Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

Insularités théoriques. De la circulation conceptuelle à la communication langagière entre chercheurs

Arnaud Fossier et Édouard Gardella
p. 105-113

Texte intégral

1J-.C. Passeron donne, dans « Les mots de la sociologie », le chapitre ii du Raisonnement sociologique, une description du langage sociologique à la fois « chaotique » et cohérent. Nous lirons cette description comme idéal-typique.

2Passeron distingue deux types de concepts : polymorphes et sténographiques.

  • 1  J-.C. Passeron, Le raisonnement sociologique, Nathan, Paris, 1991, p.37.

Peu de termes sociologiques échappent à ce dilemme d’être ou trop théoriques (c’est-à-dire trop peu univoques à force d’avoir servi à poser des questions à la fois insubstituables et parentes, sans qu’aucune ait réussi à rendre les autres caduques) ou trop peu théoriques (c’est-à-dire trop particuliers pour disposer d’un pouvoir utilisable de généralisation ou d’analogie une fois abstraits du matériel limité dont ils se bornent à sténographier les relations).1

  • 2  Jean-Pierre Olivier de Sardan, « L’espace weberien du Raisonnement sociologique », in Genèses, n° (...)

3Les premiers sont des termes génériques applicables lors du traitement de données empiriques différentes. Les concepts polymorphes sont indexés à un objet singulier (« insubstituables ») en même temps qu’ils font partie d’un « questionnaire » (P. Veyne) qui « s’allonge » au fil des études empiriques. Les seconds seraient indexés à un contexte spatio-temporel, outils de désignation de coordonnées spatio-temporelles « incommensurables »2, ce que Passeron nomme également des « référents ». La sociologie se fait alors « idiographique » (P. Veyne) puisqu’elle désigne des événements individuels. Cette désignation sténographique recèle néanmoins des possibilités d’abstraction, car les sciences sociales ne se confrontent jamais au singulier comme tel, mais bien, comme le dirait Veyne, au « spécifique » :

  • 3  P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Seuil, Paris, 1971, p.81. Dans le même article, J-.P. Olivi (...)

L’histoire s’intéresse à des événements individualisés dont aucun ne fait pour elle double emploi, mais ce n’est pas leur individualité elle-même qui l’intéresse : elle cherche à les comprendre, c’est-à-dire à retrouver en eux une sorte de généralité ou plus précisément de spécificité […] On est passé de la singularité individuelle à la spécificité, c’est-à-dire à l’individu comme intelligible (c’est pourquoi « spécifique » veut dire à la fois « général » et « particulier »).3

4Le particulier ne prend sens qu’en regard d’un général qui lui préexiste de deux manières : à la fois parce que l’individuel recèle du collectif, mais aussi parce que les concepts sténographiques ne sont que l’écart creusé avec d’autres concepts antérieurs. Cette distinction entre concepts sténographiques et concepts polymorphes est donc idéal-typique. Ils bornent le terrain sociologique, dans la mesure où ils constituent des antipodes théoriques inapplicables comme tels. Les concepts sociologiques ne pourraient être plus empiriques que les concepts sténographiques, tout comme ils ne pourraient être plus théoriques que les concepts polymorphes. Ils sont par conséquent intrinsèquement hybrides. Les concepts polymorphes sont indexés à un contexte spatio-temporel ; les concepts sténographiques recèlent un pouvoir de généralisation, ils ne sont pas voués à l’insularité théorique. Les concepts sociologiques, tant polymorphes que sténographiques, ont le statut logique de « semi-noms propres » ou « désignateurs semi-rigides » (p.60), à la fois référentiels et abstraits.

  • 4  J.-P. Olivier de Sardan, op. cit., p.152.

Ils incorporent de la description individualisante (à l’image du nom propre) et de la classification généralisante (à l’image du nom commun).4

5L’hybridité des mots de la sociologie est précisément ce qui donne aux concepts sténographiques et polymorphes leur statut d’idéal-types dans le raisonnement passeronien. Nous voudrions détailler les processus d’hybridation conceptuelle.

I

6Les procédures de réexploitation des concepts polymorphes s’avèrent valides lorsque ces concepts se trouvent enrichis par le glissement de sens dont ils font l’objet. Ce glissement de sens découle directement d’une nouvelle indexation, d’un nouvel objet et du chronotope qui lui est attaché. Mais Passeron n’est pas sans penser qu’une déperdition de sens peut être engendrée lors de l’importation aveugle et irréfléchie d’un concept dans un cadre théorique autre.

C’est (…) un test positif de la pertinence méthodologique d’une procédure formalisée que d’enregistrer pareille déperdition de sens lors du passage des énoncés empiriquement indexés à l’énoncé formalisé de leur logique d’énonciation. (p.41)

7Les concepts polymorphes, pour être réutilisables et réutilisés, doivent donc être historicisés. Le chercheur doit connaître les logiques énonciatives dans lesquelles s’inscrivait le concept. Sont également prises en compte ses acceptions successives, son parcours sténographique en quelque sorte, sa dynamique, sa circulation.

  • 5  F. Héran, « La seconde nature de l’habitus », in Revue française de sociologie, xxviii, 1987, p.38 (...)

8Une illustration de la réutilisation d’un concept polymorphe et polysémique : celle de la notion bourdieusienne de l’habitus. F. Héran5 propose une lecture dynamique du concept et de la manière dont Bourdieu a relevé les occurrences et les acceptions du terme pour finalement le faire sien, dans le cadre de son ethnologie kabyle, puis dans ses ouvrages ultérieurs. L’usage savant s’impose à la langue ordinaire (différenciation entre habitus et habit), en vertu de la rupture épistémologique par rapport au sens commun, en même temps qu’il en tient compte. Il se construit également en regard des acceptions antique de schème (manière d’être), aristotélicienne d’hexis (savoir acquis que le sujet porte sur soi, à même soi), thomiste de l’habitus (médiateur entre l’acte et la puissance), husserlienne de schème (médiateur entre la somme des expériences passées et les principes de perception et de comportement à venir), merleau-pontienne d’habitude (schéma corporel), et schützienne de réflexivité (entre stratégies et routines). Héran adopte une posture passeronienne en effectuant ce travail d’historicisation et de sténographisation du concept d’habitus.

  • 6  J-.P. Olivier de Sardan, op. cit., p.151 : « …toute conceptualisation, aussi théorique soit-elle, (...)

9Tout concept polymorphe doit être sténographié au double sens du terme : indexé à des analyses historiques présentes, mais aussi retracé dans son parcours. Pris comme insularité théorique dans un premier temps (du fait de son parcours retracé et de son indexation), le concept polymorphe se trouve préservé de la déliquescence. Car le chercheur garantit sa circulation future en explicitant les présupposés théoriques et empiriques que le concept contient. Il évite ainsi de le déconnecter de sa logique énonciative (donc de son cadre théorique) et de ses coordonnées spatio-temporelles (cadre empirique)6. C’est ainsi que les concepts polymorphes peuvent garder toute leur valeur opératoire et ne pas connaître de déperdition de leur pouvoir d’intelligibilité. En fin de compte, les écarts sémantiques se dessinent en regard des acceptions antécédentes. Sans ces écarts sciemment opérés, le pouvoir d’intelligibilité se perdrait et la réutilisation du concept serait stérile.

  • 7  « La notion d’institution totalitaire est apparue à plusieurs reprises dans la littérature sociolo (...)

10Réindexer un concept polymorphe se marque symptomatiquement dans les notes de bas de page, lieu par excellence de l’explicitation des présupposés théoriques. E. Goffman procède de cette manière pour définir les « institutions totalitaires », note 2, p.467. La démarche inductive l’amène à une définition idéal-typique permettant ensuite des développements comparatifs entre les différents types d’institutions aux traits structuraux communs. Il met en regard sa propre monographie de l’Hôpital psychiatrique de Sainte Elizabeth de Washington de 1955-1956 avec d’autres études empiriques sur les institutions comme les hôpitaux psychiatriques, les prisons, les camps de concentration, les couvents et les navires militaires. Une sténographie double du concept polymorphe s’impose. La reconstruction des « parentés » de sens (= généalogie) se trouve au fondement des glissements sémantiques. Un concept polymorphe nomme, désigne et contextualise un objet. En même temps d’ailleurs qu’il est contextualisé, au cœur du langage sociologique, par son objet. Or le concept sténographique lui n’a pas de parcours ; il en est donc réduit à désigner étroitement les coordonnées spatio-temporelles de l’objet qu’il construit et à être lui-même esclave de cet objet. Est-il pourtant condamné à ne rester qu’une « insularité théorique » ? Il semble que Passeron ne réduise pas les concepts sténographiques à des « insularités théoriques ».

11Lorsque le chercheur ne peut convoquer l’une des acceptions d’un concept, il se voit contraint d’inventer un concept, dit sténographique, qui à son tour est susceptible de circuler, puisqu’il se trouve non seulement indexé à un objet mais aussi lié à d’autres concepts, ne serait-ce que parce qu’il doit sa naissance à un vide conceptuel ; il est donc lui aussi le fruit d’un écart. Mais gardons-nous, avec Passeron, d’accorder un même statut sémantique à ces concepts sténographiques.

12Certains comme « carrière » sont extraits du sens commun. E. Hugues, dans les années cinquante, réinjecte la notion de « carrière », indexée auparavant à la sociologie des professions, dans d’autres terrains sociologiques. E. Goffman se la réapproprie dans Asiles dans une perspective que l’on pourrait prendre pour subjectiviste puisqu’il parle de « carrière morale du malade mental » :

  • 8  E. Goffman, Asiles, Editions de Minuit, Paris, 1968, p.179.

Cet essai est donc une tentative pour aborder l’étude du moi sous l’angle de l’institution. Il s’attachera surtout aux aspects moraux de la carrière, c’est-à-dire aux cycles de modifications qui interviennent dans la personnalité du fait de cette carrière et aux modifications du système de représentation par lesquelles l’individu prend conscience de lui-même et appréhende les autres.8

13La circulation du concept de « carrière » de Hugues à Paugam (qui ne fait d’ailleurs que reprendre les acceptions données par Hugues et Goffman), en passant par Becker, garantit la communication entre chercheurs, participe de l’élaboration d’un langage commun dans lequel chaque terme connaît des acceptions différentes et se trouve par définition polysémique et polymorphe. Celle de Hugues :

  • 9  E.C. Hugues, « Institutionnal Office and the Person », in American Journal of Sociology, xliii, No (...)

Dans sa dimension objective, une carrière se compose d’une série de statuts et d’emplois clairement définis, de suites typiques de positions, de réalisations, de responsabilités et même d’aventures. Dans sa dimension subjective, une carrière est faite de changements dans la perspective selon laquelle la personne perçoit son existence comme une totalité et interprète la signification de ses diverses caractéristiques et actions, ainsi que tout ce qui lui arrive.9

14Celle de Becker :

  • 10  H.S. Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, 1ère éd. en anglais 1963, éd. A.M Mét (...)

Cette notion désigne les facteurs dont dépend la mobilité d’une position à une autre, c’est-à-dire aussi bien les faits objectifs relevant de la structure sociale que les changements dans les perspectives, les motivations et les désirs de l’individu.10

  • 11  E. Goffman, ibid., p.179, écrit : « L’intérêt du concept de carrière réside dans son ambiguïté. D’ (...)

15Ces acceptions, ces glissements de sens, cette ambiguïté intrinsèques à chaque concept ne font pas de Passeron un « pessimiste » (G. Noiriel). Tout au contraire, le sens flottant d’un terme permet à la communauté de communiquer et de ne jamais tomber dans l’univocité interprétative, et d’éviter de réduire le concept à un seul et unique contexte11.

  • 12  Jorge A. Bustamante, “ ‘The ‘Wetback’ as Deviant : An Application of Labelling Theory”, in America (...)

16D’autres concepts sténographiques découlent d’appellations institutionnelles, ce que montre L. Boltanski dans la généalogie qu’il dresse de la catégorie des « cadres ». Enfin, certains concepts sténographiques peuvent être voués à un devenir polymorphique, soumis à un procès d’hybridation. Auquel cas, ils circulent, se transmettent, constituent de véritables passerelles entre les différents objets et terrains de recherche. La plupart des concepts de la sociologie interactionniste sont à l’origine sténographiques, pour ensuite connaître une transformation polymorphique. « Entrepreneurs de morale » illustre tout à fait ce genre de transformation que peut subir un concept malgré lui, par la volonté des chercheurs d’établir un langage commun. H. Becker, dans Outsiders, regroupe sous ce terme l’ensemble des personnes qui, au nom de valeurs morales qu’ils considèrent comme universalisables, créent de nouvelles lois « pour le bien de tous ». Neuf ans après, l’étude de Jorge A. Bustamante concerne les passagers clandestins mexicains qui traversent à la nage le Rio Grande, surnommés de ce fait « wetback » (le terme connaît une extension pour finalement caractériser « tout Mexicain entrant illégalement » aux Etats-Unis). Après avoir décrit l’émergence du problème et les conséquences socio-économiques découlant de l’étiquetage « wetback »12, Bustamante reprend explicitement le concept d’« entrepreneurs de morale » pour analyser le rôle des personnes impliquées dans la mise en place des lois d’immigration de 1921 et 1924. A la fin de son article, il dégage ce qu’il nomme le « pôle opposé à l’entrepreneur de morale » qui serait l’ « antilaw entrepreneur ». Celui-ci aurait  des intérêts économiques plutôt que moraux dans la mise en application des lois. Bustamante fait donc du concept sténographique beckerien un concept polymorphe (« entrepreneurs de morale ») ; mais confronté à un vide conceptuel, il forge à son tour un nouveau concept sténographique (« antilaw entrepreneur »).

  • 13  J-.C. Passeron, « Homo sociologicus », in Le Débat, mars-avril 1994, n°79, p.132.

17Accentuer l’isolation conceptuelle des emplois de termes reviendrait à laisser échapper la fécondité des parentés sémantiques et conceptuelles. Ces parentés sont des inducteurs d’hypothèses, des reconstructeurs de l’observation, et des générateurs de méthodes. La proximité conceptuelle d’une série de sens descriptifs procure en effet au chercheur un espace d’interprétation propice à la construction de nouveaux concepts. La circulation des concepts sténographiques s’avère donc nécessaire, dans la mesure où elle équivaut à une communication possible entre les chercheurs, elle est gage de décloisonnement. La communauté scientifique n’est donc ni champ, ni île, ni archipel. Les chercheurs n’ont donc pas intérêt à se montrer jusqu’au-boutistes dans leur nominalisme, s’ils veulent préserver un langage commun entre eux. Ce langage garantit la scientificité de leur travail et maintient la rupture épistémologique par rapport au sens commun. Dans un article paru dans Le Débat, Passeron tente de tracer la « frontière qui sépare, au niveau de la méthode, ce qu’est l’intelligibilité de sens commun de ce qu’est l’intelligibilité comparative dans les sciences historiques »13 Le pouvoir cognitif sociologique est un pouvoir de resémantisation, et par voie de conséquence de théorisation. Ceci nous amène à développer un dernier argument, point d’orgue de la démonstration passeronienne : la désinsularisation via la méthode idéal-typique et comparative.

18Qu’ils soient polymorphes ou sténographiques, les concepts sociologiques sont, dans une optique « neo-weberienne », idéal-typiques. Mais, nous l’avons vu, des passerelles, par les processus d’hybridation, sont établies entre ce qui pourrait, de prime abord, être considéré comme des insularités théoriques.

  • 14  J-.C Passeron, « Homo sociologicus », ibid.

Il ne s’organise d’argumentation, de preuve, dans nos disciplines, que dans l’ ‘espace logique’ défini par une forme spécifique de comparaison qui essaie de raisonner au mieux sur la ‘parenté’ des contextes. La comparaison sociologique est une opération typologique où les contextes dans lesquels sont prélevés les éléments comparés sont des contextes apparentés (mais non substituables) et les concepts guidant la comparaison des concepts analogiques (et non génériques).14

19Le langage naturel fonctionnant sur le mode analogique, les passerelles (ou « parentés ») sémantiques débouchent sur des analyses comparatives et idéal-typiques, emblématiques de la circulation conceptuelle et de la communication langagière entre chercheurs. Le concept sociologique peut donc être pensé comme « un carrefour de séries opératoires où le chercheur se place pour interroger les analyses historiques » (p.39). Tout chercheur dispose d’un ensemble virtuel, jamais utilisable intégralement ni systématiquement, de principes de connaissances et d’acquis d’intelligibilité, en même temps qu’il y est confronté.

Haut de page

Bibliographie

Becker Howard S., Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, 1ère éd. en anglais 1963, éd. A.M Métailié, Paris, 1985.

Bustamante Jorge A., “ The ‘Wetback’ as Deviant : An Application of Labelling Theory”, in American Journal of Sociology, vol.77, n°4, janv. 1972.

Goffman Erving, Asiles, Editions de Minuit, Paris, 1968.

Héran François, « La seconde nature de l’habitus », in Revue française de sociologie, xxviii, 1987.

Hugues Everett C., « Institutionnal Office and the Person », in American Journal of Sociology, xliii, November 1937.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, « L’espace weberien du Raisonnement sociologique », in Genèses, n°10, janvier 1993, p.146-160.

Passeron Jean-Claude, Le Raisonnement sociologique, Nathan, Paris, 1991.

Passeron Jean-Claude, « Homo sociologicus », in Le Débat, mars-avril 1994, n°79.

Veyne Paul, Comment on écrit l’histoire, Seuil, Paris, 1971.

Haut de page

Notes

1  J-.C. Passeron, Le raisonnement sociologique, Nathan, Paris, 1991, p.37.

2  Jean-Pierre Olivier de Sardan, « L’espace weberien du Raisonnement sociologique », in Genèses, n° 10, janvier 1993, p.147.

3  P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Seuil, Paris, 1971, p.81. Dans le même article, J-.P. Olivier de Sardan écrit : « Les sciences sociales n’ont pas les mêmes ‘lois’ que les sciences physiques parce que le statut du particulier y est différent, et que la généralité y garde toujours la trace du spécifique. », p.149. Le « régime de scientificité » que Passeron décrit se construit en porte-à-faux des sciences dites nomologiques, dont le langage est d’abord formel. Celui des sciences sociales est d’abord naturel. Si la frontière est mouvante entre sciences nomologiques et sciences sociales, l’espace propre à ces dernières peut néanmoins être exploré : l’hybridité des concepts en est une caractéristique fondamentale.

4  J.-P. Olivier de Sardan, op. cit., p.152.

5  F. Héran, « La seconde nature de l’habitus », in Revue française de sociologie, xxviii, 1987, p.385-416.

6  J-.P. Olivier de Sardan, op. cit., p.151 : « …toute conceptualisation, aussi théorique soit-elle, garde toujours quelque trace d’une expérience empirique, et l’on ne se débarrasse jamais complètement de situations, c’est-à-dire de coordonnées spatio-temporelles. Les concepts en sciences sociales ne peuvent être purement abstraits ou formels, désindexés de tout contexte (…) Aussi polymorphes que puissent être certains concepts, ils incorporent toujours, pourrait-on dire, de la référence. »

7  « La notion d’institution totalitaire est apparue à plusieurs reprises dans la littérature sociologique sous des appellations différentes, et certaines des caractéristiques de la catégorie ont déjà été mises en évidence, notamment par Howard Rowland, dans un article remarquable, mais peu connu : ‘Segregated Communities and Mental Health’, in Mental health publications of the american association for the advancement of science, n°9, éd. par F.R. Moulton, 1939 […] Le terme de Total a été également employé dans la présente acception par Amitai Etzioni, ‘The Organizational Structure of ‘Closed’ Educational Institutions in Israel’, in Harvard Educational Review, xxvii, 1957, p.115. »

8  E. Goffman, Asiles, Editions de Minuit, Paris, 1968, p.179.

9  E.C. Hugues, « Institutionnal Office and the Person », in American Journal of Sociology, xliii, Novembre 1937, p.408-410.

10  H.S. Becker, Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, 1ère éd. en anglais 1963, éd. A.M Métailié, Paris, 1985, p.47.

11  E. Goffman, ibid., p.179, écrit : « L’intérêt du concept de carrière réside dans son ambiguïté. D’un côté, il s’applique à des significations intimes que chacun entretient précieusement et secrètement, image de soi et sentiment de sa propre identité ; de l’autre, il se réfère à la situation officielle de l’individu, à ses relations de droit, à son genre de vie et entre ainsi dans le cadre des relations sociales. Le concept de carrière autorise donc un mouvement de va-et-vient du privé au public, du moi à son environnement social, qui dispense de recourir abusivement aux déclarations de l’individu sur lui-même ou sur l’idée qu’il se fait de son personnage. Goffman conjugue subjectivisme et objectivisme. L’hybridité des concepts sociologiques, qui habite le raisonnement passeronien, permet aussi de repenser le problème du lien entre microsociologie et macrosociologie non plus en termes concurrentiels mais conceptuels. Car le glissement qui s’opère du concept sténographique, propre à de nombreuses études dites microsociologiques, au concept polymorphe, qui, lui, caractériserait une sociologie macrostructurelle, témoigne d’un dépassement de l’alternative entre micro et macro. Reste à savoir si cette alternative est stérile. Passeron donne des armes pour défendre deux options : une alternative source de clivages dans le champ des sciences sociales qui doit s’estomper au profit d’une communication langagière fondée sur une circulation conceptuelle / des clivages féconds au contraire dans la mesure où ils alimentent la création ininterrompue d’un langage commun intrinsèquement hétérogène. Passeron, lui, ne cherche pas à réduire les frontières conceptuelles existantes. Son problème reste bien de fonder un « régime de scientificité » propre aux sciences sociales.

12  Jorge A. Bustamante, “ ‘The ‘Wetback’ as Deviant : An Application of Labelling Theory”, in American Journal of Sociology, vol.77, n°4, janv. 1972, p.706-718.

13  J-.C. Passeron, « Homo sociologicus », in Le Débat, mars-avril 1994, n°79, p.132.

14  J-.C Passeron, « Homo sociologicus », ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier et Édouard Gardella, « Insularités théoriques. De la circulation conceptuelle à la communication langagière entre chercheurs », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 28 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/3583 ; DOI : 10.4000/traces.3583

Haut de page

Auteurs

Arnaud Fossier

Articles du même auteur

Édouard Gardella

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page