Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Comité de rédaction
p. 5-8

Texte intégral

« Nous n’interprétons pas ce que nous comprenons. »

(Wittgenstein,)

« on s’était demandé comment reconnaître qu’un signe désignait bien ce qu’il signifiait. A partir du xviie siècle on se demandera comment un signe peut être lié à ce qu’il signifie. Question à laquelle l’âge classique répondra par l’analyse de la représentation ; et à laquelle la pensée moderne répondra par l’analyse du sens et de la signification […] La profonde appartenance du langage et du monde se trouve défaite […] Disparaît cette couche uniforme où s’entrecroisaient indéfiniment le vu et le lu, le visible et l’énonçable. Les choses et les mots vont se séparer. L’œil sera destiné à voir et à voir seulement ; l’oreille à seulement entendre. Le discours aura pour tâche de dire ce qui est, mais il ne sera rien de plus que ce qu’il dit. »
(Foucault, Les Mots et les Choses)

1Le comédien interprète un personnage, et le musicien une partition ; l’exégète interprète, lui, un texte sacré, tandis que le traducteur interprète un fragment de texte écrit dans une autre langue. Et le scientifique doit interpréter des phénomènes physiques (pour en trouver les causes) ou des évènements sociaux et humains (pour en trouver les raisons).

2Dès lors qui n’interprète pas ?

3La notion d’interprétation s’appuie en effet sur un large spectre sémantique et sur des acceptions de sens commun assez répandues. Faut-il dégager de ces multiples emplois une ligne de fond, des points de convergence ? Ou faut-il opérer des distinctions entre ces différentes pratiques qu’un seul terme recouvre ? Bref l’interprétation est-elle un modèle de « posture » transposable ou modulable dans les domaines de la connaissance comme de la création ?

4Partons de quelques constats simples : interpréter suppose que les choses n’ont pas dit tout ce qu’elles avaient à dire. Il s’agit donc de combler une lacune de sens et de rendre quelque chose (un texte ou autrui) intelligible. Mais en interprétant, dégage-t-on du sens ou attribue-t-on du sens ? Où est l’interprétation ? Dans le processus de production du sens ou dans le produit en question ? Toujours est-il que, bien loin d’être évidente et coutumière, l’interprétation constitue un effort devant une résistance, effort si ce n’est de manifestation, du moins de clarification. Dewey parlerait de « recherche » (inquiry), par oppposition à une « habitude »

  • 1  Aristote, De l’interprétation, Paris, Vrin, 1936, trad. J. Tricot.

5La question se pose alors de savoir si l’on peut se permettre de faire de notre existence un « geste » interprétatif, comme le fait Aristote (« Est interprétation tout son émis par la voix et doté de signification »1) ou comme le fait Ricoeur pour qui il suffit de « dire quelque chose de quelque chose » pour interpréter.

6L’herméneutique, qui se réduisait au départ à la science qui interprétait les textes et les symboles, a connu de nombreuses extensions et a annexé, tout en gardant le paradigme du texte, d’autres domaines, celui de l’interprétation des actions d’autrui et de ses motifs notamment. Autrement dit, pour un herméneute, interpréter, c’est se placer devant un texte et y chercher un sens préexistant. L’interprétation consiste à déchiffrer moins le texte que le sens du texte, moins le dire que le dit. Sur le modèle exégétique, le texte, réservoir de signes et de symboles, renvoie à autre chose qu’à lui-même. Si le texte n’est qu’une surface pelliculaire qu’il faut approfondir, considérons le texte comme signe d’autre chose et la lecture non plus comme glose, mais comme commentaire.

7Notons que les tenants de l’herméneutique, parmi lesquels Gadamer, ont fait de cette relation de l’exégète au texte la métonymie de la relation du sujet au monde. Comprenant à juste titre que, bien loin d’être un pur automate remonté par un ressort, le sujet humain était un être de langage dont on pouvait présumer de la rationalité de ses actes et auquel on pouvait attribuer des motifs sensés, ils en ont vite conclu que vivre revenait à interpréter. Parfois imprégnées de la notion de théâtralité, ou de la fiction du berger de l’être, les termes de l’existentialisme et de ses prolongements ont fait de l’existence le lieu d’affleurement de l’être, non plus compris comme structure stable, mais justement du fait son activité interprétative, comme avènement dans le langage. Ils ont ainsi conduit à une confusion entre compréhension et interprétation d’une part et entre interprétation et création d’autre part.

8Linguistes, philosophes analytiques, et épistémologues ont précisément distingué ces trois termes. Si j’interprète, je dois certainement déjà avoir une compréhension préalable, quoique insuffisante, de certains phénomènes ; je mets donc à interpréter pour corriger cette dernière et en vue de m’arrêter à une meilleure compréhension. L’herméneutique, de son côté, faisant de l’interprétation le « geste » intransitif même de la connaissance, ne peut que procéder de manière circulaire et infinie, incapable d’arrêter une interprétation pour la soumettre à une vérification empirique. Certes sa solidité et sa consistance demandent à être mesurées, mais au regard du fait qu’elle « fait sens » et non pas à partir de preuves ou de fondements. Est-ce pour autant rester intelligible aux yeux de la communauté, scientifique ou non, à laquelle elle se soumet ?

9Devenant une pratique sauvage parce que sans méthode, l’interprétation, promue par certains défenseurs de l’herméneutique comme un mode de connaissance abouti et autosuffisant, s’exposait en fait à ne plus pouvoir être distinguée d’autres interprétations non correctes, bref à engendrer des querelles d’interprétations, des surinterprétations, voire des mésinterprétations, si ce n’est à pratiquer, à défaut de vouloir comprendre et être compris par autrui, une empathie dangereuse qui se réduirait à projeter des contenus mentaux dans l’esprit d’autrui que celui-ci n’aurait pas nécessairement eu.

10Si nous ne pouvons bien évidemment éluder la dimension psychologique et signifiante de nos actions, il convient de faire de l’interprétation un mode de connaissance réglé, c’est-à-dire non plus une élucidation du sens qui enracinerait le sens savant dans le prolongement du sens commun, mais une élaboration du sens, qui ne considère plus le référent étudié comme signe d’autre chose. Si comprendre englobe toutes les activités cognitives, interpréter, en revanche, ne renvoie qu’à des activités régulées par des principes préalables à l’interprétation.

11Quelles sont ces règles ? A quels domaines d’investigation s’appliquent-elles ? A quelles conditions l’interprétation peut-elle être assimilée à la création ou à la compréhension ?

12Interpréter consisterait peut-être, dans cette optique distante de l’herméneutique, non plus à écrire comme le lecteur d’un texte (qu’il soit écrit ou social), mais à énoncer (sous forme propositionnelle) une compréhension acquise des mondes et des textes. Dans ce cas interprétation, compréhension, et création seraient indissociables non plus du fait d’un amalgame fait entre sujet ontologique, sujet créateur, et sujet connaissant, mais en vertu de règles et de principes préalables à la construction du sens.

  • 2  Gianni Vattimo, Ethique de l’interprétation, Paris, La Découverte, 1991, pages 7 et 30.

13Dans un souci d’embrasser toute la pluralité sémantique du mot, ce numéro prend le parti de ne pas considérer l’herméneutique comme un acquis commun, ni comme « la koinè de la philosophie actuelle »2.

14L’interprétation n’est pas nécessairement une allusion à l’herméneutique.

Haut de page

Notes

1  Aristote, De l’interprétation, Paris, Vrin, 1936, trad. J. Tricot.

2  Gianni Vattimo, Ethique de l’interprétation, Paris, La Découverte, 1991, pages 7 et 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 28 janvier 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/3793

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page