir s’écrouler le langage scientifique lui-même, ou de n’en rester qu’à pouvoir le contempler dans les rayonnements irradiants de son expertise ?

Un cas rare : l’étude clinique de Jacques Hochmann

18Déjà ancienne, l’étude de Jacques Hochmann (1964) reste d’une actualité fascinante. Elle est l’une des seules à s’être préoccupée de la relation intersubjective dans son double statut d’objet et de méthode de recherche. En regard des travaux évoqués précédemment, l’auteur ne discute pas son rapport à l’objet en portant un regard introspectif ou rétrospectif sur lui-même qui s’arrêterait à « l’effet que ça lui fait » ou à la question « d’où cela lui vient-il ? » – bien qu’il ait pu en tant que clinicien légitimement se poser de telles questions – mais il va plus loin en impliquant cette intersubjectivité par la mise en scène théorisée d’une dramatique de la relation médecin-détenu en milieu pénitentiaire.

[La] relation apparaît vivante, concrète, réelle. Il ne faut point proscrire une médecine à la faveur d’une autre mais seulement constater qu’en modifiant la situation du malade et du médecin, en leur imposant un cadre surdéterminé, le décor hospitalier plus que la pratique privée emboutit la relation clinique dans un moule donné, extérieur et préexistant à toute rencontre particulière. C’est ce moule qu’il s’agit de décrire – indépendamment de toute structuration intime propre à tel malade ou à tel médecin ou encore à tel postulat méthodologique admis par les deux interlocuteurs et qui inspire la stratégie relationnelle. (Hochmann, 1964, p. 13)

  • 9 Pour une présentation circonstanciée, nous renvoyons à la densité du texte de l’auteur.

19Cette scène, ou mieux cette matrice relationnelle, se décline en quatre types relationnels9 dont l’auteur fait nécessairement partie en sa qualité de médecin : 1) la relation théâtrale ; 2) la relation civile ; 3) la relation morale ; 4) la relation orale.

20L’analyse d’Hochmann atteste un changement d’objet particulièrement précieux, lequel voit le projet de l’auteur s’épanouir dans la réaffirmation d’un travail authentiquement clinique :

Nous décrirons assez peu – dans sa sémiologie objective – la pathologie pénitentiaire qui, à elle seule, mériterait tout un travail. Le diagnostic ici formulé, ne sera bien souvent pas de telle ou telle maladie – non que nous méprisions cet aspect qui guide évidemment une part de notre pratique – mais de tel ou tel type de relation. (Ibid., 1964, p. 14)

21Pour jeter un pont vers d’autres univers, notamment celui de la littérature, l’idée d’extériorité trouve une formulation très éclairante dans l’analyse qu’a proposée Pierre Bayard des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Selon lui, la position perverse des libertins fonctionne pour beaucoup autour du « mythe de l’extériorité » et de la « croyance en un métalangage » qu’il dit aussi être « une supposition nécessaire à la fondation de la science ».

Leur croyance est d’abord celle d’une différence avec le monde – assimilée à un univers de dupes –, différence redoublée par leur situation spéculaire, où chacun des deux sert de miroir à son complice […]. Cette extériorité est aussi une « extériorité linguistique ». […] En ce sens, leur position perverse repose sur un mythe du métalangage, sur la fiction (perverse) qu’il existerait des lieux où l’on peut siéger en dehors du langage et de ses effets. (Bayard, 1993, p. 177-178)

22Le langage scientifique fonctionnerait ainsi comme extérieur à ce qu’il prétend mettre au jour, tout se passant comme si le chercheur était au-dehors des effets de langage et se tenait à l’écart des énonciations multiples dans lesquelles il se voit pris du simple fait qu’on lui parle. Nous n’irons pas jusqu’à tenter d’identifier les ressorts pervers de toute démarche scientifique, mais nous nous contenterons de montrer que la démarche clinique est fondée sur un postulat inverse au positivisme. Autrement dit, il n’est pas possible de créer un site qui serait indépendant du langage et de ses effets (autre variante de l’extériorité). Faire parler les acteurs n’est donc jamais une opération neutre. Lorsque l’acteur s’adresse au chercheur, il l’implique dans un réseau secret de significations à découvrir, sans toutefois pouvoir y parvenir intégralement, ce qu’il dit devenant peut-être moins important que le fait même de le dire et de le dire précisément à un chercheur.

23Pour conclure, nous sommes toujours étonné, dans notre travail scientifique, de l’apparente candeur de certains chercheurs – ou l’hypocrisie ou le déni qu’elle cache – lorsqu’ils omettent de s’interroger sur le fait qu’il collecte des données en tant que chercheur, face à des interlocuteurs qui se « font des idées » sur ce que sont la recherche et le métier de chercheur (comme sur les conséquences possibles de leur adresser la parole ou de leur laisser observer ce qu’ils font). Si ces idées ne sont pas verbalisées, les « acteurs », comme on les appelle, n’en pensent pas moins. Faire leur sociologie, c’est dès lors nécessairement s’intéresser à de telles préconceptions jouant dans la production des données. La quête d’objectivité scientifique se montre-t-elle trop vite oublieuse du fait que les « acteurs », lorsqu’ils parlent, s’objectivent eux aussi devant le chercheur ? Ils peuvent ainsi ruser, le doubler, lui prêter nombre de rôles, le prendre pour tel ou tel personnage issu de leurs expériences passées, présentes et futures… Il en va de même pour le chercheur. Par son génie théâtral, dans Qui sait la vérité ? Luigi Pirandello (1994) résume cyniquement ce qu’est le discours de la vérité : « Je suis celui que tu veux que je sois », ce qui nous oblige d’abord à savoir ce que nous attendons des acteurs mais nous ne pourrons le savoir – jamais définitivement et totalement d’ailleurs – qu’une fois après avoir rencontré, dans l’effet de surprise, ce qu’ils attendent de nous. Le spectateur scientifique fait alors partie de la scène, il est sur les planches et participe au scénario, au moins celui qu’on lui fait jouer. Nous ne devons en être ni dupes à l’instar d’une Volange ou d’un Danceny, ni maîtres comme Merteuil ou Valmont.

  • 10 Un autre problème peut apparaître dans la tendance actuelle à faire des acteurs les « experts » de (...)

24Les chercheurs en sciences sociales jouent parfois aux asociaux, en s’absentant des liens sociaux qu’ils se proposent d’étudier, attestant ainsi un splendide isolement où l’asocialité devient un critère de performance lorsqu’il est maquillé par la neutralité et l’objectivité scientifiques, ou habillé par le prestige de l’expertise10. Ils ne sont pas partie prenante des typologies qu’ils fabriquent, alors qu’ils sont pris à parti, pris dans la partie du jeu social. Nous suivrons la sagesse populaire lorsqu’elle dit que les absents ont tort. La démarche clinique prétend par son système conceptuel opposer une fin de non-recevoir à cette vision. Or, nous attendons encore de découvrir les véritables ruptures auxquelles les travaux cliniques prétendent. Le chercheur transformé en enregistreur du réel ne questionne pas, en toute attente de réflexivité, la donnée qu’il est ou celle qu’il a contribué à produire, ni la « relation sociale d’expertise » à laquelle il appartient, même lorsqu’il entend ne pas prendre parti.

  • 11 Notre ébauche tend certainement à radicaliser le propos pour poser les fonts baptismaux d’un essai (...)

25Notre propos provocateur n’a de sens que d’en appeler à un renouvellement du dialogue – nos sciences sociales sont sciences du dialogue, par et à travers lui – comme façon de nous impliquer dans le lien social étudié11 et de nous rendre présent à nous-mêmes et aux autres, ce en espérant surtout que le texte scientifique en porte la marque vivante et indélébile. Le chercheur fait partie du lien qu’il étudie et son texte mérite d’en être le témoin, sinon il risque de s’ankyloser sur son trône d’expert, avide de neutralité scientifique, triomphateur objectif ; une place royale sans doute, mais menant inexorablement à la ruine de la pensée sur laquelle un langage scientifique, réduit à sa rationalité instrumentale et purifié des effets du dire, s’érigerait. Un langage savant certes mais humainement creux et privé de toute socialité.

Haut de page

Bibliographie

Adam Christophe, 2007, Une clinique criminologique entre contrainte à l’impossible et décalage transitionnel. Les pratiques psychosociales en milieu pénitentiaire à l’épreuve des auteurs d’infraction à caractère sexuel, thèse de doctorat en criminologie, Université catholique de Louvain.

Adam Christophe, Fraene Dominique (de), Jaspart Alice et Van Praet Sarah, 2009, « Enfermement des mineurs poursuivis pour “agression sexuelle sur mineur” : une analyse croisée des modes de connaissances dans le traitement d’une catégorie émergeante », Déviance et société, vol. 32, no 1, p. 69-93.

Bayard Pierre, 1993, Le paradoxe du menteur. Sur Laclos, Paris, Minuit.

Combessie Philippe, 1996, Prisons des villes et prisons des campagnes : étude d’écologie sociale, Paris, Les Éditions ouvrières.

 2001, Sociologie de la prison, Paris, La Découverte.

Devereux Georges, 1980, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Aubier-Montaigne.

Favret-Saada Jeanne, 1985 [1977], Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard.

Hacking Ian, 2001 [1999], Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte.

Hochmann Jacques, 1964, La relation clinique en milieu pénitentiaire, Paris, Masson.

Houle Gilles, 1997, « La sociologie comme science du vivant », La recherche qualitative. Enjeux épistémologiques et méthodologiques, J. Poupart, J.- P. Deslauriers, L.- H. Groulx, A. Laperrière, R. Mayer, A. P. Pires éd., Montréal, Gaëtan Morin, p. 272-289.

Lahire Bernard, 2007 [2005], L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Legrand Michel, 1993, L’approche biographique, Paris, Desclée de Brouwer.

Lévy André, 1997, Sciences cliniques et organisations sociales, Paris, PUF.

Lhuilier Dominique et Clot Yves éd., 2006, « Perspectives en clinique du travail », Nouvelle revue de psychosociologie, no 1.

Marchetti Anne-Marie, 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

OlivierdeSardan Jean-Pierre, 2000, « Le “je” méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, vol. 41, no 3, p. 417-446.

Pirandello Luigi, 1994 [1917], Qui sait la vérité ?, Paris, LGF.

Prigogine Ilya et Stengers Isabelle, 1986, La nouvelle alliance, Paris, Gallimard.

Rostaing Corinne, 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Comme l’affirme Ian Hacking, cette référence au « constructivisme » permet à certains de se « sentir en sécurité » (2001, p. 9).

2 À cet égard, nous pensons utile de devoir distinguer un « “moi je” méthodologique » d’un « je méthodologique », pour mieux repérer la tendance hyperbolique observable dans une sorte de « réflexivité narcissique » du chercheur. Dans la même veine, il serait aussi important de différencier le « je méthodologique » du « je épistémologique » pour éviter la confusion entre les énoncés du chercheur saisis dans leur forme grammaticale et ses énonciations comme positionnements à l’égard de son objet.

3 Pour une intégration, discutée, de la subjectivité du chercheur dans les dispositifs de recherche, voir Lhuilier et Clot (2006).

4 Position que Jeanne Favret-Saada nommait « atopie du sujet théoricien » (1985), dénonçant ainsi, non sans évoquer la place de la transcendance divine, le chercheur parlant de partout et de nulle part. L’ouvrage déploie une critique magistrale et radicale des prétentions à l’objectivité et à la neutralité.

5 Par opposition au « réel interne », qui renvoie à la scène intrapsychique.

6 Adoptant un point de vue autobiographique, en annexe de son ouvrage, Philippe Combessie raconte comment il en est venu à s’intéresser aux prisons (1996).

7 Dans une série d’encarts mis en regard du texte scientifique, Anne-Marie Marchetti témoigne de sa subjectivité dans un style ethnographique (2001).

8 Pour une reconfiguration des rapports entre observateur et observé et une mise en évidence de leurs interférences réciproques menant in fine à leur impossible stabilisation, voir Georges Devereux (1980).

9 Pour une présentation circonstanciée, nous renvoyons à la densité du texte de l’auteur.

10 Un autre problème peut apparaître dans la tendance actuelle à faire des acteurs les « experts » de leur propre savoir. Dans une discussion très intéressante, reconnaissant l’asymétrie entre sens savant et sens commun, Bernard Lahire (2007) questionne de manière critique ce mouvement de balancier aboutissant au renversement de l’administration de la preuve empirique chez les « acteurs ».

11 Notre ébauche tend certainement à radicaliser le propos pour poser les fonts baptismaux d’un essai sur l’épistémologie contemporaine des sciences humaines cliniques qui devra bien entendu trouver davantage de nuances. Le lecteur pourra estimer, dans certains de nos travaux, comment nous nous sommes proposé d’affronter nous-même ces épineuses questions et en quoi nous avons essayé de contourner les dangers qu’elles charrient. Voir Adam (2007) ; Adam, Defraene, Jaspart et Van Praet (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Adam, « L’asocialité des sciences sociales expertes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://traces.revues.org/4389 ; DOI : 10.4000/traces.4389

Haut de page

Auteur

Christophe Adam

Maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles, chargé de cours invité à l'Université Catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page