Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains « les moins reconnus » de l’univers littéraire

Géraldine Bois
p. 55-76

Résumé

À partir de l’étude des manières de faire et de voir que mettent en œuvre, dans les différents contextes de leur activité littéraire, des écrivains dominés, l’article souligne la complexité de leurs rapports à la domination littéraire. Ces derniers revêtent des formes multiples que l’on s’efforce de préciser, en adoptant une posture critique vis-à-vis du légitimisme culturel. Le consentement, en tant que forme parmi d’autres possibles de rapport à la domination, est plus particulièrement examiné. Un aperçu de la variété de ses degrés et de ses formes est donné au travers de quelques résultats d’une enquête par questionnaires et par entretiens. L’analyse présente successivement trois types de variations des degrés et des formes du consentement : selon les différentes instances de consécration littéraire, selon les enquêtés (« variations interindividuelles ») et selon les contextes que chacun d’eux rencontre (« variations intra-individuelles »).

Haut de page

Texte intégral

La théorie de l’ordre culturel légitime assigne clairement un terrain au travail empirique, celui d’une sociologie des formes et des degrés du consentement à la domination.
Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire

1Si l’étude des rapports de domination semble plus adaptée aux domaines investis politiquement, éthiquement ou juridiquement, comme le sont par exemple la violence physique, les rapports au travail ou les rapports entre les sexes, elle comporte un intérêt sociologique tout aussi grand lorsqu’elle se donne pour objet des pratiques qui relèvent du domaine culturel, comme c’est le cas de l’écriture littéraire. Notre terrain d’enquête, constitué de personnes qui publient des ouvrages mais n’accèdent qu’à un très faible degré de reconnaissance littéraire, permet de travailler cette problématique de la domination.

  • 1  Ces deux sens du terme de « reconnaissance » (« acceptation » et « identification ») apparaissent (...)

2Notre recherche traite de la question des rapports que des auteurs dominés au sein de l’univers littéraire entretiennent à la domination littéraire, c’est-à-dire au pouvoir exercé par les différentes instances de consécration de cet univers (éditeurs, critiques littéraires, jurys des prix littéraires, commissions d’attribution de bourses d’écriture, salons du livre, etc.) et aux catégories de jugement spécifiques à celui-ci, qui définissent les règles du jeu à suivre et ses enjeux. La question des rapports de domination intervient dès le travail de construction de notre population d’enquête. Nous préciserons les modalités de ce travail dans la première partie de cet article. La suite de notre développement sera consacrée à l’analyse de la complexité des rapports à la domination littéraire. Notre démarche consiste à distinguer et, partant, à nommer différentes formes de rapports à la domination. Elle renvoie à l’« hypothèse de l’ambivalence de tout symbolisme et de toute pratique de classe dominée » (Grignon et Passeron, 1989, p. 71) qui guide les orientations théoriques que nous avons adoptées et les interprétations des données empiriques recueillies. Les acteurs culturellement dominés ne sont jamais totalement affranchis de la domination mais ne sont jamais non plus, tous, à tous les instants, et avec la même force, en situation d’y consentir. Notre objectif est donc de penser et de donner à voir des degrés et diverses formes du « consentement » à la domination selon les enquêtés et selon les moments de leur activité littéraire, mais aussi des moments de sortie de la sphère du consentement. Le consentement n’est en effet qu’une forme parmi d’autres possibles de rapport à la domination. Les hiérarchies peuvent être l’objet d’« oubli » ou d’« indifférence » mais aussi de formes de « reconnaissance » qui ne relèvent pas de l’« acceptation » : au sens d’« identification » des hiérarchies1, la reconnaissance peut revêtir les formes d’un « refus » plus ou moins fort.

La population des écrivains « les moins reconnus » : les rapports de domination littéraire au centre de l’objet de recherche

  • 2  Ainsi, les critères de jugement esthétiques spécifiques à la littérature (l’appréciation du « styl (...)
  • 3  Les Académies, éditeurs, revues, prix et critiques littéraires, salons du livre, etc.

3La faible institutionnalisation des frontières de l’univers littéraire (qui se traduit par l’absence d’un droit d’entrée dans l’activité, et par le grand nombre de maisons d’édition, salons du livre et autres moyens de rendre publics des écrits et leurs auteurs) justifie l’adoption de critères très peu restrictifs pour recenser une population d’écrivains. L’univers littéraire est cependant hiérarchisé, ce qui oblige à différencier les auteurs en fonction du degré de reconnaissance qu’ils ont atteint. La reconnaissance littéraire est une reconnaissance spécifique, issue du processus d’autonomisation de l’activité littéraire. Celui-ci se manifeste par la constitution de catégories de jugements irréductibles à celles qui ont cours dans d’autres univers sociaux 2 et portées par des institutions elles-mêmes spécialisées 3 (Viala, 1985 ; Bourdieu, 1998). C’est à partir de ces deux considérations – l’abandon d’un critère de légitimité au moment de recenser les auteurs, et sa mise en œuvre au moment de les étudier – que nous avons construit notre population d’enquête.

  • 4  Il s’agit d’auteurs vivant en Rhône-Alpes ou ayant des liens avec cette région (lieu de naissance (...)
  • 5  Dans le cadre d’une résidence, l’auteur bénéficie d’un lieu de vie et d’écriture dans une ville qu (...)

4Une enquête par questionnaires a été réalisée auprès de tous les écrivains d’une région qui remplissaient le critère minimal suivant : avoir publié au moins un ouvrage de littérature (romans de tous genres, poésies, nouvelles, pièces de théâtre ou témoignages), quel que soit l’éditeur ou le mode d’édition4. Ces auteurs ont ensuite été différenciés par la construction d’un « score de légitimité littéraire » à partir de variables permettant de mesurer la reconnaissance spécifiquement littéraire atteinte par chacun d’eux au moment de l’enquête. Les modalités qui comptent dans ce score sont la participation aux activités de revues littéraires nationales et la publication dans ce type de supports spécialisés, le bénéfice de reconnaissances littéraires spécifiques (prix littéraires classés selon leur importance, bourses d’aide à l’écriture, résidences d’écrivain5) et surtout la publication par des éditeurs prestigieux.

  • 6  La seconde catégorie de critères pèse davantage que la première pour la constitution du score de l (...)
  • 7  Par exemple : La Fontaine de Siloé, De Borée, La Mirandole ou Le Mot Passant.
  • 8  Dans le cas d’un contrat à compte d’auteur, l’auteur est édité par une maison d’édition mais il la (...)
  • 9  Contrairement à l’auteur publié à compte d’auteur ou en auto-édition, l’éditeur, en décidant de pu (...)
  • 10  Ce contrat est aussi appelé « contrat à compte d’éditeur » (par opposition au contrat à compte d’a (...)
  • 11  Nous avons pu observer des commissions d’attribution des bourses d’écriture de Rhône-Alpes dont le (...)
  • 12  Ce critère de « qualité » découle du croisement de trois sources : 1/ les classements opérés par l (...)

5Le travail de hiérarchisation des maisons d’édition en fonction de leur capital symbolique a en grande partie présidé à la construction de ce score de légitimité littéraire. En effet, par la publication, l’éditeur met l’auteur et son œuvre « sur le marché des biens symboliques », et leur assure « une consécration d’autant plus importante qu’il est lui-même plus consacré. Il contribue à faire la valeur de l’auteur qu’il défend par le seul fait de le porter à l’existence connue et reconnue, d’en assurer la publication […] en lui offrant en garantie tout le capital symbolique qu’il a accumulé » (Bourdieu, 1998, p. 280). Nous avons ainsi classé les maisons d’édition en fonction de critères de taille et d’ampleur de la diffusion (de « grands éditeurs nationaux » se distinguent de « petits éditeurs nationaux » et d’« éditeurs régionaux ») et de critères de prestige purement littéraire (par opposition à une valeur essentiellement commerciale)6. Les éditeurs pratiquant des contrats à compte d’auteur, les éditeurs régionalistes7 et l’auto-édition ont été systématiquement classés dans le bas de cette hiérarchie éditoriale. La publication à compte d’auteur ou en auto-édition8 est en effet très stigmatisée dans l’univers littéraire car elle permet à l’auteur de décider, du fait qu’il en assure le financement, de l’édition de ses textes. Ces modes d’édition détournent ainsi la fonction de sélection des textes dignes d’être publiés dévolue à l’éditeur 9. Ils s’opposent en outre au contrat d’édition dit « professionnel »10 qui est le seul que reconnaissent des institutions comme le Centre national du livre. Quant au genre régionaliste, s’il a pu par le passé occuper une place non négligeable (Thiesse, 1991), il est aujourd’hui fortement dévalué, comme en témoigne le traitement qu’en font les critiques littéraires ou les commissions d’attribution de bourses d’écriture11. Enfin, d’autres petites maisons d’édition régionales, bien que pratiquant des contrats d’édition professionnels et ne s’inscrivant pas exclusivement dans le genre régionaliste, ont été identifiées comme ayant une très faible légitimité littéraire sur le plan de la qualité des textes qu’elles sélectionnent et publient12.

6Nous avons finalement isolé une sous-population d’écrivains « les moins reconnus » parmi l’ensemble des auteurs de littérature recensés. La popula-tion d’enquête ayant été hiérarchisée en quatre classes de score de légitimité littéraire, les écrivains les moins reconnus (ou « dominés ») sont ceux placés dans la classe la plus basse de ce score : ils représentent 163 auteurs sur 503 répondants au questionnaire.

Penser la complexité des rapports à la domination littéraire

7Avant d’exposer certains résultats décrivant les degrés et formes de consentement que les auteurs dominés entretiennent à la domination littéraire, il nous faut préciser l’orientation théorique adoptée pour penser de tels rapports. Celle-ci prend ses distances avec l’idée selon laquelle les artistes dominés évolueraient dans un univers autonome, soustrait aux effets symboliques de la domination. Visant l’analyse de ces effets, notre recherche s’inscrit dans la théorie de la légitimité culturelle mais se démarque de ses tendances les plus réductrices – en particulier par la critique du concept de « champ » de Pierre Bourdieu – afin de se donner les moyens de penser la complexité des rapports à la domination littéraire, dont le consentement n’est qu’une des formes possibles.

Une limite de la théorie du champ littéraire : les rapports à la domination réduits à l’hétéronomie

8La prise en compte des classements spécifiques de l’univers littéraire pour construire la population des auteurs dominés témoigne de l’inscription de notre recherche dans une sociologie de la légitimité culturelle. Ainsi, nous n’écartons pas la question des rapports de ces auteurs à la domination, contrairement aux recherches qui interprètent les pratiques et les représentations des acteurs dominés sous l’angle de l’autonomie et de l’altérité. Ce point de vue est adopté dans des études portant sur les pratiquants situés au bas des hiérarchies de domaines artistiques particuliers (Poliak, 2006 ; Morinière, 2007). Du fait de la forte illégitimité des pratiques étudiées, ces recherches considèrent qu’elles relèvent d’univers autonomes, caractérisés par des enjeux et des règles du jeu qui leur sont propres (un univers d’« amateurs » ou de « profanes »). Les rapports objectifs et subjectifs de ces acteurs aux références artistiques dominantes ne sont donc pas véritablement décrits car les pratiquants sont exclus de la lutte pour les enjeux spécifiques de l’univers artistique considéré.

  • 13  À partir de l’exemple des goûts alimentaires, Grignon donne à voir concrètement les effets réducte (...)

9L’objectif d’étudier les rapports à la domination des écrivains dominés nécessite donc de les placer à l’intérieur des luttes qui ont cours dans l’univers littéraire. On s’expose alors au risque d’adopter un autre point de vue réducteur sur l’objet de recherche, celui de l’hétéronomie radicale, qui consiste à appréhender les manières de faire et de voir des acteurs dominés uniquement par le prisme des relations de domination dans lesquelles ils sont placés. Les effets de cette tendance légitimiste de la sociologie de la légitimité culturelle ont été soulignés par Grignon et Passeron, en particulier au travers de la critique de la manière dont Bourdieu traite des goûts populaires (Bourdieu, 1979). Mesurés à l’aune de ce qu’ils sont chez les dominants, ces derniers sont conçus comme déficitaires et tendent à être pensés comme un ensemble indistinct. En tant que « goûts de nécessité » (en comparaison aux « goûts de liberté » des membres des classes supérieures), ils sont en effet des goûts par défaut, contraints et limités par le manque de ressources économiques et culturelles, et dont sont par conséquent exclues les possibilités de « choix ». Dans cette perspective, l’analyse ne peut accéder à la diversité des goûts des membres des classes dominées13.

Les analyses de la sociologie légitimiste des goûts perdent en densité et en finesse à mesure qu’elles descendent dans la hiérarchie sociale […]. Tout se passe comme si l’observateur, placé sur la pointe de la pyramide sociale, perdait son pouvoir de discernement à mesure que son regard plonge vers la base de celle-ci : la raréfaction de l’information pertinente va de pair avec l’indifférence aux différences, aux variations et aux oppositions dont la connaissance permettrait seule de construire l’espace social des goûts populaires. (Grignon et Passeron, 1989, p. 115)

  • 14  Le champ littéraire selon Bourdieu se structure autour de deux pôles ou « sous-champs » : le « sou (...)

10Cette critique adressée à Bourdieu peut être reconduite à propos du concept de champ littéraire et à la place qu’il donne aux écrivains dominés. Il semble en effet que Bourdieu, en se donnant pour objet l’étude des règles et des enjeux qui se sont imposés dans le champ littéraire, ait adopté le point de vue qui s’est justement imposé, autrement dit le point de vue dominant sur le champ (Bourdieu, 1991 et 1998). Ses analyses portent ainsi presque exclusivement sur les luttes entre les tenants des positions dominantes des deux pôles du champ littéraire (le pôle pur et le pôle commercial), et sont beaucoup plus précises lorsqu’il aborde les luttes internes au pôle pur, pôle dominant du champ littéraire14. Quant aux producteurs dominés à un moment donné (parfois qualifiés de « prétendants »), ils ne sont pas étudiés en détail. On ne parvient pas à savoir s’ils participent aux luttes du champ, autrement dit s’ils jouent au même jeu que les agents dominants du champ, s’ils mettent en œuvre des manières de pratiquer et de voir l’activité littéraire qui témoignent d’une reconnaissance des manières de jouer dominantes. La question des rapports qu’ils entretiennent à la domination littéraire n’est donc pas traitée par Bourdieu.

11D’autres chercheurs ont étudié le cas d’écrivains dominés en utilisant le concept de champ littéraire (Thiesse, 1984 ; Poliak, 2006). Étant donné que ce concept permet avant tout de décrire des rapports entre différentes positions du champ, ces analyses insistent sur la distance qui sépare les écrivains dominés des représentants des positions dominantes. L’intérêt porté aux écarts entre les positions s’accompagne alors d’une réduction de la diversité des caractéris-tiques des auteurs dominés aux seules caractéristiques qui distinguent la position qu’ils occupent de celle des agents dominants. Sur le plan de leurs caractéristiques sociales, ils sont globalement qualifiés d’écrivains « populaires » alors qu’un nombre important d’entre eux appartient à des catégories socialement et culturellement dotées ; sur le plan de leurs caractéristiques littéraires, ils sont présentés comme globalement démunis des capitaux efficients dans le champ, n’en maîtrisant pas les règles spécifiques, et marqués de ce fait par la modestie ou la révision de leurs ambitions littéraires, alors que la réalité de leurs compétences et investissements est bien plus complexe. Cette réduction de la diversité des caractéristiques des auteurs occupant une même position du champ s’explique par une autre dimension de ce concept : la position d’un écrivain est ajustée aux dispositions sociales et littéraires dont il est porteur, autrement dit à son « habitus ». Ce point doit aussi être discuté si l’on veut mettre en évidence divers degrés et formes de consentement à la domination littéraire.

Critiques de la constance et de la force du consentement à la domination littéraire

12Les interprétations auxquelles mène l’utilisation du concept de champ tendent à réduire les effets de la domination littéraire à une imposition, provoquant chez les auteurs dominés des réactions d’auto-exclusion honteuse. La seule forme possible de rapport à la domination envisagée est donc le consentement constant et fort. Pourtant, les acteurs culturellement dominés ne sont pas, tous et à tous les moments de leur activité, en situation de reconnaître la domination ; ils peuvent au contraire faire l’expérience, dans certains contextes, de moments d’oubli des hiérarchies ou d’indifférence à leur endroit. De plus, on peut penser différentes modalités de reconnaissance de la domination, dont le consentement n’est qu’une des formes possibles. Le refus, en tant qu’il implique l’identification par les acteurs de l’existence des hiérarchies culturelles, et en tant qu’il révèle les effets de la domination sur leurs manières de faire et de penser, est aussi une forme de reconnaissancede la domination.

L’oubli de la domination n’est sans doute qu’un des principes de l’activité de symbolisation populaire, mais c’est un principe que le sociologue ne saurait oublier ni confondre d’ailleurs avec celui de la dénégation ou de la contestation, encore moins avec celui de l’acceptation ou de la résignation, tous principes qui se réfèrent, eux, directement aux relations de domination. Nul ne peut évidemment décréter en lieu et place des pratiques des dominés les moments féconds de cet oubli et surtout pas le supposer constant et omnipotent. (Grignon et Passeron, 1989, p. 24)

13Une autre raison pour laquelle on ne peut réduire les rapports à la domination littéraire des écrivains dominés à un consentement constant et fort, réside dans le fait que les rapports de consentement eux-mêmes connaissent, selon les personnes et les contextes de l’activité, des degrés et des formes variables. À l’opposé de l’auto-exclusion de la lutte pour la reconnaissance littéraire que suppose l’acceptation de sa position dominée, le consentement d’un auteur aux hiérarchies littéraires peut prendre la forme d’une adhésion plus ou moins forte à cette lutte qui se traduit alors par des ambitions littéraires plus ou moins marquées. De plus, la résignation que révèlent le retrait de la lutte ou la modestie des ambitions littéraires ne se manifeste pas forcément à tous les instants de la trajectoire d’un auteur et dans tous les contextes de son activité littéraire. En outre, elle ne revêt pas uniquement la forme d’une auto-exclusion honteuse mais peut faire l’objet d’une ironie qui dit l’ambivalence des rapports à la domination.

14L’objectif de penser, pour les auteurs dominés, des degrés et des formes variables de consentement à la domination, ainsi que des cas qui ne relèvent pas du consentement, nécessite de sortir de l’idée de correspondance nécessaire entre habitus et position littéraire. Cette posture critique sur le concept de champ ne nie pas l’existence des écarts entre acteurs dominants et acteurs dominés de l’univers littéraire, mais procède d’un changement de regard visant à étudier des variations interindividuelles à l’intérieur du groupe des auteurs dominés. Elle ne signifie pas non plus l’abandon de la visée d’objectivation des conditions dans lesquelles les écrivains dominés mènent leur activité et qui déterminent leurs rapports à la domination littéraire. Elle cherche au contraire à préciser ces conditions, en soulignant le fait qu’à l’intérieur du groupe d’auteurs étudiés, ayant en commun d’être globalement dominés, coexistent des auteurs très différents du point de vue de leurs caractéristiques sociales (origine sociale, diplôme, etc.) et litté-raires (nombre de livres publiés, degré de visibilité publique atteint, capital social littéraire, etc.). Notre posture de recherche est également attentive aux variations intra-individuelles, considérant qu’un même auteur peut se trouver dans des conditions variables d’exercice de son activité littéraire, à différents moments de sa trajectoire mais aussi dans différents contextes à un même moment. Les degrés et formes du consentement à la domination littéraire ne s’expliquent donc pas par une correspondance entre un habitus et une position dans le champ mais, dans la perspective théorique de Bernard Lahire, par l’activation de compétences et de dispositions sociales et littéraires plurielles dans des contextes particuliers de l’activité littéraire (Lahire, 1998).

La pluralité des dispositions et des compétences d’une part, la variété des contextes de leur actualisation d’autre part sont ce qui peut rendre raison sociologiquement de la variation des comportements d’un même individu, ou d’un même groupe d’individus, en fonction des domaines de pratiques, des propriétés du contexte d’action ou des circonstances plus singulières de la pratique. (Lahire, 2004, p. 14)

  • 15  Les formes de non-reconnaissance et de refus de la domination ne sont donc étudiées ici qu’en tant (...)

15Le cadrage théorique de notre recherche ayant été précisé, l’étude des degrés et des formes du consentement à la domination littéraire rencontrés chez les auteurs les moins reconnus de notre enquête constitue la suite de cet article15.

Degrés et formes du consentement à la domination littéraire chez les écrivains dominés : un aperçu des résultats de l’enquête empirique

16Les résultats présentés ici proviennent d’une enquête quantitative et qualitative. L’enquête par questionnaires concerne 503 auteurs de littérature placés dans des situations objectives de reconnaissance littéraire très diverses, des auteurs les plus consacrés (auteurs publiés chez les grands éditeurs nationaux, lauréats de grands prix littéraires, etc.) aux plus dominés (ayant les caractéristiques décrites précédemment). Dans un deuxième temps du travail empirique, une enquête par entretiens approfondis (d’une durée de deux à quatre heures) a été menée auprès de 29 écrivains parmi les moins reconnus. On a choisi de faire varier les caractéristiques sociales et littéraires des auteurs de cette population d’entretien (profession et niveau de diplôme, nombre de livres et genres publiés, degré de visibilité publique atteint du fait de la médiatisation des ouvrages, du nombre de petits prix littéraires reçus, de la présence dans des manifestations littéraires et des associations d’auteurs).

17Les variations des degrés et des formes du consentement à la domination chez les écrivains dominés sont repérables à trois niveaux que nous présentons ici successivement : le niveau des instances de consécration littéraire, le niveau interindividuel et le niveau intra-individuel.

Variations de la force du consentement selon les instances de consécration littéraire

18Étant donné les divers niveaux de reconnaissance qu’elle couvre, l’enquête par questionnaires permet de dire à quel degré – en comparaison avec les auteurs les plus consacrés – les auteurs dominés consentent à la domination littéraire, par l’analyse des variables du questionnaire donnant accès aux rapports qu’ils entretiennent avec les différentes instances de consécration (éditeurs, prix, critiques littéraires, médias et public). Ce n’est pas tant la mise en évidence des écarts entre les auteurs les moins reconnus et les auteurs les plus reconnus qui nous intéresse ici, que la variation, chez les auteurs dominés, de la force du consentement, en fonction des instances de consécration considérées, que ces écarts révèlent. Ainsi, l’écart entre auteurs dominants et auteurs dominés est moindre concernant le consentement à la domination des grands prix littéraires que concernant le consentement à la domination des maisons d’édition nationales. Dans ce sens, on peut dire que les auteurs dominés consentent davantage à la domination de la première instance de consécration qu’à celle de la seconde. De la même manière, ils sont plus sensibles aux jugements portés par les médias et le public qu’à ceux des éditeurs et des critiques littéraires. Leur plus faible consentement au pouvoir des critiques s’accompagne d’une distance plus forte vis-à-vis d’une règle du jeu qui s’impose dans l’univers littéraire et qui consiste à lire et à prendre position sur les questions de littérature.

19Concernant le domaine de l’édition, les écarts entre les deux catégories d’auteurs sont particulièrement importants, les auteurs dominés s’avérant beaucoup plus distants vis-à-vis de la domination éditoriale que les auteurs les plus reconnus. Alors qu’ils reconnaissent la domination de Paris dans ce domaine (ils sont 45,4 % à penser que vivre à Paris est un atout pour publier, contre 51,4 % des auteurs les plus consacrés), ils sont plus réservés quant aux jugements que les éditeurs nationaux émettent sur leurs textes. 14,3 % des auteurs dominés qui, en dehors des éditeurs qui les ont finalement publiés, n’ont proposé leurs manuscrits qu’à des éditeurs nationaux, déclarent n’être « pas du tout » sensibles aux jugements des éditeurs (contre seulement 1,6 % des auteurs les plus reconnus).

  • 16  Le questionnaire invitait les auteurs à répondre à la question suivante : « Parmi les prix littéra (...)

20De plus, quel que soit le prestige des éditeurs dont il est question, on constate que les auteurs dominés rejettent ou ignorent davantage leurs jugements. Ils sont ainsi 33,1 % à s’y déclarer très sensibles (contre 49 % des auteurs les plus reconnus), et 16,2 % à déclarer n’y être pas du tout sensibles (contre seulement 4 % des auteurs les plus reconnus). Au-delà de ces écarts entre les deux sous-populations, on peut parler d’un moindre consentement à la domination éditoriale chez les auteurs dominés en comparaison avec d’autres instances de consécration littéraire. Cela peut s’expliquer par le fait que les auteurs dominés le sont essentiellement du point de vue de la reconnaissance éditoriale (comme nous l’avons vu, c’est en grande partie sur ce critère qu’ils ont été identifiés). Au contraire, ils ont accès dans une proportion importante à d’autres formes de reconnaissance, comme les petits prix (35,5 % d’entre eux) ou les concours littéraires (40,9 %). Ces caractéristiques objectives expliquent que, tout en étant plus sensibles que les auteurs les plus reconnus aux jugements portés par les jurys des prix littéraires sur leurs textes (74,6 % se disent très ou moyennement sensibles à ces jugements, contre 66 % des auteurs les plus reconnus), les auteurs dominés consentent davantage qu’eux à la domination exercée par les grands prix. Ainsi, les réactions d’indifférence ou de contestation que révèle le fait de ne juger « importants » aucun des dix-sept grands prix littéraires proposés dans le questionnaire16, se rencontrent moins chez les auteurs dominés que chez les auteurs les plus reconnus (18,4 % contre 27,6 %). Chez les premiers, être lauréat d’un petit prix ou d’un concours est fortement corrélé avec le fait d’accorder « beaucoup » d’importance aux jugements des jurys des prix et avec le fait de juger importants au moins huit grands prix. De même, les auteurs dominés ayant très largement accès à des manifestations publiques comme les salons du livre régionaux (74,8 % d’entre eux) et à une médiatisation à un niveau régional (93,3 % d’entre eux), on peut comprendre qu’ils acceptent pour une très grande majorité, et dans des proportions comparables à celles des auteurs les plus reconnus, les jugements moins spécialisés sur leurs textes, émanant du public ou des médias.

  • 17  Europe, La Quinzaine littéraire, Le Magazine littéraire, Le Matricule des anges, Lire, Livres Hebd (...)
  • 18  Concernant les déclarations de lecture de livres et des textes de critiques littéraires, comme pou (...)

21Outre le domaine éditorial, le consentement à la domination littéraire chez les auteurs dominés apparaît relativement faible vis-à-vis d’une autre instance de consécration spécifique : les critiques littéraires. Ils sont ainsi 25,8 % à déclarer ne pas être du tout sensibles aux jugements des critiques littéraires (contre seulement 7,8 % des auteurs les plus reconnus). Ils sont également plus en retrait concernant la lecture des textes des critiques : 38,7 % d’entre eux ne lisent, même occasionnellement, aucun des six magazines littéraires spécialisés proposés dans le questionnaire17 (contre 21 % des auteurs les plus reconnus), et ils sont 18,2 % à déclarer ne jamais lire les pages littéraires des quotidiens nationaux (contre 8,7 % des auteurs les plus reconnus). La faiblesse relative de l’acceptation du jugement des critiques peut être interprétée comme une plus forte indifférence ou contestation vis-à-vis d’une règle du jeu qui s’est imposée au sein de l’univers littéraire, la nécessité de lire les autres écrivains (ses prédécesseurs et ses contemporains) et de se situer par rapport à eux. Sur ce plan, on constate un retrait de la part des auteurs dominés : ils sont 11,5 % à avoir lu 50 livres ou plus dans l’année de l’enquête contre 46,2 % des auteurs les plus reconnus18. Ils sont aussi proportionnellement moins nombreux à citer des auteurs de littérature « préférés » ou dont ils se sentent « proches » (les écarts sont respectivement de 10,9 et de 12,3 points). L’écart s’avérant moindre concernant les prises de position en matière d’auteurs « détestés » (4,3 points), on peut avancer l’hypothèse – orientée par certaines remarques ajoutées au questionnaire et par les entretiens – que cette faiblesse relative du consentement à l’injonction à se situer par rapport à ses pairs s’accompagne en partie d’une contestation de la situation dominante de certains écrivains (notamment les plus médiatiques).

Mesures et explications des variations interindividuelles du consentement à la domination littéraire

22Si l’on se penche à présent sur les variations du consentement à l’intérieur du groupe des auteurs dominés, on est en mesure de constater la forte dispersion de ces auteurs et de s’interroger sur les causes de ces variations.

23Les auteurs dominés ne sont pas majoritairement exclus du consentement à la domination littéraire, y compris vis-à-vis d’instances et de règles pour lesquelles on a montré précédemment que la force de ce consentement était globalement moins forte. Ainsi, la part de ceux qui n’ont convoité que des éditeurs nationaux, lisent les pages littéraires des quotidiens nationaux, citent au moins un auteur dont ils se sentent proches et sont de forts lecteurs de livres est loin d’être négligeable. Le tableau page suivante montre également que les auteurs dominés sont parfois fortement dispersés entre plusieurs degrés de consentement.

24Les variations interindividuelles du consentement à l’intérieur du groupe des auteurs dominés s’expliquent par la variété des caractéristiques littéraires et sociales de ces auteurs qui ne les place objectivement pas tous dans les mêmes rapports à la domination littéraire. On peut mettre en évidence cinq groupes de variables explicatives : l’âge d’entrée dans l’activité littéraire, les situations éditoriales, les niveaux de visibilité, la sociabilité littéraire et les caractéristiques sociales.

25Quand l’âge de proposition du premier livre à un éditeur et l’âge de publication du premier ouvrage sont élevés (plus de soixante ans), l’auteur a de fortes chances de ne proposer ses textes qu’à des éditeurs régionaux. Au contraire, lorsque la première publication a lieu plus tôt (entre quarante et cinquante ans), les auteurs ont tendance à ne viser que des éditeurs nationaux. L’entrée plus ou moins tardive dans l’activité joue sur d’autres indicateurs du consentement, comme la fréquence de la lecture de livres (une entrée tardive est corrélée à une faible pratique de la lecture, alors qu’une entrée précoce est liée à une forte pratique) et le fait de savoir identifier des auteurs contemporains proches (corrélé également avec une entrée précoce dans l’activité).

Éditeurs convoités

Nationaux uniquement

39,9 %

Aucun ou seulement des régionaux*

44,2 %

Fréquence de lecture des pages littéraires des quotidiens nationaux

Souvent

30,8 %

De temps en temps

50,9 %

Jamais

18,2 %

Citent au moins un auteur dont ils se sentent proches

Oui

44,8 %

Non

55,2 %

Fréquence de lecture**

Au moins vingt livres

33,8 %

Entre dix et dix-neuf livres

33,1 %

Moins de dix livres

33,1 %

Nombre de grands prix littéraires jugés importants

Au moins huit

23,8 %

Aucun

18,4 %

Lecture : 39,9 % des auteurs dominés n’ont proposé leurs textes qu’à des éditeurs nationaux.

26* Si ne convoiter que des éditeurs nationaux traduit une adhésion forte aux enjeux éditoriaux dominants, ne proposer ses textes qu’à des éditeurs régionaux a un sens ambigu : ce comportement peut tout aussi bien révéler une forme de consentement consistant à se résigner face à la difficulté d’accéder aux plus grands éditeurs, qu’une indifférence ou même un refus à l’endroit des hiérarchies éditoriales.
** Concernant leurs goûts lectoraux, s’ils citent, plus souvent que les auteurs les plus reconnus, des genres dominés (romans de genre tels que science fiction, littérature fantastique, romans historiques, policiers, espionnage, romans sentimentaux…), leurs préférences pour ces derniers restent minoritaires : 19,1 % des genres qu’ils citent parmi ceux qu’ils apprécient le plus appartiennent aux romans de genre, quand ceux-ci représentent 27,1 % des genres qu’ils citent parmi ceux qu’ils apprécient le moins. Vingt-deux genres étaient proposés dans le questionnaire.

27Les situations éditoriales des auteurs dominés sont également variées et ont une importance dans l’explication des variations du consentement dans plusieurs domaines. Les auteurs ayant peu publié (un ou deux livres) ou n’ayant connu qu’un seul éditeur ont davantage tendance à n’avoir proposé leurs manuscrits qu’à des éditeurs régionaux, alors que les auteurs qui ont connu plusieurs éditeurs, ont réussi à replacer systématiquement leurs manuscrits refusés et ont déjà écrit un livre de commande, sont davantage des auteurs qui ont convoité uniquement des éditeurs nationaux. Ces différents indicateurs, qui révèlent une forte proximité à l’univers éditorial, sont également corrélés à la lecture des pages littéraires des quotidiens nationaux, des magazines littéraires spécialisés et à la lecture très fréquente de livres.

28Les niveaux de visibilité que les auteurs ont pu atteindre constituent un troisième groupe de variables explicatives. Une forte visibilité à un niveau régional (par la médiatisation ou les manifestations publiques comme les salons du livre ou les signatures en librairie) est liée à un plus faible consentement à la domination. Les auteurs concernés s’orientent plus souvent vers des éditeurs régionaux pour proposer leurs manuscrits et sont moins en mesure d’identifier des auteurs qui leur sont proches. De même, ne pas accéder à des manifestations publiques en dehors de la région est corrélé au fait d’être un très faible lecteur, alors qu’y accéder est corrélé à la lecture occasionnelle d’au moins un magazine littéraire spécialisé.

29Quant au degré de sociabilité littéraire des auteurs dominés, plus il est élevé, plus il joue dans le sens d’un fort consentement. Les auteurs qui n’ont jamais d’échanges personnels avec leurs pairs ont davantage tendance à être de très faibles lecteurs et à n’accorder d’importance à aucun grand prix littéraire. Au contraire, l’insertion dans des réseaux de sociabilité (dialogues fréquents avec d’autres auteurs ou appartenance à une association d’auteurs) augmente les chances d’être fort lecteur de livres, de pouvoir identifier des auteurs dont on se sent proche et de lire au moins un magazine littéraire spécialisé.

30Enfin, l’analyse du rôle des caractéristiques sociales des auteurs dominés dans l’explication de leur degré de consentement à la domination montre qu’elles influencent essentiellement les rapports à la règle du jeu consistant à lire et à s’intéresser aux critiques littéraires, pratiques dont on sait qu’elles sont fortement dépendantes du statut social et du capital culturel, quel que soit le type de population considérée. Ainsi, appartenir à la catégorie « cadres ou professions intellectuelles supérieures », être titulaire d’un diplôme de troisième cycle, avoir des parents fortement diplômés (détenteurs d’un diplôme au moins égal au baccalauréat) et issus de catégories socioprofessionnelles supérieures, augmente nettement la probabilité de lire fréquemment des livres, de lire les pages littéraires des quotidiens nationaux ainsi que les magazines littéraires. Concernant les autres indicateurs du consentement, on peut simplement noter qu’être détenteur d’un diplôme de troisième cycle augmente légèrement la probabilité de n’avoir convoité que des éditeurs nationaux. Les rapports aux grands éditeurs et aux grands prix littéraires dépendent davantage des caractéristiques spécifiquement littéraires étudiées plus haut que des caractéristiques sociales extra-littéraires. Ces dernières ne peuvent donc à elles seules rendre compte des rapports à la domination littéraire mais doivent être appréhendées en relation aux premières.

Variations intra-individuelles du consentement à la domination littéraire

31Si la méthode quantitative n’interdit pas d’étudier des variations intra-individuelles (Lahire, 2004), le questionnaire de notre enquête ne permet pas, tel qu’il a été conçu, de donner accès à ce type de variations concernant la question du consentement à la domination littéraire. C’est donc par le biais de l’enquête par entretiens que nous allons traiter de ce dernier type de variations. L’intérêt de ces entretiens réside en effet dans le fait que, contrairement aux questionnaires (identiques pour tous les auteurs interrogés), ils ont été menés à partir d’une grille spécifiquement conçue pour les auteurs les moins reconnus. Ils donnent donc accès aux rapports qu’entretiennent ces auteurs aux formes de consécration dominantes mais aussi aux formes de reconnaissance dévaluées qu’ils peuvent plus facilement atteindre (petits prix régionaux ou concours littéraires, médiatisation dans la presse locale, place dans des petits salons du livre ou dans des sociétés d’auteurs régionales). Ces rapports disent, en creux, la force du consentement à la domination littéraire de ces auteurs, selon qu’ils témoignent d’une croyance ou au contraire d’une distance, voire d’une honte, envers ces marques de reconnaissance. De plus, par rapport aux analyses quantitatives, les analyses d’entretiens permettent de situer les variations intra-individuelles du consentement en donnant accès aux contextes particuliers dans lesquels les rapports à la domination se donnent à voir. Elles précisent également la force et les formes du consentement au travers des expériences qu’en font les acteurs (croyance forte en la domination ou consentement plus distant, vécu comme contraint).

  • 19  Les éléments explicatifs mobilisés ici relèvent uniquement des deux domaines traités dans les port (...)

32L’analyse des entretiens montre que, le plus souvent, mise à distance de la domination et consentement à la domination coexistent dans les manières de faire et de voir des enquêtés et que ces variations peuvent s’expliquer par la pluralité des contextes dans lesquels s’inscrit leur activité littéraire. Cette pluralité peut correspondre à des moments différents de leur trajectoire mais peut aussi se manifester à un même moment du temps. L’étude de deux auteurs différents, centrée sur deux domaines de l’activité littéraire (l’édition et la visibilité publique), vise à donner ici un aperçu des variations intra-individuelles du consentement chez nos enquêtés19.

33Le premier portrait montre l’évolution dans le temps du consentement à la domination dans le domaine de l’édition. La trajectoire et la situation éditoriales de l’enquêtée dont il est question ici se caractérisent par une précocité des premières expériences de publication et par l’abondance de ces expériences. Au moment de l’entretien, cette auteure a publié dix-sept recueils de poésie chez un grand nombre d’éditeurs différents, ainsi que de nombreux textes dans des revues. Elle n’a connu que de tous petits éditeurs, dont plusieurs ont aujourd’hui disparu, et des publications à très faibles tirages (moins de cinq cents exemplaires la plupart du temps) à compte d’éditeur, mais très souvent sans versement de droits d’auteur. Elle a fini par acquérir avec le temps une place assurée dans ce qu’elle nomme le « micro-milieu » des petites maisons d’édition et des revues de poésie (« Pratiquement tous mes manuscrits de poésie trouvent preneur […]. Je trouve même de plus en plus vite. ») La publication représente dans son cas un enjeu très fort : le fait de se confronter aux jugements d’un éditeur est pour elle le seul moyen valable de tester la qualité de ses textes et ses recherches d’éditeurs la préoccupent en permanence.

34L’édition est donc chez cette auteure le lieu d’un consentement parti-culièrement marqué à la domination, mais à des degrés divers selon les moments de sa trajectoire. Sa croyance dans ce domaine augmente avec le temps mais s’accompagne aussi de doutes plus nombreux quant aux possibilités de reconnaissance éditoriale qu’elle envisage dans l’avenir.

35L’enquêtée se souvient de sa première publication par un petit éditeur comme d’un « vrai plaisir » mais ses multiples publications la satisfont de moins en moins. La distance qu’elle exprime vis-à-vis des éditeurs de ses poèmes et sa volonté d’accéder aux plus grandes maisons d’édition pour la publication de ses romans témoignent d’un très fort consentement à la domination éditoriale. Cette posture d’attente d’une reconnaissance future est omniprésente quand ses propos portent sur ses ambitions éditoriales.

J’espère être reconnue un jour en tant que romancière.
Je ne suis pas encore satisfaite de mes maisons d’édition. J’ai une ambition plus grande que les maisons dans lesquelles je suis pour l’instant.
Tant que Gallimard ne m’aura pas prise, de toute façon, j’aurai besoin de me prouver que d’autres me font confiance !
Il faut que j’entre dans une grande maison d’édition, de toute façon c’est une évidence !

36Elle propose ses manuscrits de romans à nombre de grands éditeurs et elle a un classeur dans lequel elle récapitule minutieusement ses envois. Parmi ses dernières propositions, on compte les éditeurs suivants : Gallimard, Grasset, Flammarion, Le Seuil, Hachette, Albin Michel, Actes Sud, Fayard, Anne Carrière, Laffont et Mercure de France.

37Le consentement à la domination éditoriale dont témoigne la quantité de ses envois à de grands éditeurs relève moins ici d’une croyance forte que d’une résignation s’accentuant avec le temps et l’accumulation des refus des éditeurs. Elle présente elle-même cette résignation comme une perte d’illusion.

Mes premiers manuscrits au plan romanesque, j’en ris maintenant mais… D’abord, j’étais tellement convaincue que j’allais trouver tout de suite ! Parce j’avais la foi enfin !
J’ai décidé de devenir raisonnable [petit rire] et de faire une recherche assez systématique.
Il m’a fallu plusieurs années pour que je m’aperçoive que c’était ridicule, que c’était pas parce que les quatre [premiers éditeurs] n’avaient pas voulu que le cinquième ne m’accepterait pas.

38Alors que les premiers refus qu’elle a essuyés l’affectent peu (« Je me disais : “Bon, ils ont pas voulu celui-là, ils prendront le suivant” »), elle finit par les vivre comme une véritable « souffrance» qui s’accompagne parfois d’une défiance envers les éditeurs nationaux et d’une perte de croyance impliquant des moments de sorties du consentement.

  • 20  Il s’agit d’un « petit éditeur national littéraire ». « Le Dilettante est un éditeur exigeant qui (...)

Avec Le Dilettante 20, j’ai eu une expérience qui m’a beaucoup perturbée, il y a trois ou quatre ans. J’ai envoyé un manuscrit […] un lundi à seize heures et il m’est revenu mercredi à midi […] Donc j’avais téléphoné, il y avait le nom de la personne qui avait rédigé la lettre – je l’ai eue en personne – qui a fini par me dire qu’elle l’avait pas lu […] J’ai mis plusieurs mois avant de recommencer ma quête en me disant « c’est pas possible » !

J’ai eu un découragement qui a fait que pendant plusieurs mois, j’ai continué à écrire mais pour moi, sans plus du tout me dire « je vais publier », et j’arrivais plus à envoyer les manuscrits. La fibre était un petit peu brisée.

  • 21  Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique.

39Au moment de l’entretien, elle perçoit la possibilité que ses romans ne soient jamais publiés et fait preuve d’une résignation qui la conduit à envisager une sortie de la sphère proprement éditoriale. Elle compte ainsi sur le dépôt de ses textes dans une association, l’APA21 ou sur son site Internet pour pallier le manque de reconnaissance éditoriale.

Je dirais que, avant de connaître l’APA, chaque fois que j’avais une lettre de refus d’une maison d’édition, j’atteignais les derniers stades du désespoir […] Et le fait d’avoir découvert l’APA me rassure quelque part. […] Donc il me semble que même si je n’arrivais pas à rentrer chez Gallimard, ce qui est mon objectif [petit rire], […] il y aurait un endroit sur cette planète où on pourrait garder une petite trace de moi, et ça pour moi c’est important.
J’ai donc un site Internet. Le fait de pouvoir diffuser en ligne mes textes est pour moi aussi rassurant.

40Cet extrait montre que la résignation de l’enquêtée n’est pas un retrait pur et simple de la lutte pour la reconnaissance éditoriale, puisque ses ambitions persistent malgré une position dominée dont elle est tout à fait consciente. L’ironie qu’elle exprime vis-à-vis de ses espoirs témoigne de cette ambivalence du consentement, tendu entre poursuite et abandon des ambitions.

41La dimension diachronique n’est pas la seule forme de variations intra-individuelles du consentement. Pour l’auteur dont il est question dans le second portrait, on peut mettre en évidence une variation synchronique dans le domaine particulier de la visibilité publique. Cet auteur connaît des niveaux de visibilité (dans les médias, les salons du livre, etc.) variés qui sont en mesure d’expliquer une ambivalence (quant à ses rapports à la domination) dans ce domaine. Au moment de l’entretien, il a acquis une visibilité importante dans son département et dans la région de son éditrice. Ses livres sont présents dans les librairies de ces deux zones géographiques, il est invité régulièrement aux salons du livre qui y ont lieu et il a bénéficié d’un grand nombre d’articles de presse régionaux. Cet ancrage régional fort lui permet de connaître des occasions de visibilité plus large au cours desquelles il côtoie des auteurs plus reconnus. Il a ainsi sa place au salon du livre de Paris sur le stand de la région de son éditrice, et dans d’autres salons importants de sa région où il a rencontré des auteurs reconnus au plan national. On comprend alors que les contextes de son activité liés à la visibilité publique soient les lieux d’expression de rapports variés à la domination littéraire.

42Tout d’abord, il fait preuve d’un consentement fort à la domination, qui peut prendre plusieurs formes. Ainsi, les salons du livre régionaux auxquels il participe sont pour lui l’occasion de se distinguer des auteurs plus dominés que lui, et des formes les plus dévaluées de visibilité. Par cette distance, il exprime son consentement vis-à-vis des hiérarchies littéraires.

J’en ai fait un dans l’Isère là, je sais pas ce qui m’avait pris ce jour-là ! Un week-end, j’avais rien à faire ! […] Une grande salle, vous savez les salles communales […] puis bon des tables alignées, puis des auteurs dont les trois-quarts étaient auto-édités.

43Cet auteur reconnaît également que les écrivains qu’il côtoie sur les salons plus importants sont « de grands auteurs reconnus », « des grands noms de la littérature », qu’il oppose aux auteurs plus modestes dont il fait partie (« nous, auteurs de la région »). L’évocation d’une de ses expériences au Salon du Livre de Paris est en outre l’occasion d’exprimer sa reconnaissance de la domination médiatique. La résignation dont il fait preuve à son endroit prend ici la forme de l’autodérision.

Ça m’a fait rigoler quand même ! […] J’avais une personne tous les quarts d’heure qui venait par gentillesse, par charité chrétienne, me faire dédicacer un livre… Et il y avait Emmanuelle Béart qui était dix mètres en face […], elle avait une queue de vingt-cinq mètres ! [rires]

44Cependant, les rapports de cet auteur à la domination ne se résument pas au consentement. La forte satisfaction qu’il exprime à propos des moments de visibilité régionale qu’il connaît montre que ces contextes peuvent être le lieu d’un oubli de sa situation d’auteur dominé. À ses yeux, ses ventes sur les salons du livre régionaux sont très bonnes (il les qualifie d’« énormes ») et il déclare, à propos d’une de ses participations : « On a été les rois du salon. » Les moments de sortie du consentement à la domination prennent aussi parfois chez cet auteur la forme d’une contestation des hiérarchies littéraires. Selon lui, la diffusion et la promotion des ouvrages peuvent s’avérer meilleures chez un éditeur comme le sien (c’est à-dire « une toute petite maison d’édition ») que chez un éditeur prestigieux qui ne mettrait pas la même énergie à promouvoir un auteur inconnu. Dans le contexte de la visibilité publique, le capital symbolique de l’éditeur n’a alors que peu de valeur.

Alors, c’est vraiment un mythe ça, la grande diffusion ! […] Moi je préfère être chez mon éditrice parce qu’elle fait tous les salons du livre, tous les week-ends pratiquement, avec tous mes bouquins […] et c’est une chance immense ! […] C’est sûr que si j’étais au Seuil, je serais bien plus respecté et admiré quoi ! Mais, dans la pratique, je suis bien plus heureux chez mon éditrice qu’en étant inconnu au Seuil.

45Le cas de cet auteur montre à quel point les rapports à la domination littéraire sont complexes et prennent des formes variées. Chez la même personne s’articulent des moments d’adhésion forte et sérieuse aux hiérarchies, des moments où le consentement prend la forme d’une résignation qui s’exprime de manière plus distanciée (par l’autodérision par exemple), et des moments où les hiérarchies semblent ne plus s’imposer, faisant l’objet d’une résistance ou d’un oubli. L’étude complète des degrés et des formes de rapports à la domination nécessiterait des analyses spécifiques ayant pour objet ces modalités de sortie de la sphère du consentement. On pourrait ainsi rechercher les contextes les plus propices à l’oubli de la domination, et décrire ceux qui cristallisent la contestation des écrivains dominés.

  • 22  Il semble en effet que, pour Bourdieu, un désajustement entre position objective et ambitions se r (...)

46Une analyse des degrés et des formes du consentement à la domination rencontre des questionnements spécifiques selon la position que les acteurs occupent au sein de la hiérarchie sociale. Quand la recherche est axée sur des acteurs particulièrement dominés, le consentement prend, comme nous l’avons montré, deux formes principales qui impliquent des rapports opposés à la lutte pour la reconnaissance. L’acteur dominé peut en effet consentir à la domination en s’auto-excluant de cette lutte, se résignant à un faible niveau de reconnaissance ou, au contraire, en s’y investissant fortement afin d’occuper une position plus élevée. La première forme de consentement est la plus étudiée par les recherches qui s’inscrivent dans la théorie de la légitimité culturelle. La prise en compte des hiérarchies n’est cependant pas incompatible avec le constat selon lequel les acteurs dominés font parfois preuve d’un investissement important dans la lutte pour la reconnaissance. Prendre au sérieux cet investissement en examinant les objets sur lesquels il porte et les conditions dans lesquelles il se manifeste permet de rendre raison des ambitions des acteurs dominés là où un point de vue légitimiste ne verrait qu’une folie 22.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit (Le sens commun).

— 1991, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, p. 3-46.

— 1998, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil (Points essais).

Bourdieu Pierre, Wacquant Loïc J. D., 1992, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Le Seuil.

Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, 1989, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard/Le Seuil (Hautes études).

Lahire Bernard, 1998, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan.

— 2004, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte (Textes à l’appui).

— 2006 (avec la collaboration de Bois Géraldine), La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte (Textes à l’appui).

Morinière Thomas, 2007, Le théâtre des amateurs. Un jeu sur plusieurs scènes, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant.

Poliak Claude F., 2006, Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economia (Études sociologiques).

Thiesse Anne-Marie, 1984, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle Époque, Paris, Le Chemin vert.

— 1991, Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, PUF.

Viala Alain, 1985, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Minuit (Le sens commun).

Haut de page

Notes

1  Ces deux sens du terme de « reconnaissance » (« acceptation » et « identification ») apparaissent dans le Petit Robert.

2  Ainsi, les critères de jugement esthétiques spécifiques à la littérature (l’appréciation du « style » d’un roman par exemple) se sont construits en opposition aux critères économiques et s’imposent comme les critères les plus légitimes dans l’univers littéraire (d’où une méfiance vis-à-vis des best-sellers).

3  Les Académies, éditeurs, revues, prix et critiques littéraires, salons du livre, etc.

4  Il s’agit d’auteurs vivant en Rhône-Alpes ou ayant des liens avec cette région (lieu de naissance ou lieu de publication), recensés par l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (le Centre régional du livre de Rhône-Alpes). Certains résultats de cette enquête sont présentés dans l’ouvrage de Bernard Lahire – auquel nous avons collaboré –, 2006, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte.

5  Dans le cadre d’une résidence, l’auteur bénéficie d’un lieu de vie et d’écriture dans une ville qui l’accueille pendant une durée limitée. Ses frais sont pris en charge afin qu’il puisse se consacrer à son activité littéraire (création ou intervention publique dans la ville où il est invité).

6  La seconde catégorie de critères pèse davantage que la première pour la constitution du score de légitimité littéraire. Ainsi par exemple, les Éditions Anne Carrière, codées comme « grande maison d’édition nationale commerciale », recueillent moins de points qu’un « grand éditeur national littéraire » (comme Minuit) mais aussi qu’un « petit éditeur national littéraire » (comme Le Dilettante), et autant de points qu’un « éditeur régional littéraire » (comme Comp’Act).

7  Par exemple : La Fontaine de Siloé, De Borée, La Mirandole ou Le Mot Passant.

8  Dans le cas d’un contrat à compte d’auteur, l’auteur est édité par une maison d’édition mais il la rémunère en vue de fabriquer des exemplaires de l’œuvre et d’en assurer la publication, la diffusion et la promotion. L’auto-édition se distingue du compte d’auteur en ce qu’elle ne passe par aucune structure éditoriale : l’auteur fait éditer son texte chez un imprimeur et se charge lui-même de diffuser, de promouvoir et de vendre ses ouvrages. Dans les faits, certaines maisons d’édition pratiquant le compte d’auteur ne remplissent pas les fonctions de diffusion et de promotion des ouvrages. La publication à compte d’auteur est donc parfois peu différente de l’auto-édition.

9  Contrairement à l’auteur publié à compte d’auteur ou en auto-édition, l’éditeur, en décidant de publier un texte,  n’engage pas seulement ses ressources financières mais aussi son pouvoir de jugement littéraire. C’est la spécificité de ce pouvoir (qui, contrairement au pouvoir économique, n’a guère de poids en dehors de l’univers littéraire) qui est au fondement de la reconnaissance littéraire d’un auteur.

10  Ce contrat est aussi appelé « contrat à compte d’éditeur » (par opposition au contrat à compte d’auteur) : dans ce cas, l’éditeur prend en charge la conception et la commercialisation du livre et rémunère son auteur en droits d’auteur.

11  Nous avons pu observer des commissions d’attribution des bourses d’écriture de Rhône-Alpes dont les membres sont des « professionnels du livre » : critiques littéraires, professeurs de lettres, bibliothécaires, responsables de manifestations littéraires.

12  Ce critère de « qualité » découle du croisement de trois sources : 1/ les classements opérés par le responsable « Vie littéraire » de l’Agence (qui, par son parcours universitaire et professionnel, a construit des goûts littéraires légitimes), 2/ les jugements sur les textes et les éditeurs mis en œuvre lors des commissions d’attribution des bourses d’écriture de Rhône-Alpes, 3/ des indications provenant d’annuaires d’éditeurs (par exemple : Gaillard, 2005, Annuaire à l’usage des auteurs cherchant un éditeur, Vitry, L’Oie plate).

13  À partir de l’exemple des goûts alimentaires, Grignon donne à voir concrètement les effets réducteurs de la manière dont Bourdieu appréhende les goûts populaires : « De deux choses l’une : ou bien les ouvriers ont eux aussi, si peu que ce soit, le “choix” – par exemple le choix, à coût égal, entre manger des haricots (en grains) ou manger des pommes de terre (bouillies) –, et leurs goûts sont des “goûts de liberté”, de même nature (sinon au même degré, mais là n’est pas la question) que ceux des gastronomes des classes dominantes qui balancent entre le homard et la langouste […]. Ou bien les ouvriers n’ont pas le choix : ils doivent manger des haricots et pas autre chose (supposons que cette année-là les pommes de terres soient hors de prix) ; et dans ce cas, on n’a aucunement besoin de faire intervenir leur “goût” éventuel pour les haricots pour expliquer qu’ils mangent des haricots puisque, coincés comme ils le sont entre la nécessité biologique (c’est ça ou mourir de faim) et les limites de leur porte-monnaie (c’est ça et rien d’autre), ils sont de toute façon forcés de manger des haricots. » (Grignon et Passeron, 1989, p. 139)

14  Le champ littéraire selon Bourdieu se structure autour de deux pôles ou « sous-champs » : le « sous-champ de production restreinte » (« où les producteurs n’ont pour clients que les autres producteurs, qui sont aussi leurs concurrents directs » et « dont la loi fondamentale est l’indépendance à l’égard des demandes externes ») et le « sous-champ de grande production » (« voué et dévoué au marché et au profit »). Dans un univers littéraire parvenu à un état de relative autonomie, le premier domine là où le second « se trouve symboliquement exclu et discrédité » (Bourdieu, 1998, p. 356 et 360).

15  Les formes de non-reconnaissance et de refus de la domination ne sont donc étudiées ici qu’en tant qu’elles constituent des sorties de la sphère du consentement.

16  Le questionnaire invitait les auteurs à répondre à la question suivante : « Parmi les prix littéraires suivants, quels sont ceux que vous jugez importants ? » Les dix-sept prix qui leur étaient proposés étaient : le Prix de l’Académie française, le Prix des lectrices de Elle, le Prix des libraires, le Prix du Livre Inter, le Grand Prix RTL-Lire, le Prix Fémina, le Prix Fnac, le Prix France Télévision, le Prix France culture, le Prix Goncourt, le Prix Goncourt de la poésie, le Prix Goncourt de la nouvelle, le Prix Goncourt des lycéens, le Prix Interallié, le Prix Médicis, le Prix du Salon de Montreuil, le Prix Renaudot.

17  Europe, La Quinzaine littéraire, Le Magazine littéraire, Le Matricule des anges, Lire, Livres Hebdo.

18  Concernant les déclarations de lecture de livres et des textes de critiques littéraires, comme pour toute déclaration de pratiques légitimes, il est difficile de contrôler la tendance à la sur-évaluation. Il serait pourtant  utile de pouvoir la mesurer ici car elle est aussi un indicateur du consentement à la domination.

19  Les éléments explicatifs mobilisés ici relèvent uniquement des deux domaines traités dans les portraits. Ce choix de présentation ne doit pas faire oublier que c’est un ensemble de caractéristiques littéraires et sociales qui expliquent en réalité les rapports des auteurs à la domination littéraire.

20  Il s’agit d’un « petit éditeur national littéraire ». « Le Dilettante est un éditeur exigeant qui publie des textes très littéraires » (Gaillard, 2005, op. cit., p. 218).

21  Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique.

22  Il semble en effet que, pour Bourdieu, un désajustement entre position objective et ambitions se réduise à une « folie ». « L’habitus est ce qu’il faut supposer pour rendre raison du fait que, sans être à proprement parler rationnels […], les agents sociaux sont raisonnables, qu’ils ne sont pas fous, qu’ils ne commettent pas de folies (au sens où l’on dit de quelqu’un qui a fait un achat “au-dessus de ses moyens” qu’il a “fait une folie”) […] La dialectique des espérances subjectives et des chances objectives est partout à l’œuvre dans le monde social et, la plupart du temps, elle tend à assurer l’ajustement des premières aux secondes. » (Bourdieu, Wacquant, 1992, p. 105)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Bois, « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains « les moins reconnus » de l’univers littéraire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 14 | 2008, mis en ligne le 30 mai 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/381 ; DOI : 10.4000/traces.381

Haut de page

Auteur

Géraldine Bois

Doctorante en sociologie au Groupe de recherche sur la socialisation, École normale supérieure Lettres et sciences humaines, Université Lyon 2, CNRS
ATER à l’Université Lyon 2

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page