Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Arnaud Fossier
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 Aristote, Catégories, trad. par I. Ildefonse et J. Lallot, Paris, Seuil, 2002, 3a10.
  • 2 E. Kant, Critique de la raison pure, trad, présentation et notes par A. Renaut, Paris, Flammarion, (...)

1La corrélation entre genres et catégories, assurément, n’est pas neuve. Elle découle même d’une longue tradition philosophique occidentale, née, canoniquement, avec Aristote. Il faut, pour dire l’essence d’une chose, en dire le genre, et pourtant si on peut bien dire le genre de quelque chose, force est de constater que le genre n’est pas dans la chose : « Homme se dit d’un sujet (tel homme donné), mais il n’est pas dans le sujet (l’homme n’est pas dans tel homme donné) »1. Si le genre n’est pas contenu par les choses, il n’est donc qu’une catégorie, ou une classe, c’est-à-dire un moyen pour la pensée, pour le langage, d’accéder au réel, un outil mental sans lequel nous ne saurions appréhender le réel. Kant hérite partiellement de cette tradition, mais rattache les catégories non plus à la métaphysique mais à la philosophie de la connaissance2. Les catégories sont les « concepts d’un objet en général », ou « concepts purs de l’entendement » (tels que « substance », « accident »…), autrement dit des a priori cognitifs, des schèmes qui permettent la connaissance objective.

2Encore aujourd’hui, tout un pan de la philosophie de la perception montre que nous percevons d’abord le genre ou l’espèce, la catégorie ou la classe, avant de comprendre les différences individuelles. Les choses sont comprises par les genres ou les catégories (celles kantiennes), et c’est l’individu qui en est l’abstraction. Plutôt que d’évacuer les genres et les catégories sous prétexte qu’ils englobent, qu’ils généralisent et gomment la singularité, il faut donc comprendre en quoi ils constituent un contexte (cognitif, langagier, scientifique, ou encore politique) rendant possibles certaines pratiques.

  • 3 D. Cefaï, in L’enquête sur les catégories : de Durkheim à Sacks, sous la dir. de L. Quéré, B. Fradi (...)
  • 4 L. Thévenot, A. Desrosières, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 1988. On (...)

3On doit en quelque sorte « attendre » le xixe siècle pour que les catégories deviennent synonymes non plus de schèmes mentaux, mais de classes, ou éléments d’une classification. La catégorie est désormais un terme inscrit dans un système classificatoire. Que nous pensions par équivalence signifie que nous « construisons » le réel par rapprochements, donc par subsomption d’un cas ou d’un objet sous une classe d’appartenance. Le singulier est ainsi toujours un exemple (ou token, dans le langage des sémioticiens) de la catégorie (ou type)3. Si la statistique apparaît bien comme l’effort étatico-scientifique de mise en équivalence taxinomique et codée des objets ou des personnes, elle n’est pas forcément représentative de tous les processus de catégorisation4. Toute catégorisation sociale engage en effet un mode de représentation spécifique, qu’il soit cognitif, scientifique ou politique. Or ces modes de représentation ne passent pas nécessairement par un effort classificatoire et taxinomique. L’intelligibilité d’un propos journalistique par exemple repose en grand partie sur la capacité à catégoriser, ou plus exactement à étiqueter, les phénomènes observés, par rapprochements, associations, ou comparaisons. Le journalisme n’a pourtant rien d’une activité classificatoire.

  • 5 J. Goody, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, traduit et présenté par A. B (...)
  • 6 P. Bourdieu, « à propos de la famille comme catégorie réalisée », in Actes de la recherche en scien (...)

4Non que la mode classificatoire soit aujourd’hui passée (elle perdure en science comme en politique), mais il faut bien reconnaître que classement et catégorisation ne sont pas synonymes. J. Goody le rappelle, à sa manière, dans La raison graphique5 : le passage de l’oral à l’écrit s’opère non pas par un processus de catégorisation, mais plutôt de classification (ou taxinomie). Tableaux, formules, listes renvoient à cette puissance de généralisation et d’abstraction propre à la classification. Les rapports entre catégorisation et classification semblent donc équivoques. P. Bourdieu les assimile volontiers, dans la mesure où il établit une homologie entre les catégories mentales (structures subjectives) et les classes observées dans la réalité (structures objectives)6. Il cherche à pointer les mécanismes de domination, qui, selon lui, passent par l’activité classificatoire et l’instauration de catégories légitimes. Dans sa note sur l’art lyrique, Pierre Jamar rappelle ainsi qu’une opération de catégorisation est inséparable d’une évaluation, c’est-à-dire d’un jugement indexé à des normes de légitimité. é. Durkheim voyait, lui aussi, la classification comme une activité de hiérarchisation, mais se situait nettement dans la filiation néo-kantienne visant à dégager les formes logiques de la connaissance.

5Entre ces deux traditions sociologiques, le pragmatisme semble bien à l’étroit. Pierre-Marie Chauvin nous offre, dans ce numéro, l’exemple d’une réintroduction des catégories « dans le cours de l’action ». Les catégories ne sont ni les formes primaires et explicatives de la connaissance, ni des classes, mais davantage des ressources discursives mobilisées, dans le cadre d’une compétition agonistique (en l’occurrence dans le monde viti-vinicole), pour justifier ou légitimer une situation. L’anthropologue norvégien F. Barth, sur les travaux duquel une note de Paul Costey revient, évoque également cette mobilisation, au cours des interactions, des catégories identitaires (ethniques en l’occurrence). Les catégories engagent donc des controverses :

C’est parce qu’il y a fréquemment désaccord (conflit ou simple divergence) sur la nature du produit [le vin], qu’il est difficile et surtout peu fécond de chercher à saisir les soubassements sociaux de la « qualité » d’une « chose », et qu’il faudrait plutôt parler de qualités socialement situées de la chose considérée, ou de qualifications, terme engageant une dimension dynamique inhérente aux controverses liées aux produits. (Pierre-Marie Chauvin)

6Quand elles ne sont ni des schèmes, ni des classes, les catégories semblent finalement accéder au statut de qualifications, dont la généalogie et l’analyse des effets s’impose.

7édouard Gardella et Arnaud Fossier se saisissent ainsi de quelques qualifications juridiques, aussi bien médiévales que contemporaines (« apostasie », « mendicité agressive » notamment), et prennent le droit jurisprudentiel « au vol » pourrait-on dire. Simple activité descriptive visant à « mettre le monde en droit », la jurisprudence passe par l’élaboration douloureuse et controversée de qualifications. Les catégories ne sont finalement que la cristallisation de ces qualifications. Ni classes, ni schèmes, elles sont uniquement l’indice d’un changement de statut du discours, qui, de descriptif, est devenu, pour un temps, « immuable », et conforte en ce sens, la pratique régulière et incontestée d’un pouvoir politique. Il faut donc réintroduire les catégories dans le cours de l’action, et redonner à ces catégories toute la dimension sociale et politique qui leur revient.

  • 7 Cf. traduction du texte de J. Butler.

8Aussi ne s’étonnera t-on pas de trouver dans ce numéro une traduction inédite d’un texte de Judith Butler. Dans une perspective « critique », « si l’on entend la critique comme une mise en question des modalités de la contrainte sociale, qui ouvrent à de nouveaux modes de vie possible »7, J. Butler fait du genre une « catégorie historique ». Elle prend l’exemple de la trans-sexualité pour mieux montrer à quel point « l’identité genrée », si elle est fortement soumise à des normes et des conventions sociales, n’en est pas moins sans cesse modifiable. Ni la masculinité, ni la féminité ne sont innés. Cette distinction a beau être récurrente (dans le langage), elle n’en est pas moins en « constante réélaboration ». Par conséquent, ces catégories identitaires apparaissent là comme des assignements de genre, des contraintes, des normes, qu’il faut critiquer en les réhistoricisant.

9Arbitraires et artificielles, les catégories génériques le sont assurément. P. Jamar fait état de la valorisation « excessive » (politique et symbolique) de l’opéra, une valorisation qui se ferait au détriment de la diversité de l’art lyrique. On retrouve là une piste majeure de la sociologie bourdieusienne : certaines catégories culturelles sont davantage légitimes que d’autres et contribuent à figer les pratiques et les publics,  autrement dit à entretenir une certaine forme de domination, la plus symbolique, la plus violente : la domination culturelle. Cette démarche nous invite en fait à relativiser les genres les plus évidents, tels que le masculin, le féminin, le normal, le pathologique, le légitime, le juste, le légal… autrement dit à dévoiler le caractère arbitraire, tout du moins historiquement daté, ou encore idéologiquement orienté, des genres ou des catégories. Une telle entreprise met d’ailleurs en évidence la nécessité toute contextuelle de ces genres et de ces catégories, plus qu’elle n’en dénonce l’abstraction. Les genres et les catégories « construisent » et « spécifient » les choses, les personnes, ou les discours.

  • 8 P. Berger, T. Luckman, La construction sociale de la réalité, trad. par P. Taminiaux, Paris, éditio (...)
  • 9 I. Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, trad. par Baudouin-Jurdant (...)
  • 10 L. Boltanski, La condition fœtale, Paris, Gallimard, 2004.
  • 11 Ibid., p. 208.
  • 12 Selon Ph. Descola, qui reprend ici B. Latour, un « collectif » est défini ontologiquement par les t (...)

10On parle beaucoup depuis une trentaine d’années de la « construction de la réalité sociale », en particulier depuis le livre de Berger et Luckman8. Cet engouement pour le constructionnisme, pour ne pas dire le « tout-constructionnisme », a fait l’objet récemment d’un petit ouvrage très mordant de Ian Hacking9. Moins ironique, la réflexion à la fois sociologique et ontologique de Luc Boltanski10. Selon ce dernier, le constructionnisme est le « procédé qu’utilisent les sociétés quand elles font face à des contradictions qu’elles ne peuvent résoudre autrement qu’en cherchant à distribuer entre des catégories différentes des êtres qui font l’objet de principes contradictoires de traitement, selon le contexte »11. Autrement dit, les catégories sont des distinctions, plus encore des conventions nécessaires, pour que les conflits cessent, pour que les disputes au sujet de la qualification des êtres n’aient pas lieu d’être. Ainsi, la distinction entre « fœtus tumoral », « fœtus authentique » et « techno-fœtus », est un exemple de la dépendance de la pensée catégorielle par rapport aux ontologies les plus fortement engagées dans les structures du monde ordinaire (distinctions humains/choses, animé/inanimé, propriétaire/possédé). Bref, la catégorie est le mot qui fait entrer un être dans un « collectif »12.

  • 13 Ph. Descola, ibid.

11Comment ne pas retrouver là l’ontologie proposée par Ph. Descola, dans son Par-delà nature et culture13, dont le lecteur pourra lire une recension dans ce numéro ? Un être, humain ou non-humain, est social quand les membres humains d’un collectif jugent que la relation que l’on entretient avec cet être concerne et engage le collectif dans son ensemble. Les sociétés animistes ou totémiques sont des collectifs hybrides, puisque les non-humains (notre « Nature » à nous) en font également partie et que le continuum, que le naturalisme occidental a brisé, est, là, préservé. L’identité d’un collectif est donc définie par la catégorisation, sans cesse renouvelée, d’êtres. L’intégration sociale d’un être dépend de sa compatibilité avec le collectif, compatibilité définie le plus souvent selon des rapports associatifs et taxinomiques. J. Butler prend acte, pour sa part, d’un clivage normatif entre « humains » et « moins qu’humains ». Selon elle, les catégories de genre (mais aussi de race) soutiennent des normes identitaires telles qu’elles rendent, à l’heure qu’il est, invivable la vie d’un(e) trans-sexuel(le). Ce « modèle de l’humain » (un modèle genré en fin de compte) constitue un véritable « lieu de pouvoir » qu’il est temps de contester. Rendre les catégories de « masculin » et de « féminin » interchangeables peut être un moyen.

  • 14 Hacking, op. cit.

12L’identité du collectif n’est heureusement pas figée une bonne fois pour toutes. Sinon, les catégories n’auraient pas grand sens, puisqu’elles n’auraient plus à être mobilisées. Cette identité est en effet négociée au cours de l’interaction, comme le rappelle F. Barth. Les catégories d’appartenance ethniques sont mobilisées comme des ressources, quand l’identité individuelle ou collective est en jeu. Les identités sont donc générées interactionnellement au moyen de catégories ethniques. Ian Hacking s’est emparé de l’articulation inévitable entre classification et évaluation14, et parle, lui, de « genres interactifs » (distincts des « genres indifférents ») pour désigner ces catégories, qui, par un processus de « feedback », modifient les évaluations de nous sur nous-mêmes, des autres sur nous, de nous sur les autres. Il montre, lui aussi, la nécessité de réintroduire les catégories « dans le cours de l’interaction ».

  • 15 H. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, trad. par J.-M. Chapoulie et J.-P. Bria (...)

13L’auto-attribution des catégories ethniques, nécessitée dans l’interaction, prouve que ni les genres ni les catégories ne peuvent prétendre à régir a priori des usages singuliers. Ce sont au contraire les usages qui génèrent les catégories. Si bien que celles-ci sont avant tout,  au quotidien disons, des étiquettes (H. Becker)15, des labels, et pourquoi pas des étendards (dans le cadre de luttes politiques). En témoignent par exemple les communautarismes, mais aussi les minorités qui se réapproprient des catégories institutionnelles pour se qualifier, et in fine modifier leur statut, mais aussi la catégorie elle-même. Ian Hacking nomme ce processus « boucle classificatoire ».

  • 16 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1973.

14Les genres et les catégories permettent donc « tout simplement » de connoter, comparer, généraliser, tout en spécifiant. Autrement dit d’identifier ou de s’identifier ! Bref, ils ont une fonction descriptive. Relisons Veyne et ce qu’il dit en particulier du statut des concepts historiques. Il définit le spécifique comme « l’individuel intelligible » : « l’histoire est description de l’individuel à travers des universaux »16. Une théorie n’est pas explicative : c’est un résumé d’intrigue, elle sert seulement à abréger la description. Car aucun des mots, en histoire, n’est une catégorie, aucun mot ne désigne une substance. Il faudrait rajouter : aucune catégorie ne désigne une substance ! Les catégories visent simplement à décrire ce qui est continu.

15La critique littéraire a pris l’habitude de remettre en cause les découpages en genres. Quelle littérature se prête plus à cette remise en cause que la littérature médiévale, particulièrement ambiguë dans les appellations qu’elle revendique, mais aussi dans le brouillage des codes stylistiques et linguistiques qu’elle opère ? Irène Fabry nous invite à la relecture d’une des Suites du roman arthurien, à la fois récit historique, chanson de geste et roman : « La Suite Vulgate recourt à des procédés narratifs qu’elle partage avec les textes historiographiques en prose dont l’écriture est elle-même fortement déterminée par la production romanesque contemporaine au début du xiiie siècle. » Là encore, les catégories génériques n’ont finalement pour fonction que de décrire des continuités.

  • 17 Je remercie Paul Costey pour ses remarques précieuses sans lesquelles cet éditorial n’aurait pu êtr (...)

16Alors même que le pragmatisme de James ou Dewey nous avait défait des inquiétudes de la relation de la vérité à la réalité, certains néo-pragmatistes américains retombent dans ce vieux travers philosophique. Dans l’entretien qu’il accorde à Tracés, Bruno Latour dénonce ce dévoiement du pragmatisme deweyen. Plutôt que d’envisager les catégories ou les genres sous l’angle de leur inscription dans le cours de l’action (et de l’interaction), les néo-pragmatistes relancent la querelle du nominalisme et du réalisme. Dans ce numéro, il ne s’agissait pas de revenir sur l’articulation réalité-vérité, mais bien de saisir les processus de catégorisation, de savoir ce qui dans un « continuum » (B. Latour) autorise et justifie le découpage, la mise en équivalence, les rapprochements, bref effleurer ce qui identifie un être. « “Catégories”, cela engage toute la question de la manière dont on est capable de parler simultanément des modes d’existence, des êtres et de leur articulation. » (B. Latour). Genres et catégories sont des vecteurs langagiers et normatifs d’identification, qu’il fallait recontextualiser pour en saisir toute la dimension éminemment contestable17.

Haut de page

Notes

1 Aristote, Catégories, trad. par I. Ildefonse et J. Lallot, Paris, Seuil, 2002, 3a10.

2 E. Kant, Critique de la raison pure, trad, présentation et notes par A. Renaut, Paris, Flammarion, 2001.

3 D. Cefaï, in L’enquête sur les catégories : de Durkheim à Sacks, sous la dir. de L. Quéré, B. Fradin, L. Widmer, Paris, éditions de l’EHESS, 1994 (coll. Raisons pratiques 5).

4 L. Thévenot, A. Desrosières, Les catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte, 1988. On renverra également à A. Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 2000, mais aussi au travail fondamental et fondateur de L. Boltasnki sur la genèse de la catégorie statistique de « cadres » dans les années 1930, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Minuit, 1982.

5 J. Goody, La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage, traduit et présenté par A. Bensa et J. Bazin, Paris, Minuit, 1978.

6 P. Bourdieu, « à propos de la famille comme catégorie réalisée », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, 1993, p. 32-36.

7 Cf. traduction du texte de J. Butler.

8 P. Berger, T. Luckman, La construction sociale de la réalité, trad. par P. Taminiaux, Paris, éditions Méridiens-Klincksieck, 1986.

9 I. Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, trad. par Baudouin-Jurdant, Paris, La Découverte, 2001.

10 L. Boltanski, La condition fœtale, Paris, Gallimard, 2004.

11 Ibid., p. 208.

12 Selon Ph. Descola, qui reprend ici B. Latour, un « collectif » est défini ontologiquement par les types d’êtres qu’ils englobent, et les relations que ces derniers entretiennent entre eux. Ph. Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

13 Ph. Descola, ibid.

14 Hacking, op. cit.

15 H. Becker, Outsiders : études de sociologie de la déviance, trad. par J.-M. Chapoulie et J.-P. Briand, Paris, Métailié, 1985.

16 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1973.

17 Je remercie Paul Costey pour ses remarques précieuses sans lesquelles cet éditorial n’aurait pu être écrit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Fossier, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 25 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/355 ; DOI : 10.4000/traces.355

Haut de page

Auteur

Arnaud Fossier

afossier@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page