Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Contextes et Normes

Comité de lecture
p. 145-149

Texte intégral

« Tout discours concernant ce que nous entreprenons en relation avec des objets doit être paraphrasé comme un discours portant sur la recomposition des croyances. »
« Il n’existe pas d’objet qui ne soit déjà contextualisé. Tout objet est solidaire d’un contexte […] il ne saurait donc être question de prendre un objet en le détachant de son ancien contexte, et de l’examiner, tel qu’en lui-même, afin de voir quel contexte nouveau pourrait lui convenir […] Ou bien pour dire les choses autrement, nous ne disposons d’aucun moyen qui nous permettrait de diviser le monde selon une frontière opposant les relations internes et les relations externes […] Car, à partir du moment où l’on considère la recherche comme un processus de recomposition de nos croyances, au lieu d’y voir une découverte de la nature des objets, il n’existe plus de candidat au statut d’entités indépendantes existant par elles-mêmes (…) » (Richard Rorty, Objectivisme, relativisme et vérité)

I

1L’interprétation ne donne du sens que dans un contexte précis. Mais, pour que celui-ci apparaisse comme contexte, il en faudrait au moins un deuxième. L’interprétation est donc d’emblée attachée à une pluralité de contextes, qui peuvent être socio-historiques, textuels ou même reliés à un monde du sens commun. Natures diverses, associées à des « gestes » interprétatifs tout aussi différents.

2Le raisonnement sociologique, par exemple, mobilise des concepts, indexés à une situation socio-historique donnée, par une induction qui permet la construction d’un idéal-type. On voit dans l’interprétation dans l’épistémologie passeronnienne que la sociologie n’est alors ni un langage formel, ni simple récit historique. Interpréter ne devient possible que dans la comparaison de contextes au premier abord hétérogènes, quoique analogues. Mais cette conception de l’interprétation est elle-même à contextualiser. La thèse de J.-C. Passeron, illustrée aussi dans la note critique « Description et interprétation » sur le projet de C. Geertz, n’est justement viable que dans le cadre d’une cité des chercheurs, sorte de socialité en dehors de la société, dans laquelle s’échangeraient seulement des arguments objectifs et scientifiques, et où se constituerait une véridicité, et non une vérité, les enjeux de pouvoir ou les conditions matérielles de ces recherches s’arrêtant au seuil de cet univers pur.

3On peut alors comprendre la posture de Geertz qui définit la scientificité, non par l’assentiment des pairs, mais par une singularité stylistique. Le contexte envisagé ici est culturel : lorsque l’herméneute l’interpréte comme un texte, il décrit aussi sa singularité propre. Le travail de sociologue qui en résulte ne vise ni une formalisation, ni une typification, mais la production d’un récit littéraire traditionnel : trouver son style propre pour dégager une singularité culturelle. En ce cas, le sociologue devient « auteur » (cf. « Le sociologue et l’auteur »), et le contexte, singularité incommensurable.

4Les interprétations qui rompent avec le sens commun par la comparaison ou par la singularisation de contextes, se retrouvent dos à dos. Cette alternative explose face à la mouvance post-poétique analysée dans « Autres pratiques interprétatives » qui au contraire manipule et joue avec le sens commun. L’objet poétique est pensé comme un assemblage de blocs prélevés dans des contextes différents (médiatiques, politiques, propagandistes, etc.), et résulte d’un dispositif interprétatif qui fait s’entrechoquer ces contextes qui nous sont familiers et perturbe ainsi la lecture coutumière que nous pouvons en faire. Minage des repères quotidiens, brouillage de l’identité conventionnelle. Le passage « du jeu à la convention » peut ainsi être problématique, dans la réception esthétique, comme dans la vie quotidienne, comme l’invite à penser E. Goffman. Un « self »peu attentif aux cadres dans lesquels il a sa position conventionnelle, prend le risque d’être embarrassé. Les multiples cadres fluctuants présents au cours d’une interaction empêchent le self d’imaginer une lecture naturelle pour tous les contextes : la menace de l’impair, résultant des chevauchements des conventions, est bien le risque lié au choc de contextes différents.

II

5Si l’interprétation consiste à mettre en relation des contextes régis par des règles propres, elle participe, en les confrontant, à expliciter les normes sécrétées par ces contextes respectifs.

6Ce que fait doublement la mouvance post-poétique contemporaine. La pratique du cut-up escamote ainsi la lecture traditionnelle des œuvres artistiques, qui apparaît par contraste comme une norme naturalisée. L’œuvre et le style ne sont plus nécessairement définis comme écart à la norme langue, mais aussi par leurs effets sur un lecteur. Cet effet est un autre travail de dénaturalisation : celui de notre rapport pratique (non réflexif et anté-interprétatif) aux contextes quotidiens comme les médias ou les discours politiques, voire de propagande. La norme de leur fonctionnement (la répétition en boucle, la vitesse des transitions, les phénomènes d’accélération des séquences…) est exhibée par une caricature de leur propre fonctionnement. Et ce, en raison du rassemblement des contextes a priori hétérogènes. Leur réception se fait sur le mode de l’intuition fugace de notre compréhension habituelle.

7Cette compréhension qui se trouve sous l’interprétation n’est toutefois opératoire que dans un cadre non perturbé, et non problématique. Or le « self » que nous faisons ne peut jamais faire abstraction des risques permanents de perturbation de la situation, et ce à cause de notre engagement corporel dans les face-à-face. Cette menace constante de se retrouver hors cadre, en porte-à-faux avec des cadres multiples et fluctuants, nous contraint à toujours être attentifs à notre interprétation. Il n’est pas d’espace de réserve pour un moi authentique, pour « faire tomber le masque » dans la mesure où il n’est pas non plus de singularité qui n’apparaisse et ne s’interprète hors de plusieurs contextes. La scène sociale dans un contexte précis n’a pas de coulisses qui ne soient déjà une scène dans un autre contexte. En ce sens il y a co-émergence de l’individu et des contextes. Ce qui permet au sociologue de révéler les normes comme immanentes.

  • 1  J.-C. Passeron fonde spécifiquement les sciences sociales sur un vérificationnisme et n’étend pas (...)

8Le raisonnement passeronnien, même s’il ne travaille pas à la même échelle d’analyse que le point de vue goffmanien, contribue à dénaturaliser les normes du sens commun par la comparaison. Naturaliser une norme, cela revient à en minorer, voire à masquer, son caractère socio-historique, pour la constituer en fait universel. Or le point central de cette entreprise épistémologique, mis en évidence dans l’article, est bien dans l’impossibilité pour la sociologie de relever du paradigme popperien, dans lequel des faits existent indépendamment de leurs conditions d’élaboration1. Si la sociologie analyse la manière dont les événements sont construits socio-historiquement, elle ne peut qu’appliquer à elle-même cette vigilance anti-positiviste, dans la nécessité de revenir sur les conditions théoriques et empiriques des constats qu’elle peut faire.

III

9Faire apparaître les normes comme indexées à des contextes donnés relève en fin de compte du regard critique. Les normes n’étant plus, dans cette vigilance méthodique, ni transcendantes, ni données a priori, elles sont analysées comme construites. Entraînant avec elles les valeurs qui les sous-tendent. Interpréter n’est pas tant se poser devant des valeurs, que les poser.

10Ainsi se constitue le geste éthique nietzschéen, décrit comme « la radicalisation de l’interprétation » La Volonté de Puissance est puissance de création et non réaction à partir de… Décrivant le monde quotidien comme saturé de points de vue se définissant les uns par rapport aux autres et se renvoyant les uns aux autres, l’éthique propose une puissance de domination, s’imposant comme interprétation première. Ce qui n’implique pas la constitution d’un nouveau code moral, puisque celui-ci serait nécessairement objet de gloses et de réinterprétations infinies. L’interprétation créatrice d’une éthique est une interprétation sans commentaire : elle se résout dans une pratique actualisée à chaque instant, sorte de dépassement des valeurs.

11Ce qui peut avoir deux conséquences, reliées à deux gestes très différents l’un de l’autre, mais liés dans leur manière « éthique » de rechercher du sens.

12D’une part, la démarche de Blanchot place en effet la recherche du sens dans l’espace dit du « neutre » dans la mesure où elle n’est ni régie par un mouvement centripète de type herméneutique (l’interprétation devrait se concentrer vers un noyau de sens caché), ni par un mouvement centrifuge de type déconstructionniste (l’interprétation devrait « disséminer » le sens). Blanchot à cet égard promeut une forme de signification qui se fait par-delà sa fixation autour d’une norme et sa dispersion dans une relativité des normes. Geste prétendument subversif qui démonte nos manières de construire le sens et les valeurs qui y sont attachées. Et qui semble renvoyer à une expérience politique indéterminée.

13D’autre part, la production post-poétique contemporaine, en procédant par réagencement de matériaux pré-fabriqués, participe à une « expérimentation du sens » au sens nietzschéen (cf. « La radicalisation de l’interprétation »), et qui plus est du sens commun dans toute son artificialité. On nous fait passer, par ces dispositifs poétiques à fonction pragmatique, du réflexe de lecture anté-interprétatif à une réflexivité sur l’usage pratique et conditionné par nos propres valeurs. Sans détruire les valeurs, ces dispositifs participent à leur dépassement, en les mettant simplement à nu.

IV

14La mise en relation des contextes, que ce soit par comparaison ou par confrontation dans un dispositif, implique une relativisation des valeurs. Ce qui est la condition de possibilité du regard critique, support d’engagements politiques ou éthiques, contre l’idée de tendances naturelles, transcendantes et absolues. Relativisme qui n’est pas tant un vague mode de vie, qui consisterait à dire que « tout se vaut ». Le relativisme qui semble sous-tendre un noyau dur des articles est un relativisme méthod(olog)ique, qui consiste d’une part à mettre en relation des contextes, ce qui rend descriptibles les normes, et donc, d’autre part, à les rendre manipulables dans des entreprises aussi différentes que la mouvance de type RLG, le raisonnement sociologique ou que l’engagement éthique. Et qui, en historicisant, vise à faire éclater les invariants anthropologiques.

Haut de page

Notes

1  J.-C. Passeron fonde spécifiquement les sciences sociales sur un vérificationnisme et n’étend pas jusqu’à elles le falsificationnisme de l’épistémologue K. Popper.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de lecture, « Contextes et Normes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 28 janvier 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/3993 ; DOI : 10.4000/traces.3993

Haut de page

Auteur

Comité de lecture

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page