Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Qu’est-ce que l’analyse institutionnelle ?

Avner Greif
Traduction de Marc Lenormand
p. 181-210

Texte intégral

  • 1  Ce texte est la traduction du début de l’introduction de l’ouvrage d’Avner Greif, Institutions and (...)

1Depuis sa thèse novatrice sur les Maghribis1 – ces commerçants juifs de la Méditerranée musulmane du xie siècle –, les institutions ont toujours constitué le thème central des travaux d’Avner Greif, aujourd’hui professeur d’économie à l’université de Stanford. En 2006, il publie un ouvrage résumant plus de quinze ans de recherches théoriques et empiriques sur ce sujet, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade. Nous publions ici la traduction inédite de l’introduction de ce livre dont la méthode innovante, qui a déjà suscité nombre de commentaires élogieux et de discussions, pose les bases d’une analyse institutionnelle multidisciplinaire.
L’analyse de Greif prend pour point de départ les interactions entre les individus. Il insiste notamment sur les phénomènes de réputation et de coordination, qui permettent de comprendre comment les institutions naissent et évoluent. En raison de cet attachement aux interactions stratégiques, Avner Greif a été l’un des plus importants promoteurs de l’utilisation de la théorie des jeux pour l’étude des institutions en histoire. Toutefois, il n’hésite pas à souligner clairement les limites de l’hypothèse de rationalité des acteurs et de la notion d’équilibre – au fondement de la théorie des jeux – parce qu’elles empêchent, selon lui, de prendre véritablement en compte l’historicité des institutions. Il explique dans ce texte pourquoi « la théorie des jeux ne fournit pas une théorie des institutions » et n’est qu’un outil d’analyse limité.
La méthode historique de Greif est donc fondée sur l’individualisme méthodologique et sur la prise en compte des interactions stratégiques, mais elle insiste sur leur nécessaire recontextualisation, dans la lignée du manifeste théorique qu’il avait publié avec Robert Bates, Margaret Levi, Jean-Laurent Rosenthal et Barry Weingast : Analytic Narratives (1998). Cette approche a fortement renouvelé l’histoire économique outre-Atlantique mais demeure trop peu diffusée en France. Le seul texte d’Avner Greif jusqu’à présent traduit en français a été publié dans un dossier de la revue Annales HSS consacré à la nouvelle « historiographie économique américaine » (1998b).
Dans cet ouvrage, l’auteur défend ainsi une analyse institutionnelle historique et comparatiste, fondée sur des études de cas, aux antipodes d’une méthode déductive qui, elle, proposerait une théorie générale des institutions.
De manière schématique, on peut dire que Institutions and the Path to the Modern Economy se structure autour de trois grands principes. Tout d’abord, il élabore un programme intégrant différentes approches des sciences sociales mais dépassant les apories traditionnelles de ces approches qui ont souvent tendance à se concentrer sur la stabilité des institutions. Il développe ainsi de manière analytique une théorie du changement endogène des institutions et une analyse de la « dépendance temporelle » ( path dependency). Ensuite, Greif étudie les institutions dans leur durée, en se fondant sur des études de cas. Les interactions individuelles sont donc étudiées en contexte. Greif prend en particulier comme terrain d’enquête le commerce dans le monde musulman médiéval, et établit une comparaison détaillée entre l’organisation de Venise et celle de Gênes à la fin du Moyen Âge. Enfin, l’ouvrage entend partir de ces études de cas d’institutions économiques médiévales pour réinterpréter le développement économique européen (l’« ascension de l’Ouest »). L’analyse comparatiste permet en effet de montrer la forte différence existant entre les formes institutionnelles de l’Europe chrétienne (sur le plan des interactions, de la coopération et du gouvernement) et celles du monde musulman. L’auteur reste certes prudent sur les interprétations en termes d’efficacité économique, mais il pose clairement la question de la possibilité de comparer les effets de diverses institutions, rejoignant ainsi un champ de réflexion majeur de l’histoire économique.
Éric Monnet

  • 2  Lanfranco Scriba (1952-1954, n524). Cette croissance économique a notamment été étudiée par Brit (...)

2Le 28 mars 1210, le Génois Rubeus de Campo accepte de payer une dette de 100 marks sterling à Londres, pour le compte de Vivianus Jordanus de Lucques. Cet accord n’a rien d’extraordinaire – de fait, on connaît l’existence de milliers d’accords semblables conclus en Europe à cette époque. Il révèle néanmoins, quoique implicitement, que Rubeus de Campo a vécu à une époque de croissance économique remarquable, aussi bien en termes d’urbanisation, de croissance démographique, d’investissement en capital que de transformation des réseaux commerciaux2.

3Tout d’abord, cet accord reflète le bon fonctionnement des marchés. Les fondations institutionnelles de ces marchés sont suffisamment solides pour que des marchands fassent confiance à des agents pour gérer leurs affaires à l’étranger, même en l’absence de contrats légaux. Les prêts impersonnels entre des négociants établis aux quatre coins de l’Europe sont la norme, et les droits de propriété sont suffisamment garantis pour que les marchands puissent s’aventurer à l’étranger en emportant leur fortune.

4Deuxièmement, il reflète le bon fonctionnement des structures politiques. Les fondations institutionnelles de ces structures dans l’Europe de cette époque permettent la mise en œuvre de politiques génératrices de prospérité économique. Rubeus conclut son accord avec Vivianus Jordanus dans la République de Gênes, établie seulement un siècle plus tôt mais qui a conduit des politiques qui en ont fait un carrefour commercial très dynamique. Pour comprendre pourquoi et comment des marchés et des structures politiques fonctionnant aussi bien sont apparus à divers moments de l’histoire, et ce qui a permis leur pérennité ou conduit à leur déclin, il nous faut étudier leurs fondations institutionnelles.

5Étudier les institutions permet d’élucider pourquoi certains pays sont riches et d’autres pauvres, ou encore pourquoi il existe dans certains un ordre politique qui accroît le bien-être, et pas dans d’autres. Les institutions bénéfiques à la société promeuvent une coopération et un type d’action qui accroissent le bien-être. Elles donnent aux marchés des fondations en assignant, protégeant et modifiant les droits de propriété efficacement ; en garantissant les contrats ; enfin, en incitant à la spécialisation et à l’échange. Les bonnes institutions encouragent également la production en générant de l’épargne, des investissements en capital humain et physique, le développement et l’adoption de connaissances utiles. Elles assurent un taux soutenable de croissance de la population, et sont source d’une paix génératrice de bien-être, d’une mobilisation collective des ressources et de politiques bénéfiques, comme la mise à disposition de biens publics.

6La qualité des fondations institutionnelles de l’économie et des structures politiques conditionne de manière déterminante le bien-être d’une société. C’est vrai, parce que les individus ne savent pas toujours reconnaître ce qui sera bénéfique à la société, pas plus qu’ils ne sont incités à le rechercher de manière effective en l’absence d’institutions appropriées. Une question centrale pour les sciences sociales et l’histoire est donc de savoir pourquoi les sociétés suivent des trajectoires distinctes dans leur développement institutionnel, et pourquoi certaines sociétés n’en viennent pas à adopter les institutions de celles qui ont connu plus de succès sur le plan économique.

7Ce livre s’appuie sur des études historiques précises pour fonder, illustrer et proposer une perspective nouvelle – une analyse institutionnelle comparative et historique – qui contribue grandement à faire avancer l’analyse institutionnelle, aussi bien sur le plan général qu’en ce qui concerne l’évolution de sociétés particulières. Tout d’abord, il propose une conception unifiée du terme d’« institution » afin d’y intégrer les définitions, aussi nombreuses qu’apparemment incompatibles, qui prévalent dans la littérature critique. Deuxièmement, il étudie les institutions au niveau des interactions entre les individus, et se demande comment des règles de comportement institutionnalisées sont suivies, même en l’absence de contrainte extérieure. Troisièmement, il propose un cadre conceptuel et analytique unifié pour l’étude de la pérennité des institutions, de leur changement endogène et de l’impact des institutions antérieures sur le développement ultérieur d’autres institutions. Enfin, il soutient que l’analyse des institutions demande de dépasser les méthodes empiriques traditionnelles des sciences sociales, qui s’appuient sur une théorie déductive et l’analyse statistique. Il détaille alors une méthode complémentaire, qui repose sur une analyse contextualisée des interactions. Cette méthode, fondée sur l’analyse de cas, emploie la théorie, la modélisation et la connaissance des contextes historiques pour identifier une institution, clarifier ses origines et comprendre la façon dont elle se maintient et se transforme.

8Cette nouvelle perspective explicite ce que sont les institutions, comment elles apparaissent, comment elles peuvent être étudiées empiriquement et quelles forces affectent leur stabilité et leur évolution. Elle explique pourquoi et comment les institutions sont influencées par le passé, pourquoi elles évoluent parfois, pourquoi elles diffèrent tellement d’une société à une autre et pourquoi il est difficile d’imaginer des politiques visant à les modifier.

Les écueils propres à l’étude des institutions

9Les sociétés possèdent des caractéristiques « technologiques » différentes, en termes de situation géographique, de connaissances utiles et de réserves de capitaux, et ces différences influencent les résultats économiques. Les sociétés ont également des caractéristiques « non technologiques » différentes, en termes de lois et de méthodes d’application de celles-ci, de manières de distribuer et de garantir les droits de propriété, ou encore en termes de niveau de corruption et de confiance. Je m’en tiens pour l’instant à cette approche traditionnelle, mais redéfinirai plus loin les institutions et leurs rapports à de telles caractéristiques non technologiques.

10Selon la théorie économique, les différences institutionnelles influencent les résultats économiques parce qu’elles affectent les décisions concernant le travail, l’épargne, l’investissement, l’innovation, la production et l’échange. Les analyses économétriques suggèrent la même chose. Même si leurs conclusions ne sont encore que provisoires, elles indiquent que de plus fortes garanties offertes aux droits de propriété, une plus forte application de la loi et une plus grande confiance sont corrélées avec de meilleurs résultats économiques (Hall et Jones, 1999 ; Acemoglu, Johnson et Robinson, 2001 ; Rodrik et al., 2004 ; Zak et Knack, 2001).

11Les analyses économétriques et les études de cas suggèrent également que les origines des différences entre les caractéristiques non technologiques des sociétés sont historiques. Il a été affirmé que ces différences reflètent par exemple un passé culturel, des structures sociales et de pouvoir, ou encore des traditions politiques républicaines issues du Moyen Âge (Greif, 1994a ; Glaeser et Shleifer, 2002 ; Putnam, 1993). Dans les pays en voie de développement, de telles différences peuvent être le reflet de l’environnement existant au moment de la colonisation (Acemoglu et al., 2001), de l’identité de la puissance coloniale (North, 1981), ou encore de la distribution initiale des richesses (Engerman et Sokoloff, 1997).

  • 3  Djankov et al. (2003) affirment que l’économie comparative doit permettre de comprendre le comprom (...)

12Ces conclusions ne constituent cependant que le point de départ, et non le point final, d’un programme de recherche qui se donne pour objectif de comprendre les institutions. Comprendre le mécanisme causal qui sous-tend de telles conclusions nécessite de dépasser la simple identification de corrélations entre la mesure de divers facteurs non technologiques et des résultats que l’on juge intéressants. Cela demande d’examiner ce qui motive les individus en situation d’interaction, et comment ceux-ci peuvent se comporter de la façon mise en évidence par ces mesures diverses3. Il est certes utile d’établir que la corruption réduit l’investissement, mais cette conclusion ne révèle pas ce qui motive les gens à se comporter de manière corrompue, ni ce qui leur permet de le faire. Pareillement, découvrir une corrélation entre les garanties offertes aux droits de propriété et des résultats que l’on juge intéressants n’explique en rien les différences de niveau dans les garanties qui sont offertes ; affirmer, comme c’est souvent le cas en économie, que la hauteur de ces garanties reflète la fonction que les droits de propriété assurent (par exemple, efficacité ou intérêt des élites) n’explique pas comment ces droits se consolident ou s’affaiblissent. Comprendre comment la propriété est garantie nécessite de savoir pourquoi ceux qui possèdent la capacité physique de violer ces droits renoncent à le faire. Pareillement, découvrir des corrélations entre des événements historiques et des différences actuelles dans des caractéristiques non technologiques n’explique ni pourquoi ni comment les institutions antérieures influencent les évolutions institutionnelles ultérieures.

13Comprendre l’impact, la persistance et la transformation de caractéristiques non technologiques exige d’examiner les micromécanismes qui, au niveau des interactions individuelles, soutiennent leur émergence, assurent leur stabilité et sous-tendent les dynamiques qui les affectent. Cela demande, en particulier, de considérer la motivation (les incitations) qu’ont ces individus pour agir de telle ou telle façon, laquelle résulte ou se manifeste dans ces caractéristiques non technologiques spécifiques.

  • 4  Pour des études récentes sur le néo-institutionnalisme dans les sciences sociales, voir Eggertsson (...)

14Le principal cadre conceptuel et analytique utilisé par le néo-institutionnalisme économique ne se concentre pas, cependant, sur cette question de la motivation4. Il identifie souvent les institutions économiques à des règles déterminées politiquement qui sont imposées « verticalement » aux agents économiques par les structures politiques. Ces règles régissent la vie économique, par exemple en assignant les droits de propriété et en indiquant les impôts qui doivent être perçus. Les institutions politiques – les règles organisant l’élection des dirigeants et les processus de décision collective – et les organisations politiques, comme les lobbies et les syndicats, sont au cœur de cette analyse. Les institutions et les organisations politiques sont importantes parce que les institutions économiques sont construites et transformées par les processus politiques (North, 1981, 1990 ; Barzel, 1989 ; Sened, 1997 ; Grossman et Helpman, 2002). La théorie des coûts de transaction complète cette analyse par le postulat que les agents économiques, réagissant aux règles, établissent des contrats, et, à travers ceux-ci, construisent des organisations visant à minimiser les coûts de transaction (Coase, 1937 ; Williamson, 1985, 1996).

  • 5  J’emploie le terme « motivé » (motivated), plutôt que « contraint » (enforced) parce que les actio (...)

15Ce cadre des « institutions-comme-règles » (institutions-as-rules) est très utile à l’examen de diverses questions, comme les règles privilégiées par les politiciens et les formes contractuelles qui minimisent les coûts de transaction. Cependant, les comportements prescrits – règles et contrats – ne sont rien de plus que des instructions qui peuvent être ignorées. Pour que ces règles prescriptives de certains comportements aient un impact, il faut motiver les individus pour qu’ils les suivent5. La motivation est l’intermédiaire entre l’environnement et le comportement, que ce comportement soit rationnel, imitatif ou routinier. Par motivation, j’entends ici les incitations définies très largement pour inclure les attentes, croyances et normes internalisées.

16Le cadre des « institutions-comme-règles » n’est cependant pas adapté à l’examen de la motivation à suivre des instructions qui, sous la forme de règles et de contrats, spécifient un comportement. Pour se donner un point de départ, et à diverses fins d’analyse, on peut se contenter d’affirmer que les gens suivent une règle de comportement parce que d’autres règles prévoient une punition s’ils ne le font pas. Mais cette affirmation ne fait que décaler d’un cran la question de l’effectivité des institutions, en présupposant que ceux qui sont chargés de faire appliquer les règles s’acquittent de leur tâche. Pourquoi cela serait-il le cas ? Qui surveille le surveillant ?

17Pour comprendre le comportement, il faut que nous sachions pourquoi certaines règles de comportement, qu’elles trouvent leur origine dans l’État ou en dehors de celui-ci, sont suivies tandis que d’autres sont ignorées – ce qui n’est pas possible dans un cadre d’analyse dans lequel la motivation est considérée comme exogène. Pour atteindre une compréhension totale des règles prescriptives et descriptives, il est nécessaire d’examiner comment se crée la motivation à suivre des règles de comportement particulières.

18Le fait de considérer la motivation au niveau des individus en interaction comme endogène est crucial pour le traitement de nombreuses questions importantes. Il est crucial de comprendre ce que l’on appelle l’« ordre privé » (private order), c’est-à-dire des situations dans lesquelles l’ordre prévaut en dépit de l’absence d’une instance tierce chargée de faire appliquer cet ordre. Dans de telles situations, la prévalence de l’ordre ou son absence reflète le comportement des individus en interaction, plus qu’elle ne résulte du rapport entre ceux-ci et une instance tierce. Et en vérité, un ordre caractérisé par des garanties en matière de droits de propriété et d’échange prévaut parfois en l’absence d’État, dans des situations où les agents économiques s’attendent à ce que l’État les exproprie plus qu’à ce qu’il protège leur propriété, ou encore lorsque l’État ne souhaite ou ne peut garantir des droits de propriété et faire appliquer les contrats. Même dans les économies de marché modernes dotées d’un État effectif, l’ordre privé est un ingrédient essentiel.

19Parce que les institutions reflètent les actions humaines, nous devons au final les étudier en tant qu’ordre privé même lorsqu’un État existe. À des fins d’analyse, il est utile de présupposer – comme le fait la théorie des « institutions-comme-règles » – que l’État possède le monopole du pouvoir coercitif et qu’il peut faire appliquer ses règles. Mais l’ordre politique et un État effectif sont des effets. Si les acteurs politiques peuvent avoir recours à la violence et investir dans le pouvoir coercitif, l’emploi de ceux-ci peut mener au désordre politique ou à la révolution. Étudier l’ordre et le désordre politique exige d’examiner ce qui motive les acteurs politiques à respecter des règles spécifiques. Par ailleurs, l’effectivité des règles prescrites par l’État repose sur une capacité à motiver des agents au sein de la bureaucratie et de l’appareil judiciaire pour les faire appliquer. La compréhension de l’impact de l’État requiert l’examen de la motivation des agents impliqués. En d’autres mots, la compréhension totale de l’ordre politique ou de son absence et du comportement des agents de l’État nécessite de prendre en considération la motivation qui influence le comportement des individus qui nous intéressent.

20En dehors de son intérêt restreint pour l’étude de la motivation, l’approche des « institutions-comme-règles » présente une efficacité limitée pour l’analyse des dynamiques institutionnelles. Pour rendre compte de la stabilité ou des transformations des institutions, elle se concentre exclusivement sur l’impact, important certes mais partiel, de la politique et de son efficacité. Identifier les institutions à des règles ou à des contrats efficaces élaborés politiquement revient à considérer que les transformations institutionnelles résultent d’un changement exogène des intérêts et de la connaissance des acteurs politiques qui établissent ces règles ou ces contrats efficaces (Weingast, 1996 ; Williamson, 1985). Les institutions ne contribuent à ces transformations que dans la mesure où elles modifient les intérêts et les connaissances qui sous-tendent les règles et les contrats dominants.

21La pérennité des institutions a été attribuée principalement à des rigidités (frictions) dans les processus d’ajustement institutionnel (par exemple, le coût induit par le changement des règles) ou à l’impact d’institutions informelles exogènes, comme les coutumes et traditions. Ces institutions informelles sont considérées comme des caractéristiques culturelles immuables, dont le rythme de changement est tellement lent qu’il en devient immatériel (North, 1990). Voilà qui laisse beaucoup de choses inexpliquées, parce que la pérennité et les changements sont attribués à des forces extérieures à l’institution étudiée (Williamson, 1998, 2000).

  • 6  Les concepts fondamentaux de la théorie des jeux sont exposés dans l’annexe A du livre.

22La théorie des jeux classique a été employée très largement pour faire entrer l’étude de la motivation endogène dans l’analyse des institutions. La théorie des jeux s’intéresse à des situations qui sont stratégiques au sens où le comportement optimal d’un joueur dépend du comportement des autres. Dans la théorie des jeux, l’analyse commence par l’identification de l’ensemble des actions possibles pour chaque joueur, des informations dont celui-ci dispose, et des gains que chacun recevra en fonction des combinaisons d’actions entreprises par l’ensemble des joueurs. À partir de ces règles du jeu, la théorie des jeux classique concentre principalement son attention sur les situations d’équilibre, dans lesquelles chaque décideur anticipe correctement le comportement des autres et considère comme optimale l’action attendue de lui6. Ce cadre d’analyse permet de prendre en considération les comportements motivés de manière endogène ; chaque joueur, motivé par le comportement qu’il observe ou peut attendre des autres joueurs, adopte le comportement propre à la situation d’équilibre. La théorie des jeux permet donc d’étudier la relation entre les règles du jeu et des comportements auto-exécutoires (self-enforcing).

  • 7  Dans les sciences politiques, l’analyse des « équilibres favorisés par les structures » (structure (...)

23Les économistes, en particulier, se sont servis de l’analyse des équilibres dans la théorie des jeux pour interroger les raisons pour lesquelles les individus suivent certaines règles7. Une telle analyse a été appliquée à l’étude de l’ordre privé, et notamment d’un ordre privé où les droits de propriété sont garantis et les contrats remplis en l’absence d’un système légal effectif administré par l’État (Williamson, 1985 ; Greif, 1989, 1993 ; Ellickson, 1991 ; Dixit, 2004). D’autres recherches, en lien avec celles-ci, ont examiné la motivation endogène à adhérer à divers contrats en dépit d’une information asymétrique ou d’une possibilité limitée de faire appliquer les contrats légaux (Townsend, 1979 ; Hart et Holmstrom, 1987 ; Hart et Moore, 1999). Dans l’approche proposée par la théorie des jeux, les institutions sont considérées soit comme des équilibres (Schotter, 1981 ; Greif, 1993 ; Calvert, 1995), soit comme les croyances partagées qui motivent un jeu orienté vers l’équilibre (Greif, 1994a ; Aoki, 2001), soit comme les règles du jeu (North, 1990).

24Cependant, lorsque les institutions sont définies de cette manière, la théorie des jeux classique ne fournit pas de cadre d’analyse adéquat pour l’étude des dynamiques institutionnelles, c’est-à-dire des forces qui poussent les institutions à se transformer et de l’influence des institutions antérieures sur celles qui leur succèdent. Dans l’acception littérale de la théorie des jeux classique, le comportement présent et futur des jours est la manifestation d’une stratégie prédéterminée. Tout comportement est donc orienté vers l’avenir, quand bien même il serait conditionné par des événements passés. Qui plus est, parce que ce comportement a atteint l’équilibre, il n’existe pas de forces endogènes qui pourraient pousser les institutions à se transformer. Des transformations institutionnelles exogènes peuvent avoir lieu lorsque les règles du jeu changent – sous l’effet d’une nouvelle technologie, par exemple –, mais l’étude de changements endogènes est incompatible avec l’idée que les institutions sont des équilibres.

  • 8  Un jeu spécifique peut avoir plusieurs séquences, et le comportement dans des séquences ultérieure (...)

25Pire encore, la théorie des jeux révèle que de nombreux équilibres – de nombreux modes de comportement auto-exécutoires – sont généralement possibles dans tout jeu donné. Les tentatives pour élaborer, dans le cadre de la théorie des jeux, un modèle d’équilibre qui produirait un seul et unique résultat dans tous les jeux, ont échoué dans les situations qui sont au cœur de l’analyse des institutions. D’ailleurs, la théorie des jeux ne postule aucun lien entre le comportement adopté dans un jeu et celui adopté dans un jeu ultérieur8. Dans un nouveau jeu, et même si celui-ci ne diffère que très légèrement d’un jeu antérieur, tous les équilibres sont également possibles, quel qu’ait été le résultat du jeu antérieur. Si les institutions sont considérées comme des équilibres ou comme des croyances, il nous est impossible d’étudier l’impact des institutions passées sur celles qui leur succèdent.

26Prendre le jeu comme point de départ d’une analyse institutionnelle – donc considérer les institutions comme les règles du jeu – et prendre pour objet les comportements en équilibre à l’intérieur de ce jeu revient à tenir pour acquises beaucoup de choses qui demandent à être expliquées. Pourquoi, en dépit de possibilités technologiques semblables, des jeux différents sont-ils joués dans différentes sociétés ? Affirmer qu’un jeu spécifique est un équilibre atteint au sein d’un méta-jeu plus grand, dont les règles reflètent simplement les caractéristiques de la technologie disponible et du monde matériel, est utile et cependant insatisfaisant, parce que cela ne fait que repousser d’un cran la question de l’origine des institutions. Quelle est l’origine de ce méta-jeu ? La théorie qui permet d’étudier la motivation endogène est insuffisante pour l’analyse des dynamiques institutionnelles.

  • 9  La théorie des jeux classique modélise le comportement stratégique d’agents rationnels dans des s (...)

27Enfin, détailler un jeu et lui apporter une solution nécessite de forts postulats concernant les modèles cognitifs partagés par les joueurs et la rationalité de ces derniers9. Par conséquent, une analyse qui prend le jeu pour point de départ nie, dans sa postulation même, la possibilité que les institutions jouent un rôle créateur par rapport à la connaissance et au modèle cognitif, et directeur par rapport au modèle de rationalité. Le rôle majeur joué par les institutions a pourtant été souligné par l’« ancien institutionnalisme ». Celui-ci affirmait de manière convaincante que le fondement indéniable des institutions était que les individus n’étaient ni entièrement rationnels, ni en possession d’une connaissance parfaite de la situation (Veblen, 1899 ; Mitchell, 1925 ; Commons, 1924 ; Hayek, 1937).

  • 10  Pour des modèles d’apprentissage dans lesquels les mêmes joueurs interagissent les uns avec les au (...)

28L’intégration, dans l’étude des institutions et des dynamiques institutionnelles, des thèses de l’ancien institutionnalisme concernant le caractère limité de la rationalité et de la cognition, est un aspect central de l’institutionnalisme évolutif (qui s’appuie fortement sur la théorie évolutive des jeux). Cette dernière approche assimile les institutions aux attributs des individus en situation d’interaction (traits de comportement, habitudes, routines, préférences et normes) et examine comment les forces évolutives, combinées aux mutations, imitations et expérimentations aléatoires, influencent l’équilibre à long terme autour duquel se stabilise la distribution de ces attributs (Ullmann-Margalit, 1977 ; Nelson et Winter, 1982 ; Sugden, 1989 ; Kandori, Mailath et Rob, 1993 ; Weibull, 1995 ; Kandori, 1997 ; Young, 1998 ; Hodgson, 1998 ; Gintis, 2000)10.

29Éludant la question de la motivation et attribuant les modifications de comportement aux forces évolutives, la perspective évolutive atténue, dans son étude des dynamiques institutionnelles, les défauts de la théorie des jeux classique. Cependant, son appareil analytique pose des limites à son applicabilité. Les processus d’expérimentation, de mutation et d’apprentissage qui orientent les processus de transformation institutionnelle sont considérés comme exogènes à l’analyse. Comme Paul David l’a noté, « le fonctionnement détaillé du processus d’évolution demeure au mieux imprécis » (David, 1994, p. 208). Par ailleurs, pour des raisons techniques, l’analyse se fonde souvent sur des postulats extrêmes concernant la nature humaine. Les individus sont généralement supposés être complètement myopes, incapables de reconnaître ceux avec qui ils ont interagi par le passé, incapables de choisir avec qui interagir pour coordonner leur comportement, et globalement dans l’incapacité de structurer leur environnement. Ces postulats fournissent, pour les processus évolutifs dans les sociétés humaines, des micro-fondations qui sont loin d’être satisfaisantes.

30Ce survol rapide suffit à montrer que de nombreuses définitions des institutions ont cours en économie (c’est aussi le cas en sociologie et dans les sciences politiques). Ces définitions ont été considérées comme incompatibles. Les adeptes de la perspective dite des « institutions-comme-règles » définissent les institutions principalement comme des règles, des organisations ou des contrats. Les spécialistes de la théorie des jeux classique, quant à eux, définissent les institutions soit comme des règles du jeu, soit comme des équilibres, ou comme des croyances partagées qui motivent la recherche de l’équilibre dans le jeu ; les partisans de l’institutionnalisme évolutif, enfin, assimilent les institutions aux attributs – en équilibre – des individus en interaction, comme par exemple les traits de comportement, les habitudes, les routines, les préférences ou les normes.

31La question fait aussi débat de savoir dans quelle mesure les individus, au sein d’une société, peuvent choisir leurs institutions. La thèse structurelle (et culturelle) – courante en sociologie et dans l’ancien institutionnalisme – affirme que les institutions transcendent les acteurs individuels, et qu’elles sont des caractéristiques culturelles immuables des sociétés, qui déterminent le comportement (Sewell, 1992 ; Scott, 1995 ; Dugger, 1990). Au contraire, la thèse agentielle (fonctionnaliste) – courante en économie et dans le néo-institutionnalisme – affirme que les individus créent les institutions afin que celles-ci remplissent diverses fonctions. Il est préférable d’étudier les institutions dans une perspective fonctionnaliste, qui reconnaît qu’elles sont réceptives aux intérêts et aux besoins.

32Au sein même de chacune de ces approches, les spécialistes avancent des explications divergentes concernant les forces qui modèlent les institutions et leurs dynamiques. Parmi les tenants de la thèse agentielle, par exemple, certains postulent que les institutions reflètent un souci d’efficacité, alors que d’autres soulignent l’importance des questions de distribution ou l’aspiration à un statut social ou au contrôle politique. Certains affirment que les institutions reflètent les résultats, inattendus, des interactions entre des individus munis d’une rationalité et d’une capacité cognitive limitée, cependant que d’autres soutiennent que les institutions reflètent les choix intentionnels d’individus rationnels et anticipateurs (Schotter, 1981 ; Williamson, 1985 ; North, 1991 ; Knight, 1992 ; Acemoglu et al., 2001).

33Voir ces différentes définitions des institutions comme incompatibles, et redevables d’analyses fondées sur des présuppositions différentes concernant la nature des institutions et les forces qui les façonnent, fait obstacle à l’avancée de l’analyse institutionnelle. Chacune de ces présuppositions appréhende un aspect important, quoique différent, de la réalité. Il est parfois approprié, lorsque nous examinons une question, d’envisager les institutions comme des structures exogènes ; à d’autres moments, il est préférable de les considérer comme endogènes aux individus en interaction. Dans d’autres cas encore, il est plus adéquat de les étudier comme le reflet des actions et des intérêts de certains individus, mais pas d’autres. Il n’est donc pas pertinent d’affirmer que seule la perspective structurelle ou seule la perspective agentielle est toujours adéquate pour l’étude des institutions.

34Pour faire avancer l’analyse des institutions, il nous faut des appareils conceptuels et analytiques qui intègrent différentes problématiques d’analyse des institutions et qui tiennent compte des facteurs, forces et réflexions que chacune d’entre elles met en avant.

35La tentative, entreprise par les institutionnalistes, d’étudier la relation entre les institutions et les résultats en termes de bien-être fait face à trois défis :

36– conceptualiser les institutions de manière inclusive, pour tirer profit des observations et des cadres d’analyses fournis par des problématiques d’analyse institutionnelle apparemment opposées ;

37– étudier les institutions au niveau des individus en interaction, en considérant que la motivation que l’on peut avoir à suivre des règles de comportement doit être un objet essentiel de l’analyse ;

38– proposer un appareil conceptuel et analytique unifié en vue d’étudier la pérennité de telles institutions, les transformations institutionnelles endogènes, et l’impact d’institutions antérieures sur des structures ultérieures.

L’analyse institutionnelle comparative et historique

  • 11  Pour des exposés antérieurs et moins complets de ce projet, voir Greif (1989, 1992, 1994a, 1997, 1 (...)

39Ce livre présente une nouvelle perspective visant à relever le défi posé par l’intégration des problématiques, la question de la motivation et celle des dynamiques, en s’appuyant sur les problématiques antérieures et en s’inspirant d’elles11. Partant de l’observation de la variété des trajectoires suivies par les institutions dans leur développement, j’ai exploré l’origine et les implications de cette variété en combinant un cadre d’analyse explicite et des informations historiques et contextuelles. C’est cette approche que je nomme analyse institutionnelle comparative et historique.

40Pour relever les trois défis mentionnés à la fin de la section précédente, la perspective que je présente ici prend ses distances par rapport à deux pratiques dominantes dans l’analyse institutionnelle. Tout d’abord, elle s’écarte de la pratique qui consiste à définir une institution comme une entité monolithique. Comme nous l’avons vu précédemment, de nombreuses définitions des institutions ont été proposées, mais qui toutes considèrent les institutions de manière exclusive, comme soit des règles, soit des règles du jeu, ou des croyances, ou bien des normes, ou encore des traits de comportements. À l’inverse, notre perspective reconnaît que les institutions ne sont pas des entités monolithiques, mais qu’elles sont au contraire composées d’éléments distincts mais interconnectés – règles, croyances et normes notamment – lesquels prennent parfois la forme d’organisations. Ces composants institutionnels sont exogènes aux individus – pris isolément – et influencent leur comportement. Ils fournissent aux individus les microfondations de leur comportement en termes de cognition, de coordination et d’information. Ils donnent aux individus des dispositions, les guident et les motivent afin qu’ils adoptent un comportement particulier.

  • 12  La transaction est l’unité de base dans les analyses inspirées de l’économie des coûts de transact (...)

41Ensuite, notre perspective s’écarte à la fois de la simple vision structurelle et culturelle (courante en sociologie) des institutions, et de la simple vision agentielle et fonctionnaliste de celles-ci (courante en économie). Elle combine bien au contraire ces visions structurelle et agentielle. Elle souligne l’importance d’une étude des institutions comme phénomènes d’équilibre, laquelle considère que les institutions constituent la structure qui influence le comportement, et que les réponses comportementales des agents face à cette structure contribuent à la reproduction de l’institution. Lorsque j’étudie les institutions comme phénomènes d’équilibre, je ne considère ni les jeux ni les institutions comme les unités de base de l’analyse institutionnelle. Je m’attache plutôt à développer une vision bien spécifique des transactions, que je considère comme les unités de base de l’analyse institutionnelle12.

42En d’autres termes, les institutions sont étudiées dans une perspective qui met l’accent sur les équilibres, reconnaît que les institutions ne sont pas des entités monolithiques et considère la transaction comme l’unité de base de l’analyse. À partir de là, je peux proposer un concept intégrateur des institutions, qui explique pourquoi elles influencent si profondément le comportement, et pourquoi elles ont un impact indépendant sur les dynamiques institutionnelles. Il est dès lors possible d’étudier ces dernières comme des processus historiques dans lesquels les institutions antérieures influencent la périodicité des transformations institutionnelles, la façon dont les institutions se transforment, et les aspects précis des nouvelles institutions ainsi que les effets qu’elles produisent. Nous n’avons pas la place, dans cette introduction, de présenter tous ces aspects dans le détail ; nous nous proposons seulement ici de donner un aperçu des relations entre le cadre d’analyse évoqué précédemment et ces différents aspects.

43La définition inclusive des institutions proposée ici restreint le champ de l’analyse, principalement dans la mesure où elle requiert de tout composant institutionnel qu’il soit un équilibre exogène à chaque individu dont il influence le comportement. Parce qu’elle reconnaît que les institutions sont composées d’éléments divers, cette définition englobe des définitions apparemment opposées des institutions (par exemple, des règles mises en œuvre par l’État ou bien des systèmes de croyance), dans lesquelles elle voit des cas spécifiques. Elle accepte la possibilité que les institutions puissent avoir différentes origines, qu’elles puissent remplir différentes fonctions et que si parfois elles reflètent une forme d’apprentissage et de rationalité limitée, d’autres fois elles reflètent un comportement anticipateur dans des situations bien comprises. Il est possible de s’appuyer sur des découvertes et des appareils analytiques élaborés dans le cadre de problématiques d’analyse apparemment distinctes. L’utilité de la définition proposée ici est clairement illustrée par son application, dans le cours du présent livre, à de nombreuses études empiriques consacrées à des sujets distincts.

44Pareillement, la perspective adoptée ici relève le défi de l’étude de la motivation endogène en fusionnant les perspectives agentielle et structurelle. Elle nous permet d’étudier, au sens le plus large du terme, les institutions endogènes – celles qui s’imposent d’elles-mêmes. Dans les institutions auto-exécutoires, toute motivation est générée de façon endogène. Chaque individu, réagissant aux composants institutionnels sous-jacents dans le comportement observé chez les autres et attendu de ceux-ci, se comporte d’une façon qui contribue à activer, guider et motiver les autres à se comporter de la façon qui avait mené à la mise en place des composants institutionnels ayant suscité le comportement initial de l’individu. Le comportement est auto-exécutoire dans la mesure où chaque individu, considérant la structure comme donnée, découvre qu’il est préférable d’adopter le comportement institutionnel qui, en retour, reproduit l’institution au sens où ce comportement confirme implicitement les croyances qui lui sont associées et réactive les normes qui lui sont associées.

45Mener une étude des institutions comme phénomènes d’équilibre, et rendre explicites, comme nous le faisons ici, les forces qui font qu’elles sont auto-exécutoires, met en évidence les chocs exogènes qui précipitent l’échec d’institutions, et particulièrement les chocs qui font qu’une institution n’est plus auto-exécutoire. Mais la perspective proposée ici permet d’aller encore plus loin. Elle nous permet d’étudier les dynamiques institutionnelles comme des processus historiques. Les institutions peuvent conserver leur stabilité dans un environnement en transformation, comme elles peuvent se transformer en l’absence de transformation de leur environnement. Les institutions antérieures – y compris celles qui ne sont plus auto-exécutoires – peuvent influencer les institutions ultérieures dans le détail.

46Pour étudier la stabilité et les transformations dans le même cadre, il est nécessaire de reconnaître que les composants institutionnels constituent les micro-fondations du comportement, et que les institutions sont des phénomènes d’équilibre ; cela permet d’étudier à la fois la pérennité des institutions dans un environnement en transformation et les transformations endogènes dans un environnement stable. Pour déterminer son comportement, un individu a besoin d’une information adéquate, d’un modèle cognitif et de la capacité à anticiper le comportement des autres. Les individus sont également à la recherche de conseils en matière de comportements convenables moralement et socialement acceptables. Les composants institutionnels constituent ces micro-fondations cognitives, coordinationnelles, normatives et informationnelles du comportement. En même temps, des individus à la vision rétrospective et à la rationalité limitée, mais capables d’anticipation, réagissent aux prescriptions comportementales et normatives produites par les composants institutionnels sur la base des informations privées et des connaissances dont ils disposent, et de leurs préférences innées. Dans des situations dans lesquelles les institutions suscitent des comportements, les composants institutionnels produisent des phénomènes d’équilibre où les caractéristiques de la situation viennent se combiner. Dans certaines conditions, les institutions peuvent donc se conserver dans un environnement en transformation. Cela arrive parce que les individus considèrent qu’il est possible, nécessaire et souhaitable de modeler leur comportement sur le contenu cognitif, coordinationnel, normatif et informationnel des composants institutionnels, et non directement sur l’environnement. En d’autres termes, pour employer le jargon de la théorie des jeux, les individus ne jouent pas contre les règles du jeu. Ils jouent, au contraire, contre des règles (institutionnalisées). Parce que ces composants sont en équilibre et ne combinent pas nécessairement de manière correcte l’information et la connaissance privée, ils sont souvent plus stables que l’environnement. Le comportement se conserve dans un environnement en transformation. De fait, le comportement peut se conserver même dans des cas où les individus modèleraient leur comportement sur l’environnement, si bien que le comportement antérieur ne serait plus auto-exécutoire.

47Pour comprendre les transformations institutionnelles endogènes, il est nécessaire d’étudier les interactions réciproques entre les micro-mécanismes par lesquels les institutions influencent le comportement, et leurs effets, comportementaux ou autres. Ceci souligne la façon dont une institution endogène – bien qu’étant un phénomène d’équilibre – peut se renforcer ou s’affaiblir. Une institution qui se renforce (ou s’affaiblit) devient auto-exécutoire dans un plus (ou moins) grand champ de paramètres. L’examen de ces processus de renforcement et d’affaiblissement permet, notamment, d’étudier comment une institution sème les germes de sa propre disparition, et conduit ainsi à une transformation endogène.

48Pour comprendre pourquoi et comment les institutions antérieures influencent la direction que prennent les transformations institutionnelles, il est essentiel de reconnaître la nature duale des éléments qui composent les institutions. Les éléments interconnectés qui constituent une institution sont des caractéristiques que l’on trouve également dans des individus et des sociétés. Les règles, croyances et normes héritées du passé informent et reflètent les modèles cognitifs partagés par les individus ; elles se manifestent dans les préférences de ces individus et dans la vision qu’ils ont d’eux-mêmes ; et elles constituent des croyances connues du plus grand nombre concernant le comportement attendu, normé et accepté socialement. Souvent, elles se manifestent également dans des organisations qui ont acquis diverses aptitudes. Il existe donc une asymétrie fondamentale entre les composants institutionnels hérités du passé et les alternatives technologiquement réalisables.

49C’est pourquoi, même si le comportement associé à une institution spécifique n’est plus auto-exécutoire, ou si une institution est devenue nécessaire pour une nouvelle transaction, toutes les institutions rendues possibles par la technologie ne sont pas des candidates égales. Il est probable que la nouvelle institution reflètera l’impact de composants institutionnels antérieurs. Les croyances, normes et organisations héritées du passé constitueront un pan des conditions initiales dans les processus qui mènent à de nouvelles institutions. Qu’un tel processus soit coordonné ou pas, les composants institutionnels antérieurs influencent la sélection qui s’opère entre différentes institutions rendues possibles par la technologie. Le passé, contenu dans ces composants institutionnels, oriente les transformations institutionnelles, et amène les sociétés à évoluer selon des trajectoires institutionnelles distinctes.

50La perspective que nous proposons facilite encore une analyse institutionnelle comparative entre différentes périodes et sociétés en faisant de la transaction l’unité de base de l’analyse. Nous pouvons observer une même transaction à différents moments et étudier les institutions qui, en tant que systèmes reposant sur l’équilibre de leurs éléments constitutifs, suscitent pour chaque épisode un certain comportement dans le cadre de cette transaction. L’observation des transactions, jointe à une étude des institutions centrée sur la notion d’équilibre, permet de réunir les deux principales problématiques du néo-institutionnalisme. L’économie des coûts de transaction (Williamson, 1985) affirme que les institutions sont établies pour réduire ces coûts ; l’approche des « institutions-comme-règles » envisage les institutions comme des facteurs déterminant ces mêmes coûts (North, 1990). L’approche que je soumets, centrée sur la notion d’équilibre, permet aux acteurs d’essayer d’améliorer leur sort, tout en reconnaissant simultanément que l’institution qui en résulte est un équilibre qui détermine les coûts de transaction auxquels chaque acteur fait face.

51De nombreux appareils analytiques peuvent et doivent servir à étudier les institutions telles qu’elles sont pensées ici. Les arguments et études empiriques présentés ici mettent en évidence les bénéfices que l’on peut tirer de l’utilisation d’une théorie des jeux classique enrichie par les réflexions menées en sociologie, dans les sciences cognitives, dans l’étude de l’apprentissage et dans la théorie des jeux expérimentale, entre autres domaines d’étude. L’utilité de la théorie des jeux pour l’analyse des institutions a fait l’objet de débats au sein des sciences sociales. Nombre de théoriciens micro-économistes, comme Gibbons (1998), pensent qu’elle est indispensable, alors que des économistes institutionnalistes comme North et Williamson se montrent réservés. La sociologie et les sciences politiques ont été le théâtre d’un débat virulent concernant son utilité empirique (Hechter, 1992 ; Scott, 1995 ; Green et Shapiro, 1994 ; Friedman, 1996 ; Scharpf, 1997 ; Bates, Figueiredo et Weingast, 1998 ; Elster, 2000 ; Munck, 2001).

  • 13  Par théorie des institutions, j’entends une théorie qui prédit, à partir des caractéristiques exog (...)

52Même si les arguments présentés des deux côtés présentent un intérêt certain, ce débat tend à confondre deux questions. La première est de savoir si les jeux sont l’unité de base de l’analyse institutionnelle, et si la théorie des jeux fournit en ce sens une théorie des institutions13. La seconde est de savoir si la théorie des jeux est utile, empiriquement et analytiquement. Ma propre opinion est que les jeux ne sont pas l’unité de base de l’analyse, et que donc la théorie des jeux ne fournit pas une théorie des institutions, mais qu’elle présente tout de même une utilité analytique et empirique.

53Par ailleurs, des réflexions fertiles peuvent découler du constat déconcertant que la théorie des jeux a démontré son utilité pour l’analyse des institutions, alors même qu’elle repose sur des hypothèses irréalistes en ce qui concerne la cognition, l’information et la rationalité. La position adoptée ici consiste à demander ce que révèle le besoin d’imposer ces hypothèses. De quelle manière, et dans quelle mesure, ces hypothèses sont-elles réalisées dans le monde réel ? Qu’est-ce que la façon dont elles sont réalisées nous révèle sur le moment et la manière dont la théorie des jeux peut être utilisée pour étudier le comportement dans des situations réellement existantes ? Comme nous le verrons, traiter ces questions contribue grandement à notre compréhension des institutions. Parce que la perspective présentée ici étudie les institutions à travers le prisme d’une analyse des équilibres inspirée de la théorie des jeux, elle est souvent qualifiée d’approche des « institutions-comme-équilibres » (institutions-as-equilibria), et les institutions d’« auto-exécutoires » (self-enforcing institutions). Ces termes sont révélateurs de l’esprit de cette analyse, mais pas de ses principes fondamentaux. Les institutions ne sont pas des équilibres de la théorie des jeux, les jeux ne sont pas l’unité de base de l’analyse des institutions, et la théorie des jeux ne fournit pas une théorie des institutions. En vérité, pour faire progresser l’analyse des institutions, il est précisément essentiel de reconnaître la différence entre l’analyse des équilibres propre à la théorie des jeux et l’analyse des institutions.

54L’institutionnalisme évolutif tout comme la théorie des jeux classique tendent à suggérer que la recherche d’une théorie des institutions globale et déductive – c’est-à-dire d’une mise en adéquation parfaite des traits exogènes observables de la situation et des institutions – pourrait s’avérer futile. Parvenir à une forme unique d’équilibre dans les modèles évolutifs exigerait de formuler des hypothèses restrictives concernant les actions possibles, la rationalité et les processus stochastiques sur lesquels reposent l’expérimentation, l’apprentissage et les mutations. La théorie des jeux classique indique que des équilibres – et donc des institutions – multiples peuvent être auto-exécutoires. Même en émettant, comme dans la théorie des jeux, l’hypothèse selon laquelle les individus sont hautement rationnels et selon laquelle le jeu fait l’objet d’une connaissance partagée, les équilibres multiples sont la règle plutôt que l’exception dans les situations récurrentes qui sont au cœur de l’analyse des institutions.

55Cette indétermination des institutions met en cause notre capacité à les étudier de manière déductive. Les prémisses sur lesquelles repose l’analyse déductive sont que la théorie peut restreindre – prédire – les résultats endogènes possibles pour un ensemble donné de traits exogènes observables d’une situation. Cette prédiction doit être suffisamment précise si l’on veut que l’analyse empirique ait un sens. Dans le cas de l’analyse des institutions, nous ne disposons pas d’une telle théorie déductive capable de prédire des institutions.

  • 14  Pour cette raison, c’est se fourvoyer que d’assimiler les institutions à des traits observables, c (...)
  • 15  Des documents tels que la correspondance ou les enquêtes qui révèlent les croyances et les normes (...)

56L’analyse inductive à la manière de Francis Bacon, qui identifie et classe les institutions en fonction de leurs traits observables, présente les mêmes insuffisances pour l’étude des institutions, même si elle reconnaît la nécessité d’étudier la motivation. Assimiler les institutions à des traits observables tels que les règles et les organisations nous induit en erreur, parce que c’est la motivation, alimentée par des croyances et des normes inobservables, qui détermine si les règles sont suivies, et quel impact une organisation peut avoir14. S’il est facile d’observer certains éléments d’une institution, comme des règles formelles ou des organisations – par exemple des marchés financiers ou des cours de justice –, d’autres sont intrinsèquement difficiles à observer et mesurer, comme par exemple les normes concernant l’honnêteté lorsque l’on négocie avec des étrangers, ou la confiance en l’application des lois15.

57Mais encore, comme le révèlent la théorie des jeux et d’autres cadres d’analyse, de multiples normes et croyances peuvent être auto-exécutoires dans cette même situation, quand bien même nous supposerions que les individus sont hautement rationnels et que les règles du jeu sont connues de tous. Il n’y a pas d’adéquation parfaite entre les éléments observables des institutions (les règles et les organisations) et ceux qui ne le sont pas (les croyances et les normes). Les mêmes règles et organisations peuvent être les éléments d’institutions qui diffèrent dans leurs croyances et dans leurs normes, ce qui implique que nous ne pouvons pas étudier les institutions de manière inductive, en nous appuyant sur leurs seuls éléments observables.

58Face à l’impossibilité d’élaborer une théorie déductive des institutions tout comme d’identifier des institutions sur la seule base de leurs éléments observables, les méthodes empiriques traditionnellement employées dans les sciences sociales se trouvent remises en cause. Ces méthodes reposent en effet sur ces fondations jumelles : le pouvoir de prédiction de la théorie déductive, et la capacité à classer les résultats de manière inductive.

59La mesure de cette remise en cause apparaît dans les tentatives d’évaluation économétrique de l’effectivité des institutions qui assimilent celles-ci à leurs traits observables (notamment les règles) ou à leurs effets (notamment la garantie du droit de propriété). En dépit d’un travail énorme réalisé par les chercheurs et de multiples analyses économétriques, le débat fait toujours rage quant à savoir si leurs conclusions confirment le postulat soutenant que les institutions sont importantes (Rodrik et al., 2004 ; Glaeser et al., 2004). Les analyses qui, pour démontrer qu’elles ont un impact sur la croissance, soumettent les institutions à des mesures quantitatives, en termes par exemple de libertés individuelles et de droit de propriété, manquent pareillement de solidité (Aron, 2000). Même l’impact de l’instabilité politique et du capital social sur la croissance a été difficile à établir par l’analyse économétrique (Campos et Nugent, 2002 ; Schneider, Plumer et Baumann, 2000).

60Il est possible que ces résultats peu concluants reflètent un manque d’attention au fait que les composants institutionnels non observables peuvent varier systématiquement d’une société à l’autre, et ainsi influencer directement l’effectivité d’une institution. Par exemple, deux sociétés qui partagent exactement les mêmes règles formelles concernant le droit de propriété connaîtront des niveaux d’investissement différents si la confiance en l’application de ce droit n’est pas la même dans les deux. Aussi, évacuer ces composants institutionnels non observables en les considérant comme de simples variations idiosyncrasiques, revient en fait à oublier une variable, ce qui distord toute tentative de mesure qui ne les prend pas en compte.

61En réponse au défi que l’analyse institutionnelle lance aux méthodes empiriques traditionnelles des sciences sociales, la perspective évoquée ici propose une méthode complémentaire : l’étude de cas. Celle-ci est particulièrement prometteuse dans le contexte de l’absence d’une théorie déductive des institutions, d’une grande diversité institutionnelle, d’une aspiration à la compréhension exhaustive d’institutions spécifiques en vue du développement de politiques publiques, et du besoin d’émettre des propositions générales en ce qui concerne les institutions.

  • 16  Cette position s’inscrit dans la lignée de Sutton (1991) ; Greif (1997, 2000) ; Scharpf (1997) ; B (...)

62Cette méthode part de l’idée que les composants institutionnels hérités du passé influencent les institutions ultérieures et affirme la nécessité d’utiliser des informations contextuelles – historiques – pour étudier les institutions. Plus généralement, ce livre propose une méthode empirique articulée autour d’études de cas et reposant sur une analyse interactive et contextualisée, laquelle allie une connaissance contextuelle de la situation et de son histoire à une théorie et un modèle explicites et contextualisés. De manière interactive, cette méthode combine connaissance contextuelle et modèle contextualisé pour identifier l’institution, élucider pourquoi et comment elle s’est mise en place, et comprendre sa pérennité, ses transformations et ses effets16.

  • 17  Le culturel est difficile à définir. En 1952, Knoeber et Kluckholm identifiaient déjà 164 définiti (...)

63En reconnaissant que les éléments dont sont composées les institutions sont aussi les attributs d’individus et de sociétés, la perspective élaborée ici comble le fossé entre l’étude des institutions comme règles ou contrats (comme cela est souvent le cas en économie) et leur étude comme phénomènes culturels (comme cela est souvent le cas dans les autres sciences sociales)17. La perspective avancée ici reconnaît qu’il est futile de discuter indéfiniment de la définition de la culture et des institutions, ou de débattre pour savoir ce qui, de la culture ou des institutions, est plus important dans la genèse de tel ou tel phénomène.

  • 18  Le capital social est souvent défini comme « les caractéristiques de l’organisation sociale, telle (...)

64Bien au contraire, cette perspective souligne à quel point les « culturalistes » et les « institutionnalistes » sont fondamentalement intéressés par les mêmes phénomènes, à savoir les effets produits par des facteurs humains non physiques, lesquels génèrent des régularités de comportement tout en demeurant exogènes aux individus – pris isolément – dont ils influencent ainsi le comportement. Ils s’intéressent par exemple aux systèmes de croyances et aux normes internalisées qui génèrent des régularités de comportement. Dès lors, notre analyse souligne dans quelle mesure et à quelles conditions le « culturel » et l’« institutionnel » se recoupent. Dans le domaine de l’économie, cela suppose de réunir l’analyse institutionnelle et l’analyse du capital social18.

65De manière plus déterminante encore, la perspective avancée ici nous permet, en reconnaissant l’interconnexion entre l’institutionnel et le culturel, d’étudier comment ils interagissent. Une conclusion importante de ce livre est que la culture influence le développement institutionnel. En même temps, l’intégration de composants culturels dans les institutions d’une société est un mécanisme qui permet leur pérennité.

  • 19  Elle rassemble les quatre piliers de l’approche sociologique des institutions, ainsi que Smelser e (...)

66L’extension du cadre de l’analyse pour inclure le culturel, le social et l’organisationnel indique que notre perspective est socio-économique19. Elle se distingue, tout en la complétant, de l’approche des « institutions-comme-règles », qui étudie les institutions en tant qu’elles sont déterminées par des forces économiques et politiques. Notre vision socio-économique à la fois reflète et constitue un « tournant sociologique » pour l’économie néo-institutionnaliste, ce en quoi elle diffère de l’accent mis sur les aspects politiques et économiques par l’approche des « institutions-comme-règles ». La vision socioéconomique tient compte de ces aspects, mais va plus loin. De fait, la perspective avancée ici s’inspire des principales traditions de l’institutionnalisme sociologique : la tradition héritée de Durkheim, qui s’intéresse tout particulièrement à la constitution sociale des codes de conduites et des croyances ; la tradition initiée par Parsons, qui porte son attention sur les comportements normés ; l’accent mis sur les structures et relations sociales par Wrong (1961), Granovetter (1985) et March et Olsen (1989) ; enfin la tradition associée à Weber (1947, 1949), à Berger et Luckmann (1967), à Searle (1995) et à DiMaggio et Powell (1991), qui étudie les fondations cognitives du comportement, des organisations et de la construction sociale de la réalité. Comme ces considérations sociologiques sont également centrales dans l’ancien institutionnalisme (Dugger, 1990), élargir le champ du néo-institutionnalisme pour les intégrer demande de réunir les deux problématiques de l’économie institutionnaliste.

67En posant la question de la stabilité des institutions, des transformations endogènes et de l’impact du passé sur des institutions ultérieures dans un cadre d’étude unifié, l’analyse des dynamiques institutionnelles comme processus historiques vient compléter trois axes de recherche : l’institutionnalisme historique dans les sciences politiques, qui met en évidence que les institutions reflètent un processus historique (Hall et Taylor, 1996 ; Thelen, 1999 ; Pierson et Skocpol, 2002) ; les travaux sur les phénomènes de « dépendance temporelle » ( path dependence) de David (1985) et Arthur (1988), qui soulignent la stabilité historique des phénomènes hérités ; enfin l’étude de la culture comme « boîte à outils » permettant la reconstruction de la société dans des situations nouvelles (Swidler, 1986).

68Le rapport entre la perspective détaillée ici et l’institutionnalisme évolutif est également important. L’analyse des dynamiques institutionnelles comme processus historiques est évolutive dans la mesure où elle mesure l’impact du passé sur la vitesse et la direction des transformations. De fait, elle met en évidence les micro-fondations des processus évolutifs dans le développement institutionnel. Les institutions existantes affectent les processus d’apprentissage, d’imitation et d’expérimentation qui amènent la création de nouvelles institutions ; elles influencent les coûts et les bénéfices associés à l’introduction de nouveaux composants institutionnels ; et elles font tendre les nouvelles institutions en direction d’une interconnexion avec les composants institutionnels existants, les empêchant de s’en écarter très fortement.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu Daron, Johnson Simon et Robinson James A., 2001, « The colonial origins of comparative development. An empirical investigation », American Economic Review, vol. 91, n5, p. 1369-1401.

Aoki Masahiko, 2001, Toward a Comparative Institutional Analysis, Cambridge, MIT Press.

Aron Janine, 2000, « Growth and institutions. A review of the evidence », World Bank Research Observer, vol. 15, n1, p. 99-135.

Arthur Brian W., 1988, « Self-reinforcing mechanisms in economics », The Economy as an Evolving Complex System, K. Arrow et P. Anderson éd., New York, Wiley, p. 9-33.

Bardhan Pranab, 1991, « Alternative approaches to the theory of institutions in economic development », The Economic Theory of Agrarian Institutions, P. Bardhan éd., Oxford, Clarendon Press, p. 3-17.

Barzel Yoram, 1989, Economic Analysis of Property Rights, Cambridge, Cambridge University Press.

Bates Robert H. et al., 1998, Analytic Narratives, Princeton, Princeton University Press.

Bates Robert H., Figueiredo Rui J. P. (de) et Weingast Barry, 1998, « The politics of interpretation. Rationality, culture and transition », Politics & Society, vol. 26, n4, p. 603-642.

Berger Peter L. et Luckmann Thomas, 1967, The Social Construction of Reality, New York, Anchor Books.

Brinton Mary et Nee Victor éd., 1998, The New Institutionalism in Sociology, New York, Russell Sage Foundation.

Britnell Richard H., 1996, The Commercialisation of English Society, 1000-1500, New York, Manchester University Press.

Calvert Randall L., 1995, « Rational actors, equilibrium and social institutions », Explaining Social Institutions, J. Knight et I. Sened éd., Ann Arbor, University of Michigan Press, p. 57-93.

Campos Nauro F. et Nugent Jeffrey B., 2002, « Who is afraid of political instability ? », Journal of Development Economics, vol. 67, n1, p. 157-172.

Coase Ronald H., 1937, « The nature of the firm », Economica, vol. 4, n16, p. 386-405.

Coleman James S., 1990, Foundations of Social Theory, Cambridge, Harvard University Press.

Commons John R., 1924, Legal Foundations of Capitalism, New York, Macmillan.

Dasgupta Partha et Serageldin Ismail éd., 2000, Social Capital. A Multifaceted Perspective, Washington DC, World Bank.

David Paul A., 1985, « Clio and the economics of qwerty », American Economic Review, vol. 75, n2, p. 332-337.

— 1994, « Why are institutions the “carriers of history” ? Path dependence and the evolution of conventions, organization and institutions », Structural Change and Economic Dynamics, vol. 5, n2, p. 205-220.

DiMaggio Paul, 1994, « Culture and economy », The Handbook of Economic Sociology, N. Smelser et R. Swedberg éd., New York, Russell Sage Foundation, p. 27-57.

— 1997, « The new institutionalism. Avenues of collaboration », Journal of Institutional and Theoretical Economics, n154, p. 1-10.

DiMaggio Paul et Powell William éd., 1991, The New Institutionalism in Organizational Analysis, Chicago, University of Chicago Press.

Dixit Avinash K., 2004, Lawlessness and Economics. Alternative Modes of Governance, Princeton, Princeton University Press.

Djankov Simeon, Glaeser Edward L., La Porta Rafael, Lopez-de-Silanes Florencio et Shleifer Andrei, 2003, « The new comparative economics », Journal of Comparative Economics, vol. 31, n4, p. 595-619.

Dugger William M., 1990, « The new institutionalism. New but not institutionalist », Journal of Economic Issues, vol. 24, n2, p. 423-431.

Eggertsson Thráinn, 1990, Economic Behavior and Institutions, Cambridge, Cambridge University Press.

Ellickson Robert, 1991, Order without Law, Cambridge, Harvard University Press.

Ellison Glenn, 1993, « Learning, local interaction and coordination », Econometrica, vol. 61, n5, p. 1047-1071.

Elster Jon, 2000, « Rational choice history. A case of excessive ambition », American Political Science Review, vol. 94, n3, p. 685-695.

Engerman Stanley et Sokoloff Kenneth, 1997, « Factor endowments, institutions and differential paths of growth among new world economies », How Did Latin America Fall Behind ?, S. Haber éd., Stanford, Stanford University Press, p. 260-304.

Friedman Jeffrey éd., 1996, The Rational Choice Controversy. Economic Models of Politics Reconsidered, New Haven, Yale University Press.

Fudenberg Drew et Kreps David, 1988, « A theory of learning and Nash equilibrium », Mimeo, Stanford University.

Fudenberg Drew et Levine David K., 1993, « Self-confirming equilibrium », Econometrica, vol. 61, n3, p. 523-546.

Furubotn Erik G. et Richter Rodolph, 1997, Institutions and Economic Theory, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Gibbons Robert, « Game theory and garbarge cans. An introduction to the economics of internal organization », Debating Rationality. Non-rational Elements of Organizational Decision Making, R. Stern et J. Halpern éd., Ithaca, Cornell University Press, p. 36-52.

— 2001, « Trust in social structures. Hobbes and Coase meet repeated games », Trust in Society, K. Cook éd., New York, Russell Sage Foundation, p. 332-353.

Gintis Herbert, 2000, Game Theory Evolving, Princeton, Princeton University Press.

Glaeser Edward L. et Shleifer Andrei, 2002, « Legal origin », Quarterly Journal of Economics, vol. 117, n4, p. 1193-1230.

Glaeser Edward L., La Porta Rafael, Lopez-de-Silanes Florencio et Shleifer Andrei, 2004, « Do institutions cause growth ? », Journal of Economic Growth, n9, p. 271-303.

Granovetter Mark S., 1985, « Economic action, social structure. The problem of embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, n3, p. 481-510.

Green Donald et Shapiro Ian, 1994, Pathologies of Rational Choice Theory, New Haven, Yale University Press.

Greif Avner, 1989, « Reputation and coalitions in medieval trade. Evidence on the Maghribi traders », Journal of Economic History, vol. 49, n4, p. 857-882.

— 1992, « Institutions and commitment in international trade. Lessons from the commercial revolution », American Economic Review, vol. 82, n2, p. 128-133.

— 1993, « Contract enforceability and institutions in early international trade. The Maghribi traders coalition », American Economic Review, vol. 83, n3, p. 525-548.

— 1994a, « Cultural beliefs and the organization of society. Historical and theoretical reflection on collectivist and individualist societies », Journal of Political Economy, vol. 102, n5, p. 912-950.

— 1994b, « On the political foundations of the late medieval commercial revolution. Genoa during the twelfth and thirteenth centuries », Journal of Economic History, vol. 54, n54, p. 271-287.

— 1997, « Microtheory and recent developments in the study of economic institutions through economic history », Advances in Economic Theory, t. 2, D. Kreps et K. Wallis éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 79-113.

— 1998a, « Historical and comparative institutional analysis », American Economic Review, vol. 88, n2, p. 80-84.

— 1998b, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales HSS, vol. 53, n3, p. 597-633.

— 2000, « The fundamental problem of exchange. A research agenda in historical institutional analysis », European Review of Economic History, vol. 4, n3, p. 251-284.

— 2006, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, New York, Cambridge, Cambridge University Press.

Greif Avner et Laitin David, 2004, « A theory of endogenous institutional change », American Political Science Review, vol. 98, n4, p. 14-48.

Grossman Gene M. et Helpman Elhanan, 2002, Special Interest Politics, Cambridge, MIT Press.

Hall Peter A. et Taylor Rosemary C. R., 1996, « Political science and the three new institutionalisms », Political Studies, vol. 44, n4, p. 936-957.

Hall Robert E. et Jones Charles I., 1999, « Why do some countries produce so much more output per worker than others ? », Quarterly Journal of Economics, vol. 114, n1, p. 83-116.

Hart Oliver et Holmstrom Bengt, 1987, « The theory of contracts », Advances in Economic Theory, Fifth World Congress, T. Bewley éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 71-157.

Hart Oliver et Moore John, 1999, « Foundations of incomplete contracts », Review of Economic Studies, vol. 66, n1, p. 115-138.

Hayek Friedrich A. (von), 1937, « Economics and knowledge », Economica, vol. 4, n13, p. 33-54.

Hechter Michael, 1992, « The insufficiency of game theory for the resolution of real world collective action problems », Rationality and Society, vol. 4, n1, p. 33-40.

Hodgson Geoffrey M., 1998, « The approach of institutional economics », Journal of Economic Litterature, vol. 36, n1, p. 166-192.

Kandori Michihiro, 1997, « Evolutionary game theory in economics », Advances in Economic Theory, t. 1, D. Kreps et K. Wallis éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 243-277.

Kandori Michihiro, Mailath George et Rob Robert, 1993, « Learning, mutation and long run equilibria in games », Econometrica, vol. 61, n1, p. 29-56.

Knight Jack, 1992, Institutions and Social Conflict, Cambridge, Cambridge University Press.

Lanfranco Scriba, 1952-1954 [1202-1226], « Cartolare », Notari Liguri del sec. xii e del xiii, H. C Krueger et R. L. Reynolds éd., Gênes, Società Ligure di Storia Patria, p. 1952-1954.

Lewis David, 1969, Convention. A Philosophical Study, Cambridge, Harvard University Press.

Levi Margaret, 2004, « An analytic narrative approach to puzzles and problems », Problems and Methods in the Study of Politics, I. Shapiro, R. Smiths et T. Masoud éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 201-226.

Lopez Robert S., 1976, The Commercial Revolution of the Middle Ages, 950-1350, Cambridge, Cambridge University Press.

March James G. et Olsen Johan P., 1989, Rediscovering Institution. The Organizational Basis of Politics, New York, Free Press.

Marimon Ramon, 1997, « Learning from learning in economics », Advances in Economic Theory, t. 1, D. Kreps et K. Wallis éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 278-315.

Mitchell Wesley C., 1925, « Quantitative analysis in economic theory », American Economic Review, vol. 15, n1, p. 1-12.

Moser Peter, 2000, The Political Economy of Democratic Institutions, Cheltenham, Edward Elgar.

Munck Gerardo, 2001, « Game theory and comparative politics », World Politics, vol. 53, n2, p. 173-204.

Nelson Richard R. et Winter Sidney G., 1982, An Evolutionary Theory of Economic Change, Cambridge, Harvard University Press.

North Douglass C., 1981, Structure and Change in Economic History, New York, Norton.

— 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Persson Karl G., 1988, Pre-Industrial Economic Growth, Social Organization, and Technological Progress in Europe, New York, Blackwell.

Pierson Paul et Skocpol Theda, 2002, « Historical institutionalism in contemporary political science », Political Science. State of the Discipline, I. Katznelson et H. Milner éd., New York, Norton, p. 693-721.

Postan Michael, 1973, Medieval Trade and Finance, Cambridge, Cambridge University Press.

Pounds Norman J. G., 1994, An Economic History of Medieval Europe, New York, Longman.

Putnam Robert D., 1993, Making Democracy Work, Princeton, Princeton University Press.

— 2000, Bowling Alone, New York, Simon and Schuster.

Rodrik Dani et al., 2004, « Institutions rule. The primacy of institutions over geography and integration in economic development », Journal of Economic Growth, vol. 9, n2, p. 131-165.

Scharpf Fritz, 1997, Games Real Actors Play. Actor-Centered Institutionalism in Policy Research, Boulder, Westview.

Schneider Gerald, Plumper Thomas et Baumann Steffen, 2000, « Bringing Putnam to the European regions. On the relevance of social capital for economic growth », European Urban and Regional Studies, vol. 7, n4, p. 307-317.

Schotter Andrew, 1981, The Economic Theory of Social Institutions, Cambridge, Cambrige University Press.

Scott Richard W., 1995, Institutions and Organizations, Thousand Oaks, Sage Publications.

Sened Itai, 1997, The Political Institutions of Private Property, Cambridge, Cambridge University Press.

Searle John, 1995, The Construction of Social Reality, New York, Free Press.

Sewell William H., 1992, « A theory of structure. Duality, agency, and transformation », American Journal of Sociology, vol. 98, n4, p. 659-679.

Shepsle Kenneth A., 1979, « Institutional arrangements and equilibrium in multidimensional voting models », American Journal of Political Science, vol. 23, n1, p. 27-59.

— 1992, « Institutional equilibrium and equilibrium institutions », Political Science. The Science of Politics, H. F. Weisberg éd., New York, Agathon Press, p. 51-82.

Smelser Neil et Swedberg Richard, 1994, « The sociological perspective on the economy », The Handbook of Economic Sociology, N. Smelser et R. Swedberg éd., New York, Russell Sage Foundation, p. 3-26.

Sobel Joel, 2002, « Can we trust social capital ? », Journal of Economic Litterature, vol. 40, n1, p. 139-154.

Sugden Robert, 1986, The Economic of Rights. Cooperation and Welfare, Oxford, Basil Blackwell.

Sutton John, 1991, Sunk Costs and Market Structure. Price Competition, Advertising, and the Evolution of Concentration, Cambridge, MIT Press.

Swidler Ann, 1986, « Culture in action », American Sociological Review, vol. 51, n2, p. 273-286.

Thelen Kathleen, 1999, « Historical institutionalism in comparative politics », Annual Review of Political Science, vol. 2, p. 369-404.

Townsend Robert, 1979, « Optimal contracts and competitive markets with costly state verification », Journal of Economic Theory, vol. 21, n2, p. 265-293.

Ullmann-Margalit Edna, 1977, The Emergence of Norms, Oxford, Clarendon Press.

Veblen Thorstein, 1899, The Theory of the Leisure Class, New York, Macmillan.

Weber Max, 1947, The Theory of Social and Economic Organization, New York, Free Press.

— 1949, The Methodology of Social Sciences, Glencoe, Free Press.

Weibull Jörgen, 1995, Evolutionary Game Theory, Cambridge, MIT Press.

Weingast Barry et Marschall William, 1988, « The industrial organization of Congress, or why legislators, like firms, are not organized as markets », The Journal of Political Economy, vol. 96, n1, p. 132-163.

Weingast Barry, 1996, « Political institutions, rational choice perspectives », A New Handbook of Political Science, R. Goodin et H.-D. Klingemann éd., New York, Oxford University Press, p. 167-190.

Williamson Oliver E., 1985, The Economic Institutions of Capitalism, New York, Free Press.

— 1993, « Transaction cost economics and organization theory », Industrial and Corporate Change, vol. 2, no 2, p. 107-156.

— 1996, The Mechanisms of Governance, Oxford, Oxford University Press.

— 1998, « Transaction cost economics. How it works ; where it is headed », De Economist, vol. 146, n1, p. 23-58.

— 2000, « The new institutional economics. Taking stock, looking ahead », Journal of Economic Litterature, vol. 38, n3, p. 595-613.

Woolcock Michael, 1998, « Social capital and economic development. Toward a theoretical synthesis and policy framework », Theory and Society, vol. 27, n2, p. 151-208.

Wrong Dennis H., 1961, « The oversocialized conception of man in modern sociology », American Sociological Review, vol. 26, n2, p. 183-193.

Young Peyton H., 1993, « The evolution of conventions », Econometrica, vol. 61, n1, p. 57-84.

— 1998, Individual Strategy and Social Structure, Princeton, Princeton University Press.

Zak Paul J. et Knack Stephen, 2001, « Trust and growth », Economic Journal, vol. 111, n470, p. 295-321.

Haut de page

Notes

1  Ce texte est la traduction du début de l’introduction de l’ouvrage d’Avner Greif, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 1-23. La traduction est réalisée avec l’aimable autorisation de Cambridge University Press et de l’auteur. © Cambridge University Press.

2  Lanfranco Scriba (1952-1954, n524). Cette croissance économique a notamment été étudiée par Britnell (1996), Lopez (1976), Persson (1988), Postan (1973) et Pounds (1994).

3  Djankov et al. (2003) affirment que l’économie comparative doit permettre de comprendre le compromis qui existe entre les risques d’expropriation privée et publique des droits de propriété. Les dispositifs institutionnels tels que l’ordre privé, l’indépendance judiciaire, l’État régulateur et la nationalisation sont des figures de ce compromis. Le niveau absolu d’efficacité de chacun de ces dispositifs qui est possible dans un pays dépend de la capacité de ses résidents à coopérer. La perspective que nous élaborons ici offre un cadre d’étude unifié grâce auquel il est possible d’étudier le micro-fonctionnement des dispositifs institutionnels et la capacité à coopérer.

4  Pour des études récentes sur le néo-institutionnalisme dans les sciences sociales, voir Eggertsson (1990), Bardhan (1991), Furubotn et Richter (1997), Hodgson (1998) et Greif (1997, 1998a, 1998b) en économie ; Hall et Taylor (1996) et Thelen (1999) dans les sciences politiques ; DiMaggio et Powell (1991), Smelser et Swedberg (1994), Scott (1995) et Brinton et Nee (1998) en sociologie. La perspective exposée ici est néo-institutionnaliste car elle réside dans l’étude des micro-fondations du comportement.

5  J’emploie le terme « motivé » (motivated), plutôt que « contraint » (enforced) parce que les actions peuvent être suscitées à la fois par la crainte de la punition, et par la récompense de l’obéissance.

6  Les concepts fondamentaux de la théorie des jeux sont exposés dans l’annexe A du livre.

7  Dans les sciences politiques, l’analyse des « équilibres favorisés par les structures » (structure-induced equilibria) a enrichi l’approche des « institutions-comme-règles » en examinant la motivation des acteurs politiques. Elle étudie les règles déterminées politiquement comme des équilibres générés au sein d’un jeu encadré par les règles des processus de décision politique. Elle considère les éléments structurels du processus de décision politique (par exemple, l’organisation du Congrès américain en comités) comme faisant partie des règles du jeu au sein duquel les agents politiques interagissent. Une analyse en termes d’équilibre identifie précisément ce qui motive les agents politiques à instituer une règle économique spécifique (Shepsle, 1979 ; Weingast et Marshall, 1988 ; Moser, 2000).

8  Un jeu spécifique peut avoir plusieurs séquences, et le comportement dans des séquences ultérieures peut être conditionné par le comportement et les événements de séquences antérieures. Cependant, cela ne nous dit rien quant aux relations entre des jeux différents (cela nous donne seulement la relation entre différentes séquences ou étapes d’un même jeu). La théorie des jeux nous permet de passer d’un jeu à la stratégie d’ensemble, pas de passer d’un jeu à un autre.

9  La théorie des jeux classique modélise le comportement stratégique d’agents rationnels dans des situations dont les détails sont connus de tous. S est connu de tous si tous les joueurs connaissent S, si tous les joueurs savent que tous les joueurs connaissent S, et ainsi de suite jusqu’à l’infini (Lewis, 1969).

10  Pour des modèles d’apprentissage dans lesquels les mêmes joueurs interagissent les uns avec les autres de manière répétée (au lieu de se coordonner de manière aléatoire), voir Schotter (1981) ; Fudenberg et Kreps (1988) ; Ellison (1993) ; Marimon (1997) et Fudenberg et Levine (1998).

11  Pour des exposés antérieurs et moins complets de ce projet, voir Greif (1989, 1992, 1994a, 1997, 1998a, 1998b, 2000). Cette perspective se rapproche le plus fortement de celles proposées par Shepsle (1992), Calvert (1995), Gibbons (2000) et tout particulièrement de celle d’Aoki (2001).

12  La transaction est l’unité de base dans les analyses inspirées de l’économie des coûts de transaction. Voir Williamson (1993), qui envisage également la possibilité d’utiliser d’autres unités d’analyse dans l’économie institutionnelle. La définition des transactions utilisée ici est différente de celle employée dans l’économie des coûts de transaction, comme il est expliqué dans le chapitre 2 de l’ouvrage.

13  Par théorie des institutions, j’entends une théorie qui prédit, à partir des caractéristiques exogènes de la situation, l’institution qui en résulte.

14  Pour cette raison, c’est se fourvoyer que d’assimiler les institutions à des traits observables, comme par exemple les restrictions constitutionnelles qui pèsent sur l’exécutif, les règles qui protègent les droits de propriété, ou encore un système judiciaire indépendant.

15  Des documents tels que la correspondance ou les enquêtes qui révèlent les croyances et les normes sont parfois utiles. Voir, par exemple, Zak et Knack (2001).

16  Cette position s’inscrit dans la lignée de Sutton (1991) ; Greif (1997, 2000) ; Scharpf (1997) ; Bates et al. (1998) ; Levi (2004) ; et d’autres.

17  Le culturel est difficile à définir. En 1952, Knoeber et Kluckholm identifiaient déjà 164 définitions de la culture. Pour des réflexions stimulantes sur cette question, voir DiMaggio (1994, 1997) et la partie III de cet ouvrage.

18  Le capital social est souvent défini comme « les caractéristiques de l’organisation sociale, telles que la confiance, les normes et les réseaux, qui peuvent améliorer l’efficacité de la société en permettant de coordonner les actions » (Putnam, 1993, p. 167). Les travaux de Coleman (1990) et Putnam (1993, 2000) sont devenus des classiques. Voir aussi Woolcock (1998), Dasgupta et Serageldin (2000) et Sobel (2002).

19  Elle rassemble les quatre piliers de l’approche sociologique des institutions, ainsi que Smelser et Swedberg (1994) les ont résumés dans le Handbook of Economic Sociology. Comme il est désormais courant de le faire en économie, la perspective adoptée ici accepte que les préférences et la rationalité sont construites socialement, que les structures sociales et les significations sont importantes et que l’économie fait intégralement partie de la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Avner Greif, « Qu’est-ce que l’analyse institutionnelle ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4264 ; DOI : 10.4000/traces.4264

Haut de page

Auteur

Avner Greif

Professeur d’économie à l’Université de Stanford (États-Unis) et Bohman Family Professor in Humanities and Sciences

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page