Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Article final

L’autonomie de la pratique en question

Anton Perdoncin et Pierre Saint-Germier
p. 110-114

Texte intégral

1Choisir d'éclairer la notion de pratique à la lumière de celle de tactique n'a rien de trivial. Plutôt que de déterminer la notion de pratique par une intention transparente au sujet de l'action, ou d’en faire la simple application d’un principe théorique, les articles réunis dans ce numéro, par la mise en tension de ces deux termes, ont cherché à interroger la possibilité d'une autonomie de la pratique par rapport, notamment, à la théorie. Les articles proposés, en utilisant le concept de tactique, délestent celui de pratique des traditionnels problèmes d’intention ou d’articulation entre theoria et praxis. La tactique peut en effet être comprise comme ruse, savoir-faire, ou coup juste, par opposition à la stratégie qui, elle, supposerait un calcul, tout du moins une anticipation sur l’action.

2Mais l'affirmation de cette autonomie de la pratique, nécessitée par la prise en compte des tactiques, ne va pas de soi. Elle suppose un certain nombre de partis pris méthodologiques et théoriques, tels qu’un pan de la sociologie des sciences ou le pragmatisme anglo-saxon peuvent les proposer. Nombre d’articles s’en inspirent.

Pas de pratiques sans contexte

  • 1 Nicole Bériou, « Les sermons latins après 1200 », in The Sermon, Typologie des sources du Moyen-Age (...)

3L’exigence d’une compréhension autonome des pratiques nécessite de référer ces dernières à leur contexte d’effectuation. L'article « Pratiques rituelles et pragmatique de la conversion » mobilise ainsi les notions de contexte et d'indexicalité, pour décrire les effets pratiques produits par des tactiques de prédication. Si le prédicateur dispose d’un recueil de sermons, c'est moins pour l’utiliser comme outil stratégique de conversion, que comme matériau de tactiques qui, par définition, doivent sans cesse s’adapter à des situations. Le texte qui constitue le programme de la prédication se comprend d'autant mieux qu'il est mis en relation avec la pratique concrète, située et indexée qu'est sa performance. C'est la pratique qui éclaire le programme, et non le contraire1.

  • 2 En épistémologie, la justification désigne l’opération par laquelle une théorie est validée en fonc (...)
  • 3 Ce problème d’épistémologie générale se résume à la question de la possibilité d’inférer une loi va (...)

4Le déplacement dans l’analyse linguistique de la forme des énoncés vers les modalités de l’usage des prédicats qu’ils mobilisent permet, de façon similaire, à l’épistémologie de Nelson Goodman de revaloriser la notion de pratique au sein même des opération de justification des théories2. Sa reformulation du problème classique de l'induction3, prend acte de l’impossibilité de réduire la validation d’une théorie à une inférence purement logique et applique au cas de l’induction le principe selon lequel définir un terme, c'est opérer un ajustement entre ses différents usages. Définir les propriétés de l’induction valide n’est donc pas autre chose que décrire les inférences inductives qu’en pratique nous jugeons satisfaisantes et acceptons. Les règles du raisonnement inductif, à proprement parler, ne justifient pas la pratique de l'induction, mais c'est par un ajustement mutuel que la règle valide la pratique et que la pratique se conforme à la règle. Il n’y a pas de principe normatif en dehors de la succession et de l’évolution des pratiques.

  • 4 Steve Shapin, « Une pompe de circonstance, la technologie littéraire de Boyle » in Callon et Latour (...)

5Cette idée que les procédures normatives de justification ne sauraient se passer d’une référence à des pratiques concrètes de vérification n’est pas étrangère à la sociologie des sciences. Le contexte dans lequel sont manipulées les preuves scientifiques s’avère ainsi déterminant : l’article « Les stratégies de l'expérience » montre comment le rôle que joue l'expérience dans la confirmation des hypothèses est étroitement indexé à des contextes socio-politiques déterminés, et ne se laisse comprendre qu'en référence à ces contextes. Le fait expérimental est indivisiblement une catégorie épistémologique et sociologique4.

Pas d’autonomie sans paradoxe

6Néanmoins, la nécessité d’une telle indexation des pratiques au contexte de leur effectuation n’est pas sans poser de problème : l'autonomie des pratiques que permet de penser ce plan immanent d’analyse demeure paradoxale. Ainsi, les notions mobilisées pour construire et défendre cet espace d'autonomie, celle de contexte notamment, renvoient toujours les pratiques à quelque chose qui leur est extérieur. S’il faut dissocier les pratiques des intentions ou des stratégies pour penser des tactiques, il reste difficile de saisir ce que serait une pratique en elle-même. Et si cette émancipation suppose la référence à un contexte, comment tracer la ligne de démarcation entre les aspects pertinents et non pertinents de ce contexte pour une action ? On pourrait considérer que les contextes pertinents sont ceux mobilisés dans le cours de l’action, mais alors la détermination des pratiques par leurs contextes devient circulaire. Cette espace d’autonomie des pratiques, aussi nécessaire soit-il à la prise en compte des tactiques, achoppe sur un premier paradoxe : s'il est question d'autonomie, il s'agit d'une autonomie sans intériorité.

  • 5 François Héran « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le lan (...)

7Concevoir l’autonomie de la pratique rend, en outre, problématique le statut conceptuel des pratiques. Si Bourdieu cherche, par exemple, à autonomiser les pratiques à la fois de la conception d’un agent intentionnel et rationnel et de la simple prise en compte des structures déterminant son action, il n’y parvient que de manière très rhétorique faute d’utiliser le concept de tactique : ces tours de force (rhétorique du « ni-ni », oxymore, antimétabole) qui traversent son œuvre, dénotent à la fois l’existence d’une « boîte noire » à l’intérieur de son système (l’incapacité, comme le montre François Héran, à penser les modalités de ce passage du passif à l’actif que permet l’habitus5), ainsi qu’une ambiguïté inhérente à son mode de conceptualisation des pratiques (ambiguïté qui n’est pas sans lien avec la manière dont il prétend dépasser la phénoménologie et le structuralisme).

  • 6 C’est-à-dire des savoirs qui se passent de toute formulation d’énoncé et de jugement ; en d’autres (...)

8Au-delà de ces difficultés propres à la théorie bourdieusienne, ne sommes-nous pas, en outre, face à une difficulté propre à l’objet lui-même de la sociologie, voire de toute anthropologie : ces disciplines se trouveraient confrontées au problème du rapport entre une tentative d’explication générale des phénomènes sociaux et les savoirs anté-prédicatifs et non-propositionnels6 qui les sous-tendent ? Un second paradoxe de l’autonomie des pratiques tient alors au statut de la représentation de ce savoir pratique dans un langage de la théorie qui ne peut que rester prédicatif et propositionnel.

De la théorie de la pratique à la théorie comme pratique

9Ce deuxième paradoxe de l'autonomie des pratiques ouvre sur une question plus profonde, celle de la relation entre cette espace immanent et la manière de le théoriser. Une manière d'aborder cette question pourrait consister à relativiser la théorie scientifique comme une pratique à part entière. La philosophie analytique de Goodman propose, par exemple, de concevoir les théories scientifiques avant tout comme des ensembles d'énoncés, donnant lieu à un usage particulier de prédicats. Ces usages trouvent leur spécificité dans un mécanisme de projection des usages antérieurs vers les usages à déterminer. C'est une logique des usages, et en ce sens une logique immanente aux pratiques linguistiques propres aux sciences, qui est au principe des opérations normatives de confirmation et de validation des théories scientifiques. Les généralisations théoriques des sciences, les énoncés « nomologiques » doivent ainsi se comprendre comme des pratiques dont les règles font elles-mêmes référence à d'autres pratiques antérieures.

10L'article sur « Les stratégies de l'expérience » confirme ce postulat en montrant que le monde scientifique n'est pas un isolat en marge du monde social. La preuve, en tant qu'objet d'usage, est au centre non pas seulement de la construction d'une théorie mais encore d'une pratique sociale insérée dans des relations de pouvoir. Cela suppose d'identifier un champ scientifique, c'est-à-dire au sens où l'entend Bourdieu, un espace social autonome régi par des régularités spécifiques, à côté des champs littéraire, juridique. Là encore, cette identification n'est pas triviale, elle implique que l'on applique les mêmes exigences de contextualisation aux théories qu'aux pratiques, elle suppose encore le même phénomène de renvoi extérieur à d'autres pratiques ou à d'autres objets.

11L’idée d’un renversement, ou plus précisément d’une réduction de la théorie à une forme de pratique, s’accompagne chez Marx d’une conception de la philosophie comme pratique critique dirigée vers son objet lui-même. Marx opère à la fois une radicalisation et une extension de ce renversement par la mise en évidence de la réalité concrète que produit un ensemble de pratiques sociales caractéristiques d’une classe sociale donnée. Si pour Marx toute pratique sociale informe le réel, la théorie elle-même, en tant qu’elle participe d’une pratique particulière d’accès au réel l’informe aussi. En d’autres termes, toute théorie est concrètement une pratique d’information du réel. Cependant, une telle effectivité pratique de la philosophie critique ne peut être comprise sans saisir la manière dont Marx évolue d’un paradigme élargi de la pratique, à la détermination d’un cadre théorique, contextualisé à travers la compréhension de la lutte sociale comme une tactique : la lutte des classes oppose deux modes d’accès au réel, chaque classe cherchant à imposer le sien. L’extension de la pratique chez Marx passe ainsi par la mise en place d’une théorie de la tactique.


  

12La considération d’un espace d’autonomie des pratiques s’est ainsi avérée théoriquement féconde en ce qu’elle a permis de lier les pratiques et les tactiques dans un même plan pragmatique d’analyse à même de rendre compte de la complexité des phénomènes étudiés. Si le prix à payer de tels avantages reste la difficulté à trouver une détermination stable et univoque d’une connaissance des pratiques, de telles orientations de recherches ouvrent la perspective d'une compréhension des pratiques au plus près de l'action et de ses contextes, orientations qui mériteraient d’être consolidées et poursuivies.

Haut de page

Notes

1 Nicole Bériou, « Les sermons latins après 1200 », in The Sermon, Typologie des sources du Moyen-Age occidental, Brepols Belgium, 2000, p. 417 : elle parle d’« un certain sens de l’événement, de l’actualité, de la relation singulière entre tel prédicateur et tel auditoire ».

2 En épistémologie, la justification désigne l’opération par laquelle une théorie est validée en fonction de sa relation avec sa base empirique.

3 Ce problème d’épistémologie générale se résume à la question de la possibilité d’inférer une loi valide à partir d’une succession de cas.

4 Steve Shapin, « Une pompe de circonstance, la technologie littéraire de Boyle » in Callon et Latour, (dir.), La science telle qu’elle se fait : anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, La Découverte, 1991.

5 François Héran « La seconde nature de l’habitus. Tradition philosophique et sens commun dans le langage sociologique », Revue française de sociologie, 1987, pp. 385-416. L’habitus est à la fois un stock d’expériences sociales sédimentées et le principe organisateur des pratiques, ce qui permet le passage du passif à l’actif. François Héran montre que Bourdieu n’explique pas comment s’opère ce passage : il s’agit bel et bien là de la « boîte noire » de sa théorie de la pratique.

6 C’est-à-dire des savoirs qui se passent de toute formulation d’énoncé et de jugement ; en d’autres termes, des savoirs qui se passent de représentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anton Perdoncin et Pierre Saint-Germier, « L’autonomie de la pratique en question », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 21 janvier 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/2873 ; DOI : 10.4000/traces.2873

Haut de page

Auteurs

Anton Perdoncin

Articles du même auteur

Pierre Saint-Germier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page