Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le sociologue comme auteur

Erwan Le Méner
p. 53-68

Résumé

Cet article soutient que le travail interprétatif du sociologue à l’œuvre dans l’écriture met en jeu des agencements argumentatifs et rhétoriques non contradictoires avec l’exigence scientifique inhérente à ce travail. L’interprétation sociologique et la conviction du lecteur se coproduisent parfois. Cette coproduction signe l’extension des problématiques sociologiques à d’autres territoires, et rapproche sensiblement le sociologue de la figure geertzienne de l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Emile Durkheim, Les règles la méthode sociologique, PUF, 1967.

1Dans Les règles de la méthode sociologique, Durkheim définit la sociologie par son objet d’étude, les faits sociaux (soit « toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d’exercer sur l’individu une contrainte extérieure »1), et par une méthode, comparative. L’objet et la méthode conditionnent la pratique de la sociologie, entendue alors comme synonyme de sciences sociales. Comme le dit Roland Barthes :

  • 2  Roland Barthes, « De la science à la littérature » (1967) in Le bruissement de la langue. Essais c (...)

Pour les sciences [sociales et humaines], le langage n’est qu’un instrument, que l’on a intérêt à rendre aussi transparent, aussi neutre que possible, assujetti à la matière scientifique (opérations, hypothèses, résultats) […] : il y a d’un côté et d’abord les contenus du message scientifique, qui sont tout, d’un autre côté et ensuite la forme verbale chargée d’exprimer ces contenus, qui n’est rien.2

2Pour le scientifique, écrire est un verbe transitif, une activité finalisée au service d’une praxis. Contrairement à la littérature, la science ne prend pas le langage pour son propre objet.

3Néanmoins, la relation de subordination de l’écriture scientifique à ses fins pratiques ne va pas de soi. Ainsi Clifford Geertz soutient-il que

  • 3  Clifford Geertz, Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur, Métaillé, 1996, p. 12.

l’aptitude des anthropologues à nous persuader de prendre au sérieux ce qu’ils disent tient moins à l’apparence empirique et à l’élégance conceptuelle de leurs textes qu’à la capacité de nous convaincre que leurs propos reposent sur le fait qu’ils ont réellement pénétré […] une autre forme de vie, que, d’une façon ou d’une autre, « ils ont vraiment été là-bas » Et c’est dans cette aptitude à nous persuader que ce miracle s’est produit en coulisse, que naît l’aspect littéraire de leurs œuvres.3

  • 4  Je reprends directement les citations de Foucault de l’ouvrage de Geertz cité plus haut, page 25. (...)
  • 5  Clifford Geertz, op. cit., p. 26, cite Barthes : « Pour un auteur, "écrire" est un verbe intransit (...)

4De grands travaux épistémologiques contemporains, critiques de l’ambition scientifique naturaliste en sciences sociales héritée pour beaucoup de Durkheim, n’accepteraient pourtant pas l’idée que le « raisonnement sociologique » ait à voir avec les préoccupations d’un « auteur » au sens où l’entend Geertz. Dans son travail de définition, Geertz emprunte d’abord à Michel Foucault l’idée que l’auteur est un « fondateur de discursivité »4 d’un type particulier, ayant « créé des possibilités infinies de discours » places nouvelles pour des traditions ou des disciplines à naître. Il dit toutefois s’inspirer essentiellement de Barthes dont il reprend la distinction entre auteur et écrivain, mais en inversant sa terminologie. Cette confusion est peut-être due à un problème de traduction5. Nous retiendrons conventionnellement la terminologie de Geertz, qui est entrée dans le sens commun des sciences sociales.

  • 6  Cf. Daniel Cefaï, L’enquête de terrain, La découverte / MAUSS, 2003, pp. 181-207 : présentation de (...)
  • 7  Cf. dans ce numéro l’article de Paul Costey, « Description et interprétation ».

5En tout cas, la conception de « l’anthropologue comme auteur » ne fait pas l’unanimité dans la communauté scientifique. Elle tendrait à dissoudre l’identité du chercheur comme scientifique6 dans une prose esthétisante et excessivement subjectiviste7.

  • 8  Clifford Geertz, op. cit., p. 10.

Mais l’objection la plus virulente, que l’on rencontre dans tous les camps et qui est pratiquement généralisée dans les milieux intellectuels, tient au fait que mettre l’accent sur la façon dont sont présentées les affirmations du savoir nuit à notre aptitude à prendre ces affirmations au sérieux.8

6Ce constat liminaire rappelle l’équivocité de la relation entre l’écriture de textes à visée scientifique et celle de textes avant tout littéraires (étant le fait d’auteurs), qui n’apparaissent pas immédiatement comme l’exercice d’un raisonnement sociologique : comme si la littérature en tant que manière de parler (et donc de voir), était en droit, mais rarement en fait, utile aux sociologues et anthropologues. Une telle conception du rapport entre sciences sociales et littérature paraît bien frileuse, autant que contraignante et nuisible à l’étude des relations sociales. Elle émerge surtout d’un malentendu méthodologique et épistémologique, qui a fait se perdre de vue les domaines de la littérature et des sciences sociales.

  • 9  Clifford Geertz, op. cit., p. 27.

L’hésitation qui se manifeste en terme de signature par la question jusqu’où, et comment, s’impliquer dans le texte, se manifeste en termes de discours par la question jusqu’où, et comment, le composer imaginairement.9

  • 10  Laquelle consiste à donner sens à une réalité sociale en usant d’artifices rhétoriques qui ne part (...)

7Sans coïncider avec la littérature, les sciences sociales peuvent certainement tirer bénéfice de l’interprétation littéraire du social10 telle que la proposent, volontairement ou pas, de nombreux « auteurs » et des romanciers en particulier.

  • 11  Howard Becker, Les ficelles du métier, La Découverte, Paris, 2002.

8Dans un ouvrage récent11, Howard Becker s’amuse à donner « les ficelles du métier » aux apprentis chercheurs en sciences sociales. Une de ces ficelles consiste à établir une description aussi précise et complète que possible de ce que l’on observe, afin d’y mettre le moins d’interprétation immédiate et incontrôlée. L’idée est de se défaire de catégories d’analyse risquant de corroborer les prénotions que tout chercheur en sciences sociales se doit de débusquer et de déconstruire. Le sens commun partagé par l’enquêteur et l’enquêté menace ainsi constamment le regard et l’écriture sociologiques.

  • 12  Howard Becker, op. cit., pp. 144-146.

Une description méticuleuse de détails qui ne passent pas par le filtre de nos idées et de nos théories produit des observations qui ne cadrent pas avec nos catégories, et qui nous obligent par là à élaborer de nouvelles idées et de nouvelles catégories où elles pourront s’intégrer sans forcer.12

9Becker ne répond d’aucune ambition positiviste qui ferait du descripteur le plus neutre (et se croyant tel, il ne l’est jamais) l’autorité finale de la sociologie. Il se garde plutôt contre les dérives de l’analyse textualiste, lesquelles versent dans un subjectivisme mièvre et se défont de toute prétention scientifique. Plus subtilement, Becker prévient l’écrivain-sociologue de tout bord contre les excès interprétatifs contenus dès la description : ceux-ci, souvent de manière insidieuse, biaisent indûment le regard que pose le sociologue sur son matériau au moment d’écrire et surcodent la réception de ses textes. Il ne s’agit pas de viser une quelconque pureté descriptive, ni de distinguer description et interprétation comme deux phases intrinsèquement distinctes du travail sociologique. Il est question, au contraire, d’insister sur la coproduction de ces deux moments, qui nécessite un fort contrôle réflexif de la part du chercheur. Interrogation sur les conditions de production du discours sociologique, sur sa scientificité, donc, mais aussi sur l’entreprise éthique de la discipline :

  • 13  Pierre Bourdieu, « Le sociologue en question » in Questions de sociologie, Minuit, 1984, p. 37.

Casser les automatismes verbaux, ce n’est pas créer artificiellement une différence distinguée qui met à distance le profane ; c’est rompre avec la philosophie sociale qui est inscrite dans le discours spontané.13

10Il est ensuite une façon de donner corps au texte littéraire qui correspond à la prescription méthodologique d’Howard Becker, et qui est indissociable d’un même questionnement sur l’ordinaire et son évidence. L’œuvre de George Perec est une illustration permanente de cette relation de ressemblance. Positionnement initial du descripteur :

  • 14  Georges Perec, Espèces d’espaces, Galilée, 2000 (1974), p. 100.
  • 15  Georges Perec, op. cit., Prière d’insérer.

Rien ne nous frappe, nous ne savons pas voir.14
Ce que nous appelons quotidienneté n’est pas évidence, mais opacité : une forme de cécité, une manière d’anesthésie.15

11Et programmatique :

  • 16  Georges Perec, op. cit., p. 100.

Y aller plus doucement, presque bêtement. Se forcer à écrire ce qui n’a pas d’intérêt, ce qui est le plus évident, le plus commun, le plus terne.16

  • 17  Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, La Librairie du xxe siècle, sept 1989
  • 18  Voir la préface de Bernard Magné à Georges Perec. Romans et récits, La Pochothèque, Le Livre de po (...)
  • 19  Voir le préambule de Georges Perec, La Vie mode d’emploi (1978), in Georges Perec. Romans et récit (...)
  • 20  Cf. Gilles Deleuze, Claire Parnet, Dialogues, Champs Flammarion, 1996, notamment pp. 68-73. Deleuz (...)
  • 21  Yves Winkin, Les moments et leurs hommes, Seuil / Minuit, 1988.

12Perec s’interroge en effet sur ce qu’il peut y avoir d’étonnant dans ce qui nous est le plus commun, dans ce qu’il nomme « l’infra-ordinaire »17. Il cherche à voir en deçà de l’évidence, de l’ordre qu’elle impose. Ceci implique la défaite d’un discours du sens commun, immédiatement interprétatif, et à cet égard reproducteur de l’évidence. La force de la description perecquienne, en tant qu’elle nous donne à percevoir les choses d’une façon inhabituelle et surprenante, désordonnée mais cohérente, vient certainement d’une contrainte visuelle et méthodologique très forte, déclinée sous diverses formes au long de son œuvre, et qui consiste toujours à subordonner la description et la figure du narrateur au point de vue de son énonciation. En d’autres termes, Perec se focalise sur l’ordre des places bien plus que sur les places elles-mêmes. La description perecquienne est essentiellement au milieu des choses. Mais « les choses » ne désignent plus l’objet décrit, et ne renvoient donc plus réciproquement à un sujet comme instance signifiante incontournable. Les choses sont le milieu de la description dont la vocation est de matérialiser les lignes tracées par le regard en une cartographie qui passe par un maximum de points, et d’offrir une totalisation inédite de ce milieu. L’ambition de Perec est explicitement réaliste18, au sens où il vise à restituer une réalité mal vue dans un univers désordonné et immédiatement réagencé par l’écriture. Cependant, Perec définit un réalisme d’un nouveau genre, pour lequel l’écriture bâtit « un ensemble, c’est-à-dire une forme, une structure » – et non « une somme d’éléments qu’il faudrait d’abord isoler et analyser »19. L’interprétation du romancier dépend ainsi directement des relations qu’il crée dans son œuvre, et non d’un quelconque objet préexistant à l’écriture. Suppression ainsi de la dualité entre l’objet et le sujet de la description – problème du point de vue – et concentration sur les relations, toujours extérieures à leurs termes.20 Perec se prémunit donc contre toute surcharge interprétative et psychologisante. Geste pragmatiste par excellence, repérable d’ailleurs en sciences sociales. Lorsque Yves Winkin résume l’œuvre de Erving Goffman par la formule : « les moments et leurs hommes »21, il souligne bien la primordialité des relations sur leurs termes, des cadres de l’interaction sur les acteurs : les contraintes formelles de l’interaction cadrent son déroulement. Et c’est bien dans l’attention portée aux situations les plus banales qu’on le découvre. La littérature, disons le corpus littéraire, fourmille de descriptions très fines d’interactions qui constituent alors un matériau privilégié pour le sociologue.

  • 22  Clifford Geertz, Ici et Là-bas. L’anthropologue comme auteur, Métaillé, 1996 (1988).

13Mais la mobilisation de textes littéraires ne va pas forcément de soi en sciences sociales. Aussi distinguerons-nous trois niveaux de mobilisation : illustration, présentation et re-présentation d’un argument. L’illustration d’une idée sociologique par un extrait littéraire est certainement un usage non problématisé de textes non sociologiques : une fois établis les résultats d’une enquête, rien n’interdit au chercheur d’exemplifier son propos à l’aide de références qui sortent du domaine des sciences sociales, et n’ont sollicité aucune forme de raisonnement sociologique. C’est toutefois le degré zéro de l’interprétation : la fonction référentielle n’est nullement médiatrice entre le résultat exposé et son explication. Effet de style ou d’autorité, il ne participe cependant de l’interprétation que comme pièce de l’agencement rhétorique produit par n’importe quel texte d’envergure, dans les procédures d’emportement de la conviction du lecteur, si brillamment mises au point par les grands auteurs des sciences sociales.22

  • 23  Gilles Deleuze, Abécédaire, réal. Pierre-André Boutay, Michel Parnart, Paris, éd. Montparnasse, 19 (...)
  • 24  Jean-Michel Chaumont, La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance, Paris, La D (...)
  • 25  Jean-Michel Chaumont, op. cit., p. 12.
  • 26  Voici les mots de Robert Antelme : « On n’oublie pas que l’histoire de chacun se fait à travers le (...)

14Plus important certainement dans l’argumentation sociologique est l’usage de références non-sociologiques pour présenter la pensée sociologique. Il s’agit alors de prendre la voix d’un autre pour exprimer la sienne, de faire que cette voix parle « pour » soi, c’est-à-dire comme le dit si justement Deleuze23 : « au-devant » de soi, dans un temps antérieur à sa parole, en tant qu’ouverture vers cette parole, ou présentation. Cette forme de mobilisation échappe au contrôle scientifique puisqu’elle précède tout énoncé scientifique, quoiqu’elle le présente et le prédéfinisse donc nécessairement. A ce titre, la référence non-sociologique s’impose véritablement au texte scientifique. Les citations en exergue en tête de chapitre ou de livre, relèvent de cet usage. Leur position est présentative et va jusqu’à requalifier dans sa qualité énonciative la citation utilisée. La référence constitue à ce niveau une première strate interprétative : elle inscrit la lecture dans un domaine intertextuel et herméneutique qui déborde celui de l’énoncé scientifique ; elle l’oriente même sur un plan normatif (agissant toujours comme cadre primordial, comme seuil d’interprétation). Sa place dans l’agencement argumentatif peut donc être essentielle. C’est le cas par exemple dans l’ouvrage récent de Jean-Michel Chaumont24. Ce dernier propose un travail socio-historique qui tente d’expliquer la construction sociale de l’identité des victimes de génocides. Il offre un éclairage inédit sur les conflits qui structurent cette définition identitaire aussi bien entre les victimes d’un même génocide qu’entre groupes de victimes distincts. Le propos de Chaumont n’est pourtant pas de « porter sur la place publique le linge sale des lieux de mémoire »25 comme quelque chose d’essentiellement sordide. Il cherche plus fondamentalement à comprendre les motivations des acteurs de ces chantiers de définition identitaire, en faisant appel aux outils analytiques de la sociologie pour s’atteler à un problème irréductible à sa seule dimension sociologique. Ainsi J.-M. Chaumont doit-il répondre de l’écart béant entre l’ampleur de la question identitaire et les limites du traitement sociologique du problème. L’usage de la citation en exergue est alors extrêmement précieux. Un passage de Robert Antelme est placé en tête du livre26, et J.-M. Chaumont rappelle dès l’introduction sa dette à l’égard de l’auteur de L’espèce humaine :

  • 27  Jean-Michel Chaumont, op. cit., p. 13.

Les phrases magnifiques de Robert Antelme […] résument à elles seules toute l’histoire que je voudrais raconter : celle de l’acharnement à être reconnu et de l’enfer qui se crée quand la réponse ne vient pas.27

  • 28  Bruno Latour, Wooglar Steve, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, La Déco (...)

15J.-M. Chaumont inscrit par conséquent son travail sociologique dans un domaine problématique plus large que celui de la discipline. Il cadre la réception de son texte : les arguments sociologiques seront à lire en référence à ces lignes de Robert Antelme, dont elles seront une forme d’illustration, et l’interprétation sociologique de la concurrence des victimes peut, de fait, prétendre répondre à des questions débordant stricto sensu celles de la discipline. J.-M. Chaumont utilise dans la suite de son livre des citations en tête de chapitre ou de grande partie : ces citations appartiennent toujours à des domaines autres que celui de la sociologie (textes autobiographiques ou de littérature) ; ils résument l’argumentation sociologique à venir en même temps qu’ils recadrent sa réception. Cet usage d’un paratexte non-sociologique au sein du discours sociologique soulève un problème majeur de l’écriture des sciences : celui de l’articulation entre le texte scientifique et littéraire (entendu comme ce qui sort du domaine scientifique). Ce qui les distingue formellement et définitivement, n’est-ce pas leur mode d’énonciation, ainsi que le suggère Bruno Latour depuis ses premiers travaux28 ? Comment se fait alors l’écriture des sciences sociales ? Quel rôle attribuer aux dispositifs argumentatifs (soit des agencements textuels visant à emporter la conviction du lecteur) repérables dans un texte de sciences sociales ? Participent-ils de la construction de connaissances scientifiques ? Existe-t-il enfin une contradiction entre l’usage de procédures rhétoriques (agencées avec des dispositifs argumentatifs) et la production d’un savoir scientifique ?

  • 29  Ce passage s’appuie pour l’essentiel sur : Rodney Watson, « Le travail de l’incongruité » in Rober (...)
  • 30  Rodney Watson, op. cit.
  • 31  Kennet Burke, Permanence and change : an anatomy of purpose, Indianapolis, The Bobbs-Merril Compan (...)
  • 32  Erving Goffman, Asiles, Minuit, 1968, pp. 45-54.
  • 33  Goffman mentionne simplement deux auteurs comme des précurseurs de son concept, mais ne retravaill (...)
  • 34  La seconde partie de l’introduction commence à mes yeux au deuxième paragraphe de la page 49. A pa (...)

16La lecture d’Erving Goffman permet d’ébaucher quelques réponses. Goffman mobilise de nombreuses références qui sortent du domaine strict des sciences sociales, et contribuent pourtant de façon très méthodique et ingénieuse aux dispositifs argumentatifs à l’œuvre dans le texte.29 Ces multiples références créent une contiguïté formelle (au sens kantien, c’est-à-dire structurelle) au cœur de l’analyse de situations qui n’entretiennent pas communément de rapport de ressemblance. Dès lors, Goffman « substitue au vocabulaire de l’attitude naturelle des termes empruntés à un domaine conventionnel étranger. »30 Cette « perspective par incongruité » largement inspirée des travaux du philosophe américain Kennet Burke31, est liée en sciences sociales au nom de Goffman ; elle une ligne permanente de contextualisation-décontextualisation-recontextualisation des descriptions et de leurs analyses, immanente à l’argumentation. Ceci est particulièrement sensible à la lecture de l’introduction d’Asiles32 ; Goffman y définit le concept d’institution totalitaire. Il commence par établir une typologie des institutions totalitaires ; puis, en opposant vie recluse et vie normale, il relève trois caractéristiques et schématise le fonctionnement de ces institutions. Cette première étape du travail de définition s’étend sur cinq pages, et ne fait clairement appel à aucune référence sociologique ou littéraire33. Ce moment primordial de la définition ne nous donne pas accès à ses conditions intellectuelles ou matérielles de production. Le concept présenté dans ces premiers paragraphes paraît être, déjà, un produit final, doté d’une utilité qui sera seulement testée dans la rencontre avec le terrain. Or, Goffman forge justement le concept d’institution totalitaire après une longue période d’observation, condition matérielle de l’élaboration conceptuelle dont les détails ne nous seront révélés que dans la suite de l’ouvrage. Ainsi la notion présentée abruptement dès les premières lignes de l’introduction est-elle le fruit d’un travail de définition antérieur joué dans un mouvement de va-et-vient entre terrain et théorie. La seconde partie de l’introduction ne nous informe pas plus sur les apports de l’observation dans l’élaboration conceptuelle ; par contre, elle affine la définition proposée juste avant, d’une manière typiquement goffmanienne : un des aspects de l’institution totalitaire est exposé, puis illustré par un extrait emprunté tantôt aux sciences sociales, tantôt à la littérature34, qui appelle à son tour de nouveaux développements, et ainsi de suite. La variété des sources de Goffman est certes réjouissante pour son lecteur ; stratégie argumentative visant son adhésion, elle déplace les catégories conventionnelles du travail sociologique. Que cela ne fasse pas pour autant passer au second plan la rigueur exemplaire des constructions goffmaniennes : la définition de l’institution totalitaire est incroyablement ténue, mais tout aussi incroyablement applicable et féconde, comme l’atteste la suite d’Asiles. Sa portée heuristique est d’ailleurs irréductible à son enjeu sociologique, ses intérêts sont multiples :

  • 35  Erving Goffman, op. cit., p. 54.

L’institution totalitaire est un mixte social, à la fois communauté résidentielle et organisation réglementée. En cela réside son intérêt sociologique. Mais il y a d’autres raisons de s’intéresser à ces établissements qui sont, dans nos sociétés, des foyers de coercition destinés à modifier la personnalité : chacun d’eux réalise l’expérience naturelle des possibilités d’une action sur le moi.35

17Les différents territoires (en permanente déterritorialisation) du concept goffmanien émergent donc bien d’une stratégie argumentative, paradoxalement productrice de savoir scientifique. L’usage de citations littéraires revêt de fait un dernier aspect, sans doute le plus important : celui d’une nouvelle présentation de l’argument, que nous appellerons représentation, déploiement d’une idée par des contiguïtés formelles qui développent de manière inattendue l’analyse initiale. Ainsi Becker écrit-il au sujet d’Asiles :

  • 36  La neutralité de la prose goffmanienne nous paraît moins celle de la parole scientifique dont parl (...)
  • 37  Howard Becker, La politique de la présentation : Goffman et les institutions totales in Charles Am (...)

En utilisant le langage neutre36 qu’il construit afin d’étudier les institutions totales, Goffman isole une classe d’objets sociaux qui ont en commun des caractéristiques bien définies, caractéristiques qui sont empiriquement observables et qui peuvent être liées les unes aux autre selon des schémas vérifiables. Il peut alors produire du savoir scientifique.37

  • 38  Clifford Geertz, Ici et là-bas, op. cit. p. 12.
  • 39  Cifford Geertz, op. cit., p. 11 : « Si les anthropologues se lançaient dans un débat sérieux pour (...)

18Le sociologue est finalement producteur de savoir scientifique en même temps qu’il peut être auteur. La fonction d’auteur et celle de scientifique co-ordonnent parfois la production du texte. Comme le montre bien Clifford Geertz, l’auteur de sciences sociales doit parvenir à réduire l’éloignement géographique et culturel entre le lieu de la narration et celui de la lecture, en persuadant son lecteur que s’il avait été « là-bas » il aurait eu le même regard et la même analyse que l’anthropologue38. Le sociologue (ou l’anthropologue) est nécessairement metteur en scène de relations sociales. Cette coïncidence est une implication directe de l’écriture : à partir du moment où le savant fait rejouer la scène sous nos yeux, et tel est le pouvoir de l’écriture, il nous donne en même temps accès aux coulisses, et nous permet de démêler la réalité qu’il tend à dévoiler à mesure qu’il la reconstruit. Par conséquent, s’intéresser au sociologue comme à un auteur, c’est prendre garde aux conditions de production du savoir scientifique, bien plus que relativiser la pertinence des affirmations scientifiques au regard des talents littéraires de son énonciateur. C’est aussi souligner que les sciences sociales ne sont pas de simples jeux de mots, mais peuvent être plutôt de solides constructions littéraires et scientifiques. Enfin, s’intéresser au sociologue comme à un auteur n’est donc pas confondre leurs ambitions39, mais regarder méthodologiquement quels sont les outils littéraires qui participent à l’édification d’un discours que l’on qualifiera d’abord, au vu de ses objectifs et de ses moyens, de scientifique. Réciproquement, il peut être judicieux de recourir des textes de fiction : ce sont des totalisations cohérentes justiciables d’un regard sociologique dans la mesure où elles mettent en scène des actions crédibles, porteuses en puissance d’un discours sur le monde social réel. Aussi Jacques Dubois souligne-t-il que « la fiction est essentiellement, pour le texte réaliste, le mode de lecture des complexités sociales » Il ajoute :

  • 40  Jacques Dubois, Les romanciers du réel, Seuil, 2000, pp. 11-12.

Ce n’est pas dans ces commentaires sociologisants – mauvaises resucées bien souvent des idéologies du temps –, ni dans ces descriptions de milieux trop longuement tartinées qu’il dit une vérité sur le monde ; c’est là où il invente un univers, là où il dit les rapports humains en des projections qui confinent à l’allégorie, là où il s’en approprie les paroles les plus triviales en des artefacts linguistiques, qu’il propose la grille la plus opératoire et le plus perspicace de déchiffrement de la société.40

19Le discours du romancier réaliste, notamment, peut entrer dans un rapport de ressemblance avec celui des sciences sociales. En particulier parce que l’intransitivité de l’écriture romanesque est susceptible d’apporter au texte un degré de vraisemblance inattendu, voire des similitudes avec la réalité empirique, qui sont un matériau d’analyse non négligeable pour le sociologue, comme nous l’avons vu. A ce titre, Voyage au bout de la nuit est une ressource quasi-inépuisable pour le sociologue. Le regard de Céline sur la ville et l’urbain, notamment, frappe par sa rudesse, par la précision sans concession de ses descriptions. Le contraste entre la brutalité et le pointillisme de la narration à la première personne confère au discours célinien une vraisemblance stupéfiante. En témoigne ce court passage du Voyage :

  • 41  Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard, 1952, p. 195.

A droite de mon banc s’ouvrait précisément un trou, large, à même le trottoir de chez nous. Ce trou me parut propice, vaste qu’il était, avec un escalier dedans tout en marbre rose. J’avais déjà vu des gens de la rue y disparaître et puis en ressortir. C’était dans ce souterrain qu’ils allaient faire leurs besoins. Je fus immédiatement fixé. En marbre aussi la salle où se passait la chose. Une espèce de piscine, mais alors vidée de toute son eau, une piscine infecte, remplie seulement d’un jour filtré, mourant, qui venait finir là sur les hommes déboutonnés au milieu de leurs odeurs et biens cramoisis à pousser leurs sales affaires devant tout le monde, avec des bruits barbares.41

  • 42  Citons par exemple : George Orwell, Dans la dèche à Paris et à Londres, 10 / 18, 1982, pp. 198-199 (...)
  • 43  Commensurabilité dont le contrôle est assuré par le lecteur.

20Cette description n’est pas sans ressemblance avec celles de témoignages de vagabonds, de SDF, ou d’enquêtes de terrain dans les territoires de la grande exclusion42 : les hommes défèquent dans un coin relativement isolé, généralement à l’abri des regards, connu de ses usagers, mais dans des conditions sanitaires déplorables auxquelles s’ajoutent des façons de faire normalement répugnantes. Céline rend chacun de ces aspects extrêmement présent grâce à une écriture hautement travaillée. La localisation du « trou » et la découverte de son usage probable gagne en vraisemblance avec la succession d’indications spatiales, qui cadrent « le trou » de plus en plus distinctement dans l’esprit du lecteur, à mesure que le narrateur s’approche de ce lieu, jusqu’à la connivence avec Bardamu scellée par une phrase brève et sans appel : « Je fus immédiatement fixé » La deuxième partie du paragraphe continue la description fouillée du « trou » cependant qu’elle associe cette découverte avec l’expérience désagréable des sens, de la vue, de l’ouie et de l’odorat surtout, qui crée une atmosphère pesante, pénible et mortifère, que perce à peine le jour. En quelques lignes, Bardamu nous convainc d’avoir révélé l’existence d’une pratique que nous ne savons pas nommer (« la chose »), et de l’avoir présentée comme objectivement, au plus près de son expérience. Personnage de fiction mais narrateur convaincant, Bardamu offre aux sociologues des ressources précieuses, non pas des renseignements ou des témoignages comme on le pense parfois, mais une attention méticuleuse, maniaque à des situations fictives et ordinaires. La vraisemblance romanesque est ainsi source de commensurabilité43 entre les personnages et les relations mises en scène par le romancier du réel et le sociologue. Elle nourrit à la fois le regard et l’écriture des sciences sociales.

  • 44  Clifford Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » (1973), i (...)
  • 45  Roland Barthes, « La mort de l’auteur » in Le Bruissement de la langue, op. cit, p. 67.

21A la question : « Que fait l’ethnographe ? », nous répondons donc, comme Clifford Geertz : « Il écrit »44, et il est en devenir un « auteur » autorité scientifique et politique, mais pour cela semblable à « l’écrivain » au sens de Barthes, menant un travail qui prend le texte lui-même pour objet de l’écriture. L’ambition scientifique du sociologue n’est pas contradictoire avec ses talents d’auteur ; ceux-ci peuvent, au contraire, être un signe de l’ambition sociologique, et une manière raisonnée de produire des connaissances dans le domaine des sciences sociales. Porter d’ailleurs intérêt au travail sociologique comme à celui d’un auteur, devient une précaution logique pour le lecteur, qui accède à un aspect peu regardé de la science en train de se faire (par opposition à la science déjà faite). Ce devenir-auteur du sociologue passe souvent par la rencontre avec d’autres auteurs, qu’on ne désigne généralement pas comme des chercheurs en sciences sociales, mais qui partagent un même regard, lequel participe d’une commune interrogation sur le sens (entendu aussi comme direction) de la réalité tracée par l’écriture. Ces rencontres sont le texte lui-même, « tissu de citations »45 qui associe écrire, interpréter, et démêler. Aussi la qualité du texte est-elle avant tout celle d’un regard.

Regarder est un mouvement qui vise à reprendre sous garde… L’acte du regard ne s’épuise pas sur place : il comporte un élan persévérant, une reprise obstinée, comme s’il était animé par l’espoir d’accroître sa découverte ou de reconquérir ce qui est en train de lui échapper

22…et Jean Starobinski de préciser :

  • 46  Jean Starobinski, L’œil vivant, Tel Gallimard, 1999 (1961), pp. 11 et 13.

Car j’appelle ici regard moins la faculté de recueillir des images que celle d’établir une relation.46

Haut de page

Bibliographie

Amourous Charles, Blanc Alain (dir.), Erving Goffman et les institutions totales, Logiques sociales, Paris, L’Harmattan, 2001.

Barthes Roland, Le bruissement de la langue, Paris, Point Essais, Seuil, 1984.

Becker Howard S., Les ficelles du métier, Paris, Guides Repères, La Découverte, 2002.

Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Documents, Minuit, 1984.

Castel Robert, Joseph Isaac (dir.), Le parler-fais d’Erving Goffman, Paris, Arguments, Minuit, 1988.

Cefai Daniel (textes réunis et présentés par), L’enquête de terrain, Paris, Recherches, La Découverte / MAUSS, 2003.

Céline Louis-Ferdinand, Voyage au bout de la nuit, Paris, Folio, Gallimard, 1952.

Chaumont Jean-Michel, La concurrence des victimes, Paris, La Découverte Poche, La Découverte, 2002.

Deleuze Gilles, Parnet Claire, Dialogues, Paris, Champs, Flammarion, 1996.

Dubois Jacques, Les romanciers du réel, Paris, Point Essais, Seuil, 2000.

Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Quadrige, PUF, 1967.

Geertz Clifford, Ici et là-bas, Paris, Métailié, 1996.

Goffman Erving, Asiles, Paris, Le sens commun, Minuit, 1968.

Latour Bruno, Wooglar Steve, La vie de laboratoire, Paris, La Découverte Poche, La Découverte, 1996.

Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique, Paris, Gallimard / Seuil, 1991.

Pérec Georges, Espèces d’espaces, Paris, L’espace critique, Galilée, 2000.

Pérec Georges, L’infra-ordinaire, Paris, La librairie du xxie siècle, Seuil, 1989.

Pérec Georges, Romans et récits, Paris, La Pochothèque, Le Livre de poche, 2002.

Starobinski Jean, L’œil vivant, Paris, Tel Gallimard, 1999.

Winkin Yves (textes réunis et présentés par), Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil / Minuit, 1988.

Haut de page

Notes

1  Emile Durkheim, Les règles la méthode sociologique, PUF, 1967.

2  Roland Barthes, « De la science à la littérature » (1967) in Le bruissement de la langue. Essais critiques IV, Seuil, 1984.

3  Clifford Geertz, Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur, Métaillé, 1996, p. 12.

4  Je reprends directement les citations de Foucault de l’ouvrage de Geertz cité plus haut, page 25. La source originale est « Qu’est-ce qu’un auteur ? », Bulletin de la société française de psychologie, 63e année, 3, 1969.

5  Clifford Geertz, op. cit., p. 26, cite Barthes : « Pour un auteur, "écrire" est un verbe intransitif – "c’est un homme qui intègre le pourquoi du monde dans un comment écrire." Pour un écrivain, "écrire" est un verbe transitif – il écrit quelque chose. "Il pose un objectif […] dont le langage n’est que le moyen ; pour lui le langage est au service d’une praxis, il n’en constitue pas une". » Les textes recueillis dans Le bruissement de la langue me font croire que Geertz (ou son traducteur, ou le traducteur américain de Barthes) inverse les termes « auteur » et « écrivain » et notamment le fameux article « La mort de l’auteur » (1968). Il y écrit que « l’Auteur est censé nourrir le livre, c’est-à-dire qu’il existe avant lui, pense, souffre, vit pour lui ; il est avec son œuvre dans un rapport d’antécédence qu’un père entretient avec son enfant. Tout au contraire, le scripteur moderne naît en même temps que son texte […]. L’écrivain ne peut qu’imiter un geste toujours antérieur, jamais originel, son seul pouvoir est de mêler les écritures. » (pp. 66-67). L’auteur est une autorité d’écriture et de lecture que Barthes combat farouchement. « Donner un auteur à un texte, c’est imposer à ce texte un cran d’arrêt, c’est le pourvoir d’un signifié dernier, c’est fermer l’écriture » (p. 68). Barthes différencie par ailleurs écrivains et « écrivants » par leur usage respectif du langage. L’écrivain est celui qui travaille sa propre parole et s’absorbe fonctionnellement dans ce travail. Le matériau devenant sa propre fin, la littérature devient une activité tautologique : l’écrivain absorbe radicalement « le pourquoi du monde dans un comment écrire » Par opposition, les écrivants (dont l’auteur est une figure) utilisent le langage de façon transitive. Leur parole institue une explication irréversible ou une information incontestable, tandis que l’écrivain inaugure une ambiguïté, écart de l’acte intransitif et de l’activité. Comme nous le verrons, l’auteur geertzien fait un usage politique du langage, mais il doit la portée de son discours (-missile) à la finesse de son argumentation (-tactique), laquelle met en jeu un travail semblable (insistons : non identique) à celui de l’écrivain (intégrant le pourquoi du monde dans un comment écrire).

6  Cf. Daniel Cefaï, L’enquête de terrain, La découverte / MAUSS, 2003, pp. 181-207 : présentation de la controverse autour du tournant interprétatif en anthropologie.

7  Cf. dans ce numéro l’article de Paul Costey, « Description et interprétation ».

8  Clifford Geertz, op. cit., p. 10.

9  Clifford Geertz, op. cit., p. 27.

10  Laquelle consiste à donner sens à une réalité sociale en usant d’artifices rhétoriques qui ne participent pas a priori d’une construction scientifique.

11  Howard Becker, Les ficelles du métier, La Découverte, Paris, 2002.

12  Howard Becker, op. cit., pp. 144-146.

13  Pierre Bourdieu, « Le sociologue en question » in Questions de sociologie, Minuit, 1984, p. 37.

14  Georges Perec, Espèces d’espaces, Galilée, 2000 (1974), p. 100.

15  Georges Perec, op. cit., Prière d’insérer.

16  Georges Perec, op. cit., p. 100.

17  Georges Perec, L’infra-ordinaire, Paris, La Librairie du xxe siècle, sept 1989

18  Voir la préface de Bernard Magné à Georges Perec. Romans et récits, La Pochothèque, Le Livre de poche, 2002.

19  Voir le préambule de Georges Perec, La Vie mode d’emploi (1978), in Georges Perec. Romans et récits, p. 654. Les premiers paragraphes de ce préambule définissent « l’art du puzzle » qui est semblable à celui du roman. « L’art du puzzle semble un art bref, un art mince, tout entier contenu dans un maigre enseignement de la Gestalttheorie : l’objet visé – qu’il s’agisse d’un acte perceptif, d’un apprentissage, d’un système physiologique ou, dans le cas qui nous occupe, d’un puzzle de bois – n’est pas une somme d’éléments qu’il faudrait d’abord isoler et analyser, mais un ensemble, c’est-à-dire une forme, une structure : l’élément ne préexiste pas à l’ensemble, il n’est ni plus immédiat ni plus ancien, ce ne sont pas les éléments qui déterminent l’ensemble, mais l’ensemble qui détermine les éléments : la connaissance du tout et de ses lois, de l’ensemble et de sa structure, ne saurait être déduite de la connaissance séparée des parties qui le composent : cela veut dire qu’on peut regarder une pièce d’un puzzle pendant trois jours et croire tout savoir de sa configuration et de sa couleur sans avoir le moins du monde avancé : seule compte la possibilité de relier cette pièce à d’autres pièces […]. Seules les pièces prendront un caractère lisible, prendront un sens […]. Ce n’est pas le sujet du tableau ni la technique du peintre qui fait la difficulté du puzzle, mais la subtilité de la découpe. » (pp. 654-655)

20  Cf. Gilles Deleuze, Claire Parnet, Dialogues, Champs Flammarion, 1996, notamment pp. 68-73. Deleuze revient dans ces quelques pages sur ses premiers travaux, dont Empirisme et subjectivité (Epiméthée, PUF, 1953, réédité en 2003). « Il s’agit de faire de la philosophie en romancier, d’être romancier en philosophie […]. Les choses ne commencent à vivre qu’au milieu. A cet égard, qu’est-ce que les empiristes ont trouvé, pas dans leur tête, mais dans le monde, et qui est une découverte vitale, qui change la manière de vivre si l’on s’y accroche vraiment ? Ce n’est pas du tout la question : « est-ce que l’intelligible vient du sensible ? », mais une toute autre question, celle des relations. Les relations sont extérieures à leurs termes »

21  Yves Winkin, Les moments et leurs hommes, Seuil / Minuit, 1988.

22  Clifford Geertz, Ici et Là-bas. L’anthropologue comme auteur, Métaillé, 1996 (1988).

23  Gilles Deleuze, Abécédaire, réal. Pierre-André Boutay, Michel Parnart, Paris, éd. Montparnasse, 1998.

24  Jean-Michel Chaumont, La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte, 2002.

25  Jean-Michel Chaumont, op. cit., p. 12.

26  Voici les mots de Robert Antelme : « On n’oublie pas que l’histoire de chacun se fait à travers le besoin d’être reconnu sans limite ; l’amitié désigne cette capacité infinie de reconnaissance. Imaginer que ce besoin soit constamment celui d’autrui, que l’autre comme nous-même soit livré à cette exigence et acharné à obtenir réponse, qu’il se dévore lui-même et qu’il soit comme une bête si la réponse ne vient pas, c’est à quoi on devrait s’obliger et c’est l’enfer de la vie quand on y manque » Remarquons que J.-M. Chaumont ne précise pas le titre de l’ouvrage dont ce passage est extrait. On peut penser que cette omission est un dispositif argumentatif du sociologue : décontextualisé, l’extrait recouvre une signification plus large. Cette décontextualisation souligne formellement la portée des paroles d’Antelme, en même temps qu’elle annonce leur capacité motrice dans l’écriture du texte à venir. Elle contribue de fait à élargir le domaine de compréhension des thèses sociologiques défendues ensuite, avant même que celles-ci ne soit énoncées. Elle agit donc doublement comme précaution et prescription pour la lecture à suivre.

27  Jean-Michel Chaumont, op. cit., p. 13.

28  Bruno Latour, Wooglar Steve, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, La Découverte, 1988 (1978). « Dans un laboratoire, les chercheurs passent leur temps à effectuer des opérations sur les énoncés : ajout de modalités, citation, amélioration, diminution, emprunt, proposition de combinaisons nouvelles. Chacune de ces combinaisons peut aboutir à un énoncé différent ou plus approprié. Chaque énoncé, à son tour, devient un foyer d’attention pour le développement d’opérations similaires dans d’autres laboratoires […]. L’activité de laboratoire [peut être vue comme] une organisation de la persuasion par l’inscription littéraire » pp. 87-88.

29  Ce passage s’appuie pour l’essentiel sur : Rodney Watson, « Le travail de l’incongruité » in Robert Castel, Isaac Joseph (dir.), Le parler-frais d’Erving Goffman, Minuit, 1989 ; Howard Becker, « La politique de la présentation : Goffman et les institutions totales » in Charles Amourous, Alain Blanc, Erving Goffman et les institutions totales, Logiques sociales, L’Harmattan, 2001.

30  Rodney Watson, op. cit.

31  Kennet Burke, Permanence and change : an anatomy of purpose, Indianapolis, The Bobbs-Merril Company, 1965.

32  Erving Goffman, Asiles, Minuit, 1968, pp. 45-54.

33  Goffman mentionne simplement deux auteurs comme des précurseurs de son concept, mais ne retravaille pas explicitement leurs constructions intellectuelles.

34  La seconde partie de l’introduction commence à mes yeux au deuxième paragraphe de la page 49. A partir de ce point, Goffman essaie de donner plus de chair à son propos encore très abstrait du niveau de la pratique. Trois citations apparaissent dans le corps du texte, deux extraits de romans et un passage tiré d’un ouvrage de sciences sociales. Ce sont en tout cas trois descriptions de situations vraisemblables (réelles ou pas, peu importe) qui deviennent le support de l’analyse et du travail de définition de Goffman. Le travail d’analyse des situations et de définition de l’institution totalitaire est même synchronique : l’alternance, ou plus exactement l’agencement dans le texte des citations et des références scientifiques, qui nourrissent la pensée de l’auteur mais sont signalées en note de bas de page (six chercheurs de sciences sociales sont ainsi désignés), représente cette ligne de déterritorialisation du travail de définition proprement goffmanienne.

35  Erving Goffman, op. cit., p. 54.

36  La neutralité de la prose goffmanienne nous paraît moins celle de la parole scientifique dont parle Barthes dans « De la science à littérature » que celle de l’« écrivain » dont le « seul pouvoir est de mêler les écritures, de les contrarier les unes par les autres » car « l’écriture, c’est ce neutre, ce composite, cet oblique où fuit notre sujet » « La mort de l’auteur » in Le Bruissement de la langue, Paris, Seuil, 1993.

37  Howard Becker, La politique de la présentation : Goffman et les institutions totales in Charles Amorous, Alain Blanc, op. cit., p. 75.

38  Clifford Geertz, Ici et là-bas, op. cit. p. 12.

39  Cifford Geertz, op. cit., p. 11 : « Si les anthropologues se lançaient dans un débat sérieux pour savoir si les récits d’Edward Westermarck et de Paul Bowles sur le Maroc entretiennent des relations similaires avec leur thématique commune, emploient les mêmes moyens et visent les mêmes objectifs, alors, la situation serait véritablement alarmante. »

40  Jacques Dubois, Les romanciers du réel, Seuil, 2000, pp. 11-12.

41  Céline, Voyage au bout de la nuit, Gallimard, 1952, p. 195.

42  Citons par exemple : George Orwell, Dans la dèche à Paris et à Londres, 10 / 18, 1982, pp. 198-199 ; Jack London, Le peuple d’en bas, Phébus, 1999, pp. 67-68, 175 ; Hubert Prolongeau, Sans Domicile Fixe, Hachette, 1993, p. 129 ; Djemila Zeinidi-Henry, Les SDF et la ville, Bréal, 2002, pp. 169-172 ; Patrick Declerck, Les naufragés, Plon, 2001, pp. 53, 55-57, 69-70, 104.

43  Commensurabilité dont le contrôle est assuré par le lecteur.

44  Clifford Geertz, « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture » (1973), in Daniel Cefaï, L’enquête de terrain, La Découverte, 2003, p. 222.

45  Roland Barthes, « La mort de l’auteur » in Le Bruissement de la langue, op. cit, p. 67.

46  Jean Starobinski, L’œil vivant, Tel Gallimard, 1999 (1961), pp. 11 et 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erwan Le Méner, « Le sociologue comme auteur », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 28 janvier 2009, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/3853 ; DOI : 10.4000/traces.3853

Haut de page

Auteur

Erwan Le Méner

élève en 2e année de sociologie à l’ENS Cachan

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page