Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

La rue comme laboratoire

Paul Costey et Arnaud Fossier
p. 117-125
Référence(s) :

Paul-André Rosental, « La rue, mode d’emploi », Enquête, n°4, 1997.

Résumé

Cette note présente le travail méthodologique mené par P.-A. Rosental dans son article : « La rue, mode d’emploi ». Contestant l’évidence de son objet, il questionne, en « micro-historien », les rapports entre la morphologie sociale et la morphologie spatiale d’une rue industrielle. Il multiplie les points de vue et les outils de mesure pour nous rappeler que méthode et résultat sont indissociables dans les sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, Paris, Ed. de l’EHESS, 1998.
  • 2 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », Enquête, n°4, 1997.
  • 3 Les microhistoriens comme C. Ginzburg ou G. Levi ne raisonnent pas tant en termes de présupposés do (...)

1On ne compte plus les compétences de Paul-André Rosental. Statisticien, démographe, sociologue, historien, et peut-être même épistémologue. La dernière étiquette lui déplairait d’ailleurs très certainement. Toujours est-il que l’historien des Sentiers invisibles1 fait une nouvelle fois montre de sa rigueur méthodologique, dans un article publié dans le numéro d’Enquête consacré à la ville, « La rue, mode d’emploi »2. Les ingrédients de sa recette sont connus : choix d’un objet circonscrit, de présupposés théoriques et méthodologiques, mise à l’épreuve de ces présupposés, et, in fine, procédures de contrôle et de vérification des résultats obtenus. Ces ingrédients sont cependant si rarement associés3 que la lecture de l’article de P.-A. Rosental est pour le moins déconcertante.

  • 4 Nous pouvons définir la « configuration », à la suite entre autres de N. Elias, comme l’ensemble de (...)
  • 5 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, op. cit, p. 22.
  • 6 P.-A. Rosental, « Construire le “ micro ” par le “ macro ” : Fredrik Barth et la microstoria », in (...)
  • 7 Notion forgée par F. Barth, Process and form in social life, London, Routledge and Kegan Paul, 1981
  • 8 P.-A. Rosental, in Jeux d’échelles, op. cit, p. 159.

2P.-A. Rosental se réclame explicitement dans son introduction aux Sentiers invisibles de la microstoria italienne, dont le paradigme est tout à la fois configurationnel (les individus ne se meuvent et n’innovent jamais que dans une configuration4), et indiciaire (c’est-à-dire un modèle qui conçoit la recherche comme le travail d’un détective, ainsi que l’a imaginé C. Ginzburg). P.-A. Rosental se démarque néanmoins du second aspect : « Le recours à des informations chiches constitue une démarcation nette avec l’un des principes fondamentaux de la microstoria, qui impose au contraire le dépouillement intensif des séries nominatives les plus nombreuses possibles »5. Par ailleurs, dans sa contribution à Jeux d’échelles6, P.-A. Rosental affiliait partiellement la microstoria italienne aux travaux, qualifiés de « pionniers » par l’auteur, de l’anthropologue norvégien F. Barth. Il se situe par conséquent dans la lignée de l’une et de l’autre, définissant comme vecteur commun des deux approches l’identification de « processus génératifs »7propres à une configuration, et la volonté de rendre compte des mécanismes de production du réel. « La microstoria se fonde […] sur la croyance en la possibilité effective de reconstituer les chaînes causales, qui sont au centre de ses préoccupations […] Ce n’est plus “ ce qui s’est réellement passé ” que [l’historien] doit viser à reconstituer, mais “ tout ce qui a produit ce qui s’est passé, ou aurait pu se passer ” »8. Les travaux des microhistoriens ne reposent cependant sur aucune donnée statistique, et pour cause : ils concernent essentiellement les xvi-xviièmes siècles. Or, c’est précisément l’approche démographique, à la fois quantitative et qualitative, qui  permet à P.-A. Rosental ce déplacement du regard. Il conserve donc ce principe de « défamiliarisation » mais en estimant que la mesure statistique constitue le tremplin vers une évaluation « multiscopique » de son objet. C’est dans ce bref article que P.-A. Rosental se propose de tracer cette via media, qui en aucun cas ne s’apparente à une alternative, ni même à un dépassement, mais bien plus à un essai, à une démarche expérimentale.

3Il semble difficile de restituer sur un axe diachronique les étapes de sa recherche. La présentation qu’il donne lui-même de l’objet construit défie toute volonté de réduire le travail historiographique à un simple mécanisme, reproductible à toutes les échelles et pour tout objet. Dans ces conditions, essayons plutôt de voir en quoi son travail s’apparente à une dynamique rétroactive, pourquoi la méthode ne précède pas l’objet, et enfin pourquoi la problématique choisie est indissociable à la fois des outils d’analyse privilégiés et des sources que l’historien met à sa disposition.

  • 9 J. Revel, in G. Levi, Le Pouvoir au village, op. cit.
  • 10 P.-A. Rosental, in Jeux d’échelles, op. cit.
  • 11 P.-A. Rosental, ibid., p. 144.
  • 12 Ibid., p. 157. Nous soulignons. Pour un point de vue critique sur cette lecture historienne de F. B (...)

4La prédilection que manifeste P.-A. Rosental pour le local ne joue pas – nous le verrons – en défaveur du global. Là encore, Rosental se réclame d’une démarche microhistorienne. J. Revel, dans sa préface au travail de G. Levi9, estime que la variation d’angles de vue (de « focales ») sur un même supposé objet, tout du moins sur un espace-temps, permet de ne pas en rester à une interprétation strictement localiste des événements. Par ailleurs, P-. A. Rosental, dans son article intitulé « Construire le “ macro ” par le “ micro ” : Fredrik Barth et la microstoria »10, se réclame de l’approche « multiscopique » de l’anthropologue norvégien. Il écrit ceci : « Aux approches fonctionnalistes et structurales, le Norvégien reproche l’incapacité à, ou le refus de penser les discordances de perception entre les échelles, et notamment la différence systématique entre la manière dont les individus conceptualisent le niveau macro-social d’une part, et leur environnement concret d’autre part »11. Et un peu plus loin, citation qu’il nous faut garder à l’esprit si nous voulons mesurer la valeur méthodologique des apports de F. Barth puis de la microstoria : « Loin d’être un tout cohérent, la vie sociale est faite de différentiels dont chacun offre une possibilité de changement. Ce sont eux qui permettent qu’une innovation, au départ mineure et peu répandue, puisse se généraliser et, à terme, s’institutionnaliser. Et c’est à travers ce mécanisme essentiel que s’opère le passage du microscopique au macroscopique, ou plus exactement la construction constante de celui-ci par celui-là »12.

  • 13 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1975, se réapproprie le terme, traditionnellem (...)

5Son terrain se prête au dépassement recherché de l’alternative micro / macro. Une rue : la rue Wacquez-Lalo, située dans le centre de la commune de Loos, jouxtant Lille. Une coupe chronologique – sur le choix de laquelle nous reviendrons : 1866-1926. Il le précise lui-même dans les prémisses de son article, la rue n’est pas vraiment un terrain d’étude très original. D’autres avant lui l’ont fait, L. Chevalier entre autres, en 1950, via une étude statistique de l’électorat de la rue de Lappe, à Paris. L’étude en question intéresse P.-A. Rosental : il est de ceux qui affirment que l’on n’invente pas sans modèles ou contre-modèles théoriques et méthodologiques. Le voici donc en présence d’un terrain, et d’un modèle de traitement statistique. Reste, pour obtenir des résultats, à connaître les sources, et à forger un « questionnaire »13.

  • 14 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 124.
  • 15 Ibid., p. 125, nous soulignons.

6Ce questionnaire, le voici sous une formulation, si générale qu’elle perdrait toute consistance si elle n’était pas ramifiée : « En quoi un lieu, et qui plus est de taille circonscrite, peut-il constituer un univers social pour les individus qui l’habitent ? »14. Les trois questions qui en découlent suggèrent d’ores et déjà la posture que P.-A. Rosental prend le parti d’adopter : celle d’un historien qui ne se résout pas à dissocier le temps de son travail et la temporalité – configurationnelle – propre à son objet, à dissocier méthode et terrain. La formulation des problèmes en témoigne : « Comment en [l’espace] caractériser la stratification sociale ? […] A un autre niveau d’observation, plus microscopique, une deuxième gamme de questions porte sur l’effet de l’appartenance à un espace sur les destinées personnelles […] Enfin, un troisième axe de réflexion concerne l’échelle d’analyse retenue […] Examiner comment se construit la structure de la rue Wacquez-Lalo, et en quoi celle-ci se traduit sur le destin de ses résidents… »15. Trois questions qui renvoient aux trois thèmes majeurs de sa recherche : la stratification sociale, les trajectoires et le lien entre morphologie sociale et morphologie spatiale.

  • 16 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 133.

7Gardons-nous cependant de réduire le raisonnement de P.-A. Rosental à une abstraction théorique, à la construction de modèles, ou pire encore à la simple formalisation statistique. Deux garde-fous l’en préservent et lui permettent de conclure à l’insuffisance méthodologique des tableaux : les pistes suggérées par la microstoria, et les sources qu’il sélectionne. Là encore, méthode, sources, et objet, sont intrinsèquement liés. P.-A. Rosental fait part de cette conviction en note : « Il serait dangereux de voir dans la micro-histoire une abstraction sur la société, et de perdre par une illusion rétrospective l’une de ses dimensions essentielles, celle d’une réflexion pratique sur les sources : les considérations archivistiques sont placées au cœur de la définition de l’approche microscopique. »16

  • 17 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, op. cit. Rosental s’appuie sur l’enquête statistique TRA, (...)

8A propos des sources donc : le corpus est, comme dans Les Sentiers invisibles17, composé d’informations essentiellement nominales: recensement, état civil des habitants de la rue, actes de mariage. Autrement dit des documents administratifs lui permettant d’établir une mesure statistique des métiers de la rue, de dénombrer les professions des habitants. Mais les trois sources donnent lieu à trois dénombrements différents, et par là même à trois interprétations sur le point d’être divergentes, si ce n’est contradictoires. En effet, le recensement indique une physionomie plutôt populaire de la rue Wacquez-Lalo de la fin du xixème siècle, caractérisée par l’artisanat et le monde industriel, lorsque l’on considère les mentions du recensement (une par individu, au moment de leur entrée dans la vie active). La deuxième liste (celle de l’état civil des habitants de la rue) fait apparaître des « mondes sociaux nouveaux » (domestique, cultivateur) et modifie la hiérarchie précédemment établie : les menuisiers talonnent maintenant les journaliers. On découvre même, à l’appui de la troisième source et de la troisième mesure statistique (celle des actes de mariages), que les menuisiers sont bien plus nombreux que les journaliers si on les appréhende au moment de leur mariage.

  • 18 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 130. Nous soulignons afin de mettre en exerg (...)
  • 19 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 131.

9Comment, dans ces conditions, faire coexister ces trois mesures, qui livrent des résultats aussi divergents, et même contradictoires ? C’est là qu’intervient le deuxième garde-fou, si bien que la profession de foi microhistorienne ne reste pas lettre morte. P.-A. Rosental fait des outils de la microhistoire autant d’articulations possibles entre morphologie sociale et morphologie spatiale. Il ancre ainsi sa méthode dans la problématique même du comment se structure un espace social. « Soumettre […] les grands schémas sociologiques à l’épreuve d’observations circonscrites, et du même coup pouvoir tester l’existence de mécanismes spatialisés et locaux de production de la structure sociale… »18 Non seulement la microhistoire offre les outils pour « établir un pont entre morphologie sociale et morphologie spatiale », mais elle résout également la tension entre rapports interpersonnels et structure sociale, dans la mesure où c’est le « tissu des interrelations » lui-même qui « fait structure » et « délimite la marge d’action des individus, et oriente leurs représentations »19.

  • 20 Ibid., p. 134.

10La confrontation d’une approche microhistorique avec le terrain de la rue Wacquez-Lalo pourrait pourtant paraître contestable. Et ce pour deux raisons : les liens interpersonnels manquent d’épaisseur ou de longévité (du fait par exemple que les journaliers ne soient que de passage), et surtout, l’historien dispose de peu de sources. Autant dire que face à une population aux liens ténus et mal documentée, l’historien ne peut espérer qu’une simple sociographie l’éclaire sur « les dynamiques sociales qui s’y produisent »20. Comment dès lors dégager la dynamique configurationnelle, dans sa dimension indissociablement sociale et spatiale ? Comment mettre en évidence des « mécanismes locaux de structuration » ? P.-A. Rosental propose une solution méthodologique, une alternative aux oppositions rebattues – interactif / structurel, endogène / exogène, indigène / scientifique – et ce à partir de données transversales (situation professionnelle au moment du mariage) et longitudinales (trajectoires des individus, mentions des différentes professions exercées extraites des recensements).

  • 21 P.-A. Rosental n’innove pas en prenant ce parti. Il se réfère d’ailleurs au texte de M. Gribaudi et (...)
  • 22 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 138.
  • 23 Ibid., p. 139.
  • 24 Ibid., p. 138.

11Le processus d’enquête se prolonge effectivement dans l’examen des données. P.-A. Rosental se démarque alors nettement des méthodes quantitatives présentées au début de l’article en guise d’arrière-fonds théorique que le chercheur ne pouvait se permettre d’occulter21. Le classement des groupes professionnels n’est plus importé des modèles macrohistoriques en vigueur, ni même d’une mesure statistique guidée par une catégorisation préalable. Il est cette fois-ci déterminé ex post. Selon les données horizontales (situation professionnelle au moment du mariage), quatre professions sont majoritairement représentées : celles de journalier, de menuisier, d’employé et de jardinier. D’un point de vue configurationnel, c’est-à-dire en reliant la profession d’un individu à celles de ses témoins de mariage, on identifie deux groupes professionnels principaux : un premier pôle autour des employés et un second centré sur les journaliers. Les menuisiers constituent, dans ce contexte, le « centre de l’univers de la rue Wacquez-Lalo »22, « groupe en soi », « pivot », « carrefour entre le monde des employés et celui des journaliers »23. En lien à la fois avec les employés et les journaliers, ils forment une passerelle entre ces deux mondes. Alors même que dans la mesure statistique initiale, les menuisiers ne représentaient que 4 % des résidents de la rue. Il était nécessaire d’exploiter d’autres données et de faire jouer d’autres paramètres. P.-A. Rosental peut donc écrire que la mesure statistique « masquait […] la clé de la structuration de la rue »24, faute d’un prolongement interprétatif.

12Quant aux autres groupes, ils gravitent autour soit des journaliers, soit des employés. Ce sont les professions, peu nombreuses et peu fréquentes, que la simple mesure statistique occultait, à savoir les métiers du secteur primaire : laitiers, marchands de légumes, gardes champêtres, malteurs, tonneliers… Le résultat contraste donc avec les catégorisations a priori qui font des ces professions un groupe « reliquaire » de cet espace social. Là encore, la morphologie sociale de la rue sort transfigurée de l’analyse complète des données.

  • 25 Il est d’ailleurs intéressant de noter que P.-A. Rosental n’est pas loin de se contredire et de rem (...)
  • 26 J-. C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête », Enquête, n°1, 1995. « C’est pourquoi, pour carac (...)
  • 27 Dans Jeux d’échelle, op. cit., P.-A. Rosental précise que si F. Barth est popperien dans la mesure (...)
  • 28 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 139. Une fois de plus, notons que P.-A. Ros (...)
  • 29 Ibid., p. 140. La référence à F. Barth et à la lecture qu’avait pu en fournir P.-A. Rosental en 199 (...)
  • 30 Dans sa contribution à Jeux d’échelles, Rosental précisait : « La notion de “ gamme de possibles ” (...)
  • 31 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 140.

13Ces nouveaux découpages sociaux que P.-A. Rosental a obtenus par l’utilisation des actes de mariage, demandent en effet à être validés par des outils d’analyse autres, à savoir les données longitudinales (les trajectoires individuelles)25. Cette dernière étape s’apparente à ce que Passeron nomme l’épreuve de « véridiction », dans la description qu’il donne de l’espace mental de l’enquêteur, ou du processus d’enquête26, et que P.-A. Rosental qualifie plus volontiers de procédures de « validation »27. Pour ce faire, la nécessité d’une autre source et d’une autre approche se fait sentir. De nouveaux principes méthodologiques doivent coïncider avec ce credo épistémologique. Ce sont les recensements – successifs – qui, cette fois, vont permettre « d’esquisser des trajectoires professionnelles intra-générationnelles »28. En quoi la reconstitution de trajectoires individuelles et familiales met-elle à l’épreuve les résultats obtenus à partir des actes de mariage ? P.-A. Rosental éclaire lui-même ce point : « Il suffit […] de comparer les trajectoires possibles et les trajectoires observées, et de déterminer quelle proportion de celles-ci constituent des ‘déviations’, c’est à dire des trajectoires incompatibles avec la stratification obtenue »29. Les relations qui unissent les différentes professions au regard des relations de témoignage, définissent une stratification sociale et donc une gamme de « trajectoires possibles », tandis que les « trajectoires observées » sont fournies par la série des recensements. Les « trajectoires possibles » font office de bornes référentielles par rapport auxquelles les « trajectoires observées » se situent30. Que conclut-il de la mesure de cet écart ? « De fait, cette comptabilisation valide le découpage obtenu. Sur la base des mouvements mesurables, les déviations ne représentent que 5,4 % des changements de professions : toutes les autres sont cohérentes avec la segmentation proposée. En somme, il existe bien une correspondance entre le découpage social obtenu sur la base des liens de témoignage, et la logique des parcours professionnels des résidents »31. P.-A. Rosental se montre quelque peu décevant dans la conclusion trop courte ou trop rapide qu’il tire de ce travail comparatif. Nous voilà ravis d’apprendre qu’une source en cache une autre sans pour autant lui faire de l’ombre. Mais de plus amples développements auraient peut-être été les bienvenus.

14Toujours est-il que les menuisiers forment un « front de parenté » cohérent et stable, puisqu’ils possèdent la plus forte stabilité résidentielle. Les liens qui unissent leurs ménages organisent la dynamique sociale de la rue. Ils représentent donc le centre de gravité de la rue Wacquez-Lalo, en tant qu’espace social et urbain, en tant qu’objet cohérent et saisissable dans sa spécificité de lieu. Là aussi cependant, on peut regretter que P.-A. Rosental ne s’avance pas plus dans l’analyse des réseaux de sociabilité d’un tel espace. Il constate simplement les chaînes d’homonymie qui unissent les ménages de menuisiers, renforçant l’image d’un front de parenté, mais cette fois de manière plus qualitative. Un regard plus pénétrant aurait toutefois permis l’éclaircissement de la nature des liens qui unissent les résidents de cette rue. Le regret ne s’apparente pas néanmoins à un reproche puisque la documentation que P.-A. Rosental met à sa disposition ne lui offre pas la possibilité d’une telle analyse.

  • 32 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 143.

15L’article se clôt sur un retour, caractéristique de la microhistoire, aux processus macroscopiques. La coupe périodique que Rosental avait proposée au tout début prend alors tout son sens : « … la violente rupture de la Première Guerre mondiale […] décapite à jamais ce large “ front de parenté ” »32. La perspective diachronique affichée dès le début est pourtant quelque peu étriquée, les bornes chronologiques choisies restreignent en fin de compte le champ de la contextualisation. Le parti-pris micro-historien (spatialement localiste) semble jouer contre une certaine élasticité du temps. P.-A. Rosental ne s’est fait l’observateur que d’une seule génération. Mais l’essentiel est là, il est parvenu à mettre en application un des principes fondamentaux de la microstoria italienne : mettre en exergue de ses analyses localisées les mouvements temporels de plus grande ampleur.

  • 33 Ibid., p. 14.

16Finalement, la vertu heuristique d’un retour aux fondements méthodologiques des résultats donne à la démarche de P.-A. Rosental sa spécificité. S’arrêter aux « mesures multiples d’un même objet »33 ne suffit pas. Encore faut-il comparer ces mesures, et par là même établir un réseau de sources, aussi lacunaire soit-il. En cela, P.-A. Rosental se montre avant tout homme de terrain (ou d’archives, ce qui revient au même sur le plan du « questionnaire »). Ses considérations méthodologiques, et parfois même épistémologiques, n’ont de sens que parce qu’elles contribuent à la modification incessante des résultats, parce qu’elles laissent libre cours d’une part, à la force du contre-exemple et d’autre part, à une causalité non déterministe, probable et partielle. Evaluer les causes en terme de probabilité permet précisément de préserver la force de l’empirie et, réciproquement, s’attacher à travailler empiriquement préserve de penser les causes de manière déterministe et par là même de se défaire des catégories préétablies, ou de prénotions.

Haut de page

Notes

1 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, Paris, Ed. de l’EHESS, 1998.

2 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », Enquête, n°4, 1997.

3 Les microhistoriens comme C. Ginzburg ou G. Levi ne raisonnent pas tant en termes de présupposés dont il faudrait se défaire que d’« estrangement » (cf. C. Ginzburg, A Distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, Gallimard, Paris, 2001) ou de « défamiliarisation » (J. Revel, « L’histoire au ras du sol », Préface àG. Levi, Le pouvoir au village, Paris, Gallimard, 1989), notions que P.-A. Rosental se réapproprie dans Les sentiers invisibles (p. 21). Mais ce dernier revisite l’analyse des trajectoires individuelles que proposait la microstoria à partir d’une approche de statistique démographique.

4 Nous pouvons définir la « configuration », à la suite entre autres de N. Elias, comme l’ensemble des relations d’interdépendance qui unissent les individus et par conséquent comme une échelle d’observation privilégiée.

5 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, op. cit, p. 22.

6 P.-A. Rosental, « Construire le “ micro ” par le “ macro ” : Fredrik Barth et la microstoria », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles, éd. de l’EHESS, Paris, 1995.

7 Notion forgée par F. Barth, Process and form in social life, London, Routledge and Kegan Paul, 1981.

8 P.-A. Rosental, in Jeux d’échelles, op. cit, p. 159.

9 J. Revel, in G. Levi, Le Pouvoir au village, op. cit.

10 P.-A. Rosental, in Jeux d’échelles, op. cit.

11 P.-A. Rosental, ibid., p. 144.

12 Ibid., p. 157. Nous soulignons. Pour un point de vue critique sur cette lecture historienne de F. Barth, voir M. Aymes, « L’épreuve de la discontinuité », Critique, janv.-fév. 2004, n° 680-681, pp. 128-138.

13 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1975, se réapproprie le terme, traditionnellement appliqué à la sociologie, en lui conférant une acception double : état des connaissances et par là même grille de lecture et de questionnement. Toute recherche contribue alors à l’ « allongement du questionnaire ».

14 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 124.

15 Ibid., p. 125, nous soulignons.

16 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 133.

17 P.-A. Rosental, Les Sentiers invisibles, op. cit. Rosental s’appuie sur l’enquête statistique TRA, enquête dite des « 3000 familles » dirigée par J. Dupâquier, constituée de l’ensemble des actes de mariage du xixème siècle et dont l’un des deux conjoints a un patronyme commençant par les lettres TRA. Il use de cette seule base de données, aux informations nominales riches se prêtant à une analyse sérielle.

18 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 130. Nous soulignons afin de mettre en exergue la valeur expérimentale de l’usage qu’il fait des outils de la micro-histoire. Dans Les Sentiers invisibles, P.-A. Rosental précise dès l’introduction : « L’ensemble de nos recherches repose sur des données pauvres, sèches et formelles – pour l’essentiel des actes d’état civil. Ce choix s’inscrit dans une conception “ expérimentale ” » (p. 22).

19 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 131.

20 Ibid., p. 134.

21 P.-A. Rosental n’innove pas en prenant ce parti. Il se réfère d’ailleurs au texte de M. Gribaudi et A. Blum, « Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social », in Annales ESC, n°45, 1990, lesquels écrivent : « L’historien se doit d’abord d’approcher de façon critique ses objets et ses outils pour les expurger des contraintes des catégories statistiques héritées […] il est certain que dans notre champ de recherche la non-continuité des échelles nous semble plus le produit des implications rhétoriques des techniques et des instruments d’analyse utilisés que la traduction d’une rupture réelle dans le plan des dynamiques causales des faits sociaux » (pp. 1366-1367). Cet article inaugure d’ailleurs toute une série de publications qui visent à remettre en cause l’usage des catégories traditionnelles de la statistique et explorer d’autres formes d’agrégation des individus.

22 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 138.

23 Ibid., p. 139.

24 Ibid., p. 138.

25 Il est d’ailleurs intéressant de noter que P.-A. Rosental n’est pas loin de se contredire et de remettre en cause la logique de sa démarche, lorsqu’il définit la stratification sociale à partir de l’état civil mais aussi des recensements. En effet, l’utilisation des recensements successifs est l’outil de vérification choisi par Rosental, il ne peut donc pas servir à construire l’objet qu’il est censé ensuite tester.

26 J-. C. Passeron, « L’espace mental de l’enquête », Enquête, n°1, 1995. « C’est pourquoi, pour caractériser la forme spécifique que prend l’espace logique des sciences sociales la “ vérité ” d’une assertion empirique, je préfère parler de “ véridicité ” ; et de “ véridiction ” pour nommer le contrôle des concepts, duraisonnement et des rapports aux ‘référents’ qui y est mis en oeuvre. » (p. 14). Pour plus de précisions, nous renvoyons à l’article de J. Souloumiac et A. Fossier, « Passeron : entre Weber et Wittgenstein », Tracés, n°4, 2003.

27 Dans Jeux d’échelle, op. cit., P.-A. Rosental précise que si F. Barth est popperien dans la mesure où il soumet les modèles construits à des tentatives de falsification, il est pour sa part plus proche de la microstoria qui « parle moins volontiers de falsification que de validation » (p. 158). Et de préciser qu’ « à condition de construire des indicateurs adaptés aux faits recueillis par l’observation microscopique, la statistique peut garder sa fonction de validation des approches processuelles ». Cette démarche rend possible le passage de l’étude qualitative de cas à la généralisation. Les sens de « véridiction » et de « validation », s’ils renvoient à des procédures de contrôle, sont donc loin d’être synonymes.

28 P.-A. Rosental, « La rue, mode d’emploi », op. cit., p. 139. Une fois de plus, notons que P.-A. Rosental utilise exactement des mêmes sources que celles qui ont servi à la mesure statistique, pour précisément en proposer un autre usage et déboucher sur de nouvelles conjectures.

29 Ibid., p. 140. La référence à F. Barth et à la lecture qu’avait pu en fournir P.-A. Rosental en 1995, op. cit., est nette.

30 Dans sa contribution à Jeux d’échelles, Rosental précisait : « La notion de “ gamme de possibles ” porte bien la marque de la dialectique qui la fonde : elle indique à la fois le refus des déterminismes, et l’idée d’une marge de manœuvre précise et contrôlée puisque les possibles ouverts à l’acteur sont toujours en nombre fini – ce qui les rend aussi accessibles au chercheur. » (p. 148)

31 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 140.

32 P.-A. Rosental, « La rue mode d’emploi », op. cit., p. 143.

33 Ibid., p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Costey et Arnaud Fossier, « La rue comme laboratoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 23 janvier 2009, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/3253 ; DOI : 10.4000/traces.3253

Haut de page

Auteurs

Paul Costey

paul.costey@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Arnaud Fossier

arnaud.fossier@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page