Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

L’« institution » selon Karl Polanyi. Fondements et mise en perspective contemporaine

Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak
p. 143-156

Texte intégral

  • 1  D’ordinaire, le programme de recherche de la Nouvelle économie institutionnelle (NEI) est présenté (...)
  • 2  Francis Edgeworth ou Irving Fisher, au début du xxe siècle, vilipendaient l’intrusion possible de (...)
  • 3  Cette hypothèse distingue la logique économique des autres.

1Depuis les années soixante-dix, certains économistes ont tenté de répondre aux difficultés de plus en plus nombreuses qu’ils rencontraient en réélaborant le concept d’institution. Cette tentative « néo-institutionnaliste »1 fut porteuse de malentendus. L’autonomisation progressive de l’économie comme savoir s’était, en effet, construite sur l’occultation délibérée de toutes sortes de fondements extra-économiques2. La quête de tels fondements, dans l’intention d’asseoir scientifiquement la connaissance, pouvait, en effet, être jugée superfétatoire pour une discipline qui ne se voulait plus être l’étude d’un domaine de la réalité mais la compréhension rationnelle du « comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares à usages alternatifs » (Robbins, 1932, p. 16)3. C’est pourquoi les institutionnalistes américains traditionnels comme Thortsein Veblen, John R. Commons ou Wesley C. Mitchell furent considérés par les néoclassiques de l’entre-deux-guerres comme n’étant pas vraiment des économistes. Après la guerre, Karl Polanyi (2008f, p. 510 et suiv.) fut également négligé, lui qui osait mettre en doute la croyance en l’universalité et la spontanéité du comportement économique « rationnel ». D’ailleurs, Douglass C. North (1977, 1981), l’un des pionniers de l’introduction en histoire de l’approche néo-institutionnaliste, précisait qu’il fallait relever le « défi » que constituaient les thèses de Polanyi, en considérant comme des explications ad hoc ce qui ne relevait pas de l’économie.

  • 4  Ancien conseiller à la Maison Blanche auprès du président Clinton puis économiste en chef et vice- (...)

2Si, à ce jour, Polanyi a acquis quelque légitimité auprès d’éminents économistes comme le Prix Nobel d’économie 2001, Joseph E. Stiglitz, c’est que les économistes ont de plus en plus de mal à prouver le caractère scientifique d’une discipline qui manque singulièrement de contenu empirique. Il suffit de se souvenir, par exemple, de l’échec des politiques recommandées par des références de premier ordre au moment de l’effondrement du bloc soviétique (la fameuse « thérapie de choc ») ou la surprise absolue qu’a constituée la crise de 2008 autant pour l’homme du commun que pour la quasi-totalité des économistes professionnels4.

3Dès lors que la construction sociale des grandes règles structurant les flux économiques est reconnue comme décisive, dès lors qu’on admet que les règles constitutives de l’organisation marchande n’émergent pas spontanément du jeu d’acteurs rationnels dans un monde d’optimalité, dès lors, aussi, que l’autorégulation des marchés est conçue comme un mythe, un espace de légitimité s’ouvre pour une authentique analyse institutionnelle. C’est aussi en dehors des constructions néo-institutionnalistes qu’il faut repenser l’institution dans ses rapports avec l’économie.

4Bien que Polanyi n’ait pas développé suffisamment le concept d’institution, la notion existe bien dans son œuvre. Nous nous attacherons donc à rappeler, d’abord, la problématique transdisciplinaire de Polanyi en la matière pour, ensuite, en dégager ce qui doit rendre attentif l’économiste soucieux de la problématique de l’institution, tout en insistant sur la nature distincte du marché.

La problématique transdisciplinaire de Karl Polanyi

5La crise des années trente et le second effondrement de la civilisation européenne qui suivit est l’objet même de la réflexion de Polanyi, comme l’indique le sous-titre de son ouvrage, La grande transformation, paru en 1944 : Aux origines politiques et économiques de notre temps. L’auteur veut situer son analyse à un niveau très général, celui des rapports changeants entre économie et société. Cette tentative se veut même être un « récit » écrit du point de vue des « institutions humaines » (Polanyi, 1983, p. 23). L’histoire est ainsi comprise du point de vue des grands principes qui déterminent l’organisation des sociétés. Étudier les institutions, dans ce cadre, révèle le sens d’un projet spécifiquement humain, c’est-à-dire une culture et des valeurs. À suivre Polanyi : « L’institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée une structure ayant une fonction déterminée dans la société. » (2008g, p. 59)

  • 5  Polanyi écrit d’une façon qui rappelle Commons : « Les institutions sont les incarnations d’un sen (...)

6Le processus économique consiste donc en un système de relations sociales, de règles partagées et de croyances communes qui recèle une certaine stabilité dans le temps et qui impose aux individus des contraintes mais leur ouvre aussi des opportunités5.

  • 6  Selon Oliver E. Williamson (1975, 1985), les institutions constituent la solution optimale de dive (...)
  • 7  Sur une société contemporaine sans marché, voir Catherine Baroin (2003) ; pour une société où le m (...)
  • 8  Jean-Michel Servet (1993) a développé cette intuition polanyienne mais de façon trop généralisante (...)

7En ce sens, il n’y a pas lieu d’opposer les marchés aux institutions, à l’image de certains néo-institutionnalistes6, puisque les marchés sont des activités institutionnalisées de façon spécifique. Les institutions économiques doivent être comprises comme des entités socialement construites où les processus économiques sont codifiés culturellement, de façon que la fluidité inhérente aux mouvements économiques acquière une stabilité. Ceci implique de comprendre la spécificité de la culture de marché, quand elle existe. Les travaux de Polanyi et de l’école substantiviste, qu’il a créée, rappellent qu’il existe des modalités variables d’inscription des pratiques de marché dans l’histoire, selon des nécessités écologiques, techniques et culturelles, sans compter l’existence de sociétés sans marchés. À l’encontre de certaines croyances académiques, il convient, de surcroît, de distinguer l’institution du marché de celle de la monnaie car la mesure des obligations inhérentes aux interactions sociales n’implique en rien que ces obligations soient de nature économique (Polanyi, 2008h, p. 239)7. Polanyi (1983, p. 42, p. 296 et suiv.) affirme même que l’erreur répandue des années trente était d’occulter la nature politique de l’institution de l’étalon-or qui est, en réalité, un ensemble de règles visant à reproduire une structure hiérarchique entre classes sociales et entre nations8. Plus généralement, le déni de la nature sociale de cette institution était l’expression de cette idéologie libérale qui croit possible d’autonomiser, dans les faits et le savoir, la sphère économique.

  • 9  Que l’on songe à la santé, à l’éducation, à la culture, au vivant ou encore aux ressources naturel (...)

8Selon Polanyi (1983, p. 53 et p. 298), la société de marché est une utopie et l’idée d’autorégulation des marchés une pure fiction, qui implique des résistances sociales spontanées, des « contre-mouvements » codifiant juridiquement et socialement les marchés. La création de domaines toujours plus étendus de la vie sociale soumis aux mécanismes marchands, sous l’égide d’une intervention publique9, est donc à l’origine d’un « double mouvement » d’institution des marchés et de résistances sociales. Mais cette dialectique est létale en ce que les contre-mouvements, la plupart du temps nécessaires à la simple continuation de la vie sociale et par là même à la pérennité des marchés, peuvent détruire le tissu de ce qui fait l’humanité du lien social, voire le lien social lui-même. Si le New Deal est, par exemple, l’expression même d’un contre-mouvement encastrant de façon démocratique l’économie, le fascisme allemand renvoie l’humanité – à cause du racisme – à une sorte de préhistoire mais aussi à une posthistoire où l’aliénation à la fonction productive est absolue (Polanyi, 2008e, p. 391 et suiv.). Par conséquent, les institutions qui intéressent l’économiste, comme la monnaie ou les marchés, se révèlent à l’examen être des institutions construites socialement. Lorsque sont évoquées, dès lors, des « institutions économiques », cela résulte simplement de ce que certaines institutions contiennent « une concentration de telles activités [économiques] » (Polanyi, 2008g, p. 58).

9À ce niveau, afin d’échapper à toute interprétation fallacieuse de la problématique de Polanyi, et bien que cet aspect des choses ne puisse être approfondi dans le cadre de ce texte, il importe de préciser que si la société de marché est une utopie et l’idée d’autorégulation des marchés une pure fiction pour Polanyi, il n’en demeure pas moins que ce dernier doit être considéré comme l’historien de cette fiction agissante, qui oriente le comportement des individus et transforme en profondeur la société, puisque cette fiction influence les rapports sociaux réels (Plociniczak, 2005, 2006, 2007, 2008). Polanyi met en évidence qu’au début du xixe siècle, s’est instaurée d’abord en Grande-Bretagne, puis dans le reste du monde occidental, une société radicalement nouvelle, en discontinuité avec les sociétés antérieures, qu’elles soient primitives ou archaïques. Cette société, que les économistes nomment capitaliste, Polanyi la qualifie de société de marché en insistant sur cette appellation. En effet, le marché n’y est plus « encastré » (embedded) dans les rapports sociaux traditionnels (religieux, de parenté, etc.). Bien au contraire, il subsume dans sa logique toutes les autres formes sociales. Cette singularité rend la société occidentale du xixe siècle inédite par rapport à celles qui l’ont précédée, puisqu’elle est une société où domine la croyance utopique en un marché autorégulateur qui est une représentation performative de la réalité. L’économie en vient à s’autonomiser, c’est-à-dire à se désencastrer, des rapports sociaux traditionnels et à imposer aux divers ordres de la vie sociale la contrainte de sa forme d’organisation et de son développement.

  • 10  Thomas R. Malthus et David Ricardo notamment, cibles favorites de la critique polanyienne.

10La « société de marché » repose ainsi sur des dispositions politico-juridiques particulières qui sont les conditions de possibilité de cette institution qu’est le marché. Sans les interventions systématiques et continues de l’État, la croyance utopique en un marché autorégulateur n’aurait jamais pu naître ni se développer au xixe siècle en Occident. Mais répétons-le, jamais, pour Polanyi, le marché ne s’est matérialisé dans sa forme utopique telle qu’envisagée par les économistes classiques10 et plus tard par les économistes néoclassiques. Dans cette perspective, le processus de désencastrement apparaît comme une forme particulière d’encastrement étatico-administratif où les pouvoirs publics en viennent à promouvoir les pratiques relevant d’une représentation exclusivement marchande de l’économie. La force de cette représentation tient à ce qu’elle rend invisibles les activités à orientation économique dans le sens de Max Weber. Si donc il y a désencastrement, c’est une nouvelle organisation sociale qui le rend possible. Considéré sous cet angle, le désencastrement est une représentation marchande du monde social, représentation utopique et destructrice dont l’aboutissement est impossible et la quête extrêmement dangereuse pour la société selon Polanyi. Cette représentation structure pourtant, de nouveau, depuis les années quatre-vingt, les sphères politiques et économiques, tout comme le révélait le regard de Polanyi (1983, chap. 12-13) sur le xixe siècle.

L’économie et les marchés comme « processus institutionnalisés »

  • 11  En ce sens, l’oblitération néoclassique de l’aspect institutionnel des faits économiques ne pouvai (...)
  • 12  Commons (1934, p. 69) affirme que l’institution est « l’action collective contrôlant l’action indi (...)

11Fournir une explication de l’histoire qui soit « fonction des institutions humaines » (Polanyi, 1983, p. 23) a une autre conséquence qui soulève la question de la spécificité des sciences sociales et la nécessité de leur caractère institutionnel : les institutions sont ce qui rend possible la connaissance des faits sociaux en même temps qu’elles sont objet de la connaissance elle-même11. En effet, si l’action humaine était absolument libre de détermination, l’idée de savoir serait vaine12. Les institutions sont ainsi l’expression même du processus de socialisation des comportements qui assurent une prévisibilité essentielle à l’action humaine et à la connaissance de la société. Comprendre les institutions comme des médiations entre les parties et le tout permet de dépasser les débats caractérisés par l’opposition entre holisme et individualisme, qui ont trop structuré les sciences sociales. Polanyi assigne d’ailleurs à l’histoire économique l’étude du dépassement des points de vue figés opposant choix individuels et nécessité sociale, ces points de vue trahissant des a priori idéologiques (Polanyi, 1977, p. xli). L’« analyse institutionnelle » pourrait alors montrer comment se dénoue concrètement la tension entre le tout et les parties.

  • 13  Nous avons tenté de présenter ce modèle dans Maucourant (1993). Polanyi estime que les fonctions a (...)

12Dans ses écrits antérieurs à La grande transformation, Polanyi (2008a, p. 313) avait élaboré un modèle de socialisme refusant la planification impérative, incapable de construire une comptabilisation rationnelle des coûts. Il imaginait ainsi, à l’intérieur d’un système socialiste décentralisé, des institutions offrant une réponse à la contradiction entre les fonctions de production et de consommation (Polanyi, 2008b, p. 323)13. Il montrait, par ailleurs, que la volonté d’un parti décrétant les besoins de la société, ainsi que les modalités de les satisfaire, aurait été source de gaspillage et négateur de la subjectivité ouvrière avec toutes les conséquences que cela implique pour l’idéal socialiste (Polanyi, 2008c, p. 330-332). Durant les années trente, il s’attacha à montrer que le nazisme repose sur une idéologie anti-individualiste et que l’idéologie fasciste est sous-tendue par le fantasme organiciste du déterminisme du Tout (Polanyi, 2008d, p. 416).

13Ce n’est donc pas le concept d’équilibre qui est le fondement de la connaissance en économie, croyance commune à toutes les orthodoxies, mais bien le concept d’institution que partage Polanyi avec les approches institutionnalistes authentiques, issues des travaux de Veblen, de Commons et de Mitchell. La problématique de La grande transformation, en 1944, est imprégnée de la question institutionnelle, mais celle-ci n’a pas été traitée explicitement et spécifiquement par Polanyi. En revanche, à l’issue des travaux effectués dans le cadre du Columbia Interdisciplinary Project, Polanyi donne du contenu à cette notion clef d’institution par le concept de « processus institutionnalisé » (Polanyi, 2008g).

14Précisons le domaine de la réflexion : l’économie dans le sens le plus général, c’est-à-dire substantif, « tire son origine de la dépendance de l’homme par rapport à la nature et ses semblables pour assurer sa survie » (ibid., p. 53). Polanyi écarte donc une définition restreinte de l’économie, qu’il qualifie de « formelle », selon laquelle l’économie se restreint à un processus mental d’économisation via un ajustement rationnel entre des moyens postulés rares et des fins alternatives. De ce point de vue, toute science universelle des choix est une rationalisation des motivations qui gouvernent le monde capitaliste, celui de la rareté généralisée où les marchés mettent en forme les choix des agents économiques. Or, « la coutume et la tradition, en général, éliminent le choix et, si choix il y a, il n’a pas besoin d’être causé par les effets limitants d’une quelconque rareté des moyens » (Polanyi, 1977, p. 27).

15En second lieu, nous pouvons alors concevoir l’économie substantive comme un processus, ce qui revient à la considérer comme une configuration de mouvements dont la nature est double : changements de lieux ou de propriétaires (Polanyi, 2008g, p. 57). Ces deux types de mouvements « épuisent à eux seuls les possibilités contenues dans le procès économique en tant que phénomène naturel et social » (Polanyi, 2008i, p. 243). Est implicite dans ce concept un mélange fluide de facteurs dénommés « économiques » et « sociaux ». Pour Polanyi, dans la mesure où « [les] activités sociales [...] appartiennent à ce procès, [elles] peuvent être appelées économiques ; […] tout élément de ce procès peut être considéré comme un élément économique » (Polanyi, 2008g, p. 58).

  • 14  Limitée « à une interaction mécanique, biologique, et psychologique des éléments, [qui] ne posséde (...)

16Or, sans le concept d’institution, la compréhension du procès économique, entendu comme une alchimie spontanée d’éléments physiques et sociaux, serait limitée14. Il serait quasi impossible d’affirmer l’interdépendance circulaire et la récurrence des mouvements sur lesquels reposent l’unité et la stabilité du processus économique. En effet, la série d’interactions de ces éléments techniques, sociaux et écologiques ne possède de « réalité globale » (ibid., p. 58) que s’ils sont institués, c’est-à-dire mis en forme selon certains rapports sociaux : « [l]e choix entre le capitalisme et le socialisme renvoie à deux manières différentes d’instituer la technologie moderne dans le procès de production » (ibid.).

  • 15  L’« institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée u (...)
  • 16  Notre propos ne peut ici inclure l’exposition de ces concepts clefs qui ont donné lieu à de nombre (...)
  • 17  Il nous paraît ainsi vain de vouloir isoler de prétendues « bonnes institutions » dans un système (...)

17L’institutionnalisation du processus économique est donc essentielle ; c’est ainsi que la survie de l’homme échappe à la contingence inhérente aux échanges avec la nature et aux interactions sociales (Polanyi, 1977, p. 34)15. Ceci implique de préciser ce qui permet l’unité et la stabilité du processus économique : les « principes de comportement » (Polanyi, 1983, p. 76) ou « formes d’intégration » (Polanyi, 2008g, p. 60), c’est-à-dire la réciprocité, la redistribution et l’échange (implicitement marchand), lesquels s’appuient sur les « modèles » ou « supports institutionnels » que sont la symétrie, la centralité et le marché16. Aussi, pour Polanyi, ces institutions sont porteuses d’histoire et leur temporalité n’est pas celle des comportements individuels. Elles font système et leur cohérence réside dans leur complémentarité17.

  • 18  North prétend concevoir une croissance tirée par des exportations, le problème étant que toute for (...)

18En opposition à toute « histoire conjecturale » du marché, Polanyi montre que l’on n’est pas passé du marché local au marché intérieur, puis de ce dernier au marché extérieur18 (2008i, p. 138). Approfondissant le travail de Weber (1991, p. 218), qui montra que le commerce entre peuples précéda les formes d’échanges internes, Polanyi suggère que « le vrai point de départ est le commerce au long cours, résultat de la localisation géographique des biens, et de la “division du travail” née de cette localisation » (Polanyi, 1983, p. 90).

19Et Polanyi distingue trois types d’institutions : le « commerce » (trade), les « marchés locaux » (market places) et le marché de la théorie économique (market), système doué de propriétés régulatrices mais nullement autorégulateur. Dans ce dernier cas, les prix y sont principalement indépendants des rapports sociaux entre les agents et résultent de la confrontation entre une masse d’offreurs et de demandeurs anonymes (Polanyi et Rostein, 1966).

  • 19  L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaines est, pour Polanyi, le facteu (...)
  • 20  Pour une discussion portant sur la robustesse du modèle de Polanyi à l’épreuve de la croissance de (...)

20Le commerce archaïque est une forme d’action collective, expression des pratiques de réciprocité entre unités politiques : les échanges entre élites sociales sont à la source des transactions limitées en nombre et variété. Il s’agit d’« une méthode qui consiste à acquérir des biens qui ne sont pas disponibles sur place. Il s’agit de quelque chose d’extérieur au groupe » (Polanyi, 2008i, p. 119)19. Dès que se structurent les pouvoirs politiques, les systèmes de redistribution organisent le commerce. Ce grand commerce est essentiellement administré, les prix fixés par traités diplomatiques préexistent à l’échange et ne sont donc pas susceptibles d’être discutés et modifiés par marchandage20. En outre, le commerce ne concerne pas la subsistance de l’homme dans ce qu’elle a d’essentiel et ne rend donc pas la vie humaine dépendante des fluctuations des prix formés sur le marché.

21Polanyi ne nie pas l’ancienneté du principe de l’échange marchand, il souligne plutôt l’antériorité du commerce et des usages de la monnaie :

Le commerce, ainsi que certains usages de la monnaie, sont aussi vieux que l’humanité ; en revanche, bien que des lieux de réunion à caractère économique aient pu exister dès le néolithique, les marchés ne commencèrent à prendre de l’importance qu’à une époque relativement récente. (Polanyi, 2008g, p. 65)

22Une question importante de l’histoire économique est ainsi de comprendre comment le commerce s’est lié au marché (Polanyi, 2008i, p. 137). De simples pratiques d’échange n’engendrent donc pas un système marchand ; le marché donne stabilité à ce qui ne serait, dans le cas contraire, que de simples actes d’échanges occasionnels. C’est pourquoi le marché est une institution, ou plutôt un processus institutionnalisé, comportant un mécanisme offre-demande-prix où le mouvement de biens est contrôlé par les prix (Polanyi, 2008i). Le fait que les prix du marché soient « fluctuants ou changeants » et de « caractère concurrentiel » est évidemment décisif (Polanyi, 2008g, p. 76). Dans de telles conditions, dont nous ne pouvons examiner ici les fondements sociaux, juridiques, politiques et culturels, l’institution du marché produit des effets systémiques, c’est-à-dire des effets de régulation, que Polanyi recouvre par le syntagme d’« échange intégratif » : « Même les marchés créateurs de prix ne sont intégratifs que s’ils sont reliés en un système tendant à étendre l’effet des prix à des marchés autres que ceux qui sont directement affectés » (Polanyi, 2008g, p. 63).

23Ce point de méthode est de prime importance pour l’étude des formes premières de marchés car les échanges qui s’inscrivent dans cette institution doivent avoir un minimum de cohérence et de stabilité : « [L]es actes d’échanges au niveau personnel ne créent des prix que s’ils ont lieu dans un système de marché créateur de prix, structure institutionnelle qui n’est en aucun cas engendrée par de simples actes fortuits d’échanges » (Polanyi, 2008g, p. 60).

  • 21  Bien d’autres traits distinctifs doivent être mis en évidence. Voir Maucourant (2005, p. 65 et sui (...)

24À suivre Polanyi, l’existence de transactions entre individus impliquant des rapports d’échange n’équivaut pas à l’existence d’une institution cohérente de marché. Il n’est donc pas possible, de tirer argument des seules pratiques de marchandage pour arriver à des conclusions hâtives sur l’existence d’un système de marchés 21.

De la NEI à Polanyi

25Un postulat représente le point de départ de la perspective néo-institutionnaliste : « au commencement était la rareté ». Il s’agit d’une des caractéristiques de l’approche de North qui n’a jamais varié et met en exergue l’idée de concurrence. La division du travail qui s’établit entre les hommes, spontanément à la recherche des gains que peut comporter l’échange, serait la raison du développement des marchés. Lorsque la communauté grandit, le commerce extérieur serait un fruit nécessaire des marchés en extension. Et au bout du compte : « [L]a clé du changement institutionnel [serait] l’interaction permanente entre les institutions et les organisations dans la répartition économique de la rareté, donc de la concurrence » (North, 2005, p. 86). Cette vision des choses est particulièrement bien résumée par Williamson : « au début étaient les marchés » (1975 p. 20, 1985 p. 87).

26A contrario, l’approche institutionnelle de Polanyi repose fondamentalement sur une tension entre l’affirmation de l’historicité radicale des institutions et le caractère universel de la subsistance de l’homme. La société ne dispose pas, en effet, de structures sociales différenciables à l’infini pour organiser sa subsistance. En revanche, il se peut fort bien qu’existent des variations institutionnelles autour de quelques schémas fondamentaux. À ce moment, l’étude précise du rapport aux représentations sociales peut expliquer les variations autour d’un thème central. Par où l’économie n’est pas une chose pour Polanyi, mais une articulation de structures sociales complémentaires historiquement situées dont l’étude est fondée sur des types idéaux d’ordre anthropologique et culturel que sont la redistribution, la réciprocité et l’échange marchand.

27Finalement, bien que le courant néo-institutionnaliste et l’approche polanyienne constituent toutes deux des constructions théoriques « institutionnelles », ces deux perspectives sont fondamentalement divergentes : concevoir, à la manière de Polanyi, l’économie comme un processus institutionnalisé contredit la croyance en la naturalité et l’universalité asociale et anhistorique du marché pour en restituer son irréductible pluralité anthropologique, historique et culturelle. Cette croyance, commune aux approches économiques conventionnelles, ne permet pas de déterminer la substance institutionnelle du marché en tant que telle, c’est-à-dire dans son historicité et sa socialité. Une question se pose alors : la méconnaissance de cette épaisseur institutionnelle du marché n’est-elle pas à la source des illusions que le capitalisme financier alimentait, jusqu’il y a peu encore, quant à son excellence ?

Haut de page

Bibliographie

Baroin Catherine, 2003, « Une société sans marché : les Toubou du Sahara central », Actes du colloque « Karl Polanyi et le marché », Nanterre, MSH René-Ginouvès.

Blanchard Olivier, Dornbusch Rudiger, Krugman Paul, Layard Richard et Summers Lawrence H., 1991, Reforms in Eastern Europe, Cambridge, MIT Press.

Brousseau Éric et Glachant Jean-Michel éd., 2008, New Institutional Economics. A Guidebook, Cambridge, Cambridge University Press.

Cangiani Michele et Maucourant Jérôme éd., 2008, Essais de Karl Polanyi, Paris, Seuil.

Cesa Yohann, 2002, « Échange commercial et usages monétaires non marchands dans le cadre du programme d’aide aux chasseurs du Nunavik », Études Inuit, vol. 26, n2, p. 175-186.

Coase Ronald C., 1998, « The new institutional economics », American Economic Review. Papers and Proceedings, vol. 88, n2, p. 72-74.

Commons John R., 1934, Institutional Economics, New York, Mac Millan.

Graslin Laëtitia et Maucourant Jérôme, 2005, « Le port de commerce : un concept en débat », Topoi, n12-13, p. 216-257.

Greif Avner, 1998, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales HSS, vol. 53, n3, p. 597-633.

— 2006, Institutions and the Path to the Modern Economy. Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press.

Guéry Alain, 2001, « Propriété, droit et institution dans l’institutionnalisme américain », Cahiers d’économie politique, n40-41, p. 9-38.

Hall Peter A. et Taylor Rosemary C. R., 1996, « Political science and the three new institutionalisms », Political Studies, vol. 44, n5, p. 936-957.

Maucourant Jérôme, 1991, « La controverse autour de Purchasing Power of Money de I. Fisher : un moment clé de la constitution de l’institutionnalisme américain », Cahiers Monnaie et financement, n20, p. 137-144.

— 1993, « Monnaie et calcul économique selon Karl Polanyi : le projet d’une économie socialiste fédérale », Revue européenne de sciences sociales, n96, p. 29-46.

— 1994, « La monnaie dans la pensée institutionnaliste », thèse de doctorat en sciences économiques, Université Lumière Lyon 2.

— 2003, « Le néo-institutionnalisme à l’épreuve de quelques faits historiques », Économie appliquée, vol. 56, n3, p. 111-131.

— 2005, Avez-vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute.

— 2008, Pour une économie historique de la monnaie, Wetteren, Moneta.

Maucourant Jérôme et Plociniczak Sébastien, 2007, « Penser l’économie. Les institutions et la dynamique institutionnelle à partir de Karl Polanyi », E. Lafaye de Micheaux, E. Mulot et P. Ould-Ahmed éd., Institutions et développement, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 89-112.

Mises Ludwig (von), 1923, « Neue Beitrage zum Problem der sozialistischen Wirtschaftsrechnung, », Archiv für Socialwissenschaf und Socialpolitik, n51, p. 488-500.

Nee Victor, 2005, « The new institutionalism in economics and sociology », The Handbook of Economic Sociology, N. Smelser et R. Swedberg éd., Princeton, Princeton University Press, p. 49-74.

North Douglass C., 1977, « Markets and other allocation system in history : the challenge of Karl Polanyi », Journal of European Economic History, vol. 6, n4, p. 703-716.

— 1981, Structure and Change in Economic History, New York, Norton.

— 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

— 2005 [1998], Le processus de développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

Parsons Talcott et Smelser Neil J., 1958, Economy and Society, Londres, Routledge and Kegan.

Plociniczak Sébastien, 2005, « La représentation utopique du marché autorégulateur selon Karl Polanyi », Histoire des représentations du marché, G. Bensimon éd., Paris, Houdiard, p. 692-708.

— 2006, « Karl Polanyi, les marchés et l’embeddedness. La grande transformation en question », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, hors-série, 1er semestre.

— 2007, « Au-delà d’une certaine lecture standard de La grande transformation », Revue du Mauss, vol. 29, n1, p. 207-224.

— 2008, « L’encastrement social des marchés. Éléments théoriques et empiriques pour une analyse en termes de réseaux relationnels », thèse de doctorat en sciences économiques, Université Paris 13.

Polanyi Karl, 1977, The Livelihood of Man, New York, San Francisco, Londres, Academic Press.

— 1983 [1944], La grande transformation, Paris, Gallimard.

— 2008a [1922], « La comptabilité socialiste », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 283-315.

— 2008b [1924], « La théorie fonctionnelle de la société et le problème de la comptabilité socialiste. Réponse au Pr. Mises et au Dr Weil », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 317-325.

— 2008c [1925], « Nouvelles considérations sur notre théorie et notre pratique », Essais de Karl Polanyi, M.  Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 327-335.

— 2008d [1934], « Othmar Spann, le philosophe du fascisme », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 413-417.

— 2008e [1935], « L’essence du fascisme », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 369-395.

— 2008f [1947], « La mentalité de marché est obsolète ! », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 505-519.

— 2008g [1957], « L’économie en tant que procès institutionnalisé », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 53-77.

— 2008h [1957], « La sémantique des usages de la monnaie », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 221-243.

— 2008i [1975], « Commerçants et commerce », Essais de Karl Polanyi, M. Cangiani et J. Maucourant éd., Paris, Le Seuil, p. 119-156.

Polanyi Karl et Rostein Abraham, 1966, Dahomey and the Slave Trade. An Analysis of an Archaic Economy, Seattle, Londres, University of Washington Press.

Robbins Lionel, 1932, An Essay on the Nature and Significance of Economic Sciences, New York, New York University Press.

Rollinat Robert, 1997, La nouvelle histoire économique, Paris, Liris.

Sapir Jacques, 2002, Les économistes contre la démocratie, Paris, Albin Michel.

Servet Jean-Michel, 1993, « L’institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue économique, vol. 44, n6, p. 1127-1149.

Stiglitz Joseph E., 2001, « Préface », K. Polanyi, The Great Transformation. The Economic and Political Origins of our Time, Boston, Beacon Press, p. xii-xvii.

— 2002, Globalization and its Discontents, New York, Norton.

— 2006, Un autre monde. Contre le fanatisme du marché, Paris, Fayard.

Weber Max, 1992 [1923], Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard.

Williamson Oliver E., 1975, Markets and Hierarchies, New York, The Free Press.

— 1985, The Economic Institutions of Capitalism, New York, The Free Press.

— 1996, The Mechanisms of Governance, New York, Oxford University Press.

— 2000, « The new institutional economics : taking stock, looking ahead », Journal of Economic Literature, vol. 38, n4, p. 595-613.

Haut de page

Notes

1  D’ordinaire, le programme de recherche de la Nouvelle économie institutionnelle (NEI) est présenté comme appréhendant deux objets spécifiques (Coase, 1998 ; Williamson, 2000 ; Nee, 2005 ; Brousseau et Glachant, 2008) : (1) la branche macro-institutionnelle dans la lignée des travaux de North (1977, 1981, 1990, 2005) explore la nature et le rôle des institutions en mettant en relief leur dimension historique et (2) la branche micro-institutionnelle de la gouvernance dans la lignée des travaux de Williamson (1975, 1985, 1996) s’intéresse à l’étude des modes d’organisation des échanges, des arbitrages entre ces modes et de leur efficacité comparée. Cela étant, depuis les années quatre-vingt-dix, des politologues (voir Peter Hall et Rosemary Taylor, 1996) et des historiens économistes comme Avner Greif (1998, 2006) ont profondément amendé la NEI de sorte qu’aujourd’hui, elle ne constitue plus a priori un champ théorique aux bornes aussi claires et distinctes. L’unité qui peut s’en dégager est toutefois la référence aux marchés conçus non comme des institutions mais comme complémentaires aux institutions. N.d.l.r. L’introduction de Greif (2006) est traduite dans ce numéro.

2  Francis Edgeworth ou Irving Fisher, au début du xxe siècle, vilipendaient l’intrusion possible de considérations tenant au pouvoir, à la psychologie et à l’historicité (Maucourant, 1991, p. 138 et p. 144).

3  Cette hypothèse distingue la logique économique des autres.

4  Ancien conseiller à la Maison Blanche auprès du président Clinton puis économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale, Stiglitz (2002, 2006) conteste les choix effectués par les organismes internationaux (l’OMC, le FMI ou la Banque mondiale) qui, selon lui, sont sous l’emprise de la croyance en la supériorité du marché en toute circonstance, ce qui est non fondé en théorie et ce qui les conduit à sous-estimer le rôle bénéfique de l’État. Stiglitz qualifie de « fanatisme du marché » cette croyance qui a triomphé jusqu’aux années 2007-2008. Sur cet aspect des choses, voir la contribution d’Oliver Blanchard et al. (1991) que Jacques Sapir analyse comme la « Campagne de Russie des économistes standard » (Sapir, 2002, p. 28). D’autres noms reconnus de la communauté académique, ceux de Stanley Fisher et Jeffrey Sachs, légitiment également un « marché sans institutions » (ibid., p. 36 et suiv.). Il convient de rappeler à cet égard que, mobilisant ses travaux théoriques sur l’imperfection de l’information, Stiglitz considère que les marchés sont incapables de s’autoréguler du fait de ces imperfections. Des formes d’actions collectives se doivent alors d’aider les marchés à fonctionner. C’est dans cette perspective que Stiglitz (2001) a rédigé en des termes louangeurs la préface de l’édition états-unienne de l’ouvrage le plus populaire de Polanyi, La grande transformation. Il y invoque un retour aux travaux de Polanyi, afin d’éviter les erreurs des transplantations institutionnelles et politiques néolibérales des années quatre-vingt-dix, et reconnaît particulièrement que la science économique et l’histoire économique « en sont venues à reconnaître la validité des affirmations clés de Polanyi » (Stiglitz, 2001, p. xiii).

5  Polanyi écrit d’une façon qui rappelle Commons : « Les institutions sont les incarnations d’un sens et d’un projet humain […]. Au niveau institutionnel, la réglementation étend et restreint à la fois la liberté ; seule la balance des libertés perdues a un sens […] ; les privilégiés parlent d’esclavage alors qu’en réalité tout ce qui est prévu, c’est d’étendre aux autres la liberté acquise dont ils jouissent eux-mêmes. » (Polanyi, 1983, p. 326) Ce point de vue est partagé par des contemporains bien différents de Polanyi, comme Talcott Parsons et Neil J. Smelser qui écrivent : « Les institutions sont les “chemins” dans lesquels les modèles de valeur de la culture commune à un système social sont intégrés dans l’action concrète de ses unités en interaction réciproque, à travers la définition des anticipations de rôle et l’organisation des motivations. » (Parsons et Smelser, 1958, p. 102-103)

6  Selon Oliver E. Williamson (1975, 1985), les institutions constituent la solution optimale de divers problèmes que le marché seul ne peut résoudre.

7  Sur une société contemporaine sans marché, voir Catherine Baroin (2003) ; pour une société où le marché procède d’une acculturation, voir Yohann Cesa (2002).

8  Jean-Michel Servet (1993) a développé cette intuition polanyienne mais de façon trop généralisante (Maucourant, 2008).

9  Que l’on songe à la santé, à l’éducation, à la culture, au vivant ou encore aux ressources naturelles.

10  Thomas R. Malthus et David Ricardo notamment, cibles favorites de la critique polanyienne.

11  En ce sens, l’oblitération néoclassique de l’aspect institutionnel des faits économiques ne pouvait être que transitoire. Il reste à savoir si la redécouverte des questions institutionnelles ne conduit pas à des fausses pistes à cause de ce caractère ad hoc que revêt l’inclusion des institutions. Voir les travaux de Robert Rollinat (1997) et Plociniczak (2008) sur « l’incomplétude » néo-institutionnaliste.

12  Commons (1934, p. 69) affirme que l’institution est « l’action collective contrôlant l’action individuelle », d’où découle « une libération de l’action individuelle par rapport à la coercition, la contrainte, la discrimination ou la concurrence déloyale, par le moyen d’entraves imposées à d’autres individus » (ibid., p. 73). Toutefois, la fécondité de l’approche de Commons (Maucourant, 1994, p. 13 et suiv., et p. 463 et suiv.) souffre d’un flou problématique posant des difficultés (Guéry, 2001, p. 28 et p. 34).

13  Nous avons tenté de présenter ce modèle dans Maucourant (1993). Polanyi estime que les fonctions antagoniques de la production et de la consommation doivent être représentées au niveau politique. La constitution de l’État socialiste ne serait pas, toutefois, exposée à une aporie majeure, car le processus vital lui-même implique un dépassement aussi nécessaire que perpétuel de cet antagonisme économique essentiel, ce que conteste Ludwig von Mises (1923).

14  Limitée « à une interaction mécanique, biologique, et psychologique des éléments, [qui] ne posséderait pas de réalité globale […] les éléments de la nature et de l’humanité, en action réciproque, ne formeraient aucune unité cohérente ; ils ne constitueraient en fait aucune unité structurelle qui puisse être considérée comme ayant une fonction dans la société ou possédant une histoire » (Polanyi, 2008g, p. 58).

15  L’« institutionnalisation du procès économique confère à celui-ci unité et stabilité ; elle crée une structure ayant une fonction déterminée dans la société ; elle modifie la place du procès dans la société, donnant aussi une signification à son histoire ; elle concerne l’intérêt sur les valeurs, les motivations et la politique. Unité et stabilité, structure et fonction, histoire et politique définissent de manière opérationnelle le contenu de notre assertion selon laquelle l’économie humaine est un procès institutionnalisé » (Polanyi, 2008g, p. 59).

16  Notre propos ne peut ici inclure l’exposition de ces concepts clefs qui ont donné lieu à de nombreux commentaires. Voir Plociniczak (2005, 2006, 2007, 2008) et Maucourant et Plociniczak (2007, p. 98 et suiv.).

17  Il nous paraît ainsi vain de vouloir isoler de prétendues « bonnes institutions » dans un système donné et essayer de les reproduire dans une autre armature institutionnelle. L’exemple typique est celui du rôle ambigu joué par le concept de « bonne gouvernance » comme préalable à la réalisation de bonnes performances économiques. À cet égard, l’apport des travaux de Polanyi est essentiel, notamment dans l’appréhension du caractère non universel du marché et donc de la rationalité marchande.

18  North prétend concevoir une croissance tirée par des exportations, le problème étant que toute forme d’échange bute sur la question des « coûts de transaction » dès qu’un certain « volume » d’échanges est en jeu. Or, de telles généralités tendent à occulter les raisons, non nécessairement économiques, qui expliquent l’antériorité du commerce sur l’échange (Maucourant, 2003).

19  L’accent mis sur l’acquisition de biens venant de contrées lointaines est, pour Polanyi, le facteur crucial du commerce.

20  Pour une discussion portant sur la robustesse du modèle de Polanyi à l’épreuve de la croissance des connaissances historiques, voir Graslin et Maucourant (2005).

21  Bien d’autres traits distinctifs doivent être mis en évidence. Voir Maucourant (2005, p. 65 et suiv.,p. 80 et p. 120).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Maucourant et Sébastien Plociniczak, « L’« institution » selon Karl Polanyi. Fondements et mise en perspective contemporaine », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/4257 ; DOI : 10.4000/traces.4257

Haut de page

Auteurs

Jérôme Maucourant

Maître de conférences à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne et chercheur à Triangle (CNRS, ENS LSH, IEP de Lyon, Université Lyon 2)

Sébastien Plociniczak

Chercheur associé au CEPN (Centre d’économie de Paris Nord, Université Paris 13, CNRS) et directeur de cabinet du maire de Liévin (Pas-de-Calais)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page