Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Anthony Feneuil et Pierre Saint-Germier
p. 7-12

Texte intégral

1L’adjectif « expérimental » fait partie de ces vocables transfuges qui, ressortissant originellement au domaine scientifique, se voient étendus à toutes sortes de pratiques. Cette tendance n’est pas nouvelle, mais on peut être frappé par la prolifération du vocabulaire de l’expérimentation, qui viserait à émanciper ce concept de toute référenceà l’activité strictement scientifique. On peut supposer que l’intérêt contemporain pour l’expérimentation n’a pas grand chose à voir avec les fins de la pratique scientifique, mais se fonde plutôt sur certains traits caractéristiques des moyens que se donne le scientifique. Peut-être est-ce plus une certaine situation qui nous intéresse dans l’expérimentation.

2L’expérimentation est liée, en effet, à des contextes d’incertitude. La notion d’expérience cruciale, c’est-à-dire d’une expérience censée trancher entre un certain nombre d’hypothèses également plausibles et mutuellement inconciliables, n’a de sens que dans une situation où la connaissance se trouve face à face avec ses propres incertitudes. L’expérimentation consiste alors à aller chercher à l’extérieur de soi la source d’une décision sans cela inaccessible. Expérimenter c’est provoquer quelque chose, mais quelque chose que l’on ne saurait prévoir, ni anticiper.

3Conformément à son étymologie latine (« experiri » signifie à la fois « essayer » et « éprouver ») l’expérimentation mêle une composante d’activité à une composante de passivité : expérimenter c’est d’une certaine manière agir, c’est d’une autre manière recevoir quelque chose d’extérieur. Une composante d’activité est introduite par l’idée qu’il s’agit de provoquer quelque chose. En ce sens l’expérimentation n’est jamais totalement naïve. Revendiquer une naïveté dans l’expérimenter, c’est déjà faire un usage non naïf de l’expérimentation. Il y a peut-être des expériences naïves, mais on se saurait admettre que difficilement, en tout cas en première approximation, une expérimentation naïve. Expérimenter n’est pas seulement observer, mais organiser de façon méthodique un fait, une décision de l’extérieur. L’expérimentateur n’a donc qu’une obsession : que rien dans le processus expérimental ne permette d’en prévoir l’issue, c’est-à-dire que toutes les traces d’un comportement humain, finalisé, disparaissent de ce processus. Paradoxalement, le seul moyen de s’assurer de cet effacement de l’expérimentateur est de renforcer les contraintes des protocoles expérimentaux. Cette mise en scène de l’effacement n’aurait-elle pas pour effet pervers de faire oublier que le protocole, le laboratoire, sont eux-mêmes des contextes déterminants dans la production des faits expérimentaux ? En cherchant légitimement à s’effacer, l’expérimentateur ne court-il pas le risque de s’oublier tout à fait, de confondre expérimentation et réalité, d’étendre à tort l’expérimentation à des réalités non-expérimentables, parce qu’autonomes, ou essentiellement indexées à un milieu spécifique, à une histoire propre ?

4La composante de passivité, l’expérimentation la doit à la notion d’expérience à laquelle elle est liée, même si elle ne s’y identifie pas. L’expérience désigne en effet une rencontre entre le sujet et une réalité extérieure. Tout ce passe comme si expérimenter revenait à faire un usage productif de cette extériorité de l’expérience. Expérimenter ce serait faire sans savoir complètement ce que l’on fait. On fait, et on verra après ce que cela donne. On essaie, sans exigence de réussite, comme si l’échec de l’action était compris comme une possibilité intrinsèque de l’action. Quand j’expérimente, je fais quelque chose, je ne sais pas exactement ce que je fais, et en plus, il est tout à fait possible qu’en réalité je fasse autre chose. Dans l’acte expérimental, c’est à l’extérieur que tout se joue.

5D’un côté cette distinction entre activité et passivité semble recouper la distinction fondamentale entre le sujet et le monde extérieur. Mais d’un autre côté, en tant qu’elle se situe dans des contextes d’incertitudes, l’expérimentation nie cette distinction sujet-objet, du moins dans sa stabilité. Dans le contexte opaque de l’expérimentation, il est difficile de faire le partage entre l’intention subjective et une causalité extérieure. Comment penser, dans ces conditions, la stabilité d’un sujet qui expérimente (et la vie n’est rien d’autre que l’expérience) alors que par principe l’expérience est le domaine de l’ouverture la plus radicale ? Quand je dis « j’expérimente », je dis en même temps que je fais quelque chose, et que je ne sais complètement ce que c’est. Peut-on employer un verbe transitif d’action sans complément d’objet ? Quel authentique sujet saurait régir un acte dont l’objet intentionnel resterait indéterminé ou variable ? C’est peut-être de cette situation paradoxale que découle l’intérêt esthétique contemporain pour l’expérimentation, pour le variable dans l’expérimentation, dans un contexte de crise du sujet.

  • 1 E. H. Gombrich, Ernst Hans, Histoire de l’art, trad. de l’anglais par J. Combe et C. Lauriol, Paris (...)
  • 2 Ibid., p. 561

6Les usages esthétiques de l’expérimentation se situent en effet dans une conception moderniste de l’art, comme transgression. Dans son Histoire de l’art1, Gombrich propose de qualifier l’art de la première moitié du xxe siècle comme un « art d’expérimentation », qu’il associe à la prise de conscience de l’antinomie irrésolue contenue dans le concept classique de mimesis :« Pourquoi le peintre doit-il expérimenter, pourquoi ne peut-il se contenter de peindre la nature au mieux de ses capacités ? Il semble que la réponse soit celle-ci : l’art a perdu ses assises les plus fermes quand les artistes ont compris la contradiction interne qu’il y a à leur demander de reproduire la nature »2. La notion d’art expérimental est peut-être encore plus corrosive que cela. Il est possible qu’elle remette en cause un ensemble de schèmes de production, de réception, de théorie et de critique de l’art, héritées de notre modernité. L’expérimentation remettrait ainsi en cause des instances comme celles de l’auteur ou de l’œuvre, à tel point qu’il devient de plus en plus difficile de distinguer le temps de la création de celui de la recherche. L’expérimentation peut alors entretenir certains rapports ambigus avec l’exercice, pour autant que celui-ci est orienté non pas vers la répétition, mais vers la recherche. Certaines formes, telles que l’étude en musique, ou l’essai littéraire pressentaient déjà cette tendance à l’expérimentation radicale qui s’épanouit pleinement dans la période contemporaine.

  • 3 N. Brenez et C. Lebrat, Jeune dure et pure, une histoire du Cinéma d’avant-garde et expérimental en (...)

7Il n’est cependant pas impossible qu’une contradiction analogue se trouve dans le domaine du cinéma expérimental. Si « le film expérimental considère le cinéma à partir, non pas de ses usages, mais de ses puissances » et s’il « s’attache aussi bien à les rappeler, les déployer, les renouveler, qu’à les contredire, les barrer ou les limiter »3, une tension s’instaure entre l’usage de l’expérimentation dans le domaine « cinéma » et la déconstruction des usages cinématographiques, qui définissent ce même domaine « cinéma ». Le problème réside alors en ce que la critique de l’usage inhérent à l’expérimentation achoppe sur le retour d’un usage de second degré, celui de l’expérimentation. La critique du genre redeviendrait à sa manière une forme de genre, qui aurait ses us et coutumes, ses habitudes. L’expérimentation, tout comme le concept de modernité qu’elle radicalise, serait le lieu d’une sorte d’illusion. Chercher à tout prix l’ouverture propre à l’expérimentation ne ferait-il pas prendre le risque d’un nouveau type de fermeture, d’un retour de la stabilité dont la destruction pouvait paraître si féconde ? La généralisation de l’expérimentation n’a t-elle pas pour conséquence paradoxale d’instaurer un nouveau modèle d’usage, alors que son sens résidait au départ dans la transgression des usages dominants ?

8En mettant en évidence une tension problématique entre les notions d’expérimentation et de domination, les problèmes posés par l’art expérimental permettent de jeter un nouveau regard sur l’expérimentation scientifique. En revenant au plus près des usages scientifiques de l’expérimentation, il apparaît que l’expérimentation, au moins dans les discours et les représentations philosophiques, est essentiellement subordonnée à la construction de théories. Le consensus dominant en épistémologie autour de l’idée que les faits expérimentaux seraient toujours déjà chargés de théorie (Duhem), que les dispositifs d’expérimentation seraient des théories matérialisées (Bachelard), est une expression paradigmatique de cette subordination. Mais peut-être ne s’agit-il là que d’une illusion d’optique, liée à un point de vue particulier, celui d’une épistémologie de la preuve.

9Le « programme fort de la sociologie des sciences » pourrait bien, au contraire, remettre en cause cet ordre des choses : pour expliquer l’acceptation d’une proposition ou d’une pratique on ne saurait se satisfaire d’énoncés du type « la proposition est vraie et corroborée par un faisceau de faits expérimentaux, c’est pourquoi on la croit » ou encore « la pratique fonctionne et parvient à ses fins, c’est pourquoi on l’adopte ». La réintroduction d’un dispositif de contextes sociohistoriques, la réévaluation des propositions et des pratiques scientifiques à la lumière de leurs usages, pourraient permettre de dévoiler un nouveau rôle de l’expérimentation dans les pratiques scientifiques. Les théories ne seraient-elles pas toujours déjà chargées de dispositifs techniques d’expérimentation ? L’expérimentation ne pourrait-elle pas alors passer d’un usage dominé à un usage dominant ?

  • 4 Cf. I. Lakatos, Preuves et réfutations : essai sur la logique de la découverte mathématique, trad. (...)
  • 5 Dans La logique de la découverte scientifique, Popper envisage les théories scientifiques comme des (...)

10Dans la même perspective de majoration du rôle de l’expérimentation dans le domaine scientifique, on pourrait essayer de voir comment certains usages spécifiques aux sciences formelles que sont la logique et les mathématiques permettraient de les définir comme des sciences expérimentales. Pour Lakatos4, la logique de la découverte scientifique est une logique de conjectures et de réfutations. Cette façon d’appliquer dans le domaine des sciences formelles des concepts forgés par Popper5 dans le but de dégager un critère de scientificité pour les sciences empiriques suggère qu’en un sens, la logique de la découverte mathématique serait une logique expérimentale. Des programmes de recherches contemporains, en mathématiques dites « expérimentales » se fondent sur la possibilité, liée au développement de l’informatique, de mettre en œuvre des procédures inductives de vérification, un peu comme en physique. Il ne s’agit plus de confirmer ou d’infirmer une conjecture par la démonstration, mais au contraire d’utiliser la puissance calculatoire de l’ordination pour produire une multiplicité de faits mathématiques particuliers, en vue de trouver l’exception qui falsifiera la conjecture. La question reste cependant ouverte de déterminer en quel sens on peut dire que ces sciences formelles et pures seraient aussi expérimentales. S’agit-il d’une métaphore, d’une analogie, ou d’une caractérisation intrinsèque ? Même si cette question reste ouverte, il existe des usages expérimentaux de ces théories formelles, notamment sous la forme de simulations informatiques de phénomènes physiques, cognitifs ou biologiques. La simulation correspond en effet à une expérimentation non pas sur la nature, mais sur des modélisations formalisées de la nature. Il est alors possible de tester la validité d’une théorie en travaillant uniquement sur les variations que sont susceptibles de fournir les formalismes. Il s’agit alors de cerner des cas limites, ou d’effectuer des manipulations sur des paramètres inaccessibles à l’expérimentation matérielle. L’usage de la simulation algorithmique, par exemple en intelligence artificielle ou dans l’étude des systèmes complexes et chaotiques, vient redoubler et, dans certains cas, supplanter l’expérimentation naturelle, au sens classique d’interrogation de la nature, de provocation d’un phénomène, d’acquisition d’une information provenant de l’extérieur.

11Or, de nombreux résultats de la logique mathématique semblent remettre en cause un certain platonisme mathématique, selon lequel la vérité mathématique est entièrement a priori, en montrant qu’il existe dans les systèmes axiomatiques un critère pragmatique de la vérité mathématique : pour Gödel, un axiome est vrai s’il est « fructueux » (fruitful), s’il permet de démontrer des théorèmes qui sans lui resteraient indémontrables. D’un point de vue plus général, une considération des pratiques scientifiques fondées sur les usages, plus que sur l’analyse logique des théories, peut contribuer à remettre en question la démarcation traditionnelle entre sciences formelles et sciences empiriques. Expérimenter n’est plus poser une question à la nature mais agir : voir si un axiome, une loi physique… sont utiles, à des fins déterminées.

12Il apparaît ainsi que le pragmatisme est peut être la philosophie la mieux placée pour fournir une pensée de l’expérimentation, sinon généralisée, du moins émancipée de la tutelle des théories et des catégories immuables de la pensée. Charles Sanders Peirce énonce le principe fondamental du pragmatisme dans un article de 1879 intitulé «Comment rendre nos idées claires» rédigé en français pour la Revue philosophique :

  • 6 C. S. Peirce, «Comment rendre nos idées claires» in Textes anticartésiens, présentation et traducti (...)

Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet.6

  • 7 Ibid., p.  296.

13L’identité et la distinction des idées ne se détermine pas dans une intuition interne, mais ne cesse d’être mise à l’épreuve par la pratique. «Il n’y pas de nuance de signification assez fine pour ne pouvoir produire une différence dans la pratique.»7 Par pratique, entendons toute forme de mise à l’épreuve : ce peut être aussi bien une vérification purement mentale dans une déduction mathématique de théorèmes à partir d’un ensemble d’axiomes, qu’une vérification nécessitant en laboratoire la construction d’un appareillage extrêmement complexe et fort éloigné du réel, ou qu’une vérification prosaïque, comme lorsque nous testons la dureté d’un objet en le palpant.

14Ainsi compris sous l’angle du pragmatisme, le domaine de l’expérimentation n’aurait plus de limites, et pourrait ainsi s’étendre à l’ensemble de nos conceptions et de nos conduites morales, politiques ou religieuses. Mais peut-on expérimenter partout et sur tout ? Tous les objets sont-ils également expérimentables ? La neuropsychologie semble repousser toujours plus loin les limites de ce qui, dans l’esprit, se laisse objectiver, sans parler des problèmes éthiques qui se posent ou s’opposent à l’expérimentateur lorsqu’il prend pour objet des entités, comme l’embryon, dont la définition suppose une intersection entre des normes juridiques, scientifiques et éthiques.

15Un des enjeux principaux de cette notion d’expérimentation, une fois émancipée des tutelles de la théorie, des genres et des habitudes, serait ainsi d’évaluer l’étendue de son extension : peut-on expérimenter les limites de l’expérimentation ?

Haut de page

Notes

1 E. H. Gombrich, Ernst Hans, Histoire de l’art, trad. de l’anglais par J. Combe et C. Lauriol, Paris, Phaidon, 2001.

2 Ibid., p. 561

3 N. Brenez et C. Lebrat, Jeune dure et pure, une histoire du Cinéma d’avant-garde et expérimental en France, Cinémathèque française, 2001, p. 17.

4 Cf. I. Lakatos, Preuves et réfutations : essai sur la logique de la découverte mathématique, trad. de N. Balacheff et J.-M. Laborde, Paris, Hermann, 1984.

5 Dans La logique de la découverte scientifique, Popper envisage les théories scientifiques comme des hypothèses falsifiables – c’est ce qu’il fait qu’elles sont scientifiques – mais pas encore falsifiées par l’expérience après un ensemble de tests – c’est ce qui fait qu’elles sont tenues pour valides. Popper utilise ces concepts pour résoudre des problèmes relatifs aux sciences physiques. Mais pour lui les mathématique se rangent aux côtés de la métaphysique, dans la catégorie des énoncés non falsifiables : le problème de Fermat, comme les rapports sur le monstre du Lochness, est un exemple « d’assertion qui ne peut être soumise à des tests en raison de sa forme logique ». Cf. K. Popper, La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1974, p. 99.

6 C. S. Peirce, «Comment rendre nos idées claires» in Textes anticartésiens, présentation et traduction deJ. Chenu, Paris, Aubier, 1984, p. 297.

7 Ibid., p.  296.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Feneuil et Pierre Saint-Germier, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 9 | 2005, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 23 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/352 ; DOI : 10.4000/traces.352

Haut de page

Auteurs

Anthony Feneuil

Articles du même auteur

Pierre Saint-Germier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page