Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

Les institutions sont-elles dans la tête ? Entretien avec John Searle

Éric Monnet et Pierre Navarro
Traduction de Camille Debras et Pierre Navarro
p. 243-258

Texte intégral

  • 1  L’auteur a répondu aux questions de la revue par écrit. Nous tenons à remercier Élisabeth Pacherie (...)

1Professeur de philosophie à Berkeley, John Searle publie en 1995 La construction de la réalité sociale, ouvrage dans lequel il expose sa théorie des faits institutionnels dans les limites du « naturalisme biologique » et du réalisme dont il se fait le défenseur1. Le « naturalisme biologique » désigne chez Searle, depuis ses travaux en philosophie de l’esprit (Searle, 1983), le privilège accordé aux explications biologiques dans notre représentation du monde ; le réalisme est l’affirmation selon laquelle le monde existe indépendamment de nos représentations. Si le réalisme sert à affirmer que le monde existe, le naturalisme biologique est quant à lui le meilleur moyen de dire à quoi il ressemble. Projet ontologique qui sert de fondement aux descriptions empiriques des faits sociaux par la mise en évidence de leur architecture logique, La construction de la réalité sociale pose la question de l’émergence des faits institutionnels au sein des faits bruts naturels : comment expliquer qu’il puisse exister, dans un monde de champs de force et de particules physiques, dont certaines s’organisent en êtres vivants, des faits tels que des élections, de l’argent et des matchs de football ?

2La réponse est à chercher du côté du rôle joué par l’esprit. Alors que l’existence et les propriétés des faits bruts sont indépendantes des croyances des observateurs, celles des faits institutionnels en sont dépendantes. L’altitude du Mont Blanc est un fait, que nous le croyions ou non ; en revanche, que ce morceau de papier gris soit un billet de cinq euros n’est un fait que parce que nous croyons qu’il s’agit d’un billet de cinq euros. Remplaçant la distinction entre nature et culture par celle entre les traits du monde qui existent indépendamment de nous et ceux qui dépendent de nos observations, Searle en vient à adopter sur les institutions un point de vue mentaliste et internaliste : le fait institutionnel est ontologiquement subjectif car l’existence des institutions est relative à l’esprit (mentalisme), qui, sans pour autant se réduire à un ensemble d’états cérébraux, n’est causé et réalisé que dans le cerveau de chaque observateur (internalisme). Cependant, que l’existence des institutions soit subjective n’est pas incompatible, nous dit Searle, avec leur objectivité épistémologique : l’étude des faits institutionnels ne dépend pas de points de vue isolés et de sentiments subjectifs, mais peut prendre en sciences sociales la forme de jugements objectifs.

3Bien que cet internalisme le rapproche de l’individualisme méthodologique, Searle ne soutient pas que l’on pourrait rendre compte des institutions en s’en tenant au seul jeu des intentions individuelles ; c’est pourquoi il introduit, dans la lignée de ses travaux en philosophie de l’esprit, la notion d’« intentionnalité collective ». L’intentionnalité est la capacité que possèdent nos états mentaux de se rapporter à des états du monde, sous forme de représentations mentales : nos croyances, nos désirs, nos perceptions et nos actions sont en ce sens des états intentionnels. Ces états mentaux peuvent cependant prendre la forme d’un « nous » collectif (we-intention) plutôt que d’un « je » individuel (I-intention) : c’est ce que Searle appelle l’« intentionnalité collective ». Deux individus répétant le même morceau dans des chambres séparées, chacun avec l’intention individuelle « je joue ma partition », peuvent fort bien jouer de concert sans s’en apercevoir, ils n’en formeront pas pour autant un orchestre, faute d’une intention collective primitive du type « nous jouons ce morceau ». Irréductible à un jeu de croyances mutuelles nourries entre les individus ou à un Esprit collectif supra-individuel, l’intentionnalité collective dénote une capacité biologique primitive de coopération commune aux humains et aux animaux, qui sert de critère d’identification des comportements collectifs.

4S’il y a des faits sociaux dans les sociétés humaines et animales, seuls les faits institutionnels sont humains. Parce que les êtres humains ont une capacité de symbolisation liée à leur langage, ils peuvent charger d’un contenu signifiant des faits qui en sont initialement dépourvus. Dans le cas des faits institutionnels, cette capacité rend possible l’assignation collective d’un nouveau statut sémantique à un fait brut, qui acquiert par là même une nouvelle fonction à laquelle s’associent un faisceau d’activités et un système déontique composé de droits, d’obligations, d’autorisations, etc. Par exemple, ce morceau de papier gris ne fonctionne pas comme billet de cinq euros en vertu de sa composition physique, mais en vertu de l’accord collectif des membres d’une communauté pour lui faire jouer le rôle de billet de cinq euros, statut qui rend possible à son tour les activités d’échange inscrites dans un système de droits (acheter des choses avec de l’argent) et d’obligations (payer des impôts).

5Cette capacité d’assignation collective de fonctions-statuts à des faits bruts peut se codifier sous la forme logique de la règle « X compte comme Y dans le contexte C » : une feuille de papier (fait brut X) compte comme billet de banque (fait institutionnel Y) dans le contexte des échanges économiques internationaux (C). Parce qu’elle est créatrice de comportements, cette règle est dite « constitutive », et non simplement « régulatrice », ou « normative » à l’égard de comportements préexistants. Alors que le code de la route est un ensemble de règles normatives (rouler à droite, s’arrêter au feu rouge, etc.) qui organisent une circulation automobile préexistante, le jeu d’échecs n’existe que par les règles qui en sont constitutives : si l’on ne suit pas la règle de déplacement du fou en diagonale, alors on ne joue pas aux échecs. Cette distinction entre règles constitutives et régulatrices, initialement formulée par Searle à la fin des années soixante dans le cadre de sa théorie des actes de langage, permet de caractériser les faits institutionnels comme des ensembles de règles constitutives reconnues collectivement et générant un système déontique fournissant aux agents des raisons d’agir indépendantes de leurs désirs.

6Comment ces règles constitutives agissent-elles sur notre comportement ? Quand la boulangère me rend de la monnaie, je ne me représente pas les règles de l’économie monétaire, constitutives de la transaction, sur lesquelles nous nous accordons pourtant tous les deux. Lorsqu’un individu agit conformément aux règles constitutives, il ne suit pas, consciemment ou inconsciemment, ces règles. Il faudrait plutôt dire, soutient Searle, que l’individu a acquis des dispositions ou des compétences pour répondre de manière appropriée à l’institution, ce qui est approprié étant déterminé par la structure des règles constitutives du fait institutionnel. Searle regroupe sous la notion d’Arrière-plan (Background) ces habitudes et dispositions qui nous rendent sensibles, sur le mode du « savoir-comment » plutôt que du « savoir-que », aux règles constitutives, et qui confèrent au monde institutionnel son intelligibilité et sa familiarité. L’Arrière-plan joue un rôle important dans l’explication de l’émergence et du maintien des faits institutionnels : bien que l’imposition de fonction résulte d’un accord collectif, cet accord ne prend pas systématiquement la forme d’un fait inaugural, mais résulte d’une imposition silencieuse au cours d’usages et de pratiques. Rappelant à certains égards le concept d’habitus chez Bourdieu, l’Arrière-plan s’en distingue cependant dans le cadre mentaliste et internaliste défini par Searle : ces dispositions comportementales ne sont pas seulement immanentes à la pratique, mais sont réalisées dans notre cerveau, sous la forme de capacités neurophysiologiques. Mécanisme d’adaptation entre l’individu et les institutions, l’ensemble des capacités mentales non représentationnelles d’Arrière-plan assurent le passage de l’intentionnel à l’institutionnel par la reconduction tacite, au cours de pratiques, de l’accord collectif qui sous-tend la réalité institutionnelle.

7Dans l’entretien qui suit, Searle répond à certains problèmes soulevés par chacune des étapes de sa construction théorique (intentionnalité collective, assignation de fonction, règles constitutives, Arrière-plan). C’est pour lui l’occasion de revenir sur des aspects de son système théorique, mais aussi d’introduire de nouveaux éléments de réflexion qui indiquent un ancrage linguistique de sa théorie mentaliste des institutions.
Pierre Navarro

Le changement institutionnel et la possibilité de la critique

8Tracés : La notion de changement institutionnel pose souvent d’épineux problèmes théoriques. Comment votre théorie en rend-elle compte ? Pour emprunter le vocabulaire de la structure logique des institutions, comment s’opère le passage de « X compte comme Y dans le contexte C » à « X compte comme Y’ dans le contexte C » (changement des règles d’un jeu par exemple) ou à « X’ compte comme Y dans le contexte C » (comme lorsque le mariage homosexuel est autorisé au même titre que le mariage hétérosexuel traditionnel), même si la différence entre X et X’ et Y et Y’ est infime ?

9John Searle : Je n’ai pas de théorie pour expliquer les causes du changement institutionnel. Je doute qu’une telle théorie puisse exister, car ces causes sont de natures trop diverses. Elles sont aussi variées que les forces à l’œuvre dans la société en général. Il me semble cependant possible de discuter la structure logique des différents types de changement institutionnel, et je crois qu’on peut en distinguer trois grandes classes. Tout d’abord, le changement dans une institution préexistante peut se fonder sur l’introduction de nouvelles règles et l’élimination ou le changement d’anciennes règles. Lorsque l’on autorise le mariage homosexuel, l’institution du mariage reste la même, mais ce sont ses règles qui changent. Il serait intéressant de voir jusqu’à quel point on tolérera le changement dans cette institution. On peut dire grosso modo qu’aujourd’hui, l’opinion libérale légitime parfaitement le mariage homosexuel entre deux adultes consentants. Mais qu’en serait-il des mariages polygames entre adultes consentants ? Si deux hommes peuvent consentir à s’unir, pourquoi un homme et cinq femmes, ou une femme et cinq hommes, ne le pourraient-ils pas ? Les combinaisons possibles sont sans limites, et il est difficile de dire exactement pourquoi elles sont illégales à notre époque.

10Un cas évident de création institutionnelle est la construction de toutes pièces d’une institution, de manière consciente et délibérée, comme par exemple la création des États-Unis grâce à l’adoption d’une constitution encore inchangée aujourd’hui. Il y a aussi des cas où les institutions sont abolies ou disparaissent, comme l’abolition de l’esclavage aux États-Unis, ou la destruction du Troisième Reich par les Alliés en mai 1945.

11Un cas fascinant est celui des institutions qui naissent de manière progressive et informelle, parfois pour disparaître tout aussi graduellement. Un bon exemple en serait peut-être l’institution du « rendez-vous amoureux » (date) parmi les jeunes Américains. Il y a cinquante ans, le « rendez-vous amoureux » (date) constituait une institution assez puissante parmi les adolescents et post-adolescents, soumis à une pression sociale considérable pour se fréquenter ainsi au lycée et à l’université. Je ne saurais dire d’où cette institution provient, mais il s’agit clairement d’un phénomène historique. Ni universel, ni inévitable, ni éternel, il semble à présent tombé en désuétude, pour être peut-être remplacé, au moment où nous parlons, par le fait de « sortir avec quelqu’un ».

12Les cas les plus fascinants sont à mon sens ceux où le déclin d’une institution mène à sa destruction. L’exemple le plus spectaculaire dont j’ai été le témoin est la chute de l’Union soviétique en 1989 et dans les années qui suivirent. La forme logique de cette chute correspond au moment où le système des fonctions-statuts a cessé d’être reconnu. La perte de confiance a d’abord touché les élites, pour ensuite se propager à travers la société, et si nous ne connaissons pas tous les détails de l’histoire, je crois que ce sont les efforts de Gorbatchev pour réformer la société qui ont finalement mené à sa perte. Cela mériterait une recherche historique approfondie, mais pour autant que je sache, Gorbatchev croyait qu’il pouvait sauver la société soviétique en la réformant. Les tentatives de réforme ont tellement sapé le système soviétique, aux yeux des élites comme à ceux du peuple, que le système entier s’est effondré.

13Tracés : Une de vos affirmations cruciales consiste à dire que « les structures institutionnelles créent des raisons d’agir indépendantes du désir » (Searle, 2005, p. 11). Cela veut-t-il dire que les comportements de résistance à une institution ou les critiques à son égard trouvent leur origine dans les émotions et les désirs, ou dans une institution distincte de celle qui est critiquée ? En d’autres termes, l’individu peut-il trouver en lui-même des raisons de critiquer une institution ?

14J. Searle : Mon analyse des structures institutionnelles en rend compte sans juger de la valeur ou de la justice des diverses institutions. Il existe une structure institutionnelle du Parti nazi autant que de la Croix-Rouge, que je définis dans La construction de la réalité sociale par « X compte comme Y dans le contexte C ». J’avais pour objectif de décrire la structure, pas d’en disqualifier les critiques. En revanche, je crois que bien comprendre la structure nous rend mieux à même de juger si elle est elle-même juste ou injuste, si son action bénéficie aux participants de l’institution, ou se fait à leur détriment. Ce qui importe au sujet des faits institutionnels et de la rationalité, c’est qu’accepter la validité d’un fait institutionnel – comme par exemple dans le cas où l’on reconnaît devoir de l’argent à quelqu’un ou avoir des obligations de citoyen – fournit des raisons d’agir indépendantes des désirs et des inclinations. Autant que je sache, cette capacité est l’apanage du genre humain. Tous les animaux conscients peuvent agir selon leurs inclinations, cependant les humains ont cette capacité remarquable de créer des raisons d’agir indépendantes de leurs inclinations. Des inclinations peuvent certes résulter de ces raisons, mais ces raisons ne sont pas elles-mêmes fondées sur des inclinations. Je considère cela comme le ciment qui fait tenir ensemble les sociétés humaines. C’est la capacité langagière et, partant, la capacité à créer des faits institutionnels, qui nous permet de créer des structures telles que les gouvernements, les relations économiques, le mariage, la propriété privée, dont nous pouvons attendre une certaine stabilité opératoire, parce que les participants d’une même institution reconnaissent qu’ils ont des raisons d’agir indépendantes de leurs inclinations immédiates.

La réalité institutionnelle dépend de l’observateur

15Tracés : Vous établissez deux distinctions afin de caractériser la réalité institutionnelle : d’une part, la distinction entre ce qui est dépendant de l’observateur et ce qui est indépendant de l’observateur ; d’autre part, la distinction entre l’ontologie subjective et l’ontologie objective. Ainsi, la réalité institutionnelle est ontologiquement subjective, et dépend de l’observateur. Ces deux distinctions sont-elles identiques, ou se recoupent-elles ? Par exemple, peut-il y avoir des institutions qui soient dépendantes des observateurs tout en étant ontologiquement objectives ?

16J. Searle : Pour répondre à cette question, il me faut clarifier une autre des distinctions, celle qui oppose l’objectivité épistémique à la subjectivité épistémique.

17La distinction entre objectivité et subjectivité jouit d’une portée très large dans notre culture intellectuelle ; cependant, elle s’accompagne d’une ambiguïté systématique opposant le sens ontologique au sens épistémique de ces termes. Au sens ontologique, une entité est ontologiquement subjective si son existence même dépend de l’expérience qu’en fait un sujet humain ou animal. Dans le cas contraire, elle est ontologiquement objective. Les douleurs, les chatouilles et les démangeaisons sont des exemples d’ontologie subjective, tandis que les montagnes, les molécules et les plaques tectoniques relèvent de l’ontologie objective. La subjectivité et l’objectivité ontologiques sont des caractéristiques des entités réelles du monde, et concernent le mode d’existence de ces entités. En revanche, la subjectivité et l’objectivité épistémiques n’ont rien à voir avec l’ontologie, ce sont des genres de déclaration que nous avançons. Ainsi, déclarer que Venise possède moins d’habitants que Paris est épistémiquement objectif, parce que sa vérité de fait peut être établie indépendamment des valeurs et des habitudes de quiconque. Déclarer que Venise est plus belle que Paris dépend d’une opinion subjective. On peut ne pas être d’accord, cela ne peut s’établir comme « fait objectif ».

18La distinction entre les phénomènes indépendants de l’observateur ou relatifs à lui oppose les aspects du monde qui dépendent de nos croyances et de nos attitudes à ceux qui existent indépendamment de notre intentionnalité. Les montagnes, les molécules et les plaques tectoniques existent quoi qu’on pense d’elles, et sont donc indépendantes de tout observateur. Mais l’argent, la propriété privée, les parlements, les vacances d’été et les soirées cocktail existent seulement grâce aux comportements des gens. Il ne s’agit d’argent ou de soirée cocktail que si les gens pensent que c’est le cas ; ces phénomènes dépendent de l’observateur.

19À présent, à l’appui de ces distinctions, voici la réponse à votre question : tout ce qui dépend de l’observateur contiendra nécessairement un élément de subjectivité ontologique, parce que son existence dépend de l’attitude ou de l’intentionnalité des observateurs, participants, agents, etc., du phénomène en question. C’est un point crucial pour les sciences sociales : la relativité par rapport à l’observateur, en d’autres termes la subjectivité ontologique des phénomènes, n’empêche pas leur étude en termes d’ontologie épistémique. Ainsi, par exemple, l’existence de l’argent est relative à l’observateur, conférant à l’argent une dimension de subjectivité ontologique, ce qui n’interdit pas pour autant à l’économie d’être une science objective ; elle le peut. Pour répondre à votre question en particulier – peut-il y avoir une institution dépendante de l’observateur tout en étant ontologiquement objective ? – la réponse est non, parce que la dépendance ontologique à l’observateur implique un élément de subjectivité dans l’ontologie, et par conséquent, elle est ontologiquement subjective.

20Tracés : Vous caractérisez la capacité biologique strictement humaine d’assignation de fonction-statut, à l’origine de la réalité institutionnelle, comme étant dépendante de l’observateur. Que pensez-vous des approches plus pragmatistes qui font de l’assignation de fonction une capacité non pas dépendante de l’observateur, mais dépendante de l’agent ?

21J. Searle : Ce n’est pas la capacité biologique à créer des fonctions-statuts qui dépend de l’observateur, mais plutôt les fonctions-statuts créées par des capacités tant biologiques que culturelles qui sont dépendantes de l’observateur. Notre capacité biologique de créer des réalités sociales est elle-même indépendante de l’observation ; pourtant, une grande partie de la réalité sociale que nous créons, celle de l’argent, des matchs de football et des États-nations, dépend de l’observation.

22L’expression « relatif à l’observateur » en a induit plus d’un en erreur, en particulier dans le cadre des sciences sociales, parmi ceux qui croient qu’elle implique un observateur anthropologique extérieur et détaché. Au contraire, quand j’utilise l’expression « relatif à l’observateur », je ne fais référence non pas à un observateur proprement extérieur, mais bien plutôt à toute forme de relativité intentionnelle. Ainsi, « relatif à l’agent » aurait été un terme plus juste que « relatif à l’observateur ». Mais je suis réticent à utiliser cette terminologie, car je veux souligner qu’il existe des phénomènes dont l’existence dépend d’une certaine intentionnalité, qui n’est pourtant pas nécessairement celle d’un agent actif. Par exemple, selon certains, une chose n’est une « œuvre d’art » que relativement à l’attitude d’une personne ou d’un groupe qui la considèrent et la traitent comme une œuvre d’art. L’important ici, c’est que les personnes dont l’intentionnalité est en jeu n’ont pas besoin d’être elles-mêmes des artistes. Il leur suffit d’être des observateurs d’art, pas forcément des agents eux-mêmes actifs dans le domaine de l’art.

23Je crois que toutes ces questions sont purement terminologiques, et je ne pense pas qu’elles impliquent des problèmes substantiels quelconques. Mais j’approuve la suggestion implicite dans votre question, selon laquelle le mot « observateur » devient trompeur s’il est compris comme désignant un observateur extérieur et détaché plutôt qu’un participant actif de l’institution. Il doit y avoir dans toute institution des agents actifs pour qu’elle continue à exister en tant que telle.

Intentionnalité collective et coopération

24Tracés : Vous faites de la coopération une dimension essentielle de l’intentionnalité collective, commune aux animaux et aux humains : il y a des faits sociaux chez les animaux et les humains car ceux-ci ont en commun une intentionnalité collective primitive. Ce qui distingue la réalité sociale humaine de la réalité sociale animale est l’émergence d’une réalité institutionnelle chez les êtres humains. Certaines approches empiriques ont cependant souligné l’importance de la capacité cognitive de coopération afin de distinguer l’action collective humaine de l’action collective animale. Par exemple, Moll et Tomasello, dans l’article « Cooperation and human cognition : the Vygotskian intelligence hypothesis » (2007), ont montré que l’action conjointe (joint action) des chimpanzés ne résulte pas d’une intention collective partagée mais d’une coordination sociale, alors que l’action conjointe des enfants humains résulte d’une coopération. Pensez-vous que l’on puisse établir des degrés de coopération au sein de l’intentionnalité collective ?

  • 2  Michael Tomasello étudie de manière comparative et empirique les capacités cognitives des enfants (...)

25J. Searle : La question de savoir à quels niveaux de l’échelle phylogénétique s’applique ma notion d’intentionnalité collective est d’ordre factuel et empirique. Elle s’applique clairement aux humains, et j’ai toujours présumé qu’elle convenait à toutes sortes d’autres animaux qu’on appelle « sociaux ». Je suis cependant impressionné par le travail de Tomasello et ses collègues, selon qui il n’est pas nécessaire de faire l’hypothèse d’une intentionnalité collective entre des organismes pour expliquer certains cas de coopération. À l’opposé, Frans de Waal propose des arguments forts pour défendre la banalité de l’intentionnalité collective parmi les animaux2. Cette question appartient au domaine scientifique, et je ne crois pas que l’analyse philosophique puisse y répondre ; cependant, pour répondre à votre question précise, il me semble que les résultats d’études empiriques peuvent mettre en évidence différents degrés de coopération entre les animaux.

  • 3  Dawkins établit, dans Le gène égoïste (1976), une analogie entre la culture et l’évolution génétiq (...)

26Tracés : Dans The Campus War, l’une des causes que vous évoquez afin d’expliquer la propagation de la révolte étudiante est l’imitation du comportement. Dans La construction de la réalité sociale, vous ne mentionnez plus l’imitation du comportement comme cause du maintien du fait institutionnel. Comment vous situez-vous par rapport aux théories de la transmission mimétique des institutions, que l’on trouve par exemple chez Dawkins3 (1976) ?

27J. Searle : Je pense que l’imitation est un facteur important de la diffusion des phénomènes sociaux, et donc institutionnels. Par exemple, l’université est une invention européenne qui est devenue une chose commune aujourd’hui dans le monde entier, et de nombreux pays imitent de plein gré la structure institutionnelle de l’université à l’occidentale, et en particulier à l’américaine. Je me suis peu étendu sur le sujet de l’imitation dans La construction de la réalité sociale parce qu’elle n’y tenait pas une place centrale : je ne cherchais pas à montrer comment naissent de nouvelles institutions par imitation des anciennes, mais plutôt à déterminer l’ontologie de la création et du maintien de ces institutions.

28Le concept de « mème » proposé par Dawkins ne me semble d’aucune utilité ; s’il est supposé se fonder sur une analogie avec le gène, comme c’est apparemment le cas, je le trouve même trompeur, et cela, comme vous le savez, à cause de l’existence de l’Arrière-plan. Si l’on doit comprendre les concepts de « Dieu » et de « liberté » comme des « mèmes », leur transmission est sérieusement compromise parce que relativement à différents Arrière-plans, ils présentent des applications tout à fait distinctes. Dans une certaine acception du mot « sens », ils revêtent différents sens. Toute notion d’imitation ou de transmission devra donc spécifier le rôle du contenu intentionnel ainsi que celui de l’Arrière-plan.

29Lorsque l’on parle d’imitation, il est également crucial de définir précisément le contenu intentionnel auquel nous nous référons par « imitation ». Voici un exemple : il y a cinquante ans, très peu d’Européens portaient des jeans, généralement réservés aux ouvriers américains qui les portaient au travail. De nos jours, le jean a colonisé le reste du monde depuis les États-Unis, tout en devenant le parangon du vêtement décontracté. Mais il y a une différence dans l’intentionnalité du port du jean, que ce soit pour imiter les Américains qui le portent, ou parce que c’est un vêtement pratique, certes découvert en observant les Américains puisque ce sont eux qui le portaient. Dans le premier cas, il s’agit d’imitation authentique, où l’on souhaite ressembler à quelqu’un d’autre, tandis que dans le second, il s’agit simplement d’adopter ou d’emprunter un style vestimentaire utile. En revanche, le cas de ceux qui portent des vêtements uniquement selon la mode dictée à Paris ou Milan relève de l’imitation authentique, puisque l’imitation vestimentaire a pour but de ressembler à ceux qu’on imite.

Les règles constitutives et l’Arrière-plan (Background)

30Tracés : Vous invoquez souvent, afin de distinguer les règles régulatrices des règles constitutives à l’origine de la réalité institutionnelle, l’exemple du code de la route et du jeu d’échecs : le code de la route est uniquement composé de règles régulatrices qui fonctionnent comme des contraintes (rouler à droite), alors que le jeu d’échecs est constitué de règles constitutives parce qu’il rend possible certains comportements. Or le code de la route rend aussi possible certains comportements : je peux rouler à droite au bord de la ligne blanche médiane, ou au bord du trottoir de droite. De même, on peut également soutenir que les règles du fait institutionnel sont régulatrices, car normatives et contraignantes. Pensez-vous que l’on puisse établir une différence de degré, et non de nature, entre règles régulatrices et règles constitutives ?

31J. Searle : Il est juste de dire qu’en général, les règles servent à réguler : cela participe de la définition traditionnelle d’une règle. Mais les règles constitutives sont un peu différentes dans la mesure où elles ont pour caractéristique de constituer l’activité même qu’elles régulent. Je pense qu’il y a ici une différence de principe fondamentale, car la règle constitutive régule un type de comportement qui n’existerait pas sans elle. Il est ainsi possible de rouler indifféremment à gauche ou à droite sans aucune règle, mais pas de voter à une élection ou de jouer aux échecs sans système de règles constitutives. Je pense donc qu’il existe une différence de principe fondamentale entre le concept de règle régulatrice et celui de règle constitutive.

32Cela dit, il me faut ajouter que parfois, les règles constitutives évoluent à partir de formes de comportement régulé. Je pense qu’il est naturel de penser des institutions, telles que par exemple la propriété privée ou le mariage, comme des évolutions de formes de socialisation humaine plus primitives. Lorsqu’un bien est sous mon contrôle, j’ai le pouvoir de réguler les comportements des autres en les tenant à l’écart. Une telle pratique peut très bien se transformer progressivement en institution de la propriété privée, où il existe des règles constitutives selon lesquelles tel et tel biens appartiennent à présent à telle et telle personnes exerçant des droits et des devoirs sur eux.

33Dans des institutions établies telles que le mariage ou la propriété privée, ou des jeux établis tels que le baseball ou les échecs, les règles constitutives ont la spécificité de s’organiser en systèmes. Il s’agira alors de respecter un sous-ensemble suffisant de règles constitutives pour pouvoir prendre part à l’activité en question.

34Tracés : Dans La construction de la réalité sociale, le concept d’Arrière-plan joue un rôle essentiel dans la formation de la réalité institutionnelle : les capacités non intentionnelles de l’Arrière-plan nous rendent sensibles aux règles constitutives qui caractérisent les faits institutionnels. C’est donc grâce à l’Arrière-plan que les règles constitutives ont une efficience causale dans notre comportement. Or, dix ans plus tard, dans votre article « What is an Institution ? » (2005), vous laissez de côté le concept d’Arrière-plan dans votre définition du fait institutionnel. Pourquoi laissez-vous de côté ce concept ? Comment les règles constitutives peuvent-elles continuer à jouer un rôle causal à l’égard de notre comportement ?

35J. Searle : Le concept d’Arrière-plan joue le même rôle dans mon analyse actuelle que dans mes travaux plus anciens. S’il n’est pas mentionné dans mon article « What is an Institution ? », c’est parce que je n’avais pas pour objectif de couvrir tous les aspects des réalités et des comportements institutionnels. Je n’avais plus rien de neuf à dire sur le rôle de l’Arrière-plan, qui n’a cependant rien perdu de son importance dans mes analyses. Ma présentation des concepts d’institution et de faits institutionnels repose sur le fait essentiel qu’ils ne fonctionnent que relativement à un ensemble de capacités d’Arrière-plan et de pratiques. Toute ma conception de l’intentionnalité repose sur l’Arrière-plan, qui permet le fonctionnement de nos états intentionnels. Ma vision actuelle du rôle de l’Arrière-plan n’a donc pas changé depuis ses premières formulations. Cette analyse me laisse pourtant insatisfait car j’ai le sentiment que le fond du problème n’a pas encore été atteint. Mais le fait que je n’aie pas explicitement discuté son statut dans mes travaux les plus récents n’ébranle aucunement la centralité que je lui attribue. Ma conception de l’Arrière-plan et de son rôle dans l’explication des phénomènes intentionnels et sociaux est la même aujourd’hui que dans mon livre de 1995, La construction de la réalité sociale.

36Même dans les cas où elles ont été pour ainsi dire absorbées par l’Arrière-plan, les règles constitutives jouent, relativement à nos comportements, un rôle causal qui s’explique comme suit. Lorsque par exemple vous êtes un joueur de baseball adroit et rompu aux règles, vous ne pensez justement jamais consciemment à ces dernières. Votre comportement est causé par un ensemble de dispositions d’Arrière-plan, qui lui confèrent une certaine structure. Si vous réussissez à frapper la balle, vous vous mettez à courir vers la première base, pas vers le centre du terrain ou en direction des douches. Vous n’avez pas besoin de vous dire : « les règles requièrent que je coure vers la première base » – ce n’est qu’une question d’habitude pour les joueurs expérimentés. C’est plus ou moins de l’ordre du réflexe. Et pourtant, le point crucial est là : même si la causation provient de l’Arrière-plan sans se constituer en contenus représentationnels, nos habitudes d’Arrière-plan sont telles qu’elles sont parce que les règles sont ce qu’elles sont. Dans ces cas, l’Arrière-plan est sensible aux règles, sans que les règles ne jouent un rôle causal dans nos comportements, sous la forme de contenus intentionnels conscients. Les capacités d’Arrière-plan jouent donc un rôle essentiel dans les comportements expérimentés, même si ces comportements n’exigent normalement pas la manifestation consciente de ces règles à l’esprit.

37Ces remarques s’appliquent d’ailleurs tout autant aux règles régulatrices. En France, je conduis sur le côté droit de la route, non pas parce que je m’ordonne consciemment : « Conduis du côté droit de la route », mais plutôt parce que j’ai acquis des compétences de conducteur, et pour moi qui suis Américain, rouler du côté droit de la route relève du réflexe. En revanche, la situation était différente quand je vivais en Angleterre. Une fois encore, l’Arrière-plan est sensible aux règles.

38Tracés : Vous écrivez que la réalité institutionnelle ne doit pas être représentée comme un monde d’objets physiques, mais comme un jeu réglé de promesses, de devoirs, d’obligations, de droits, etc. Ainsi, une promesse que j’ai faite continue d’exister, même pendant que je dors. Quel est le mode d’existence ontologique d’une telle réalité ? En quoi se distingue-t-elle par exemple de la croyance, pendant que je dors, que ma mère s’appelle Monique ?

39J. Searle : Supposons que par une étrange coïncidence, tous les humains s’endorment simultanément l’espace de cinq minutes. Pendant leur sommeil, tous les faits institutionnels – l’argent, les gouvernements, la propriété, etc. – resteraient intacts : aucun fait institutionnel n’aurait été affecté. Quel serait alors le mode d’être des faits institutionnels pendant leur sommeil ? Tout laisse à penser qu’ils sont de nature dispositionnelle. Lorsqu’un bien m’appartient, et que tout le monde reconnaît que j’en suis le propriétaire, il ne m’appartient que dans la mesure où cette propriété repose sur un ensemble de représentations reconnues qui en sont constitutives. Mais quand nous dormons tous, l’ontologie de ces représentations relève des savoirs dispositionnels inscrits dans mon cerveau – ainsi, votre comparaison avec la connaissance que j’ai du prénom de ma mère pendant que je dors me semble tout à fait juste. Il existe, bien sûr, tout un tas de représentations écrites, factures, actes, ou autres, que nous soyons éveillés ou non. Mais ceux-ci n’existent que dans la mesure où nous jouissons d’une capacité dispositionnelle à lire, comprendre et interpréter les textes. Le mode d’existence de l’ontologie subjective lorsque nous dormons est donc d’ordre dispositionnel : il repose sur des états cérébraux dispositionnels capables de produire la forme consciente de cette ontologie subjective.

Études empiriques et évolution du cadre théorique

40Tracés : Depuis la parution de La construction de la réalité sociale, certaines écoles de pensée ou disciplines en sciences sociales se sont approprié votre théorie. Selon vous, qu’est-ce que les sciences sociales empiriques telles que la sociologie ou l’anthropologie ont à apprendre de votre théorie ? Qu’est-ce que votre modèle théorique des institutions apporte aux disciplines fondées sur des modèles formels, comme la linguistique ou l’économie (en particulier concernant la théorie des jeux) ?

41J. Searle : Si mon modèle de l’ontologie sociale est juste, je suppose qu’il devrait être utile aux sciences sociales, puisque d’une certaine manière je m’attache à expliquer leurs fondements. On n’a pas forcément besoin de connaître les fondements théoriques d’un sujet pour produire des études empiriques d’excellente facture, mais cela peut parfois aider.

  • 4  N.d.l.r. Pour une discussion de la théorie des jeux comme outil d’analyse des institutions, voir l (...)

42À propos de la théorie des jeux4, les modèles que j’ai pu rencontrer jusqu’ici m’ont paru un peu superficiels dans la mesure où ils prennent l’existence de l’institution pour acquise, et se contentent d'évaluer à qui profite la situation lorsque l’institution évolue comme elle le fait. Selon moi, cela ne permet pas de résoudre le problème majeur, et présuppose plutôt que la solution est déjà toute trouvée.

43Tracés : Votre article « What is an institution ? » semblait ouvrir la voie d’un nouveau programme de recherche introduisant de nouveaux concepts pour analyser les faits institutionnels. Quelle direction votre travail a-t-il pris, ces trois dernières années ? Êtes-vous parvenu à de nouvelles conclusions au sujet des problèmes posés dans La construction de la réalité sociale ?

44J. Searle : Mon travail au cours des dernières années me semble avoir pris un tournant théorique absolument crucial. Je suis aujourd’hui en mesure de formuler ma théorie de manière à la fois plus simple et plus poussée que dans La construction de la réalité sociale, et je crois pouvoir montrer que ce livre constitue à présent un cas particulier d’une théorie plus générale. Je n’ai pas la place d’en rendre compte en détail dans cet entretien, mais l’idée fondamentale est la suivante : la réalité institutionnelle dans son ensemble est créée par un certain type d’acte de langage, de représentation linguistique, qui permet aussi de pérenniser son existence. Lorsque, en 1974, j’ai introduit la taxinomie des actes de langage, un des types d’actes de langage les plus intéressants était ce que j’appelle la « Déclaration ». Les Déclarations nous permettent de faire exister quelque chose en représentant le fait qu’il existe. Ajourner une réunion ou déclarer la guerre à un pays en sont des exemples. Les cas d’énoncés performatifs mis à jour par Austin (1962) constituent des exemples de Déclarations, mais n’en sont en aucun cas les seuls. Voici donc ma nouvelle idée : l’ensemble de la réalité institutionnelle repose sur un type de Déclaration qui crée des fonctions-statuts ; je les appelle donc les « Déclarations de fonction-statut ». La réalité institutionnelle est maintenue dans le temps grâce à des représentations qui ont la même forme logique que les Déclarations de fonction-statut, même si ni leur création, ni leur pérennisation ne nécessitent la forme syntactique explicite d’un acte de parole déclaratif. C’est simplement en représentant leur existence que l’on fait exister des fonctions-statuts. C’est ainsi que fonctionnent la création et le maintien de l’ensemble de la réalité institutionnelle et, partant, de la civilisation humaine. Si ma théorie est vraie, la règle de la forme « X compte comme Y dans le contexte C » est en fait une Déclaration établie. C’est-à-dire que la règle de la forme « X compte comme Y dans C » rend possible l’existence d’une chose dans un futur indéterminé parce qu’elle est représentée comme existante.

45Je viens de terminer le premier jet de mon prochain livre à ce sujet, et il devrait paraître bientôt. Il sera publié par Oxford University Press. Quoi qu’il en soit, c’est l’idée qui sera au cœur de ce nouveau livre.

Haut de page

Bibliographie

Austin John L., 1962, How to Do Things with Words, Cambridge, Harvard University Press (Quand dire, c’est faire, trad. G. Lane, Paris, Le Seuil, 1991).

Clément Fabrice et Kaufmann Laurence, 2005, Le monde selon John Searle, Paris, Le Cerf.

Dawkins Richard, 1976, The Selfish Gene, Oxford, Oxford University Press (Le gène égoïste, trad. L. Ovion, Paris, Odile Jacob, 2003).

Koepsell David et Moss Laurence éd., 2003, John Searle’s Ideas about Social Reality. Extensions, Criticisms, and Reconstructions, Oxford, Wiley-Blackwell.

Moll Henrike et Tomasello Michael, 2007, « Cooperation and human cognition : the Vygotskian intelligence hypothesis », Philosophical Transactions of the Royal Society. Biological Sciences, vol. 362, n1480, p. 639-648.

Munck Jean (de), 1998, « L’institution selon John Searle », Institutions et conventions. La réflexivité de l’action économique, R. Salais, É. Chatel et D. Rivaud-Danset éd.,Paris, EHESS, p. 173-198.

Tomasello Michael, 1999, The Cultural Origins of Human Cognition, Cambridge, Harvard University Press (Aux origines de la cognition humaine, trad. Y. Bonin, Paris, Retz, 2004).

Tsohatzidis Savas L. éd., 2007, Intentional Acts and Institutional Facts. Essays on John Searle’s Social Ontology, Dordrecht, Springer.

Searle John, 1969, Speech Acts. An Essay in the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press (Les actes de langage. Essai de philosophie du langage, trad. H. Pauchard, Paris, Hermann, 1972).

— 1971, The Campus War, Harmondsworth, Penguin.

— 1983, Intentionality. An Essay in the Philosophy of Mind, Cambridge, Cambridge University Press (L’intentionnalité. Essai de philosophie des états mentaux, trad. C. Pichevin, Paris, Minuit, 1985).

— 1995, The Construction of Social Reality, New York, Free Press (La construction de la réalité sociale, trad. C. Tiercelin, Paris, Gallimard, 1998).

— 2003, Rationality in action, Cambridge, MIT Press.

— 2005, « What is an institution ? », Journal of Institutional Economics, n1, juin, p. 1-22.

Waal Frans (de), 2005, Our Inner Ape, New York, Riverhead Books (Le singe en nous, trad. M.-F. de Paloméra, Paris, Fayard, 2006).

Haut de page

Notes

1  L’auteur a répondu aux questions de la revue par écrit. Nous tenons à remercier Élisabeth Pacherie pour son aide précieuse dans leur élaboration.

2  Michael Tomasello étudie de manière comparative et empirique les capacités cognitives des enfants et des primates à l’université de Leipzig. À la différence de Searle, Tomasello soutient que le comportement social des primates, contrairement à celui des jeunes enfants, ne relève pas d’une intentionnalité collective partagée (Tomasello, 1999). Frans de Waal, primatologue à l’université Emory d’Atlanta, soutient pour sa part que les capacités d’empathie, de coopération et de réciprocité sont communes aux hommes et aux primates (Waal, 2005).

3  Dawkins établit, dans Le gène égoïste (1976), une analogie entre la culture et l’évolution génétique avec le concept de « mème », qui désigne une unité culturelle (idées, valeurs, chansons, etc.) incitant les individus à parler et agir de telle sorte que d’autres individus enregistrent une version dupliquée de ces unités.

4  N.d.l.r. Pour une discussion de la théorie des jeux comme outil d’analyse des institutions, voir le texte d’Avner Greif dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Monnet et Pierre Navarro, « Les institutions sont-elles dans la tête ? Entretien avec John Searle », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4270 ; DOI : 10.4000/traces.4270

Haut de page

Auteurs

Éric Monnet

Doctorant en économie à PSE (Paris-Jourdan sciences économiques, CNRS, EHESS, ENPC, ENS) et à l’École d’économie de Paris, et AMN à l’EHESS

Articles du même auteur

Pierre Navarro

Doctorant en philosophie à l’Institut Jean Nicod (CNRS, ENS, EHESS) et allocataire-moniteur à l’Université Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page