Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Comité de rédaction
p. 5-7

Texte intégral

« J’ai vu des archipels sidéraux ! et des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur :
- Est-ce en ces nuits sans fond que tu dors et t’exiles,
Million d’oiseaux d’or, ô future Vigueur ?- »
Rimbaud, Le bateau ivre

1Par sa fermeture, l’île est un espace-temps en dehors de toute dépendance continentale, qui se construit comme sa propre référence, comme une forme de microcosme. Les mythes s’y agrippent, ils la disent, la figurent, l’érigent en mythe. Mythes de l’état de nature, du solipsisme ou d’une renaissance potentielle. [L’Odyssée ou Robinson constitueront pour ce numéro des références inévitables, en particulier dans les filiations esthétiques et théoriques dont elles sont l’objet]. Elle suscite l’essor de toutes les libertés (espace rêvé, espace où se projette l’espoir utopique), ou se manifeste au contraire comme une clôture carcérale (bagne, lieu d’exil, lieu coupé de toute acculturation). Potentiellement aussi monstrueuse que paradisiaque, l’île se livre à l’étranger qui l’aborde. Elle se refuse, attise un désir d’exploration, et s’investit ainsi d’une aura d’étrangeté. Ou s’offre et s’abandonne, comme une positivité saillante à exploiter, à domestiquer, à coloniser ou à violer.

2L’île n’est en fin de compte rien sans l’interprétation qu’on lui confère ; de cette indétermination première, l’île n’existe que comme représentation de l’île, au sens large (figuration, image, schème…), quand bien même cette représentation serait fantasme de l’altérité. Elle façonne notre géographie mentale (à moins que ce ne soit notre géographie mentale qui ne surdétermine l’île) et s’impose comme un instrument de notre compréhension du monde, une compréhension qui se territorialise. Quelle est dès lors la cognition que rend possible l’île ?

3– L’île est le support d’une refondation du lien social.
Prise en tant qu’espace vierge de toute pratique, l’île propose une définition prospective de nouvelles règles socio-économiques. Elle est par exemple un modèle utopique des urbanisations actuelles, ou encore le théâtre allégorique d’une humanité reconduite et condensée. Robinson, aussi isolé soit-il d’un environnement socio-culturel, n’est pas vraiment seul sur son île. Il ne cesse en effet de se projeter dans l’avenir. Son isolement ne réduit ni ses spéculations ni ses anticipations, mais au contraire  les soumet d’avantage à l’extériorité, laquelle ne saurait se réduire à la Nature, et les amplifie.

4– Autant qu’un espace rêvé et figuré, l’île est une forme.
Forme au fondement des projets littéraires : elle permet de condenser une action et des tensions comme une scène de théâtre pourrait le faire. Elle permet une sorte de nouvelle genèse pour les personnages littéraires, isolés dans l’île (avènement de l’universel au sein de l’individu – le personnage littéraire). Mais aussi forme d’une compréhension des mondes écrits et sociétaux. Dans sa dimension pragmatique, elle doit être conçue comme exploitable en tant qu’outil langagier, discursif, analytique, et schème de compréhension. N’étant peut-être qu’un artifice théorique et critique ou un artefact littéraire, elle demandera alors à être différenciée de l’îlot ou de l’isolat : îlot conceptuel, isolat social, forme close ou fragmentaire en littérature.

5– Toujours dans leur dimension paradigmatique, les îles figurent nos structures de pensées.
Impossible de comprendre l’autre, si les « paysages mentaux » qui nous gouvernent ne communiquent pas entre eux et ne sont pas compatibles. L’île deviendrait l’outil de compréhension d’une « incommensurabilité logique », d’une incommunicabilité entre des idiomes et des idiotismes enlisés dans la répétition ethnocentrée de leurs pratiques culturelles. Nous glissons là vers une problématique de l’archipel, applicable en linguistique comme en ethnologie (porosité des frontières ethniques, isolats sociaux).

6– Projection, l’île est un outil aux effets pragmatiques et esthétiques.
Spatialisation possible, elle est le reflet trouble ou déformant et la condensation de réalités poreuses et dilatées.

7En tout cas, l’île comme miroir tendu, cette définition pouvant résumer nos envies et nos perspectives. Où faut-il la chercher, où la trouve t-on, pourquoi la trouve t-on ? Le numéro part de ces questionnements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 3 | 2003, mis en ligne le 03 février 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/3473

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page