Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Article final

Mémoire et grondements

Édouard Gardella et Florent Coste
p. 149-153

Texte intégral

1Dire que la rue est plurielle est tout à fait banal. Elle ne se réduit pas à une fonction, à une définition ou à une essence. L’important est de voir les usages que rend possible cette pluralité. Dans une première approche, cette pluralité peut apparaître simplement temporelle. La rue exhibe les traces du passé, se construit au présent, et donne l’occasion de proposer des alternatives futures. Mais les traces ne sont pas délaissées comme simple objet de regard ; la construction au présent se fait par la circulation des populations diversifiées ; et l’avenir proposé dans la rue n’est pas un simple argument énoncé dans une assemblée. La rue apparaît alors plutôt comme un support pour trois figures saillantes dans ce numéro : mémoire entretenue par des rites et des processions ; grouillement de populations, qui nécessitent une objectivation « pluriscopique » ; grondement orchestré autour d’un spectacle. La rue fonctionne alors à la fois comme lieu de mémoire, lieu d’expérimentation et lieu politique.

Rue et mémoire

2La rue peut être considérée comme un agencement de signes, dont il faut ainsi interroger le pouvoir de référence : par exemple les enseignes de la rue Oberkampf analysées dans « La rue : un objet géographique », comme celles de bars comme « la Forge » ou le « Mecano Bar » constituent les traces d’un patrimoine artisan du quartier sur lequel se fondent la popularité et la fréquentation de la rue. La rue est instrumentalisée pour montrer et exhiber. Les rues de Bucarest exemplifient ainsi une préparation volontariste de la municipalité à la sortie du post-communisme et à l’adhésion européenne.

  • 1 Maurice Halbwachs, La Morphologie Sociale, Paris, Armand Colin, 1970.

3Elle ne peut pourtant être réductible à une surface visible, à une pure scène de publicité. Certes la rue s’aménage en vitrine ; pourtant elle laisse échapper quelques bribes de son passé. Un jeu entre transparence et opacité la caractérise ; son présent n’efface pas son passé : le regain des processions sous la municipalité Mauroy sont ainsi une référence explicite à des manifestations identitaires qui ont cours depuis le Moyen Age. Elles n’en sont pourtant pas une copie conforme : une mémoire s’instaure dans le creuset de la rue, qui loin de répliquer aveuglément les rites, tentent d’« adapte[r] l’image des faits anciens aux croyances et aux besoins spirituels du moment »1. La ville ne supprime donc pas son propre passé, même par des effets de vitrine, elle le reconstruit et ne cesse de le façonner.

4Ces signes sont donc aussi ceux d’un renvoi du présent à plusieurs passés locaux et particuliers. La rue n’est pas un conservatoire d’un passé accumulé. Elle est davantage le fondement vivace à partir duquel plusieurs strates de passés se recouvrent, se chevauchent, et se surimpriment : comme l’a suggéré un article, la rue n’est pas seulement vitrine, elle est un palimpseste. Il s’agit de ne pas penser la rue comme la stricte superposition archéologique des données, ou des traces de l’histoire, il s’agit plutôt de les reconfigurer, d’en proposer un agencement particulier pour apercevoir et laisser apparaître « des sauts historiques déconcertants » pour citer « La rue vitrine et palimpseste ». La rue ne propose pas par conséquent une chronologie linéaire de l’histoire ; bien au contraire elle juxtapose plusieurs époques hétérogènes. Apercevoir la ville ne serait plus une affaire de traitement de l’espace, et il pourrait ainsi s’établir une correspondance entre la configuration sémiotique de l’espace organisée par la rue et une configuration spécifique du temps. La rue, comme à Bucarest, organise sa propre archéologie, fait émerger des vestiges d’un ancien temps, mais sans le moindre chantier, ni la moindre fouille. L’édification de nouveaux bâtiments n’occulte pas l’ère communiste, mais constitue plutôt la revendication d’une reconstruction sur sa matérialité de l’histoire. La recomposition du paysage urbain ne cesse autrement dit de se faire, en produisant ses propres effets archéologiques.

5Fond d’où le passé resurgit et interagit avec le présent, décor mouvant d’événements urbains, plus ou moins reconvoqués, plus ou moins instantiés, la rue n’est pas une commémoration frontale et solennelle. La rue ne fonctionne pas comme un monument ; elle ne nous condamne pas à un face à face stérilisant avec l’histoire : le principe d’oralité qui définit l’échange, la communication et la circulation des informations dans la rue empêche toute fixation de la voix en une lettre, aussi bien pour les musiques de rue favorisant l’improvisation et soumises à un principe de modulation par répétition que pour les sermons des prédicateurs médiévaux dont traite Nicole Bériou dans l’entretien qu’elle nous a accordé ; c’est donc une mémoire mouvante et toujours en circulation. Pourtant elle n’en sollicite pas moins une activité de remémoration de notre part : le documentaire de Chris Maker qui est analysé dans « La Grogne du Peuple », montre la rue Gay Lussac en mai 68 ; la photo, indexant elle-même les événements insurrectionnels, montre la rue comme un décor bouleversé, désaffecté, et privé de sa fonctionnalité, mais qui a gardé la trace de ce renversement qui l’a traversée ; la médiation photographique exhibe ainsi la rue comme archive de son propre passé. Plusieurs histoires particulières se chevauchent donc dans une même rue, et se saisissent dans une même simultanéité pour construire une mémoire collective. Elle modélise un ensemble de représentations qui la prennent pour repère, pour témoin, pour mémoire.

6Si l’on considère que la rue, loin d’être réductible à la matérialité des voies de passage, est surtout constituée par l’interaction permanente entre les citadins eux-mêmes et entre les citadins et cette matérialité, elle peut être comprise comme un lieu souple, quoique sélectif, d’activation d’un patrimoine symbolique. Elle le fait fonctionner à plein, elle est donc le support et le moteur d’une mémoire collective. Elle est le lieu où s’esquissent les racines d’une communauté.

La rue comme lieu expérimental

7La saisie scientifique de cette pluralité conduit à une diversité des regards et des méthodes. Par cette dimension expérimentale, elle perd sa fixité, son essence ou sa fonction, pour voir ses visages circuler. Elle tend à devenir un objet à part entière en géographie, en sociologie urbaine, en histoire, en philosophie politique. Il s’agit de manipuler des variables ou des variétés, pour en saisir toutes les dimensions virtuelles.

8La note critique « La rue comme laboratoire » est à ce titre exemplaire. Rosental, par la manipulation de sources différentes, donne à voir deux rues différentes, de la description statistique et catégorielle (qui fixe une répartition de métiers), à un suivi de la dynamique de structuration de la même rue, dont le centre de gravité n’est pas le métier majoritaire. Les menuisiers passent ainsi du statut d’infime minorité (4 % de l’échantillon) à celui de « groupe pivot » des trajectoires des habitants. Le passage d’un type d’archive à un autre donne à voir, de manière méthodologique, une rue palimpseste.

9Cette variation méthodologique a son équivalent dans les variations d’échelles géographiques pour appréhender la rue, comme le montrent les articles « La rue, espace public : quels publics ? » et « La rue : un objet géographique ». L’analyse des rues de Beyrouth donne à voir les rues comme insertion dans des quartiers, et comme manifestation d’une dimension plus grande qu’elle : la volonté de communautariser une zone. La rue ne prend ici sens que dans ses rapports avec d’autres rues. Elle révèle d’autres choses qu’elle-même : la rue recouverte de verdure, sortant de sa fonctionnalité, devient ainsi le symbole du conflit. Tandis que le second article montre comment, de manière sociographique, une rue peut s’organiser. Que peut produire une rue ? L’exemple de la rue Oberkampf manifeste que l’unité territoriale ou administrative (une même rue) ne recouvre pas, à l’inverse de l’approche de Beyrouth, une unité sociologique. La rue devient grouillement de populations diverses, dont les rapports sont a priori problématiques, mais dont les rapports sont rendus possibles par la conservation du caractère public et circulatoire de la rue démocratique. La coexistence des communautés peut ainsi se montrer comme source de circulation entre les groupes, parce que leur contiguïté rend possible la pluralité démocratique de la rue.

10Cette circulation peut enfin être considérée sous un autre point de vue : celui des forces de l’ordre, comme l’invite à le faire A. Farge dans son entretien. La prise en compte des archives judiciaires conduit à voir la rue à travers les écrits de la police. Le grouillement des populations hétéroclites incite alors l’historien à comprendre comment s’effectue la régulation de cet espace mouvant, toujours propice au détournement de la fonction imposée par un pouvoir.

11La rue comme circulation de populations hétérogènes et comme ressort de la remise en cause du pouvoir établi peut alors s’appréhender sous son aspect proprement politique.

La rue comme lieu politique

  • 2 Nous nous inspirons ici de l’expression utilisée par D. Cefaï et I. Joseph dans l’introduction à l’ (...)

12Le devenir politique de l’urbain est aussi un devenir urbain du politique2, et c’est dans ce renversement que la rue peut se voir comme expérimentation. La manifestation se montre ainsi comme la mise à l’épreuve du pouvoir représentatif, ainsi que le suggèrent « La grogne du peuple » et « 1827-1934 : de “ journées ” en “ manifs ”, les Français protestent dans la rue » : la rue perd sa fonctionnalité première de lieu de circulation, et les barricades donnent à voir l’ébullition de la multitude grondant pour prétendre à une refondation perpétuelle du pouvoir. Le pouvoir ne peut plus ignorer cet avis délaissé : s’il répond par la force, la dynamique de la « multitude » se poursuivra ; et s’il répond par le consentement, la multitude verra de nouveau son désir ressourcé par ce succès. La rue comme mise à l’épreuve du pouvoir se dit bien dans cette indifférence de la multitude à l’échec ou à la réussite.

13Du grouillement au grondement, la rue produit une alternative au pouvoir représentatif, comme l’invite à penser « La grogne du peuple ». Elle est un support de la prétention à une généralité qui se veut au-delà du pouvoir constitué et fixé. Mais elle n’est ni un support consciemment instrumentalisé et maîtrisé, ni un lieu anarchique où se donnerait à voir une pure destruction du pouvoir. Elle est institution, au sens où elle impose des règles pour rendre intelligibles, et audibles, les discours qui y sont communiqués.

  • 3 La notion de maxime conversationnelle est issue de la pragmatique de Grice ; ces maximes sont des r (...)

14L’entretien avec Nicole Bériou sur les ordres mendiants au Moyen Age a montré que la rue pouvait devenir un cadre investi par ces nouveaux « maîtres de la Parole », en vue d’exercer une forme de contrôle religieux et moral. En effet l’intrusion du prédicateur dans l’espace urbain ne se fait pas brutalement et frontalement ; un inévitable travail d’adaptation s’accomplit pour se mettre en phase avec son public du point de vue des références culturelles comme des modes de communication. Une sorte de grammaire nécessaire d’expression publique s’instaure dans le langage et la pratique du prédicateur qui doit obéir à tout un ensemble de maximes conversationnelles3 pour voir son discours diffusé et assimilé. Autrement dit on ne peut pas adapter la rue à soi, il faut se plier au pouvoir informellement institué de la rue pour espérer être, si ce n’est influent, du moins avant tout visible. Parfois même le recours au spectaculaire et à son pouvoir de fascination préside, comme par un coup de force, à combler cette inadéquation entre le prédicateur et son auditoire et à créer une ébauche de communauté.

15La rue donne ainsi à voir une représentation en cours. La représentation n’est pas ici à comprendre comme décalque d’une réalité structurelle originelle ou plus fondamentale ; elle est présentation toujours recommencée des possibles politiques, instituée dans une grammaire du spectaculaire.

Haut de page

Notes

1 Maurice Halbwachs, La Morphologie Sociale, Paris, Armand Colin, 1970.

2 Nous nous inspirons ici de l’expression utilisée par D. Cefaï et I. Joseph dans l’introduction à l’ouvrage L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, Colloque de Cerisy, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2002, dir. par D. Cefaï et I. Joseph.

3 La notion de maxime conversationnelle est issue de la pragmatique de Grice ; ces maximes sont des règles auxquelles le locuteur doit obéir s’il tient à être compréhensible et compris ; il en dénombre ainsi quatre : maximes de quantité (que le message communiqué ne contienne ni plus ni plus moins d’informations qu’il n’est requis), maximes de qualité (ne pas dire ce que l’on croit faux), maximes de relation (ou de pertinence, parler à propos), maximes de manière (n’être ni obscur, ni ambigu, mais bref et ordonné). La violation de ces règles peut conduire soit à provoquer un désinvestissement de l’allocutaire de la conversation, soit à déclencher chez lui des interprétations. En l’occurrence la pratique de la prédication consiste en une explicitation maximale des sous-entendus, qui ne laissent aucune libre interprétation à l’auditoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella et Florent Coste, « Mémoire et grondements », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 26 janvier 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/3413 ; DOI : 10.4000/traces.3413

Haut de page

Auteurs

Édouard Gardella

Articles du même auteur

Florent Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page