Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Tribune

La temporalité des institutions. Flux et reflux

Pascale Laborier
p. 31-35

Texte intégral

1Pascale Laborier est professeur de sciences politiques. Elle dirige depuis 2005 le Centre Marc Bloch, fondé en 1992 et inauguré en 1994, placé sous la tutelle conjointe du ministère des Affaires étrangères et européennes et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Ce centre franco-allemand de recherche en sciences sociales héberge une unité de service et de recherche du CNRS (USR 3130) et bénéficie depuis 2001 d’un financement du ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la recherche – Bundesministerium für Bildung und Forschung (BMBF). Ayant pour vocation de réunir des chercheurs, des post-doctorants et des doctorants français et allemands, il organise régulièrement des séminaires de recherche et des colloques. Mais sa survie institutionnelle s’est récemment vue menacée.
Dans le contexte de la récente fronde universitaire, et parce que le Centre Marc Bloch constitue une illustration des réformes politiques en cours visant à sacrifier certaines institutions et certains acteurs de la recherche, nous avons décidé de donner à sa directrice une « tribune » qui permette un retour réflexif sur la condition délicate de l’un des instituts de recherche français les plus prestigieux.
La rédaction

2Devant rédiger, au printemps 2009, une synthèse sur la politique scientifique française pour des collègues allemands, je m’interrogeai sur la pérennité de nos institutions académiques. Les réformes universitaires étaient épinglées presque quotidiennement à des banderoles ou à des piquets de grève. Étant moi-même à la tête d’un centre de recherche en sciences sociales à l’étranger, le Centre Marc Bloch, les incertitudes actuelles prirent un tour plus direct et incontournable. Les institutions semblaient vaciller. Les interlocuteurs, les règles, les lieux se mirent à changer de telle sorte que ce qui m’était apparu comme un « filet réticulaire » relativement stable, pour reprendre l’image de Norbert Elias (1991), se défaisait comme une pelote de laine qu’il fallait sans cesse rembobiner et dont les attaches s’effritaient. Il fallait écoper un navire prenant l’eau de toutes parts dans un monde incertain frappé par l’annonce de la crise financière. Cette situation d’actrice engagée et d’observatrice des institutions m’incitait à opérer un retour réflexif sur leur appréhension.

3Mon centre de recherche, comme bien d’autres, a été pris au cœur de la tourmente d’un vaste mouvement de réformes lancé à l’été 2007 : la RGPP, soit la « révision générale des politiques publiques ». Comme l’indique le site du Premier ministre1, celle-ci constituerait « une réforme de l’État sans précédent. 374 décisions, organisées autour de six axes de modernisation, ont été adoptées lors des trois conseils de modernisation des politiques publiques qui ont eu lieu entre décembre 2007 et juin 2008 ». Quelques ministères, dont celui des Affaires étrangères et européennes, ont joué un rôle pilote dans cette première phase des réformes. Curieusement, alors même que ces vastes réformes « essentielles pour les citoyens, les fonctionnaires et les finances publiques » modifient en peu de temps toute l’architecture bureaucratique de l’État et les rapports de pouvoir en son sein, la presse s’en est peu faite l’écho.

4La sociologie des réseaux ou des organisations nous propose certes des outils pour saisir les enjeux de telles réformes. La redistribution inégale des ressources, l’accès limité à l’information, diverses contraintes…, créent des poches d’incertitude dont certains acteurs peuvent se saisir pour poursuivre d’autres enjeux que la mission formelle affichée et contrôler ainsi les nouvelles relations de dépendance. Dit autrement, en gérant des « problèmes » stratégiques, les acteurs formatent de nouvelles relations de pouvoir. Agir dans un contexte d’incertitudes multiple – le contexte politique des réformes de la recherche en France mais aussi en Allemagne, la RGPP, la transformation du CNRS, les réductions budgétaires, etc. – est périlleux pour qui ne détient pas l’information. Mais qui contrôle véritablement des situations aussi mouvantes ? Rappelons qu’outre les stratégies de pouvoir, les acteurs, de manière individuelle ou collective, sont aussi engagés dans des régimes de croyances politiques qui complexifient l’évaluation des situations. De quels outils d’analyse disposons-nous pour saisir les rapports entre acteurs et réforme(s) des institutions ? Dans sa version « compréhensive », la sociologie des réformes s’intéresserait aux significations, aux croyances attribuées aux conduites, ainsi qu’à la compréhension mutuelle des acteurs concernés par les réformes. L’individu, engagé de gré ou de force, serait placé en situation de percevoir les « institutions » uniquement lorsqu’il s’y affronte.

5Mais si l’actrice que je suis prenait du recul et se projetait en situation d’observatrice participante, il me serait difficile de me dégager des jugements de valeur des catégories d’analyse de ma profession d’universitaire pour rendre compte de mes activités. Le plus étonnant a d’ailleurs été, en situation d’échange coercitif, de me voir parfois traitée comme déficiente du fait de ma qualité d’universitaire (« les universitaires n’ont pas les mêmes valeurs », « absence de langage commun », etc.), alors même que cette qualité est la condition sine qua non de mon poste ! L’emprise institutionnelle se traduit de manière variée sur les individus pris dans ces nouvelles configurations. Et dans cette tension entre le collectif et l’individuel, nos capacités nous permettent de nous « agencer » plus ou moins bien à notre environnement. Comme le pointe Franck Bessis dans ce numéro, « une institution est une réalisation du collectif ». Or, dans le collectif constitué par le Centre Marc Bloch, les situations sont inégales : le secrétariat local est menacé de licenciement ; les chercheurs allemands ne sont pas fonctionnaires, au contraire des Français qui, eux, retrouveraient un poste en France.

6Les sociologies contemporaines tentent de désenclaver l’acteur ou les agents de l’illusion de leur unicité. La variété des rôles sociaux, des expériences, des ressources culturelles et économiques, des configurations sociales, indique que les individus occupent, tour à tour, des positions sociales hétérogènes. Il s’agit alors de considérer les assignations identitaires comme les produits d’une durée variable et de déréifier les groupes sociaux. Une perspective centrée sur la construction des rôles permet de saisir la reproduction et les investissements institutionnels. La focale se tourne alors vers la pluralité des identités ou de la cohérence de comportements dans des contextes diversifiés. Ce sont les cadres d’action et d’interaction qui donnent sens aux configurations sous-tendant l’ancrage de l’action publique (et de ses réformes) dans le temps. L’historicité devient le marqueur des formes d’action possible.

7Contrepoint de l’acteur pluriel, la sociologie des régimes d’engagement propose l’action au pluriel, soit « le façonnement conjoint de la personne et de son environnement » (Thévenot, 2006). Cette approche pragmatique, orientée vers l’observation des formes d’ajustement des personnes entre elles ou avec leur environnement dans les actions concrètes, permet de saisir la mise en œuvre des appuis conventionnels et donc de la stabilité de la coordination des actions. Dans l’approche conventionnelle des institutions, l’accent est mis sur la base informationnelle sur laquelle elles bâtissent leur légitimité et leur présence dans la coordination. Les institutions sont des dispositifs, ou plutôt « des pratiques collectives qui donnent accès à des ressources, stabilisent les anticipations et règlent les conflits » (Salais, 2008, p. 153 ; je souligne).

8En période de troubles, de changements et de fortes incertitudes, comme la période que je décrivais de manière elliptique au début de ce texte, la pluralité des acteurs, des conventions ou des régimes d’action suffit-elle à décrire la situation ? Ne faudrait-il pas désenclaver les institutions à leur tour d’un présupposé d’unicité en réintroduisant une variable temporelle ? Cette dimension temporelle est encore plus frappante dans les situations « fluides », marquées par une grande incertitude. Les ruptures dans les manières de faire ne résultent pas de conversions subites sur un modèle binaire, mais sont commandées par les réactions à un contexte changeant. Dans les réformes en cours (RGPP), j’ai été, ainsi que mes collègues, confrontée à une série de dilemmes pratiques causés par la nouvelle situation. Les actions réformatrices paraissaient erratiques et s’ajustaient à de nouvelles conjonctures. La volonté d’agir de manière autoprophétique était d’ailleurs souvent plus visible que le sens même de la réforme… Or, le dialogue n’était guère possible lorsque nous étions confrontés à des modernisateurs qui croyaient ferme à l’effectivité de sa traduction pratique. De plus, nos efforts pour exposer la situation périlleuse de notre collectif se heurtaient à des acteurs qui pouvaient aussi avoir intérêt à se contenter de données fragmentaires et imprécises pour ne pas menacer le sens et la rationalité qu’ils donnaient à leur action. Ce qu’il faut désigner par nos « pratiques de résistance » n’était d’ailleurs pas extérieur à l’exercice de ce pouvoir, c’est-à-dire à l’ensemble de dispositifs concrets, de pratiques par lesquels il s’exerce matériellement. Les « dispositifs » sont à la fois ce qui dispose et ce qui autorise, ce qui contraint et libère, et les technologies de pouvoir sont précisément le lieu où l’entremêlement se donne à lire.

9Dans ces interactions, parfois violentes, ce qui m’a le plus saisie est la production intermittente de l’exercice du pouvoir politique. Les institutions sont trop souvent considérées comme linéaires ou peu malléables alors même qu’elles tiennent un rôle d’équilibre institutionnel. La notion de « dispositif » (de Michel Foucault, puis revue par Gilles Deleuze), dans sa surdétermination fonctionnelle, éclaire ce réajustement perpétuel d’éléments hétérogènes qui se maintient au-delà de l’objectif initial et survit ainsi à l’intentionnalité des acteurs. L’action publique est en ce sens un « dispositif », technique et social, ayant une histoire, qui organise les rapports sociaux. Or, dès lors que les institutions sont actualisées (via des actions au pluriel) dans des pratiques (d’acteurs / agents pluriels), cela ouvre dans le même mouvement un désenclavement de l’unicité, de la stabilité même de l’institution.

10Ne sommes-nous pas restés dans une philosophie de l’action et de l’acteur binaire (les institutions existent ou n’existent pas) ? Les institutions permettent de tenir la pluralité des mondes et des actions, mais ce faisant, nous les réduisons à leur dimension gigogne tandis qu’avec une approche fractale, nous pourrions réaliser des approximations convenables dans un domaine de validité propre qui pourrait n’être qu’intermittent. Le flux et le reflux des institutions sont trop irréguliers pour être décrits efficacement en termes géométriques, binaires, traditionnels : « Ces états vécus [...], il faut au contraire en faire des flux qui nous portent toujours plus loin, plus à l’extérieur, c’est exactement l’intensité, les intensités » (Deleuze, 2002, p. 359). Dans les combats dans et hors des institutions, les individus sont saisis d’un vertige transcendantal. Le propos n’est plus alors de connaître les institutions comme des objets pérennes, alors même qu’elles se dérobent à nous, mais bien notre manière de les connaître. Aux rationalités intermittentes et aux régimes pluriels d’action, notre expérience hologigogne de cette connaissance est morcelée et change tout au long de l’action : une institution est une institution dont chaque élément est aussi une institution.

Haut de page

Bibliographie

Deleuze Gilles, 2002, L’île déserte et autres textes. Textes et entretiens 1953-1974, Paris, Minuit.

Elias Norbert, 1991 [1987], La société des individus, Paris, Fayard.

Salais Robert, 2008, « Conventions de travail, mondes de production et institutions : un parcours de recherche », L’homme et la société, n170-171, p. 151-174.

Thévenot Laurent, 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  Site consulté le 15 juillet 2009 [URL : http://www.rgpp.modernisation.gouv.fr].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Laborier, « La temporalité des institutions. Flux et reflux », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 17 | 2009, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4185 ; DOI : 10.4000/traces.4185

Haut de page

Auteur

Pascale Laborier

Professeur en sciences politiques, directrice du Centre Marc Bloch et chercheuse associée au CURAPP (Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie, CNRS, Université de Picardie Jules Verne)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page