Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Présentation

Tracés est une revue de recherche en sciences humaines et sociales, publiant deux numéros thématiques par an et des hors-série. Depuis sa création en 2002, Tracés est passée par de nombreuses étapes : l’édition électronique, l’auto-édition d’une version papier, puis le passage chez ENS Éditions. La revue est diffusée en librairies, en France et à l’étranger. Les textes sont aussi publiés sur le site Revues.org, deux ans après la parution du numéro papier, et sur le portail Cairn.

Ligne éditoriale

Le comité de rédaction

La ligne éditoriale de Tracés ne s’ancre pas dans une posture théorique ou épistémologique particulière. Elle s’élabore au contraire dans les échanges fréquents de son comité de rédaction composé de jeunes chercheurs issus de plusieurs disciplines, dont les affinités intellectuelles tout autant que les divergences théoriques constituent le socle. Si chacun d’entre nous a des objets de recherche propres et utilise des méthodes et des problématiques spécifiques, c’est bien dans la recherche de problèmes et de thématiques transversales que la vocation interdisciplinaire de Tracés trouve son origine.

Les thèmes des numéros

Pour chaque numéro, le comité de rédaction invite, par un appel à contributions, les spécialistes de toutes disciplines à traiter d’un thème ou d’un problème traversant le champ des sciences humaines et sociales. Les textes répondent à un appel à contribution et sont sélectionnés de manière anonyme suite aux avis d’un comité de lecture composé de spécialistes extérieurs au comité de rédaction.

Nos numéros peuvent rendre compte de réalités nouvelles bien qu’inscrites dans une histoire culturelle et politique, comme le phénomène du piratage étudié dans le n°26, ou bien de questions plus anciennes posées de manière renouvelée : par exemple, le n°30 « L’expérience minoritaire » explore la catégorie de minorité à travers des contrbutions sur le point de vue de celles et ceux qui sont construit-e-s comme minoritaires. Les numéros peuvent également être structurés autour de l’interrogation sur un objet ou champ d’étude – comme le n°27, « Penser avec le droit » - voire sur une question clairement épistémologique, comme le n°24 « Réalités du possible », sur les usages du possible en sciences humaines et sociales. D’autres encore explorent un champ de réflexion interdisciplinaire en construction. Dans le numéro 18, « Improviser », nous attirons l’attention sur la tendance, récente, à utiliser la notion d’improvisation comme une catégorie utile à la description et à l’explication de phénomènes aussi divers que le jazz, la conversation ordinaire ou la réaction à des catastrophes naturelles.

L’interdisciplinarité

Notre conviction est que les confrontations et les recoupements entre disciplines sont non seulement possibles mais féconds. Dans chaque numéro, nous nous efforçons de saisir les enjeux des controverses qui traversent les sciences sociales, la philosophie, l’histoire ou la théorie littéraire. Nous sommes ouverts à des approches intersiciplinaires mobilisant des outils d’analyse et des références qui ne soient pas seulement issus de leur propre discipline. Dans tous les cas, nous attendons des auteurs qu’ils élaborent une réflexion accessible aux chercheurs d’autres obédiences disciplinaires.

L’éditorial, signé par les coordinateurs du numéro, reste le lieu interdisciplinaire par excellence de la revue puisque s’élaborent en son sein les confrontations, les rapprochements, et les comparaisons entre les contributions. Il propose au lecteur des lignes problématiques transversales, formule des hypothèses sur de possibles convergences disciplinaires, et s’interroge sur d’éventuelles importations d’outils et de méthodes.

Formats des textes

Chaque numéro est conçu comme un ouvrage collectif, introduit par un éditorial, dans lequel nous justifions nos choix de publication et dégageons des problématiques générales. Nos numéros résultent d’un travail collectif consistant en l’assemblage réfléchi de textes, lesquels sont susceptibles de se compléter ou de se répondre. Selon nous en effet, un numéro de revue doit être le lieu de confrontations et d’échanges intellectuels, et non une simple collection de textes aveugles les uns aux autres. Aussi ne proposons-nous pas de varia.

Les articles publiés dans chaque numéro relèvent de la réflexion théorique et/ou de l’enquête empirique, permettant ainsi à Tracés de présenter des recherches récentes et inédites, dans de multiples disciplines. Nous tâchons de valoriser les dynamiques actuelles de recherche en sciences humaines et sociales, en publiant notamment des travaux de jeunes chercheurs. Régulièrement, nos numéros comprennent également des notes qui peuvent porter sur une parution récente, sur une controverse scientifique, en offrant sur celle-ci un point de vue critique, ou sur des travaux peu connus en France, dans le but d’inviter à leur lecture.

Les traductions poursuivent le même objectif, essentiel à nos yeux, d’introduction et de diffusion de textes majeurs mais inédits en français. Nous avons ainsi traduit Niklas Luhman, William Du Bois, Robert Stalnaker, Tim Ingold, Mary Douglas, Bell Hooks, John Dewey, Michael Burawoy, Howard Becker, Avner Greif, George Dickie, entre autres. Enfin, les entretiens font généralement intervenir des universitaires, spécialistes du thème traité, mais aussi des praticiens ou des artistes. Dans le numéro 16, « Techno- », l’entretien avec le producteur et DJ Laurent Garnier offre le point de vue d’un acteur majeur de la scène techno sur les façons de jouer cette musique, les lieux dans lesquels elle s’est développée, les pratiques auxquelles elle donne lieu. Les traductions et les entretiens sont précédées d’une introduction qui les resitue dans un contexte intellectuel général et les rattachent à l’ensemble du numéro.

La diversité des formats que nous proposons permet l’ouverture de la revue à des acteurs extérieurs à la recherche et révèle ainsi l’intention qui est la nôtre d’atteindre un public non strictement universitaire.

La rédaction anime un blog en lien avec les publications et les activités de la revue : Le carnet de Tracés.

Ouvertures

Quatre hors-séries (2009-2012) ont ainsi accompagné le cycle de journées d’étude intitulé « À quoi servent les sciences humaines », dont l’objectif a été d’explorer les usages de ces sciences par les acteurs du monde extra-académique (politique, judiciaire, associatif, syndical, entrepreneurial, médiatique, artistique, etc.). Au-delà d’une interrogation sur l’utilité générale ou sur la fonction sociale des sciences humaines, nous avons l’intention de décrire les manières dont les pratiques et les techniques des sciences humaines se trouvent injectées dans divers domaines sociaux, culturels, économiques et politiques.

Pour plus d’informations sur ce cycle : http://traces.revues.org/index543.html

Depuis 2014, un nouveau cycle, « Traduire et introduire » vise à présenter des travaux étrangers en discutant leurs conditions de circulation et de réception.

La revue est publiée avec le soutien de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS.

Image 100000000000003F0000003FA526949E.jpg