Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Autres pratiques interprétatives

Thomas Mondémé
p. 69-82

Résumé

Cet article se veut introductif ; il introduit en l’occurrence à des problèmes. Problème 1 : quand elle se trouve face à certains objets littéraires contemporains, l’herméneutique manque de prises : elle glisse. Problème 2 : si on ne pense la consommation de ces objets qu’à travers le filtre herméneutique, on risque de se méprendre sur leur prétention à « agir » directement et même de les priver dogmatiquement de leur statut artistique. Quels sont ces objets ? Sur quoi agissent-ils en effet ? Et comment penser cette action sans être philosophiquement imprudents ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Richard Shusterman, Sous l’interprétation, Combas, Editions de l’Eclat, 1994, trad. J.-P. Cometti.

« Car non seulement nous sommes initialement contraints par notre apprentissage culturel à interpréter les œuvres d’art de diverses manières qui mettent en lumière leur cohérence, leur profondeur, mais nous sommes efficacement poussés à poursuivre cette pratique, de peur que leur beauté ne se perde si elles devaient jamais être interprétées différemment. »
Richard Shusterman, Sous l’interprétation1.

1Toute présentation des théories post-esthétiques peut certainement être  introduite par un constat relativement simple : depuis quelques décennies apparaissent dans le champ artistique des objets dont le statut est jugé problématique au regard des normes descriptives et interprétatives traditionnelles qui informent notre vision de l’art.

  • 2 RLG n° 1 La Mécanique Lyrique, P.O.L, 1995.

2Au niveau littéraire, ces objets (ou ces « OLNI » : Objets Littéraires Non-Identifiés pour reprendre le vocable mis en circulation par Olivier Cadiot et Pierre Alféri lors de la parution du Numéro 1 de la RLG2) ne se laissent pas saisir par les catégories traditionnelles des poétiques formalistes héritées de Jakobson, encore dominantes dans le monde académique.

3De par leur présence et leur forte capacité de perturbation du champ artistique établi, ces objets appellent une ressaisie théorique et critique et la mise en place de nouveaux modèles explicatifs quant à leur fonctionnement et à leur signification. Il apparaît alors clairement que ces formes d’art actuel exigent une redéfinition de ce que l’on croit être une activité de perception herméneutique esthétique.

4Il faut donc tout d’abord insister sur une chose : c’est parce que ces nouveaux objets artistiques prétendent utiliser d’autres modèles d’action pragmatique dans leur consommation usuelle qu’ils convoquent aussi d’autres outils de captation théorique dans leur appréhension critique. Jean-René Etienne :

  • 3  Jean-René Etienne, Ecritures de montage / Littérature d’interface / Maquettes, disponible sur [htt (...)

En somme, il s’agit de décrire le fonctionnement de ces « objets spécifiques » (Judd). Dans la mesure où ils sont ce qu’ils font, dans la mesure où ils ne sont pas autre chose que ce fonctionnement, il s’agit de dire ce qu’ils sont.3

Le principe de dissimulation

  • 4  Pour une discussion détaillée, critique et éclairante de ces thèses, je renvoie au livre de Christ (...)

5Caricaturons (à peine) : quand on lit un roman de Flaubert ou de Proust, on est censé, et cela on nous l’a suffisamment fait savoir sans toujours être en mesure de le prouver de façon convaincante, être « sensible » aux mouvements du style de l’écrivain, à la richesse de son imaginaire, à la profondeur de sa vision du monde, et, si l’on est un lecteur quelque peu avisé, à sa science de la construction (ou de la destruction) narrative, qui en tant que tels produisent sur nous un certain nombre d’effets lectoraux dont nous sommes censés retirer du plaisir (esthétique). En ce qui concerne la poésie, on pourrait reprendre à peu près les mêmes critères en retirant à la narration son importance, et en précisant évidemment que la sensation de plaisir esthétique désintéressé que l’on éprouvera (comme le veut la vulgate esthéticienne) s’originera dans une sorte d’opacité du langage, que l’on contemple alors pour lui-même, pour le travail dont il a fait l’objet et qui a permis de le constituer en poème, avec des jeux de sonorités, d’images et d’isotopies… Les présupposés herméneutiques liés aux textes littéraires classiques apparaissent alors clairement : ils reposent sur une visibilité stylistique, sur une contemplation consciente de propriétés saillantes et apparentes, et donc a priori « objectives » selon la conception jakobsonienne qui veut que la littérarité d’un texte découle d’une domination de la fonction poétique du langage, c’est à dire de la mise de l’accent sur le langage lui-même.4

  • 5  Ibidem.
  • 6  Pour une définition plus précise de ces modèles : C. Hanna. op. cit. p. 19 et sqq.

6Ici intervient quelque chose comme une rupture de paradigme : les objets poétiques actuels se pensent souvent sur le modèle du virus ou du spin (pour reprendre les catégories établies par Christophe Hanna5), hors de toute problématique du style en tant que marque indicielle du « système des Belles Lettres » hors d’une réception esthétique désintéressée (coupée du monde social et de la praxis), bref, hors de l’idée d’une mise de l’accent sur le message lui-même. La dissimulation s’impose alors comme un principe, ce qui implique que les modes de consommation artistiques et cognitifs liés à ces objets ne peuvent plus être décrits grâce au modèle de la traditionnelle relation herméneutique à l’œuvre littéraire (interprétation de certaines propriétés saillantes « objectives » donc). Le modèle viral porte en effet en lui la nécessité d’une non-visibilité qui fait que la caractéristique principale d’un virus est de se manifester seulement quand son action devient effective. Quant au spin, il s’agit d’une capacité à créer des effets de contexte ou d’ambiance rendant favorable la réception d’un discours donné, afin de lui donner une apparence de pertinence, d’efficacité, de vérité.6 Apparaissent alors dans cette optique des processus de création d’effets sensationnels / cognitifs qui semblent travailler à un niveau infra-herméneutique, ce qui oblige à modifier notre perception de ces objets et à l’envisager selon des critères de type « subliminaux » ou « réflexes » et à en parler dans les termes de ce que j’appelle une « déresponsabilisation herméneutique » sur laquelle il faudra revenir. Du point de vue de l’histoire littéraire, notons qu’il est possible d’établir une petite généalogie du subliminal en poésie qui partirait par exemple de Lautréamont et du Chant II des Chants de Maldoror :

  • 7  Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Poésie / Gallimard, p. 58. Nous soulignons.

Où est-il passé ce premier chant de Maldoror, depuis que sa bouche, pleine des feuilles de la belladone, le laissa échapper, à travers les royaumes de la colère, dans un moment de réflexion ? Où est passé ce chant… On ne le sait pas au juste. Ce ne sont pas les arbres, ni les vents qui l’ont gardé. Et la morale, qui passait en cet endroit, ne présageant pas qu’elle avait, dans ces pages incandescentes, un défenseur énergique, l’a vu se diriger, d’un pas ferme et droit, vers les recoins obscurs et les fibres secrètes des consciences.7

7Ici se lit en effet un des modèles convoqués par l’idée d’« Action Directe » élaborée par C. Hanna, notamment avec la mention du « pas ferme et droit » métaphorique de l’efficacité directe de l’action poétique, et évidemment avec la présence d’un niveau d’effectivité subconscient ou sous l’interprétation.

Interprétation / Compréhension

8Première objection potentielle : comment établir de façon crédible l’existence d’une action anté-interprétative dans un contexte de pensée dominé par l’universalisme herméneutique d’inspiration nietzschéenne / gadamerienne, pour qui tout est affaire d’interprétation (même le fait de percevoir) ? Les modèles explicatifs sont à trouver dans les travaux de la pensée pragmatique récente, notamment chez Richard Shusterman. Dans Sous l’interprétation, ce dernier s’attache à mettre en valeur une strate expérientielle liée à la compréhension plutôt qu’à l’interprétation sans pour autant retomber dans une métaphysique de type fondationnaliste qui accorderait à une hypothétique expérience du monde brute et non médiatisée le privilège de la vérité absolue. Le modèle de compréhension que propose Shusterman est au contraire faillible, contextuel, historicisé, et peut surtout être reconfiguré par les interprétations ultérieures qu’il permet et guide dans un premier temps.

9Il est ici possible de voir que la compréhension a été happée dans la sphère de l’interprétation uniquement à cause d’une conception fondationnaliste que ni les pragmatistes, ni les poètes contemporains ne peuvent accepter. Les arguments panherméneutiques contre l’idée de compréhension mettent en avant le caractère corrigible de tout compréhension, l’importance des perspectives partiales et des préjugés, et le caractère actif du processus mental de toute compréhension, pour défendre l’idée selon laquelle une « compréhension » ainsi définie pourrait tout autant être appelée « interprétation » Il faut alors souligner que :

101. Il n’est pas question pour Shusterman de soutenir l’existence d’une compréhension non corrigible. Les panherméneutes rejoignent en fait les fondationnalistes dans la présupposition que quelque chose comme une vraie compréhension absolue devrait exister pour être qualifiée de « compréhension » au sens premier.

112. Il faut reconnaître que toute compréhension est partiale et liée à des préjugés qui informent notre perception. En réalité toute compréhension est aspectuelle à cause de l’Intentionnalité qui fait que l’on ne saisit un objet que selon un certain aspect, sous une certaine manière. La compréhension est de même liée à une base humaine qui en influence l’orientation, la structure, selon des besoins et des intérêts particuliers. De même, on ne peut soutenir que toute compréhension est interprétation du fait de sa nature de processus actif sélectif : cela reviendrait à soutenir que toute action et toute sélectivité dépendent d’une pensée et d’une décision interprétative.

123. Il existe des actes de sélections pré-réflexifs et immédiats et nous pouvons comprendre quelque chose sans y penser le moins du monde, alors que pour interpréter une chose, il faut y penser. Selon Wittgenstein, interpréter consiste essentiellement à faire des hypothèses qui peuvent se révéler fausses. La compréhension se définit autrement.

13Les arguments de l’universalisme herméneutique ne semblent donc valoir que dans un cadre de pensée fondationnaliste que rejette la conception pragmatiste.

  • 8  « Naturellement les partisans de l’universalisme herméneutique contesteraient une telle conception (...)

14La distinction épistémologique entre compréhension et interprétation reste cependant à creuser pour faire apparaître les différences de fonctionnement de ces deux activités. Selon Shusterman, il y a des « habitudes intelligentes » qui forment la base de la compréhension, laquelle se différencie de l’interprétation, requise par des conditions anormales : il y a des exemples de compréhension et de perception qui nous sont « donnés » (même s’ils ne nous sont pas données de manière fondationnelle comme émanation brute, immédiate et directe de la vérité des choses, en bref même s’ils nous sont donnés à travers le voile d’une culture ou d’habitudes culturelles) qu’il faut distinguer de formes de compréhension auxquelles nous parvenons par un effort délibérément interprétatif effectué sur et à partir de ce qui nous est d’abord donné.8 Shusterman donne l’exemple de phrases de langue maternelle perçues en contexte et qui ne demandent pas une interprétation mais plutôt une compréhension linguistique sur le modèle wittgensteinien :

  • 9 R. Shusterman, op. cit. p. 65.

15Pour lui, la compréhension linguistique dépend de la capacité que nous avons de donner les bonnes réponses dans le jeu de langage qui convient, et cette capacité elle-même est d’abord obtenue grâce à un apprentissage ou à des exercices.9

  • 10  C’est-à-dire en relation avec la capacité de sentir les mouvements et les orientations du corps co (...)

16Notons que grâce à ce modèle il est possible d’éviter des objections de la philosophie du tournant linguistique : aussi bien version Gadamer (toute expérience du monde est essentiellement linguistique) que version Quine / Davidson (comprendre la signification d’un énoncé reviendrait à en donner une interprétation / traduction dans des termes qui nous sont plus familiers). Pour Wittgenstein en effet la capacité contextuelle et acquise de donner de bonnes réponses fait de la maîtrise du langage un équivalent de la maîtrise d’habitudes intelligentes de paroles et de réponses liées à l’existence dans une certaine forme de vie, et non pas à la connaissance de règles sémiotiques interprétatives. Il y a de plus des formes de compréhension que l’on ne peut décemment pas qualifier de « linguistiques » : dans la danse, dans les arts martiaux par exemple, elles sont de nature proprioceptive10 ou kinesthésique, liées à une expérience du corps que l’on peut réactiver si besoin est et qui guide l’action de façon souterraine, mais qui ne passe ni par une connaissance, ni par un enseignement totalement discursifs.

  • 11  « Souvenons-nous que la distinction est fonctionnelle ou relationnelle, et non ontologique. La com (...)

17La compréhension est alors un mode de fonctionnement préalable et nécessaire à l’interprétation : nous fondons nos hypothèses primitives d’interprétation sur ce que nous comprenons déjà.11

  • 12  En tant qu’elles conditionnent ou orientent nos représentations, perceptions, actions…

18Fin de la parenthèse Shusterman : la notion de compréhension ainsi dégagée nous permet de modéliser dans une certaine mesure le fonctionnement des pratiques post-poétiques (c’est-à-dire des pratiques ne pouvant plus être décrites, envisagées, expliquées avec les outils théoriques forgés pour la « Poésie » classique ou du moins plus académique) : celles-ci intègrent en effet dans leur principe fonctionnel la possibilité d’une lecture réflexe, voire idiote, sur laquelle nous reviendrons. Leur action s’exerce de façon ciblée sur des structures symboliques latentes qu’il s’agit d’exhumer et de faire imploser, en somme directement sur des sous-systèmes cibles à l’intérieur desquels sont crées des interférences, le but de ces « objets poétiques » étant de diviser la vérité, c’est-à-dire de diviser ce qui est socialement établi comme « la vérité » (qu’elle soit de nature médiatique, scientifique, pornographique, institutionnelle…). Le modèle politique qui pourrait être relié à ce genre d’action n’est plus le militantisme idéologique frontal mais la guérilla souterraine et le sabotage de structures symboliques-actives.12

Déresponsabilisation herméneutique : exemples / moyens

19Pourquoi parler de « déresponsabilisation herméneutique » ? Parce que face à ces objets se trouvent désamorcées (en tant qu’elles sont rendues inopérantes) les attitudes herméneutiques inculquées scolairement et culturellement (le programme d’efficacité politique visé par de telles pratiques suppose qu’elles ne s’adressent pas uniquement à des « lecteurs experts »).

Note

  • 13  Et ce dès la couverture. E. Hocquard, Le Commanditaire, P.O.L, 1993.

20Il faut ici noter que certains auteurs choisissent délibérément de jouer sur cet horizon d’attente afin de créer des phénomènes d’interférence et de déception qui deviendront signifiants en eux-mêmes lors d’un retour critique du lecteur sur ses propres réflexes de lecture, ou pour fabriquer des « OLNI » en important des techniques ou des formats de médiation dans d’autres pour créer des affects. Par exemple, la présence de signes-indices comme une mise en page laissant une grande place au blanc (Cadiot, R. Zaugg…) ou même plus simplement et plus directement l’étiquette « poème » (E. Hocquard) ne se justifient qu’en tant qu’elle permet de convoquer une lecture type « poésie » (avec adoption d’une stratégie interprétante du style, des rimes et des harmonies sonores, des images… qui sera évidemment déçue et contrecarrée) dont on pourra tirer des effets critiques et reconfigurants : si Emmanuel Hocquard adopte la dénomination « poème » pour un texte comme Le Commanditaire13, qu’en est-il du rôle et de la fonction de la poésie en contexte selon lui ? Ne peut-on pas la voir comme une entreprise mettant en jeu des questions logiques et représentationnelles plus que comme un art de l’expression personnelle ou du jeu formel ?

Fin de la note

21Comment mettre en œuvre cette déresponsabilisation herméneutique ? On se risquera ici à proposer une sorte de taxinomie non exhaustive, fondée sur des constats relativement simples. Parmi les traits qui semblent pertinents, on peut donc relever :

  • 14  Christophe Tarkos, Ma Langue, III. Donne, Al Dante / Niok, 2000.
  • 15  Manuel Joseph, Heroes are heroes… P.O.L., 1994.
  • 16  Olivier Quintyn, à propos de la démarche de M. Joseph : « il ne se contentait pas, en recopiant en (...)
  • 17  Comme dans le cas des stylistiques essentialistes type Léo Spitzer.
  • 18  A l’inverse du « style » pensé selon Jakobson.

221. L’utilisation de langages non-problématiques, au sens non-hermétiques, ne recherchant pas une singularité de style par l’invention d’un hypothétique langage privé, notamment par le culte de la métaphore. Cette caractéristique est l’une des plus importantes du champ poétique contemporain : on la retrouve chez tous les poètes travaillant à partir de fragments de discours médiatiques (Olivier Quintyn, Christophe Hanna, Christophe Fiat, Manuel Joseph…) et chez ceux qui utilisent le langage courant du contexte, prosaïque ou prosaïsé (Christophe Tarkos, Charles Pennequin, Olivier Cadiot, Nathalie Quintane…). Dans ces cas précis, un langage habituel est suffisamment intégré pour provoquer des réponses de compréhension et non une démarche interprétative, comme l’explique Shusterman après Wittgenstein. Il n’est pas forcément présent dans sa lisibilité totale mais conserve suffisamment de lisibilité pour susciter des effets ou des affects immédiats qui orientent éventuellement une interprétation ultérieure (qui à son tour pourra corriger la compréhension première selon le modèle rétroactif de Shusterman relisant Dewey) comme chez le Tarkos de Donne14 qui, sans volonté de faire image, construit des blocs textuels uniquement à partir de formes linguistiques simples mais permutées et répétées, faisant revenir de façon très visible les sèmes du don, de la perte, de la possession, de la relation interpersonnelle et créant de la sorte un affect ou un effet de lecture immédiat non interprétatif. Un mot sur ce qui concerne les pratiques de ponction dans des discours médiatiques, politiques, pornographiques, etc., et leur traitement par le cut-up : les énoncés provenant de ces discours doivent garder des marques de la structure idéologique et énonciative qui les a produits ou rendus possibles ; ils doivent donc manifester leur origine de façon quasi subliminale, faisant signe vers leur contexte de prélèvement qui est perçu de façon sub-interprétative par le lecteur ou le spectateur du fait même de sa familiarité avec les stylèmes propres à ces différents types de discours, et ceci dans une perspective révélatrice. Un exemple marquant des années 90 : avec Heroes are heroes15 Manuel Joseph coupe, réagence, détourne des fragments discursifs d’origines diverses : discours de propagande fasciste, bulletins d’information de CNN pendant la guerre du Golfe, paralittérature, jaquettes de cassettes pornographiques… afin de mettre au jour les soubassements mythologiques communs aux notions d’héroïsme viril, de masculinité guerrière, de violence sexuelle… 16 La fonction révélatrice du cut-up est pensable sur le modèle de la commutation grammaticale : le fait de mettre en co-présence des éléments hétérogènes fait apparaître directement leur nature, par rapport à un sentiment de la langue lié à une culture. Il semble alors évident que la notion de « style » n’est plus pertinente pour caractériser ces objets qui ne recherchent pas la production d’un écart par rapport à une norme par exemple, ou la création d’un usage de la langue qui conserverait la marque d’une singularité psychologique ou auctoriale17. La notion de stylème, potentiellement capable de rendre compte de marques énonciatives ou tropologiques spécifiques à un type de discours et non repérables par des effets de désautomatisation de la langue (liée à une visibilité stylistique)18 constitue un outil plus puissamment descriptif dans certains cas.

  • 19  Jean-René Etienne, à nouveau : « C’est que l’aspect le plus saillant de leur système particulier d (...)

232. L’utilisation et le détournement de cadres de présentation et de traitement qui ne sont pas vraiment dissociables du contenu ponctionné et que l’on sépare quelque peu artificiellement pour la clarté de la présentation.19 On entrevoit ici un aspect important du rapport des poésies virales à l’interprétation : puisque le virus suppose une dissimulation et une diffusion sur supports souples et discrets, les pratiques poétiques actuelles réutilisent et exemplifient des cadres, des modèles narratifs ou présentationnels (exemples : mises en page de magazines fashion, fenêtres MTV, répétitions machiniques, récits par track list, logiques de manipulation reward / forward) suffisamment intégrés pour constituer quelque chose comme une grammaire, un contexte communicationnel de sens commun (l’objet est alors conçu pour fonctionner de façon précise dans un contexte, et non pas fondé sur une quelconque idée a priori du sens commun, ou d’un illusoire fond uni, universel et transparent de communication) grâce auxquels adviennent des réflexes plus que des interprétations. De cette non visibilité et de son fonctionnement au ras du quotidien, on peut déduire que le mode de consommation de ces objets ne sera pas le même que celui qui est effectif lors de la lecture d’un sonnet mallarméen : d’où la nécessité de mettre en place d’autres pratiques interprétatives capables de rendre lisibles ces textes, et de convoquer des approches sémio-pragmatiques attentives aux modes de collision ou d’interpénétration des logiques en présence. Le constat d’Olivier Quintyn semble alors s’imposer de façon évidente :

  • 20  Olivier Quintyn, Article Théories Actuelles disponible sur le site du Centre d’Etudes Poétiques [h (...)

24La théorie de la communication et partant, la pragmatique, sont, me semble-t-il, des « sciences pilotes » pour nous, au même titre que la psychanalyse et la linguistique structurale ont pu l’être pour la génération qui nous précède.20

25L’esthétique pragmatique ou l’approche goodmanienne offrent de même des prises intéressantes et fonctionnelles si on les considère (ici encore dans une perspective pragmatiste) comme des outils potentiellement reconstructibles et adaptables à un contexte donné selon leur efficacité descriptive et explicative, c’est-à-dire sans avoir besoin de souscrire à tous les présupposés ou à la vision de l’art qui sous-tendent ces théories.

  • 21  Relaxing Poetry, Outing Poetry, Clapping With Subscriptors…

263. L’utilisation de matériaux fonctionnels intégrés en rapport avec le corps : des images, des sons et leur combinaisons dont l’action sur un mode de réaction kinesthésique et les propriétés modifiantes peuvent être directes mais jamais décrites sur le mode fondationnel : si certains stimuli iconiques, verbaux, sonores peuvent déclencher des réflexes corporels, des attitudes liées à des affects immédiats, ce n’est pas pour ce qu’ils sont « en soi » ou « naturellement » (on dirait encore « essentiellement »), mais parce qu’ils sont les moyens d’un conditionnement culturel, d’une suite d’habitudes prises en leur présence, que l’on peut réutiliser et détourner. Ici encore, il ne sont pas pertinents hors d’un contexte donné. Je pense notamment aux objets de House Poetry fabriqués par Christophe Hanna21 qui font appel à des socles mémoriels et kinesthésiques culturellement conditionnants car souvent utilisés (musiques de relaxation new age, bruitages pornographiques combinés à des images, du texte qui agissent en interaction) pour produire des effets propres à accompagner des activités physiques et quotidiennes. Nul besoin d’interpréter ces objets ou d’entrer dans une contemplation esthétique de leurs propriétés intrinsèques pour qu’ils produisent leurs effets.

274. L’utilisation de procédés de précipitation / concaténation / vitesse par la coupe, la mise en boucle et la répétition notamment, qui soumettent la lecture ou l’audition à des régimes particuliers parfois pré-herméneutiques. Dans I Shot Reagan 1, Olivier Quintyn enchaîne et permute (entre autres) des extraits de discours électoralistes, ou médiatiques stéréotypiques de type laudatifs sur Ronald Reagan à des énoncés informationnels de nature et de fonction divergentes, et ce à une vitesse qui rend quasi impossible une interprétation réelle des processus signifiants, et selon une mise en scène dispositale (images, travail de l’environnement sonore et de ses perturbations) qui en permet juste la compréhension ou mieux, l’impact. Le mode de consommation de ces objets actuels n’est donc jamais neutre : en témoigne notamment sa prise en compte par des espaces jusqu’ici négligés ou neutralisés par l’industrie du livre comme les quatrièmes de couverture. On se permettra de citer ici celle de Heroes are heroes… qui, soulignons-le d’emblée, est composée dans la même typographie que le reste du livre. La voici donc in extenso, avec les fautes et les contradictions :

  • 22  Manuel Joseph, op. cit.

AU LECTEUR
CE LIVRE EST ÉCRIT POUR QU’ON EN A DU PLAISIR IL EST DESTINÉ À ÊTRE LU À VOIX HAUTE PEU DE CHAPITRES À LA FOIS LA PLUPART DES ENFANTS NE SERONT PAS CAPABLES DE LE LIRE EUX-MÊMES LISEZ-LE LEUR À HAUTE VOIX NE VOUS PRÉOCCUPEZ PAS DES VIRGULES QUI NE SONT PAS LA NE VOUS INQUIÉTEZ PAS DU SENS QUI N’EST PAS LÀ LISEZ LES MOTS PLUS VITE COMME DANS UNE FUSÉE EN PLEINE ACCÉLÉRATION OÙ LES TYPES SONT ÉCRASÉS SOUS LA VITESSE SI VOUS AVEZ QUELQUE DIFFICULTÉ LISEEZ DE PLUS EN PLUS VITE JUSQU’À CE QUE VOUS N’EN AYEZ PLUS COMME DANS UNE FUSÉE EN PLEINE ACCÉLÉRATION OÙ LES TYPES SONT ÉCRASÉS SOUS LA VITESSE CE LIVRE AIT ÉCRIT POUR QU’ON EN A PAS DU PLAISIR < IL SE TROUVA QUE PIERRE ET ROSE N’ÉTAIENT PAS COUSINS JUSTE COMMENT PERSONNE NE LE ————ET LE MONDE CONTINUA SIMPLEMENT A ETRE ROND >
<BLEUE >22

28Il s’agit ici d’un programme de lecture ou mieux, de consommation puisque toutes les indications données prennent le contre-pied de l’idée de lecture progressive et attentive au sens des mots et à l’enchaînement des phrases. La déresponsabilisation herméneutique apparaît sous la forme d’une vitesse de lecture (lecture réflexe, lecture idiote) jamais atteinte qui produit d’autres effets de sens, sous l’interprétation. Signalons également la présence de signes iconiques divers dans cet objet-livre qu’est Heroes are heroes… qui permettent aussi une saisie immédiate de certains effets de sens.

  • 23  Olivier Cadiot, L’Art Poetic’, P.O.L, 1997.

295. L’appel à des réflexes de complémentation lectorale, présent de façon notoire dans L’Art Poetic’23 d’Olivier Cadiot (qui en fait quasiment un principe compositionnel) et plus ou moins important dans toutes les poésies ayant recours au geste du cut. Ces réflexes peuvent se décrire comme des habitudes scolaires d’action (Cadiot ré-agence des exemples de manuels de grammaire), résultant d’un conditionnement sur lequel le lecteur est amené à jeter un regard rétrospectif critique suite aux effets ressentis face à la puissance conative anté-interprétative du texte troué par des appels de sens (comme il y a des appels d’air). Un processus interprétatif peut de fait toujours avoir lieu après déclenchement d’affects ou d’effets de compréhension : il sera suscité, guidé par ces effets sensationnels / cognitifs premiers et pourra les corriger selon le modèle de Shusterman.

  • 24  Alors que les dispositifs viraux sont fondamentalement incomplets et hétérogènes et qu’ils doivent (...)

30Le fait est cependant que pour l’ensemble des objets brièvement présentés ici, le processus interprétatif ultérieur – notamment sous la forme d’une analyse critique ou de la constitution éventuelle d’une poétique –, s’il cherche à trouver les causes explicatives de ces effets lectoraux, ne pourra se fonder sur les traditionnelles exigences de l’herméneutique littéraire, quant à la recherche de la cohérence d’une totalité close sur elle-même grâce à des systèmes d’échos par exemple, ou via la recherche d’un processus de semiosis passant par des images ou des traits d’agrammaticalité… Tous ces outils à vocation « objective » révèlent ici leur non-pertinence descriptive : les présupposés sur lesquels ils sont fondés, comme la valorisation de la conscience esthétique, la recherche d’un modèle d’unité organique24 par exemple, sont niés ou fortement remis en cause par les objets poétiques contemporains. Le critère de cohérence de l’herméneutique littéraire privilégie en effet la notion d’unité organique et disqualifie de fait toute réception artistique des dispositifs conçus comme techniques fragmentaires, selon une équation nettement abusive du type : « artistique = esthétique = herméneutisable » Le fait qu’un de ces termes manque peut conduire à rejeter (de façon essentialiste et dogmatique) la prétention de certains objets à l’articité. Derrière un ensemble de méthodes prétendument objectives et descriptives se cachent donc en réalité des présupposées normatifs assez limitants en tant qu’il doivent exclure un grand nombre d’objets d’art actuel pour fonctionner sans encombre dans le champ théorique actuel. La notion d’unité organique peut par exemple laisser supposer que toute œuvre d’art doit être un tout unifié pour résister aux attaques du temps, et se laisse lire derrière les modèles extrêmement classiques et extrêmement puissant du « calme bloc ici bas chu » mallarméen, du poème stèle, ou de l’écriture monumentum… formes pour lesquelles l’herméneutique littéraire traditionnelle reste pertinente. Mais dans l’incomplétude fondamentale des dispositifs post-poétiques (due notamment à la prise en compte de leur contexte de réception et à l’abandon de l’idéologie du chef d’œuvre) se lit la pensée planifiée de leur propre obsolescence. Nombre de productions artistiques actuelles sont en effet conçues en intégrant la possibilité (voir la nécessité) d’une péremption de leur efficacité rhétorique et politique. La postérité n’est pas ici un critère jugé pragmatiquement valable.

31Machines textuelles ou objets hétérogènes convoquant des modes de consommation importés ou non esthétiques, ces productions impliquent la sortie d’une théorie générale de l’interprétation et la constitution de multiples théories ad hoc propres à souligner – voire à susciter, (dans la perspective de l’effet spin et tant est important le conditionnement de type « esthétique » – ou : d’une nécessité politique de la théorisation…) – leurs actions reconfigurantes sur le plan social et artistique.

Haut de page

Bibliographie

Le site du Centre d’Etudes Poétiques :[http://www.enslsh.fr/labo/cep/site/cc/auteurs/poetique/quintheo.html] [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/auteurs/index.htm]

La Revue de Littérature Générale n° 1 La Mécanique Lyrique, P.O.L, 1995.

Cadiot Olivier, L’Art Poetic’, P.O.L, 1997.

Hanna Christophe, Poésie Action Directe, Al Dante, 2003.

Hocquard Emmanuel, Le Commanditaire, P.O.L, 1993.

Joseph Manuel, Heroes are Heroes… P.O.L.

Shusterman Richard, Sous l’interprétation, Combas, Ed. de l’Eclat, 1994, trad. J.-P. Cometti.

Tarkos Christophe, Ma Langue, III. Donne, Al Dante / Niok, 2000.

Haut de page

Notes

1  Richard Shusterman, Sous l’interprétation, Combas, Editions de l’Eclat, 1994, trad. J.-P. Cometti.

2 RLG n° 1 La Mécanique Lyrique, P.O.L, 1995.

3  Jean-René Etienne, Ecritures de montage / Littérature d’interface / Maquettes, disponible sur [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/auteurs/index.htm]

4  Pour une discussion détaillée, critique et éclairante de ces thèses, je renvoie au livre de Christophe Hanna, Poésie Action Directe, Al Dante 2003.

5  Ibidem.

6  Pour une définition plus précise de ces modèles : C. Hanna. op. cit. p. 19 et sqq.

7  Lautréamont, Les Chants de Maldoror, Poésie / Gallimard, p. 58. Nous soulignons.

8  « Naturellement les partisans de l’universalisme herméneutique contesteraient une telle conception de l’usage standard, et ils souligneraient le fait que même les actions inconscientes et les perceptions immédiates doivent être interprétatives, et qu’elles peuvent être décrites ainsi sans qu’on leur porte outrageusement atteinte. Mon idée consiste à dire que les universalistes ne nous fournissent aucune raison contraignante nous autorisant à étendre l’usage du mot interprétation dans ce sens, et qu’en conseillant de revoir linguistiquement ou de refuser toute distinction utile à ce sujet, ils s’infligent lourdement à eux-même la charge de la preuve. Comme cela devrait être désormais clair, l’argument qu’ils invoquent repose sur la conviction qu’une compréhension non interprétée est impossible, car elle devrait être conçue en termes fondationnels. » in R. Shusterman, op. cit. p. 77.

9 R. Shusterman, op. cit. p. 65.

10  C’est-à-dire en relation avec la capacité de sentir les mouvements et les orientations du corps comme de ses parties.

11  « Souvenons-nous que la distinction est fonctionnelle ou relationnelle, et non ontologique. La compréhension première, celle qui sert de base, et qui « n’est pas une interprétation » peut très bien être le produit d’interprétations antérieures, bien qu’elle soit immédiatement saisie. » in R. Shusterman, op. cit. p. 71.

12  En tant qu’elles conditionnent ou orientent nos représentations, perceptions, actions…

13  Et ce dès la couverture. E. Hocquard, Le Commanditaire, P.O.L, 1993.

14  Christophe Tarkos, Ma Langue, III. Donne, Al Dante / Niok, 2000.

15  Manuel Joseph, Heroes are heroes… P.O.L., 1994.

16  Olivier Quintyn, à propos de la démarche de M. Joseph : « il ne se contentait pas, en recopiant en accéléré un catalogue de films pornographiques, de bramer une équivalence facile ‘porno = fascisme’, il détournait, avec des moyens rhétoriques raffinés, des stratégies sémantiques anémiques (liste, répétitions obsessionnelles, violence commerciale du catalogue). Ou pour le dire autrement : il surenchérissait sur la pauvreté sémantique de ses matériaux textuels pour en faire un objet à la fois de jouissance textuelle (vitesses, masses, précipités) et de lucidité idéologique (démontage par les seuls moyens d’un dispositif textuel de certaines stratégies mythologisantes du langage contemporain, notamment de cette pornlangue qui fait l’essentiel des communications Internet). » in Théories Actuelles sur le site du Centre d’Etudes Poétiques disponible sur [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/cc/auteurs/poetique/quintheo.html]

17  Comme dans le cas des stylistiques essentialistes type Léo Spitzer.

18  A l’inverse du « style » pensé selon Jakobson.

19  Jean-René Etienne, à nouveau : « C’est que l’aspect le plus saillant de leur système particulier de reprise est qu’ils ne traitent pas tant un matériau qu’un mode de traitement d’un matériau. Ils travaillent de façon seconde une médiation : ils re-médient » et « […] pas d’événement hors du traitement. L’événement naît traité. » in Ecritures de montage / Littérature d’interface / Maquettes disponible sur [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/auteurs/index.htm].

20  Olivier Quintyn, Article Théories Actuelles disponible sur le site du Centre d’Etudes Poétiques [http://www.ens-lsh.fr/labo/cep/site/cc/auteurs/poetique/quintheo.html].

21  Relaxing Poetry, Outing Poetry, Clapping With Subscriptors…

22  Manuel Joseph, op. cit.

23  Olivier Cadiot, L’Art Poetic’, P.O.L, 1997.

24  Alors que les dispositifs viraux sont fondamentalement incomplets et hétérogènes et qu’ils doivent embrayer sur un contexte pour être activés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Mondémé, « Autres pratiques interprétatives », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/3873 ; DOI : 10.4000/traces.3873

Haut de page

Auteur

Thomas Mondémé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page