Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Éditorial

Édouard Gardella, Sophie Conrad et Florent Coste
p. 7-11

Texte intégral

« En dépit de leur mauvaise réputation, les rues des villes constituent un cadre où des gens qui ne se connaissent pas se manifestent à tout moment une confiance réciproque. » (E. Goffman)

« En somme l’espace est un lieu pratiqué. Ainsi la rue géométriquement définie par un urbanisme est transformée en espace par des marcheurs. » (Michel de Certeau)

  • 1 Par exemple Lucien de Rubempré dans les Illusions perdues de Balzac : « Pendant sa première promena (...)

1La banalité quotidienne avec laquelle on passe dans la rue cache et rend presque inapparente la complexité d’un tel espace. Décor négligeable, elle n’en reste pas moins un cadre omniprésent : l’hiver, les médias ne cessent de parler des « gens à la rue », l’été de diffuser les « festivals de rue » ; le lèche-vitrines dans la rue peut constituer une occupation majeure le samedi après midi – mais en ces cas, parle-t-on de la rue comme d’un véritable acteur ? La littérature, certes, la mythifie, la dresse parfois en personnage à part entière, voire en légende. Pourtant son statut littéraire n’est ni stable ni univoque, et partant, pose l’ambiguïté de sa représentation. Au point que, si elle intervient littéralement, comme d’autres actants, telle une force adjuvante ou opposante, dans les Mystères de Paris de Sue par exemple, elle n’en constitue pas moins aussi le milieu propice à  l’apparition d’une conscience en crise.1 La rue est tout à la fois incontournable, comme fond générateur sur lequel l’acteur social apparaît, et de l’ordre du transitoire, du sans cesse différent. Bref, sans occuper les esprits spontanément, la rue ne passe pas inaperçue.

2D’un point de vue surplombant et cartographique, la rue peut être représentée comme une ligne qui délimite une zone d’action ou un espace, plus vivant, dont elle ne fait pas partie et qui découpe, comme une frontière qui n’interagirait pas avec ce qu’elle sépare. Elle se contente de figurer un passage simplement transitif. Elle demande donc à être investie. Construite et uniformisée selon des normes d’aménagement, la rue a pourtant ses irrégularités, ses coins et ses recoins, ses ramifications et ses impasses, qui ne la rendent pas, pour qui veut en faire l’expérience, directement accessible. Irréductible à une simple et claire surface d’exposition, à une succession de façades, elle agence plutôt des perspectives, des endroits plus ou moins reculés, plus ou moins proches. Elle est donc à proprement parler un espace, avec sa profondeur, où l’on pénètre et s’enfonce. Le passant dans la rue fait donc partie d’un paysage en permanente recomposition. Perspective davantage topographique donc : la rue impose naturellement qu’on s’y engage. Espace, c’est-à-dire lieu pratiqué.

  • 2 Nous renvoyons explicitement ici à la théorie écologique de J.-J. Gibson et à sa notion d’« afforda (...)
  • 3 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, tome 1, Folio Essais, 1990.
  • 4 Ricoeur définit l’intrigue comme la concurrence entre d’une part l’exigence de concordances et d’au (...)

3A la différence de la route qui n’est que pure circulation, la mobilité dans la rue va de pair avec une certaine forme de perception, et partant de socialisation, qui la rend plus ou moins visible et lisible. C’est en me déplaçant que je provoque une expérience, et favorise une rencontre, que j’en multiplie les possibilités, que je participe à un mouvement de foule ou que je m’en abstrais. Cette immersion suppose un mode de perception et de cognition spécifique. La rue donne en effet à voir, et à lire, elle organise des signes qu’elle invite à décrypter. La rue met à disposition. Mais elle constitue une réalité plus complexe que celle d’un écran qui expose des représentations toutes faites. Dès lors, la vision dans la rue n’est pas celle d’un homme à l’arrêt qui manipulerait des représentations, sa perception est davantage celle d’un être de locomotion, à la fois « ambiante et ambulatoire », qui s’élabore dans et par sa mobilité2. Ainsi n’est-il pas nécessaire de s’arrêter pour saisir la rue. Elle ne se contemple pas, et on ne saurait la représenter sans la réduire. On en fait l’expérience, quel que soit le rythme de la circulation ; flâner, déambuler, « rôder », circuler, passer sont autant de modes d’appréhension de la rue. A la différence d’un simple relevé de parcours, et pour rendre compte de l’acte même de passer – à la source de ces rencontres et expressions –, la rue et son expérience propre exigent qu’on en fasse le « récit »3 : le récit s’imposerait en effet, plutôt que la carte, trop abstraite, pour mieux saisir la particularité et l’engagement d’une conscience immergée, et non surplombante. Et par là même, occasion sans cesse réitérée, dans les multiples face-à-face, de discordances, la rue pose l’intrigue singulière d’une inadéquation qui doit se résorber4. Ainsi qu’un acteur, parfois collectif, qui ne la précède pas et émerge avec elle. La topographie est alors scénographie, où cognition et action s’élaborent de concert.

  • 5 Pensons à Bachelard : l’opinion est caractérisée par le fait qu’elle peut avoir raison, mais à la d (...)
  • 6 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 1997.
  • 7 L. Wirth, « Le phénomène urbain comme mode de vie » (1938), in L’Ecole de Chicago, Y. Grafmeyer et (...)
  • 8 G. Simmel, « Métropoles et mentalité », in L’Ecole de Chicago, ibid., pp. 61-77.

4Penser la rue d’un point de vue topographique et scénographique, supposer qu’elle est une expérience, c’est admettre qu’on ne peut pas échapper à l’action et à l’interaction qui y ont cours et qui la définissent. C’est donc aussi penser un sujet qui émerge et se construit dans ce milieu. A cet égard « l’homme de la rue » – la rue étant comprise alors comme le lieu, par excellence, de l’inauthenticité et de la mauvaise foi – est souvent dénigré, parce qu’influençable, modelé par son environnement, et engoncé dans ses préjugés5. Mais « l’homme dans la rue » est en réalité positivement engagé dans un contexte, où ne diffèrent guère ses opinions et leurs usages. Son intériorité, qui était comme son domaine privé, est subordonnée à son « intelligence du dehors »6. Son langage élémentaire n’est pas l’introspection, mais l’exposition ; sa rhétorique n’est pas celle de l’examen de conscience, mais celle de l’intercompréhension et de la dispute, donc de l’interaction ; sa rationalité est dans la justification. Sorte de grammaire de la pratique urbaine de la rue, fondée sur des traits que les premiers sociologues de l’Ecole de Chicago se sont efforcés de dresser : taille de la ville, densité de la population et hétérogénéité des personnes7. La subjectivité urbaine, celle du « citadin », peut alors être inférée. Face à une chance de plus en plus grande de croiser des personnes de plus en plus diverses, relevant d’autres cercles de sociabilité, l’attitude salvatrice pour la santé mentale de l’urbain est la réserve, distance engagée dans des rencontres nécessairement brèves et plurielles8. La rue concentre tout autant des propositions foisonnantes de socialisation, que de désocialisation ; l’éthique de l’approfondissement des rapports sociaux peut s’inverser dans une prudence, non pas retranchée, mais distanciée.

  • 9 Il convient de relier les espaces publics habermassien et goffmanien : l’espace public est l’élémen (...)
  • 10 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 1997.

5Mais, loin d’être dans son espace privé, comme un sujet préconstitué et connaissant, situé hors du monde, et plutôt immergé et émergent dans la rue et sa circulation, l’homme de la rue rencontre et s’exprime dans le cadre d’un espace public commun9. Cet espace public opère une médiation entre les différentes communautés civiles et le système politique, il orchestre une pluralité mouvante d’expressions, et tel une tribune, il favorise les revendications et les prétentions collectives. Dans la rue s’effectue une rencontre qui articule à la fois une reconnaissance et une distinction. La rue est une sorte de fond commun où apparaissent les différences de chacun. A la fois « médiation et seuil »10 entre deux individus appartenant à une culture ou à une communauté différente, elle met en tension, elle opère à la fois une proximité et une distance. Cet espace public ne peut donc pas se réduire à un espace aménagé, uniformisé, qui doit être le même pour tous, sorte de lieu neutre et transparent, qui coïnciderait alors avec sa seule fonction de passage.

6Ainsi la rue n’est pas un espace neutre ; non seulement habitée et appropriée, mais aussi milieu générateur, elle n’a rien d’un espace transparent à lui-même, lisse et sans aspérités. S’y rencontrent, s’y croisent, ou s’y ignorent des univers différents et hétérogènes. On s’expose, on communique tout autant qu’on s’évite. Ainsi, selon des rites particuliers qui y font augure de lois informelles, la rue devient une institution, avec des places attribuées, ou auxquelles on s’accommode, mais aussi parfois contestées, comme par exemple le commerçant qui demande à un clochard enivré de quitter le pas de son magasin, ou des piétons qui rouspètent après le cycliste qui roule sur le trottoir. Ces frictions, ces frottements, ou aussi bien souvent ces ajustements n’en font pas seulement un univers de circulation qui doit mener quelque part. Elle est à proprement parler un « plurivers » (W. James), travaillé par des forces et des pressions, soumis à des violences plus ou moins contenues. La rue devient ainsi le lieu privilégié du conflit : conflit soit pour des places situationnelles produites, soit pour des positions structurales révélées, pour des usages revendiqués comme légitimes, pour des rites à respecter ; bref, pour l’ordre des civilités. La rue devient alors un agencement de territoires, plus ou moins communautaires, où se superposent et se chevauchent des pouvoirs de plusieurs ordres, et qu’on ne peut pas représenter de manière univoque.

7Autant d’approches (tant microsociologique, que judiciaire, textuelle, urbanistique et cognitive) font de la rue un carrefour disciplinaire. Dès lors comprenons que la rue n’est pas une essence, mais un objet observable à travers ses effets et qui doit par conséquent être historicisé. A l’image de ces approches superposées, le thème nécessite un regard croisé que ce numéro tente de proposer.

Haut de page

Notes

1 Par exemple Lucien de Rubempré dans les Illusions perdues de Balzac : « Pendant sa première promenade vagabonde à travers les boulevards et la rue de la Paix, Lucien, comme tous les nouveaux venus, s’occupa beaucoup des choses plus que des personnes. A Paris, les masses s’emparent tout d’abord de l’attention : le luxe des boutiques, la hauteur des maisons, l’affluence des voitures, les constantes oppositions que présentent un extrême luxe et une extrême pauvreté saisissent avant tout. Surpris de cette foule à laquelle il était étranger, cet homme d’imagination éprouva comme une immense diminution de lui-même. Les personnes qui jouissent en province d’une considération quelconque, et qui y rencontrent à chaque pas une preuve de leur importance, ne s’accoutument point à cette perte totale et subite de leur valeur… Paris allait être un affreux désert. » Illusions perdues, Folio, 1972, p. 177.Ou encore Bardamu dans Voyage au bout de la nuit : « C’étaient des soucis de banlieue. Cependant vers la rue Bonaparte, la réflexion me revint, la triste. C’est une rue pourtant qui donnerait plutôt du plaisir au passant. Il en est peu d’aussi bienveillantes et gracieuses. Mais en m’approchant des quais, je devenais tout de même craintif. Je rôdais… Le cimetière, un autre encore, à côté, et puis le boulevard de la Révolte. Il monte avec toutes ses lampes droit et large en plein dans la nuit. Y a qu’à suivre, à gauche. C’était ma rue. Il n’y avait personne à rencontrer. Tout de même j’aurais bien voulu être ailleurs et loin… C’était froid et silencieux chez moi. Comme une petite nuit dans un coin de la grande, exprès pour moi tout seul… Je regardais encore s’il se passait quelque chose dehors, en face. Rien qu’en moi que ça se passait, à me poser toujours la même question. J’ai fini par m’endormir sur la question, dans ma nuit à moi, ce cercueil, tellement j’étais fatigué de marcher et de ne trouver rien. » Voyage au bout de la nuit, Folio, 1952, p. 291.

2 Nous renvoyons explicitement ici à la théorie écologique de J.-J. Gibson et à sa notion d’« affordance » in The Ecological Approach to Visual Perception, LEA, Londres, 1986. L’environnement est décrit en fonction des possibilités d’action qu’il offre à l’observateur. Il s’agit de dépasser le clivage sujet / objet pour mieux comprendre que le visible est une invitation à être vu, une disponibilité non pas du regardant mais du regardé. En somme « externaliser les ressources cognitives qu’un usager peut activer ». Gibson sort ainsi d’un modèle cognitif de type computationnel (selon lequel notre système cognitif se réduirait à manipuler des représentations toutes faites et déjà présentes dans notre cerveau). Il le résume ainsi : « Ne vous demandez pas ce qu’il y a dans votre tête, mais dans quoi est-elle. » Pour plus de précisions encore, voir Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 1997.

3 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien, tome 1, Folio Essais, 1990.

4 Ricoeur définit l’intrigue comme la concurrence entre d’une part l’exigence de concordances et d’autre part l’admission de discordances qui mettent en danger l’identité. « Le soi et l’identité narrative » in Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

5 Pensons à Bachelard : l’opinion est caractérisée par le fait qu’elle peut avoir raison, mais à la différence de la science, elle ne sait pas pourquoi.

6 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 1997.

7 L. Wirth, « Le phénomène urbain comme mode de vie » (1938), in L’Ecole de Chicago, Y. Grafmeyer et I. Joseph, Paris, Aubier, 1990 [1979], pp. 255-282.

8 G. Simmel, « Métropoles et mentalité », in L’Ecole de Chicago, ibid., pp. 61-77.

9 Il convient de relier les espaces publics habermassien et goffmanien : l’espace public est l’élément constitutif de la démocratie, car le catalyseur d’un accord entre citoyens et aussi un dispositif de mise en tension des identités.

10 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aigues, Editions de l’aube, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella, Sophie Conrad et Florent Coste, « Éditorial », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 5 | 2004, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/3093

Haut de page

Auteurs

Édouard Gardella

Articles du même auteur

Sophie Conrad

Florent Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page