Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Relativité et relativisme : la réception de la théorie d’Einstein

François-Xavier Demoures
p. 153-165

Résumé

Parmi les interprétations philosophiques de la théorie de la relativité, une controverse surgit entre des néo-relativistes et des néo-thomistes entre 1920 et 1935. Les deux parties, en s’opposant notamment sur les questions d’invariance et de relation et en s’appuyant sur la confusion portée par le nom de « principe de relativité », appliquent des doctrines philosophiques sur les travaux d’Einstein. Comment ceux-ci ont-ils pu faire l’objet d’un tel traitement contradictoire ? On montre que la distinction entre relativité et relativisme n’est pas aussi nette qu’elle en a l’air et que, au-delà du débat strictement doctrinal, c’est la question de la vérité et de la référence qui se trouve au centre de la controverse.

Haut de page

Texte intégral

Einstein accomplit les rêves les plus contradictoires, réconcilie mythiquement la puissance infinie de l’homme sur la nature, et la « fatalité » d’un sacré qu’il ne peut encore rejeter.
Roland Barthes, Mythologies

Il n’y a aucune différence entre le Temps, Quatrième Dimension, et l’une quelconque des trois dimensions de l’Espace sinon que notre conscience se meut avec elle. Mais quelques imbéciles se sont trompés sur le sens de cette notion.
Herbert George Wells, La machine à remonter le temps

  • 1 « Il [l’homme civilisé] peut s’élever dans un ballon en dépit de la gravitation, et pourquoi ne pou (...)

1La publication des premiers articles d’Einstein, en 1905, fut accueillie avec indifférence par la communauté scientifique européenne. Il n’en fut rien en revanche dans les milieux artistiques, qui furent parmi les premiers à populariser la théorie de la relativité. Elle semblait ainsi offrir une assise scientifique sérieuse à un romancier comme Herbert G. Wells, pour qui maîtriser les mécanismes du temps revenait à être « maître et possesseur de la nature »1. A contrario, vingt ans plus tard, Paul Klee écrit, à propos d’un affrontement au sein du Bauhaus entre Gropius et Itten :

  • 2  Klee, 2004, p. 984. Je souligne. Je tiens à remercier Servane Dargnies qui m’a fait connaître ces (...)

L’opposition est une excellente chose pour chaque force en présence, lorsqu’elle reste objective. Des jugements de valeur sont toujours subjectivement limités et un jugement négatif porté sur ce que produit l’autre ne peut avoir une importance déterminante pour l’ensemble. Pour ce qui concerne l’ensemble, rien n’est faux et rien n’est juste ; l’ensemble vit et se développe grâce à l’action des différentes énergies tout comme dans l’univers, l’action conjuguée du bien et du mal est finalement positive.2

2Tandis que l’un voit dans la relativité l’aboutissement d’une connaissance, l’achèvement d’un système du monde, l’autre retient surtout « une conjugaison des regards », où la valeur de ce qui est proposé dépend du référentiel qui est choisi. À ce titre, ces deux réappropriations indirectes de la relativité sont assez révélatrices des controverses, y compris philosophiques, qui ont pu suivre la publication des travaux d’Einstein. Elles semblent de fait, au premier abord, se contenter de faire état d’un débat, somme toute assez classique, entre les tenants d’un essentialisme où le monde est un et sa saisie une également, et ceux d’un relativisme où l’unicité du monde est plus que douteuse et sa connaissance nécessairement singulière. Mais la nouveauté principale de cette opposition est que celle-ci prend racine dans la même théorie : ces deux points de vue radicaux s’appuient sur les recherches d’Einstein, au nom de la défense d’une conception traditionnelle de la connaissance, comme au nom d’un phénoménalisme pour lequel seule compte l’expérience.

  • 3  Hentschel, 1990, p. 169. Je traduis.

3Ces deux « expressions artistiques » de la relativité sont loin d’être anecdotiques. Elles sont aussi loin de ne concerner que les écrivains ou les peintres : ainsi, entre 1910 et 1930, près de 2 500 ouvrages et articles sont consacrés à la relativité. Or, explique Klaus Hentschel, « ces textes […] contiennent de grosses simplifications, de mauvaises interprétations et des comptes rendus incorrects des deux théories de la relativité. » Mais, ajoute-t-il, « j’affirme que ces mauvaises interprétations sont justement un indice pour comprendre comment, de manière générale, les interprétations philosophiques se sont formées. »3 Qu’est-ce qui a pu donner prise à ce traitement oxymorique de la théorie de la relativité ?

  • 4  Idem. On pourrait légèrement modifier les propos de Balibar en insistant davantage sur l’idée que (...)
  • 5  Le concept de valeur d’explication a été défini par l’historienne des sciences Evelyn Fox Keller d (...)

4Françoise Balibar a insisté sur cette question dans un séminaire tenu en 2006 à l’Institut d’astrophysique de Paris. À ce propos, elle note le caractère apparemment paradoxal du principe de relativité : « Comme chacun sait, la théorie de la relativité est une théorie des invariants, ce qui semble, à première vue, contradictoire avec le mot “relativité”. » Mais, s’empresse-t-elle d’ajouter, « quoi qu’on en dise, relativité et relativisme ne sont pas deux notions orthogonales, bien loin de là, et l’idée moderne de relativité (liée à la théorie des invariants) est une réponse à la question du relativisme qui traverse et hante toute l’histoire de la physique, de Galilée à Einstein, et peut-être même de Protagoras à nos jours. »4 Ce qui peut donner assise au développement des deux thèses opposées au sein des deux théories de la relativité semble donc se centrer, si l’on suit Françoise Balibar, autour de la notion d’invariant, et autour du choix du terme de relativité qui, dans une perspective de philosophie du langage, peut porter à confusion. Celle-ci conduit les postures qui sont privilégiées par l’une ou l’autre des parties. Elle s’accompagne aussi, semble-t-il, d’un débat sur la prétention d’une théorie scientifique à être vraie, et sur ce que signifie être vraie pour une théorie. L’objet de ce propos n’est pas de prouver le relativisme de la relativité, ou au contraire son mécanicisme, mais de montrer qu’à travers le questionnement sur des concepts d’invariance, de relativité et de vérité, la valeur d’explication5 accordée à une théorie change de donne radicalement : qu’est-ce qu’une théorie doit dire du monde, et qu’est-elle en mesure de dire ? Ce qu’apporte dans le débat la relativité est un « ni-ni » : la science n’est pas un système achevé et parfait en puissance, une connaissance absolue du monde, qui serait l’équivalent de celle de Dieu (comme l’envisageait Laplace), mais elle n’est pas non plus une connaissance particulière reposant sur la perception singulière du monde à partir d’un observateur. La controverse qui, dans les années vingt, opposa les tenants d’un certain relativisme (ou, pour reprendre l’expression privilégiée par Bachelard, d’une certaine relativation), comme Léon Brunschvicg, à des néothomistes comme Gaston Rabeau, illustre toute la difficulté que peut représenter le passage d’un système du monde à un autre. Le problème du nom, celui de l’invariance et de la valeur d’explication du concept de relation et celui de la vérité et de la référence sont, à nos yeux, les plus révélateurs de ces problèmes posés par la relativité aux contemporains d’Einstein, à commencer par la peur – ou la satisfaction – de voir avec elle s’imposer un relativisme qui renouvellerait de manière radicale la façon dont la science peut envisager le réel.

Le problème du nom

5Dans La déduction relativiste, publiée en 1925, Émile Meyerson souligne l’ambiguïté fondamentale de la notion de relativité. Le philosophe – dont Einstein disait qu’il était celui qui avait le plus lucidement interprété sa théorie – retrace les grands traits des croyances portées par le terme :

L’on peut même trouver qu’à ce point de vue le nom sous lequel la théorie est connue n’est pas très heureusement choisi. En effet, comme nous l’avons dit au début de ce chapitre, ce nom est susceptible de faire naître la croyance que, dans la nouvelle conception, l’existence du réel serait elle-même conçue comme étant relative à autre chose et notamment, bien entendu, à la conscience. (Meyerson, 1925, p. 77)

  • 6  Cité par Klein, 2006, p. 5.

6Chez les néothomistes, le problème est aussi souligné : dans un article d’Anthémar d’Alès, publié en 1922 dans la revue jésuite Études6, l’auteur pressent qu’un malentendu va apparaître, que la théorie de la relativité risque bientôt d’être interprétée, à tort, comme un « relativisme ». Dans quelle mesure cette théorie laisse-t-elle place à cette ambiguïté et, éventuellement, l’entretient ?

7Rappelons tout d’abord que dans le cadre des travaux d’Einstein, la relativité est un concept avant tout opérationnel. En cela il qualifie le mode d’accès effectif à une grandeur cinématique, et désigne ainsi la procédure par laquelle une quantité physique est définie expérimentalement. Cette définition de la relativité comme procédure ne va pas de soi, et continue à entretenir la confusion que soulignait Meyerson. Dire de la relativité qu’elle est une procédure, c’est déjà, en quelque sorte, « ouvrir la boîte de Pandore » et faire de ce qui qualifie une procédure la procédure elle-même (le relativisme n’étant autre chose qu’une procédure). Les physiciens n’échappent donc pas non plus à cette ambiguïté : elle n’est pas réservée à ce que l’auteur de La déduction relativiste appelle le « sens commun ». Mais ce terme a beau être ainsi défini, on peut considérer que cette confusion fut historiquement entretenue, entre autre par Michelson, qui utilisa le terme de relativité pour désigner ce que pouvait être le mouvement de la terre par rapport à l’éther en repos – esquissant de fait un premier principe de relativité de l’espace. Au-delà de cette utilisation du terme « relativité » pour désigner un rapport, ou de cette volonté de rompre avec le traditionnel point de vue newtonien, qu’on peut considérer a posteriori comme une raison susceptible d’expliquer cette confusion, le problème du lien entre relativité et relativisme se pose peut-être encore plus radicalement au sein même des écrits des pères de la théorie, et notamment chez Poincaré.

  • 7  Je tiens à remercier Françoise Balibar, qui a relu cet article et m’a fait part de ses recherches (...)

8Françoise Balibar7 souligne que Poincaré, qui est à l’origine de l’utilisation régulière de l’expression « principe de relativité », avait manifestement en tête l’idée d’un relativisme (de la connaissance en particulier) ; la question de la relativité de l’espace chez Poincaré est à cet égard intéressante parce qu’il emploie la « relativité » en un sens qui n’est pas celui de la théorie de la relativité. Ainsi, dans le chapitre qu’il consacre à la notion d’espace dans La valeur de la science, Poincaré explique que si tous les objets du monde se dilataient simultanément, nous ne pourrions nous en rendre compte, puisque nos instruments de mesure grandiraient simultanément, à condition qu’à chaque objet du premier monde corresponde dans le second un objet de même nature placé au point correspondant. Il en conclut que « quand on parle de relativité de l’espace, on ne l’entend pas d’ordinaire dans un sens aussi large ; c’est ainsi cependant qu’il conviendrait de l’entendre » (Poincaré, 1929, p. 64). Dans le cadre de ces deux mondes, le nôtre sera doté de droites euclidiennes, le monde dilaté appellera « droite » des courbes. Néanmoins, ajoute Poincaré, si les propriétés de ces droites du monde dilaté sont les mêmes, par rapport au monde et par rapport au mouvement perçu, que les droites de notre monde, et leur géométrie une géométrie euclidienne, il n’en reste pas moins que ces droites ne seront pas nos droites. En d’autres termes, si les schèmes de connaissabilité sont les mêmes d’un monde à l’autre, le monde ne l’est pas forcément. La connaissance est relative au sens traditionnel du terme en ce qu’elle est un regard jeté sur son propre monde et sur un ensemble de rapports. Le regard évalue donc des rapports et non pas les choses en réalité : « Si nous voulons, conclut-il, à toute force proclamer qu’ils [les habitants du deuxième monde] se trompent, que leur droite n’est pas la vraie droite, si nous ne voulons pas confesser qu’une pareille affirmation n’a aucun sens, du moins devrons-nous avouer que ces gens n’ont aucun moyen de s’apercevoir de leur erreur » (ibid., p. 65). Et pour prolonger ce que dit Poincaré, en d’autres termes, nous non plus.

9Dans l’expression « principe de relativité », on peut donc considérer que se trouvent les germes d’une confusion possible entre relativité et relativisme. Ces germes sont entretenus ensuite, dans la mesure où l’expression, reprise et popularisée par des philosophes comme Brunschvicg, conduit à étendre la valeur d’explication du terme « relativité » à la théorie de la connaissance et plus précisément à la connexion entre expérience et raison, permettant en cela le dépassement d’une physique adossée à la métaphysique :

Quand le génie d’Einstein a institué les théories de la relativité restreinte et généralisée, il a non ouvert, mais clos une crise. C’est un dénouement qu’il apporte, en précisant les conditions dans lesquelles s’opère la connexion de l’expérience et de la raison qui a donné lieu à tant d’incertitudes. (Brunschvicg, 1936, p. 9)

10Cette révolution de la théorie de la connaissance que porteraient les deux théories de la relativité prennent certes assise dans la confusion purement verbale mais aussi dans des problèmes d’invariance. Puisque la relativité qualifie une procédure qui définit expérimentalement une grandeur physique, elle pose une nouvelle façon de concevoir les rapports, et conduit surtout à une redéfinition de l’invariant. Ici aussi, les prédécesseurs d’Einstein ont pu contribuer à faciliter la confusion entre relativité et relativisme.

Invariance et relations

11Si Einstein a, bien entendu, selon les mots de Meyerson, éloigné le réel pris en compte par la science de l’observateur, il réinterroge – et suscite de nombreuses interprétations – sur la notion d’invariant. En remettant en cause le temps et l’espace newtoniens, fondamentalement absolus, et en insistant sur l’idée que le référentiel n’est pas un observateur ni un objet mais le système de coordonnées de Gauss, il propose un invariant qui n’est de l’ordre ni du simple phénoménalisme, ni du « sens commun » qui recherche quelque chose de stable dans les concepts de substance et de forme. L’invariant doit permettre la mesure et la prise en compte d’une variable ; mais sa nature et sa valeur d’explication peuvent porter à confusion. Elle suppose, pour des philosophes comme Bachelard, Brunschvicg ou le dominicain Gaston Rabeau, qu’on réinterroge cet invariant et le concept de relation qui en découle. C’est à nos yeux le moteur de la controverse entre les néothomistes et les « relativistes », et, plus largement, le centre de la confusion entre relativité et relativisme.

12Le concept de relation est ici un concept pivot : il pose précisément problème dans la mesure où la fin de l’absoluité de l’invariant semble supposer la réduction de l’invariance à l’un des pôles de la relation. Einstein lui-même a, au début, entretenu cette ambivalence en se réclamant de la physique – et non de la philosophie – de Ernst Mach lorsqu’il publia son premier article en 1905. Pour Mach, la relation est ce qui fonde l’étude de la nature.

13Sa théorie repose sur la nécessité de penser plus fondamentalement les relations entre les phénomènes et de bâtir une théorie non sur des concepts abstraitement fondés mais sur les liens qu’il est possible d’observer entre les objets d’expérience :

Ma définition provient d’une tendance à établir la dépendance mutuelle des phénomènes et à faire disparaître toute obscurité métaphysique, sans que cependant elle soit, au point de vue de ses résultats, moins bonne qu’aucune autre de celles que l’on a employées jusqu’à présent. (Mach, 1904, p. 212)

  • 8  Toute théorie doit, en effet, trouver sa place dans la Mécanique analytique de Lagrange : celle-ci (...)

14Ce principe relationnel, qui vaut pour les vitesses dans le mouvement, les relations mutuelles des masses ou des températures, propose une physique qui est « un savoir qui connaît la nature par la nature car un élément naturel est d’abord en relation avec d’autres éléments naturels » (Verley, 1998, p. 21). Cette importance de la relation entre les phénomènes comme principe de science le conduit à critiquer le caractère absolu de l’espace et du temps chez Newton : tout mouvement est à ses yeux relatif, au sens où c’est un phénomène qui permet de déterminer le mouvement d’un autre phénomène. Le reste est le produit de « l’imagination métaphysique » qui n’atteint l’absolu que par une rupture avec les faits donnés dans la perception. L’invariance quitte ainsi le domaine de l’absoluité pour entrer dans celui du monde : « Elle n’a plus, écrit Xavier Verley, de fondement métaphysique mais physique ; la relativité du mouvement ne se fonde plus sur un espace absolu ou sur une constance de la volonté divine mais sur l’invariance de l’univers qui est le principe de raison suffisante des phénomènes naturels » (ibid., p. 24). La physique définit alors son propre objet, l’univers, comme un ensemble de relations entre les corps, et cet objet fournit à la physique sa propre régulation, dans la mesure où c’est lui qui sert d’invariant. Celui-ci devient une relation et non plus un absolu. Cette conception de la physique permet la mise à distance d’une Mécanique rationnelle que les physiciens ont, à la fin du xixe siècle, vécue comme un carcan stérile8.

15Brunschvicg tire de la révolution einsteinienne les mêmes conclusions, et ajoute à la relativité de la simultanéité celle de la connexion de la raison et de l’expérience :

Si l’on ne consent pas à ce détour par le subjectif, on renonce à l’espérance d’objectivité. Seulement, avec la théorie restreinte de la relativité, il devient évident que l’objectivité n’est plus atteinte en soi […]. L’objectivité, ou plus exactement l’objectivation, conformément aux vues anticipatrices des philosophes, réclame une formule analytique de réciprocité grâce à laquelle on peut passer d’une perspective à une autre, un invariant de transformation. (Brunschvicg, 1936, p. 19 ; je souligne.)

16L’objectivité est donc non plus garantie par la métaphysique, mais par un invariant s’appuyant selon lui sur une relation de type réciproque, entre le temps et l’espace, ce qui permet définitivement à ses yeux d’achever la métaphysique en la réduisant à un discours de type grammatical.

17Bachelard (1929, p. 208) explique que la théorie de la relativité fonde essentiellement son point de vue sur une relation : « Sur le plan de la pensée scientifique renouvelée par l’hypercriticisme relativiste, l’essence est une fonction de la relation. » Mais il ne s’agit pas de le réduire à une perception subjective. Envisager le réel du strict point de vue de la relation, c’est l’accepter comme construit, et plus exactement, c’est le concevoir comme le résultat approché de ce qui est postulé comme réel. « La relation, c’est ce qui donne vraiment à l’attribut une part de substance, une richesse palpable et utilisable. L’attribut sans la relation est un chèque sans provision » (ibid., p. 209). Un phénomène est alors décrit comme un complexe de rapports, une fonction de plusieurs variables qui ne sont indépendantes l’une de l’autre qu’artificiellement. Quand le réalisme retient une variable qu’il privilégie par rapport aux autres, la relativité, elle, ne considère que la fonction totalisatrice, où les variables sont traitées de la même façon. « C’est la relation qui dit tout, qui prouve tout, qui contient tout ; elle est la totalité du phénomène pris comme fonction mathématique » (ibid., p. 210). Tout réalisme n’est alors, dans ce cadre, qu’un mode d’expression de cette relation : « On ne peut pas penser en deux fois le monde des objets : d’abord comme relatifs entre eux, ensuite comme existant chacun pour soi » (ibid., p. 210). L’invariant qui en découle est donc, une fois encore, celui de la relation et non plus le temps ou l’espace substantisés et posés comme un concept un et absolu qui permettrait d’expliquer tout mouvement. Ce qui revient à réinterroger en profondeur la théorie de la connaissance.

18Cette rupture épistémologique a suscité la réaction des penseurs néothomistes. Gaston Rabeau s’est appuyé sur cette mise en avant de la relation comme producteur d’invariance pour récuser ce qu’il appelle « le relativisme contemporain ». Dans un ouvrage intitulé Réalité et relativité. Études sur le relativisme contemporain, et publié en 1927, ce dominicain particulièrement influent de la pensée chrétienne du début du xxe siècle critique le « culte du temps » qui, à ses yeux, consiste à remplacer le fait par l’intuition et la substance par la fonction. Ce qui, à ses yeux, revient à ne tenir compte que du changement et de la multiplicité, au détriment de l’unité et de la permanence. En faisant, dit-il, de tout phénomène une fonction de quelque chose – fonction étant à entendre comme « état dépendant de », c’est-à-dire comme relation –, on obtient une régression à l’infini, ce qui conduit à faire disparaître les notions d’objet et de concept pour les remplacer par des jugements. À ce sujet, il reproche à Brunschvicg d’avoir « converti les choses en systèmes de relations » (Boas, 1928, p. 635), puis d’avoir transformé « le substitut mental des choses (le concept) en système de jugements. » Faut-il fondamentalement refuser les relations ? Pas pour Rabeau, qui rappelle que l’objet de compréhension du concept, chez saint Thomas, suppose une identification de relations du fait de la nature du temps, de l’espace et de la matière. Mais si ces relations sont importantes, les choses, pour Thomas d’Aquin, ne peuvent être réduites à elles, tout comme les essences ne peuvent être réduites à des constatations de relations. On contemple une chose dans son essence et on ne se contente pas d’émettre des jugements. Dans le cadre de l’établissement d’une analyse logique, ramener toute proposition à un ensemble de jugements, faire disparaître les faits au profit de l’intuition conduit à cette dépendance de toute relation à une autre relation, et par conséquent à une absence totale de certitude sur la vérité des prémisses. Comment, dès lors, fonder en certitude la véracité d’une théorie physique ?

Correspondance et cohérence

  • 9  Plus précisément, je reprends ici à mon compte la définition qu’en donne Keith Lehrer : une théori (...)

19Entrent ainsi en conflit deux conceptions de la vérité, l’une, plus classique, de vérité correspondance, portée d’ailleurs explicitement par saint Thomas, l’autre de vérité cohérence, où ce qui est vrai n’est vrai que dans un système9. Le regard porté sur le monde par ces penseurs, et que les relativistes comme Brunschvicg déduisent de la théorie de la relativité, participent de la mise en place d’un système de vérité fondé uniquement sur le système lui-même, qui peut être considéré comme un premier pas vers un relativisme plus contemporain.

20Si l’équation vérité = réalité est fondamentale chez Gaston Rabeau – dans la mesure où la réduction du fait à l’intuition empêche précisément de fonder la vérité, ce qui conduit ainsi à « détruire le monde empirique » –, ce problème est aussi posé par Meyerson, qui se trouve obligé d’insister, pour lutter contre les penseurs qui, comme Brunschvicg, considèrent que la relativité est un détour vers la subjectivité et l’intuition, de rappeler qu’à ses yeux la vérité de la théorie de la relativité n’exclut pas l’ontologie :

Ce serait en tout cas être dupe d’une apparence que de croire que, dans cette théorie, le phénomène se trouve plus fortement attaché à l’observateur, au moi, pour nous servir de ce terme philosophique. Il en est au contraire […] plus détaché, et le réel de la théorie relativiste est, très certainement, un absolu ontologique, un véritable être-en-soi, plus absolu et plus ontologique encore que les choses du sens commun et de la physique pré-einsteinienne. (Meyerson, 1925, p. 77)

  • 10  Meyerson considère ainsi que la physique einsteinienne s’inscrit dans la continuité des travaux de (...)

21Ce qui fait la véracité de la théorie de la relativité serait donc une forme de correspondance avec le réel. Mais pour Meyerson, la relation entre pensée et réel est embarrassante parce qu’elle repose sur la croyance, de type anthropomorphique, de la rationalité intrinsèque du réel. Ce que nous exprimons, dit-il en substance, devrait être l’exacte formulation de la rationalité du monde. Et le caractère ontologique de la théorie de la relativité, sur lequel il insistait précédemment, est là pour rappeler que l’entreprise d’Einstein cherche à déduire le réel de la pensée10 : « Nous voudrions sans doute, ajoute-t-il, que le réel fût rationnel ; mais nous sentons en même temps que ce désir est essentiellement chimérique, qu’il ne se peut pas qu’il soit véritablement satisfait » (ibid., p. 198). Cette « correspondance ontologique » de la relativité serait donc bien « encore plus ontologique » que la précédente, c’est-à-dire qu’elle est celle qui se rapproche le plus du réel tel qu’il est rationnellement envisageable, mais jamais dans son intégrité. La relation entre temps et espace qui la fonde serait donc un absolu et, de la même manière que dans le cadre de la Mécanique rationnelle, poursuivrait le même schème de vérité.

  • 11  The Metaphysical Aspects of Relativity, Nature, 7 février 1921, p. 810. La traduction est de Bache (...)

22Ce que semble confirmer Bachelard dans La valeur inductive de la relativité : « Ainsi, comme on l’a souvent fait remarquer, le principe de relativité revient finalement à affirmer un absolu puisqu’il aboutit à un espace-temps unique » (1929, p. 194). Mais il nuance son propos en citant à cette fin H. Wildon Carr dans une note de bas de page : l’univers qu’affirme le principe de relativité est un univers dans lequel « les systèmes de référence sont définitifs (ultimate) sans être absolus, et relatifs sans être conditionnés extérieurement, dans lequel chaque système est suffisant par soi-même (self-sufficing) et contient sa propre norme »11. En ne conditionnant pas chaque système autrement que par lui-même, Wildon Carr dépasse l’aporie soulevée par Rabeau ; en soulignant son caractère définitif, il refuse le caractère aléatoire qu’on pourrait attendre d’une théorie apparemment fondée sur un système de référence ; en soulignant enfin son caractère autonormé, il ouvre la possibilité de définir la vérité de ce même système autrement que par une correspondance avec le réel qu’on ne saurait établir avec certitude.

23Réalisme et relativisme sont-ils alors compatibles ? Quand nous proposons un système physique, nous postulons l’existence du réel. Et nous considérons que ce système s’approche de la réalité :

Nous ne répondons pas à la question : où est le réel, mais seulement à la question : dans quelle direction et par quelle organisation de pensée peut-on avoir la sécurité que l’on approche du réel ? (Bachelard, 1929, p. 203)

24Le monde des objets n’a donc pas deux manières d’être conçu, comme un ensemble de relations ou comme un ensemble d’être en soi. Si un système est vrai, c’est qu’il s’appuie sur un ensemble de données cohérentes et que cette cohérence est garantie par les mathématiques :

En remontant de proche en proche, on doit se rendre compte que si l’on retranche la relation, il n’y a plus d’attribut, et par là plus de substance. En poussant ainsi la relativité jusqu’à ce que nous croyons être ses conséquences métaphysiques, on a l’impression que les conditions mathématiques qui lui servent de point de départ se multiplient et se prolongent en une ontologie d’autant plus cohérente qu’elle est d’essence mathématique. En d’autres termes, les conditions mathématiques indiquent l’être parce qu’elles sont elles-mêmes une partie de l’être, ou mieux encore on peut dire que l’être n’est fait que de leur coordination et de leur richesse. (Ibid., p. 211)

25Pour Bachelard, par conséquent, le système de vérité correspondance est secondaire. Einstein, selon lui, procède à une dématérialisation d’ordre logique, où la relativité ne trouve pas d’abord le réel, mais organise des entités avant de poser le problème de leur réalité, problème qui n’est somme toute que secondaire. La mise en ordre selon des principes d’une série d’entités identifiées par la déduction et l’expérience, principes qui s’autofondent et s’autonorment au sein du système dont la pertinence est garantie par les fonctions mathématiques et les relations identifiées entre des objets, rend donc possible la mise en place d’un système cohérentiste, où ce même invariant n’a de valeur d’explication qu’au sein du système mis en place.

Le savant et le philosophe

26Parmi les controverses suscitées par la théorie de la relativité, celle qui a pu se développer sur la question de la relation et de l’invariance a le mérite de rappeler que les prétentions ontologiques de la science ne vont pas de soi et que, dans la perspective inverse, la science ne peut pas se contenter d’être un compte-rendu du réel. Si ces interprétations, comme celles de Brunschvicg, ou de Rabeau lisant Brunschvicg, sont de mauvaises lectures des travaux d’Einstein, elles permettent de comprendre en l’occurrence comment s’est mise en place une théorie cohérentiste dans une communauté intellectuelle encore hésitante, prise entre, d’une part, la nécessité de préserver une conception épistémologique du monde dont les lois sont tirées exclusivement de l’expérience, et d’autre part, une systématique nouvelle, fondée sur des fonctions mathématiques comme critère de vérité, où l’invariant n’est valable que dans le système de relation des variables dans lequel il s’insère. Cette controverse témoigne ainsi du changement de paradigme qu’impose la relativité. Les relativistes comme les néothomistes « plaquent » de manière abusive des doctrines philosophiques historiquement fondées sur les travaux d’Einstein, et tordent de fait inévitablement la stricte valeur d’explication de la théorie au sein de la communauté scientifique. Cette torsion illustre le besoin qu’il peut y avoir à rattacher la nouveauté au connu, et à l’ancrer invariablement dans un contexte épistémologique et, plus largement, historique et moral.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard Gaston, 1929, La valeur inductive de la relativité, Paris, Vrin.

Balibar Françoise, 1992, Einstein 1905 : de l’éther aux quanta, Paris, PUF.

– 2006, « Histoire de l’expression “principe de relativité” », séminaire du campus de l’Institut d’astrophysique de Paris.

Barthes Roland, 1957, Mythologies, Paris, Le Seuil.

Boas Georges, 1928, « Réalité et relativités », The Journal of Philosophy, vol. 25, n° 23, novembre, p. 634-638.

Borella Vincent, 2005, « Enjeux de la première réception de la relativité en France, dans un contexte poincaréen », conférence donnée le 9 novembre 2005 à l’ENS de Paris. Source : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?
res=conf&idconf=986

Brian Denis, 1996, Einstein, Paris, Robert Laffont.

Brunschvicg Léon, 1936, La physique du xxe siècle et la philosophie, Paris, Hermann.

Einstein Albert, 2001, La relativité, Paris, Payot.

Feuer Lewis S., 1978, Einstein et le conflit des générations, Bruxelles, Complexe.

Fox Keller Evelyn, 2004, Expliquer la vie, trad. S. Schmitt, Paris, Gallimard.

Fruteau de Laclos Frédéric, 2005, « Valeur déductive et valeur inductive de la relativité : le relativisme de Meyerson, Brunschvicg et Bachelard », conférence donnée le 9 novembre 2005 à l’ENS de Paris. Source : voir Borella, supra.

Hentschel Klaus, 1990, « Philosophical interpretation of relativity theory : 1910-1930 », Proceedings of the Biennal Meeting of the Philosophy of Science Association, vol. 2, Chicago, Chicago University Press.

Klee Paul, 2004, Lettres du Bahaus, 1920-1931, trad. A.-S. Emptaz, Tours, Farrago.

Klein Étienne, 2006, « Études et la Science », conférence donnée en juin 2006 à l’Unesco à l’occasion du 150e anniversaire de la revue Études. Source : http://www.revue-etudes.com/150ans/texte.htm

Lecourt Dominique, 1973, Une crise et son enjeu. Essai sur la position de Lénine en philosophie, Paris, Maspero.

Lehrer Keith, 2005, « La théorie cohérentiste de la connaissance », trad. A. Brunet, Philosophie de la connaissance, J. Dutant et P. Engel éd., Paris, Vrin.

Mach Ernst, 1904, La mécanique, trad. E. Bertrand, Paris, Hermann.

Meyerson Émile, 1992, La déduction relativiste, Paris, Jacques Gabay.

Poincaré Henri, 1929, La valeur de la science, Paris, Flammarion.

Rabeau Gaston, 1927, Réalité et relativité. Études sur le relativisme contemporain, Paris, Marcel Rivière.

Rey Abel, 1925, La philosophie moderne, Paris, Flammarion.

Verley Xavier, 1998, Mach, un physicien philosophe, Paris, PUF.

Wells Herbert G., 1990, La machine à explorer le temps, trad. H. D. Davray, Paris, Gallimard (Folio junior).

Haut de page

Notes

1 « Il [l’homme civilisé] peut s’élever dans un ballon en dépit de la gravitation, et pourquoi ne pourrait-il espérer que finalement il lui sera permis d’arrêter ou d’accélérer son impulsion au long de la dimension du Temps, ou même de se retourner et de voyager dans l’autre sens  ? » (Wells, 1990, p. 21). L’ouvrage est antérieur de six ans à la théorie de la relativité, mais il illustre bien la tendance des écrivains de la génération de Wells à accorder de l’importance aux développements scientifiques de l’époque. Par ailleurs, Wells fut, avec Shaw, l’un des plus importants soutiens artistiques d’Einstein. Voir à ce sujet Brian, 1996.

2  Klee, 2004, p. 984. Je souligne. Je tiens à remercier Servane Dargnies qui m’a fait connaître ces propos.

3  Hentschel, 1990, p. 169. Je traduis.

4  Idem. On pourrait légèrement modifier les propos de Balibar en insistant davantage sur l’idée que la théorie de la relativité se veut une réponse au relativisme.

5  Le concept de valeur d’explication a été défini par l’historienne des sciences Evelyn Fox Keller dans son ouvrage Expliquer la vie (2004, Gallimard) : « J’affirme que la description d’un phénomène a valeur d’explication si, et seulement si, elle répond aux besoins d’un individu ou d’une communauté. L’enjeu est donc de comprendre les besoins auxquels répondent les différents types d’explication. Bien sûr, les besoins varient, et c’est inévitable : ils varient non seulement avec l’état de la science à une époque donnée, avec les possibilités technologiques, sociales et économiques locales, mais aussi avec des préoccupations culturelles plus vastes. » (p. 15)

6  Cité par Klein, 2006, p. 5.

7  Je tiens à remercier Françoise Balibar, qui a relu cet article et m’a fait part de ses recherches sur Poincaré et l’origine du principe de relativité.

8  Toute théorie doit, en effet, trouver sa place dans la Mécanique analytique de Lagrange : celle-ci, élevée au rang de système de science, devient même tout au long du xixe siècle un critère de scientificité fondamental. Voir à ce sujet Lecourt, 1973, notamment les deux premiers chapitres.

9  Plus précisément, je reprends ici à mon compte la définition qu’en donne Keith Lehrer : une théorie cohérentiste de la connaissance repose sur la justification, qui est un produit de la rencontre de l’objectif et du subjectif. Une théorie est vraie dès lors qu’elle est acceptée par le sujet, et ce en vertu d’un système de croyances antérieures qui le valide. Ce type de croyance peut être, par exemple, un ensemble de prémisses considérées comme vraies, mais qui ne sont pas nécessairement valables en dehors de ce système. Voir Lehrer, 2005, p. 111-141.

10  Meyerson considère ainsi que la physique einsteinienne s’inscrit dans la continuité des travaux de Hegel.

11  The Metaphysical Aspects of Relativity, Nature, 7 février 1921, p. 810. La traduction est de Bachelard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François-Xavier Demoures, « Relativité et relativisme : la réception de la théorie d’Einstein », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 12 | 2007, mis en ligne le 18 avril 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/216 ; DOI : 10.4000/traces.216

Haut de page

Auteur

François-Xavier Demoures

Élève à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page