Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Les stratégies de l’expérience

Aurélien Ruellet
p. 61-75

Résumé

Le modèle littéraire du compte-rendu expérimental est le fruit d’une histoire complexe, qui du début du XVIIème siècle à la fin du XVIIIème subit de nombreuses inflexions, au gré des mutations du contexte social. Mobilisées à des titres différents par les scientifiques, considérées comme objets d’usage par le pouvoir et les élites, les pratiques expérimentales et les pratiques scripturaires qui leur sont liées apparaissent dès lors comme un lieu privilégié de déploiement de stratégies, mises en relation avec les cadres sociaux, institutionnels et intellectuels dans lesquels elles s’inscrivent.

Haut de page

Texte intégral

Pratiques expérimentales et stratégies en France (xviième – xixème siècles)

  • 1 Notamment l’école d’Edimbourg (Shapin, Barnes, Bloor, Edge).
  • 2 Bruno Latour et Steve Woolgar, La Vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, (...)
  • 3 Ibid., pp. 220-230. C’est l’objet de l’étude des « stratégies de carrière ». Latour est ici ambigu (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’Agir, collection « Cours et (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science, pour une sociologie clinique du champ scientifiq (...)

1Depuis une vingtaine d’années, la sociologie et l’anthropologie des sciences ont contribué à montrer, en étudiant les pratiques scientifiques, que celles-ci ne formaient pas un isolat en marge du monde social. Face à une certaine tradition de l’histoire des sciences postulant l’évolution autonome des idées scientifiques, la recherche sociologique, notamment anglo-saxonne1, s’est attachée à mettre en évidence l’importance des interactions sociales dans l’élaboration du savoir scientifique. Revendiquant un constructivisme plus ou moins radical, certains auteurs ont convoqué le concept de stratégie afin de rendre compte du comportement des acteurs et de l’organisation du travail scientifique, mais selon des présupposés épistémologiques assez différents. Bruno Latour adhère à une conception finaliste de la stratégie faisant du scientifique un acteur rationnel et conscient, voire cynique. Dès lors, ce dernier ne cesse de se comporter en stratège, depuis le choix de son objet de recherche2 jusqu’aux rapports qu’il entretient avec ses collègues et avec les institutions scientifiques3. Bourdieu, s’opposant non sans véhémence à cette conception4, propose une définition moins radicale de la stratégie, étroitement liée à son concept de champ, à laquelle nous nous tiendrons dans cet article. Il affirme que la position d’un chercheur au sein du champ scientifique est fonction de deux types de capitaux symboliques, dont la somme forme le capital scientifique5 : d’une part ce qu’il nomme le « capital pur » c’est-à-dire le crédit retiré de la pertinence et de la valeur des recherches entreprises et des résultats obtenus ; d’autre part le capital « institutionnel » ou « politique » issu de la position au sein des grandes instances productrices du savoir scientifique légitime. Dès lors, si l’on en croit Bourdieu, il faut situer les pratiques scientifiques à l’interface d’une double accumulation capitalistique, pure et institutionnelle. Mais la stratégie qui préside à cette accumulation n’a rien de cynique. Elle dépend étroitement de la position occupée au sein du champ, et se déploie dans les limites autorisées par les dispositions propres au scientifique et les lois immanentes du champ. Inconsciente et non réflexive, cette stratégie se joue dans l’immédiateté des pratiques, et revêt donc des aspects divers. Depuis le travail en laboratoire jusqu’à la publication dans les périodiques spécialisés, toutes les pratiques scientifiques peuvent être appréhendées comme des stratégies, en tant qu’elles ont un impact sur la structure du champ scientifique (conservation/subversion/accumulation capitalistique). Telles sont les pratiques expérimentales et les pratiques scripturaires connexes (comptes-rendus expérimentaux) qui constituent l’objet de cet article.

  • 6 Si la preuve comme notion logique est universelle et nécessaire, en sociologie des sciences, notamm (...)
  • 7 Il semble possible de parler de « champ scientifique » au XVIIème siècle, si l’on prend pour critèr (...)

2Le modèle littéraire qui préside aujourd’hui à l’écriture des pratiques expérimentales est le fruit d’une histoire complexe, qui débute à l’orée du XVIIème siècle, et s’achève pour ses traits les plus caractéristiques au début du XIXème siècle. Si les pratiques expérimentales, entendues en un sens général, sont attestées depuis l’antiquité, leur statut épistémologique dans la construction de la preuve6 est lui un acquis récent, et qui n’est pas le produit d’une évolution linéaire. Il s’en faut de beaucoup que la méthode expérimentale soit immédiatement perçue par l’ensemble des acteurs comme une pratique nécessaire et codifiée, une règle du champ. Dès lors, c’est le terrain privilégié de déploiement de stratégies. Entre le début du XVIIème et le début du XIXème siècle, de la faillite de l’aristotélisme scolastique à la constitution d’une physique expérimentale, une multitude de modèles littéraires émerge, correspondant à des dispositions individuelles et à des configurations du champ7 qui ont leur historicité propre. L’arrière-plan social et notamment le déclin de la sociabilité et des valeurs aristocratiques au profit de la poursuite de la centralisation étatique vont susciter une adaptation permanente des stratégies déployées. C’est une histoire de ces stratégies que mobilisent les acteurs du champ scientifique que nous allons esquisser, en nous focalisant pour cela essentiellement sur le domaine français.

La constitution d’une stratégie persuasive expérimentale

  • 8 Christian Licoppe, La Formation de la pratique scientifique, Paris, La Découverte, 1996, p. 21.
  • 9 L’aristotélisme tel qu’il a été relu par la scolastique induit entre autres une physique et une méd (...)
  • 10 C’est largement le parti-pris de C. Licoppe dont nous reprenons ici les analyses. Ce travail de C. (...)

3Il nous faut d’abord brièvement revenir sur le statut épistémologique des pratiques expérimentales au début du XVIIème siècle. Le terme français expérience souffre alors d’une profonde ambivalence8. Il peut avoir le sens du latin experientia, qui désigne l’expérience de sens commun, accessible à tous et infiniment reproductible, ou le sens du terme experimentum, qui désigne au contraire l’expérience artificielle menée par des spécialistes, par exemple des alchimistes, et dont le caractère reproductible n’est pas acquis. L’experimentum a hérité des pratiques alchimiques une force avant tout rhétorique. Mobilisé pour illustrer la véracité des écrits des Anciens, il ne peut jamais falsifier et remettre en cause la conception du monde induite par l’aristotélisme9. Pur lieu rhétorique, l’experimentum peut cependant voir sa valeur argumentative rehaussée par le témoignage de personnes de qualité. Dans les traités scientifiques et les comptes-rendus expérimentaux du début du XVIIème siècle, les pratiques expérimentales, de plus en plus présentes, conservent néanmoins cette fragilité. Parfois mobilisées au titre d’experientia, donc indubitables, parfois au contraire convoquées comme argument rhétorique relevé par le témoignage de personnes éminentes, elles s’inscrivent dans un cadre confus dont une doxographie documentée, à partir des comptes-rendus expérimentaux, peut montrer les principales tendances10.

  • 11 Nous définirons, en nous inspirant de l’ouvrage de D.Vinck, op. cit., une stratégie de persuasion c (...)
  • 12 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1985.

4Dans la première moitié du XVIIème siècle, les stratégies de persuasion11impliquent de plus en plus les pratiques expérimentales, aux dépens d’autres formes de construction de la preuve, comme le recours à l’autorité des Anciens. Cela est largement le fait de mutations importantes dans le fonctionnement du champ scientifique. Tandis que la communauté scientifique s’accroît numériquement, de nouvelles formes de sociabilité savante font leur apparition. La curialisation des élites12 suscite l’apparition d’une science mondaine, essentiellement spectaculaire. Il s’agit de montrer des phénomènes étranges, amusants ou surprenants à un public aristocratique flatté par le sentiment d’assister à un spectacle rare. Les pratiques expérimentales, dramatisées à l’envi, figurent en bonne place. Par ailleurs, les savants se rencontrent également hors de la cour, dans des académies plus ou moins formelles, dont certaines ne survivent pas à leur créateur. Malgré les défauts évidents d’organisation qui les caractérisent, et notamment l’importance des polémiques, parfois destructrices, ces cercles et cénacles savants, placés sous le signe des pratiques expérimentales, sont des foyers de diffusion de la nouvelle philosophie naturelle en rupture avec l’aristotélisme scolastique.

  • 13 Steven Shapin « Une pompe de circonstance, la technologie littéraire de Boyle » in Callon et Latour (...)
  • 14 Le scientifique anglais Robert Boyle (1627-1691) est souvent qualifié de père de la « méthode expér (...)
  • 15 L’expression est de Christian Licoppe, op. cit., p. 85. Il insiste particulièrement sur le caractèr (...)

5Si la pratique expérimentale est désormais incontournable, son statut épistémologique et surtout les modalités de sa mise en forme textuelle au sein d’un compte-rendu expérimental, restent largement à définir. Steven Shapin13, analysant les comptes-rendus expérimentaux de Boyle14, décèle l’émergence d’un modèle littéraire donnant un vrai statut probatoire à l’expérience. Cette transition implique une transformation du cadre social de l’expérimentation. Boyle veut en effet rompre avec le caractère secret de l’activité alchimique. Pour être valable, une expérience doit selon lui se dérouler devant plusieurs témoins, au sein d’un espace public. Au regard de l’expérience, cependant, tous les témoignages ne s’équivalent pas et on peut distinguer deux types de statut pour l’énonciateur : le témoignage est le fait soit d’hommes habiles, de virtuosi, soit de personnages dont la position sociale élevée assure le crédit. Pour les expériences les plus cruciales, Boyle prend un soin tout particulier à faire la liste nominative de ses témoins en précisant leurs qualités. En France, où le même type de stratégie persuasive opère, les témoins privilégiés appartiennent bien entendu aux deux premiers ordres. Dans le cadre des nouvelles configurations sociales que nous avons décrites ci-dessus et en particulier du fait du développement d’une sociabilité scientifique mondaine, le témoignage aristocratique a nettement tendance à l’emporter sur celui des virtuosi. S’il participe à la construction de la preuve, il est aussi une stratégie d’accumulation de capital institutionnel, et parfois même de capital économique. Les savants abrités dans les cours étaient en effet souvent pensionnés et bénéficiaient de conditions matérielles tout à fait privilégiées. Si la mode des cabinets de curiosité, des expériences spectaculaires et curieuses est imputable en partie à la sensibilité des élites patriciennes et à l’émergence de la figure de l’honnête homme, il est également lié au développement de transactions nominales15 entre le monde aristocratique et le monde scientifique, ce type d’échanges constituant une règle de fonctionnement du champ. Un aristocrate met en jeu son crédit dans le soutien d’une expérience, tandis qu’il se voit associé à une forme de sociabilité perçue comme attractive. Le scientifique flatte l’ethos aristocratique en échange du crédit porté à ses pratiques expérimentales. Cette stratégie, on le voit, implique un caractère spectaculaire et visuel des pratiques expérimentales, qui vient en retour informer les modèles littéraires mis en œuvre.

  • 16 Op. cit., p. 42. S. Shapin définit le « fait expérimental », catégorie à la fois épistémologique et (...)
  • 17 Ibid.,p. 53.

6La construction de la preuve ne se joue pas en effet seulement dans les configurations sociales des pratiques expérimentales, mais aussi dans les modèles des comptes-rendus expérimentaux, qui sont les lieux de déploiement, selon S. Shapin, de « technologies littéraires »16. Chez Boyle, la technologie littéraire essentielle est celle du « témoignage virtuel ». Il s’agit de « produire dans l’esprit du lecteur une image de la scène expérimentale qui supprime la nécessité du témoignage direct ou de la reproduction »17. Le témoignage virtuel utilise en premier lieu une abondante iconographie destinée à figurer le matériel expérimental. Traitées avec un grand détail, utilisant la perspective et les ombrages, les gravures que Boyle prenait un grand soin à faire réaliser n’ont donc rien à voir avec le dépouillement abstrait d’un schéma. La même volonté d’exhaustivité et de réalisme est à l’oeuvre dans le récit expérimental. S’il écrit bien à la première personne, Boyle est également assez réticent quant à l’affirmation d’opinions théoriques personnelles, qui sont toujours précédées de modalisateurs du type « il est probable », « peut-être »… L’exposé d’un système théorique, au demeurant fort limité chez Boyle, n’occupe donc aucune place dans sa stratégie persuasive. En revanche, les faits expérimentaux, qui ne souffrent aucune mise en doute, sont exposés dans une langue claire et sans ornements.

7En France, la technologie du témoignage virtuel est aussi largement utilisée. La preuve a un caractère essentiellement visuel, soutenu par une narration très circonstanciée, dans laquelle le scientifique s’engage parfois personnellement à la première personne. Les phrases sont organisées sous la forme « X fit… X vit » où X peut avoir valeur de première personne du singulier comme de collectif. Ce modèle, qui n’était autrefois utilisé que dans les correspondances privées, tranche singulièrement avec le recours à la forme syllogistique caractéristique de la scolastique. Si l’on est certain que le fait expérimental correspond à une réalité, et que cette réalité est centrale dans la construction du savoir scientifique, l’on n’est cependant pas certain qu’il soit reproductible. C’est parfois au contraire son caractère exceptionnel qui est mis en valeur. Il s’agit là d’un point de clivage essentiel. Chez les tenants de l’expérience curieuse, ce sont les termes « prodigieux », « merveilleux », « curieux » qui sont le plus employés, articulés à un témoignage virtuel à la première personne souvent marqué par des verbes exprimant une action imprévue et violente. Chez les tenants du caractère régulier et reproductible, c’est au contraire sur l’aspect coopératif, et presque routinier des pratiques expérimentales que le texte insiste. Ces deux types de stratégies de persuasion prennent place dans des configurations sociales similaires et ne sont encore pas encore inconciliables. Il n’est pas rare de voir un savant passer de l’une à l’autre au gré des circonstances. Les mutations du contexte social vont bientôt permettre l’épanouissement d’autres stratégies de persuasion.

Les usages sociaux de la preuve

8La structure du champ scientifique est en effet profondément affectée par la création de l’Académie royale des Sciences, en 1666. L’Académie, abritant les plus grands savants de son temps, protégée par le Roi, dispose d’une importante légitimité pour prescrire des normes. Désormais, les lois de fonctionnement du champ sont largement données par les pratiques académiques, qui sont elles-mêmes directement issues d’une réaction contre les pratiques scientifiques mondaines. L’Académie des Sciences se construit en effet en rompant avec les formes de sociabilité pré-académiques, marquées par les disputes, les controverses et les polémiques, dont l’unité des cercles savants avait finalement fait les frais. Les fondateurs de l’Académie cherchent au contraire à créer un cadre d’échanges policé. Le moyen en est selon eux le rejet des « systèmes de pensée », des dogmatismes doctrinaux incarnés selon Fontenelle, par l’aristotélisme aussi bien que le cartésianisme. La science académique se veut donc empirique : l’activité de la compagnie est explicitement orientée vers la collecte de faits expérimentaux bruts. La théorie viendra après.

  • 18 Edme Mariotte (1620-1684), physicien français grand défenseur de la méthode expérimentale. Contre l (...)

9Comme chez Boyle, on distingue donc nettement l’énoncé du fait expérimental de l’exposition d’une théorie ou d’une conjecture. Les comptes-rendus sont également finement circonstanciés. La volonté d’unité et de consensus autour de l’expérience se traduit par une technologie littéraire caractérisée par un « on » collectif. Dans un premier temps, les publications de l’Académie sont marquées du sceau de ce « on » collectif qui du reste est largement une fiction. Souvent exécutées par quelques savants seulement, les expériences n’en sont pas moins à dessein attribuées à l’ensemble de la compagnie. Il s’agit là d’une rupture délibérée avec les configurations sociales marquées par une sociabilité aristocratique et impliquant le témoignage des Grands dans la construction de la preuve. Cependant, tous les travaux ne pouvant être contrôlés par les membres de l’Académie, certains académiciens commencent, dès les années 1670, à publier sous leur nom propre. Ce retour à un engagement personnel de l’expérimentateur s’explique par la faillite de l’idéal académique du travail collectif. Le mode de légitimation du fait expérimental en vigueur ne suffit pas à certains savants. Mariotte, impliqué dans une controverse sur l’existence de la tâche aveugle18, subvertit les normes académiques. La pratique expérimentale se doit en effet selon lui, pour voir sa légitimité renforcée, de circuler dans l’espace social. Certains scientifiques restent donc attachés aux transactions passées avec le monde aristocratique et aux formes de promotion sociale qu’elles représentent. Si la pratique expérimentale s’inscrit désormais dans les écrits scientifiques comme un élément central de la construction du savoir et non plus seulement en argument rhétorique, les stratégies à l’œuvre restent diverses et articulées à des configurations contradictoires du champ scientifique. Le modèle de l’Académie des Sciences, à vocation normative, est contesté par une forme, plus ancienne, aristocratique et spectaculaire de la construction du fait expérimental.

  • 19 Adrien Auzout (1622-1691), astronome et physicien membre de l’Académie.
  • 20 Cité par C. Licoppe, op. cit., p. 80.

10Dans les dernières années du XVIIème siècle et à la charnière du XVIIIème siècle, les technologies littéraires vont s’adapter aux mutations du contexte social. Car la technologie littéraire de la « preuve curieuse » s’articule à une configuration sociale qui se trouve en porte-à-faux avec l’absolutisme louis-quatorzien. Dans l’économie de la preuve mondaine et curieuse, le public aristocratique se trouve simple témoin d’un phénomène physique ou chimique jugé extraordinaire. Dans les rituels de cour, comme dans les cérémonies royales, Louis XIV cherche à se constituer comme le centre d’un monde qu’il domine. Or le spectacle expérimental, singulièrement celui qui met en scène l’irrégulier et le bizarre, qui surprend le spectateur et désarme son intelligence du réel, contredit précisément la volonté de contrôle et de mesure qui est celle de Louis XIV. Le spectacle expérimental relègue le Roi au rang de simple spectateur, à la même position que les aristocrates qui lui sont pourtant inférieurs dans le cérémonial de cour. Le Roi est donc, par la nature même du spectacle expérimental, impossible à satisfaire. Sa visite à l’Académie des Sciences, en 1681 semble décevante ; les expériences de chimie n’intéressent visiblement pas le souverain. Si la preuve curieuse et spectaculaire ne se prête pas à un usage politique de la part du souverain, il n’en va pas de même pour les faits expérimentaux présentés comme reproductibles et prévisibles. Quand l’expérience semble permettre la connaissance et la maîtrise du monde, elle trouve grâce aux yeux de Louis XIV. Même s’il ne s’agit pas stricto sensu d’une expérience, l’observation d’une comète en 1664 fournit un bon exemple du traitement différencié des pratiques scientifiques par le pouvoir royal. Certains scientifiques se perdent en conjectures et en théories sur la nature des comètes, choses qui intéressent tant l’aristocratie, mais si peu le roi. En revanche, Adrien Auzout19 qui rédige au tout début de l’année 1664 un « éphéméride du Comète » dédicacé à Louis XIV, fait de l’observation et de prédiction de la comète un enjeu de puissance et de prestige : « Il ne convient pas que les Français laissent le pas aux étrangers dans aucun domaine »20, affirme t-il dans cette dédicace. Alors qu’une polémique engage plusieurs savants européens sur cette question, Auzout se pose en garant du rayonnement de Louis XIV sur le reste de l’Europe. La prédictibilité, et le caractère régulier de la nature, qui signent l’appropriation symbolique du monde sont ainsi inscrits au sein d’une stratégie d’accumulation capitalistique : Auzout profite de l’oreille que lui prête le Roi pour suggérer à ce dernier la construction d’un observatoire digne de ce nom, chose qui est faite en 1667 avec la mise en chantier de l’observatoire du Luxembourg. Ce modèle de transaction s’articule, on le voit, sur un régime de prédictibilité, de maîtrise et de mesure, conforme aux idéaux d’un classicisme mâtiné d’absolutisme.

11Deux stratégies persuasives sont donc clairement constituées à la fin du XVIIème siècle : l’une, associée à une sociabilité mondaine et aristocratique met en valeur l’aspect curieux des pratiques expérimentales ; l’autre, davantage tournée vers la séduction du pouvoir absolutiste s’appuie sur la reproductibilité des phénomènes et leurs usages potentiels hors du monde savant. Ce sont là les deux grands statuts de la preuve expérimentale au cours du XVIIIème siècle : la preuve curieuse et la preuve utilitaire.

Du curieux à l’utile, du singulier au régulier

  • 21 Charles-François de Cisternay Dufay (1698-1739), savant et officier d'infanterie est surtout célèbr (...)

12Jusque vers 1730, le modèle littéraire dominant joue toujours du témoignage visuel avec une structure « X fit… X vit ». Ce modèle diminue par la suite nettement dans les comptes-rendus expérimentaux au profit d’une structure de type « X fit… tel effet se produisit ». Un tel modèle était certes utilisé auparavant dans le cas d’expériences très longues, pour lesquelles l’utilisation d’un témoignage virtuel n’est pas très pertinente. Désormais, on l’utilise même pour rendre compte d’un fait expérimental « brutal », comme la rupture d’un fil ou l’émission de lumière par un diamant frotté. Par cette technologie littéraire, l’engagement personnel de l’expérimentateur se fait moindre dans le processus de construction de la preuve expérimentale. Le fait d'expérience se constitue comme une propriété assignée aux choses et aux instruments, et non plus comme un fait singulier observé en un lieu précis. Cette affirmation de stabilité phénoménale est le préalable au déploiement d’une rhétorique utilitaire. La reproductibilité et l’ubiquité du fait expérimental rendent en effet possible, par le biais d’une médiation technologique, une utilisation hors du monde savant. La perspective utilitaire envahit les comptes-rendus expérimentaux. Dans un mémoire sur une pompe à eau allemande dont il n’a pourtant pas encore réussi à imiter l’effet, le physicien Dufay21 se réjouit déjà des possibles applications d’une telle invention pour améliorer la sécurité des biens et des personnes. De manière circulaire, l’horizon utilitaire intervient comme argument en faveur de la reproductibilité.

  • 22 Johann I. Bernoulli (1667-1748), frère de Jacob et père de Daniel, oeuvra à la diffusion du calcul (...)
  • 23 Ce que Bernoulli nomme phosphore, c’est la production par le tube de son baromètre d’une lumière vi (...)
  • 24 Cité par Licoppe, op. cit., p. 111.

13Pourtant cette preuve utilitaire ne fait pas consensus, pour la simple raison que la stabilité des phénomènes ne paraît pas encore assurée. Les savants sont encore tributaires des imperfections des instruments de mesure et surtout de l’absence de normes de fabrication. Toute comparaison directe est impossible entre deux situations expérimentales employant des balances, des thermomètres ou des baromètres différents. La rhétorique utilitaire restant fragile, il reste toujours un espace pour des stratégies de persuasion mettant en jeu le curieux et l’extraordinaire. Ainsi Bernoulli22, s’il mobilise les deux registres, n’en subordonne pas moins la preuve curieuse, supplément rhétorique, à la preuve utilitaire, centrale dans ses mémoires : « quoique mon phosphore23 soit déjà assez recommandable par la seule curiosité, j’entrevois cependant encore une manière d’en tirer quelque usage dont je vous ferai part une autre fois ». Réaumur tente le même genre de synthèse dans ses mémoires expérimentaux. Il affirme ainsi la possibilité de concilier les deux registres : « souvent, on hésite trop peu à partager les connaissances en curieuses et utiles »24.

  • 25 Sur ces questions, voir Eric Brian, La Mesure de l'État. Administrateurs et géomètres au XVIIIème s (...)
  • 26 En 1731, Académie royale de chirurgie ; en 1752, Académie royale de Marine à Brest ; en 1777, créat (...)
  • 27 C'est-à-dire comme une stratégie d’accumulation institutionnelle.
  • 28 Roger Hahn, op. cit., pp. 270-271.

14L’utilisation de cette rhétorique utilitaire s’inscrit dans une stratégie complexe. Elle vise à persuader, et donc à accumuler du capital pur, mais en tant qu’elle place le scientifique dans un dialogue avec les autorités politiques et les institutions, elle est aussi génératrice de capital institutionnel. Nous avons vu que l’Etat absolutiste considérait d’une manière privilégiée la preuve utilitaire. L’appareil administratif est en profonde rénovation à la fin du XVIIème siècle et sous le règne de Louis XV. Se développe une culture administrative de la rationalité bureaucratique et de l’efficacité pratique25. Le Roi ne doit plus seulement toucher les scrofuleux, il se doit aussi de bien gérer le royaume, avec tout l’arsenal de discours et de savoirs que cela suppose. Les préoccupations réformistes marquent considérablement la structure du champ scientifique, avec une pression accrue sur l’Académie et ses fonctions consultatives en matière technologique. De nouvelles institutions scientifiques sont par ailleurs créées26. Dans ce contexte nouveau, l’appui sur des stratégies persuasives utilitaires est aussi à considérer comme une stratégie de pénétration des nouveaux offices27. Intendants de province, ministre de la guerre, lieutenant de police de Paris, cours de justice, tous ces acteurs font appel à l’institution académique28. Ce sont plus largement de nouvelles formes de transactions qui s’établissent entre d’une part le monde savant, et d’autre part l’Etat. Un homme comme Réaumur, dont on a vu qu’il mobilisait les deux registres probatoires, la curiosité et l’utilité, se trouve par cette stratégie de persuasion à l’interface de deux mondes sociaux et de deux stratégies de pénétration. Par son histoire personnelle (né au sein d’une famille noble de province, il est cependant par son grand talent scientifique accepté très tôt au sein de l’Académie des Sciences), il est particulièrement disposé à puiser dans les deux domaines. Il collabore avec la nouvelle administration d’Etat, les corps d’ingénieurs, en encourageant le développement des procédés utiles. A ce titre, il propose même que les offices en relation avec les technologies soient l’apanage des savants. Mais par ailleurs, Réaumur est bien inséré dans les cercles de sociabilité aristocratique et s’emploie à augmenter les collections du Jardin du roi dans une perspective érudite et curieuse. Réaumur est donc à l’image des dynamiques à l’œuvre dans le champ scientifique au milieu du XVIIIème siècle. S’il joue sur deux stratégies, mettant en cause deux réseaux d’acteurs, l’une d’elle impliquant l’utilité comme moyen et la pénétration de l’Etat comme fin, paraît nettement en flèche.

La mesure et la théorie

  • 29 Il ne s’agit pas d’une controverse entre sceptiques et théoriciens : l’Abbé Nollet, ardent défenseu (...)

15Si l’expérience se constitue comme stable et utile, elle n’est pas encore indexée à des théories qu’elle viendrait défendre. Au milieu du XVIIIème siècle, ce retrait des systèmes explicatifs est cependant remis en cause par Benjamin Franklin lors de ses travaux sur l’électricité. Son récit d’expérience mobilise une technologie littéraire qui diffère fondamentalement de celle du « témoignage virtuel » : la forme narrative cède la place à une forme impérative pour décrire les opérations, le scientifique exhortant ainsi le lecteur à reproduire l’expérience. La reproductibilité de l’effet est garantie ; si échec il y a, il est imputable à l’expérimentateur. Tout le vocabulaire qu’emploie Franklin renvoie à un système théorique qu’il vient exemplifier. La réception des pratiques expérimentales est complètement dédramatisée, puisqu’une théorie vient prédire le comportement de la Nature. En France, ce sectarisme théorique choque les contemporains, qui refusent la dévaluation de la preuve visuelle. Les pratiques académiques insistent toujours sur la présence de témoins, du moins sur l’existence d’une transaction passée entre monde savant et monde institutionnel29. Mais rapidement, la preuve expérimentale constituée en spectacle ne joue plus comme règle de fonctionnement du champ. Plusieurs savants jugent que la perception visuelle n’est plus suffisante : les propriétés des choses ne se révèlent pas dans leur extériorité mais dans une profondeur intérieure qu’il faut tenter d’approcher en multipliant les mesures mais aussi en avançant des théories. La démonstration visuelle continue certes d’exister en s’articulant à une sociabilité scientifique mondaine. Elle n’a cependant plus valeur de légitimation et ne participe plus à l’accumulation de capital pur.

  • 30 Charles Augustin de Coulomb (1736-1806), physicien français connu pour ses recherches en électrosta (...)
  • 31 Auparavant, l’expérience, surtout dans son contexte spectaculaire, consistait davantage en l’observ (...)

16La disparition du témoignage virtuel comme technologie littéraire ouvre un espace pour de nouvelles stratégies de persuasion. C’est dans les années 1770 à 1790 qu’émerge en effet en France un nouveau modèle littéraire, proche de celui de Franklin par bien des aspects. Les articles de Coulomb30 ont une structure toute nouvelle. Ils se composent d’abord d’un préalable mathématique, puis du récit expérimental proprement dit, enfin d’explications causales. Des technologies littéraires novatrices comme les mesures numériques sont introduites et se généralisent rapidement31. Le résultat d’une mesure est autonomisé de son contexte de production : il n’est pas noté dans le corps du texte, mais rejeté à l’extrémité d’une ligne de pointillés. Enfin, une théorie venant interpréter les résultats expérimentaux est annoncée. La dimension narrative est largement minimisée, et n’intervient plus dans la construction de la preuve, déléguée à la mesure. Il n’y a plus d’engagement personnel de l’expérimentateur, de même qu’il n’est plus fait appel à des témoins de qualité pour légitimer les mesures. Les comptes-rendus expérimentaux se manifestent donc par une grande économie discursive : peu de phrases, beaucoup de chiffres en revanche, et surtout un ordonnancement rationnel de ces chiffres en tableaux. Mais il ne faut pas voir dans ce dépouillement le reflux du caractère « rhétorique » des anciens modèles littéraires au profit d’une écriture véritablement « scientifique ». Pour Coulomb ou Lavoisier qui les premiers mettent en application ces modèles, il s’agit d’une nouvelle stratégie de persuasion, qui joue de l’économie de la narration pour convaincre de l’autonomie du fait expérimental par rapport à son contexte de production. Le tableau parle le langage de la Nature elle-même, il manifeste son intelligibilité et sa stabilité : il se prête idéalement aux comparaisons, manifestant la parfaite ubiquité des phénomènes. Lavoisier n’hésite d’ailleurs pas à ajuster volontairement ses mesures aux prédictions théoriques. Le compte-rendu expérimental n’est plus orienté vers la défense de la réplicabilité des phénomènes, chose qui fait désormais consensus dans le champ scientifique, mais vers la légitimation d’une théorie. C’est que, comme chez Franklin, c’est désormais celle-ci qui organise la réception des pratiques expérimentales et leur donne sens.

  • 32 Cité par C. Licoppe, op. cit., p. 268.

17Quant à la rhétorique utilitaire, celle-ci est désormais annexe, car c’est le progrès de la connaissance physique qui importe en premier lieu. Le critère pertinent pour juger d’une pratique expérimentale n’est pas son éventuelle mise en application à l’extérieur du laboratoire mais son rôle dans l’explication de la Nature. D’autre part, si la réplicabilité du phénomène ne fait aucun doute en laboratoire, celle-ci n’est plus garantie à l’extérieur. Il y a une partition implicite de l’espace entre un laboratoire, dans lequel règne la prédictibilité, la régularité et le monde social, ordinaire, complexe, hétérogène. Quelle que fût l’utilité de son invention d’un aéromètre, Lavoisier n’envisage pas une seconde ses applications. Le savant, pourtant très bien inséré au sein de l’Etat absolutiste (il est fermier général) a fabriqué cet instrument pour les physiciens, pour leur « fournir l’exactitude la plus scrupuleuse. […] On n’a pas besoin, d’ailleurs, dans la plupart des opérations relatives aux arts, d’une exactitude si rigoureuse, c’est plutôt d’un instrument commode que d’un instrument exact que l’on a besoin »32. Lavoisier entérine là cette partition de l’espace, qui a également des implications sur les configurations sociales qui président aux pratiques expérimentales.

  • 33 Dans Les Usages sociaux de la science, op. cit., Pierre Bourdieu donne comme trait principal de l’a (...)
  • 34 Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), élu membre de l’Académie des Sciences en 1768, directeur (...)
  • 35 Roger Hahn, op. cit., p. 359.

18La nécessité d’exactitude conduit à évacuer de cet univers clos qu’est le laboratoire toute activité perturbatrice. Lavoisier va jusqu’à interdire l’entrée dans la salle des thermomètres de l’Observatoire. La rupture avec la sociabilité ouverte des cabinets de curiosité et des salons savants est assumée, et définitive. L’expérimentateur, en tant qu’on prend en compte sa présence physique et matérielle, devient lui-même indésirable. La régularité de la Nature se passe de témoins. On peut encore trouver dans les comptes-rendus expérimentaux de Lavoisier l’allusion à la présence d’autres personnes, mais celles-ci ont un statut d’expérimentateur, non d’observateur. L’autorité est déléguée aux instruments, qui deviennent de plus en plus nombreux. Ces évolutions, dont Lavoisier et Coulomb sont les représentants les plus emblématiques ne sauraient toutefois rendre compte de la vie scientifique de la fin du XVIIIème siècle. En ce qui concerne la physique, on peut désormais compter deux communautés relativement distinctes : les tenants d’une physique exacte, détachée de la construction collective et attestée de la preuve, détachée également des préoccupations utilitaires : les tenants d’une physique expérimentale, qui maintiennent ces formes traditionnelles de la construction de la preuve. Les nouvelles règles du jeu imposées par Lavoisier et Coulomb contribuent-elles à l’autonomisation du champ scientifique33 ? Dans ces pratiques centrées sur le laboratoire, il ne semble plus en effet y avoir de place pour des stratégies sociales de pénétration des offices. En fait, même si la rhétorique strictement utilitaire est en sourdine, le savant ne se coupe pas de la société, et des parcours comme ceux de Lavoisier en sont exemplaires34. Lavoisier présente son activité comme visant le progrès des connaissances, mais à l’horizon de sa pensée, il y a une idéologie prométhéenne : la Science, arrivée au terme de sa perfection, vient éclairer la Société. Le savant est en définitive au service du peuple. Reniant la collusion avec les acteurs économiques comme avec l’administration royale qu’il prétend court-circuiter, Lavoisier s’adresse à l’ensemble des sujets du royaume. Le champ scientifique à l’approche de la Révolution subit de plus de grands bouleversements. L’Académie est soumise à de virulentes critiques de la part des jeunes scientifiques dont la promotion est bloquée. Elle est perçue comme un emblème de l’absolutisme inégalitaire, tandis que des sociétés concurrentes font leur apparition. En l’absence d’une institution légitime centrale dans la distribution du capital institutionnel, l’image sociale des pratiques scientifiques devient dès lors le principal enjeu des stratégies mises en œuvre par les savants. La Révolution va reprendre, en le radicalisant, ce credo, en établissant le modèle d’une science « démocratique »35.


  

19Ainsi, à la charnière du XIXème siècle, le compte-rendu expérimental a acquis les caractères qu’on lui reconnaît fondamentaux : un retrait du caractère rhétorique de la narration et de la description au profit de la mise en valeur des chiffres et des mesures ; une apparente autonomie par rapport au contexte instrumental et social de production. Jusqu’à la mise en place de cette norme du travail scientifique, dans ce temps de gestation des règles, les pratiques expérimentales et scripturaires connexes ont formé le terrain privilégié de déploiement de stratégies. Nous avons vu les scientifiques mobiliser plusieurs registres de la preuve, passer de la science mondaine à la science en laboratoire, du spectacle expérimental à la seule compagnie des instruments. Certains, comme Réaumur, ont pu continuer, sans états d’âmes, leurs expérimentations dans des configurations sociales qui nous paraissent antagonistes, s’adaptant, au gré des circonstances, à des formes diverses de construction du savoir. Cette approche contextualisée des stratégies, développée dans certains travaux d’histoire et de sociologie des sciences, permet d’éviter le recours à la fiction de l’acteur rationnel, tout en historicisant et en dénaturalisant des pratiques qui peuvent nous apparaître gouvernées par la seule nécessité scientifique.

20BLAY M., HALLEUX R. (sous la dir.), Dictionnaire critique de la science classique, Paris, Flammarion, 1998.

21BOURDIEU P., Les Usages sociaux de la science, pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA Editions, 1997.

22HAHN R., L’Anatomie d’une institution scientifique, l’Académie des Sciences de Paris 1666-1699, Paris, Tec&Doc, 1991.

23LATOUR B., CALLON M. (sous la dir.), LaSciencetellequ'ellesefait: anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, La Découverte, 1991.

24LICOPPE C., La Formation de la pratique scientifique, le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630-1820), La Découverte, Paris, 1996.

25VINCK D., Sociologie des sciences, Paris, Armand Colin, 1993.

Haut de page

Notes

1 Notamment l’école d’Edimbourg (Shapin, Barnes, Bloor, Edge).

2 Bruno Latour et Steve Woolgar, La Vie de laboratoire, la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte, 1996, pp. 106-108, trad. Michel Biezunski.

3 Ibid., pp. 220-230. C’est l’objet de l’étude des « stratégies de carrière ». Latour est ici ambigu quant aux concepts de la sociologie bourdieusienne. S’il reprend la notion de champ, il fait un emploi très limité des concepts dispositionnels et postule donc une totale réflexivité. Ainsi, en évoquant les scientifiques, il affirme que « ce sont des stratèges, qui choisissent le moment opportun, s’engagent dans des collaborations riches de retombées, évaluent et saisissent des opportunités […]. Meilleures sont leurs qualités de politiciens et de stratèges, meilleure est la science qu’ils produisent. » (p. 226).

4 Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’Agir, collection « Cours et Travaux », 2001, pp. 55-66.

5 Pierre Bourdieu, Les Usages sociaux de la science, pour une sociologie clinique du champ scientifique, Paris, INRA Editions, 1997.

6 Si la preuve comme notion logique est universelle et nécessaire, en sociologie des sciences, notamment dans son versant le plus constructiviste, le concept de preuve fonctionne avant tout comme catégorie sociologique. La preuve est ce qui fait consensus. Pour les « relativistes » qui tiennent au principe de symétrie (considérer de la même manière théories « gagnantes » et « perdantes »), c’est le social qui détermine à une époque les critères de scientificité. La preuve est alors le produit d’un contexte particulier. Nous nous en tiendrons à cette définition « relativiste » de la preuve. Au début du XVIIème siècle, les pratiques ne sont pas encore normalisées et entre les partisans de l’aristotélisme et les précurseurs du mécanisme, il n’y a pas encore d’ensemble théorique qui fasse l’unanimité. Voir Dominique Vinck, Sociologie des Sciences, Paris, Armand Colin, 1995, « chapitre 3 : La dimension sociale des contenus scientifiques ».

7 Il semble possible de parler de « champ scientifique » au XVIIème siècle, si l’on prend pour critères les éléments que donnent Viala A. et Saint-Jacques D., » A propos du champ littéraire : histoire, géographie, histoire littéraire » in Bernard Lahire, (sous la dir.), Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, 1999.

8 Christian Licoppe, La Formation de la pratique scientifique, Paris, La Découverte, 1996, p. 21.

9 L’aristotélisme tel qu’il a été relu par la scolastique induit entre autres une physique et une médecine qualitatives. La méthode scolastique implique aussi une épistémologie dans laquelle la preuve logique (syllogistique) et le recours à l’autorité des Anciens occupent une grande place. Les philosophies naturalistes de la Renaissance, contestant les interprétations et les méthodes scolastiques, se fondent sur une autre lecture d’Aristote et avancent d’autres théories (transmutation, microcosme…).

10 C’est largement le parti-pris de C. Licoppe dont nous reprenons ici les analyses. Ce travail de C. Licoppe s’inspire des recherches de Steven Shapin sur la science anglaise, qui avaient contribué, dans le courant des années 1980, à lancer la sociologie des sciences. Voir Shapin S., Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Politics of Experiment, Princeton, Princeton University Press, 1986.

11 Nous définirons, en nous inspirant de l’ouvrage de D.Vinck, op. cit., une stratégie de persuasion comme l’agencement spécifique, lors des pratiques scripturaires ou expérimentales, de dispositifs textuels ou matériels destinés à convaincre un lecteur ou un spectateur de l’objectivité d’un fait. Cet agencement n’est pas nécessairement réflexif. Les pratiques scientifiques, notamment les pratiques matérielles, peuvent contenir une part importante de « savoirs tacites ». Les stratégies de persuasion, en tant qu’elles aboutissent à la construction de la preuve, peuvent être comprises comme des stratégies d’accumulation de capital pur.

12 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1985.

13 Steven Shapin « Une pompe de circonstance, la technologie littéraire de Boyle » in Callon et Latour, Lasciencetellequ'ellesefait: anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, La Découverte, 1991.

14 Le scientifique anglais Robert Boyle (1627-1691) est souvent qualifié de père de la « méthode expérimentale ». Ses travaux contribuent surtout à l’émergence de la chimie moderne.

15 L’expression est de Christian Licoppe, op. cit., p. 85. Il insiste particulièrement sur le caractère nominal de cette transaction : ce ne sont pas deux groupes anonymes qui échangent, mais des acteurs clairement identifiés (d’où la mise en valeur des témoins). On peut mettre en relation cette expression avec la manière dont Bourdieu conçoit le champ scientifique, qui fonctionne pour lui selon les principes d’une économie des biens symboliques. Le crédit fonctionne comme capital symbolique (capital pur). L’accumulation capitalistique peut passer par ce type de transactions.

16 Op. cit., p. 42. S. Shapin définit le « fait expérimental », catégorie à la fois épistémologique et sociologique (en tant qu’il est le produit d’un consensus au sein d’une communauté expérimentale) comme le produit de trois types de technologies au service d’une stratégie persuasive : une technologie matérielle supposant un appareillage (moment de l’expérience), une technologie littéraire (moment du compte-rendu), mais également une technologie sociale (les transactions passées avec le monde aristocratique).

17 Ibid.,p. 53.

18 Edme Mariotte (1620-1684), physicien français grand défenseur de la méthode expérimentale. Contre l’Académie, il veut refaire et refaire encore, hors des murs de l’institution, l’expérience dite de la tâche aveugle, qui consiste en la mise en évidence d’une zone de la rétine où l’acuité visuelle est nulle.

19 Adrien Auzout (1622-1691), astronome et physicien membre de l’Académie.

20 Cité par C. Licoppe, op. cit., p. 80.

21 Charles-François de Cisternay Dufay (1698-1739), savant et officier d'infanterie est surtout célèbre pour ses travaux sur l’électricité.

22 Johann I. Bernoulli (1667-1748), frère de Jacob et père de Daniel, oeuvra à la diffusion du calcul infinitésimal en Europe et s’intéressa également à la résolution de problèmes technologiques concrets.

23 Ce que Bernoulli nomme phosphore, c’est la production par le tube de son baromètre d’une lumière vive.

24 Cité par Licoppe, op. cit., p. 111.

25 Sur ces questions, voir Eric Brian, La Mesure de l'État. Administrateurs et géomètres au XVIIIème siècle, Paris, Éditions Albin Michel, 1994, et Philippe Minard, La Fortune du colbertisme: état et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard,1998.

26 En 1731, Académie royale de chirurgie ; en 1752, Académie royale de Marine à Brest ; en 1777, création des académies de médecine et de pharmacie…

27 C'est-à-dire comme une stratégie d’accumulation institutionnelle.

28 Roger Hahn, op. cit., pp. 270-271.

29 Il ne s’agit pas d’une controverse entre sceptiques et théoriciens : l’Abbé Nollet, ardent défenseur des pratiques expérimentales coopératives et spectaculaires, et adversaire de Franklin, propose lui-même un système théorique. Ce sont les formes sociales de construction de la preuve qui font débat.

30 Charles Augustin de Coulomb (1736-1806), physicien français connu pour ses recherches en électrostatique et magnétisme.

31 Auparavant, l’expérience, surtout dans son contexte spectaculaire, consistait davantage en l’observation d’un phénomène qu’en sa quantification.

32 Cité par C. Licoppe, op. cit., p. 268.

33 Dans Les Usages sociaux de la science, op. cit., Pierre Bourdieu donne comme trait principal de l’autonomisation du champ scientifique la chute des capitaux institutionnels au profit des capitaux purs, tout en affirmant que cette autonomisation fait problème. S’il affirme qu’elle est souhaitable, il note l’inertie de la structure.

34 Antoine Laurent de Lavoisier (1743-1794), élu membre de l’Académie des Sciences en 1768, directeur des poudreries nationales en 1776, fut également membre de la commission pour l’établissement des nouveaux poids et mesures, et fermier général.

35 Roger Hahn, op. cit., p. 359.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Ruellet, « Les stratégies de l’expérience », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 21 janvier 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/2803 ; DOI : 10.4000/traces.2803

Haut de page

Auteur

Aurélien Ruellet

aruellet@ens-lsh.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page