Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

Le jugement sur l’action1. Note critique de L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement2 de L. Thévenot

Édouard Gardella

Texte intégral

  • 1  Je tiens à remercier les personnes qui m’ont aidé, soutenu et recadré au cours de l’écriture de ce (...)
  • 2  L. Thévenot, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, La Découverte, coll. « text (...)

L’étude de la faculté de juger et de la structure des jugements bien formés est, certes, indispensable à l’analyse du sens du juste. Mais elle ne l’épuise pas car elle laisse échapper la tension qui pèse sur le sens du juste quand il est mis en œuvre. Pour continuer à l’explorer il faut donc le suivre dans des opérations qui forment la trame de la vie quotidienne. L’élaboration d’un modèle dynamique devrait permettre de comprendre les séquences qui échappent jusqu’à présent à l’analyse, parce que les ruptures qu’elles impliquent confèrent une apparence chaotique au cheminement des personnes, de la réparation à la crise, de la tolérance à la dispute, du jugement à l’oubli.
L. Boltanski, L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, p. 491.

1Après les apories du structuralisme, l’action comme phénomène à analyser a vu sa place s’accroître dans les sciences sociales. Celles-ci, depuis les années 1980, ont repris à nouveaux frais l’héritage théorique traditionnel de la sociologie et de l’économie. Schématiquement, on peut distinguer deux grandes tendances. La première, particulièrement prégnante en sociologie, repose sur une intériorisation par l’individu des normes et des valeurs partagées au sein d’un groupe ou d’une société entière. Au cours du processus de socialisation, les individus en viennent à agir et à penser de façon à ce que la société (ou le groupe) puisse être organisée et ordonnée. L’ordre s’explique donc par une communauté de normes. La seconde, qui traverse l’ensemble des sciences économiques, dresse le portrait d’un individu rationnel, capable de déterminer parfaitement en quoi consiste son intérêt, et d’adopter les moyens nécessaires à sa satisfaction. L’ordre social s’organise autour d’une coordination des intérêts individuels ; c’est donc le marché qui permet de faire tenir une société. Traditionnellement, la différence entre ces deux modèles explicatifs de l’action est rabattue sur l’opposition entre holisme et individualisme méthodologique.

  • 3  Cf. notamment à ce propos la synthèse de P. Corcuff, Les nouvelles sociologies, Nathan, coll. « 12 (...)
  • 4  L. Thévenot est directeur d’études à l’EHESS (au Groupe de sociologie politique et morale) et admi (...)
  • 5  L. Thévenot, « économie et formes conventionnelles », in R. Salais et L. Thévenot (dir.), Le trava (...)
  • 6  Dans ses travaux, L. Thévenot s’est en effet situé autant par rapport au fonctionnalisme de T. Par (...)

2Depuis les années 1980, la plupart des projets pour penser l’action cherchent à dépasser cette alternative3. L’ouvrage de L. Thévenot4, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, s’inscrit explicitement dans cette perspective. Il compile plus de vingt années de recherches sur les conditions de possibilité de la coordination des actions individuelles. La grande force de ce projet, affirmée dès 19865, est de dépasser l’alternative entre holisme et individualisme en intégrant, de la façon la plus cohérente possible, ces deux modèles explicatifs dans une théorie unifiée. Ce dépassement suppose ce qui constitue une grande difficulté pour tout lecteur : un positionnement par rapport à nombre de courants théoriques très hétérogènes6. Ne serait-ce que pour cette raison, L’action au pluriel constitue un passage obligé de la sociologie de l’action actuelle.

  • 7  à la différence du concept d’illusio cher à P. Bourdieu, concept dont la définition indique claire (...)
  • 8  Le jugement peut donc s’apparenter à un rapprochement de divers éléments en fonction de leur perti (...)

3Thévenot, au fil des reformulations et des avancées de son travail, en est venu à forger le concept de « régime d’engagement ». Considérer l’action comme un « engagement » suppose une certaine rupture par rapport à la rationalité de l’homo oeconomicus. Agir ne revient pas à adopter un point de vue panoptique sur ce qui se passe, mais implique la personne dans une certaine voie : le corps, les affects, la pensée sont tendus dans une certaine direction. Dire qu’agir, c’est s’engager, reviendrait à reprendre une métaphore spatiale : on s’engage dans une action comme on s’engage dans une rue ; on ne regarde pas la ville sur une carte. Notre point de vue est donc forcément limité. Mais Thévenot ne reprend pas totalement à son compte l’idée d’un engagement aveugle, qui serait déterminé par une culture, des structures ou une sorte d’inconscient social7. L’hypothèse centrale de notre lecture est de considérer que l’engagement trouve, dans ce cadre théorique, son moteur et son unité conceptuelle dans le jugement, et plus précisément, dans « le jugement sur l’action » (p. 92), qui est surtout un jugement sur le moment de l’action. S’engager signifie que quelqu’un qui agit tient un jugement sur son action. Pour simplifier, le jugement sera l’opération cognitive et corporelle qui permet de sélectionner ce qui est pertinent pour l’action en cours8. Il ne s’agit donc ni d’un point de vue surplombant, ni d’une myopie, mais d’une évaluation dans le cours de l’action qui prend la forme d’une question pratique : est-ce que mon action convient ?

  • 9  Thévenot l’annonçait dès son article programmatique de 1990, « L’action qui convient » : « Que dir (...)

4L’enjeu sera ainsi de caractériser la spécificité de cette notion d’engagement articulée à celle de jugement. En anticipant un peu, soulignons d’emblée que cette focalisation sur l’opération de jugement place l’ouvrage dans une lignée de philosophie morale où la réflexivité constitue un postulat de base9. La personne agissante ne peut pas se réduire à un mécanisme réflexe ou à un simple calcul coûts avantages. Elle a une capacité de retour sur soi qui n’est ni fatalement une illusion, ni nécessairement une parfaite clairvoyance. Thévenot prétend pourtant se distinguer de la tradition de philosophie politique et morale, en analysant la façon dont les personnes pratiquent leurs jugements dans des situations concrètes et quotidiennes, sans en rester au niveau des principes ou du droit.

  • 10  L. Thévenot, « Les investissements de forme », in Conventions économiques, Cahiers du centre d’étu (...)
  • 11  A. Orléan, « Introduction», Analyse économique des conventions, A. Orléan (dir.), PUF, Paris, p. 1 (...)

5On verra au fil de l’explicitation du concept de « régime d’engagement » que de nombreux héritages théoriques nourrissent le travail de Thévenot. L’héritage pragmatiste se manifeste clairement dans l’ouverture au pluralisme. Ancré dans les situations quotidiennes, le jugement devient pluriel. On n’évalue pas de la même manière son action quand on se justifie en public, quand on organise un événement ou quand on se délasse chez soi en rentrant du travail. On ne donne pas le même sens à ce qu’on vit selon qu’on s’engage dans l’un de ces trois régimes : « de justification », « du plan » ou « de familiarité ». On évalue la convenance de son engagement de façon diverse, et cette diversité, Thévenot l’appréhende à partir de celle des formats de jugement, qu’il appelle, on le verra, des « investissements de forme »10. L’opération de jugement nous fait alors entrer au cœur de la coordination, marqueur de l’héritage de l’économie des conventions. étant l’un de ses fondateurs, il en reprend le programme général, énoncé par A. Orléan dans son introduction à l’ouvrage collectif Analyse économique des conventions : « Notre objectif est […] de construire un cadre théorique commun, pluridisciplinaire, permettant d’aborder la question générale de la coordination collective des actions individuelles. »11 Thévenot s’en démarque cependant : d’abord en introduisant une dimension politique à la notion de coordination, qui est problématisée comme communication, autrement dit comme façon de « faire du commun » ; ensuite en abordant l’action non pas du point de vue de l’individualisme méthodologique (postulat que conserve l’économie des conventions), mais du point de vue de l’engagement. Cette perspective place l’analyse au niveau de l’interaction entre une personne et son environnement, que ce soit des objets ou des personnes. C’est bien l’héritage phénoménologique qui se trouvera ici affirmé. Le corps prend notamment une place insoupçonnée dans le cadre de l’économie des conventions, et ce, grâce à la prise en compte par Thévenot de la coordination avec soi-même, caractéristique de ce qu’il appelle le « régime de familiarité ».

  • 12  L. Thévenot, « Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses n° 17, sept. 1994, p. 7 (...)

6Pluralité de l’action, « investissements de forme », mise en commun, corps et objets, voici le fil conducteur de l’explicitation de la notion de « régime d’engagement » articulée à la formulation d’un jugement. Mais on ne pourra s’empêcher d’interroger cette opération centrale, à partir de son lien avec le langage. Si un jugement se formule, dans quelles catégories du langage se dit-il ? Plus précisément, il semble intéressant d’interroger dans cette perspective le régime de familiarité, considéré comme le degré zéro du « commun », comme une sorte de révélateur analytique de l’émergence d’une coordination publique avec des personnes non intimes. Le jugement en familiarité exige une « aptitude romanesque » (p. 103) pour être lu et compris, semblant même relever d’un utopique langage privé. Comment le sociologue peut-il dès lors aborder cet OSNI (Objet Sociologique Non Identifié) : par observation, par entretien ? Ce problème est posé en 1994 au moment où Thévenot explicite le régime de familiarité12, mais il n’est malheureusement pas repris ensuite. Or, il nous paraît fondamental d’expliciter les méthodes d’usage des concepts sociologiques pour les rendre opératoires.

Décrire la pluralité des actions : l’héritage pragmatiste

Trois régimes d’engagement

  • 13  Pour plus de précisions sur les liens unissant pragmatisme et pluralisme, cf. J. Wahl, Les philoso (...)

7La réalité n’est pas unique : voici l’un des postulats fondamentaux du pragmatisme émergent à la fin du xixe siècle. Ce qui s’oppose au monisme, en ontologie, se nomme le pluralisme13. Cette façon de penser conduit à appréhender l’action à partir de la spécificité et de la diversité des situations dans lesquelles elle s’effectue. On n’expérimente pas la même chose, on n’attribue pas le même sens selon la façon dont on agit. L’héritage pragmatiste se retrouve donc en pragmatique : le sens d’une action (ou d’une parole) ne peut se comprendre qu’en tenant compte des caractéristiques de la situation la plus immédiate dans laquelle elle s’effectue.

8Thévenot reprend largement cet héritage en distinguant trois « régimes d’engagement », dans lesquels une réalité différente est expérimentée par la personne.

  • 14  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, (...)
  • 15  Dans l’ouvrage (chapitre VI, p. 200-262, ibid.), les auteurs identifient six « mondes » : inspirat (...)

9Dans le « régime de la justification », repris du travail effectué avec L. Boltanski14, la recherche de l’accord lors d’un conflit passe par la revendication de principes, qui sont autant de manières de légitimer sa position. Par exemple, au cours d’une négociation entre syndicat et patronat sur une hausse de salaires, le syndicat invoquera la fidélité des salariés, quand le patronat privilégiera la seule efficacité productive. Boltanski et Thévenot soulignent que ce régime d’engagement ne se limite pas à une simple rhétorique ; les acteurs mobilisent aussi des objets, des preuves matérielles qui visent à mettre à l’épreuve le jugement que porte l’adversaire. Le syndicat pourra sortir les nombreux contrats d’entrée des salariés et certifier leur date ; le patronat pourra s’appuyer sur le rapport d’expertise sur la productivité des salariés. Dans les deux cas, le salaire n’est plus le motif principal, il devient en fait le prétexte à une lutte entre des principes généraux : la fidélité (une valeur centrale de ce que les auteurs nomment « monde domestique ») et l’efficacité du travail (se rapportant au « monde industriel »)15. Les deux partis « montent en généralité » pour communiquer et emporter la conviction, en qualifiant le problème présent au regard de valeurs qu’ils considèrent comme « grandes ».

  • 16  L’action au pluriel, ibid., p. 113.

10Dans le « régime du plan », l’action ne vise pas la résolution d’un conflit, mais juste l’adaptation de moyens à une fin préétablie. C’est, selon l’auteur, l’action la plus aisément compréhensible et descriptible ; il l’appelle même « action normale »16. La personne est appréhendée comme un individu autonome, capable de formuler un projet à partir d’une intention claire et distincte. L’environnement de la personne devient alors fonctionnel : il sert à atteindre l’objectif fixé.

  • 17  M. Weber définit ainsi le domaine de la sociologie : « Nous appelons sociologie (au sens où nous e (...)

11Le dernier régime, celui « de familiarité », est le plus original de ce travail. Il sort clairement du domaine de la sociologie classique délimité par M. Weber17. Il prend en effet en compte l’action d’une personne seule, devant coordonner ses propres mouvements avec un environnement d’objets. Citons, pour mieux saisir ce lieu inexploré de la sociologie, le passage suivant :

  • 18  L’action au pluriel, ibid., p. 102-103.

Je m’assieds dans mon fauteuil en prenant soin de ne pas saisir ni peser sur l’accoudoir dont le tenon est décollé et qui cédera si je m’appuie sur lui. J’ouvre le tiroir de ma table après l’avoir soulevé en glissant ma main gauche par-dessous, parce que l’absence de clé empêche de procéder autrement. Après avoir allumé mon micro-ordinateur, je prends soin d’attendre quelque temps avant de lancer mon programme de traitement de texte, escomptant ainsi éviter les déboires qu’il m’a fait connaître à plusieurs reprises en me supprimant l’accès à mes fichiers.18

12L’auteur précise immédiatement que la description est cependant trompeuse, puisque le fait même d’écrire nécessite d’entrer dans une communication publique qui dénature le sentiment d’intimité, la sensation de s’asseoir dans son fauteuil. Il est donc très difficile de parler, de décrire, son rapport à du « propre », à du « mien ».

Une différence de communicabilité de l’évaluation

  • 19  Ibid., p. 7.

13Ces trois régimes d’engagement renvoient clairement à trois façons différentes d’évaluer ce qu’on est en train de faire. Lors d’une dispute, il faut qualifier sa position au nom d’un principe général pour la justifier de façon probante aux yeux d’un public anonyme. Lors de la mise en œuvre d’un plan, il suffit de montrer à quelqu’un qu’on peut avoir ou suivre un projet : l’exigence de la communication fait appel à des catégories « moins » générales. Lors d’un engagement en régime de familiarité, le critère d’évaluation de l’action est quasi-indicible, il relève de l’aisance, de la « commodité », de « l’attachement » (p. 245). Ces régimes d’engagement se distinguent donc par le degré de généralité des catégories du jugement mobilisées pour identifier et évaluer ce qu’on est en train de faire. Autrement dit, les exigences de pertinence impliquent une plus ou moins grande nécessité et possibilité de communiquer ce qu’on cherche à faire. Thévenot dit faire le départ entre ces trois régimes à partir de « leur inégale préparation à la mise en commun »19.

  • 20  C’est ce que l’auteur nomme « le tournant interprétatif » (ibid., p. 64), reprenant explicitement (...)

14On pourrait cependant rapidement glisser vers une sorte de déterminisme qui s’appliquerait à nos catégories de jugement. Une action serait pertinente selon des conventions partagées, soit relevant d’une « culture », soit relevant de lois. Par exemple, lors d’un dîner mondain, on évite de se mettre trop à l’aise, de véritablement « faire comme chez soi » ; ou encore, il serait mal vu qu’un homme politique intervienne à un meeting en cherchant à dévoiler sa singularité propre. Il y aurait en quelque sorte des règles morales ou légales qui imposeraient des régimes d’engagement. Thévenot, reprenant un postulat cher à l’économie des conventions, récuse ce genre de déterminisme. Le rapport à la règle laisse toujours une marge de manœuvre, il répond plus d’une rationalité interprétative que d’une application mécanique20. Le jugement ne deviendrait-il pas, dès lors, un concept vague, synonyme d’une interprétation jamais achevée, d’un sens jamais tout à fait stabilisé, même provisoirement ? Que signifie « avoir une marge de manœuvre » ? Comment agir si on ne s’arrête jamais d’interpréter ? Le concept d’» investissement de forme » permet de préciser la distinction qu’opère Thévenot entre jugement et interprétation au sein d’un régime d’engagement.

Traits du jugement et investissements de forme21

Qualification, clôture, révision : déclinaison du postulat de la réflexivité

15Thévenot indique clairement sa méfiance vis-à-vis du concept d’interprétation, ce qui lui permet de caractériser l’opération de jugement sur l’action :

  • 22  Cf. note 5 p. 46 de « L’action qui convient », ibid.

On préférera au terme d’« interprétation » celui de « jugement » pour désigner cette quête des éléments pertinents parmi ce qu’il advient, recherche destinée à identifier une action qui se tient. Il a le mérite de suggérer l’arrêt de la recherche, la clôture d’un dossier d’éléments qualifiés mis en relation. Or la qualification, et la clôture de la liste des éléments pertinents pour constituer une action, sont deux traits essentiels de ce jugement.22

16Les deux premiers traits caractéristiques du jugement sont donc la qualification et la clôture.

17Comment qualifie-t-on, sur le moment de l’action, l’environnement pertinent ? Imaginons que je participe, en tant que directeur d’un service, à une réunion de travail qui doit établir le bilan de l’année passée. Pour que la réunion ne déborde pas, il faut que je sois clair, concis, précis. J’ai donc préparé un texte, je l’ai répété, et je vais mettre en œuvre un certaine façon de parler qui permettra d’atteindre le but collectivement fixé : donner un compte rendu de mes décisions passées dans le temps qui m’est imparti. Préciser que je reconnais cette situation n’est alors pas anodin : c’est dire que j’ai une réflexivité, que je n’agis pas de façon mécanique. Et cette réflexivité, c’est le fait que je donne un sens fonctionnel à mon corps, ma parole, ma réflexion, les objets et les personnes qui m’entourent, ainsi que le fait de pouvoir avoir peur de ne pas arriver à être pertinent. Autrement dit, je mets en équivalence, dans la perspective d’atteindre mon but, des éléments (humains et non humains) qui m’environnent. Ca, c’est le jugement sur l’action, qui revient à identifier ce qu’on est en train de faire, à partir des règles qui ont été fixées.

18Pour mieux saisir cette opération de mise en équivalence, imaginons que finalement, je me mette à digresser sur mes problèmes familiaux, en commençant à défaire ma cravate et en me servant un verre de whisky. Manifestement, je n’attribue pas le même sens aux règles qui me sont imparties. Je profite de mon tour de parole pour exhiber mon intimité. Je qualifie donc autrement mon environnement : les personnes à côté de moi ne sont plus des collègues efficaces, mais des confidents ; mon verre sert moins à éclaircir ma voix qu’à alimenter ma logorrhée ; mon dossier n’est plus le sol de mon intervention mais un tremplin pour l’exposé de mes problèmes personnels. Je m’engage donc dans un régime d’action différent, et avec moi, j’engage tout mon environnement. Et pas forcément de façon pertinente. Je pourrais le faire, soit par provocation, soit par perte de repères ; dans les deux cas, cette possibilité montre que je ne peux pas être réduit à un robot conditionné.

19Cette qualification pertinente ne peut se faire que si, à un moment donné, j’arrête d’interpréter ce qui se passe, si j’ai un environnement dont le sens est stabilisé. C’est ce que Thévenot appelle la « clôture ». Pour que j’expose efficacement mon bilan, il faut que j’aie une idée arrêtée sur le contenu de mon dossier, sur l’utilisation que je vais faire de mon corps et de ma voix, et sur le statut que j’accorde aux autres participants. Je ne vais pas sans cesse prêter attention aux signes visibles qui pourraient me faire douter qu’on me demande effectivement de faire ce que j’ai à faire. Bref, j’oublie la lecture des signes, au moins temporairement, pour pouvoir agir. Autrement dit, je juge, et ainsi je peux m’engager.

20Sur quoi, cependant, repose l’arrêt de mon jugement, nécessaire à mon engagement ? Sur des repères partagés avec les autres personnes et visibles par l’organisation matérielle de la réunion. Il y a les règles qui allouent les tours de parole, la disposition des chaises, l’ordre du jour, la décision de l’ouverture ou de la fermeture de la réunion, l’expression de certains sentiments (la volonté de faire avancer l’entreprise, plus que le désir d’exposer ses déboires personnels). Il faut donc des repères (cognitifs, corporels, affectifs…) pour mettre en relation et rapprocher divers objets ou personnes qui conviennent pour l’action en cours. Ces repères, tels des digues, canalisent notre attention et nos gestes vers une sélection des éléments pertinents pour telle ou telle action. Ils font qu’on s’engage dans une direction.

  • 23  L’action au pluriel, ibid., p. 14.

21Une fois que je me suis engagé, que se passe-t-il ? Est-ce que je conserve une marge de manœuvre ? C’est ici qu’on atteint la troisième caractéristique du jugement chez Thévenot : la possibilité de révision. Ce n’est pas parce que j’ai dû oublier la lecture des signes pour engager mon action, que je deviens aveugle à ce qui se passe. La question pratique « est-ce que cela convient ? » reste présente, comme garantie de ma réflexivité. Je suis capable de voir que mes digressions intimes en pleine réunion provoquent une gêne, un énervement ou une incitation à me taire. Je suis capable de constater une déconvenue, et de me réajuster alors. C’est ce que Thévenot nomme « l’épreuve de réalité »23, le fondement de son réalisme. Cette épreuve, dans notre exemple, reste adossée à des catégories formulables publiquement : « écoutez, monsieur, ce n’est ni le lieu ni le moment », qui constitue un simple rappel des règles partagées par les participants de la réunion. Mais la déconvenue peut aussi se produire lors d’un engagement familier. Si on reprend la citation de Thévenot décrivant un exemple d’engagement dans un régime de familiarité, le tiroir peut ne pas être assez soutenu, et voyant qu’il commence à tomber, je tâtonne, j’ajuste le positionnement de ma main pour qu’il coulisse sans encombre. Ce n’est pas tant un réflexe qu’un apprentissage pratique du nouveau fonctionnement de mon tiroir, puisque je pourrai aisément le reproduire. Pourtant, cette révision est difficilement descriptible, elle relève une nouvelle fois d’un jugement quasi indicible.

  • 24  Ce qui explique largement le terme de « régime », au sens physique du terme : mode de fonctionneme (...)

22On peut donc, avec L. Thévenot, caractériser le jugement par trois traits fondamentaux : la qualification de ce qui est en train de se faire ; la clôture de la sélection des éléments pertinents ; la possibilité d’une révision. Ces critères inscrivent définitivement ce projet dans une sociologie qui écarte l’hypothèse de l’aveuglement, ou en tout cas de l’absence de réflexivité, même au cœur de l’activité familière : les repères ne s’incorporent pas sous l’impulsion d’une habitude répétitive24. Thévenot ne cautionne pas pour autant une clairvoyance parfaitement lucide ancrée dans la rationalité de l’individu. Et pour cause : ces repères qui nous permettent d’agir, nous ne les produisons pas sur place. D’où viennent-ils, dès lors ?

L’origine des catégories du jugement : les « investissements de forme »

  • 25  « Les investissements de forme », ibid., p. 30.

23Thévenot nomme ces repères, nécessaires à l’action, « investissements de forme », pour faire comprendre qu’ils ne sont pas créés ex-nihilo, mais qu’ils sont construits par des actions antérieures : « La formule d’investissement met en balance un coût et la généralité d’une forme qui sert d’instrument d’équivalence et qui est caractérisée par sa stabilité et son extension (domaine de validité). »25

24Par exemple, les règles organisant la réunion de travail mentionnée plus haut sont des investissements de forme : elles résultent de discussions (sur le règlement intérieur) ou d’usages informels, peut-être même de disputes ; de l’impression de papiers pour spécifier ces règles ; de la réservation d’une salle. Ceci est un coût. Mais ce coût a eu pour contrepartie de structurer les réunions de façon à les rendre efficaces en stabilisant la fonction des objets et des personnes engagés dans cette situation (en les mettant en équivalence d’un point de vue fonctionnel), sans que les participants, à chaque fois, doivent renégocier les règles de fonctionnement. C’est finalement un gain de temps et d’énergie.

25Cette contrepartie, ce rendement, sont plus ou moins élevés selon la généralité et la stabilité du repère. Ainsi une loi est un investissement de forme avec un rendement élevé : elle résulte de négociations, de décisions tant locales que nationales, de luttes pour un accord ; elle a donc elle aussi un coût. Mais cette dépense collective est rentable. Elle donne naissance à une loi, autrement dit à une catégorie institutionnellement reconnue et applicable à tous. C’est un repère stable et général (à large domaine de validité), qui permet de mettre en équivalence certains faits rapportés pour les qualifier et les juger.

26Ces investissements de forme concernent cependant autant les institutions que les gestes intimes. Ils peuvent aussi désigner les repères singuliers que je peux avoir pour m’orienter, en pleine obscurité, à force d’habiter dans mon logement devenu pour ainsi dire une extension naturelle de mon corps.

  • 26  Cette notion d’investissement de forme permet à Thévenot d’appréhender, par analogie formelle, des (...)

27On peut alors vérifier que les investissements de forme remplissent les trois critères du jugement26.

28Dans les trois cas abordés ci-dessus, ces formats (ou formes) de jugement me sont disponibles au moment où j’agis : ils orientent ma façon de qualifier ce que je suis en train de faire, en m’aidant à clôturer la liste des éléments pertinents. Par exemple, la loi permet de qualifier des faits, en orientant l’attention vers certains indices, et en en clôturant la liste. De même, le repère singulier de l’usage du « chez moi » dresse les contours du mobilier plongé dans l’obscurité, en guidant mes pas vers certains passages, donc en clôturant l’espace des possibles de mes mouvements.

  • 27  Le régime de l’action en force est explicitement rejeté par Thévenot de son cadre théorique. « Au (...)

29Cette disponibilité pour la qualification et pour la clôture ne contribue pas pour autant à déterminer mon action : la révision du jugement reste toujours possible. En reprenant l’exemple du droit, on voit rapidement que le jugement n’est pas la stricte application d’une loi ; la loi sert bien plutôt de repère cognitif et institutionnel pour supporter une décision à rendre. De même, si le tiroir ne s’ouvre plus, pour rester dans mon aisance, je ne vais pas le forcer, mais m’accommoder, par tâtonnement, à son mode d’ouverture27. Dans les deux cas, le format de jugement me guide vers un ajustement, vers une justesse avec mon environnement. Une fois cette justesse trouvée, je n’interprète plus, j’agis, en clôturant du même coup mon jugement.

  • 28  L’action au pluriel, ibid., p. 30.

30La différence, cependant, entre ces deux dernières formes de jugement, paraît claire : la loi est communicable dans un langage technique, anonyme et compréhensible en principe par tous ; l’accommodement s’ancre dans un usage corporel, il serait formulable dans une sorte de langage privé. L’avantage différencié des investissements de forme, c’est leur degré plus ou moins général, leurs relatives stabilité et extension, autrement dit leur plus ou moins grande capacité à faire entrer en coordination des personnes à distance qui ne se connaissent pas. Les plus stables et généraux sont mieux « équipés »28 (p. 30) pour créer du commun.

31Ce sont donc les catégories du jugement, selon leur généralité, qui introduisent à différentes formes de coordination des conduites individuelles, point d’entrée théorique de l’auteur pour aborder la sociologie des régimes d’engagement.

Coordination et mise en commun

32Pour que les acteurs puissent se coordonner, il faut qu’ils identifient ce qu’ils sont en train de faire et qu’ils puissent s’ajuster les uns aux autres, voire se raviser. Les catégories du jugement sont à ce niveau-là essentielles, puisque les investissements de forme constituent des repères communs à plusieurs personnes. L’attention portée à ces catégories s’ancre dans le projet de l’économie des conventions auquel a largement contribué Thévenot. Dans son introduction à l’Analyse économique des conventions, A. Orléan rappelle l’importance de la production de repères communs pour expliquer la coordination réussie des acteurs. Ce qui va nous conduire à situer le travail de Thévenot non seulement par rapport à deux grands courants théoriques des sciences sociales : la théorie des jeux et l’ethnométhodologie (ce qui constitue une occasion pour préciser la place du jugement par rapport à la rationalité stratégique et une nouvelle fois par rapport à l’interprétation), mais également par rapport à l’économie des conventions elle-même.

Jugement, rationalité stratégique et interprétation

  • 29  Pour plus de précisions, nous renvoyons à l’ouvrage Analyse économique des conventions, ibid.

33Le projet de l’économie des conventions vise à répondre à l’incertitude inhérente au paradigme de la rationalité stratégique pure telle qu’elle peut apparaître dans la théorie des jeux. Dans ce courant théorique, les individus sont appréhendés comme des êtres autonomes et rationnels, c’est-à-dire comme des êtres capables d’anticipation pour remplir leur intérêt. Or, en partant de tels postulats, on voit que la coordination ne peut pas être garantie par la stricte rencontre de deux rationalités : sans garantie extérieure, sans catégories communes autres que la règle du jeu, l’un peut toujours en fin de compte tromper l’autre, puisque chacun y a toujours intérêt dans un monde à deux personnes indépendantes29. La convention constitue une réponse à l’incertitude stratégique : elle représente un repère normatif commun qui permet d’arrêter la régression infinie des anticipations sur les anticipations d’anticipations de tromperies. La rationalité stratégique ne permet donc pas, en elle-même, de comprendre l’arrêt de la réflexivité, nécessaire à toute action. Comment sinon expliquer qu’on agisse, alors qu’on n’a pas encore fini d’anticiper l’ensemble des possibilités des coups de l’autre ? Là encore, l’engagement articulé au jugement permet de mieux comprendre l’action, dans la mesure où, à la différence de la rationalité stratégique qui est a priori, il s’ancre dans le cours même de l’action, et donc dans une réduction nécessaire des possibles. On agit parce qu’il faut bien agir à un moment donné, et la façon dont on agit s’explique par le jugement que l’on porte sur les éléments pertinents (objets, personnes) pour cette action. La convention comme repères communs ressemble donc aux investissements de forme : elle permet d’arrêter un jugement, donc de délimiter une façon d’agir ; et ce, par la production de repères qui créent du commun entre deux êtres, qui ne sont du coup plus totalement indépendants l’un de l’autre. C’est bien le début du politique, d’une façon d’être ensemble.

  • 30  Dans Les règles de la méthode sociologique, é. Durkheim recommande de « considérer les faits socia (...)
  • 31 Dans un article de 1986, il critique un autre article de P. Pharo qui utilise l’ethnométhodologie ( (...)
  • 32  « économie et formes conventionnelles », ibid., p. 210.
  • 33  Deux remarques, cependant, sur les critiques formulées par L. Thévenot. L’ethnométhodologie consti (...)

34La production du commun est aussi une interrogation centrale de l’ethnométhodologie. Cherchant à décomposer empiriquement le consensus durkheimien produit par le raccourci des représentations collectives, les ethnométhodologues observent la façon dont les acteurs se mettent d’accord dans des situations précises30, comment ils parviennent à se comprendre, le postulat étant que le commun n’a rien qui aille de soi. Thévenot porte une critique virulente et récurrente à ce projet31. Selon lui, l’ethnométhodologie ne s’intéresse qu’à l’émergence éphémère d’un commun accord entre les acteurs co-présents. L’accord est donc seulement local, et absolument pas stable : une renégociation perpétuelle serait nécessaire, tout comme sur un marché. Rien ne relierait les personnes en amont de l’interaction de co-présence. Thévenot voyait dès 1986 l’ethnométhodologie comme un « espace d’argumentation unifiable, modelé sur l’espace de négociation du marché »32. Le commun qui émerge est local et instable, et ce en raison du postulat selon lequel les acteurs interprètent sans cesse le cours de l’action en train de se faire. Les caractéristiques des investissements de forme visent à relativiser ces trois traits : ils peuvent être aussi bien locaux que généraux ; ils peuvent être instables mais aussi très stables (comme une loi) ; ils permettent d’arrêter et de réviser le jugement33.

35Thévenot rejoint donc les points essentiels du programme de recherche de l’économie des conventions, qui peuvent se résumer à la nécessité de repères communs, avant l’interaction, pour agir. Mais, au-delà de ce rapprochement, il s’en démarque clairement, et ce, en plusieurs points.

Tension entre régimes d’engagement : la question du politique

36Avec Thévenot, la coordination prend un sens éminemment politique. Elle ne désigne pas tant des actions collectivement réussies, que des tentatives de faire du commun entre des personnes. Faire du commun, cela signifie pouvoir entrer en coordination. Mais on entre plus ou moins facilement en coordination selon les repères que l’on a en commun : ça peut aller de la connivence entre amis, absente avec des personnes moins connues, à l’harmonisation de lois entre différents pays, par exemple pour harmoniser la fiscalité ou coordonner l’action policière au niveau européen. Selon les régimes d’engagement, on l’a vu, les catégories d’appréciation et de révision de l’action sont plus ou moins généralisables, communicables, partageables. Or, au moment où le concept de « politique de proximité » devient récurrent dans bon nombre de programmes politiques, c’est bien la tension entre le domaine public de la justification, la mise en œuvre de plans et le domaine intime du familier qui reste à explorer. Comment composer, pour créer du commun, entre ces trois régimes ?

  • 34  M. Breviglieri, L. Pattaroni, J. Stavo-Debauge, « Quelques effets de l’idée de proximité sur la co (...)
  • 35  Ibid., p. 143.
  • 36 Ibid., p. 145.

37C’est précisément la question que pose un groupe de jeunes chercheurs s’inscrivant dans le sillage de ce travail, par l’exploration des tensions éprouvées et des problèmes pratiques qu’impliquent ces passages d’un régime à un autre. M. Breviglieri, L. Pattaroni et J. Stavo-Debauge ciblent précisément des personnes dont le travail peut se décrire comme une composition entre ces trois régimes : les travailleurs sociaux, et notamment les assistantes sociales34. Le travail se focalise ainsi sur les « montages pratiques que doivent effectuer les assistants sociaux dans leur quotidien pour concilier les exigences d’un travail de proximité et les attendus plus généraux qui pèsent sur leur activité professionnelle (égalité de traitement des bénéficiaires, inscription dans une politique publique) »35. Comment traduire en langage formaté administrativement les rencontres effectuées au domicile d’une personne assistée ? Sachant que les personnes visitées sont vulnérables, et qu’il s’agit d’entrer en régime de proximité avec elles pour leur faire dire leur expérience familière, comment traduire cette parole en « témoignage » puis en « plainte » sans la trahir36 ? C’est, plus généralement, le problème que pose ce groupe de recherche aux « politiques du proche » : comment une politique publique peut-elle se formater pour appréhender ce qui a un sens familier pour chacun ? La composition de ce qui est commun, problématique a priori, constitue bien le cœur d’une coordination entre les différents régimes d’engagement.

  • 37  L’action au pluriel, ibid., p. 11.

38La tension qui passe entre les trois régimes d’engagement indique que le commun n’a rien d’évident, ni même de nécessaire. à la différence de l’économie des conventions, Thévenot ne s’intéresse pas seulement aux conditions qui font qu’une coordination peut avoir lieu, mais surtout aux conditions qui soutiennent le souci de se coordonner au moment où on est en train d’agir. Thévenot glisse vers « l’inquiétude pour la coordination »37. L’analyse se situe, dans une filiation pragmatiste, au moment où l’action est en train de se faire, où on est impliqué, concerné, sans certitude sur le résultat, où il faut aussi identifier et décider de ce qu’on fait ; bref, au moment où on s’engage. Ce qui implique de ne pas se focaliser uniquement sur les interactions entre des personnes en vue d’effectuer un projet. Ces façons de s’inquiéter sont ainsi multiples, correspondant aux régimes d’engagement. On peut spécifier la coordination opérant au sein de chacun par des pronoms personnels : le « il » pour la justification (le plus public, le plus anonyme) ; le « je » et le « tu » pour la mise en œuvre d’un plan ; le « je » seul dans le régime de familiarité.

  • 38  Cette attention aux objets, que l’on retrouve aussi très tôt chez B. Latour et M. Callon (« Unscre (...)

39Et c’est bien ce régime qui fait sortir entièrement Thévenot de la coordination au sens de l’économie des conventions. Le rapport à soi nécessite une coordination, une dynamique d’ajustement à son propre environnement. Si on reprend la citation sur le régime de familiarité de la première partie, on voit bien l’importance qu’a le rapport d’accommodement entre le corps et les objets. Ce rapport d’accommodement s’évalue dans des catégories du jugement à peine dicibles, de l’ordre d’une aisance qui peut plus s’expérimenter que s’exprimer. Le commun touche là son point zéro. C’est précisément à partir de cette coordination commune minimale que l’on va pouvoir appréhender la façon dont un régime d’engagement intègre l’opération de jugement, la mise en commun et le rapport aux objets38.

L’engagement du corps et des objets

40Parler d’engagement et d’inquiétude pour la coordination, plutôt que d’action ou de coordination, place d’emblée l’analyse au niveau de l’interaction entre une personne et son environnement (humain et non humain) ; ce qui constitue sans doute le point de rupture fondamental entre le projet de Thévenot et celui de l’économie des conventions. Cette dernière conserve le postulat unifiant de la science économique : l’individualisme méthodologique. L’analyse part de l’individu, de son intérêt à satisfaire, et des contraintes avec lesquelles il doit composer. L’engagement déplace le regard : l’environnement n’est pas seulement analysable en termes de contrainte, il peut aussi se voir comme un ensemble de supports auxquels une personne, même seule, doit s’ajuster.

Nous avons vu que cette coordination ne pouvait être envisagée directement au niveau de la relation à autrui, de l’interaction, sans passer par la coordination plus élémentaire de la personne avec le monde qu’implique la conduite de son activité. C’est pourquoi la catégorie d’engagement traite d’abord d’un rapport au monde actualisé par la personne, avant de couvrir des coordinations de l’un avec l’autre. Cette catégorie met l’accent sur une dépendance au monde dont la personne se soucie et cherche à s’assurer des bienfaits en disposant de gages appropriés. En cela l’engagement vise à une maîtrise, à un pouvoir entendu dans un sens plus ouvert que l’acception courante du terme pouvoir par les sciences sociales et politiques. L’engagement vise à faire d’une dépendance un pouvoir. (p. 238)

  • 39  L. Thévenot, « Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses, n° 17, sept. 1994, p.  (...)
  • 40  L’auteur s’appuie sur la participation à une enquête réalisée par le Laboratoire National d’Essai, (...)
  • 41 Ibid., p. 85.
  • 42  Ibid., p. 87.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

41Pour comprendre cette dimension radicale de l’engagement, il faut partir de l’ajustement d’une personne seule qui agit dans un monde familier d’objets. Dans l’article intitulé « Le régime de familiarité. Les choses en personnes »39, Thévenot expose la façon dont une personne se familiarise avec un objet fonctionnel, notamment un nouvel appareil photo40. Devant le manque de repères communs clairs, d’« entrées conventionnelles », la découverte se fait par essais successifs mais prudents, à tâtons, « en manipulant, en tripotant, en appuyant »41. L’auteur en conclut que l’engagement dans un régime de familiarisation passe par un « engagement perceptif non limité à la vision »42 : « La manipulation s’ajuste aussi sur des repères tactiles, tels que des changements de résistance et des blocages, ou sonores, ou mixtes tels que les déclics qui constituent des repères conventionnels indiquant l’accomplissement de l’action. »43 Cette façon de s’engager n’est pas simplement une action qui vise à s’adapter à des contraintes, elle est un souci de coordination avec soi-même et avec son objet : « Le repère qui sert dans l’articulation du geste à la chose se construit dans la dynamique d’une réaction, dans l’inquiétude de la façon dont l’objet “répond”. »44

42La domestication des objets, d’un environnement, passe par des manipulations et par la construction de repères propres, peu communicables. Le rapport du corps aux objets occupe ici une place centrale, qui permet de comprendre que la notion d’engagement intègre des catégories du jugement qui peuvent ne pas être verbales, mais seulement de l’ordre du tâtonnement, du ressenti. Bref, le jugement peut aussi être corporel, parce qu’il prend appui sur les disponibilités qu’offrent les objets, il repose sur une forme de dépendance vis-à-vis du monde. On ne peut pas faire n’importe quoi avec les objets, ils offrent, pour ainsi dire, des scripts à découvrir dans leur usage (scripts qui ne se limitent cependant pas au seul mode d’emploi). Ils constituent des supports pour le jugement dans et sur l’action, puisqu’ils mettent à l’épreuve de leur matérialité et de leur réalité les investissements de forme que pourrait mobiliser un individu en situation. Ils sont ainsi le gage d’un certain réalisme, permettant d’échapper à une analyse qui se contenterait de l’enregistrement de « représentations » et de « symboles », sans explorer leur mise à l’épreuve matérielle.

  • 45 Ibid., p. 99.

43Cette attention au rapport familier avec le monde des objets est explicitement héritée de la tradition phénoménologique. à la fin de son article sur le « régime de familiarité », Thévenot rappelle la récurrence de cette thématique dans cette littérature : « Des souliers de Heidegger à la bicyclette de Sartre, en passant par le chapeau de Merleau-Ponty, la familiarité des choses hante la tradition phénoménologique. »45

44Mais notre auteur n’en fait pas un point d’arrivée de l’analyse. Au contraire, cette découverte faite dans le régime d’engagement en familiarité illumine la place des objets dans les autres régimes d’engagement. Dans le régime de justification, il faut que les objets soient aussi qualifiés de manière probante dans le « monde » d’où la personne parle. Ainsi, dans le monde industriel, il faut que les machines fonctionnent parfaitement au moment où un dirigeant fait visiter son entreprise au patron de la filiale, de sorte à éviter l’incident qui fait tache, qui décrédibilise le discours. Dans le régime du plan, l’individu autonome capable de projet ne peut agir sans le support d’objets fonctionnels, qui soutiennent l’accomplissement de son intention. De façon prosaïque, si je veux faire à manger, je dépends du fonctionnement de mon équipement de cuisine.

Conclusion

  • 46  On voit donc bien que l’objet de Thévenot n’est pas l’accomplissement de la coordination, mais l’i (...)

45Au sein des trois régimes, l’action suppose à proprement parler un engagement, qui mobilise la personne dans toutes ses dimensions : corporelles, cognitives, affectives. Une personne qui s’engage dans un régime mobilise des catégories de jugement propres à ce régime : l’aisance pour la familiarité, l’accomplissement du projet pour le plan, la probité publique de la position défendue dans la justification46. Et à chaque fois, le corps s’ajuste aux objets et aux personnes d’une façon différente.

  • 47  Il faut absolument insister sur le fait que le régime de familiarité n’a pas une profondeur ontolo (...)

46Si les trois régimes ont un même statut ontologique de réalité, ils n’ont pas la même portée analytique. Thévenot attribue au régime d’engagement en familiarité une place privilégiée, et ce pour deux raisons selon nous47. Du point de vue du politique, c’est en creux de l’absence de commun que peut s’appréhender sa composition, avec toutes les tensions qui lui sont inhérentes du fait de l’hétérogénéité des catégories de jugement mobilisées dans chaque régime. Du point de vue de la notion de régime d’engagement, le familier ouvre l’action et la coordination sur le corps, les objets, le jugement et leurs ajustements mutuels, ce qui les rend visibles dans les autres engagements de portée publique.

47Le jugement comme moteur de l’engagement se loge dans la marge de manœuvre entre les « investissements de forme » et la confrontation à des circonstances particulières. Ce qui constitue une tension génératrice de réflexivité au niveau individuel et productrice de problèmes politiques à un niveau plus général.

48Cette tension, constitutive de toute action et que Thévenot a nommée engagement, repose à la fois sur une dépendance et sur un pouvoir. L’engagement articulé sur le jugement représente une réduction des possibles : on ne peut pas avoir en tête et en corps l’ensemble des possibles d’un moment et d’un lieu donnés. On a nécessairement un point de vue limité, créateur de notre dépendance par rapport au monde. Mais cette réduction, on l’a vu, est une condition nécessaire de l’action, puisque la rationalité stratégique, comme l’interprétation indéfinie, ne permettent pas la stabilisation du sens, condition primordiale pour que soit engagée une action dans le monde. Dépendance et pouvoir (à comprendre comme « capacité ») s’auto-alimentent au niveau individuel. Le projet de Thévenot garde également toute sa portée au niveau collectif, preuve que son cadre théorique dépasse l’opposition entre individualisme et holisme. En effet, cette réduction des possibles, nécessaire à l’action, porte en elle les tensions sur ce qui rend « commun ». C’est parce que je suis entièrement engagé dans un régime du proche que je peux difficilement le communiquer, le partager, l’ouvrir sur un extérieur, un étranger. Il est très difficile d’ouvrir le proche à une communauté élargie. Inversement, créer du proche à partir des catégories du jugement les plus communicables (le droit, la loi) pose le problème de la construction de dispositifs adéquats en termes de catégories de jugement familières, tant verbales que corporelles. Or, c’est l’un des problèmes les plus prégnants dans les discours de l’action sociale et démocratique actuelle : s’adapter à son public et le faire participer.

49L’heuristicité du cadre théorique construit par Thévenot semble donc grande, puisqu’il permet de traiter de problèmes relevant autant de la sociologie de l’action que de la sociologie politique et morale. Si le pari de construire un cadre théorique unifiant semble donc tenu, reste un problème non soulevé par l’auteur, qui pourrait justement constituer une discontinuité importante dans cette architecture. On a vu que les catégories du jugement étaient centrales pour comprendre que l’engagement mobilisait une évaluation corporelle, cognitive, affective dans le cours même de l’action. Mais on a vu aussi que ces catégories du jugement n’étaient pas toute autant disponibles pour le langage. Plus précisément, on a à plusieurs reprises relevé que le régime de familiarité semblait bien difficile à appréhender.

Comment se familiariser avec le « régime de familiarité » ?

  • 48  « Le régime de familiarité », ibid., p. 80.

50Se familiariser avec ce régime passerait par une exposition des outils à la disposition du sociologue pour l’appréhender, l’apprivoiser, le manipuler. Or, il apparaît clairement dans le dernier ouvrage de Thévenot un silence gênant sur les « modalités d’enquête », qu’il estimait pourtant, dans son article de 1994, poser « de délicats problèmes »48.

  • 49  Le langage est aussi présent dans le régime de familiarité, mais il s’inscrit dans des formats dif (...)

51Dans cet article, l’auteur expose explicitement les difficultés qui se posent lorsqu’on cherche à appréhender des actions dont les catégories d’évaluation sont implicites, inscrites dans le corps ou en tout cas difficilement communicables à une autre personne49. Il doute de l’adéquation de la méthode de l’entretien à ce genre de régime :

  • 50  « Le régime de familiarité », ibid., p. 81. Ce qui peut rappeler une des notions clefs de Wittgens (...)

Un questionnement orienté vers l’accomplissement d’une action risque de recueillir le compte rendu d’un déroulement normal engageant des moyens fonctionnellement adaptés, c’est-à-dire un tableau organisé pour un jugement selon la grandeur d’efficacité industrielle. L’instrument teste […] l’engagement conjoint dans un couple usager-objet.50

  • 51  « Le régime de familiarité », ibid., p. 80.

52L’objectif de l’enquête est donc de construire « une installation qui permet d’étendre le test vers l’usage en évitant le détour du questionnement »51. L’équipe de chercheurs du Laboratoire National d’Essai (LNE) a donc fait le choix de filmer les personnes découvrant le nouvel appareil photo depuis une pièce cachée, pour ainsi voir sans être vu. Ce dispositif paraît cohérent étant données les méfiances vis-à-vis du discours, qui mobiliserait des catégories du jugement public, obligeant la personne à traduire ce qu’elle aura vécu sur le mode de l’intime dans le langage du régime de justification. Comment Thévenot tire-t-il alors ses conclusions ? Par le recueil de commentaires de techniciens ou d’ingénieurs du LNE des vidéos effectuées. On peut supposer que ces commentaires auront été recoupés avec un visionnement personnel des vidéos (ce qui n’est pas précisé dans l’article). Le seul problème est l’absence de précision du critère utilisé pour voir que quelqu’un se sent finalement à l’aise avec le nouvel appareil, critère qui nous aiderait à comprendre comment appréhender sociologiquement la catégorie du jugement dans le régime de familiarité. Ce qui revient à une question méthodologique : comment observer, recueillir, repérer le jugement d’aisance, catégorie propre au régime de familiarité ?

  • 52  Cf. « Conférence sur l’éthique », ibid.

53Ce qui est cependant plus gênant, c’est l’absence totale de mention de ce problème méthodologique dans L’action au pluriel. Le régime de familiarité fait simplement l’objet de descriptions phénoménologiques personnelles. Thévenot nous demande de les lire en mobilisant une « aptitude romanesque » pour entrer dans une sorte de sympathie qui ferait qu’on parvient à traduire son sentiment de propre en un sentiment qui nous serait propre. Sans comprendre intimement ce qu’il expérimente, on pourrait malgré tout transposer et reconnaître qu’il effectue une action familière. La démarche, suivie dans ce dernier ouvrage, de la seule description, même accompagnée d’une précaution, est ambivalente : elle oriente certes notre attention d’observateur sociologue vers des sphères intimes qui peuvent avoir du sens lorsqu’elles entrent en tension avec des régimes publics ; elle reste cependant, selon nous, largement soumise aux aléas de la description intuitive, en tout cas quand elle reste sans plus de précisions. Surtout, étrangement, ce régime devient dicible, écrit, même si l’auteur nous met en garde contre les transformations qu’opèrent la publicisation de cette action et son changement de format. Aucune précaution méthodologique n’est préconisée, alors qu’il paraît clair que l’héritage de Wittgenstein, dont se réclame l’auteur au début de l’ouvrage, conduit à laisser de côté l’utopie d’un langage privé, collant parfaitement à la singularité d’un moment. Le régime de familiarité relèverait-il de ce que Wittgenstein nomme l’absolu, l’indicible52 ?

54L’entretien ne paraît donc pas la bonne méthode d’approche, et la description faite par Thévenot ne nous livre aucun critère d’identification d’un jugement familier et de sa clôture. Peut-être que ce régime relève bien de la tradition phénoménologique, mais que transposé dans des dispositifs d’enquête empirique, il devienne, par entretien et une fois exprimé, la visée d’un « monde domestique », n’ayant plus alors de différence avec le régime de justification. Mais sans doute que plus généralement, le régime de familiarité pose un des problèmes centraux qu’aborde le Groupe de Sociologie Politique et Morale : trouver les outils théoriques pour caractériser sociologiquement la singularité. Tentative qui paraît stimulante par sa nouveauté et par le défi qu’elle représente. Comment, en effet, parvenir à concilier singularité et jeu de langage sociologique ?

Haut de page

Notes

1  Je tiens à remercier les personnes qui m’ont aidé, soutenu et recadré au cours de l’écriture de cette (longue) note : les relecteurs de Tracés (P. Costey, A. Fossier et é. Monnet), qui m’ont poussé à remanier une première version, et donc à améliorer mon texte ; é. Le Mener et J. Stavo-Debauge pour leur soutien ; M. Breviglieri et J. Majorel, pour leur lecture attentive. Bien sûr, tout ce qui reste critiquable m’est entièrement redevable.

2  L. Thévenot, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, La Découverte, coll. « textes à l’appui /politique et sociétés », Paris, 2006.

3  Cf. notamment à ce propos la synthèse de P. Corcuff, Les nouvelles sociologies, Nathan, coll. « 128 », Paris, 1995.

4  L. Thévenot est directeur d’études à l’EHESS (au Groupe de sociologie politique et morale) et administrateur à l’INSEE (département de la recherche).

5  L. Thévenot, « économie et formes conventionnelles », in R. Salais et L. Thévenot (dir.), Le travail. Marchés, règles, conventions, Economica, Insee, 1986, p. 195-217 (et notamment, p. 198).

6  Dans ses travaux, L. Thévenot s’est en effet situé autant par rapport au fonctionnalisme de T. Parsons qu’à la théorie du choix rationnel, autant par rapport à l’ethnométhodologie de H. Garfinkel et à la sociologie de E. Goffman qu’à la notion de « common knowledge » de D. Lewis, autant par rapport au cognitivisme qu’à la tradition philosophique (qu’elle soit pragmatiste, analytique, phénoménologique ou politique et morale).

7  à la différence du concept d’illusio cher à P. Bourdieu, concept dont la définition indique clairement l’ancrage structural : « propension à agir qui naît de la rencontre entre un champ et un système de dispositions ajustées à ce champ », in P. Bourdieu, L. Wacquant, Réponses : pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 94.

8  Le jugement peut donc s’apparenter à un rapprochement de divers éléments en fonction de leur pertinence pour l’action en cours. Partir de l’opération de jugement pour saisir le noyau de l’architecture théorique de l’auteur rejoint ce qu’il affirme lui-même : « Nous plaçons donc cette opération de rapprochement au cœur de notre cadre d’analyse de l’action. » (L’action au pluriel, ibid, p. 108) Ce qui distingue clairement ce projet de ce que L. Boltanski a identifié, dans L’amour et la justice comme compétences (1990). Le régime d’agapè, qui se présente comme le complément des régimes de violence, de justification et de paix, diffère d’une coordination, dans la mesure où il s’appuie sur le refus de ce qui précisément fonde les « régimes d’engagement » : la mise en équivalence. L’amour serait le refus de la commensurabilité, de la comparaison, de la justice.

9  Thévenot l’annonçait dès son article programmatique de 1990, « L’action qui convient » : « Que dire de l’habitude qui génère un geste ne s’ajustant plus au terrain et allant à vau-l’eau, geste obsessionnel, manie ? On atteint alors les limites de l’action qui convient : en l’absence de point de repère, la possibilité même de juger d’un échec devenant exclue, nous sortons du cadre de notre propos. » (in Raisons Pratiques n° 1, p. 54) Ce primat de la réflexivité rappelle vivement la « première intention philosophique » exposée par P. Ricœur dès les premières lignes de Soi-même comme un autre : « La première intention est de marquer le primat de la médiation réflexive sur la position immédiate du sujet. » (Seuil, coll. « Essais », 1990, p. 11) Ricœur cherche en effet à s’inscrire dans un espace de pensée situé à égale distance entre le « Cogito exalté » de Descartes et la tradition « anti-Cogito » annoncée par Nietzsche. On entre bien dans un cadre de pensée moral, au sens où la personne, n’étant pas vue comme dénuée de lucidité réflexive, est donc capable de porter un jugement sur elle-même fondé. Dans le numéro d’Esprit consacré à « La pensée Ricœur », L. Thévenot reconnaît trois points de convergence entre son projet et celui du philosophe, notamment la conception de la personne, envisagée au-delà de la seule mêmeté (qui définit une personne par des dispositions et un caractère fixés par la socialisation) pour appréhender son « ipséité », qui constitue sa singularité et sa labilité. « Notre analyse d’une pluralité de régimes d’action invite à concevoir une identité qui n’est pas seulement caractérisée, mais composée et recomposée à partir d’engagements multiples dont le feuilletage confère une consistance dynamique à la personne. » (Esprit, n° 323, mars-avril 2006, p. 48)

10  L. Thévenot, « Les investissements de forme », in Conventions économiques, Cahiers du centre d’études de l’emploi, PUF, 1985, p. 21-71.

11  A. Orléan, « Introduction», Analyse économique des conventions, A. Orléan (dir.), PUF, Paris, p. 16.

12  L. Thévenot, « Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses n° 17, sept. 1994, p. 72-101 (et surtout p. 80 et sq).

13  Pour plus de précisions sur les liens unissant pragmatisme et pluralisme, cf. J. Wahl, Les philosophies pluralistes d’Angleterre et d’Amérique, Le Seuil, coll. « Les empêcheurs de penser en rond », Paris, mars 2005 [1920] (notamment p. 130-142).

14  L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris, 1991.

15  Dans l’ouvrage (chapitre VI, p. 200-262, ibid.), les auteurs identifient six « mondes » : inspiration ; domestique ; inspiré ; industriel ; marchand, civique ; opinion.

16  L’action au pluriel, ibid., p. 113.

17  M. Weber définit ainsi le domaine de la sociologie : « Nous appelons sociologie (au sens où nous entendons ici ce terme utilisé avec beaucoup d’équivoques) une science qui se propose de comprendre par interprétation l’activité sociale et par là d’expliquer causalement son déroulement et ses effets. » (Économie et société, chapitre 1 « Les concepts fondamentaux de la sociologie », Plon, 1971, p. 28). M. Weber distingue très clairement entre « activité » (action qui a un sens subjectif pour l’acteur) et « activité sociale » (action significativement orientée vers autrui). L. Thévenot semble étendre, par ce « régime familier », le domaine de la sociologie compréhensive à « l’activité ». Il aborde en effet ce que, explicitement, M. Weber rejette : « N’importe quelle espèce d’activité – y compris d’activité externe – n’est pas une activité “sociale” dans le sens du terme auquel nous tenons ici. Une activité externe ne l’est pas si elle s’oriente purement et simplement d’après les expectations du comportement d’objets matériels. Le comportement intime n’est une activité sociale qu’à la condition de s’orienter d’après le comportement d’autrui. » (ibid., p. 52)

18  L’action au pluriel, ibid., p. 102-103.

19  Ibid., p. 7.

20  C’est ce que l’auteur nomme « le tournant interprétatif » (ibid., p. 64), reprenant explicitement l’héritage wittgensteinien et sa méfiance par rapport à l’alignement mécanique des pratiques collectives sur des règles, explicites ou implicites. Il existe toujours une tension, potentielle ou actuelle, entre la généralité des formes régulatrices et la singularité du moment de l’action.

21  L. Thévenot, « Les investissements de forme », in Conventions économiques, Cahiers du centre d’études de l’emploi, PUF, 1985, p. 21-71.

22  Cf. note 5 p. 46 de « L’action qui convient », ibid.

23  L’action au pluriel, ibid., p. 14.

24  Ce qui explique largement le terme de « régime », au sens physique du terme : mode de fonctionnement d’un moteur. L’engagement, par la possibilité de réviser son jugement, a ici une dimension principalement dynamique, et ne se réduit donc pas à une inertie.

25  « Les investissements de forme », ibid., p. 30.

26  Cette notion d’investissement de forme permet à Thévenot d’appréhender, par analogie formelle, des situations autant économiques que morales ou politiques. Malgré la différence a priori qui peut exister entre une décision de justice et un accommodement avec mon mobilier, le jugement fonctionne de la même façon. L’analogie permet ainsi d’unifier formellement des situations très disparates autour de la balance entre un coût et un avantage.

27  Le régime de l’action en force est explicitement rejeté par Thévenot de son cadre théorique. « Au lieu d’accepter de réaménager notre relation, je m’énerve. Avec l’énervement, nous entamons une brève excursion dans une modalité différente d’intervention, celui de l’action s’imposant en force. Forcer le tiroir ou forcer la consigne pour la faire céder, c’est chercher à en dépasser les capacités déposées dans les convenances, venir à bout d’une résistance qui exprime une façon naturelle de se tenir. Dans ce cas, si succès il y a, il ne viendra pas à l’appui de convenances ou de conventions. » (in « L’action qui convient », Raisons Pratiques, ibid., p. 54). On peut juste s’étonner du « moralisme » sous-jacent de ce passage : pourquoi forcer le tiroir ne serait pas la modalité de s’y accommoder ?

28  L’action au pluriel, ibid., p. 30.

29  Pour plus de précisions, nous renvoyons à l’ouvrage Analyse économique des conventions, ibid.

30  Dans Les règles de la méthode sociologique, é. Durkheim recommande de « considérer les faits sociaux comme des choses » (PUF, coll. « Quadrige », 1997 [9e édition], p. 15). L’objectivité des faits sociaux se construit notamment grâce à la méthode explicative et statistique des variations concomitantes. La régularité observée statistiquement explique des comportements communs à de nombreuses personnes. Le projet de l’ethnométhodologie opère un glissement de regard sur cette objectivité des faits sociaux et sur la production de ce commun. Celle-là résulte de pratiques concertées, observables localement de façon ethnographique. Le comportement commun, signe d’une objectivité des faits sociaux, doit donc se décrire comme un accomplissement pratique. H. Garfinkel explicite ainsi son projet dès la première page de la préface de ses fameuses Studies in Ethnomethodology (Polity Press, 2004 [1967], p. vii) : « In contrast to certain versions of Durkheim that teach that the objective reality of social facts is sociology’s fundamental principle, the lesson is taken instead, and used as a study policy, that the objective reality of social facts as an ongoing accomplishment of the concerted activities of daily life, with the ordinary, artful ways of that accomplishment being by members known, used, and taken for granted, is, for members doing sociology, a fundamental phenomenon. »

31 Dans un article de 1986, il critique un autre article de P. Pharo qui utilise l’ethnométhodologie (« économie et formes conventionnelles », in Le Travail. Marchés, règles, conventions, ibid., p. 195-217). En 2006, dans son dernier ouvrage, L’action au pluriel (ibid.), il reprend de façon régulière cette critique.

32  « économie et formes conventionnelles », ibid., p. 210.

33  Deux remarques, cependant, sur les critiques formulées par L. Thévenot. L’ethnométhodologie constitue un regard porté sur la réalité sociale, qui fait comme s’il n’y avait rien de commun avant l’interaction. Ceci, non pas pour le nier, mais pour éviter d’imposer, sur ce que font les acteurs, des catégories qu’ils ne mobilisent absolument pas dans leur raisonnement pratique. L’objet de l’ethnométhodologie est de saisir ce qui est pratiquement pertinent, en situation, pour les acteurs. Donc, des investissements de forme antérieurs à l’interaction peuvent être pertinents, tout comme parfois ils peuvent ne pas l’être. C’est le choix de l’interprétation (au lieu de l’intériorisation de normes) qui permet ainsi d’éviter un déterminisme qui ferait des acteurs des « idiots culturels » (H. Garfinkel). N’oublions pas que tant dans le culturalisme que dans des théories structurales, les acteurs identifient ce qu’ils font, bien sûr. Mais la critique récurrente qui en a été faite porte sur la présence du doute, des hésitations, des non-conformités dans les comportements sociaux. L’ethnométhodologie a ainsi privilégié l’interprétation, plutôt que l’action mécanique. La possibilité de révision du jugement chez Thévenot relève du même souci d’éviter de « mécaniser » les actions. On voit donc que si le jugement permet effectivement de comprendre l’identification ou la révision d’une action, peut-être plus que l’interprétation, le projet de l’auteur ne diffère pas tant qu’il le dit du projet de l’ethnométhodologie, au moins dans ses thèmes de recherche : la production du commun, sans passer par un schéma mécaniste dans lequel l’intériorisation a une portée explicative majeure et est reliée à l’action des individus par une sorte de « boîte noire ».

34  M. Breviglieri, L. Pattaroni, J. Stavo-Debauge, « Quelques effets de l’idée de proximité sur la conduite et le devenir du travail social », in Swiss Journal of Sociology, n° 29 (1), 2003, p. 141-157.

35  Ibid., p. 143.

36 Ibid., p. 145.

37  L’action au pluriel, ibid., p. 11.

38  Cette attention aux objets, que l’on retrouve aussi très tôt chez B. Latour et M. Callon (« Unscrewing the big Leviathan » in K. Knorr-Cetina and A. Cicourel (éds), Advances in Social Theory and Methodology, Boston, Routledge and Kegan Paul, 1981, p. 277-303), rappelle le pragmatisme de G. H. Mead, qui appréhendait déjà leur participation à l’action. Sur ce point, voir Mead G. H., « La chose physique », texte traduit et présenté par L. Quéré, Réseaux, 85, 1997. Je remercie é. Le Mener pour la référence.

39  L. Thévenot, « Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses, n° 17, sept. 1994, p. 72-101 (et surtout p. 80 et sq).

40  L’auteur s’appuie sur la participation à une enquête réalisée par le Laboratoire National d’Essai, qui, par enregistrement vidéo incognito, demande à des personnes d’effectuer des tâches ménagères dans un appartement loué pour l’occasion avec des objets fonctionnels qu’elles ne maîtrisent pas forcément. Il était demandé, outre de préparer un repas froid ou de faire des travaux ménagers en hauteur (rangement, nettoyage de rideaux…), de découvrir le fonctionnement d’un produit nouveau, comme un appareil photo.

41 Ibid., p. 85.

42  Ibid., p. 87.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 99.

46  On voit donc bien que l’objet de Thévenot n’est pas l’accomplissement de la coordination, mais l’inquiétude pour cette coordination. Ce qui lui permet de relativiser l’accomplissement de la coordination comme relevant strictement du jugement dans l’action en plan.

47  Il faut absolument insister sur le fait que le régime de familiarité n’a pas une profondeur ontologique plus grande que les autres régimes. De plus, l’ambition de L. Thévenot dans cet ouvrage précis est d’analyser l’architecture générale des trois régimes d’engagement identifiés, et non de privilégier un régime par rapport aux autres. C’est ici l’occasion de remercier Marc Breviglieri pour sa lecture attentive de cette note et pour ses remarques claires et éclairantes. Mais il me semble que le régime de familiarité permet de voir, en creux par rapport aux autres régimes, ce qui soutient les autres régimes mais qui passe inaperçu si on ne prend pas en compte la coordination avec soi-même. Le régime de familiarité apparaît donc uniquement comme un moyen heuristique analytique privilégié, et non comme un régime privilégié dans l’absolu.

48  « Le régime de familiarité », ibid., p. 80.

49  Le langage est aussi présent dans le régime de familiarité, mais il s’inscrit dans des formats différents de ceux des autres régimes. Je remercie M. Breviglieri pour cette précision qui restait implicite dans cette note, implicite qui pouvait conduire à un contre sens sur la place du langage dans les divers régimes d’engagement.

50  « Le régime de familiarité », ibid., p. 81. Ce qui peut rappeler une des notions clefs de Wittgenstein et de ses Investigations philosophiques : il n’existe pas de langage privé, tout langage communicable entre dans un « jeu de langage » identifiable et partageable. On peut aussi se reporter au commentaire de P. Hadot, « Jeux de langage et philosophie » (1962) (in Wittgenstein et les limites du langage, Vrin, Paris, 2005, p. 83-103). Sur l’indicible et l’absolu, cf. à ce propos sa « Conférence sur l’éthique », dans Leçons et conversations (folio essais, trad. J. Fauve, 1992 [1966], p. 141-155).

51  « Le régime de familiarité », ibid., p. 80.

52  Cf. « Conférence sur l’éthique », ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Gardella, « Le jugement sur l’action. Note critique de L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement de L. Thévenot », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 11 | 2006, mis en ligne le 28 septembre 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/252 ; DOI : 10.4000/traces.252

Haut de page

Auteur

Édouard Gardella

edouardgardella@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page