Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Du système à l’univers

Arnaud Fossier et Paul Costey

Texte intégral

 « La paralysie de l’historien provient de la simultanéité et de l’interaction de phénomènes entièrement hétérogènes : fanatisme messianique et structures bureaucratiques, impulsions pathologiques et décrets administratifs, attitudes archaïques et société industrielle avancée » Saul Friedländer, From antisemitism to extermination

1De 1933 à 1945, un vaste réseau de camps de concentration est mis en place en Europe. Le régime nazi est traditionnellement perçu comme l’instigateur de cette politique concentrationnaire. Si les juifs furent les principales victimes de l’entreprise de destruction, les opposants politiques, les tziganes ou les homosexuels constituèrent d’autres cibles du régime et composèrent en grande partie la population des camps. Cet ordre concentrationnaire inédit relève t-il d’objectifs structurants débouchant sur un système ? Si l’on considère qu’un système est un ensemble composé d’éléments communiquant entre eux tels les rouages d’une machinerie, les camps de concentration forment-ils un système ? Il faudrait en outre prendre en considération la dimension systématique d’un tel ensemble - et pas seulement systémique : les habitudes contractées par les différents acteurs finissent-elles par composer un ensemble achevé ? Ou au contraire, faut-il considérer qu’un tel système ne peut exister, puisque toujours en devenir et sans origine véritable ?

Les origines du système

  • 1 E.KOGON, L’Etat-SS, Paris, Seuil, 1993.

2En préambule à L'Etat S.S, E.Kogon1 pose la question suivante : « L'historien n'est-il pas celui qui tente désespérément de rationaliser le système ? » L'oeuvre de Kogon, ancien détenu à Buchenwald, est pour le moins ambiguë. Son écriture descriptive se veut le reflet de la réalité sans essai de rationalisation, mais la structuration de sa pensée, elle, ne trompe pas : en consacrant son premier chapitre à la naissance et l'émergence progressive de l'organe destructeur majeur, la S.S, il se tourne bien du côté des origines du système concentrationnaire .Les chapitres suivants concernent la construction, l’aménagement puis l'organisation interne des camps. Autant dire qu'il croit ferme à une chronologie de type linéaire, et par là même à la gestation lente d'un système, sans pour autant nier ou camoufler les contradictions intrinsèques à ce processus pour le moins improvisé. Kogon souligne d'emblée le décalage entre la typologie des camps fixée aux « origines » et la réalité des conditions de vie qui très rapidement ne correspond plus à ces degrés établis en 1933. Si son récit est linéaire, c’est qu'il fonde sa pensée sur son expérience. Il n'incarne donc pas la démarche purement historiographique en tant qu'elle repose sur un tout autre matériau : la source. Kogon évoque essentiellement Buchenwald et ne rend pas compte du système, dans sa dimension globalisante. La logique d'ensemble, s'il y en a une, lui échappe. Une reconstitution de type historiographique permettrait-elle une rationalisation autre que chronologique ? Comme le souligne Paul veyne, dans Comment on écrit l'histoire, « le concept de temps n'est pas indispensable à l'historien, qui n'a besoin que de celui de processus intelligible (nous dirions de celui d'intrigue); or ces processus sont en nombre indéfini, car c'est la pensée qui les découpe, ce qui contredit la succession chronologique à une seule voie ». Autrement dit, comment ne pas se méfier du récit structuré par l’historien, inventant des origines à ce qui n’en a pas.

  • 2 R.Hilberg, Les sources de l’Holocauste, Paris, Gallimard, 2001. Ouvrage qui tel une profession de f (...)
  • 3 P.Ricoeur, Du texte à l’action, « De l’herméneutique des textes à l’herméneutique de l’action », Pa (...)

3La méthode privilégiée par Hilberg2nous renvoie dos à dos avec le problème des origines d'un système. Les sources dont l'historien dispose sont à la fois les traces d'un système et le matériau qui engendre l'écriture de l'histoire. Elles permettent l'avènement (scripturaire) d'un tel système mais aussi sa mise au jour. Ambiguïté donc de la source: à la fois mirage et support heuristique. Pour reprendre la distinction que fait P.Ricoeur, la parole présente tandis que l'écriture « présentifie »3. Puisque l'histoire est un récit, « elle ne fait pas revivre » (P.Veyne). L'historien se contente t-il à partir du recoupement des sources, comme le préconise Hilberg ,de reconstituer partiellement une réalité qu'il sait rongée et qui par conséquent ne peut être perçue comme système ? Ou reconstruit-il un système en décelant des origines, en rationalisant la réalité par des causes explicatives? Si la source est bien « le fragment d'une configuration plus large » (Hilberg), il n'en demeure pas moins que des lacunes innombrables minent l'édifice historiographique de toutes parts et empêchent l'avènement d'un système. Le régime des camps de concentration est comme orphelin et l'historien tente de l'affilier à un ou des responsables, qui, une fois l'historien relayé par les juges, deviendront coupables.

4Les sources disent donc sans cesse les limites de l'existence d'un système. Comme le souligne Hilberg avec justesse et de manière quelque peu désabusée : le témoignage oral des détenus n'est même pas représentatif de ce qu'ils ont vécu... Les sources sont bien le reflet de méthodes et procédés variables à l'infini, à l'échelon local. Leur rapprochement peut-il faire surgir un système désordonné fait d'antinomies et de défaillances, de contre-ordres et de désobéissances aux directives venues d'en haut, venues d'une hiérarchie qui laisse suffisamment de latitude aux maillons intermédiaires ? L'historien peut-il croire à l'existence d'un système cohérent et abouti, ou à l'idée d'une idéologie fédératrice de toutes les énergies, celle de Mein Kampf ? Faut-il se fier au nominalisme historique veynien:

« il n'est pas possible d'expliquer une société ou une tranche d'histoire comme un organisme; il existe seulement une poussière d'événements dont chacun requiert son explication particulière. »(op.cit, p.356).

5Le champ passé semble fracturé et traversé par des discontinuités qu'il ne s'agit pas de résorber pour obtenir un champ uni et homogène.

  • 4 Sur ce point et pour d’autres analyses, I.Kershaw présente la synthèse la plus claire des débats hi (...)

6Avant d'entrer au coeur d'un processus qui ne connaît donc pas de point de départ, il nous faut « réhistoriciser » le phénomène comme le préconise I.Kershaw4, autrement dit déchiffrer la pratique qui a pu sous-tendre ce phénomène concentrationnaire et par-là même éviter d'en faire spontanément un régime monstrueux au sens propre du terme.

Réhistoricisation

  • 5 nolte atténue les spécificités de la période et va jusqu'à nier l’originalité du phénomène nazi. Da (...)

7Au milieu des années 1980, des historiens allemands cherchent à replacer la période nazie dans un temps long afin de dégager l’originalité de celle-ci. A la suite des dérives apologétiques de E.Nolte5, le « projet bavarois » lance un programme d’études : l’histoire de la vie quotidienne, qui déplace le point de vue, pénètre au coeur du processus en étudiant à la base les conditions d’ émergence du phénomène concentrationnaire. Le rôle de l'idéologie doit être relativisé dans la mesure où des schémas de normalité sociale préexistaient au régime, comme l'a souligné l'Alltagsgeschichte. Le problème devient alors d'articuler normalité et barbarie. La mise en relation des deux termes nous renvoie directement au chapitre de Mommsen intitulé « Modernité et barbarie ». Ce dernier insiste sur l'absence d'entraves au déchaînement de la violence dans les camps tout comme Kershaw parle d'absence d'inhibitions morales et d'indifférence de la société allemande par rapport aux persécutions des Juifs. Gelatelly, lui, évoque le consensus social qui se forme autour (ou en marge...) des mesures de « police » prises par le régime. Ce n'est donc pas tant la situation exceptionnelle sur le plan politique et idéologique qui engendre cette acceptation de la barbarie, mais bien une perception préalable de la normalité qui donne une certaine marge de manoeuvre au régime, comme le suggère Burrin qui parle de « violence congénitale ». Une « société civilisée » présente les conditions sociales dans lesquelles le génocide devient acceptable donc possible. Un clivage dissocie une violence publique et une violence secrète, mais les historiens sont loin de s'accorder sur la rupture mettant fin à la violence populaire qui visait des comportements déviants ne méritant ni la prison ni l'internement. Hilberg estime qu'un coup d'arrêt est donné en 1938, à la suite de la Nuit de cristal, pogrom non commandité par le régime. Goering déclare alors qu'il est nécessaire d'éliminer les actions isolées. Chacun se persuade que les mesures antijuives doivent être conçues systématiquement. Désormais, le processus bureaucratique de destruction prend le pas. Burrin adopte une vision plus globalisante et ne trace pas de ligne de partage chronologique, mais en revanche il maintient le clivage secret/public. La violence populaire, militaire et policière se prolonge, selon lui, jusqu'à la fin de la guerre. Au contraire,

« le secret enveloppait la violence des camps, qui frappait les corps et les esprits. » (p.156).

8Brozsat, quant à lui, fait de 1941 une césure fondamentale dans la mesure où le régime prend alors le parti de camoufler les actes d'euthanasie, de repousser en périphérie les services « médicaux » et les camps ; les Allemands ayant manifesté certaines réticences à l'égard de la barbarie de ces actes, ou ayant même ouvertement protesté. Le concept de « violence congénitale » permet donc d'une part de réhistoriciser le phénomène en le rattachant à des pratiques antérieures et d'autre part d'articuler normalité et barbarie.

9La destruction est aussi perçue par Hilberg comme « l'aboutissement de pratiques anciennes ». Il dégage trois politiques successives: conversion, expulsion, annihilation dans une situation de guerre totale à partir de 1941. Mais cette gradation dans la violence dépeinte par Hilberg présente peut-être trop le processus comme le déroulement implacable et inéluctable d'une politique de discrimination qui s'avère toujours plus insuffisante. La téléologie menace une telle argumentation. Aussi faut-il penser en termes de développement de pratiques anti-juives anciennes et d'engrenage plutôt qu'à un système planifié implacablement destructeur et absolument novateur dans sa manière de procéder. Le saut est peut-être d'avantage quantitatif que qualitatif. Hilberg repère ainsi des antécédents documentaires mais aussi idéologiques.

« Les modes et les caractéristiques de la composition (de l'information) avaient été définis avant la période nazie. Fixé par d'innombrables reproductions, le modèle, à la façon d'un héritage, fut mis au service d'une nouvelle entreprise (...). Les sources du génocide s'inscrivent dans le droit fil de modèles préexistants. » (op.cit, pp.55-57).

10Non seulement, la composition des documents est similaire à l'avant du régime nazi, mais en outre les pratiques discriminatoires sont les copies conformes des mesures prises par l'Eglise à la fin du Moyen Age. Quant à la représentation du Juif dans les textes d'Hitler, elle renvoie directement aux pratiques discursives luthériennes ou antisémites du XIXème siècle, le besoin d'un stéréotype se faisant sentir. Mais les mêmes outils peuvent-ils nous permettre de raisonner en termes de sources d'inspiration et d'antécédents en ce qui concerne l'ensemble des victimes du système concentrationnaire nazi?

11A partir de regards croisés entre Foucault et Goffman qui dans Asiles fait explicitement allusion -et ce à plusieurs reprises- aux camps de concentration comme « institutions totalitaires », on pourrait déceler une pratique disciplinaire sous-jacente au « système concentrationnaire». Celui-ci n'est-il qu'une dérive exacerbée des techniques de punition et de surveillance mises en place au XIXème ? Voici ce que dit Foucault en 1976 à propos des camps: « Comme techniques de punition, ils sont proches du vieil appareil pénitentiaire inventé au XVIIIème siècle. ». Et un peu plus loin:

« Le camp de concentration a été une formule médiane entre la grande terreur et la discipline, dans la mesure où il permettait d'une part de faire crever les gens de peur ; d'autre part d'assujettir ceux qu'on redoute à l'intérieur d'un cadre disciplinaire qui était le même que celui de la caserne, de l'hôpital, de l’usine, mais multiplié par dix, par cent, par mille... ».

12Le saut serait-il quantitatif ? La technologie du pouvoir à l’oeuvre dans les camps est héritée du XIXème siècle, ère de la punition généralisée, de la vaporisation de la « discipline » dans de nombreuses institutions. Goffman voit dans le camp de concentration une « institution totalitaire ».

« L'isolement par rapport au monde extérieur dans un espace clos, la promiscuité entre reclus, la prise en charge de l'ensemble des besoins des individus par l'établissement, l'observance obligée d'un règlement qui s'immisce dans l'intimité du sujet et programme tous les détails de l'existence quotidienne » (R.Castel, dans sa présentation d'Asiles)

sont les traits structuraux qui caractérisent ce contrôle totalitaire du mode de vie des détenus. Malheureusement, Goffman s'attache davantage à théoriser les fonctions sociales assumées par tout un ensemble d'établissements de ce type, apparemment hétérogènes les uns par rapport aux autres, qu'à les réhistoriciser (resituer la période dans un contexte plus large pour mieux en saisir les spécificités). Concluons sur la nécessité de réhistoriciser pour éviter l'abstraction du phénomène hors du champ historique. La méthode vaut aussi pour l'analyse du processus, comme nous allons le voir maintenant.

Le pouvoir nazi

  • 6 F.Neumann, Béhémot, structure et pratique du national-socialisme, Paris, Payot, 1987 (1ère éd. 1942 (...)
  • 7 De nombreux arguments ont été avancés. Les plus pertinents portent la critique sur la prétendue hom (...)
  • 8 Le terme est de Philippe Burrin. Cf. « charisme et radicalisme », in Fascisme, nazisme, autoritaris (...)
  • 9 I.Kershaw, Hitler, essai sur le charisme en politique, Paris, Gallimard, 2001 (1ère 1995).

13De « l’anarchie féodale» à la dictature absolue d’un homme, de nombreux modèles explicatifs ont cherché à cerner la place d’Hitler au sein du régime nazi. Les deux écoles historiques précitées proposent deux écueils que I.Kershaw utilise, afin de dessiner les grandes lignes du débat. Le courant intentionnaliste accorde une place essentielle à la figure d’Hitler, maître du régime au pouvoir incontesté. Dans le même esprit, il confère à la « Weltanschauung » hitlérienne une force motrice qui serait à l’origine d’un programme d’extermination des juifs, établi dès les années 1920. Les tenants de ce paradigme s’appuient sur les nombreuses déclarations du Führer (de Mein Kampf aux discours prononcés en privé comme en public) pour étayer leur thèse. La seconde « école historiographique » -fonctionnaliste ou structuraliste- insiste au contraire sur la concurrence entre les instances du régime (la SS, la Wehrmacht, les industriels,…) et refuse de se focaliser sur Hitler. Ce qui prévaut dans cette analyse, ce sont les rouages, les mécanismes institutionnels intervenant dans la prise de décision. Ainsi des auteurs comme Mommsen ou Broszat mettent en évidence l’incertitude qui pouvait régner au sein de l’administration nazie et la faible marge de manoeuvre du dictateur, pris dans des jeux de pouvoir qu’il ne contrôlait que partiellement. Mommsen va jusqu’à désigner Hitler comme « un dictateur faible » pour mieux se démarquer des thèses hitléristes. Mommsen et Broszat reprennent l’héritage intellectuel de Franz Neumann, qui dès 1942 dévoile les structures du régime nazi6. Son analyse porte sur les conflits entre quatre groupes compacts et centralisés (la « Grande Industrie », le Parti, l’Armée, la bureaucratie) s’accordant ponctuellement sur certaines décisions - qu’Hitler ne fait qu’entériner. La dynamique du régime procède des affrontements entre ces instances de pouvoir pour s’accaparer les prérogatives de l’Etat. Cette vision polycratique a été redécouverte dans les années 1970 par les tenants de l’analyse fonctionnaliste, mais ils se sont largement éloignés de Neumann après les critiques formulées à l’encontre de ces thèses7. Pourtant le terme de polycratie fonde bien une analyse dynamique du régime. Broszat distingue ainsi deux phases dans l’évolution du régime : une phase autoritaire et une phase totalitaire, dont la césure se situe en 1938. L’évolution que retrace l’historien allemand suit la disparition de la collégialité du pouvoir vers des formes anarchiques de gestion. En effet, si Hitler a accédé au pouvoir dans un gouvernement à dominante conservatrice - et non pas nazie - il est ensuite parvenu à se libérer de cette tutelle. Le processus conduit à une désorganisation croissante des instances officielles par « hybridation »8 (rapprochement d’instances étatiques et partisanes), inflation bureaucratique et superposition. Toutefois il serait inexact de dénier à Hitler tout pouvoir. Pour nuancer les thèses fonctionnalistes, I. Kershaw montre comment Hitler contrôlait les organes de coordination. En instituant des relations en tête à tête (et en interdisant toute réunion sans sa présence), il se faisait l’arbitre - parfois indécis- des conflits entre les différentes féodalités qui composaient le régime9.

  • 10 Ibid. pp 27 et sq.

14Les nouvelles tendances historiographiques visent à dépasser ce clivage et réintégrer les apports des deux écoles. I.Kershaw notamment interroge la notion webérienne de pouvoir charismatique et son application au régime nazi. En retraçant l’ascension d’Hitler, il révèle le poids du charisme et la constitution de ce qu’il nomme une « communauté charismatique » (communauté des personnalités les plus proches d’Hitler unies au Führer par des « liens de fidélité quasi-archaïques »), soutien décisif dans la marche vers le pouvoir. En réintégrant la figure d’Hitler au sein d’analyses structuralistes, il propose une nouvelle grille d’interprétation dans laquelle on confronte différents idéaux-types de pouvoir et leur forme empirique. Selon Kershaw, les structures d’un pouvoir rationnel-légal se désintègrent au profit d’un pouvoir charismatique. Les formes personnelles de pouvoir corrompent les formes impersonnelles et réglées du pouvoir rationnel-légal. Les origines de cette domination charismatique se trouvent selon Kershaw dans la situation de crise que connaissait la République de Weimar et également dans une vision héroïque de la politique. Hitler se présenta tel « un guerrier germanique venant accomplir sa mission »10 : assurer le salut du peuple allemand.

Le lien entre idéologie et politique

  • 11 E.JÄCKEL, Hitler idéologue, Paris, Gallimard, 1995 (1ère éd. fr. 1973).
  • 12 J.BILLIG, L’hitlérisme et le système concentrationnaire, Paris, P.U.F., 2000 (1ère éd. 1967)
  • 13 Ph.Burrin, « Hitler, la race et la nation », in Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Seuil, 200 (...)
  • 14 M.BROSZAT, L’Etat hitlérien, l’origine et l’évolution des structures du troisième Reich, Paris (Mun (...)

15Par le biais du concept de « Weltanschauung », Jäckel décèle la cohérence du système de pensée propre à Hitler et dégage surtout les continuités de ce système de 1919 à 194511. Dans une lettre de 1919, Hitler écrit: « L'antisémitisme de la raison doit conduire à une lutte légale et méthodique. (...) Son objectif final doit être l'élimination des Juifs en général. » Dans Mein Kampf, la question juive prend une importance croissante aux yeux d'Hitler, il la met en rapport avec son programme de politique étrangère. Autre aspect nouveau: la radicalisation des mesures à prendre. Quant à la guerre, elle jouera, selon Jäckel, le rôle d'amplificateur de la vision que le Führer se fait de lui-même: celle d'un prophète et d'un idéologue dont la mission historique est de conduire la race aryenne vers la domination mondiale en vertu d'une théorie de l'instinct de conservation dont émaneraient tous les événements historiques. Il ne s'agit pas tellement de remettre en question ce que Jäckel propose en matière de cohérence « idéologique » ni la manière dont il fait le lien entre hitlérisme et national-socialisme mais bien de déplacer le point de vue afin de voir les choses sous un autre angle. J.Billig n'adopte pas davantage le point de vue par en bas12. Par conséquent, il parvient facilement à faire coïncider Mythe hitlérien et ce qu’il nomme actualisation du mythe. On voit à quel point cette vision est biaisée: le champ d'action des S.S n'est perçu que comme champ d'application d'une pratique discursive parmi tant d'autres. Billig prend en compte la doctrine hitlérienne comme outil de lutte contre le marxisme et comme industrialisme modernisateur exaltant la classe des industriels allemands et prônant par là-même l'inégalité sociale. Les camps sont perçus, dans cette optique, comme les lieux où seront réprimés les « déchets sociaux », ceux qui n'acceptent pas l'ordre social naturel. Il avance le concept d’ « anti-race concentrationnaire ». Comme le réaffirmera Burrin, la doctrine hitlérienne contribue à racialiser toutes les déviances sociales et renforce ainsi le contraste entre la S.S, qui incarne le Mythe raciste hitlérien, et la main d' oeuvre concentrationnaire13. Mais les canaux de diffusion de la Weltanschauung d'Hitler ne sont guère mis en valeur et tout ce bel édifice rhétorique repose finalement sur le concept certes opératoire mais peut-être fragile de charisme. Rien n'est vraiment faux de ce qui est dit dans cette longue étude sur le système concentrationnaire. Effectivement, la main d' oeuvre concentrationnaire constitue bien un réservoir inépuisable pour la grande industrie. Mais l'erreur méthodologique fausse l'analyse puisque Billig prend comme point de départ de celle-ci un discours qui serait homogène: le Mythe hitlérien. Tandis que les fonctionnalistes feront de l'antisémitisme et de l'espace vital des métaphores, des symboles de lutte que seules les circonstances peuvent transformer en réalités concrètes. Broszat n’accorde à la Weltanschauung hitlérienne que le simple statut d’utopie, qui en aucun cas ne peut constituer une force motrice14. Le dictateur donnait des orientations, fonctionnait en lançant des impulsions périodiques et il était même prêt à déléguer une part de son pouvoir contre un acte d’allégeance. Toutes ces injonctions ne s’appuyaient que sur des croyances utopiques en une expansion illimitée. En accord avec ce paradigme, on ne peut envisager une décision explicite et encore moins un ordre émanant d’Hitler.

Du discours au meurtre de masse

  • 15 Ph.Burrin, Hitler et les juifs, genèse d’un génocide, Paris, Seuil, 1989. p 172.
  • 16 C.BROWNING, Des hommes ordinaires. Le 101ème bataillon de réserve de la police allemande et la solu (...)

16Pourtant si le rôle de l’idéologie est à nuancer, on ne peut suivre Broszat jusqu’au terme de son raisonnement ; les conceptions idéologiques d’Hitler s’exercent avec une acuité variable selon les domaines. Mais, l’antisémitisme du Führer dans ses applications les plus concrètes doit être intégré à une analyse du régime. Moins qu’un plan et plus qu’une obsession, les préjugés racistes d’Hitler ont façonné les représentations de son proche entourage et se sont répandus chez les activistes15. Ceci n’est qu’un élément dans la longue maturation rendant l’horreur acceptable (intérêt de l’analyse processuelle). Il faut cependant penser avec les historiens le « saut » qui conduit de la parole à l’acte, comme un événement et pas seulement comme un avènement. Il est tentant de se limiter au processus continu, tortueux chemin, menant de l’accession au pouvoir des nazis jusqu’aux camps d’extermination, et de voir dans des décisions locales des procédés meurtriers qui vont se généraliser (posture fonctionnaliste). Il a bien fallu que ces pratiques naissent quel que soient le lieu ou le moment. Christopher Browning esquisse un début de réponse sous la forme d’une monographie microhistorique16. A partir des compte-rendus d’un procès de 1961 impliquant les policiers allemands dans ce qui est un des premiers crimes de masse perpétré contre des juifs, il tente de comprendre les motifs qui ont guidé ces « hommes ordinaires ». Le conformisme du groupe des pairs, la solidarité devant le « sale boulot » et la crainte de perdre la face, tels sont pêle-mêle les raisons qu’invoque C.Browning au détriment de l’imprégnation idéologique. Si la problématique du « saut » demeure posée, il a ouvert la voie à d’autres travaux directement inspirés de l’Alltagsgeschichte.

17Le « saut » ne se comprend véritablement que si, à l’impact réel de l’idéologie vient se surimposer le poids de la conjoncture, celle d’une guerre totale, où tout, du verbe à l’acte, se trouve exacerbé, et où pour Hitler comme pour sa génération resurgit la violence de 1914-1918. En 1939, la menace d'extermination émerge dans les discours proférés par Hitler. Mais ce n'est qu'en mars 1941, peu avant que l'opération Barbarossa ne soit lancée, que l'ordre est donné par Hitler lui-même d'exterminer les Juifs soviétiques. Jusqu'à cette date, le régime n'avait envisagé que l'expulsion, la politique n'était pas planifiée. Pour les fonctionnalistes, qui pensent le régime comme doté d'une dynamique structurelle propre rendant sa course imprévisible, l'extermination résulte d'une série de mesures prises en réponse à une situation devenue immaîtrisable. Seule la rencontre du mode de fonctionnement du régime et de circonstances exceptionnelles pouvait déboucher sur l'ultime solution. L'absence de conditions favorables à l'Est et l'échec de l'immobilisation dans les ghettos aboutissent à généraliser l'extermination.

  • 17 P.Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, 1991.

« Comment ne pas insister sur le rôle capital des étapes dans un processus qui se déroule selon l’ordre du temps (…) ? Etapes : le ghetto modèle de Theresienstadt et le « camp des familles » à Auschwitz, étapes aussi les ghettos avec leurs couches sociales privilégiées et qui croyaient par ces privilèges échapper à un processus commun qu’elles contribuaient à mettre en oeuvre, étapes sur les lieux mêmes de l’extermination pour celles et ceux qui n ‘étaient pas sélectionnés pour les chambres à gaz. Seules les étapes de toute natures ont permis à la politique d’extermination de se dérouler en somme en douceur. Tous ces moments d’un processus, ces étapes d’un meurtre servent d’arguments aux révisionnistes parce que des noces juives ont pu être célébrées à Maïdanek près de Lublin, on feindra de croire que les camps étaient au besoin des lieux de réjouissance. Qui ne voit au contraire que les étapes sont les conditions temporelles et sociales nécessaires de la bonne marche de la tuerie ? »17

18Il nous faut donc conclure au pragmatisme, lié au poids déterminant de la conjoncture, à l'absence d'ordres formels, à l'existence d'un processus non prémédité puisque Hitler n'aurait donné l'impulsion que par ses prophéties sans avoir prise sur l'automatisme de la machinerie. Comme le dit M.Broszat, il n'y eut pas de décret d'organisation mais un ordre de destruction donné à un appareil adapté à cet objectif.

19Et pourtant le fait est que les actions ne sont pas sauvages et ne s'apparentent pas à des désobéissances qui menaceraient l'ensemble de l'édifice. Suivons Mommsen dans l'interprétation qu'il donne de la « réalisation de l'utopique: la « Solution finale ». Hitler n'a pas inspiré le détail des opérations, il a généralement encouragé le compromis ainsi que des solutions modérées. Il s'intéresse essentiellement à l'aspect propagandiste des choses et non à leur mise en oeuvre. Ce qui rejoint de toute évidence la thèse de l'absence d'ordre formel donné par le Führer. En l'absence de tout plan préconçu, quels sont les facteurs qui vont jouer?

  • 18 H.Mommsen, « Modernité et barbarie », in Dix essais sur le national-socialisme.

20Les énergies libérées échappent à tout contrôle coordinateur, Hitler laissant faire ses satrapes (terme ô combien évocateur de cette autonomisation des pouvoirs locaux), les Gauleiter, dans des domaines délaissés par le pouvoir d'Etat officiel, comme la déportation, puis l'extermination. Koehl parle quant à lui de « néo-féodalisme ». Billig avait également souligné le rôle de la S.S comme excroissance du régime, comme entité spécifique, autonomie d'action qui ne pouvait que laisser présager d’un système d'arbitraire effréné. De fait, les camps sont bien des espaces virtuellement placés au-dessus des lois, des espaces en tout cas soustraits à la juridiction ordinaire. L'arrogance de potentats incontrôlés devient le seul principe d'action. Le processus s'emballe. Mommsen parle d' « escalade improvisée » répondant ainsi à la question du basculement d'une représentation de destruction de masse en réalité opératoire18. Il évite donc de la sorte de faire de l'idéologie et de la propagande hitlériennes un unique moteur d'action et adopte le point de vue des acteurs eux-mêmes. La disparition de tous les facteurs inhibants chez les liquidateurs n'a pas forcément à voir avec l'endoctrinement raciste. Les mécanismes psychiques ne suffisent pas à expliquer pourquoi cette politique exterminatrice s'imposa avec tant d'évidence. Mommsen souligne même à quel point, par un mouvement rétroactif, Hitler et les dirigeants se trouvaient soumis à une pression venue de la base, et par-là même poussés à agir et à radicaliser la tendance, laissant le choix des méthodes aux satrapes. Mommsen parle de « destruction industrielle », Burrin de « violence congénitale ». Que disent ces concepts? Ils disent l' « habitus » du S.S autrement dit l'accoutumance à l'indifférence morale, le mépris cynique, le peu de valeur accordée à la vie humaine. Burrin conclut ainsi:

« Ces hommes firent l'apprentissage du meurtre de masse, et il n'est pas aisé de peser la part de la motivation idéologique, de la haine antisémite en particulier, et celle du contexte, notamment la pression du groupe, les habitudes d'obéissance et de conformisme. »

sans compter le contexte désinhibant d'une guerre totale. Il faut, pour conclure, souligner les mécanismes d'auto-justification, supports de la violence qui s'exerce dans les camps et sans lesquels tout acte deviendrait impossible. Une pseudo-morale est inventée dans le seul but de faire reculer les inhibitions. La terminologie camoufle aisément l'horreur des camps: « camps de travail », « envoi au travail », fictions psychologiques nécessaires aux bourreaux. La barbarie peut dès lors être définie comme l'auto aveuglement au nom d'une morale supérieure.

Système et sous-systèmes

Les dénominateurs communs

21Quels sont les dénominateurs communs qui pourraient faire de ces camps les pièces d'un même dispositif ?

22La violence sous toutes ses formes, ou tout simplement sous forme de génocide… Foucault écrit dans La volonté de savoir :

« Si le génocide est bien le rêve des pouvoirs modernes, ce n'est pas un retour aujourd'hui du vieux droit de tuer; c'est parce que le pouvoir se situe et s'exerce au niveau de la vie, de l'espèce, de la race et des phénomènes massifs de population. »

  • 19 M.Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

23Et pourtant…Le passage à une pratique autre que celle qui fait des corps des objets et des cibles du pouvoir, des éléments dociles et assujettis, des corps sujets également, susceptibles de se reproduire, le passage à une autre pratique donc semble s’opérer. Quantitativement débridée, cette violence déborde sa fonction disciplinaire. Les méthodes employées ne sont effectivement pas de celles qui permettent le contrôle et l’assujettissement du corps en lui imposant un rapport de « docilité-utilité ». Comment dés lors désigner cette violence qui se situe tout à la fois dans le champ de la technologie disciplinaire et hors de lui ? Gardons nous de faire jouer Foucault contre lui-même. Il est néanmoins assez tentant de parler d’un retour à « l'éclat des supplices »19, le supplice étant entendu comme cérémonie par laquelle le pouvoir souverain se manifeste et provoque l’effroi, retour non pas au sens de régression de type chronologique mais de passage à la barbarie. Le saut est alors qualitatif...La fonction représentative du châtiment n’est-elle pas à l’oeuvre dans les camps ?

24Difficile de trancher : tout se passe comme si dans le contexte d’un biopouvoir et d’un pouvoir disciplinaire, un pouvoir suppliciant se faisait à nouveau jour. Les méthodes utilisées ne nous fournissent aucune réponse puisqu’elles conjuguent supplices et gazages (si tant est que l’on puisse distinguer les deux). Quant au nombre de victimes frappées par la barbarie nazie, il nous ferait plutôt incliner en direction d’un biopouvoir qui légitime la violence qu’il exerce par les catégories raciales dessinées à grands traits et qui justifie le meurtre de masse par l’instinct de survie qui pousse les peuples à se combattre à mort. Les fluctuations des modalités de tuerie témoignent de la sinuosité des politiques du régime, de l'hésitation à en venir au génocide. Ce qui frappe, c'est bien ce mélange incongru entre technique et représentation, entre rationalisation et déshumanisation. Les méthodes attestent

  • 20 PH.Burrin, « La violence congénitale », in Nazisme, fascisme et autoritarisme, Paris, Le Seuil, 200 (...)

« une rationalisation de type industriel du massacre, à laquelle faisait escorte une représentation déshumanisée des victimes. »20.

25Autrement dit, la sémio-technique du pouvoir telle que la définit Foucault (micro pénalité, répartition des corps, dressage des corps, surveillance et punition généralisées) serait mise au service, non de l'avènement du sujet moderne, mais de la destruction de l'homme.

« La chambre à gaz représentait un stade plus avancé de rationalisation, et surtout de déshumanisation. Elle déshumanisait par ce à quoi elle réduisait les victimes dans leurs derniers instants. »

  • 21 Ibid.

26Burrin fait évoluer parallèlement le saut quantitatif et le saut qualitatif. Mommsen également puisqu'il fait de l'organisation pyramidale du pouvoir l'élément légitimant toutes les violences, la responsabilité des actes se répercutant à l'infini sans jamais désigner de vrais coupables: « Le perfectionnement bureaucratico-technocratique de la destruction des hommes avait pour fonction d'empêcher l'émergence des freins de type moral. » Il dessine les contours d'un saut qualitatif en analysant le passage de la déportation à l'extermination, dans le cadre de la Solution finale. L'inévitable s'est en fait produit sans avoir été planifié. Le projet de restructuration ethno-raciste à l'Est est organisé selon des critères rationnels (Mommsen parle même de « planification sociale rationnelle»). Même si cette rationalité se trouve édifiée sur des prémisses irrationnelles que camouflent bien évidemment des critères scientifiques. Les médecins sont effectivement mis à contribution pour définir des groupes-cibles, cette définition étant la condition préalable de la discrimination, de la persécution, de la racialisation des déviances sociales21, et en fin de compte de l’extermination. Toujours est-il que ce processus de barbarisation ne se mettra en place qu'une fois que les autres objectifs auront implosé, à savoir la colonisation et l'asservissement économique de l'espace oriental. Cet objectif économique fut-il un dénominateur commun à tous les camps ?

Fonctionnalité et fonctionnement des camps

27Billig met en tension la réalité des camps comme réservoirs de main d' oeuvre pour la grande industrie et le mythe raciste que la S.S incarne. L'anti-race concentrationnaire serait nécessaire sur le plan idéologique, nécessaire pour que le mythe s'actualise. La SS comme entité spécifique et comme excroissance du régime doit maintenir la main d’oeuvre des camps dans un état de servitude et de déchéance permanent. A priori donc l’emploi des internés répondait aux exigences utopiques du régime et devait préfigurer :

« l’économie de la société hitlérienne idéale dont la SS était appelée à réaliser le modèle en vue des activités qu’elle aurait eu à exercer en cas de victoire ».

  • 22 Cette analyse est extraite du livre de P. Ayçoberry, La société allemande sous le IIIème Reich, Par (...)

28Mais à partir de 1939, l’économie SS doit servir la tâche nationale de l’économie de guerre. Autrement dit, le poids de la conjoncture joue une fois de plus un rôle de transformateur de l’institution concentrationnaire et les camps constituent un véritable réservoir de main d’oeuvre pour la grande industrie. Toutefois Billig applique trop vite les analyses valables pour l’économie SS à l’ensemble de l’industrie. Le patronat - si tant est qu’il forme un groupe homogène - se trouvait pris dans une relation complexe de dépendance et d’autonomie vis-à-vis d’un régime qu’il ne soutenait pas majoritairement mais qui lui offrait des débouchés et un projet d’expansion industrielle dans toute l’Europe. Plus encore les nazis avaient su réduire au silence les oppositions syndicales en instaurant le « Front du Travail ». Alors, au moment où l’on propose à ces industriels une main d’oeuvre servile, ils peuvent estimer ne franchir qu’une étape supplémentaire, nouvelle compromission en faveur du régime. Cette attitude est d’autant plus compréhensible qu’avec l’avancement de la guerre et la perte de territoires, le problème des débouchés pour une industrie fonctionnant à plein régime se pose avec acuité. Pourtant certaines mesures ne peuvent pas être rapportées à la seule rationalité gestionnaire et témoignent d’une adhésion sans faille au projet hitlérien. La diversité des réalités et des accords locaux étant tellement vastes, l’éventail de comportements si large, la seule certitude que l’on ait réside dans une radicalisation et une collaboration croissantes des industriels au fur et à mesure que la guerre se déroule22. La fonctionnalité économique des camps détermine en grande partie le fonctionnement des camps. Celui-ci constitue donc théoriquement un dénominateur commun aux structures concentrationnaires.

  • 23 R.Castel, op. cit.

29Le même ordre règne t-il dans tous les camps ? Au-delà de l'aspect administratif qui caractérise la S.S, les détenus également reproduisent la hiérarchisation sociale traditionnelle. On ne peut être plus clair que R.Castel23:

« Organisée sous la forme d'une existence sociale hyper-rationalisée, (l'institution totalitaire) caricature la vie sociale normale en identifiant l'homme au projet unilatéral qu'elle s'emploie à faire triompher par tous les moyens (...) elle est à la fois un modèle réduit, une épure et une caricature de la société globale... » (p.30).

  • 24 F. von Hayek, Droit, législation et liberté (tome I), Règles et ordre, Paris, P.U.F., 1980.

30Une autre conception de l’ordre consiste à rapprocher les camps de concentration de formes sociales spontanées (qui s’opposeraient à des ordres fabriqués). Hayek distingue deux types d’organisation sociale qui correspondent aux modèles évoqués24. D’une part, la « taxis », ordre fabriqué au service d’une intention, d’autre part, le « kosmos »

  • 25 Ibid. p.46.

« fondé sur des régularités de comportements qui aboutissent au maintien de l’ordre en question –vraisemblablement parce que ceux qui agissaient d’une certaine manière avaient, au sein de l’ordre résultant, une meilleure chance de survie que ceux qui n’avaient pas cette habitude»25,

  • 26 D.Rousset, L’univers concentrationnaire, Paris, Hachette, 2001 (1ère éd. 1946).

sans qu’on trouve à son origine la moindre volonté instituante. Hayek n’a évidemment pas élaboré cette distinction pour rendre compte des camps de concentration mais pour analyser l’ordre social global. Pourtant, la notion de « Kosmos » semble adéquate, conforme aux récits que les survivants pouvaient en faire. C’est-à-dire semblable à un ordre social où les seules délimitations spatiales auraient été planifiées (sur ce point, on s’éloigne d’Hayek qui n’associait aucune intention à l’ordre comme « kosmos ») et où des habitudes auraient émergés selon le principe évolutionniste - peu éloigné du darwinisme social cher au régime nazi. Nous ne pouvons conclure à une adéquation parfaite entre le camp et l’ordre entendu comme « Kosmos », puisque nous éludons pas « l’intention » fondatrice. Nous opterons donc pour le terme de « microcosme », rendant compte à la fois de cette intention et du fonctionnement darwiniste du camp. Ne sachant comment qualifier la lutte qui imprègne les camps, celle pour la vie, Rousset parle de « lutte des classes » entre les politiques et les droits communs qui se livrent à une lutte sans merci pour avoir la mainmise sur l'administration interne des camps26, ce qui témoigne de la réduplication de l’ordre social globalisant. Le contraste est donc saisissant entre les cases qui sont attribuées à chacun et le chaos auquel s'apparente chaque camp. Les camps ont en apparence les mêmes lois, les mêmes règles, les mêmes principes de régulation, les mêmes mobiles. Ces règles et ces mobiles donnent-ils aux camps leur sens et leur raison d'être? Un système de régulations sociales s'instaure sans conteste, fait d'illégalismes et de sanctions, n’ayant pas seulement une fonction normalisatrice. Rousset parle de la « pègre » de Buchenwald: « ceux qui, d'une façon ou d'une autre, et le plus souvent illégalement, échappaient au travail et au contrôle policier ». Autrement dit, une frontière entre le licite et l'illicite a été tracée. Mais de tels dénominateurs communs suffisent-ils à englober les camps dans un même ensemble? L'ensemble des camps peut-il être défini par les interrelations que les pièces du système concentrationnaire ménageraient entre elles? Les transferts de détenus sont de toute évidence les preuves les plus tangibles de ces interrelations. Mais le temps du voyage est bref pour ces victimes du système concentrationnaire et une fois arrivés à destination, ils se retrouvent plongés dans un enfer sans issue et sans échappatoire. Les camps se définissent par leur repli sur eux-mêmes et surtout par le principe qui les sous-tend, un principe que tout discours rationalisant camoufle (et en particulier les discours de l'époque comme le soulignent Burrin et Billig ), à savoir le principe de Désordre.

L’univers concentrationnaire

31Le camp est séparé d'avec le monde et par voie de conséquence d'avec les autres éléments du dispositif concentrationnaire. Des forces de néantisation s’infiltrent dans le camp. Sous l'apparence rationalisatrice, la seule règle est de détruire la vie. L'horreur se substitue à la terreur -dont parlait Foucault comme technique à l' oeuvre dans les camps - le « Sport » au travail, car, selon Rousset, l'humour est la véritable force de destruction et de déstructuration qui joue à plein dans les camps, « comme structure objective de l'univers » :

« La structure des camps (...) est commandée par deux orientations fondamentales: pas de travail, du sport, une dérision de nourriture (...) le sport consiste en tout: faire tourner les hommes pendant des heures sans arrêt, avec le fouet; organiser la marche du crapaud, et les plus lents seront jetés dans le bassin d'eau sous le rire homérique des S.S ».

32Plus qu'une description clinique du système qui régit les camps, Rousset dévoile la logique concentrationnaire, celle d'une farce qui au lieu de créer une connivence entre le spectateur et les pantins désarticulés, acteurs de cette farce, d'un humour qui au lieu de faire naître le décalage, introduit une incommensurable distance entre ceux qui vivent la farce et ceux qui ne la vivent pas. Ces derniers ne peuvent plus être crédules ou incrédules. Les règles de l'art sont faussées: on n'entre pas dans l'univers littéraire concentrationnaire. Le seuil n'est plus franchissable. Les forces de la dérision s'abattent sur le camp. Autant dire que l'homme n'a plus sa place dans un tel chaos, l'homme ne survivant que dans un « kosmos » (comme ordre spontané) :

« La représentation sociale de l'avocat ne convenait plus du tout à ce malheureux. Le rapprochement était d'une puissance comique irrésistible. Et il en était de même pour nous tous. L'homme se défaisait lentement dans le concentrationnaire. »

  • 27 R.Antelme, L’espèce humaine, Paris, Gallimard, 1978 (1ère éd. 1957).
  • 28 M.Blanchot, L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969.

33Pour Antelme l'essence de l'homme se révèle au sein de l'inhumain : l'homme laisse place à l’Autre, à l'espèce humaine27. Au concept de race tel que l'exposait l'idéologie hitlérienne et tel que l'envisageait le biopouvoir pour justifier l'expansionnisme et la conquête de l'espace vital, se substitue la réalité de l'espèce englobante et mise au jour dans les camps. Dans un chapitre de L'entretien infini, intitulé « L'expérience limite »28, Blanchot consacre une analyse au texte d’antelme:

« Par une telle lecture, nous commençons de comprendre que l'homme est indestructible et que pourtant il peut être détruit. »

34Dans les camps, l'homme « est radicalement altéré, il n'existe plus dans son identité personnelle ». Mais, parce qu’il est frappé par l'homme, il découvre la présence de l'Autre qui est aussi la sienne propre, car cette présence n'est pas celle en face de lui, elle n'est pas celle du bourreau, mais bien celle de l'espèce humaine qui l'habite. Autrement dit, l’altérité radicale se trouve au fondement d’un communauté de nature universelle :

« Chacun s'est trouvé comme privé de soi et contraint d'être autrui pour soi-même (...) le camp ne renferme plus qu'un enchevêtrement sans lien d'hommes Autres, un magma d'autrui face à la puissance du Moi tueur, lequel ne représente rien que le pouvoir inlassable de tuer. »

Système ou expérience ?

35Mettons en tension la phrase de Rousset : « l'univers concentrationnaire se referme sur soi » (qui supposerait une sorte de perfection, en tout cas de parachèvement, de l'univers et qui par conséquent ferait de celui-ci un système ...) et le prolongement qu'a connu ce chaos concentrationnaire par le biais de la littérature dont la fonction serait alors non pas de retranscrire l'expérience concentrationnaire mais de prolonger ce néant. Ce qui échappe à la rationalisation et tend vers l'ineffable ne peut être saisi que dans une autre expérience du vide : l'expérience littéraire. La littérature prendrait le relais du « silence total » (Rousset) qui suivit la libération des détenus par les Alliés. La fonction de la littérature des camps ne peut donc se réduire à celle de source pour l'historien. Elle manifeste une fonction autonome qui est peut-être de prolonger l'expérience concentrationnaire individuelle mais aussi collective, tout comme elle prolonge le système concentrationnaire lui-même en tant qu'il est miné par des forces de néantisation. Mais le problème de l'articulation entre histoire et littérature continue de se poser dans des termes de complémentarité et il faut se garder d’avoir une grille de lecture exclusivement blanchotienne. Au lieu de considérer que la littérature manifeste l'impensé de l'histoire, on estime qu'elle relève irréductiblement de l'impensable. Erreur épistémologique qui n'est pas sans déboucher sur une sacralisation du phénomène concentrationnaire au péril d'un blocage de l'histoire, alors condamnée à une vaine tentative de rationalisation. Et Blanchot de citer Gerschom Scholem:

« Le caractère incompréhensible tient à l'essence même du phénomène: impossible donc de le comprendre parfaitement, c'est à dire de l'intégrer à notre conscience ».

36A cela l'historien peut-il modestement répondre, après une incursion dans le domaine littéraire, que les biais littéraires sont multiples, que des stratégies travaillent l' oeuvre de l'intérieur, que l'intention d'écrire n'est pas neutre, que chaque oeuvre est une relecture, prolongement mémoriel de l'expérience concentrationnaire? En maître incontesté des sources, R.Hilberg désacralise et démythifie à la fois non pas l'expérience concentrationnaire bien sûr mais l'expérience littéraire en tant qu'elle serait seule à même de rendre compte du phénomène:

« Des problèmes de composition et de cohérence, le souci de marquer le contraste, de souligner tel ou tel point entrent en jeu. (...) Elie Wiesel, survivant d'Auschwitz, a écrit un récit qui se métamorphosa sous l'influence de directeurs littéraires. (...) Dans les Mémoires (de Wiesel) il était toujours essentiel d'insister sur le contraste brutal entre la phase d'avant-guerre et la période cruciale de la guerre, sinon le lecteur risquait de conclure que le survivant avait simplement troqué une forme de détresse contre une autre. »

37L’itinéraire emprunté nous a mené d’une mise en doute de la notion de système en Histoire, au profit de celle de processus, à la remise en cause de cette même notion au regard de l’expérience concentrationnaire. De toute évidence le phénomène concentrationnaire ne se donne comme ensemble englobant, mais comme résultante imparfaite de décisions prises à l‘échelon local, comme une solution aveugle en manque de coordination. Si bien que chaque camp se trouve irrémédiablement clos sur lui-même à la fois comme microcosme et comme chaos où l’homme n’a plus sa place mais où l’humain la retrouve.

Haut de page

Notes

1 E.KOGON, L’Etat-SS, Paris, Seuil, 1993.

2 R.Hilberg, Les sources de l’Holocauste, Paris, Gallimard, 2001. Ouvrage qui tel une profession de foi vient compléter ou confirmer La destruction des juifs d’Europe.

3 P.Ricoeur, Du texte à l’action, « De l’herméneutique des textes à l’herméneutique de l’action », Paris, Seuil, 1998 (1ère éd. 1986). Le terme « présentifier » renvoie à une actualisation imparfaite, produit de l’imagination.

4 Sur ce point et pour d’autres analyses, I.Kershaw présente la synthèse la plus claire des débats historiographiques sur le nazisme : I.Kershaw, Qu’est-ce que le nazisme ? Problèmes et perspectives d’interprétation, Paris, Gallimard, 1997 (1ère éd. 1995).

5 nolte atténue les spécificités de la période et va jusqu'à nier l’originalité du phénomène nazi. Dans une moindre mesure, Andreas Hillgruber adopte une position quasi-similaire lorsqu’il décrit la condition des combattants allemands sur le front soviétique. Par empathie, il justifie les actes meurtriers des soldats allemands. Pour une présentation de la « querelle des historiens » (« Historikerstreit ») : Les documents de la controverse sur l’unicité du génocide juif par les nazis, Paris, le Cerf, 1988.

6 F.Neumann, Béhémot, structure et pratique du national-socialisme, Paris, Payot, 1987 (1ère éd. 1942).

7 De nombreux arguments ont été avancés. Les plus pertinents portent la critique sur la prétendue homogénéité des groupes distingués par Neumann. Les historiens de la période ont mené des recherches sur les groupes socioprofessionnels ou les corps de l’Etat. Ces travaux révèlent de fortes divergences idéologiques, générationnelles ou d’intérêt au sein des entités mises au jour par Neumann. Dans un second temps, Ph. Burrin, notamment, insiste sur les formes de pluralisme qui se maintiennent (un pluralisme religieux principalement) dans la « société civile ». Bref, le principal reproche adressé à Neumann dénonce l’arbitraire de ces groupes découpés dans le réel sans fondement solide. Alors qu’il voulait corriger l’illusion d’un Etat unifié, homogène et statique, il transpose cette analyse un échelon hiérarchique plus bas. Pour finir, on peut noter qu’Hilberg reprend, dans La Destruction des juifs d’Europeles quatre groupes définis par Neumann.

8 Le terme est de Philippe Burrin. Cf. « charisme et radicalisme », in Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Seuil, 2000.

9 I.Kershaw, Hitler, essai sur le charisme en politique, Paris, Gallimard, 2001 (1ère 1995).

10 Ibid. pp 27 et sq.

11 E.JÄCKEL, Hitler idéologue, Paris, Gallimard, 1995 (1ère éd. fr. 1973).

12 J.BILLIG, L’hitlérisme et le système concentrationnaire, Paris, P.U.F., 2000 (1ère éd. 1967)

13 Ph.Burrin, « Hitler, la race et la nation », in Fascisme, nazisme, autoritarisme, Paris, Seuil, 2000.

14 M.BROSZAT, L’Etat hitlérien, l’origine et l’évolution des structures du troisième Reich, Paris (Munich, 1970 pour la 1èreéd.), Fayard, 1998.

15 Ph.Burrin, Hitler et les juifs, genèse d’un génocide, Paris, Seuil, 1989. p 172.

16 C.BROWNING, Des hommes ordinaires. Le 101ème bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les Belles Lettres, 1994.

17 P.Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire, Paris, La Découverte, 1991.

18 H.Mommsen, « Modernité et barbarie », in Dix essais sur le national-socialisme.

19 M.Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

20 PH.Burrin, « La violence congénitale », in Nazisme, fascisme et autoritarisme, Paris, Le Seuil, 2001.

21 Ibid.

22 Cette analyse est extraite du livre de P. Ayçoberry, La société allemande sous le IIIème Reich, Paris, Seuil, 1998.

23 R.Castel, op. cit.

24 F. von Hayek, Droit, législation et liberté (tome I), Règles et ordre, Paris, P.U.F., 1980.

25 Ibid. p.46.

26 D.Rousset, L’univers concentrationnaire, Paris, Hachette, 2001 (1ère éd. 1946).

27 R.Antelme, L’espèce humaine, Paris, Gallimard, 1978 (1ère éd. 1957).

28 M.Blanchot, L’entretien infini, Paris, Gallimard, 1969.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier et Paul Costey, « Du système à l’univers », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 1 | 2002, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/4177 ; DOI : 10.4000/traces.4177

Haut de page

Auteurs

Arnaud Fossier

Articles du même auteur

Paul Costey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page