Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Conférences

La souveraineté aujourd’hui : entre vieilles fragmentations et nouvelles excédences

Antonio Negri
p. 101-119

Texte intégral

1Depuis Empire (2000), livre qu’il a cosigné avec Michael Hardt, le philosophe Antonio Negri articule son travail autour de deux champs d’investigation principaux. Il s’attache, d’une part, à mettre en évidence la désuétude d’un ensemble de concepts qui servaient jusqu’alors à penser le politique ; il tente, d’autre part, de construire et d’expérimenter une multiplicité de catégories adaptées à la configuration du monde social contemporain. Le travail d’Antonio Negri constitue ainsi, pour reprendre les mots de Michel Foucault, un ensemble d’éléments producteurs d’une « subjectivité » déterminée : celle de l’homme libre.

  • 1  Conférence prononcée le 29 juin 2008 à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, à (...)

2Dans le texte qu’il nous livre ici1, Antonio Negri procède ainsi à la fois à un travail d’éclaircissement conceptuel concernant les grandes catégories de la philosophie politique traditionnelle – apparaissent ici les « vieilles fragmentations » – et à un travail de construction de concepts plus opératoires qui tienne compte des « nouvelles excédences » du pouvoir. La critique n’est donc pas une simple dénonciation gratuite, mais elle est ce mouvement qui, à la malice de la déconstruction, allie la joie de la production.

  • 2  Référence à la définition que donne Kant des Lumières dans son texte de 1784, Qu’est-ce que les lu (...)

3À l’origine de cette intervention, il y a une question à laquelle je suis tenu de répondre : qu’en est-il de la critique ? Je me permets, avant de commencer, de proposer une définition préalable de ce que j’entends par « critique », définition qui, je l’espère, sera bientôt confortée par quelques arguments probants. La critique, c’est cette activité intellectuelle (sociale et politique) qui, parce qu’elle traverse la crise de la modernité et évite d’être réassimilée par elle, génère un ensemble de forces qui permettent de transformer le monde dans lequel nous vivons ainsi que le savoir et l’éthique de celui-ci. La critique qui devient masse critique (sociale et politique) dépasse ainsi le seuil historique que le pouvoir impose aux mouvements critiques. Quand la critique ne parvient pas à produire une masse critique susceptible de surmonter la crise, elle finit au contraire par être toujours réassimilée par le pouvoir, et ne mérite alors pas d’être reconnue comme un « processus qui nous libère d’une condition de minorité »2.

  • 3  Les bases de cette assertion me semblent avoir été posées dans Negri, 1977 ; Offe, 1985 ; Luhmann, (...)

41. Pour commencer, je voudrais partir non pas d’une hypothèse mais d’un fait, d’un donné : le concept moderne de « souveraineté » est en crise. Or, puisque le concept de souveraineté moderne est une structure dans laquelle s’organise – précisément sous la forme de la souveraineté – une certaine idée de la propriété (privée et publique) et une conception de la représentation politique, reconnaître la crise de la souveraineté moderne signifie du même coup problématiser les concepts de « propriété privée et/ou publique » et de « représentation politique »3. Pour tous les auteurs qui prennent acte de cette crise, le dépassement de l’horizon souverainiste dérive de la naissance des mouvements et des actions collectives « irréductibles » aux structures de l’État souverain de la modernité. Le déclin du dogmatisme juridique moderne qui en est la conséquence dérive ainsi de l’émergence de mouvements immédiatement « constituants », c’est-à-dire capables d’exprimer un « constitutionnalisme sociétal » alternatif à la théorie constitutionnelle étatico-centrique(Teubner, 2004).

5Pour le dire dans des termes plus contemporains encore, j’ajouterai que parler de crise de la souveraineté moderne signifie en réalité parler de la crise d’une épistémè spécifique. Qu’est-ce qu’une épistémè ? Pour répondre avec Foucault, « ce sont tous ces phénomènes de rapports entre les sciences ou entre les différents discours dans les divers secteurs scientifiques qui constituent ce que j’appelle épistémè d’une époque » (Foucault, 2001a) – profitons-en pour souligner qu’il s’agit non pas de structures fermées, mais d’un terrain de jeu, d’un rapport ouvert. Interrogeons-nous dès lors sur ce en quoi consiste spécifiquement cette crise. Celle-ci tient à ce que nous ne pouvons plus considérer le monde normatif (c’est-à-dire le monde qui correspond à la souveraineté moderne) comme autoconsistant, mais que nous devons au contraire l’analyser dans un nouveau contexte historique et nous immerger dans sa crise actuelle, en considérant tout à la fois la phénoménologie comme expérience du conflit (comme expérience de la rencontre entre des fonctions organisées et des instances innovantes et/ou spontanées) et comme expérience de sa transformation. Pour le dire autrement, lorsque nous sommes plongés dans la crise d’une épistémè, à la manière dont Foucault l’entend, nous devons nous mettre dans les conditions de modifier en même temps les systèmes qui organisent la connaissance, les formes de sa production et les sujets qui la produisent. Déstructurer les systèmes, cela veut dire, dans ce cas, restructurer les formes de la connaissance. Le fait est que nous assistons à la crise d’une épistémè tout entière, c’est-à-dire aussi des événements qui en dérivent.

  • 4  En français dans le texte (NdT).

6Notre attention se fixera sur quelques lieux privilégiés. Le premier est celui de l’économie politique. On pardonnera la priorité, peut-être démodée 4, donnée à la critique de l’économie politique – même si celle-ci possède néanmoins des ascendants classiques. En effet, les baptêmes répétés de la modernité ont été prononcés de manière éminente – aussi bien à travers la philosophie écossaise du xviiie siècle que par le Hegel de Iéna – à travers une critique de l’économie politique. Le concept de « capital », qui était considéré autrefois (et sans aucune inflexion négative) comme un unificateur du terrain social (ce que l’idéologie libérale et l’idéologie socialiste reconnaissaient toutes deux), est aujourd’hui le premier objet à propos duquel on peut vérifier des phénomènes de fragmentation. En effet, alors que ce qu’on appelle le « capital variable » (la force de travail, définie aujourd’hui comme « immatérielle », c’est-à-dire comme cognitive, coopérative, subjective) semble participer toujours moins du « capital constant » (les machines, les matières premières, les fonctions de commandement), le « capital constant », lui, semble avoir de plus en plus de mal à tenir le « capital variable » sous son contrôle exclusif (et donc à y intégrer la force de travail). Dans tous les cas, le rapport entre le capital constant et le capital variable, entre le commandement du capital sur la force de travail et l’exode de cette même force (en tant que force de travail cognitive) hors du capital, ne peut plus être inclus au sein de la loi classique de la valeur du travail, et ce rapport n’est plus mesurable(Vercellone éd., 2003 ; Moulier-Boutang, 2007). Face à cet excédent démesuré – incarné par la nouvelle figure de la force de travail immatérielle –, le capitalisme cognitif répond avec des instruments d’exception : la rente immobilière et foncière, la rente financière, etc., tentent en effet d’occuper le lieu du profit en construisant les nouvelles mesures d’une accumulation capitaliste inédite. Et la régulation monétaire joue désormais un rôle de commandement et de décision sur les « conventions » de la reproduction capitaliste à l’échelle mondiale(Orléan, 1999). En réponse à la fragmentation, nous trouvons donc tout sauf une inertie. En effet, si la démesure de l’excédence révèle, d’une part, des lieux de résistance, des processus autonomes de subjectivation et des nouveaux sujets, celle-ci identifie, d’autre part, une riposte capitaliste qui propose, à travers la crise, de nouvelles structures de commandement.

7Insistons (toujours à l’intérieur de cette première réflexion sur la crise de l’économie politique classique) sur quelques éléments qui pourraient être mal compris.

8La crise du concept moderne de « souveraineté », dans la mesure où celui-ci est lié au concept de « capital », se manifeste à travers l’interruption de l’unité que l’État souverain et le capital présupposaient, que ce soit du point de vue spatial (les États et les capitaux nationaux face à la mondialisation) ou du point de vue de la régulation du temps de travail. C’est dans l’organisation du temps que la force de travail cognitive rompt avec la figure classique de la « journée de travail », c’est-à-dire avec la structure traditionnelle du commandement. En outre, le développement du capitalisme, qui se rattachait parfaitement (dans sa forme industrielle) à l’État-Nation, en déborde désormais totalement les limites. Pour contenir une force de travail qui excède aussi bien les limites spatiales que les limites temporelles de l’État-Nation, le moyen désormais employé consiste à transférer les processus de décision du niveau industriel au niveau financier. Le capitalisme financier, le monde de la finance, se présentent comme des structures autoréférentielles. La règle monétaire y est en effet développée de manière complètement indépendante des flux de l’économie réelle. Il est intéressant de souligner que, dans ce cadre, le concept de « propriété » est à son tour modifié de manière radicale. On ne parle plus d’une relation entre le travail et la propriété, ou d’une instance de possession liée à la genèse et à l’expansion de l’individualisme ; on parle plutôt d’un nouveau « patrimonialisme » qui trouve sa consistance dans des aménagements financiers, dans l’abstraction la plus complète du processus de travail et dans l’épuisement de ses formes juridiques traditionnelles(Orléan, 2000).

  • 5  Si la notion de government renvoie à un modèle de compréhension substantialiste (à travers des ent (...)

9En second lieu, la fragmentation et l’excédence se vérifient du point de vue de la théorie de l’État. J’aimerais ici rappeler le développement des théories « systémiques » qui ont, à partir de la considération des phénomènes de la mondialisation, commencé à parler de processus de « constitutionnalisation sans État » ; et qui ont identifié, dans le transfert des pouvoirs de décision du government à la governance5, la mise en place d’un « gouvernement aléatoire de la contingence ». En effet, le développement fragmentaire des fonctions juridiques – au niveau interne comme au niveau international, au niveau administratif comme au niveau politique (il est important que le rapport local/global, micro/macro soit toujours retenu ici dans son immanence) – ne peut être contenu dans un cadre systémique(Teubner, 2005).

10Reconnaître cette « incontinence » systémique ne signifie pas réévaluer ou réinventer une ligne « institutionnaliste » qui mettrait en œuvre une reconstruction par le bas du commandement, mais plutôt reconnaître le surgissement et la prospérité d’une situation chaotique dans laquelle se dupliquent et/ou se multiplient les instances de governance. Tout ceci libère une excédence en dehors du système – à l’intérieur de sa fragmentation : dans ses interstices, entre les conflits et les entrechoquements des différentes rationalités qui la composent, entre les différentes architectures généalogiques des normes qui s’y donnent, etc.(Teubner, 2006). Le passage du gouvernement à la governance brise la régulation unitaire du système du droit public. Quand nous considérons ce tournant, nous devons le voir dans toute son extension : c’est en effet un passage de la règle unitaire et déductive à une norme plastique et pluraliste. Il ne faut pas s’étonner si, à l’intérieur de ce système, dans le flux dynamique et multiple des productions normatives, on a de temps en temps recours à l’exception. En ce qui me concerne, je suis proche de ceux qui considèrent que l’exception s’étend désormais à tout le processus normatif. Ceci, évidemment, élimine (pourrait-on dire) l’exception de l’exception, tout comme la norme est éliminée du « droit d’exception » (comme celui-ci était défini dans la tradition juridique de la modernité). Ce qui est important dans ce processus, c’est l’impossibilité de bloquer les résistances qui s’opposent au développement linéaire d’une volonté juridique centralisée : dans le système juridique, cela confirme la perception de la rupture que nous avons déjà soulignée dans la critique de l’économie politique.

  • 6  Niklas Luhmann (1927-1998). Sociologue allemand, il a produit une importante théorie des systèmes (...)
  • 7  Pour la notion d’« ontologie du présent », voir Foucault, 2001c, p. 1506 (NdT).

11Il nous faut, à cette étape de l’argumentation, reconnaître que le « systémisme » de Luhmann6 a anticipé la description des dynamiques de cette fragmentation à venir, qu’il les a en quelque sorte sollicitées par un geste fort, à partir de la conscience de la coprésence « asymétrique » et critique des flux normatifs et des instances d’auto-organisation. Une fois cela admis, il faut ajouter que cette opération théorique a cependant caché une attitude presque sceptique, « libertine » (une sorte de : « il faut que tout change pour que rien ne change »). En somme : une option « cynique », au sens abusif du machiavélisme, plutôt qu’une ouverture à la puissance de l’inorgani-sation, de l’asymétrie et de l’autonomie. Si je souligne cet aspect de l’opération luhmannienne, ce n’est certes pas pour en dénoncer ou en condamner l’influence. C’est bien plutôt pour poser un problème que l’on n’aura hélas pas le temps d’affronter ici : celui de la centralité de l’innovation, de l’autonomie, de l’asymétrie dans la « production de subjectivité ». J’aimerais cependant insister sur le fait que, dans le systémisme (comme en règle générale dans les positions poststructuralistes), les éléments innovants sont considérés comme des effets marginaux produits par la déconstruction, et non, au contraire, comme des tensions reconstructives et constituantes qui doivent représenter le cœur de toute « ontologie du présent » (Hardt, Negri, 1996 ; Negri, 2006)7.

12Le troisième terrain sur lequel se joue le rapport entre la fragmentation et l’excédence – et au sein duquel celui-ci est largement inscrit –, c’est celui, éthico-politique, de la définition du sujet juridique. Dans les conditions historiques actuelles, les concepts de « conscience » et de « responsabilité » sont désormais fragmentés dans des processus de subjectivation qui laminent les identités et les déterminations individuelles(Hardt, Negri, 1996, p. 114-115 et 147-148). Pourquoi ? Pour des raisons qu’on a déjà vues précédemment – c’est-à-dire parce que la responsabilité instrumentale ne trouve plus la mesure d’une synthèse ordonnée des intérêts ; parce que la prise de conscience individuelle du droit ne trouve plus de débouchés productifs par la (ou pour la) liberté de tous. On devra alors reconnaître que l’excédence se donne ici en des termes irréductibles aux déterminations transcendantales de l’individualisme, alors que ces dernières contenaient toujours – dans leur dimension possessive – des tendances à la médiation dialectique. En effet, l’excédence produit de la singularité ; et le singulier s’inscrit dans le commun, la parole dans le langage, l’événement dans l’histoire. Les processus cognitifs s’étendent dans des dispositifs complexes qui s’ouvrent et se tendent entre le passé et l’avenir. La temporalité constitue une flèche qui représente non seulement la succession des instants mais la poussée de l’innovation. Nous voici proches d’une conception et d’une pratique du droit qui, en fin de compte, se réapproprient du temps.

13L’ensemble de ces remarques concerne également la crise de la représentation politique. C’est en réalité dans la crise des rapports structurels internes au concept de « capital » et au concept de droit public que s’enracine la fragmentation de la représentation politique. Les concepts de « classe », de « strate », de « catégorie sociale » sont désormais indéfinissables. Aujourd’hui, comment pourrait-on bien se donner une idée cohérente de la représentation catégorielle, corporative, de classe et/ou nationale ? Tout cela est désormais devenu opaque.

14Peut-être – mais nous verrons plus tard que ce « peut-être » n’a sans doute pas lieu d’être –, la seule façon d’entrer de manière critique dans le monde du « normatif fragmenté », c’est-à-dire dans cette réalité juridique en crise et/ou en transformation qui est aujourd’hui dominante, ou bien, pour renverser la perspective, dans le « constitutionnalisme sociétal » (à la manière des postsystémistes), consiste-t-elle à chercher si, à la fragmentation du monde normatif, correspond en réalité une excédence constituante – même si celle-ci n’est jamais isomorphique mais se donne sur un mode chaotique et non homologuant.

152. Après avoir considéré l’hypothèse de la crise de l’économie politique et du droit (et avoir déjà fait allusion à la ligne de fuite que représente l’excédence), posons le problème de la trame de la crise de cette épistémè moderne de la souveraineté. Or, quand ce processus de fragmentation et d’excédences se configure, il est immédiatement identifiable comme constitutif d’un tissu biopolitique.

  • 8  L’« opéraisme » est un courant marxiste italien dont les principaux théoriciens furent Mario Tront (...)
  • 9  Fondée en 1946, « Socialisme ou Barbarie » est un groupe de réflexion marxiste créé par Cornelius (...)

16Quand on parle d’un tissu biopolitique vivant, on se réfère bien entendu à Foucault. Mais pas simplement à Foucault : pour moi, ce propos relève en effet tout aussi bien de deux autres expériences théoriques. La première est celle qui s’est implantée dans l’historicisme allemand – dans ses propositions les plus remarquables, en particulier sous l’influence de la généalogie nietzschéenne. L’autre expérience est celle qui dérive de l’« opéraisme »8 italien et de ses propositions théoriques et qui consiste en une certaine réinterprétation non orthodoxe de Marx et du marxisme occidental (du premier Lukacs à l’expérience de « Socialisme ou Barbarie »9). Et il est parfaitement clair que notre propre référence à l’Historismus est explicitement jouée contre la tradition interprétative qui va de Max Weber à Raymond Aron.

17Ce tissu historique et politique est donc défini par des puissances subjectives qui opèrent de manière transversale, en déterminant (à travers des rapports de force, des relations épistémiques, des actes volontaires, techniques et productifs) des contextes comportementaux et normatifs, c’est-à-dire des « modes de vies » et des formes de participation à la polis. Par conséquent, nous considérons ce tissu comme un tissu biopolitique expressif. La capacité d’expression qui le parcourt en révèle la plénitude cognitive et corporelle ; elle en reconnaît la consistance singulière et les dynamiques désirantes ; elle possède la puissance de l’activité « en train de se réaliser », de la production de subjectivité : c’est une synthèse non pas dialectique mais constituante, labyrinthique plutôt que systémique.

18Or, quelques interprètes de Foucault et théoriciens du biopolitique (qui en affrontent les thématiques non seulement sur le plan politique et juridique mais aussi sur le plan éthico-politique, autour des thèmes de la méthodologie historique) ont tenté d’enfermer cette dimension biopolitique à l’intérieur de la notion de « biopouvoir »(Esposito, 1998). Nous soutenons au contraire qu’il existe une véritable séparation entre ces deux concepts. Non que ces deux concepts ne puissent se donner de manière liée, ni qu’ils ne vivent ou ne se constituent l’un par l’autre, mais parce qu’ils répondent à un investissement du présent radicalement différent. Le biopouvoir est l’extension et l’efficacité d’un pouvoir transcendant à travers tous les nœuds de l’existence. La vie est partie prenante d’un champ de pouvoir. La biopolitique, elle, est une consistance singulière, une insistance commune, une action plurielle et constitutive, une production de subjectivité, un rapport de différence/résistance, une création, une expression ontologique. Dans cette perspective, la biopolitique représente le moment du passage de la politique à l’éthique. C’est, comme dit Foucault, « la remise en question des relations de pouvoir et de l’“agonisme” entre relations de pouvoir et intransitivité de la liberté ». La « production de subjectivité », chez Foucault, se libère en effet progressivement de tout contenant préconstitué, tandis que la puissance de la subjectivité se montre (et, ce qui est le plus important, se déclare) non homologable au pouvoir. Pour citer Foucault à nouveau :

Au cours de leur histoire, les hommes n’ont jamais cessé de se construire eux-mêmes, c’est-à-dire de déplacer continuellement leur subjectivité, de se constituer dans une série infinie et multiple des subjectivités différentes et qui n’auront jamais de fin et ne nous placeront jamais face à quelque chose qui serait l’homme. (2001b, p. 894)

19La production de subjectivité est par conséquent ontologiquement consistante. C’est ainsi que Foucault se libère de tout relativisme. Il est impossible d’enfermer le foucaldisme dans le systémisme classique ou dans un historicisme du pauvre. Chez Foucault, le concept de biopolitique peut tout au plus se confondre momentanément avec les biopouvoirs, mais jamais s’y réduire : parce que la puissance est toujours prédiquée – non pas de manière homologue et univoque, mais au contraire de manière singulière et ontologique. Le biopouvoir est « Un », alors que la puissance biopolitique est un processus de différenciation et peut donc devenir une multiplicité de rapports ou de dispositifs(Revel, 2007).

20Ce qu’il faut néanmoins souligner à cette étape, c’est que le systémisme allemand, au cours de son développement (je pense en particulier à Niklas Luhmann et à Gunther Teubner) a, lui aussi, abouti à des conclusions analogues (Ladeur, 1997). Dans la société postmoderne, le droit doit structurellement cohabiter avec les « paradoxes » que son propre développement a déterminés – si l’on entend par « paradoxe » la confrontation contradictoire entre des opinions et /ou des normes communément admises, c’est-à-dire un « contresens » (Blecher, 2006). Et si la question de la recomposition peut /doit être énoncée, on pourra /devra se demander alors quel est le degré / le quantum de collision qu’une société juridique est susceptible de tolérer. Cette conclusion des épigones du systémisme, ainsi que la très fraîche puissance de son affirmation, ne semblent pourtant pas se libérer d’un certain pessimisme de fond : la fragmentation est saisie, certes – mais qu’est-ce que l’excédence ? N’avons-nous, encore et toujours, que de la fragmentation à nous mettre sous la dent ?

213. Comme nous l’avons déjà vu, face à chacun des moments de crise des concepts transcendantaux de l’étatisme moderne, nous voyons surgir des lignes de fuite, qui sont réappropriées et resystématisées par les machines de gouvernement, c’est-à-dire en réalité toujours marquées par des expériences de governance. La governance (comme on pouvait le comprendre déjà à propos de la fragmentation du contexte biopolitique) n’est plus ici une possibilité, une simple opportunité : elle devient une nécessité. Certes, une nécessité bien particulière : si, dans cette contingence, la governance tente, à travers la fragmentation de l’ordre juridique – et contre cette dernière –, la recomposition de l’ordre avec de nouveaux instruments (ceux de la governance, justement), en revanche, quand elle est confrontée à des difficultés trop importantes et qu’elle n’y parvient pas, elle se présente parfois aussi comme une exception (une décision sur l’exception) produite par des acteurs et des pouvoirs d’exception. L’exception s’étend au social, et surtout aux objets pour lesquels la crise produit les effets paradoxaux les plus explicites (c’est-à-dire la coprésence d’éléments contradictoires : par exemple : libéralisme /colbertisme, circulation des migrants / blocage des flux humains et reprise d’idéologies racistes, culte et valeur du travail / production de la précarité, apologie du travail des seniors / abaissement des conditions de départ à la retraite, etc.). Il faudrait alors poursuivre cette analyse complexe en cherchant à en identifier les voies et en soulignant que, souvent, beaucoup d’entre elles produisent des effets négatifs. En d’autres termes, il faudrait tenter d’en mettre le dark side en pleine lumière. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste ?

22Si l’on regarde tous ces processus d’un point de vue intensif, c’est-à-dire surtout du point de vue du droit intérieur, nous devons reconnaître que la crise s’exprime essentiellement dans des nœuds qui sont ceux de la médiation interrompue. Dans les structures modernes du droit étatique continental européen, de même que dans les pratiques du monde juridique atlantique, les critères de médiation et de traduction / transformation des systèmes normatifs étaient essentiellement ceux de l’interprétation / coutume / analogie d’une part, et de la projection jurisprudentielle expansive des règles existantes de l’autre. Mais aujourd’hui, face à la profondeur et aux dynamiques de la fragmentation, il n’y a plus de médiation interprétative et progressive possible. S’il n’est plus possible de se référer à des mesures ou à des rapports déterminés, la médiation juridique s’écroule, parce qu’elle consistait précisément en cela. La governance intervient alors (sur cette limite) pour construire des hybrides qui, parce qu’ils traversent au contraire les fragmentations, tentent de les mettre en réseau et proposent du même coup des terrains d’autonomie et de centralité nouveaux, sur lesquels les contradictions et/ou les collisions semblent pouvoir se résoudre. Bien entendu, il s’agit souvent de compromis ; pourtant, le problème ne consiste pas dans le fait que les compromis abondent mais dans le fait que ces derniers soient bien souvent illusoires et orientés par les biopouvoirs.

23Si, en revanche, on aborde ce processus d’un point de vue substantiel, c’est-à-dire du point de vue de la « constitution matérielle » et des rapports que la governance établit avec les principes du marché et de la représentation des intérêts, on peut remarquer que seul le marché est affirmé comme « principe de réalité » authentique(Bröckling, Krasmann, Lemke, 2000). Par conséquent, même si l’on voulait revenir à une certaine réglementation du marché, comme c’est le cas lors de périodes de crise, la governance ne parviendrait pas à mettre en jeu une distribution plus large et plus adéquate des pouvoirs – laquelle aurait pu avoir une capacité performative de participation démocratique :

Ce qui est plutôt à l’œuvre, même de manière non univoque, c’est un mécanisme de répartition des espaces et un algorithme de gestion des temps de l’activité de gouvernement qui agit comme un filtre de l’agenda institutionnel, selon les configurations changeantes assumées par les constellations des intérêts sociaux et leurs rapports de force contingents. (Chignola, 2007)

24Cela vaut, enfin, du point de vue extensif – si l’on se réfère ici au droit international. Dans ce cas, la médiation ne trouve plus de rapports fixes (reconductibles à l’échelle institutionnelle) sur lesquels s’exercer – et la science du droit international reconnaît cette impossibilité (Fischer-Lescano, Teubner, 2004). On a alors conscience de se déplacer dans une espèce de chaos (modéré par la présence – limitée mais active – d’une série d’organismes internationaux) : là aussi, différentes strates d’organisation et de production normative s’entrecroisent avec les décisions d’exception elles-mêmes. Ainsi, entre les figures du droit intérieur et celles du droit international, des processus fluides et non déterminables prennent place : à la médiation interrompue des processus du droit intérieur correspond un certain chaos « mitigé » dans le droit international, une interdépendance fondée sur des systèmes de force, sur des soft powers et des hégémonies locales. Cette interdépendance cherche alors à atténuer les figures de fragmentation et à s’affirmer éventuellement (dans la situation « mondialisée » d’aujourd’hui) comme une alternative à l’unilatéralisme et au multilatéralisme. Après la crise de l’unilatéralisme, il n’y a pas, en réalité, de retour à « l’ordre westphalien » mais plutôt un hybride communautaire qui compose les différences entre elles sans en recueillir les excédences (mais en les soumettant à la raison du plus fort). La révision actuelle des théories et des pratiques du droit international – à la lumière du « nouveau réalisme » de Robert O. Kehoane et de Joseph S. Nye, par exemple – porte son attention sur un pluralisme des relations internationales que relance la governance globale, trouve dans l’État-Nation un dénouement de facture néo-institutionnelle, et dans les formes de gouvernement international post-souveraines un dispositif d’intervention aléatoire.

25Dark side de la governance signifie donc, dans l’état actuel de la recherche, la « tentative » de trouver une solution « exceptionnelle » à la « médiation interrompue » : tentative, exception, caractère aléatoire, le tout en condition de crise.

26La governance ayant introduit de manière décisive la temporalité dans le droit, il n’est pas inutile d’observer que ce dark side, consécutif à la fragmentation des terrains canoniques de l’application du droit, se présente surtout sous une perspective temporelle. Ici, la distinction classique entre l’« effectivité » et la « légitimité » du droit se présente elle-même en état de crise.

27On se souvient que la légalité est définie comme une qualité du droit quand son ensemble – et les pouvoirs de son application – s’adapte aux critères de conséquence logique (matérielle et formelle). L’effectivité consiste au contraire dans l’adéquation de la règle au cas concret (et dans la possibilité d’en rénover l’application). Dans l’histoire moderne du droit, pour qu’un système fonctionne, on assume le fait que la légalité et l’effictivité se superposent, ou même coïncident. Aujourd’hui, au contraire, dans la governance, ces dernières se présentent non pas comme des équations mais comme des dispositifs aléatoires, entremêlés et difficilement identifiables. Ce qui vaut légalement ne peut être appréhendé concrètement/effectivement. Dans cette perspective, la souveraineté, au lieu de se donner en termes autoréférentiels, semble être transcrite en des termes qui sont ouvertement ceux de la négociation. Quand elle décrit la governance, la science politique préfère mettre en évidence une optique de régulation bottom-up, qui se substitue à la voie classique top-down : dans ce cadre, l’État collabore toujours davantage avec les acteurs non étatiques, la séparation traditionnelle entre public et privé s’atténue, les organisations non gouvernementales et les différentes représentations d’intérêt établissent des rapports plus importants avec l’État, etc.

28Par conséquent, ce qui ressort surtout, à l’intérieur des procédures de contrôle de la légitimité, c’est un « certain visage de l’exception » : une exception qui s'étale sur la durée (et ne se donne pas, comme dans la théorie originaire de « l’état d’exception », de manière ponctuelle, comme « événement » et « décision »). Là encore, la théorie juridique recourt à des alibis – tout particulièrement des alibis « institutionnalistes » – pour dissimuler le paradoxe du caractère aléatoire de la loi et de l’effectivité chaotique des pratiques de governance. Mais il s’agit, évidemment, de tentatives assez invraisemblables et sans grande valeur : alors que les séquences institutionnalistes constituent des profils cohérents de légitimité (y compris lorsqu’elles ne créent pas des figures limpides de légalité formelle), ici, au contraire, les solutions juridiques sont plutôt un calque de conventions sociales par ailleurs toujours rénovées, ou bien un enregistrement de compromis ambigus (Luhman, 1969 ; Febbrajo, Teubner, 1994 ; Teubner, 1997).

29Dès lors, et in fine, pour cacher cette difficulté, on suppose des « pouvoirs latents », des méthodologies et/ou des pratiques de recomposition jurisprudentielle des systèmes ou d’articulation des interventions gouvernementales. Il est dans tous les cas intéressant de remarquer combien ces moments de fragmentation, et le travail de recomposition qui s’en suit, introduisent une véritable temporalité là où le formalisme juridique avait procédé à l’épochè de toute détermination temporelle de la règle juridique.

  • 10  En français dans le texte (NdT).

30Nous voyons ainsi se déterminer la fragmentation (et la tentative limitée de dépasser cette dernière) comme le sommet d’une crise et d’une excédence dark side : la corruption (Dine, Fagan, 2006). C’est en effet dans la discontinuité insaisissable et multilatérale, chaotique et dissipative des processus juridiques que s’installe la corruption, non seulement comme élément de débâcle 10 morale devant la prépotence du pouvoir et/ou de l’argent, mais aussi comme détermination fonctionnelle et intrinsèque de la governance. La corruption est un aspect spécifique de l’ontologie perverse de la governance. Quand nous parlons de corruption, il faut être clair et le répéter, nous devons insister sur sa dimension ontologiquement négative : la corruption comme contraire de la génération, comme destruction des processus de production vitaux et, dans le cas qui nous occupe, des processus institutionnels.

31Nous sommes en train de décrire – et d’insister sur – les conceptions et les processus de la governance qui nous semblent bien entendu négatifs, et ceci parce qu’ils ne parviennent plus à construire un univers de « sécurité » et de « bonheur » (en termes spinoziens), ni même à en faire entrevoir la possibilité. Il existe ici un sentiment d’impuissance que d’aucuns ont considéré comme typique de la sensibilité postmoderne. On dit par exemple qu’il est pour nous impossible de mettre en œuvre des procédures qui permettraient, dans le chaos actuel, d’entrecroiser des instances démocratiques, technologiques et juridictionnelles afin de construire des finalités communes. Ou bien l’on avance que nous sommes dans une situation où les éléments de la Constitution qui étaient définis autrefois comme « formels » ou comme « matériels » ne parviennent désormais plus à trouver un chemin commun (nous l’avons déjà remarqué lorsque nous avons parlé de la crise du rapport entre la légalité et l’effectivité dans l’ordonnancement juridique actuel). Ou bien l’on remarque encore que l’horizontalité du network ne parvient pas à s’imposer comme tendanciellement hégémonique et que, même si elle y parvenait, l’affirmation d’un dispositif démocratique n’en découlerait pas pour autant. Or, que signifie dans ce cas le concept même de governance alors que, dans son fonctionnement comme dans la tradition, celui-ci impliquait toujours une certaine horizontalité ? Entre le xve et le xviisiècle, chez Fortscue ou chez Coke, le concept de good governance renvoie en effet à une formule de gouvernement dans laquelle « full right is done to every man » : à travers la governance, l’idée de liberté était alors posée comme fondement. Et pourtant, ce n’est pas aujourd’hui, dans la situation multitudinaire qui est la nôtre, que nous pourrons vérifier l’illusion utopique dans la genèse moderne de la civilisation bourgeoise ! Nous pourrions continuer à argumenter en ce sens à l’infini…

  • 11  En français dans le texte (NdT).
  • 12  Blecher, 2007, et les nombreuses références bibliographiques qu’il fournit comme illustration de l (...)

32Mais alors, une fois tout cela souligné, faudra-t-il conclure au désenchantement et prendre une position sceptique ? Finirons-nous, à notre tour, par glisser dans ce « libertinage érudit »11 que nous avons dénoncé plus haut chez certains juristes postmodernes ? Ce qui embarrasse, dans ce cas-là, ce n’est en réalité pas la forte défiance que les postsystémistes éprouvent à l’égard de la capacité commune du pouvoir à produire des projets (ni le fait qu’ils rétablissent en réalité un fort scepticisme métaphysique dans le sillage d’un déconstructionnisme mal digéré)12. Ce qui nous semble au contraire étrange, c’est que ces derniers pensent envers et contre tout que leur propre position puisse tenir debout, de manière autonome et « politiquement correcte », sans être elle-même renversée par la dérive de la corruption.

33Une dernière observation à ce propos. Le processus de crise dans lequel nous sommes plongés est nouveau, c’est un processus novateur à tous points de vue. La crise qui se définit ici n’est pas quelque chose qui peut être fixé sur le (ou renvoyé au) terrain de la modernité. C’est une crise, une situation, un problème qui sont tout à fait contemporains. Ceux qui considèrent la contemporanéité comme excès de la modernité, comme hypermodernité, ont essayé de se tenir en deçà de cette condition. Ce n’est pas possible : nous sommes désormais au-delà du moderne, en dehors de ses catégories (Negri, 2006). Disons-le comme le disent les postsystémistes dans leur polémique contre les préconcepts de la modernité : quand la « fonction » et la « médiation » ne sont plus des instruments méthodologiques de construction systémique, alors « Max Weber est fini ». La satisfaction qui est la nôtre n’en demeure pas moins relative : ce qui vient après la rationalité fonctionnelle, c’est en effet la corruption. Là où le government de la modernité fonctionnait sur l’agir instrumental, la governance contemporaine, étendue aux existences toutes entières et mobilisée par les biopouvoirs, fonctionne quant à elle sur la corruption.

344. Il nous faut maintenant revenir au point de départ de notre discussion, quand, à côté de l’observation des excédences contenues et bloquées par la governance (exercée sur la fragmentation de l’ordonnancement), nous avons insisté sur les autres excédences qui, parce qu’elles renversaient la perspective, semblaient au contraire se définir sous une forme constituante.

35Notre hypothèse est que des excédences positives se révèlent comme une résistance, et par conséquent comme une puissance de production politico-institutionnelle. Cette émergence se donne sur le terrain que nous avons décrit jusqu’à présent comme étant investi par un réseau de biopouvoirs appelé governance – un terrain vraiment « monstrueux », comme nous avons eu, ailleurs, l’occasion de le souligner (Negri, 2008). L’hypothèse est donc que la « lutte pour le droit » (comme le disait Rudolf von Jhering) recommence ici et maintenant.

36Nous vivons une période de transition. Nous sommes sortis de la modernité pour entrer dans une époque nouvelle, la contemporanéité (nous ne sommes donc plus dans une époque que l’on pourrait simplement définir comme post – il ne s’agit plus de postmodernisme, de postfordisme, de postcritique, etc.). Le « saut qualitatif » a eu lieu. Il n’y a rien de plus insensé, si l’on reste simplement sur le terrain du droit, que de penser que la « belle conscience » juridique du xixe siècle puisse encore réapparaître, revivre, se reconstituer après le xxe siècle – que l’on considère ce dernier comme un « court xxe siècle » ou pas ! À lui seul, le phénomène de la mondialisation élimine radicalement cette présomption. Avant la mondialisation, la conscience juridique était retenue par l’État-Nation, et parfois même asphyxiée par lui. Mais s’arrêter à cela ne suffit pas : d’autres phénomènescaractérisaient plus fondamentalement encore la modernité juridique. Dans une perspective de lutte, il suffit de penser aux formes d’expression des classessubalternes aux xixe et xxe siècles – plus exactement, à la relative impuissance et à la rébellion continue dans lesquelles elles ont vécu au xixe ou à l’expérience, héroïque mais désespérée, des bâtisseurs de l’« État socialiste » du xxe siècle.

37Cet héritage est dramatique. Il traverse la défaite des mouvements sociaux de l’époque fordiste (à partir des années soixante), prend acte de l’extinction lente et inexorable de l’État providence et de la fin du « droit du travail » social et constituant (Supiot, 1999). Et pourtant, il se révèle aussi, sous un revers positif, à travers la qualité et l’intensité des activités sociales et politiques des mouvements postfordistes. Je veux dire par là que la governance sociale contemporaine est contrainte d’assumer et de représenter les exigences juridiques et les puissances politiques que les nouveaux mouvements ont exprimées en fonction de nouveaux diagrammes. Or, ces mouvements ne surgissent pas de nulle part : ils viennent d’une accumulation d’expériences qui ont transformé les conditions et les structures anthropologiques du droit lui-même. Dans la transition, ces mouvements se déterminent par conséquent en tant que forces politico-institutionnelles (souvent virtuelles, mais le rapport entre puissance et acte est toujours présent dans l’espérance des sujets opprimés, et il se présente comme un danger imminent pour les biopouvoirs). La marge fragmentaire des systèmes peut ainsi être aujourd’hui traversée par des dispositifs constituants (Allegri, 2003).

  • 13  En français dans le texte (NdT).

38Mais il y a plus. Une fois assumé le fait que le saut qualitatif de la modernité à la contemporanéité a eu lieu, on doit se demander si un nouveau grand récit 13 n’est pas devenu à nouveau possible. Je crois que nous avons besoin, aujourd’hui, d’une « disutopie » constructrice d’un nouveau récit dans lequel nous nous projetterons dans le futur. Toute tentative de construire – à partir d’éléments partiels – un ordre nouveau exige la narration d’un projet. Si, dans la seconde moitié du xxe siècle, la critique du grand récit l’a emporté, cela a été le cas parce que ses paramètres narratifs appartenaient au passé : on ne pouvait raconter quelque chose qui n’ait été au préalable connu de tous, c’est-à-dire en réalité déjà épuisé. Mais aujourd’hui, dans la crise que nous traversons, le moment d’une nouvelle Aufklärung est venu : il est aujourd’hui à nouveau possible d’« oser savoir » !

39Il vaut la peine de souligner ici encore une fois la limite des positions de tous ceux qui, pour avoir compris la crise actuelle de la dimension idéologico-politique qui s’est développée à travers l’hégémonie de la governance biopolitique, n’en proposent pas moins des portes de sortie qui oublient les dimensions et la qualité du phénomène en tant que tel. En réalité, on ne peut à la fois assumer, comme le font ces auteurs, la biopolitique comme condition centrale du dispositif éthique (affirmatif, donc, même s’il est problématique) tout en la maintenant paradoxalement dans la critique, dans la pars destruens ; et, en même temps, s’abandonner au biopouvoir dans la pars costruens du raisonnement philosophique, trembler et se réfugier dans le désœuvrement quand il faudrait au contraire faire face. C’est encore quelque chose qui relève de la tradition du libertinage érudit : « Bene vixit qui bene latuit ».

40Il vaudrait également la peine de souligner la limite « tragique » de ceux qui voient dans « l’événement », dans sa « transcendance » ou bien dans une pseudo-« immanence », sur la « marge » extrême d’une universalité « nue », la détermination de l’excédence. Un événement qui serait donc, à les en croire, sans histoire, sans institution, sans positivité constituante (Badiou, 1988 ; Agamben, 1995). Qui sait pourquoi ! On a alors parfois l’impression que la téléologie négative de l’être qui va de Spengler à Heidegger est à nouveau d’actualité.

  • 14  « Gli scienzati del diritto » : traduction italienne des jurisconsulti, que Kant oppose au philoso (...)

41Une dernière remarque. L’asymétrie entre la fragmentation et l’excédence doit être saisie et portée sur un terrain philosophique qui réfute tout signe ultime du transcendantalisme – et tout particulièrement les résidus de ces multiples formes de néokantisme qui se sont prétendues « critiques » et qui ont fait tant de mal à la science sociale et à la philosophie mittel-européennes. Contre ces tentations faibles, il est assez admirable de constater qu’il est revenu aux savants en droit14 – et non pas aux encombrantes traditions philosophiques – de saisir l’esprit de l’époque nouvelle qui commence.

Haut de page

Bibliographie

Agamben Giorgio, 1995, Homo sacer. Il potere sovrano e la nuda vita, Turin, Einaudi.

Allegri Giuseppe, 2003, « I mille piani dei movimenti sociali nell’Europa unita », Europa, Costituzione e movimenti sociali, P. Wagner éd., Rome, Il manifesto.

Badiou Alain, 1988, L’Être et l’événement, Paris, Le Seuil.

Blecher Michael, 2006, « Law in movement. Paradoxontology, law and social movements », Human Rights and Capitalism, J. Dine, A. Fagan éd., Cheltenham, Elgar, p. 80-114.

— 2007, « Answer to G. Teubner », EUI Conference on Governance, Civil Society and Social Movements, Florence.

Bröckling Ulrich, Krasmann Suzanne et Lemke Thomas, 2000, Gouvermentalität der Gegenwart. Studien zur Ökonomisierung des Sozialen, Francfort, Suhrkamp.

Castells Manuel, 2004, The Power of Identity, Oxford, Blackwell.

Chignola Sandro, 2007, « In the shadow of the State », Seminario Uninomade, Padoue.

Dine Jannet et Fagan Andrew éd., 2006, Human Rights and Capitalism, Cheltenham, Elgar.

Esposito Roberto, 1998, Communitas. Origine e destino della comunità, Turin, Einaudi.

Febbrajo Alberto et Teubner Gunther, 1994, State, Law and Economy as Autopoietic Systems, Milan, Giuffré.

Fischer-Lescano Andreas et Teubner Gunther, 2004, « Regime-collisions : the vain search for legal unity in the fragmentation of global law », Michigan Journal of International Law, vol. 25, p. 999-1046.

Foucault Michel, 2001a [1972], « Les problèmes de la culture. Un débat Foucault-Preti », Dits et écrits, 1954-1988, t. I, 1954-1975, Paris, Gallimard (Quarto), p. 1237-1248.

— 2001b [1978], « Entretien avec Michel Foucault », Dits et écrits,1954-1988, t. II, 1976-1988, Paris, Gallimard (Quarto), p. 860-914.

— 2001c [1984], « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et écrits,1954-1988 , t. II, 1976-1988, Paris, Gallimard (Quarto), p. 1381-1397.

— 2004, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard/Le Seuil (Hautes études).

Hardt Michael et Negri Antonio, 1996, The Labour of Dionysos, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Ladeur Karl Heinz, 1997, « Post-modern constitutional theory : a prospect for the self-organising society », Modern Law Review, vol. 60, n° 5, p. 617-629.

Luhman Niklas, 1969, Legitimation durch Verfahren, Francfort, Suhrkamp.

— 1991, Soziologie des Risikos, Berlin, de Gruyter.

— 1999, Politique et complexité. Les contributions de la théorie générale des systèmes, Paris, Le Cerf.

Moulier-Boutang Yann, 2007, Le capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam.

Negri Antonio, 1977, La forma-Stato, Milan, Feltrinelli.

— 2006, Fabrique de porcelaine, Paris, Stock.

— 2008, « Le monstre politique. Vie nue et puissance », Multitudes, n° 33, p. 37-52.

Offe Claus, 1985, « New social movements. Challenging the boundaries of institutional politics », Social Research, vol. 52, n° 4, p. 817-868.

Orléan André, 1999, Le pouvoir de la finance, Paris, Odile Jacob.

— 2000, « L’individu, le marché, l’opinion : réflexions sur le capitalisme patrimonial », Esprit, novembre, p. 51-75.

Revel Judith, 2007, Dictionnaire Foucault, Paris, Ellipses.

Supiot Alain, 1999, Au-delà de l’emploi, Paris, Flammarion.

Teubner Gunther, 1997, Global Law without State, Aldershot, Dartmouth.

— 2003, « Der Umgang mit Rechtsparadoxien : Derrida, Luhmann, Wiethölter », Rechtsverfassungsrecht, C. Joerges, G. Teubner éd., Baden Baden, Nomos, p. 229-236.

— 2004, « Societal constitutionalism : alternatives to State-centred constitutional theory », Transnational Governance and Constitutionalism, C. Joerges, I. J. Sand, G. Teubner éd., Oxford, Hart, p. 3-27.

— 2005, La cultura del diritto nell’epoca della globalizzazione. L’emergere delle costituzioni civili, Rome, Armando.

— 2006, « The anonymous matrix : human rights violations by “private” transnational actors », Modern Law Review, vol. 69, n° 3, p. 327-346.

Vercellone Carlo éd., 2003, Sommes-nous sortis du capitalisme industriel ?, Paris, La Dispute.

Haut de page

Notes

1  Conférence prononcée le 29 juin 2008 à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, à l’invitation de la revue Tracés. Le texte a été traduit de l’italien par François-Xavier Demoures  avec l’aide précieuse de Stéphane Resche. Présentation et annotation par Anthony Manicki et Marc Lenormand.

2  Référence à la définition que donne Kant des Lumières dans son texte de 1784, Qu’est-ce que les lumières ? (NdT).

3  Les bases de cette assertion me semblent avoir été posées dans Negri, 1977 ; Offe, 1985 ; Luhmann, 1991 ; Castells, 2004.

4  En français dans le texte (NdT).

5  Si la notion de government renvoie à un modèle de compréhension substantialiste (à travers des entités transcendantes telles que l’État, le Pouvoir, etc.), la notion de governance renvoie à un modèle relationnel et stratégique qui s’appuie non sur des entités fixes, mais sur des rapports mobiles. On trouve notamment chez Foucault, à travers la notion de « gouvernementalité », une claire problématisation de ces notions. Voir par exemple Foucault, 2004. En anglais dans le texte. Nous maintenons les autres termes mentionnés par l’auteur en anglais en les indiquant en italique, sans indication explicite (NdT).

6  Niklas Luhmann (1927-1998). Sociologue allemand, il a produit une importante théorie des systèmes sociaux fondée sur une étude de la fonction organisatrice des mécanismes institutionnels qui ordonnent le système social. On se reportera notamment à Luhmann, 1999 (NdT).

7  Pour la notion d’« ontologie du présent », voir Foucault, 2001c, p. 1506 (NdT).

8  L’« opéraisme » est un courant marxiste italien dont les principaux théoriciens furent Mario Tronti et Antonio Negri. Apparue au début des années soixante à travers les revues Quaderni Rossi, puis Classe Operaia, cette théorie est fondée sur trois points principaux : la refonte de la théorie marxiste de la force de travail, une définition de la classe ouvrière comme moteur du développement capitaliste et une considération de la technique comme donnée politique irréductible (NdT).

9  Fondée en 1946, « Socialisme ou Barbarie » est un groupe de réflexion marxiste créé par Cornelius Castoriadis et Claude Lefort. Ouvertement anti-stalinien, le groupe développe un marxisme anti-dogmatique en critiquant cette nouvelle forme d’exploitation mise en place en URSS où les dirigeants politiques ont pris la place des patrons privés : la bureaucratie. Il publiera une revue du même nom de 1949 à 1965 (NdT).

10  En français dans le texte (NdT).

11  En français dans le texte (NdT).

12  Blecher, 2007, et les nombreuses références bibliographiques qu’il fournit comme illustration de l’intérêt que suscite chez Teubner et ses élèves la méthode de Derrida. Voir également à ce propos Teubner, 2003.

13  En français dans le texte (NdT).

14  « Gli scienzati del diritto » : traduction italienne des jurisconsulti, que Kant oppose au philosophe qui bâtit la doctrine du droit. Les savants en droit ne sont capables d’élaborer qu’une théorie empirique – le droit dans son application à l’expérience – qui ne peut s’autofonder. Seule la doctrine du droit peut établir les conditions sous lesquelles une législation positive est possible. Voir Doctrine du droit, Introduction, § A-B (NdT).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Negri, « La souveraineté aujourd’hui : entre vieilles fragmentations et nouvelles excédences », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #08 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/2403 ; DOI : 10.4000/traces.2403

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page