Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Édouard Gardella et Éric Monnet
p. 9-15

Texte intégral

L’engagement est nécessairement politique.
L’engagement est nécessairement collectif.
L’engagement est nécessairement intéressé.
L’engagement mobilise la figure de l’intellectuel.

1Voici exposés, pêle-mêle, certains des lieux communs qui seront interrogés tout au long de ce numéro, dont l’ambition est précisément, à partir de travaux d’histoire, d’anthropologie, de sociologie, d’esthétique et de lettres, de remettre en question les représentations les plus tenacement accrochées à l’idée d’engagement.

2Depuis l’Affaire Dreyfus, ce serait l’intellectuel qui s’engagerait dans l’espace public au nom de la défense de valeurs universelles, tant par des déclarations publiques que par des œuvres à thèse. Depuis les grandes protestations et manifestations de l’entre-deux-guerres et des Trente Glorieuses, l’engagement serait devenu synonyme d’action collective visible dans la rue, remplissant une fonction d’interpellation du pouvoir en place. Sur un plan théorique, les sciences sociales auraient problématisé la mobilisation à partir de la notion d’intérêt : personne ne s’engagerait pour une cause à laquelle elle n’aurait, de près ou de loin, aucun intérêt, clair et distinct, à participer. La décision d’engagement se réduirait dès lors à un arbitrage entre coûts et avantages, et l’intérêt à une stricte vision utilitariste.

3Pour tenter de nuancer l’univocité de ces clichés, partons d’une distinction classique, toujours utile pour clarifier les idées. La langue anglaise nous fournit les moyens d’une saisie plus précise des deux sens de l’engagement : involvement peut être compris soit comme commitment, c’est-à-dire parole donnée, engagement comme mise en gage de soi par l’acteur social, soit comme attachment, c’est-à-dire « engagement corps et âmes », correspondant à des pratiques dont les motifs réels se situent à un niveau pré-réflexif. Cette double définition révèle l’ambiguïté inhérente à cette notion, et ouvre un champ de questions très large : la conception de la liberté, de la responsabilité, le rapport entre la philosophie et les sciences sociales, le rapport de l’individu à son environnement et le sens qu’il y donne, la rationalité et les affects, l’élargissement de la notion d’intérêt par rapport à sa seule dimension utilitariste.

4Les contributions de ce numéro abordent ces problèmes chacun à sa manière, mais nous avons essayé de tracer des ponts entre elles pour montrer dans quelle mesure les clichés du sens commun sont brouillés tant par l’analyse théorique que par l’enquête empirique. L’engagement dans l’espace public ne peut pas se réduire à une condition unique en amont qui serait un intérêt clair et distinct, il doit aussi se comprendre dans ses effets et ses revendications identitaires pour ceux qui se mobilisent. Cette dimension politique n’est cependant qu’un pan de cette notion d’engagement, dont les tentatives de définition formelle ont pris en compte son aspect individuel, quotidien et non réflexif, loin des grandes scènes collectives. C’est aussi une part ombragée de l’engagement public des intellectuels que certaines contributions explorent en évitant de les réduire à des rhéteurs idéologiques.

Engagement(s) et identité(s)

5Le premier sens de l’engagement que nous venons rapidement d’énoncer recouvre une double dimension individuelle et collective. Ainsi, considérer l’engagement comme mise en gage – et donc contraction d’une dette –, ouvre à la question de la responsabilité individuelle, et aux modalités d’engagement volontaire, par exemple politique, d’un sujet libre. L’individu revendique sa liberté d’agir et de penser et cherche à l’accomplir à partir de l’intime conviction d’être à même de participer consciemment à l’histoire et de changer l’ordre des choses. La liberté est alors condition et fin d’un tel acte comme l’affirme Sartre : « L’homme est libre pour s’engager mais il n’est libre que s’il s’engage pour être libre. » Cette approche implique donc logiquement l’emploi systématique de la forme pronominale « s’engager » qui double l’état d’engagement ontologique décrit dans L’Être et le Néant : « Je n’existe que comme engagé. » Puisque l’homme est nécessairement (ontologiquement) engagé mais qu’il affirme sa liberté en reconnaissant cet état et agissant comme tel, la question du sujet – et au-delà de l’identité – est directement liée à celle de l’engagement.

6Sur un plan sociologique, il est fondamental de noter (comme le fait H. S. Becker dans le texte traduit ici) que le choix de l’engagement ne renvoie pas nécessairement à la volonté calculatrice de satisfaire un intérêt, bien qu’il soit marqué par la cohérence vis-à-vis d’autres choix ou de buts (la figure emblématique de l’engagement intéressé étant le salarié qui adhère au syndicat pour améliorer ses conditions de travail et pour augmenter son salaire). Il peut aussi s’ancrer dans une nécessité identitaire, qui va de pair, dans ce numéro, avec la volonté de dévoiler des dimensions peu visibles dans l’espace public, autrement dit de thématiser des enjeux identitaires que les pouvoirs en place peinent à reconnaître.

  • 1  A. Honneth, philosophe, est le successeur de J. Habermas à l’Institut für Sozialforschung de l’uni (...)

7Par exemple, Alice Verstraeten a mené une enquête auprès des familles de victime d’enlèvement sous la dictature argentine, et montre le lien fort qui existe pour ces femmes entre engagement public, mémoire et identité. La seule « disparition » crée une sorte de trou dans leur vie, espace vide qui n’a pas de sens tant que « l’absent » n’est pas devenu « mort », c’est-à-dire tant que le corps n’a pas été retrouvé. C’est le dévoilement de la vérité de l’enlèvement organisé par l’État qui est en jeu. L’engagement analysé ici articule à la fois identité psychique individuelle, mémoire personnelle et lutte collective dans l’espace public. H. Bentouhami articule aussi dans son analyse engagement, dévoilement et identité. Ici, ce n’est pas tant une lutte contre l’oubli, qu’une lutte pour la reconnaissance de droits et d’identités non encore inscrits dans le système normatif actuel. Mais le processus est le même que chez A. Verstraeten : l’engagement cherche à élargir les limites de l’espace public, en luttant contre l’indifférence et pour la reconnaissance d’identités porteuses de sens à la fois psychique et collectif. Elle montre alors pourquoi les théories du conflit – et en particulier « la lutte pour la reconnaissance » développée par A. Honneth1 – sont mieux à même de concevoir la désobéissance civile que le loyalisme de J. Rawls qui intègre cette dernière dans un cadre légaliste d’expression publique de la contestation (par opposition aux comportements de free riding). La théorie de la reconnaissance, parce qu’elle conçoit la désobéissance civile comme une effraction dans le système normatif et non plus seulement comme une infraction à la loi, permet de comprendre la lutte d’individus inintelligibles car exclus des normes.

8Dans l’entretien que nous a accordé Isabelle Sommier (Politiste, enseignante à l’université Paris I et directrice du Centre de Recherches Politiques de la Sorbonne), cette dernière insiste sur l’identité incertaine des membres de la nébuleuse altermondialiste, en dépit de convictions partagées et d’une proximité sociale indéniable. L’engagement des militants se cristallise lors des grandes manifestations qui donnent à ce mouvement sa véritable forme. Elle nous invite à considérer des « moments altermondialistes » au gré des mobilisations qui placent tel ou tel acteur sur le devant de la scène, plutôt qu’un mouvement unifié ou un univers éclaté.

Formes individuelles et non politiques de l’engagement

9L’engagement comme commitment peut ne pas se réduire à une parole énoncée dans l’espace public, et, comme le montre le texte de Becker traduit ici, peut à la fois concilier intérêt clair et distinct et engagement non-stratégique. Ce qui conduit à appréhender la notion d’engagement sous l’angle de l’ attachment. L’enjeu est alors de trouver une acception formelle de l’engagement, qui inclut non seulement l’engagement politique mais aussi d’autres actions (comme accepter un travail, se justifier en public, élaborer un projet…). L’engagement ne se réduit donc plus à son seul contenu collectif et politique. L’action peut ainsi être vue à partir d’une métaphore spatiale : on ne peut pas avoir un point de vue surplombant sur ce que l’on est en train de faire. Cette absence d’omniscience pratique conduit alors à une analyse de l’action en terme de formats différenciés, selon les exigences de la situation, ou, dans le cas de l’artiste, pour justement jouer avec les attentes de la situation.

10Le texte de H. S. Becker (traduit par C. Debras et A. Perdoncin), canonique mais pourtant jamais traduit en français, a pour projet de trouver une définition formelle de l’engagement comme commitment, qui n’oublierait pas la dimension non réflexive d’autres actions. Pour ce faire, Becker problématise la valeur explicative de la cohérence d’une action par le concept d’engagement. à quelle condition sémantique ce concept permet-il d’expliquer un ligne d’action cohérente ? à condition que l’engagement désigne « les mécanismes spécifiques contraignant le comportement au moyen de paris subsidiaires antérieurs » (le « pari subsidiaire » étant un élément externe aux actions qui contraint l’individu à agir, dans une situation donnée, de façon cohérente). Ce texte montre ainsi à quel point l’engagement peut se comprendre en dehors d’un simple calcul coûts/avantages : cette définition permet de prendre en compte les cas où c’est un changement dans notre situation qui nous révèle qu’on est finalement déjà engagé trop loin pour bifurquer.

11L’ouvrage de L. Thévenot L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, dont É. Gardella fait une note critique, s’appuie aussi sur une conception de l’engagement en terme de forme d’action. L’engagement se comprend à partir de la dynamique du jugement, qui permet de comprendre ce qui se passe et de s’ajuster à l’environnement. Mais les formats du jugement ne sont pas tout le temps identiques, et l’auteur distingue ainsi trois régimes d’engagement : le familier, le plan et la justification. La critique porte alors sur la possibilité d’identifier le régime en familiarité, phénomène qui mériterait peut-être une explicitation plus poussée de ses modalités d’appréhension empiriques.

12Ces catégories sont pourtant opératoires lorsqu’il s’agit d’analyser une pluralité d’expériences au sein d’une même action. N. Thély reprend ainsi les régimes d’engagement de L. Thévenot, pour montrer comment les artistes contemporains jouent sur les formats d’action et brouillent ainsi les critères classiques de la production et, par conséquent, de la réception. à partir de l’étude d’œuvres de trois artistes (Gianni Motti, Christophe Bruno et Paul Devautour), l’auteur caractérise les manières de faire des artistes contemporains comme des variations de format : d’abord hors-contexte artistique, puis recyclage dans un format traditionnellement attaché au monde de l’art. Les artistes s’engagent, et par là même, engagent leurs spectateurs dans des régimes d’action pluriels. Le problème alors posé est celui de l’immatérialisation de l’œuvre d’art, notamment par le support internet : le spectateur n’a plus de trace de l’œuvre, il a plutôt un rapport direct à elle. Le régime d’engagement de la réception devient alors incertain.

13Ces nouvelles formes d’engagement artistiques, non-nécessairement politiques, sont parties intégrantes des interrogations sur la figure traditionnelle de l’intellectuel engagé que ce numéro de Tracés perpétue à partir de plusieurs angles d’approches.

Quelles figures de l’intellectuel engagé ?

14L’éthique sartrienne de l’engagement détient ses vignettes historiques. La figure de « l’intellectuel » engagé pour une cause apparaît au moment de l’Affaire Dreyfus, notamment avec le fameux « J’accuse » de É. Zola. « L’intellectuel » se lance sur la scène publique pour défendre des valeurs humanistes, et recourt à divers supports et représentations pour faire passer son message : pamphlets, œuvres littéraires, art plastique, caricatures dans des journaux. Plusieurs articles de ce numéro nuancent cette image d’Épinal de l’intellectuel engagé.

15C. Prémat analyse la part cachée, provinciale, locale de l’engagement intellectuel au moment de l’Affaire, en retraçant l‘émergence des Universités Populaires. Si les Universités Populaires constituent bien un engagement public de la part des intellectuels, la modalité est légèrement déviée par rapport à la figure archétypale de Zola. L’intellectuel qui intervient dans une telle structure ne sort pas de son domaine de compétence pour défendre des valeurs universelles. C’est au nom de valeurs universelles (justice, équité, éducation) qu’il va reverser son savoir auprès d’un public exclu de l’université académique (ouvriers, employés), même si ces universités « hors les murs » ont été, selon l’auteur, « une tribune » par laquelle les intellectuels se sont affirmés en tant que détenteurs d’une responsabilité collective et du poids d’une parole sur la scène publique.

16A. Béja revient sur le lien entre engagement et fiction, qui peut être caricaturé si on réduit l’œuvre engagée à la seule œuvre à thèse où les procédés romanesques sont clairement mobilisés pour illustrer l’opinion de l’auteur. à partir d’une étude de la trilogie USA de l’écrivain américain J. Dos Passos, l’auteure montre comment idéologie et politique peuvent se combiner, plus que s’exclure, au sein même de la construction fictionnelle. L’engagement, loin ici de se réduire à un message univoque, se manifeste donc par la volonté de l’artiste de construire un espace de liberté d’interprétation au sens de H. Arendt : le sens du monde et des choses ne devient plus immédiatement évident. Sans être explicitement politique, une œuvre peut se dire engagée au sens de protestataire.

17Ce refus de réduire l’œuvre engagée à l’œuvre à thèse constitue aussi un point fort du travail de S. Dreyer. En mobilisant les figures de la rhétorique classique et en s’appuyant sur l’étude d’œuvres de C. Marker, J.-L. Godard, A Varda et A. Gatti, il distingue ainsi œuvre militante (qui vise à convaincre et à mobiliser le spectateur) et œuvre engagée, qui peut comporter une réflexivité ironique sur le message qu’elle délivre.

18L’engagement intellectuel ne se coule donc pas nécessairement dans le moule dessiné par é. Zola à la fin du xixe siècle et théorisé par J-P. Sartre au milieu du xxe siècle. C’est même l’engagement tout court qui sort de cette vision de sens commun. Tout un chacun peut s’engager.

  • 2  En témoigne non seulement l’ouvrage de Laurent Thévenot, dont une note critique est publiée dans c (...)

19Ce numéro explore donc quelques idées reçues sur l’engagement, et propose des pistes pour les nuancer, les déplacer, voire les récuser. De nombreux travaux en sciences humaines et sociales tâchent aujourd’hui de donner au concept d’engagement consistance et rigueur, et de mettre fin au manque de catégorisation et de définitions rigoureuses dont il souffre2 encore, et que Howard Becker relevait déjà il y a près de cinquante ans. Nous avons souhaité en donner un aperçu et contribuer, à notre manière, à leur élaboration.

20En guise d’ex cursus, nous transcrivons ici la conférence donnée à l’ENS LSH le mardi 22 novembre 2006 par le philosophe Ian Hacking (Professeur au Collège de France), que nous remercions encore pour sa disponibilité et sa gentillesse. Cette conférence a été prononcée à l’occasion de la parution du numéro 10 de Tracés, « Genres et Catégories » et interroge les catégories de l’expérimentation physique à partir d’une réflexion sur « l’ultrafroid », notion qui renvoie à l’application expérimentale de la condensation de Bose-Einstein – réalisée pour la première fois en 1995 – qui a permis d’obtenir des gaz atomiques ultrafroids, d’une température d’un nanokelvin. La maîtrise expérimentale de tels phénomènes ultrafroids ouvre un nouveau domaine d’expérimentations possibles et constitue pour le philosophe une occasion de repenser les rapports entre théorie et expérience. Partant de cette découverte et des possibilités expérimentales qui en découlent, Ian Hacking aborde ici le problème de l’articulation entre modèles expérimentaux traditionnels et approximations expérimentales qui naissent de la constitution d’un « nouveau monde » expérimental – celui de l’ultrafroid –, et entre idées théoriques et idées expérimentales.

Haut de page

Notes

1  A. Honneth, philosophe, est le successeur de J. Habermas à l’Institut für Sozialforschung de l’université Goethe à Francfort. Son ouvrage le plus connu en France s’intitule La lutte pour la reconnaissance (Le Cerf, 2000), où il expose les trois principes de reconnaissance qui contribuent à définir l’image que chacun se fait de soi : le principe de l’amour dans la sphère de l’intimité, le principe de la solidarité dans la sphère de la collectivité et le principe de l’égalité dans la sphère des relations juridiques. On pourra consulter, en guise d’introduction, le dossier « La lutte pour la reconnaissance » dans le numéro 172 (Juin 2006) de Sciences Humaines.

2  En témoigne non seulement l’ouvrage de Laurent Thévenot, dont une note critique est publiée dans ce numéro, mais aussi des travaux novateurs et très stimulants en sociologie politique, autour notamment de Olivier Fillieule. Mentionnons le remarquable ouvrage coordonné par ce dernier : Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella et Éric Monnet, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://traces.revues.org/358 ; DOI : 10.4000/traces.358

Haut de page

Auteurs

Édouard Gardella

Articles du même auteur

Éric Monnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page